Développer l’économie numérique en territoire isolé, un défi trop ambitieux ? L’exemple des télécentres du Cantal

Par Louis Salgueiro, docteur en géographie et aménagement, chercheur associé au Laboratoire d’étude et de recherche sur l’économie, les politiques et les systèmes sociaux (LEREPS, EA4212), université de Toulouse Jean Jaurès 

Résumé :

Le télétravail et les télécentres font historiquement l’objet d’un développement par les politiques publiques avec pour objectifs complémentaires la déconcentration des activités des grandes agglomérations en périphérie, la réduction des congestions urbaines et la redynamisation des territoires peu denses et leur désenclavement. La pénétration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les différentes sphères ont certes entraîné un assouplissement des conditions de l’activité au regard du temps et de l’espace (Lenz & Nobis, 2007), mais la vision des aménageurs surestime encore leur potentiel. En réalité, les politiques publiques du télétravail et des télécentres se sont révélées en grande partie inefficaces pour « rééquilibrer » les territoires (Paavonen, 1999 ; Crouzet, 2002 ; Moriset, 2011). Pourtant, la diffusion des télécentres ne cesse de s’intensifier, avec plus d’une centaine en France en majorité en zone de massif en 2014.

Nous interrogeons ici les conditions de déploiement de ces dispositifs dans les territoires isolés avec pour exemple le Cantal et ses dix télécentres qui est un des départements pionniers en la matière et qui poursuit son développement. L’approche systémique inclue l’analyse de l’offre et des usages et de leurs interactions avec leurs dynamiques territoriales d’ancrage Les résultats révèlent la gouvernance multiniveau d’une offre diversifiée et des usages et des non-usages liés aux stratégies des usagers. Les effets induits, attendus ou imprévus par les politiques publiques sont dépendants de conditions liées aux équipements, services et aménités des territoires, aux usages, à la dynamique du type de territoire considéré, mais aussi à des facteurs exogènes au système spatial. Les effets sont enfin plus ou moins durables pour ces territoires avec en fond tout le poids des dynamiques globales dans l’œuvre des acteurs publics.

Cette contribution a été produite à la suite de l’écriture d’une thèse en CIFRE au sein du Laboratoire d’Étude et de Recherche sur l’Économie, les Politiques et les Systèmes sociaux (LEREPS) et du cabinet d’études Citica qui portait notamment sur l’évaluation du dispositif du conseil départemental du Cantal. L’auteur remercie les acteurs qui ont conduit à cette réalisation.

Introduction

Le télétravail et les télécentres font historiquement l’objet d’un développement par les politiques publiques avec pour objectifs complémentaires la déconcentration des activités des grandes agglomérations en périphérie, la réduction des congestions urbaines et la redynamisation des territoires peu denses et leur désenclavement. La pervasivité des technologies de l’information et de la communication (TIC) ont entraîné un assouplissement des conditions de l’activité au regard du temps et de l’espace (Lenz & Nobis, 2007), mais le face-à-face et la distance ont encore leur importance dans le contexte de la mondialisation et des promesses hypermodernistes du numérique. Aussi, les politiques publiques du télétravail et des télécentres se sont révélées en grande partie inefficaces pour « rééquilibrer » les territoires (Paavonen, 1999 ; Crouzet, 2002 ; Moriset, 2011), la diffusion de ces lieux n’a cessé de s’intensifier, avec plus d’une centaine en France en majorité en zone de massif en 2014. En effet, les collectivités publiques n’entendent pas se plier aux dynamiques globales et visent plutôt à élaborer des actions de développement de l’attractivité des territoires, même s’ils sont isolés et peu denses. L’enjeu rejoint celui de leur désenclavement, et en cela, le numérique, comme les autres réseaux, a un rôle à jouer en tant que levier. Ce réel défi est caractéristique des zones peu denses délaissées par les opérateurs privés (Dupuy, 2004), et l’offre s’organise alors à l’initiative des pouvoirs publics sous différentes formes (partenariats publics-privés ou uniquement publics). Après l’aménagement numérique des territoires viennent les programmes d’investissement en services, dont le développement du télétravail et des télécentres pour diversifier les activités économiques des territoires et accroitre leur attractivité. Les acteurs qui déploient ces dispositifs accompagnent ceux-ci d’une rhétorique associant alors modernité des conditions de l’activité, techniquement similaires aux centres urbains, mais dans un cadre plus agréable, voire bucolique. Les utilisateurs sont ainsi susceptibles d’adhérer à cette proposition de mode de vie, tout en étant eux aussi soumis aux dynamiques territoriales et cherchant à combiner stratégiquement leurs intérêts personnels et professionnels. L’étude des télécentres ne peut de fait se limiter à l’observation d’un nombre d’utilisation. Malgré les conclusions des études précédentes, à savoir l’échec relatif de ces dispositifs, l’enjeu de cette contribution est d’identifier les mécanismes de cette « boîte noire » et les interactions entre les parties socio-techniques pour mieux appréhender les facteurs à l’œuvre dans ce qui peut favoriser ou limiter le succès de ces dispositifs.

Nous revenons sur les fondements des principales promesses du télétravail et ses politiques publiques en les confrontant à la littérature dans une première partie. Le cas de l’étude, le Cantal et ses dix télécentres, est présenté dans la seconde partie, en décrivant ce territoire pionnier et notre démarche d’investigation. Les troisième et quatrième parties sont consacrées à l’analyse des résultats, avec d’un côté l’offre sous ses angles techniques mais aussi stratégiques et de l’autre les usages, autre pendant du dispositif qui révèle finalement certains effets.

Télétravail et télécentres : littérature et action publique
Le télétravail : bref cadrage théorique

Les interactions entre TIC et territoires sont souvent chargées d’un imaginaire déterministe qui tend à surestimer leurs effets sur la rugosité de l’espace et les mobilités. La fin des distances, la redistribution a-géographique des activités humaines et l’obsolescence de la ville sous la nouvelle ère de l’information sont autant de postulats partagés et véhiculés par les experts, les médias, les politiques et auparavant par certains chercheurs (par exemple Cairncross, 2001 ; O’brien, 1992 ; Mc Luhan, 1989).

Ces présupposés ont a priori disparus, ou du moins ils ont été fortement nuancés dans la littérature académique car nier le potentiel des TIC serait également une erreur. Les firmes disséminent certaines fonctions en périphérie (Storper, 1997), de nouvelles formes spatiales émergent (Castells, 2001 ; Graham & Marvin, 2002), notamment dans les zones rurales parfois qualifiées d’« Electronic Cottage » (Forester, 1989) ou de « Valhalla » (Kotkin, 2002).

Du côté des mobilités, les études empiriques sur les télécommunications ont démontré qu’elles étaient complémentaires aux déplacements (Salomon, 1986 ; Mitchell, 2000 ; Graham & Marvin, 2002 ; Mokhtarian, 2009). Mais la rhétorique sur le télétravail continue de s’inscrire dans la théorie de la substitution des déplacements physiques, avec des effets de « démobilité » physique par l’usage des TIC.

En réalité, les notions de « face-à-face », en coprésence physique, et de proximité géographique sont encore importantes (Veltz, 1999), tout comme la densité démographique et l’attractivité des pôles urbains sont des facteurs prégnants de la dynamique spatiale globale actuelle influencée par la mondialisation. Aussi, les TIC étant plutôt des objets urbains, elles accompagnent en tant que tels les processus à l’œuvre (Fernandez & Puel, 2010). En fait, les TIC se fondent dans la dynamique territoriale qui est aujourd’hui en faveur de la métropolisation à l’échelle monde (Dupuy, 2008 ; Fernandez & Puel, 2010). Le télétravail en tant que pratique et les tiers-lieux en tant que dispositifs sont des objets centrés sur les TIC. Ils héritent de fait des caractéristiques et des analyses liées à ces dernières. Et bien que le constat général souligne la différenciation spatiale en faveur d’une plus forte agglomération de ces objets dans les agglomérations, les acteurs publics, dans un souci de justice spatiale, soutiennent leur développement dans les zones peu denses, voire isolées.

Le télétravail et les télécentres pour « rééquilibrer » le territoire

La question du télétravail en tant qu’outil d’aménagement du territoire est traitée en France depuis les années 1990. Les institutions publiques ont ainsi pris de nombreuses initiatives, à commencer par les appels à projets de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) en 1990, 1992, 1993, puis pendant la période 2005-2007 avec le déploiement de télécentres sur le territoire national, ou plus récemment en 2015 avec le lancement d’un « plan national de développement du télétravail dans les territoires ruraux »[1]. Pour les territoires, il s’agit de réduire les pollutions des déplacements domicile-travail des grandes agglomérations et de redistribuer les activités dans les zones rurales à revitaliser. Les positions des acteurs publics sont de fait empreintes d’une rhétorique présupposant, ou du moins exagérant, les effets du numérique sur l’espace et les mobilités[2].

Le premier télécentre est apparu en 1996 à Villard-de-Lans, dans le Vercors, et leur nombre a cru timidement jusqu’à la fin 2010[3], et ce malgré l’appel à projets 2005-2007 de la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT) qui s’était fixé pour objectif d’en déployer une centaine sur l’ensemble du territoire. L’appel définissait ainsi le télécentre :

« Un télécentre est un espace hébergeant des télétravailleurs salariés ou indépendants. Ils y trouvent au minimum un bureau privatif […] à louer à la journée, à la semaine ou au mois ; des équipements partagés […] et des services permanents ou occasionnels […]. Le télécentre peut être situé dans un local ayant une autre vocation comme un hôtel d’activité, une pépinière d’entreprise, un incubateur, une mairie, une école, un bureau de poste, une trésorerie, une maison de services aux publics […]. Il peut utilement servir de lieu de travail permanent ou occasionnel pour des télétravailleurs habitant à proximité et dont l’entreprise est éloignée, de bureaux de passage pour des télétravailleurs nomades […], de lieux de rencontre pour les télétravailleurs indépendants exerçant à domicile à proximité et désireux de rompre leur isolement […] »[4].

Cette définition très ouverte de ces lieux évoque leur utilité sociale et professionnelle, et on y trouve donc a minima du mobilier de bureau, une connexion Internet haut débit accessible à la demande, sans engagement. Puisqu’il est question de télétravail au sens large, les usagers peuvent être salariés du secteur privé ou public, travailleurs indépendants, pratiquer une activité dans un ou plusieurs lieux selon des fréquences variables, exercer des métiers comme le conseil, le graphisme, la traduction, le secrétariat, etc., habiter sur le territoire de manière permanente ou non, depuis plus ou moins longtemps, voire projeter d’y migrer, à l’image du néo-rural télétravailleur, figure largement véhiculée dans les médias ou dans la littérature (Ortar, 2009 ; Saleilles, 2010). Au-delà de cet appel, l’offre s’est organisée, territorialisée avec l’appui de conseils départementaux, de Chambres de commerce et de l’industrie (CCI), acteurs que nous désignerons sous l’appellation Coordinateur de réseau départemental (CRD). Ceux-ci ont incité et soutenu des porteurs de télécentres à l’échelle locale (commune, intercommunalité, Pays, etc.) et agrémenté le dispositif d’animation et de services incluant le télécentre dans un dispositif de développement économique et/ou d’accueil de populations allant au-delà du simple aspect immobilier. C’est ce qu’a entrepris le conseil départemental du Cantal dès 2007 avec le programme CyberCantal Télécentres sur notre terrain d’expérimentations.

Présentation du cas d’études et de la méthodologie : le Cantal, ses dix télécentres et leurs utilisateurs
Le Cantal : un territoire isolé proactif en matière de TIC et de télétravail

Le terrain d’études retenu a été le Cantal pour son initiative pionnière en matière de politique de développement du télétravail et sa situation isolée. Ce département d’environ 147 000 habitants en 2013[5] est situé au cœur du Massif central qui comptait 24 télécentres fin 2013[6], une région qui se caractérise par ses polarisations externes et sa faible densité (Brunet, 1972).

La dynamique démographique y est décroissante et vieillissante depuis le début du XXe siècle, avec cependant un léger retour d’attractivité à la fin des années 2000[7] pour les pôles urbains majeurs. Aurillac, l’un d’eux et préfecture du département, dispose d’un aéroport et concentre la moitié des établissements ainsi que les deux tiers de l’emploi. Aurillac est suivi des sous-préfectures de Saint-Flour, qui bénéficie de la proximité géographique de l’A75, et de Mauriac. Outre leur périphérie, les autres communes sont souvent hors influence urbaine. Seul l’arrondissement d’Aurillac présente un taux de croissance démographique positif. Avec une économie tournée vers la sphère présentielle, une grande partie des emplois en 2010 était issue de la fonction publique (40 %) et du commerce, des transports et des services divers (35%)[8]. Le PIB du département est en grande partie issu de l’agriculture et du tourisme. L’économie numérique y était très peu présente, cinquante établissements et environ deux-cents emplois sur environ soixante-dix mille actifs en 2012[9], la plupart des établissements étant localisés sur le pôle majeur, et ce malgré de grands efforts réalisés en matière d’aménagement numérique pour démocratiser le haut débit[10].

Le conseil départemental a une longue expérience des politiques des TIC avec son programme CyberCantal initié en 1998[11], avec des programmes de déploiement de « Points visio public » (PVP), de bornes d’e-administration, des Établissements publics numériques, la modernisation des collèges, la télémédecine et le télétravail. Depuis 2007, le programme CyberCantal Télécentres[12] a initié et coordonné un réseau de dix télécentres en mettant en place des actions d’appui, d’animation et de développement à travers des partenariats conclus avec les porteurs de télécentres, mais aussi d’autres acteurs en lien avec l’emploi, les entreprises, la formation et l’accueil de populations. À cela s’ajoute l’agrégation des services du département avec le « Pass actifs mobiles » notamment via la plateforme Web qui comprend la réservation des bureaux, un annuaire des télétravailleurs en ligne, événements, etc. Le coordinateur de réseau départemental (CRD) assure aussi la communication et la prospection globale (multimédia, présence au salon de l’agriculture, etc.). L’utilisation d’un bureau en télécentre est de cinq euros la demi-journée, dix euros la journée et quatre-vingt-dix euros le mois[13]. Concernant les dix télécentres, seuls trois sont situés en pôles urbains, ceux d’Aurillac, Saint-Flour et Mauriac. Les autres sont implantés dans des communes hors influence urbaine.

Carte 1 : localisation des télécentres du Cantal © CGET 2016 – IGN GéoFla. INSEE RP 2013. Modifications auteur 2017

Une méthodologie basée sur une approche systémique

Notre approche systémique nous permet d’étudier les différents niveaux d’acteurs de l’offre et les usages en interaction avec les dynamiques territoriales d’ancrage. Les différents niveaux sont les suivants, avec pour chacun d’eux une méthode propre. Les deux premiers niveaux ont fait l’objet d’un état de l’art des actions à partir d’une analyse documentaire. Les niveaux trois et quatre ont été privilégiés, étant ceux impliqués dans les aspects opérationnels.

  • Niveau 1 : Europe, État
  • Niveau 2 : Région
  • Niveau 3 : Département (coordinateur de réseau départemental)
  • Niveau 4 : structure porteuse de télécentre (échelle locale)
  • Usages

Pour le Coordinateur de réseau départemental (CRD), ont été réalisés l’analyse du contenu du site Web et un entretien semi-directif (1h) auprès de l’agent territorial en charge du projet sur (1) la stratégie adoptée vis-à-vis du territoire administré (historique du projet, programmes de financement, acteurs, processus de création, enjeux, etc.) ; (2) les actions de structuration et les interactions avec les acteurs locaux et extérieurs (actions, coordination, animation du partenariat, outils mis en œuvre détail des partenariats et du niveau de formalisation) ; (3) les équipements et les services déployés et leurs usages (accès, tarifs, coûts, fonctionnement, niveau d’utilisation, nature des usages effectifs).

Pour le porteur de télécentre, nous avons étudié la documentation disponible (multimédia dont photographies) et réalisé dix entretiens directifs d’une cinquantaine de minutes auprès du chef de projet à propos de : (1) le profil du porteur (coordonnées, statut, etc.), (2) description du lieu (bâtiment, configuration, caractéristiques des équipements et services) / services professionnels / modèle économique / aménités environnantes / partenariats / usages précis du dispositif (occasionnels ou réguliers) et nature des utilisateurs (activité, provenance, âges, etc.) / dynamique du territoire / perspectives.

Enfin, nous avons contacté environ deux-cent utilisateurs potentiels plus ou moins proche du réseau de télécentres afin de réaliser une enquête en ligne scénarisée en accès public (quinze minutes de passation) de janvier à février 2013. L’analyse, réalisée par procédure de codage ouvert, a concerné les sept thématiques suivantes :

  • lieux de travail utilisés (domicile, télécentre, locaux de l’employeur, situation de mobilité, autre) selon la fréquence ;
  • usages de télécentre (nature, motif, fréquence, services et équipements) ;
  • mobilités associées aux lieux de travail (mode, distance, durée / domicile) ;
  • usages du dispositif du CRD (événementiel, formations, etc.) ;
  • liens avec les autres utilisateurs (rencontres, niveau de collaboration) ;
  • profil professionnel du répondant (statut, métier, secteur d’activité, taille de l’organisation, tâches) ;
  • profil civil (âge, sexe, situation familiale, commune de résidence, mobilité résidentielle).

Nous avons ensuite réalisé dix entretiens semi-directifs avec des nouveaux arrivants volontaires (quarante-cinq minutes) à propos de leur profil (âge, situation familiale, enfants, situation professionnelle actuelle), de leur parcours antérieur à la migration (date d’arrivée, lieu de vie antérieur, motif de départ, métier antérieur, etc.), du choix du « nouveau » territoire (motif, critères de sélection, place du télécentre dans la stratégie), de leur vie actuelle et la place du télécentre dans l’activité professionnelle (évolution d’activité, clients/employeur actuels) et leurs perspectives (« santé » de l’activité, projection, conditions et facteurs extérieurs).

Des résultats mitigés aux effets minimes et peu durables
Des stratégies pour capter l’activité et les nouveaux habitants

À propos des télécentres, nous les avons comparés selon leurs caractéristiques. Nous avons, à partir des entretiens et de l’analyse de ces caractéristiques, déterminé leur posture stratégique. Ainsi, nous avons d’un côté les télécentres à la posture passive, qui considèrent le télécentre comme une ressource matérielle et qui en ont fait un équipement optionnel. Sur les dix porteurs étudiés, huit se trouvaient dans ce cas. Leur stratégie est de déléguer les actions de communication et d’animation au CRD. Les financements et les missions effectuées par le CRD constituent des effets d’aubaine. On les reconnait via les caractéristiques suivantes :

  • un faible investissement initial ;
  • peu de postes de travail et du mobilier standard ;
  • un faible engagement en ressources humaines en matière d’animation (moins de 10% en équivalent temps plein – ETP) ;
  • une faible communication et peu ou pas de prospection d’utilisateur potentiel,
  • peu ou pas d’autres partenariats en dehors de la collaboration avec le CRD ;
  • des perspectives d’évolution limitées.

De l’autre côté, il y a les porteurs à la posture active, et dans notre cas deux étaient concernés. Ici, le télécentre est intégré à un dispositif de développement local, par exemple en étant intégré à une stratégie d’accueil de populations actives. L’un adoptait une posture collaborative, l’autre une posture concurrentielle. On reconnait ces porteurs par :

  • un fort investissement initial ;
  • quatre postes de travail ou plus et un mobilier attractif ;
  • entre 0,5 et 1 ETP dédié à l’animation du lieu ;
  • une communication soutenue et des actions de prospection sur leur territoire, voire à l’échelle nationale ;
  • des services supplémentaires (formation, etc.) ;
  • des partenariats avec d’autres acteurs.

La posture concurrentielle s’explique par la volonté du porteur de se différencier des autres territoires et notamment de l’effet englobant de l’action du CRD. Ainsi, le télécentre de Murat, en plus d’intégrer le dispositif dans sa stratégie de développement local, a investi à plusieurs reprises pour offrir un lieu au mobilier hypermoderne et a mené une politique de marketing territorial qui l’a érigé au rang de dispositif modèle, vitrine idéale du télétravail à la campagne.

Photo 1 : Le télécentre « hypermoderne » de Murat, 2012 © Communauté de communes du pays de Murat
Des usages très variés et inattendus

Les utilisateurs des télécentres étaient au nombre de 214 en 2013, dont 52 réguliers et 162 occasionnels. Parmi les télécentres, trois en zone touristique comptaient généralement des utilisateurs uniques cherchant un point d’accès public à Internet. Ceux qui comptabilisaient plus d’utilisateurs réguliers étaient au nombre de cinq avec au total une cinquantaine d’individus. Ils hébergeaient des travailleurs indépendants, mais aussi pour deux d’entre eux des entreprises qui souhaitaient bénéficier d’avantages liés au faible coût de l’immobilier d’entreprise, mais aussi aux avantages fiscaux liés aux zones de revitalisation rurale (ZRR). Ainsi, certains télécentres ont beau avoir un faible nombre d’utilisateurs, leur occupation peut être permanente, notamment à Cassaniouze ou à Aurillac. Autrement, les télécentres ont un taux d’occupation moyen de 33,5%, ce qui confirme le succès mitigé de ces dispositifs souligné dans la littérature.

Tableau 1 : niveau d’utilisation et statuts des utilisateurs des télécentres du Cantal, 2013 © Louis Salgueiro, 2016

Les motivations des utilisateurs autres que les touristes sont les suivantes :

  • développer leur activité, notamment en élargissant leur réseau de clients et de partenaires potentiels ;
  • rompre l’isolement social, dû au mode d’organisation des travailleurs indépendants dont l’activité est généralement pratiquée au domicile ;
  • bénéficier d’équipements et de services professionnels à bas coût ;
  • séparer la sphère privée et professionnelle.

On trouve également des usages de type permanence de services, à la manière des maisons des services aux publics, avec de l’accueil de publics par des banques, des organismes de formation, des syndicats de professions agricoles, etc. Et pour cause, les télécentres qui hébergent ces professionnels sont souvent adossés à ce type de structure.

Globalement, nous avons identifié deux catégories de facteurs qui influencent les usages et les non-usages des télécentres, comme illustré par le schéma ci-dessous. Il y a d’un côté les facteurs liés à l’offre en elle-même et de l’autre les facteurs en lien avec son « environnement ».

Parmi les facteurs directement liés à l’offre, on retrouve les suivants. Les espaces de convivialité et la capacité d’accueil doivent permettre la rencontre des individus. Si un télécentre n’est pas fréquenté, alors il n’attire pas d’autres utilisateurs potentiels. De même, un télécentre dont le porteur aurait adopté une posture passive ne proposant pas d’animation ou ne faisant pas de prospection, est peu fréquenté. Néanmoins si l’on se penche sur les facteurs liés à « l’environnement » du télécentre, nous avons remarqué que la centralité de la commune d’implantation pouvait rendre l’utilisation moins conditionnelle, comme ce fut le cas à Aurillac qui propose finalement une offre de bureau classique, mais qui est fréquenté en permanence.

Des effets minimes et peu durables

En matière d’effets sur les territoires, nous n’avons pas constaté de « grand rééquilibrage », notamment à cause du faible volume d’utilisateurs réguliers. Certains acteurs parviennent toutefois à tirer leur épingle du jeu en multipliant les ressources provenant de différentes échelles (Europe, État, Région) et en intégrant leur dispositif à leur programme de développement local centré sur l’accueil de populations actives. Ainsi, certaines conditions nous amènent à considérer quelques effets. Le télécentre emblématique de Murat affirme avoir accueilli 35 utilisateurs et leurs familles en l’espace de cinq ans. L’offre immobilière a par ailleurs attiré des utilisateurs résidant à environ 25 minutes de trajet alors que ceux-ci disposaient d’un tel équipement plus proche, mais moins attractif. Du côté des mobilités, de nouvelles sont apparues, des travailleurs indépendants qui seraient peut-être restés travailler chez eux. De manière générale, les effets semblent peu durables. Prenons l’exemple de deux start-ups à Cassaniouze attirées dans cette commune d’environ 500 habitants par les avantages fiscaux des ZRR. L’effet sur la consommation locale aurait été visible, encore que cela soit difficile à mesurer réellement. Ces entreprises ont dit réfléchir à se rapprocher à court-moyen terme des grands centres urbains pour accéder à de nouvelles ressources nécessaires à leur développement : fibre optique, ressources humaines, immobilier d’entreprise adapté, etc. Quant aux travailleurs indépendants, leur situation est souvent difficile dans ce type de territoires avec une faible demande interne, et l’éloignement par la distance et dans le temps avec des clients rencontrés au début de leur vie active dans les grandes métropoles françaises ou à l’international.

Conclusion

Ce travail exploratoire a permis d’identifier en partie les dynamiques des télécentres dans les territoires fragiles et isolés comme le Cantal. En présence d’un réseau de télécentres, l’offre du territoire est une construction multipartenariale à deux niveaux. Le coordinateur de réseau départemental, ici le conseil départemental du Cantal, anime et promeut l’offre en partenariat avec les porteurs de télécentre. Il propose depuis peu une offre globale comprenant des services liés aux télécentres, mais aussi au télétravail en général. Les porteurs de télécentre, ici des acteurs publics ou socio-économiques,  construisent une offre plus ou moins ambitieuse techniquement et en terme d’animation selon une posture active ou passive, avec un équipement secondaire ou structurant de leur stratégie de développement local. Lorsque l’équipement est structurant, la démarche relève potentiellement d’un positionnement concurrentiel pouvant aller à l’encontre de la logique de réseau, comme à Murat. Pour les autres, le portage d’un dispositif d’animation visant à créer du lien et des synergies entre les utilisateurs au sein des télécentres se construit à une échelle départementale dans les territoires ruraux. La gouvernance a pour objectif d’agglomérer et de révéler les différents profils de télétravailleurs répartis de manière éparse et invisibles dans les territoires. Rappelons que les télécentres sont majoritairement implantés dans des zones hors influence urbaine dans notre cas d’études.

Du côté des usages, diverses raisons conduisent les utilisateurs à choisir ou non un télécentre : l’offre en mobilier, l’offre technique et de services. Les travailleurs indépendants, habitués à travailler au domicile, sont les principaux utilisateurs du dispositif. Ceux utilisant régulièrement les télécentres sont avant tout à la recherche d’un environnement socio-professionnel répondant à des besoins psycho-sociaux (rompre le sentiment d’isolement), techniques (équipements et services professionnels) et économiques (prospection, crédibilité, etc.). Les besoins ne semblent pas différents a priori des milieux urbains. C’est ce public qui peut expliquer l’orientation de certains télécentres vers « la démarche tiers-lieu ».

Mais d’autres facteurs interviennent au-delà de l’offre, à savoir les ressources et les dynamiques  territoriales préexistantes. Selon les formes urbaines qui concentrent ou disséminent l’activité économique, on retrouvera différents facteurs indirects influençant l’utilisation des télécentres. Ici, un pôle dynamique comme Aurillac attire plus « naturellement » les utilisateurs de par la concentration de population, d’établissements économiques et des flux. D’autres territoires profitent d’aménités spécifiques, comme les sites touristiques, qui amènent des publics de passage pour des usages occasionnels, mais qui ne favorisent pas systématiquement l’implantation.

Au-delà d’un faible volume d’utilisateurs, on ne peut désolidariser les cas de succès ou d’échec de la dynamique d’un système plus englobant, d’où les différentes stratégies qui parient plus ou moins sur le numérique. En effet, d’autres problématiques sont plus centrales dans les zones isolées, notamment celles liées aux « services de base » (Poste, commerces, écoles, etc.) qui restent la priorité pour les nouveaux arrivants. En parallèle de la rhétorique du télétravail et de ses effets sur la spatialisation de l’activité humaine et le désenclavement des territoires isolés, les stratégies évoluent pourtant, et d’autres modèles voient le jour. Des initiatives privées émergent, comme à Aurillac où un espace de coworking a été ouvert en 2015, avec le soutien des acteurs publics. Il reste beaucoup à découvrir sur les usages, en lien avec les parcours personnels des utilisateurs, parfois néo-ruraux, et ce, afin d’identifier le poids de l’offre dans leurs stratégies de mobilité résidentielles et professionnelles.

Références

Cairncross, F. (2001). The death of distance: How the communications revolution is changing our lives. Harvard Business Press.

Castells, M. (2001). L’ère de l’information (P. Delamare, Trad.). Paris : Fayard, 671 p.

Claisse, G. (1983). Transports ou télécommunications : les ambiguïtés de l’ubiquité. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 253 p.

Claisse, G. (1997). L’abbaye des télémythes : techniques, communication et société. Lyon : Aléas, 358 p.

Crouzet, É. (2002). « Le télétravail et l’organisation socio-économique du territoire français : entre discours aménageur et réalités entrepreneuriales ». L’information géographique, n°66, 206–222.

Dupuy, G. (2008).  « La fracture numérique : mythes et réalités », Quaderni, vol.66, num.1, 31‑39.

Fernandez, V., Puel, G. (2010). La gouvernance territoriale des TIC, Collection Mondialisation, hommes et sociétés, ISSN 1962-7025. Paris : Hermès science publications : Lavoisier.

Forester, T. (1989). « The myth of the electronic cottage », ACM SIGCAS Computers and Society, vol.19, num.2, 4–19.

Graham, S., Marvin S. (2002). Telecommunications and the City: Electronic Spaces, Urban Places. Routledge, 458 p.

Kotkin, J. (2002). The New Geography: How the Digital Revolution Is Reshaping the American Landscape. Random House LLC, 169 p.

Lenz, B., Nobis, C. (2007). The changing allocation of activities in space and time by the use of ICT—“Fragmentation” as a new concept and empirical results. Transportation Research Part A: Policy and Practice 41, 190–204.

McLuhan M., Powers B. R. (1989). The global village: Transformations in world life and media in the 21st century. Oxford University Press, 240 p.

Mitchell, W. J. (2000). E-topia : « Urban life, Jim – but not as we know it ». Cambridge (Mass.); London, Etats-Unis, Royaume-Uni, MIT Press, 184 p.

Mokhtarian, P. (2009). « If telecommunication is such a good substitute for travel, why does congestion continue to get worse? », Transportation Letters, vol.1, num.1, 1‑17.

Moriset, B. (2011). « Les télécentres dans les territoires ruraux français. Essai d’évaluation ». Note de recherche.

O’brien R. (1992). Global financial integration: the end of geography. Royal Institute of International Affairs. 120 p.

Ortar N. (2009). « Entre choix de vie et gestion des contraintes : télétravailler à la campagne », Flux, vol.n° 78, num.4, 49‑57.

Paavonen, W. (1999). Telecottages and other work centre experiments. Telektronikk 95, 64–68.

Saleilles, S. (2010). « Les trajectoires des entrepreneurs néo-ruraux », Journal of Social Management – Revue Européenne des Sciences Sociales et du management, vol.8, num.1&2, 137‑160.

Salomon, I. (1986). « Telecommunications and travel relationships: a review », Transportation Research Part A: General, vol.20, num.3, 223–238.

Storper, M. (1997). The Regional World: Territorial Development in a Global Economy. Guilford Press, 356 p.

Veltz, P. (1999). Mondialisation, villes et territoires. L’économie d’archipel. PUF, 262 p.


[1] « Nos ruralités : une chance pour la France », Comité interministériel aux ruralités, 13 mars 2015. <http://www.gouvernement.fr/action/les-ruralites-une-chance-pour-la-france>, consulté le 24/04/2017.

[2] Par exemple, le champ lexical employé dans les titres des appels à projets de la DATAR était évocateur : « reconquête des territoires », « nouvel aménagement du territoire », etc.

[3] En 2000, on en comptait une dizaine et 133 utilisateurs, la plupart en zones rurales. Ils étaient ainsi au nombre de trente-cinq en 2010, mais leur nombre a quasiment triplé ces dernières années. Si bien que fin 2014, on en comptait quatre-vingt-quatorze et une vingtaine d’autres étaient en projet en 2015, financés via les Pôles d’excellence rurale, les contrats de plan État-région ou encore des fonds européens FEDER ou FSE.

[4] Extrait de l’appel à projets « Télécentres et Téléactivités », DIACT, 2005.

[5] Source : INSEE, 2016.

[6] Environ une quinzaine de télécentres supplémentaires était à l’état de projet en 2014 aux dernières nouvelles, notamment dans l’Ardèche ou encore dans l’Allier.

[7] Insee Première N° 1218 – janvier 2009.

[8] Source : CCI Auvergne, Portrait économique des entreprises 2012.

[9] Source : CCI Auvergne, Portrait économique des entreprises 2012.

[10] 94 % de la population était éligible à l’ADSL dès 2004, et 65 % disposait d’un débit supérieur à 8 Mb/s en 2013.

[11] http://www.cybercantal.fr/, consulté le 15/03/2017.

[12] http://telecentres.cantal.fr/ , consulté le 15/03/2017.

[13] La gratuité est même souvent appliquée pour la première année d’utilisation, mesure incitative adoptée pour attirer et fidéliser les utilisateurs.