Donner à voir Des gouvernances en mouvement

Par Anne-Sophie Pico, historienne, collectrice d’enquête

et Marc Mallen, responsable de feu Centre de l’oralité alpine de 2007 à 2016

Résumé

Entre 2012 et 2014, le Centre de l’oralité alpine du conseil départemental des Hautes-Alpes a mené une collecte d’environ quatre-vingt-dix entretiens sur le thème de l’histoire des stations de ski auprès d’acteurs locaux. La POM (Petite œuvre multimédia) Des gouvernances en mouvement retrace l’émergence d’organisations territoriales singulières, en écho à la particularité des acteurs et au regard des lois successives (Plan neige, loi montagne, Unités touristiques nouvelles, délégation de service public etc.) : les gouvernances sont en mouvement. La bascule vers l’incertitude depuis les années sans neige, l’émergence d’une industrie du ski qui se doit d’attirer les clients en masse, mettent au centre du débat la dialectique de l’offre et de la demande, entre fuite en avant et nécessité. Est-ce la demande qui crée l’offre ou l’offre qui crée la demande ? Des offres sont développées, toujours renouvelées, afin de toucher l’autre clientèle, celle qui apportera à la station une stabilité économique par une rentabilité espérée. À l’heure de la mondialisation, la complexité d’un équilibre mène à la concurrence entre les stations. Le client veut en avoir pour son argent, sans que l’on puisse identifier ce qui pour chacun articulera son choix. Tout semble possible même si rien ne semble assuré. Entre héritage et création une troisième voie s’ouvrirait.

L’article aborde une réflexion générale sur ce que peut représenter une POM comme objet de valorisation du patrimoine matériel et immatériel et son usage comme outil de médiation culturelle. Dans un autre temps, le scénario de la POM Des gouvernances en mouvement est présenté avec pour visée une invitation à l’échange avec le grand public, des élus ou des acteurs sur le territoire concerné. 

Introduction

Entre 2012 et 2014, l’importante collecte d’enquêtes menée par le Centre de l’oralité alpine, du conseil départemental des Hautes-Alpes, a mis en exergue la mémoire de chacune des vallées du département impactées par l’émergence des stations de sport d’hiver pendant les Trente Glorieuses jusqu’à aujourd’hui. Les acteurs locaux rencontrés sur le territoire ont livré leur regard sur leur participation à l’évolution des stations de ski. Passant par le récit de vie, il s’est agi de comprendre la logique des questions et solutions envisagées au fil du temps. Si les enquêtes retracent des histoires par vallée marquant la spécificité de chacun des territoires haut-alpins, la rencontre avec ces témoins permet aussi d’appréhender, par leurs regards croisés, les gouvernances en mouvement au fil du temps.

L’oralité alpine : donner à voir pour mieux s’entendre… Ou pas !

Le choix du mot oralité dans le sigle du COA vient de la volonté du département des Hautes-Alpes en 2007 de ne pas contingenter l’ensemble des démarches à caractère oral dans la seule escarcelle du patrimoine. En effet, lorsque le département a engagé cette démarche singulièrement novatrice pour une institution de ce type, il a souhaité la différencier des autres missions patrimoniales du département, et lui laisser l’ouverture nécessaire pour couvrir les multiples champs de la parole, soit de l’action culturelle jusqu’à l’accompagnement des politiques sociales et territoriales de l’institution. Les témoignages recueillis ont ainsi couvert la période s’étalant de la fin de la Seconde Guerre mondiale à aujourd’hui avec une diversité thématique pouvant aller de la reconstruction d’un village bombardé en 1944 jusqu’à la production de textos dans l’espace alpin, en passant par l’émergence de la mécanisation agricole, le tourisme social jusqu’au développement des stations de ski, de leur naissance jusqu’à aujourd’hui.

Cependant, se dégage de cette mission départementale que fut l’oralité alpine, mission stoppée fin 2016, un faisceau d’injonctions paradoxales qui émane d’un inconscient collectif véhiculé par les élus et les décideurs : identité et image se rejoignent et se repoussent constamment. Faire œuvre d’action mémorielle, même récente, n’est jamais – ou rarement – suivi d’une réinjection de l’information dans les rets de la réflexion contemporaine. L’exemple de la gouvernance des stations de ski est à ce titre évocatrice : le pari initial du COA d’articuler une démarche sociale et mémorielle à une démarche économique et pragmatique n’a pas abouti car élus et techniciens concernés par la diversification de ces industries touristiques n’ont pas saisi l’occasion d’un échange avec le Centre de l’oralité alpine qui les invitait à débattre de ce thème on ne peut plus prégnant en ces périodes de changement climatique et de mutations des pratiques et habitudes des clientèles ; l’émulsion entre culture et économie ne prend pas. Pourtant, à l’heure où les démarches participatives et citoyennes – participation des habitants, actions collaboratives, etc. – sont de plus en plus prégnantes, il semblerait que le témoignage soit doté d’une valeur décuplée dans la mesure où la durée et l’intensité de la rencontre entre collecteur et témoin relève d’une véritable démarche exploratoire des représentations de la personne. En outre, en amont de la collecte, le travail de recherche archivistique et bibliographie et la création d’un guide d’entretien semi-directif[1], donne au collecteur une assise conséquente en matière de connaissances et une direction quant aux thématiques pouvant être interrogées. Au fil de la collecte, les rencontres avec les témoins enrichissent le regard porté sur la question, l’éclairant de points de vue différents qui se croisent ou pas. Le panel de témoins regroupe des implications différentes, des regards d’hommes et de femmes, d’âges variables. La connaissance issue de l’expérience n’est pas toujours convoquée par les tenants de l’évolution actuelle des stations. Est-ce la peur d’adjoindre à la complexité intrinsèque des problématiques des stations des éléments d’analyse susceptibles de la renforcer ? Est-ce une catégorisation de facto de ces analyses dans la rubrique « nostalgie – histoire – patrimoine – passéisme » ? Est-ce l’incapacité de trouver des formes congruentes de langage entre disciplines ? Est-ce l’inadaptation des formes de transmission des résultats de ces études qui rebute les pourfendeurs de l’industrie touristique ?

Pourtant, la question de la transmission des résultats des corpus a été largement explorée dans le cadre de l’oralité alpine car la difficulté en matière de collecte orale est de trouver des formes appropriées en matière de restitution au public. Quelle que soit la richesse d’un corpus, s’il n’est pas analysé, traduit et restitué il prendra la forme d’une archive et s’avérera inopérant pour la société qui l’a produit. L’un des axes du Centre de l’oralité alpine était de ne pas enfouir la matière orale mais de la donner à entendre et à connaître dans des formes vivantes, appétentes et facilement accessibles. Ainsi, éditions, films oraux[2], cinéma sans image[3], expositions ont été testés, le but du COA étant de s’astreindre à une diffusion grand public. À l’issue de ces différentes expériences et vu la difficulté d’alimenter régulièrement une web radio – projet initial du COA – est survenue l’idée de la POM. Le concept de la POM offre de multiples avantages : restitution des voix des témoins, mise en place d’une narration, temps court et insertion de l’image photographique comme complément d’un propos.

Dès que la POM s’est révélée être l’outil de diffusion idoine pour les collectes orales, elle s’est imposée dans le schéma de diffusion du COA grâce au site Pierres qui Roulent [4].

La Petite œuvre multimédia (POM) : donner à voir

Mais qu’est-ce qu’une POM ? À quoi sert-elle ? Il apparaît essentiel de préciser sa construction avant d’aborder l’exemple Des gouvernances en mouvement concernant les stations de sports d’hiver dans les Hautes-Alpes. De notre point de vue, la POM a pour vocation d’articuler une réflexion entre plusieurs acteurs du territoire dont les discours éclairent de manière différente une même question. Chacun apporte une expression parcellaire de ce qu’il voit, entend, comprend de sa place. Le croisement des discours amène à la création d’un débat qui n’a pas eu lieu entre les participants. À l’opposé de la construction d’un discours qui viendrait dire une vérité sur l’Histoire, la POM tend vers la mise en valeur de la parole de chacun, insérée dans la logique de son discours. Serait-il possible de dire LA vérité ou de tout dire ? Dans notre perspective, il s’agit davantage d’agencer les éléments de discours qui concourent à mieux cerner la réalité complexe d’un phénomène, nourrie par le prisme des regards-voix qui apportent une vérité qui varie. La causalité unique se déjoue, laissant émerger des faisceaux d’éléments en interaction, replacés dans un contexte temporel et spatial. La dimension chrono-thématique vise à donner des repères qui jalonnent la réflexion des acteurs du territoire. Les repères peuvent varier dans la mesure où chacun évoque, depuis son expérience professionnelle, ce qu’il a perçu, ce qui a pu faire rupture et/ou continuité, ce qui l’agace, ce qui l’enchante, ce qui l’a marqué…  Ce qui ne s’entend pas dans les paroles, ce qui ne se lit pas dans le contenu manifeste du discours, résonne de manière singulière, nourri par la prosodie de la langue de chacun. De cette remarque découle la difficulté de produire une forme adéquate à la transmission d’une POM par le biais d’un article. Ici, ne pas nommer à chaque fois celui qui parle est un choix, pour autant il nous a semblé important de préciser que les témoins concernés[5] ont été en lien avec la gestion de stations de sports d’hiver et du tourisme sur le territoire des Hautes-Alpes. L’exercice demeure une tentative périlleuse, aussi nous avons souhaité compléter cette démarche par la possibilité d’accéder à la POM.

La POM : une construction scénarisée

La POM est une fiction, construction scénarisée mêlant photographies et paroles. Le scénariste, procédant de la coupure, révèle son choix d’extraits de discours auquel le monteur-réalisateur adjoint des images. L’image peut intervenir pour faire entendre un dire absent, créant parfois un décalage entre ce qui se montre et ce qui s’entend. Dans la création de la POM, une part indicible échappe dans la mesure où elle est le produit de la rencontre du témoin avec le « collecteur d’enquête », qui dès lors qu’il occupe la fonction de scénariste propose sa propre lecture dans l’après-coup de ce qu’il a entendu. Laissant place à une possible création, la POM tente de cerner l’émergence d’un vide issu de cette confrontation. Cette lecture à un moment donné s’inscrit dans un traitement empirique des sources recueillies et ne serait pas reproductible à l’identique.

Des gouvernances en mouvement : mémoire des stations de ski des Hautes-Alpes[6] s’insère dans la série On ne fait pas de stations sans casser des œufs. En effet, une dizaine de POM ont été réalisées retraçant la mémoire des stations de ski des Hautes-Alpes par deux équipes de scénaristes et monteurs-réalisateurs[7] : Chaque chose a son revers et sa face sombre… il faut savoir la négocier pour le Champsaur, L’histoire n’était pas écrite : il faut des rencontres pour le Dévoluy, L’esprit du ski au pays de la Meije pour la vallée de la Haute-Romanche, Montgenèvre : la mère-station, Les Orres un village en mutation, Vars-Risoul complémentaires et autonomes,  Les stations de Pelvoux et de Puy Saint Vincent, les étoiles vallouisiennes, Naissance d’une grande station Serre Chevalier, Stations-village avant l’heure pour le Queyras… et d’autres à venir.

Cette POM, Des gouvernances en mouvement  de onze minutes, retrace la mise en place de la loi Montagne ainsi que la décentralisation avec la mise en œuvre des Unités touristiques nouvelles. Les créations de stations de ski et leurs évolutions articulent la singularité des acteurs locaux animés d’un désir fort avec des politiques nationales qui se répercutent sur le territoire. Des formes de gouvernance se distinguent sur les territoires et dans le temps : régies, Société d’Economie Mixte, syndicats mixtes…

Les années 1990 avec les années sans neige sont décrites dans l’après-coup comme une bascule vers l’incertitude. Dès lors, émerge une industrie du ski qui se doit d’attirer les clients en masse. La dialectique de l’offre et de la demande est au centre des débats, donnant une sensation de fuite en avant pour certains, de nécessité pour d’autres. Des enquêtes de clientèle permettent de cerner la demande pour affiner l’offre. Mais est-ce la demande qui crée l’offre ou l’offre qui crée la demande ? Des discours visent à développer des offres toujours renouvelées pour toucher l’autre clientèle, celle qui apportera à la station une stabilité économique par une rentabilité, espérée, toujours plus importante. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Dans notre société où le client apparaît au fil du temps comme celui à satisfaire dans l’immédiateté de son désir pour s’assurer de sa présence, l’industrie du ski s’oriente vers la diversification des activités. Les stations, au-delà de leur offre en termes de domaine skiable, cherchent à développer des activités complémentaires. Dans les années 1960, les touristes venaient en station de sports d’hiver pour skier toute la journée. Aujourd’hui, les skieurs dévalent les pentes trois heures par jour … que faire le temps restant ? Lire, parler avec les gens, consommer des activités ? De l’émergence de ce temps libre naît l’évolution des attentes en termes de logements dans la mesure où les clients y passent davantage de temps.

À l’heure de la mondialisation, la complexité de l’intrication entre la nécessité de la neige et d’une offre diversifiée d’activités pour attirer la clientèle amène à la concurrence entre les stations. Le client veut en avoir pour son argent, sans que l’on puisse identifier ce qui pour chacun articulera son choix : le plus grand domaine skiable, le plus d’activités, l’authenticité d’un village, la vie locale… ? Tout semble possible. Pour autant rien ne semble assuré. Une troisième voie s’ouvrirait pour les stations de sports d’hiver des Hautes-Alpes entre héritage et création pour faire vivre un modèle économique en mutation.

Dans cet article, les interventions des témoins s’enchaînent, se complètent, s’opposent… un nouveau time-code signifie une nouvelle prise de parole.

Gouvernances en mouvement 

Le désir de réaliser la POM Gouvernances en mouvement est né à la suite du travail d’analyse et de synthèse de l’ensemble du corpus sur les stations de ski des Hautes-Alpes. Tandis qu’une lecture par vallée était envisagée, une vision plus générale et distancée sur les questions communes aux différentes évolutions de stations de sports d’hiver se faisait jour. L’idée est venue de poser des repères qui puissent s’interroger par la diversité des points de vue, posant des questions davantage qu’apportant une réponse. Pour exemple, face à la diversification comme réponse à la question de l’attractivité des stations, plusieurs analyses se complètent, s’opposent, interpellent comme le montrent les extraits suivants :

Time-code : 7’49’’ : « Début des années 1960-1970, on ne parlait d’autres activités que le ski, les gens venaient essentiellement pour le ski. Aujourd’hui quand les gens ont skié 3h-3h et demi, à l’époque, c’était 9h-midi et 14h-17h. Donc, en fait, on a créé d’autres activités qui ne sont pas forcément rentables. Il y a une attente des gens de venir se délasser un peu. Donc, c’est peut-être déficitaire mais globalement ça peut amener un peu plus de monde dans la station quand même. Donc il faudrait raisonner un peu plus globalement quand même ». (Ancien technicien de l’aménagement du territoire).

Time-code : 8’14’’« C’est vrai que chez nous, on voit encore maintenant, on ne peut pas trouver d’autres animations en dehors de la neige. Tout est recentré sur la neige. Bon, après, on fait des complexes sportifs à côté avec patinoire, piscine, comme vous trouvez au palais omnisports à Merlette mais c’est toujours dépendant de la neige. Les clients viennent s’il y a de la neige, s’il n’y a pas de neige, ce n’est pas ça qui fait venir les clients ». (Ancien technicien de l’aménagement du territoire).

Time-code : 8’38’’« Ceux qui prêchent en ce moment la diversification… oui, s’il y a de la neige, si elle est le complément du ski. Mais sans neige c’est le baluchon, ce n’est pas la diversification ». (Directeur d’un office du tourisme).

Time-code : 8’52’’« Je ne sais pas mais tous ces hurluberlus qui disent qu’il faut diversifier pour attirer la clientèle… oui, bien sûr, si on demande à la clientèle : « est-ce que vous voulez une patinoire dans la station ? » et bien elle va dire oui. Et le prix du forfait incluant le déficit de la patinoire, ça, on ne leur pose jamais la question. Ce n’est pas l’époque de la mondialisation, c’est le business moderne où tout est comme ça, tout marche avec des remises. Celui qui paie plein pot maintenant c’est le pigeon. Mais à mon avis, c’est ça qui est déjà lancé effectivement : celui qui va avoir le plus grand domaine, disons à prix égal au moment de la réservation, va peut-être attirer plus. Est-ce que c’est celui qui va avoir la patinoire qui va attirer le plus ? Moi je n’en suis pas convaincu ». (Ancien directeur des remontées mécaniques).

À l’inverse d’un scénario construit à partir d’un propos qui viserait une démonstration, la construction de la POM s’ancre dans les différences de point de vue, dans les paroles qui font varier la vérité sur une question. Que faire de ces écarts ? Notre idée est de transmettre ce que nous avons compris des différents points de vue liés à l’évolution des stations de ski. De la même manière les extraits de témoignages visent à cerner la difficile dialectique de l’offre et de la demande. Cette interrogation a émergé, par surprise, au cours des rencontres avec les témoins.

Time-code : 5’29’’« COFREMCA[8], ils avaient fait de grosses enquêtes de clientèle qu’ils rajoutaient à leurs propres enquêtes. Tous les ans, ce sont des gens qui suivaient l’évolution de la société française. On pouvait voir vers quoi tendre. Ça s’est avéré plus ou moins vrai d’ailleurs, vers quoi aller tendre la demande des gens. C’était une étude de la demande touristique. L’objectif, c’était de voir comment l’offre pouvait répondre à la demande et pour savoir quelle offre mettre en place ? L’esprit, c’était ça. Après, ça marche, ça marche pas, j’en sais rien mais l’esprit c’était ça : ʺben, on va s’occuper de la demandeʺ parce que c’est vrai qu’à un certain moment, on avait l’impression que l’on pouvait être décalé par rapport à cette demande des gens. Et dans la mesure où l’on voulait faire venir de plus en plus de monde, il fallait savoir qu’est-ce qu’attendent les gens pour mieux répondre à leur demande. Parfois l’offre crée la demande. Est-ce que c’est la demande qui crée l’offre ou est-ce que c’est l’offre qui crée la demande ? Je crois qu’il y a des interactions entre les deux, je crois que ce n’est pas ou l’un ou l’autre, ce sont les deux qui s’imbriquent ». (Ancien technicien de l’aménagement du territoire Hautes-Alpes).

Time-code : 6’23’’« On peut avoir tous les services que l’on veut pour essayer de coller le plus possible à ce que l’on souhaite, à faire coller la demande de la clientèle à ce que nous, on souhaite avoir comme clientèle. […] Entre la théorie et la pratique, il y a une marge. Mais par contre, partir d’un constat et dire que l’on voudrait passer à la gamme un petit peu au-dessus et que ça, c’est accessible avec tel ou tel service que l’on peut mettre en place à moindre coût mais de façon efficiente. Ça, oui, ce raisonnement, on devrait l’avoir, on ne l’a pas dans les stations. On l’a dans les stations mais c’est « il y a qu’à, faut qu’on ». Vous demandez à n’importe qui, oui, il faut l’autre clientèle, celle que l’on n’a pas. Les enquêtes de satisfaction ont leurs limites. C’est clair que les enquêtes de satisfaction, ce n’est pas ça qui va gérer une station ». (Ancien responsable de remontées mécaniques).

Time-code : 7’13’’  « Est-ce que les stations ont les moyens de leurs ambitions ou de l’ambition qu’elles prêtent aux clients ? Alors, OK, on dit que le client il a toujours raison, alors ma démonstration fait qu’effectivement si j’arrête de skier il faut que je fasse quelque chose. Au pire, s’il n’y a rien je prends un bouquin ou maintenant avec internet, la tablette ou autre et je m’occupe comme ça ou je retourne dans de bar du coin et je discute avec les gens ». (Ancien responsable des remontées mécaniques).

La dernière intervention de la POM pose la question d’un nouveau modèle de gouvernance à inventer dans l’avenir, une nouvelle voie au regard du monde actuel, éclairée par les expériences d’hier.

Time-code : 9’29’’« Les stations des Hautes-Alpes ont quelques difficultés. Encore que si on regarde l’évolution des journées skieurs sur ces dernières années, on s’aperçoit qu’elles ont progressé considérablement selon les skieurs. Ça veut dire que les stations des Hautes-Alpes ont réussi à se faire une belle place dans l’offre concurrentielle, en développant l’immobilier et en restructurant le domaine skiable. Aujourd’hui, elles sont confrontées à une difficulté qui n’est pas tant de leur fait, qui est plutôt de l’attente des clients. Au début du ski, les clients venaient dans des « cages à poule » et faisaient du ski. Donc on était très attentif à la qualité de l’offre ski. Après les choses ont un peu évolué, il fallait aussi être performant sur l’offre ski mais il fallait des résidences de meilleures factures. Et aujourd’hui, on est dans une troisième voie qui fait qu’il faut du bon ski, des belles résidences mais autour du ski une offre périphérique très séduisante parce que les gens skient beaucoup moins et du coup ils ont besoin d’activités d’après-ski considérables. Et la difficulté des stations des Hautes-Alpes, c’est celle-ci :c’est comment faire vivre ce modèle économique ? Comment est-ce que j’arrive avec la simple rémunération que j’ai sur mon outil de remontées mécaniques, à la fois à restructurer mes remontées mécaniques pour qu’elles restent compétitives, à aménager ma station et à diversifier mes activités qui sont toutes déficitaires ? » (Technicien, responsable de l’Agence de développement des Hautes-Alpes).

La POM : une invitation à l’échange

Sans nul doute, d’autres auraient eu à dire autrement, autre chose… des paroles manquent, des images pourraient évoquer ce qui est tu, comme par exemple les initiatives de gouvernance sur le territoire du Queyras. C’est à partir de la diffusion de la POM que s’ouvre la possibilité d’un débat. Chacun peut décider de partager ce qui le questionne à partir de ce qu’il a entendu. Chacun peut appuyer, dénoncer, interroger, illustrer, les paroles des uns et des autres à partir de sa propre place. La POM n’est pas un évènement en soi, c’est davantage son effet qui peut faire évènement. Son intérêt tient à la rencontre entre ce qui est donné à voir et à entendre avec celui qui écoute et regarde. Chacun l’aborde à sa manière, privilégiant les images, fermant les yeux pour se fixer à la parole. En cela, davantage qu’un objet de valorisation qui clôt la réflexion, la visée de Gouvernances en mouvement et au-delà de la POM comme outil de médiation culturelle, est une invitation à la réflexion et au dialogue.


[1] Cette méthode utilisée couramment en sciences humaines et sociales a  été la plus empruntée par le COA au cours de ces neuf années ; cependant, d’autres méthodologies ont été testées en fonction des collecteurs (documentaristes, collecteurs bénévoles…) et des objectifs assignés à certaines collectes.

[2] Le film oral a été pensé dès l’émergence du COA dans le but d’éviter le recours systématique au documentaire et permettre à la parole des témoins d’être valorisée au mieux. Ainsi les films « Paroles de Guides », « Gardiens, gardiennes » ont été réalisés dans cet esprit, soit scénario construit sur la base des paroles recueillies, ajout minimal d’images extérieures et absence de commentaire.

[3] Le cinéma sans image est une expérience testée par des documentaristes sonores (Katia Kovacic, Bat Sheva Papillon, Pascal Perrot…) visant à diffuser dans une salle de cinéma des documentaires sonores. Le Centre de l’oralité alpine et le Parc national des Écrins l’ont en commun proposé lors de manifestations de diffusion.

[4] Le site, né en 2011, est une plateforme commune département des Hautes-Alpes et Parc national des Écrins

[5] Ainsi, ont participé à cette POM, un ancien responsable du SEATM et un chargé de mission de l’aménagement du territoire haut-alpin, d’anciens directeurs des remontées mécaniques des stations des Orres, de Risoul, de Laye, de Superdévoluy et de Réallon, un moniteur de ski-agriculteur du Dévoluy, un responsable du tourisme sur le plan départemental et un directeur d’office du tourisme du Champsaur. Certains ont pu avoir en dehors de leur engagement professionnel, une représentation politique dans des communes à certaines périodes.

[6] Accessible sur le site http://www.pierresquiroulent.fr/

[7] La première équipe est composée d’Anne-Sophie Pico et Jean-Jacques Hernandez, la seconde de Julia Montredon et Sophie Kahn.

[8] La COFREMCA a été créée en 1954. Sa mission est d’aider à la compréhension et à l’anticipation des changements de la société en conseillant et en accompagnant ses clients dans la conduite stratégique de changement.