La singularité territoriale générée par le déploiement de la marque Parc naturel régional

Analyse comparative de cartographie de réseaux d’acteurs via le web

Par Nathalie CAYLA, PRAG, docteur en géosciences, Laboratoire EDYTEM

et Véronique PEYRACHE-GADEAU, maître de conférences, HDR, Laboratoire EDYTEM

Résumé

La mise en label ou en marque est devenue une modalité de l’action en contexte concurrentiel, pour les territoires comme pour les entreprises. En 2016, la création d’une nouvelle marque « Valeurs Parc naturel régional », à l’initiative de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France, est saisie comme une occasion de suivre l’impact de ce processus de renouvellement d’une labellisation sur les réseaux tissés entre les structures qui étaient jusque-là adhérentes à la marque Parc naturel régional (marque « Parc »). Dans cette perspective, ce travail, qui s’inscrit dans le champ des humanités numériques, analyse des données relatives aux réseaux que tissent des structures labellisées sur le web via les connections qu’elles créent entre elles, et avec d’autres, à travers la toile. Afin d’établir le corpus d’acteurs et les réseaux qui les réunissent plusieurs outils d’indexation de pages web, basés sur des algorithmes qui analysent les liens entre les sites, ont été testés. Par sa simplicité d’usage et le contrôle permanent qu’il propose, le logiciel libre Hyphe, a été retenu dans cette première phase. Après cette phase de data-mining les corpus sont visualisés sous la forme de graphes de réseaux d’acteurs. Le logiciel libre Gephi qui offre une interface dynamique d’analyse et de traitement permet alors de suivre la spatialisation du réseau produit par différents algorithmes.

Les points d’entrée sélectionnés afin de constituer les corpus sont les structures adhérentes de la marque « Parc » pour lesquelles ont pu être identifiés un site ou une page web. La même procédure de constitution de corpus appliquée à deux Parcs naturels régionaux (massifs des Bauges et Morvan) fait apparaître de grandes disparités d’organisation à travers les graphes obtenus. Celles-ci s’expliquent par des fonctionnements territoriaux historiquement différents du point de vue des modalités d’animation de l’ancienne marque « Parc », mais aussi des formes d’ancrage des relations entre les adhérents, ou encore du rapport des structures adhérentes au territoire parc.

Introduction

La labellisation est devenue une modalité de l’action en contexte concurrentiel, pour les territoires comme pour les entreprises. Les labels de reconnaissance ou de marques de distinction sont aujourd’hui des arguments prégnants aussi bien dans les stratégies d’ingénierie territoriale que pour les acteurs économiques soucieux de valoriser leur production. La multiplication des signes, labels ou marques, qui en résulte interroge la lisibilité et l’efficacité de ces processus. Elle interroge aussi ce qui se joue du point de vue des territoires. Quels sont les effets produits par les processus de labellisation sur le maillage territorial tel qu’il est notamment structuré par les liens entre acteurs économiques locaux ? Ce maillage est-il renforcé par des interconnexions entre les composantes labellisées et d’autres composantes ou au contraire la labellisation provoque-t-elle la segmentation des liens, le repli des réseaux sur quelques jeux relationnels sélectifs ? Est-elle l’occasion d’un élargissement des réseaux augmentant ainsi leur lisibilité ou bien contribue-t-elle à leur éclatement ?

Afin de répondre à ces interrogations, ce travail, qui s’inscrit dans le champ des humanités numériques, analyse des données relatives aux réseaux que tissent des structures labellisées sur le web via les connections qu’elles créent entre elles, et avec d’autres, à travers la toile.

Deux territoires sont retenus comme base d’expérimentation de cette analyse : les Parcs naturels régionaux du massif des Bauges et du Morvan qui, au-delà de la charte qui régit leur développement, sont également gestionnaires de la marque collective « Parc Naturel Régional » (marque « Parc »), qu’ils ont attribué, jusqu’en 2016, par un processus de labellisation, à trois types d’activités créées par des structures privées et associatives sur leur territoire : producteurs agricoles et agroalimentaires, prestataires de services d’accueil (hébergement, restauration et visites) et artisans et transformateurs.

À partir de 2016, le changement du processus de labellisation avec la création d’une nouvelle marque « Valeurs Parc naturel régional » (marque « Valeurs PNR »), à l’initiative de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France, est saisie comme une occasion de suivre l’impact du renouvellement d’une labellisation sur les réseaux tissés entre les structures qui étaient jusque-là adhérentes à la marque « Parc ». En observant ce que sont ces réseaux dans la période précédant le déploiement de la nouvelle marque on pose ici l’état de référence des interdépendances existantes entre structures adhérentes à la marque « Parc ». La marque « Valeurs PNR », qui sera désormais attribuée de façon à exprimer plus explicitement l’engagement des producteurs et prestataires à l’égard du label national, reconfigurera-t-elle les réseaux existants ou bien va-t-elle favoriser la création de liens entre nouveaux et anciens adhérents à la marque qui renforceront les réseaux actuels ? L’itération du protocole d’études mis en place devrait permettre dans les années à venir de répondre à cette interrogation.

Dans une première partie nous présentons le protocole d’étude mis en place puis nous rappelons les conditions de mise en œuvre de la nouvelle marque « Valeurs PNR » avant d’exposer les résultats de l’analyse comparative des réseaux d’acteurs labellisés marque « Parc ».

Cartographier les réseaux d’acteurs via le web

Les humanités numériques, terme créé en 2004, (Schreibman et al., 2004) s’appuient sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres aux SHS, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique (manifeste des digital humanities, 2010 Paris). Cette discipline est déjà ancienne puisqu’en 1949, le jésuite italien Roberto Busa initia une collaboration avec IBM afin de réaliser une fouille de textes de grande ampleur sur le corpus numérisé de Saint Thomas d’Aquin (l’Index Thomisticus). Elle connaît un renouveau important grâce à la convergence technique offerte depuis quelques années par le rapprochement des mondes de l’informatique et des télécommunications qui a permis l’émergence de techniques et d’outils innovants autorisant de nouvelles pratiques. Les humanités numériques investissent désormais un nouveau terrain d’enquête et de recherche : le web et les données numériques. Cependant, deux écoles s’y côtoient, l’une travaille sur des corpus numérisés (digital humanities) et l’autre travaille sur les corpus nativement numériques (digital methods). C’est dans le cadre de cette dernière école que s’inscrit le travail ici présenté.

Le data mining, à la base de ces investigations, produit des corpus importants qui nécessitent ensuite des outils de datavisualisation afin de les rendre compréhensibles.

Le choix des outils a nécessité une phase de test qui a permis de retenir les plus pertinents au regard des investigations à réaliser. Afin d’établir le corpus d’acteurs et les réseaux qui les réunissent plusieurs outils de data mining ont été testés. Ils utilisent des algorithmes qui analysent les liens entre les sites (Cardon, 2015) :

  • Ethnos-data de la société Soft-concept propose des modules d’investigations du web rapides et simples d’usage mais le coût et surtout l’opacité des algorithmes de recherche n’ont pas permis de retenir cette solution « clé en main » ;
  • Issucrawler du consortium Govcom a été créé dans les années 1990 par Richard Rogers du département de sciences et de technologies de l’université d’Amsterdam. Le web service propose différentes options de collecte de corpus par exemple par lien direct recherché de façon itérative à plusieurs niveaux de profondeur (snowball) ou par capture des seuls liens cités par au moins deux entités (co-link). L’interface de visualisation, simple d’usage, produit des graphes de réseaux de grande qualité qui sont exploitables sous Gephi (Rogers, 2010) ;
  • Hyphe, créé dans les années 2000 par le media Lab de Sciences-Po, a été développé dans le cadre de l’Equipex Dime-SHS (données infrastructures et méthodes d’enquête en sciences humaines et sociales) (Jacomy et al., 2016). Entièrement contrôlé par le chercheur, Hyphe permet de créer un corpus et non une simple base de données, en effet il ne prend pas en compte simplement les url des pages web mais les entités web définies par le chercheur. De plus, le web est un réseau réel qui a la particularité d’avoir une distribution des degrés en loi de puissance : un très grand nombre de nœuds ont très peu de liens et un petit nombre de nœuds beaucoup de liens. Ainsi, certains sites comme facebook sont des « aspirateurs » de liens et perturbent la création du corpus. Hyphe permet à tout moment de contrôler les entités qui feront ou non parties du corpus en les conservant ou en les rejetant. Enfin, Hyphe peut gérer plusieurs millions de pages web et plus de 100 000 entités. Par sa simplicité d’usage et le contrôle permanent qu’il propose, le logiciel libre Hyphe, basé sur python et mongoDB, a été retenu dans cette première phase.

Les résultats obtenus par ces différents outils de data-mining sont visualisés sous la forme d’un graphe de réseaux d’acteurs dont les points (les sommets ou les nœuds) sont les acteurs et les traits (arêtes ou arcs) les liens hypertextes qui les unissent. D’une lecture intuitive, celle-ci devient complexe quand les réseaux sont grands (avec beaucoup de nœuds) ou denses (avec beaucoup de liens). En 2008, le logiciel Gephi a été développé au sein de la Maison des Sciences de l’Homme par Mathieu Jacomy sous la direction de Dana Diminescu (Jacomy et al., 2016). Il offre une interface dynamique qui permet de suivre la spatialisation des réseaux suivant l’algorithme choisi. Parmi ceux-ci l’algorithme Force Atlas 2 (Jacomy et al., 2014) réalise une mise en forme dirigée en simulant un système physique d’application de champs de forces. À chaque itération, les nœuds, donc les acteurs, sont attirés comme des ressorts en rapport avec les liens qui les unissent et le réseau s’organise progressivement convergeant vers un état d’équilibre. Les acteurs connectés tendent ainsi à être positionnés à proximité les uns des autres, dans les mêmes régions de la figure. L’éloignement relatif de certains nœuds, donc des acteurs qu’ils représentent, indiquent qu’ils ont peu de liens, à l’inverse, des organismes voisins ont des relations fortes. Les acteurs ayant un haut degré d’entrée, donc cités par le plus grand nombre d’autres acteurs, sont positionnés au centre du réseau.

D’autres algorithmes qui sont disponibles sur Gephi et Hifan Hu semblent plus indiqués pour les petits réseaux, comportant un nombre limité de nœuds donc d’acteurs.

La marque « Parc » et l’émergence de la nouvelle marque « Valeurs PNR »

Les PNR sont nés d’un dispositif législatif dédié à la préservation et à la valorisation des patrimoines naturels et culturels (décret 67-158 du 1er mars 1967) qui encadre la procédure de leur classement. Les critères de classement d’un territoire en Parc naturel régional ont été ensuite précisés dans le décret 94-765 du 1er septembre 19941 (Art R. 244-4.) portant notamment sur : «  a) Qualité et caractère du patrimoine naturel, culturel et paysager, représentant une entité remarquable pour la ou les régions concernées et comportant un intérêt reconnu au niveau national. Le territoire est délimité de façon cohérente et pertinente au regard de ce patrimoine en tenant compte des éléments pouvant déprécier la qualité et la valeur patrimoniales du territoire […] ». Par ailleurs le même décret prévoit (Art. R. 244-12.) que « le classement vaut autorisation d’utiliser la dénomination « Parc naturel régional » et l’emblème du parc, déposés par le ministre chargé de l’environnement à l’Institut national de la propriété industrielle, sous la forme de marque collective ».

La marque « Parc naturel régional », déposée aussi « Parcs naturels régionaux de France », est donc une marque publique2, un objet juridique qui permet, à l’origine, de doter les parcs d’un signe commun contribuant à leur identité, et de se reconnaître sous la même bannière. Cette acception fédérative des parcs conduit à assimiler la marque davantage à un label. Cependant la loi prévoit aussi que l’État, propriétaire de la marque, délègue sa gestion à chacun des parcs à partir d’un règlement général d’utilisation de la marque. La marque se décline ainsi en marques collectives particulières pour chacun des parcs3. La marque est utilisée par chacun d’eux pour sa propre communication institutionnelle et elle a, dans ce cadre, une vocation de promotion aussi en direction des marchés. Enfin, elle peut être attribuée, par chacun des organismes gestionnaires de parc, à trois types d’activités créées par des structures privées ou associatives présentes sur leur territoire : producteurs agricoles et agroalimentaires, prestataires de services d’accueil (hébergement, restauration et visites) et artisans ou transformateurs possédant un savoir-faire spécifique4. Chaque tiers, candidat à la marque, s’engage, par contrat avec l’organisme gestionnaire du parc, à respecter les valeurs de la marque et de la charte du parc. À charge, pour chaque parc, d’accompagner les producteurs et prestataires dans leur démarche de mise en cohérence de leurs activités avec les objectifs de la charte du parc (Caron 2008).

Il y a là matière à s’interroger quant à l’usage de la marque destinée à la fois à servir de signal, de référence sur les marchés et destinée à montrer l’exemplarité d’un engagement dans le soutien aux valeurs fondatrices des parcs. Les acteurs privés titulaires de la marque doivent ainsi, de manière exemplaire, « contribuer au développement du territoire, à la construction de son identité, à la qualité de l’environnement, et leur production doit être de dimension humaine et maîtrisée. »

Le décret 94-765 institue ainsi deux registres différenciés de labellisation dont on peut questionner l’articulation. Celle-ci se traduit, dans l’animation de la démarche de labellisation, par la mise en tensions entre, d’un côté, l’objectif de garantir les missions d’intérêt général liées au classement du territoire en PNR et, d’un autre côté, la perspective de satisfaire les intérêts individuels des producteurs ou prestataires adhérents à la marque « Parc ». La résolution de cette tension réside dans la possibilité de faire valoir le principe fédératif à l’échelle des « marqués » entre eux, et donc de privilégier la dimension collective de la marque, sa capacité à faire du lien. L’animation a ici toute son importance en accompagnant les adhérents, au-delà de leur démarche individuelle, dans la construction d’une projection partagée, d’un réseau actif, orienté vers la mise en acte de la charte territoriale.

La fédération des PNR de France a engagé en 2013, en partenariat avec l’APIE (Agence du patrimoine immatériel de l’État5), une réflexion sur la marque « Parc ». Arrivée à vingt ans d’existence, et avec environ deux mille entreprises marquées, le bilan souligne que la marque « Parc » a besoin de clarifier sa lisibilité et sa visibilité au plan national, en vue d’apporter davantage de valeur ajoutée aux bénéficiaires, d’augmenter leur nombre mais aussi de simplifier les modalités de gestion (contrat et contrôle). Un autre élément est aussi mis en avant pour faire évoluer la marque : il s’agit de distinguer juridiquement la marque institutionnelle et la marque commerciale (source documentation FPNRF- Fédération des Parcs naturels régionaux de France).

Dans cette perspective, une approche marketing a été mis en place, avec élaboration d’un logo unique identifiant une nouvelle marque « Valeurs Parc naturel régional » qui doit permettre de lever l’ambiguïté d’un logo institutionnel jusque-là utilisé à la fois pour identifier le territoire parc et comme emblème apposé sur les produits et prestations marqués. Par ailleurs la nouvelle marque s’énonce à partir de trois valeurs : « contribution au développement du territoire parc », «  contribution aux enjeux de gestion de l’espace, de préservation de l’environnement, d’intégration paysagère » et « développement maîtrisé par l’homme et contribution à des enjeux sociaux6) ». Ces trois valeurs, conformes aux principes fondateurs des PNR, forment désormais le cœur de la promesse portée par la nouvelle marque dont il s’agit de définir les modalités d’évaluation et les critères susceptibles de garantir un niveau de qualité requis.

La nouvelle marque « Valeurs PNR » devient clairement un outil de la stratégie touristique des parcs ; celle-ci est présentée comme devant renforcer une offre qualifiée pour affirmer la destination parc. La nouvelle marque est promue comme la vitrine commerciale d’une offre de découvertes du territoire pour faire jouer son attractivité. Au sein des parcs, l’équipe technique est invitée à développer une culture économique qui jusque-là était peu appropriée. Celle-ci est orientée vers l’accompagnement des socioprofessionnels (du tourisme, de l’artisanat et de l’agriculture), et vise à élargir le nombre, voire la nature, des activités susceptibles d’être marquées. Les parcs endossent plus clairement la mission d’un marketing des produits et des activités ; ils se projettent et s’organisent aussi pour l’impulser auprès des socioprofessionnels sur leur territoire. L’attribution de la marque reste le fait de chaque parc mais la stratégie de la marque a été définie à l’échelle de la fédération des parcs, par sa commission nationale marque. Celle-ci « assure la cohérence entre les différents marquages par rapport au règlement général d’utilisation de la marque, commun à l’ensemble des parcs. La commission nationale gère la stratégie inter-parcs et donne un avis sur chaque projet de marquage présenté par les parcs. » (Fédération nationale des PNR, 2016, p. 23)

On constate ainsi que la labellisation, promue comme une modalité d’action territoriale, opère dans un cadre fédératif à la fois comme une mise en normes de ce que la qualité des activités et services peut être dans un territoire parc, et comme un processus de mise en cohérence avec les valeurs portées par les parcs. Valeurs revêtant ici des contenus hybridés, de nature éthique, économique, patrimoniale, identitaire. La labellisation territoriale s’accompagne aussi de la mise en place de cadres de concertation, de coordination entre acteurs institutionnels, locaux, individuels ou associatifs, pour produire des normes acceptées et légitimées, les traduire en conventions (règlements, chartes, référentiels) et les mettre en application.  Au-delà de ces cadres, comment se construit par le jeu de la labellisation le maillage territorial ? Quels sont les liens qui se tissent entre les adhérents à la marque et avec d’autres acteurs éventuellement sur le territoire ? En quoi le changement amorcé par la nouvelle marque « Valeurs PNR» va-t-il modifié ces liens ?

Analyse comparative des réseaux d’acteurs labellisés marque « Parc » dans les Parcs naturels régionaux du massif des Bauges et du Morvan

L’analyse proposée vise à décrire ce que sont les configurations réticulaires générées par la collecte de corpus de liens recensés sur le web à partir des structures identifiées au sein des deux PNR retenus pour cette étude exploratoire.

Les points d’entrée sélectionnés afin de constituer les corpus sont les structures adhérentes de la marque « Parc » pour lesquelles ont pu être identifiés un site ou une page web. Cela représente seize entrées sur les vingt-sept adhérents dans le PNR du massif des Bauges, et dix-sept sur les vingt et un adhérents dans le PNR du Morvan.

Après une itération d’indexation via le logiciel Hyphe, une analyse du corpus obtenu permet de conserver les entités web pertinentes et de rejeter celles qui ne le sont pas comme par exemple des hébergeurs, graphistes ou concepteurs de sites web.

Tableau 1 : tableau comparatif des corpus sélectionnés

L’analyse des données numériques brutes distingue nettement les deux réseaux d’acteurs obtenus. Celui du PNR massif des Bauges est grand (avec beaucoup de nœuds) mais peu dense (avec peu de liens) alors que celui du PNR du Morvan est moins grand mais beaucoup plus dense.

L’analyse visuelle des graphes obtenus confirme cette première observation et permet d’en faire une interprétation.

Le réseau obtenu pour le PNR du massif des Bauges (Figure 1) montre l’existence de deux communautés :

  • celle des acteurs privés (hébergeurs ou producteurs). Ils possèdent de nombreux liens avec les acteurs de leur territoire proche et sont également en étroite relation entre eux ;
  • et celle des acteurs institutionnels qui donne une visibilité des « marqués » à une échelle territoriale plus large.
Figure 1 : réseau des acteurs regroupés autour de la marque « Parc » du PNR du massif des Bauges (© N. Cayla)

Le réseau obtenu pour le PNR du Morvan (Fig. 2) montre l’existence de quatre communautés. Les deux premières sont centrées sur des acteurs du territoire : Morvan terroir et Achat Nièvre orientés vers la promotion et la commercialisation des produits dont ceux marqués. La troisième s’organise autour d’un acteur extérieur au territoire : Bienvenue à la ferme qui met en valeur les exploitants agricoles labellisés. La forte densité du réseau est principalement due à l’importante présence des pages Facebook des différents partenaires qui développent un maillage conséquent en relation avec les likes qu’ils se renvoient les uns les autres et constituent à eux seuls une communauté au sein du réseau.

Figure 2 : réseau des acteurs regroupés autour de la marque « Parc » du PNR du Morvan (© N. Cayla)

Au total, la même procédure de constitution de corpus, à partir des données du web, appliquée à deux PNR laisse apparaître de grandes différences dans la construction des réseaux à partir des adhérents à la marque « Parc ». L’interprétation de ces différences n’est pas simple, elles s’expliquent sans doute par des fonctionnements territoriaux historiquement différents du point de vue des modalités d’animation de la marque Parc, mais aussi des formes d’ancrage des relations entre les adhérents, ou encore du rapport des structures adhérentes au territoire parc. Des enquêtes complémentaires doivent s’engager pour répondre à ces questions et pousser plus loin l’analyse des processus de labellisation. On retiendra que l’analyse conduite ici atteste d’une dimension de singularisation des modalités de structuration des interdépendances entre acteurs labellisés mais ne permet pas d’en expliciter les fondements.

Conclusion

L’analyse de réseaux d’acteurs est une pratique courante qui, la plupart du temps, s’appuie sur des enquêtes de terrain. Le parti pris dans le travail présenté ici est de ne tenir compte que des données natives d’internet en analysant les relations existant entre acteurs sur la toile. Cette posture de recherche possède ses limites qui relèvent principalement de trois types de critiques : épistémologiques, éthiques et méthodologiques. Les premières interrogent la représentativité des données du web, des acteurs peuvent être très proches mais ne pas avoir de liens sur la toile. Les secondes relèvent la nécessité de rester indépendant des acteurs du Web. La recherche présentée ici garantie cette indépendance puisqu’à chaque étape de la création et de l’analyse des corpus le chercheur contrôle ses données qu’il peut sélectionner en fonction de leur pertinence. Enfin les dernières critiques qui portent principalement sur la nature exacte des algorithmes utilisés nous ont incitées à choisir celui élaboré par une équipe associant développeurs et chercheurs en SHS.

Les résultats présentés ici caractérisent le temps zéro de la mise en place de la nouvelle marque « Valeurs PNR » et servira de référence à l’itération des corpus qui nous aideront à répondre à nos questions de recherche. La mise en œuvre de la nouvelle marque « Valeurs PNR » devrait voir se reconfigurer les réseaux obtenus dans cette première analyse. On peut notamment se demander si la labellisation va tendre à homogénéiser les manières d’interagir, de communiquer des adhérents, et à conforter leurs liens au sein des parcs et/ou à l’échelle plus large du réseau des parcs.

Bibliographie
  • Cardon D. (2015). À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des Big Data. Paris, Seuil, La République des idées, 105 p.
  • Caron A. (2008). « La marque « Parc Naturel Régionalʺ : un dispositif original pour valoriser des stratégies de développement durable fondées sur les ressources agricoles et agroalimentaires des territoires insulaires ultramarins  », Études caribéennes [En ligne], URL : http://etudescaribeennes.revues.org/3460 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.3460
  • Dacos M., Mounier P. (2015). Humanités numériques : état des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international. [Rapport de recherche] Institut français, 89 p.
  • Fédération Nationale des PNR, (2016). Questions – réponses sur les Parcs naturels régionaux, argumentaire, avril 2016.
  • Jacomy M., Girard P., Ooghe-Tabanou B., Venturini T. (2016). “Hyphe, a Curation-Oriented Approach to Web Crawling for the Social Sciences. International AAAI Conference on Web and Social Media”, May 2016, Köln, Germany. Association for the Advancement of Artificial Intelligence.
  • Jacomy M., Venturini T., Heymann S. et Bastian M. (2014). « ForceAtlas2, a continuous graph layout algorithm for handy network visualization designed for the Gephi software », PLoS ONE
  • Musso P. (2008). La révolution numérique : techniques et mythologies. La Pensée, 355 p.
  • Rogers R. (2010). “Internet Research: The Question of Method—A Keynote Address from the YouTube and the 2008 Election Cycle in the United States Conference”, Journal of Information Technology & Politics, 7:241–260, 2010
  • Schreibman S., Unsworth J., Siemens R. (2004). A Companion to Digital Humanities, Blackwell publishing,
  1. Décret pris pour l’application de l’article L. 244-1 du code rural et relatif aux parcs naturels régionaux []
  2. Dont la gestion et la défense sont concédées à la Fédération des Parcs naturels régionaux de France sous la forme d’une licence exclusive d’utilisation. []
  3. Des licences exclusives d’exploitations sont concédées aux organismes gestionnaires de chaque parc. []
  4. Jusqu’en 2016 ce marquage d’activités a donné lieu à trois identités (produits, accueil, savoir-faire) sur des supports de promotion. []
  5. L’Agence du patrimoine immatériel de l’État a été créée en 2007. Sa mission est d’aider l’administration à identifier le potentiel de patrimoine immatériel public (données, expertises, logiciels, lieux, marques…) et à mettre en place les stratégies de protection et de valorisation pertinentes. []
  6. Les six parcs de Rhône-Alpes ont affirmé « que leur marque est bien éthique et porteuse de leur projet de territoire et qu’il faut renforcer leurs critères sur cette dimension des valeurs des parcs dans leurs référentiels » (TER’avenir TAMS 2008 p.41 []