Un manuel des bergers d’alpage écrit à beaucoup de mains… et autant de cerveaux

Par Nicole Gellot, journaliste ; Olivier Turquin, géographe, berger d’alpage occasionnel et chercheur-associé, PACTE-Territoires. Avec le concours de Bruno Carlon, sociologue, Guillaume Lebaudy, ethnologue, chercheur associé à l’IDEMEC, Fernand Léger, éleveur et berger, Francine Philippe, bergère, tondeuse et nomade, Élise Turquin, géographe et de la centaine de contributeurs au manuel des bergers d’alpage.

Résumé :

Le projet Pastoralpages, porté par l’association Aspir (Association de soutien aux projets de recherche et d’interprétation des activités pastorales[i]) contribue à réaliser des actions d’études, d’interprétation et de valorisation des cultures et activités pastorales. Les alpages et leurs acteurs sont emblématiques des enjeux de durabilité (effet du réchauffement climatique, biodiversité domestique et sauvage, gouvernance des confins, inclusion-exclusion…) et de cohabitation d’usages multiples (agricoles, écologiques, touristiques, sportifs…) et de valeurs diverses (patrimoine, ressources naturelles, culture pastorale et montagnarde…). Les bergers sont au cœur de ces enjeux. Pastoralpages inclut la réalisation d’un « manuel des bergers d’alpage » destiné aux bergers débutants et permettant la valorisation croisée des savoirs, souvent empiriques, des bergers (il y a bon nombre de bergers-chercheurs et de chercheurs-bergers sur nos alpages) et des connaissances d’un panel de scientifiques (ethnologues, écologues, sociologues, anthropologues, géographes…). Il contribue aussi à la valorisation de recherches théoriques auprès de praticiens et à explorer des possibilités de recherche-action participative associant les acteurs du pastoralisme en montagne et notamment les bergers d’alpage. Le manuel des bergers d’alpage est un partenariat entre Aspir, l’Association des bergères et bergers des Alpes du Sud et de Provence (ABBASP) et la Maison du berger avec le concours de Cardère éditeur.

L’écriture du manuel des bergers d’alpage s’inscrit dans une démarche de dialogue et de co-écriture entre des acteurs professionnels, scientifiques et territoriaux impliqués dans la gestion des territoires pastoraux d’altitude du massif alpin (les alpages). Il s’agit de réaliser et de rendre disponible dans un format pratique un état de l’art des bergers d’alpage nourri des pratiques de bergers expérimentés et des résultats de recherches les concernant.

Le projet vise aussi à initier des activités de recherche à venir associant professionnels, territoires et chercheurs autour des problématiques de ces espaces et de leurs différents usagers. Il s’appuie notamment sur les travaux présentés récemment dans la Revue de Géographie Alpine (Espaces et acteurs pastoraux ; entre pastoralisme(s) et pastoralité(s), n° 102 -2 – 2014).

De nouvelles pistes de collaboration ont émergé telles que la vulnérabilité des bergers, des éleveurs, des milieux… ou la gouvernance des alpages et l’emploi des bergers (Groupement d’intérêt économique et environnemental et/ou Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification).

Chapitre 1. Berger, un vieux métier toujours vert ?

Berger, un métier complexe

Le berger joue un rôle essentiel dans la préservation des territoires, notamment en montagne. Néanmoins, le métier est précaire, peu valorisé, et pourrait disparaître, emportant avec lui une bonne part de la richesse de la culture pastorale.

Aujourd’hui, le berger est de plus en plus souvent une bergère, plutôt citadine, qui choisit, après des études souvent prolongées de s’embaucher sur un alpage, attirée par la montagne et l’envie de se confronter avec « la nature ». C’est le cas d’Agathe. À vingt-cinq ans, après un master de géographie et de sociologie, elle a fait sa première saison comme aide-bergère entre Grenoble et Chambéry. Dans son imaginaire, le berger était un être rugueux, menant par tous les temps une vie rude au contact des bêtes. Son expérience lui a permis de dépoussiérer le mythe. « J’ai découvert un métier complexe. J’ai appris à gérer la garde, les soins, l’herbe, le piétin [inflammation des pieds des ovins, NDLR], les chiens, les touristes… C’est plein de petits boulots de gestionnaire. » L’apprentie bergère a touché du doigt toute la richesse de l’aventure pastorale : « il y a beaucoup de bons côtés. Se retrouver seule avec les chiens, observer les brebis, la beauté des montagnes, les couchers de soleil et vivre hors du temps et de la société. C’est très fort de faire un métier où tu es en interaction avec le vivant. Je me suis sentie utile. »

Difficile de défendre ses droits

Autrefois, s’il arrivait que des femmes gardent les troupeaux, on choisissait plutôt les garçons, « souvent les moins vaillants, ou on prenait un immigré qu’on avait tendance à exploiter », explique Olivier Turquin. « Historiquement[ii], il s’agissait d’un métier exercé majoritairement par des jeunes qui pouvaient en avoir appris les rudiments dans le cadre familial. A contrario, devenir ou rester berger l’âge venant, c’est se condamner à une vie solitaire, à un statut de domestique que seuls les accidents de la vie et le risque de tomber dans la mendicité permettent de supporter. »

Aujourd’hui, ceux qui choisissent d’être bergers sont instruits, formés pour certains à l’école du Merle de Salon de Provence ou dans d’autres Centres de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA). Le berger, s’il n’est plus un domestique, reste malgré tout un salarié qui a du mal à faire valoir ses droits. Il peut travailler à son propre compte comme entrepreneur de garde, mais le plus souvent il est embauché par un éleveur, un groupement d’éleveurs, ou, plus rarement par une association foncière pastorale ou une commune. Le contrat du berger salarié est régi par le droit du travail et des conventions collectives départementales. Autrement dit, certains droits sont différents suivant le département dans lequel l’employeur a son siège. « Un berger salarié qui réclame l’application du droit du travail est souvent mal vu, note Olivier Turquin. On lui reprochera de ne pas avoir « la passion des bêtes ». » Cette passion est censée faire passer le troupeau avant l’homme.

La précarité du travailleur saisonnier

Francine Philippe, bergère et présidente de l’ABBASP, préfère mettre en avant les avancées sociales : « On a obtenu pour les Hautes-Alpes, et plus récemment pour les Alpes-de-Haute-Provence, un avenant à la convention collective qui établit un forfait de quarante-quatre heures de travail hebdomadaire. » Un grand pas en avant qui reconnaît officiellement qu’un berger fait bien plus que trente-cinq heures par semaine. Il n’en reste pas moins que la durée de garde en estive étant de trois à quatre mois – entre la mi-juin et la mi-octobre  –  le berger d’alpage est un travailleur saisonnier, confronté à la précarité. Le reste de l’année, les bergers gardent en basse altitude, font la tonte ou l’agnelage des brebis, trouvent des emplois temporaires (stations de ski, milieu agricole) ou exercent d’autres activités. « Ça nous amène à des vies tellement décalées, constate Francine Philippe. On prend un logement pour l’hiver et après on doit le quitter si on ne veut pas payer pour rien pendant quatre mois. À la fin de l’estive, on a une vie nomade, en camionnette. Tu ne sais plus qui tu es si tu ne peux pas te reposer sur un lieu. Ça convient à certains. Il y en a qui réussissent à avoir un chez soi quelque part, mais tous n’en ont pas la capacité financière. »

Berger, un métier fragilisé

L’arrivée d’une nouvelle génération de jeunes bergers, séduits par la vie en montagne, a provoqué une réelle mutation du métier. « Autrefois, on était berger pour la vie. Aujourd’hui, ces nouveaux bergers sont amenés à quitter l’alpage. Si on a fait des études, c’est rare qu’on reste. On a fait le tour au bout d’un moment. Cet attrait est intéressant, mais ça fragilise pour l’avenir » analyse Anne-Marie Brisebarre, directrice de recherche émérite au CNRS.  Effectivement, la précarité du métier conduit nombre de bergers à ne pratiquer le métier que quelques années : les hommes restent un peu plus longtemps que les femmes mais la durée moyenne d’une vie de berger est de cinq ans. « Des gens d’expérience vont partir, poursuit Anne-Marie Brisebarre. Ça peut amener des éleveurs à recruter des bergers venant de Roumanie qui seront moins payés. Ça ne valorise pas le métier alors que les compétences sont de plus en plus importantes et devraient être payées à leur juste valeur. »

La longue liste des compétences et des savoirs faire, présentée dans le manuel des bergers d’alpage[iii], illustre la complexification du métier. « Le berger est en premier lieu responsable de la protection de son troupeau, du maintien de son état sanitaire et de l’engraissement des brebis (gestantes, il faut le rappeler), mais il doit aussi préserver la ressource pastorale, la biodiversité et les paysages », peut-on y lire sous l’intitulé « Un métier à plusieurs facettes ». Le berger est en relation avec de nombreux acteurs qui ont leurs responsabilités et leurs pratiques sur l’alpage : propriétaires, élus et techniciens des territoires, gardes en tout genre, services de l’État, touristes, accompagnateurs, etc. « La difficulté, c’est que tu dois prendre cinquante décisions par jour et tu es seule à les prendre, explique Francine Philippe. J’ai souvent l’incertitude de ne pas avoir fait le bon choix. » Le retour des loups, dans les Alpes du Sud, dans les années 1990, a apporté sur les territoires soumis à la prédation sa charge de contraintes supplémentaires, son lot d’angoisses quotidiennes et de souffrance en cas d’attaques.

Le détricotage de la culture pastorale

Gardien de troupeau, le berger est aussi le gardien d’un alpage et à ce titre, chargé de mettre en œuvre les Mesures agro-environnementales (MAE), financées par l’Europe (via la Politique agricole commune) et visant à maintenir la richesse biologique de certaines zones à vocation pastorale. Ces mesures instaurées en 2007 ont pris la suite d’autres contrats environnementaux dont les premiers sont apparus en 1992. Elles font l’objet d’un contrat signé entre l’État et les éleveurs qui préconise les mesures à prendre (retard de pâturage, mise en défens, etc.) et fixe la rémunération des éleveurs.

« La contradiction, relève Guillaume Lebaudy, directeur de la Maison du Berger[iv], située à Champoléon dans les Hautes-Alpes, c’est qu’on attend des éleveurs des conduites exemplaires, alors qu’il n’y a pas de volonté de développer l’élevage extensif, dont le rôle est pourtant reconnu dans la préservation de l’environnement, du fait de ces MAE. » Les éleveurs, qui entretiennent les espaces montagnards, sont devenus une « toute petite minorité de moins en moins visible. On est en train de détricoter cette culture pastorale pourtant indispensable à la gestion des espaces. Ces savoirs-là seront perdus si on ne reconnaît pas la valeur du pastoralisme. »

Chapitre 2 : Un manuel pour les bergers débutants… et plus si affinité

Tout a commencé fin 2014 lors d’une rencontre dans le Champsaur, entre l’association Aspir qui se définit comme un collectif de citoyens désireux d’apporter leur soutien aux activités pastorales et l’équipe de la maison du berger. L’idée première de rédiger un petit fascicule sur les droits et devoirs des bergers salariés se transforme rapidement en un projet de manuel beaucoup plus complet. Le projet est ensuite partagé avec  des berger-e-s, certains de leurs amis chercheurs, artistes, pastoralistes…, qui joignent leurs forces pour recueillir les infos utiles aux bergers, et particulièrement aux débutants mais aussi aux plus expérimentés et, par extension, à tous les curieux des activités pastorales.

Quand les bergers suivent le guide

« Berger, ça existe encore ? ». Cette culture très ancienne fait figure de miraculée, aux yeux de Guillaume Lebaudy. « Elle est passée entre les gouttes des perturbations climatiques, des guerres et des crises. » Mais jusqu’à quand ? Les menaces qui pèsent sur la profession sont multiples, qu’il s’agisse de la disparition progressive de l’agropastoralisme supplanté par les « usines à viande » ou du départ à la retraite de toute une génération de bergers. « Il y a un renouvellement grâce à des jeunes gens, qui viennent par goût et par passion, constate Guillaume Lebaudy. C’est une chance, mais il faut organiser leur accueil. » Beaucoup arrivent après un parcours d’études universitaires et n’ont jamais côtoyé le moindre troupeau.

« Ce qui m’a surpris, confie Olivier Turquin, cheville ouvrière du projet et président d’Aspir, c’est que ce métier n’ait pas de vade-mecum pour initier les nouveaux venus : comment soigner, conduire le troupeau, connaître le droit du travail ? Il n’y avait que des documents épars ou inaccessibles en alpage (livres volumineux, sites internet…). Difficile par exemple pour les bergers salariés isolés sur leur alpage de trouver la convention collective qui leur est applicable. »

Un métier qui n’en finit jamais de s’apprendre

Pour beaucoup, berger ça s’apprend « au cul des brebis » sur le terrain ou, à la rigueur, dans des formations spécialisées.

L’objectif du manuel est très simple : faire en sorte que les nouveaux bergers d’alpage trouvent en débutant dans le métier ce que les plus anciens auraient aimé trouver quand ils ont démarré. Et aussi que leurs amis et autres usagers des alpages découvrent tout ce qu’ils auraient aimé savoir sur le métier des bergers qu’ils croisent sur les alpages sans jamais avoir osé ou avoir le temps de leur demander. Vaste programme, d’autant plus que la méthode choisie est de faire ce livre avec les premiers intéressés, les bergers eux-mêmes.

La Maison du Berger, centre d’interprétation des cultures pastorales alpines soutient le projet dès l’origine, persuadée de l’importance de la démarche et de l’utilité d’un manuel pour les débutants, mais aussi les plus chevronnés conscients que ce métier n’en finit jamais de s’apprendre. Cardère, éditeur spécialisé dans le pastoralisme et la poésie, propose son savoir-faire. La Fondation de France soutient moralement et financièrement la démarche dans le cadre de son appel à projet « Hors-piste » du fait de l’inscription du « manuel du berger » dans une démarche participative et dans le cadre d’une dynamique territoriale. L’association Agrinature nous assure le relais de trésorerie nécessaire et contribue financièrement. Le LabEx ITEM, quant à lui, a labellisé la démarche et apporté son écot.

Petit à petit, la méthode se précise : premier temps, un premier manuel prototype est réalisé et proposé à la lecture des bergers en estive ; deuxième temps, on recueille leurs critiques et propositions et on les invite à venir en discuter ensemble début novembre 2015 à la descente d’alpage ; troisième temps, à partir de ce retour d’expérience, on recommence à zéro pour finaliser un manuel validé par la pratique.

Le manuel, ni bible ni encyclopédie !

Sauf qu’un manuel sans l’Association des bergers n’aurait pas eu de sens. Alors Aspir présente le projet au CA de l’ABBASP et explique les objectifs et la démarche : le manuel ne sera ni une bible, car il n’y a pas une seule manière de « faire berger », ni une encyclopédie, parce qu’on ne peut pas tout dire d’un métier quel qu’il soit, dans un bouquin. L’idée est simplement de proposer un aide-mémoire facile d’usage sur l’alpage, qui ne remplacera pas l’apprentissage de terrain… l’ABBASP décide de contribuer au projet. Le partenariat prend forme. Reste à faire le boulot.

Guillaume Lebaudy et Olivier Turquin coordonnent la démarche. Simon Pirès, berger d’alpage débutant et étudiant en géographie rurale à l’université de Toulouse, récolte les contributions et met lui-même la main à pâte à partir de son expérience.

Le sommaire est défini. Les articles commencent à rentrer. Lucie, Francine, Mathieu, Laurent… membres de l’ABBASP, mais aussi André, Leïla, Aurore, Bernadette, Valentine, Margot, Fernand, Marie, Émilie… autant de bergères et bergers plus ou moins expérimentés qui rédigent des contributions très riches. Il faut en relancer certains, corriger les textes, faire des allers retours, les compléter par des analyses de chercheurs, des témoignages, les illustrer avec le concours d’André Leroy et d’Alexis Nouailhat, les mettre en page, faire imprimer le tout… et faire tout ça très vite pour que le manuel sorte dans l’été 2015.

D’abord un prototype

Une première mouture du manuel a été rédigée à partir des contributions d’une vingtaine de personnes dont bon nombre étaient des bergers expérimentés, qui ont accepté de partager leur expérience. En un peu plus de deux cents pages, le petit manuel du berger d’alpage propose en format poche, huit chapitres sur le troupeau, le berger et son environnement. Des encadrés mettent en valeur des témoignages et des conseils pratiques : « trousse vétérinaire du berger » ; « gagner la confiance des brebis» ; « partager une montagne » ; «davantage de technique, moins de force » ; « précautions à prendre en cas d’orage ». En annexe, le lecteur trouvera un chapitre sur le droit du travail, des contacts professionnels utiles, des numéros d’urgence, un glossaire et un annuaire des formations. Des dessins, en quelques coups de crayon et pas mal de clins d’œil, campent avec humour le monde pastoral.figure-1-le-berger-couteau-suisse-illustration-pmba-a-nouailhat

Figure 1 : Le berger « couteau-suisse », Alexis Nouailhat ; illustration extraite du petit manuel du berger d’alpage, Association Aspir – Cardère éditeur, collection Hors les drailles, 2015

Chapitre 3 : Un ouvrage collectif

L’épreuve du terrain

Pari gagné après quelques sueurs froides ! Mi-août 2015, le petit manuel est enfin disponible. Les demandes des bergers affluent. On l’envoie aux bergers dont on connaît l’adresse. On fait le tour des alpages des Hautes-Alpes pour distribuer le manuel au maximum de bergers ou on les confie à des messagers qui leur remettent. Au total, 550 exemplaires sont diffusés gratuitement en quelques semaines. Les premiers retours sont parfois critiques, mais le plus souvent positifs, voire enthousiastes, et constructifs. Des propositions d’évolution commencent à affluer. On donne rendez-vous aux volontaires pour venir en discuter ensemble à l’automne.

figure-2-couverture-petit-manuel-du-berger-dalpage

Figure 2 : Couverture du petit manuel du berger d’alpage (première édition), Association Aspir – Cardère éditeur, collection Hors les drailles, 2015

Un « Atelier des alpages » pour un manuel revu et corrigé

Une soixantaine de bergères et de bergers, débutants ou expérimentés, de techniciens pastoraux, de chercheurs, de sympathisants… et même un pasteur protestant relèvent leurs manches au cours de l’atelier des alpages consacré à l’amélioration du prototype de manuel. Une soirée mémorable ponctue le travail.

Élise Turquin, jeune géographe qui a coordonné la préparation de l’atelier, met en forme la récolte : des contributions individuelles, le résultat des groupes de travail, les décisions validées collectivement… De quoi faire un nouveau manuel mieux adapté aux besoins et plus complet ! Forts de toutes ces contributions, on se remet de plus belle à la rédaction avec une équipe élargie qui compte maintenant près d’une centaine de contributeurs.

En parallèle, le site dédié devrait être opérationnel en même temps que la nouvelle mouture du manuel. Il permettra de compléter et d’actualiser les informations contenues dans le manuel : adresses, listes et fiches techniques, astuces, vidéos tournées par les bergers, toutes sortes de choses utiles aux bergers d’alpage quand ils ont accès à l’Internet.

Les ventes du manuel, permettront, peut-être, de dégager quelques bénéfices qui seront partagés entre les co-éditeurs pour financer leurs futurs projets.

« Un très beau projet collectif »

Francine Philippe est présidente de l’ABBASP. Très enthousiaste, elle a participé à tous les stades du projet. « L’idée n’est pas venue de l’association des bergers mais quand on a vu le résultat, on s’est dit  » Ah, ouais, c’est super  » » pour soutenir les bergers débutants.et en particulier tous ceux qui sont sans formation et il y en a beaucoup. » Quant à la démarche de réécriture, elle y voit « un très beau projet collectif : C’était déjà très bien d’avoir travaillé pour sortir un brouillon. Mais de ne pas en rester là, nous redemander nos avis, nos critiques, nous proposer de participer à son amélioration, c’était très motivant. »

Fernand Léger, berger éleveur, en Savoie, dans la vallée de la Tarentaise, est très préoccupé par la disparition de la transmission familiale : « Le manuel ouvre des portes. Dans mon enfance, beaucoup de gens étaient près des troupeaux. Les savoirs étaient automatiques. Maintenant, je vois des bergers et des bergères qui n’ont pas eu la passation des savoir-faire. Des bergers craquent ou dérapent. Le manuel, c’est top. Il parle de tout. Tout est dit. » Bruno Carlon, sociologue, qui a contribué à l’aventure, explique qu’à la lecture du petit manuel, il a appris énormément de choses sur le métier de berger, « un métier complexe aux antipodes de ce qu’on imagine avec une diversité des compétences professionnelles liées au métier de base, mais aussi avec la nécessité de savoir se situer, se positionner et coopérer en interaction avec son environnement, qui font du berger, un acteur responsable et important pour le développement des territoires de montagne. Le « petit manuel du berger » contribue au processus de professionnalisation, à une meilleure connaissance de la place du berger(e), mais aussi à rompre son isolement, par une forme de reconnaissance des partenaires, des usagers de ces territoires et des bergers eux-mêmes ».

« J’ai peur que ça gèle les choses »

Dans un des groupes de travail, sont réunis deux bergers, une bergère, un géographe, un éleveur, une étudiante en développement rural et une journaliste. Les avis fusent, se complètent ou se contredisent. « J’ai peur que si on propose une bible, ça gèle les choses, tout ce que j’ai appris c’est avec les bergers » ; « la couverture ne se voit pas dans l’herbe » ; « il faudrait un guide par ordre alphabétique » ; « des schémas pour faire des manipulations sur les brebis » ; « des recettes de cuisine » ; « un chapitre sur le pastoralisme en France » ; « Il faudrait étoffer le chapitre sur les chiens ».

Agathe, jeune aide-bergère de vingt-cinq ans, n’a qu’une saison derrière elle, effectuée en compagnie d’un couple d’éleveurs. Elle reconnaît « qu’elle aurait beaucoup aimé avoir le manuel avant l’estive, histoire d’avoir des bases. Il y a plein d’infos, des trucs et astuces. Ce manuel ne casse pas la représentation, ni le cachet du métier mais définit les choses concrètes, implicites et donne une vision actuelle. Il met les mots sur les risques de déprimer en alpage ou d’avoir des coups de mou. Ça montre que ça peut arriver à tout le monde et que ce n’est pas grave. »

Chapitre 3 : Conclusion « Il n’y a pas de recettes »

Au cours de l’atelier des alpages des cinq et six novembre 2015, toutes les remarques concernant la forme et le fond ont été rassemblées sur un tableau commun et minutieusement classées, de manière à être prises en compte, charge aux coordinateurs de supprimer, de modifier, de compléter ou d’ajouter, tel ou tel point dans la seconde version. « La difficulté consiste à tenir compte de tous les avis car certains sont divergents, témoigne Olivier Turquin. Difficile de faire un manuel commun pratique, alors que le métier de berger est complexe et s’exerce dans des situations très différentes. Si tu es berger dans une zone reculée, à 2000 mètres d’altitude, accessible après deux heures de marche, dans les Alpes-de-Haute-Provence, ce n’est pas comme être berger au milieu d’une station de ski, en Savoie ou Haute-Savoie. Dans un cas tu vis l’isolement, dans l’autre la surfréquentation. » Tout dépend aussi de la taille du troupeau, de l’attitude de l’éleveur, « le patron », de la présence ou non des loups. « Il n’y a pas de recettes, le métier s’acquiert par le terrain, ajoute Francine Philippe, il y a tellement de paramètres subjectifs qui interviennent dans la garde du troupeau : l’humeur du berger, la fatigue des chiens… ». « Le manuel des bergers d’alpage n’est pas là pour supplanter la formation », précise Guillaume Lebaudy qui le voit comme un pense-bête, pour les soins du troupeau et des bergers « qui ont tendance à s’oublier eux-mêmes. Ils doivent durer quatre mois, plus toutes les années qui les attendent. »

La nouvelle version du manuel a bénéficié des retours d’une centaine de personnes. Elle sera « plus pointue, plus complète et plus lisible, précise Olivier Turquin. Sur les soins, par exemple, on travaille avec un vétérinaire-berger et sur le droit avec une magistrate très au fait des aspects juridiques liés aux chiens de protection contre les loups». Le format et le graphisme seront modifiés et le manuel comportera un index et des onglets pour en faciliter l’usage. Le projet « Pastoralpages » comporte également, la réalisation d’un site, la mise en place d’une permanence téléphonique pour soutenir les bergers en difficulté (nom de code Cléopâtre) et un nouvel atelier des alpages sur le thème de la vulnérabilité des acteurs pastoraux. L’aventure ne fait que commencer.

Le projet Pastoralpages bénéficie du soutien de la Fondation de France dans le cadre du programme Hors-Piste, de la labellisation du LabEx ITEM (Innovation et TErritoires de Montagne) et du concours de l’association Agrinature.

N.B. : Cet article est issu de deux articles de Nicole Gellot dans le journal « L’âge de faire » et de l’article d’Olivier Turquin  paru dans « La lettre aux bergers » diffusée par l’ABBASP.


[i] Aspir, (Association de soutien aux projets de recherche et d’interprétation sur les cultures et les activités pastorales) rassemble une quarantaine de membres (bergers, éleveurs, techniciens, scientifiques, bibliothécaires, etc.) engagés dans une démarche citoyenne de soutien aux activités et cultures pastorales.

[ii] L’Alpage au pluriel, Dirigé par Guillaume Lebaudy, Bruno Msika, Bruno Caraguel, Cardère Editeur, Hors les Drailles, 2015, 261 pages.

[iii] Le petit manuel du berger d’alpage fait l’objet d’une seconde édition, revue et enrichie à l’issue d’un atelier collectif de réécriture. Le futur Manuel des bergers d’alpage paraîtra fin 2016. Il sera vendu au prix de 18 euros (port compris).

[iv] La Maison du berger, située à Champoléon dans le Champsaur (Hautes-Alpes), œuvre pour la reconnaissance et la valorisation des cultures pastorales alpines. Elle gère un blog emploi, un site web apportant de l’information professionnelle, génère et encadre des recherches de terrain, et gère un Centre de ressources « Pastoralisme et cultures montagnardes ».