Originalité et dynamique des villages montagneux au Haut Tell Tunisien

Étude du cas des dachras 

Par Hamza AYARI, agrégé et doctorant en géographie, faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, U.R: BiCADE- FLAH- Manouba
Résumé 

La région du Haut Tell occupe la partie méridionale du nord ouest de la Tunisie. Elle se caractérise par des formes d’habitat groupées, le plus souvent dans des villages montagneux. Parmi ces villages se distinguent les dachras qui ont attiré la population depuis l’antiquité grâce à leur situation entre les parcours forestiers et les plaines céréalières. Ils sont dotés de sources karstiques à haut débit sous lesquelles prospère une arboriculture irriguée.

La majorité de ces sites perchés est incapable d’accueillir les services de base programmés par l’État tunisien après son indépendance. Pour cette raison, des noyaux de petits groupements de services sont créés sur les routes, dans les plaines et les fonds des vallées. Au contraire, les dachras accessibles ont connu une extension urbaine et se sont transformés en de véritables villes. Seuls les dachras inaccessibles ont connu une désertification totale.

Les activités autour des dachras ont connu des transformations en parallèle à ces mutations. À ce propos, les modes communautaires d’élevage ont disparu. Les troupeaux sont dominés par les ovins aux dépens des bovins et des caprins. L’arboriculture a connu un recul devant l’extension urbaine dans les dachras accessibles mais a cependant pu résister et s’est même étendue dans les dachras isolés grâce à la création des nouveaux groupements des services et de population en aval. La conservation des éléments d’originalité leur ont octroyé une attractivité pour le tourisme intérieur.

À la suite de la translation de la population des versants environnants, les dachras perchés ont perdu leur rôle de commandement de l’espace local au profit des nouveaux groupements en aval. Par conséquent, un nouvel ordre qui marginalise les dachras apparaît dans la hiérarchie des composants de l’espace local.

Introduction

La région du Haut Tell est une région intérieure de la Tunisie qui se situe entre les plaines de Medjerda au nord, la frontière algérienne à l’ouest et la chaine de la Dorsale au sud et à l’est. Elle se caractérise par des milieux méditerranéens semi-arides. Ses montagnes abritent une population relativement dense dans des douars et des villages à côté des forêts de pin d’Alep. Parmi ces derniers, se distinguent des villages originaux installés sur des sites perchés autour des sources karstiques à haut débit sous lesquelles prospèrent des jardins arboricoles. Ces villages connus sous le nom de « dachras » ne sont pas épargnés par les mutations socio-économiques de la Tunisie depuis son indépendance malgré la marginalisation des régions intérieures auxquelles appartient le Haut Tell. Les tentatives d’équipement ont rencontré plusieurs défis vu l’isolement des dachras et leurs espaces restreints inaptes à accueillir des nouvelles constructions. Divers types de stratégies sont adoptés pour l’équipement de cette région montagneuse de la Tunisie. L’adaptation des dachras à ses stratégies diffère selon les caractéristiques des milieux locaux, le plus souvent selon la topographie et l’emplacement par rapport à la structuration des espaces locaux. Les dachras ont montré plusieurs dynamiques face aux nouvelles mutations et à la réorganisation de l’espace local. Quels sont donc les éléments d’originalité des dachras? Quelles sont les dynamiques qu’ils ont connues? Et quels sont leurs impacts sur l’occupation du sol, l’activité rurale et l’organisation de l’espace local?

L’ORIGINALITÉ DES DACHRAS

Les sites des dachras 

Les dachras « se sont constitués autour d’une source selon un processus qu’il n’est pas malaisé de découvrir » selon Charles Monchicourt, géographe, explorateur et officier miliaire qui a publié sa thèse en géographie sur le Haut Tell tunisien en 1913. Pour diverses raisons, le plus souvent défensives, les dachras occupent des sites perchés qui surmontent des plaines ou des vallées. Quelques-uns parmi eux occupent des formes d’inversion du relief de type atlasique sous les corniches des synclinaux perchés comme c’est le cas pour El Kef et Djebba. D’autres occupent une situation de monticule dégagée au niveau du mi-versant comme c’est le cas de Madioula, Bhirine au massif de Bargou et de Zriba au mont Serj. Rares sont les cas où les dachras occupent des piedmonts à l’exception d’Ellès ou de Sidi Hmada qui est installé sur un cône de déjection épais et adossé au versant très pentu du mont Serj.

Photo 1 : les dachras de Sidi Hmada et Zriba à côté du parc national de Serj. Photo prise en mars 2017 © auteur

Tous les dachras sont installés sur des sources karstiques à haut débit qui permettent aux habitants de pratiquer une arboriculture dominée le plus souvent par le figuier et l’olivier avec des cultures maraichères sur des petites terrasses. Quelques-uns sont dotés de plusieurs sources.

Les sites dégagés des dachras disposent de  plusieurs atouts bioclimatiques. Ils sont exposés à un ensoleillement important en hiver et sont moins sujets aux vagues torrides du sirocco qui se concentrent entre les montagnes en été. Ces sites sont connus aussi par l’importance des brises en été.

Tous les dachras sont adossés à des forêts. Certains sont entourés des forêts comme c’est le cas au versant sud de Bargou et à Aїn D’hab. Ces forêts à pin d’Alep représentent une source d’approvisionnement en bois de chauffe ou de construction des toitures des habitats et servent de parcours pour le bétail dominé par les bovins et les caprins. Tous ces facteurs ont favorisé l’installation sur ces sites depuis l’antiquité. La majorité des dachras est installée sur des ruines de villes romaines et plusieurs parmi eux tirent leurs noms de cette période comme ceux de Djebba (Thijibba Bure), Teboursouk (Tubursucu Bure), Ellès (Lares) et Lorbeus (Laribus).

Photo 2 : Le dachra de Kessra est le plus haut village en Tunisie. Photo prise en juin 2015 © auteur
L’originalité des structures des dachras 

De première vue, les dachras paraissent sans structure claire à cause du manque d’espace destiné à la construction. En réalité, les structures des dachras reflètent une sociologie originale. Ils sont constitués de divers quartiers selon les origines multiples de leurs habitants. Ces petites entités sont constituées de rues ou de ruelles qui convergent vers une placette au centre. Rares sont les dachras qui sont fragmentés en plusieurs compartiments séparés comme c’est le cas pour Djebba où il y a quatre noyaux séparés et dispersés entre les vergers.

Dans plusieurs cas, cette placette sépare les deux parties du même dachra où l’on trouve des dénominations de Haut et de Bas qui s’appliquent aux deux compartiments du village selon sa disposition, comme dans quelques villages dans les Alpes (Monchicourt 1913). Par exemple, Nebeur est constitué de deux parties séparées par une placette au centre à savoir « El Fougania » (haut) et « El Loutania » (bas). Sidi Hmada est pourvue de la placette d’El Amsal qui sépare les trois quartiers du dachra traversé par des têtes de ravins. Bhirine au massif de Bargou est doté d’un site splendide sur un rocher pentu sur lequel les deux compartiments du dachra sont séparés par une belle placette qui sert d’espace de loisirs et de fêtes. Dans d’autres cas cet espace sert aussi de marché hebdomadaire comme à Nebeur. Dans quelques dachras la placette centrale est absente mais un espace restreint le remplace comme à Kessra où les hommes se rencontrent dans les cafés en face d’un ruisseau et les enfants animent l’espace autour des sources en été.

En plus des habitats, les dachras sont constitués de monuments religieux, notamment les marabouts qui servent d’apprentissage de l’écriture et du Coran aux jeunes. Rares sont les dachras qui sont dotés de mosquée ou zaouia (école coranique) vu la faiblesse de la taille de la population. Plusieurs dachras accueillent un cheikh qui s’occupe de cette tâche. Les cimetières sont séparés des quartiers et se trouvent généralement autour des marabouts.

Les sources avec leurs eaux pures et abondantes permettent de pratiquer l’arboriculture. Elles sont dotées de piscines ou de cuvettes qui servent de lavoirs de laine mais elles sont rarement utilisées comme abreuvoirs pour le bétail.

Les ruines romaines sont éparpillées presque dans tous les dachras. Parfois des sites entiers ou des tronçons de murailles se situent dans les dachras comme c’est le cas à Teboursouk et El Kef. Des blocs de pierres taillées provenant à la période romaine s’observent dans quelques murs comme à Kessra.

À partir de leurs sites rocailleux, le plus souvent sur des affleurements de calcaire grossier, des trainées de blocs et des sols pierreux connus localement sous le nom de « sfaya », les habitants construisent leurs maisons selon des modes originaux. Les murs sont épais et construits de pierres remplies de terre, ce qui permet d’atténuer les températures extrêmes que ce soit en hiver ou en été. Dans plusieurs habitats en ruine on a observé des tronçons du bois qui augmentent la plasticité de l’édifice et atténuent les risques d’effondrement des murs. Les maisons sont constituées de petites chambres avec des toitures en bois de pin d’Alep comme à Nebeur et parfois de cyprès ou de genévrier de Phénicie comme à Kessra. Au dessus des troncs serrés les uns aux autres, une couche de dyss ou de ciste de Montpellier, recouverte par une couche de terre mélangée au foin, couvre les toitures à très faible inclinaison. Les fenêtres sont de petites dimensions. Les étables sont rudimentaires et situées hors des habitats.

Presque tous les dachras sont dotés d’une huilerie qui sert à transformer la récolte des olives en huile. Dans les dachras qui ne disposent pas d’huileries, on observe parfois les vestiges de moulins en pierres destinés à extraire l’huile de l’olivier.

À partir des sources, plus précisément de la principale, naît un réseau complexe de seguias (aqueducs à ciel ouvert) irriguant les figuiers juste en dessous, autour des seguias et des oliviers plus bas.

Les activités de la population des dachras 

Les dachras se caractérisent par trois activités principales à savoir l’arboriculture, l’élevage, en particulier bovin, et la céréaliculture. Ces activités ne sont pas limitées aux dachras mais leur coexistence est une originalité de ces derniers. Si les villages montagneux sont dotés d’arboriculture ou d’élevage, les dachras ont des terrains céréaliers même dans des espaces lointains comme c’est le cas pour les dachras de Bargou (Auclair 1995). La propriété des terrains céréaliers confirme une certaine ancienneté des dachras vu que plusieurs villages montagneux dans des milieux analogues sud méditerranéens (Kabylie, Haut Atlas, Kroumirie etc.) sont privés de ce type de propriétés, notamment dans les secteurs forestiers.

La présence de terrains céréaliers et la proximité des forêts sont des facteurs favorables à l’élevage. Comme dans tout le sud de la méditerranée et à l’inverse des Alpes, les éleveurs s’orientent vers la forêt en hiver, saison durant laquelle la croissance de l’herbe aux champs est très lente sous les conditions anticycloniques accompagnées du froid. Les forêts autour des dachras sont des pâturages convenables pour les bovins, notamment avec les graminées de dyss et aux caprins avec le sous-bois constitué de romarin, bruyère multiflore et oléastre etc. Les éleveurs s’orientent vers les plaines où se trouvent les jachères labourées au printemps et vers les chaumes après la moisson du blé en été.

En parallèle aux modes d’élevage privés, les dachras se caractérisent par une diversité des modes d’élevage originaux. On cite tout d’abord des modes communautaires comme c’est le cas à Nebeur où un seul berger s’occupe du troupeau appartenant à la totalité du dachra dont chaque ménage possède une ou deux têtes bovines destinées à l’autoconsommation de lait. Le mont de Bargou se caractérise par un mode d’élevage unique en Tunisie qui consiste en un troupeau sauvage en parcours libre dans la forêt constitué de bovins de race berbère pure. Aucun des habitants n’a le droit de vendre une tête de ce troupeau mais durant les occasions sociales telles que les fêtes de mariage, quelques hommes s’orientent vers la forêt pour chasser un bovin avec un fusil. Au mont Serj, l’actuel parc national, il y a aussi un troupeau en parcours libre qui est abandonné volontairement par un éleveur de Sidi Hmada depuis quelques années et qui s’est transformé en troupeau sauvage adapté aux conditions topographiques difficiles du versant très pentu. Sur le versant inverse, des chevaux sont abandonnés dans la forêt après la fin des travaux de labour en automne et seront captés vers la fin du printemps, durant la saison de stockage de l’herbe séchée et de la moisson d’orge précoce. À l’inverse des bovins, rares sont les cas d’élevage communautaire des caprins.

L’arboriculture n’est pas l’activité la plus rentable pour les dachras vu l’étroitesse des circuits de commercialisation des produits qui sont limités aux marchés hebdomadaires proches. L’arboriculture n’est pas limitée aux surfaces couvertes par le réseau des seguias. Juste sous les sources, l’arboriculture est diversifiée avec une prédominance du figuier. Elle est en réalité une arboriculture étagée et constituée de cultures maraichères sur des terrasses très rapprochées sur des pentes fortes. Ensuite un étage de grenadiers ou de vignobles surmonté par des figuiers comme c’est le cas à Kessra, Djebba ou Aїn Hammam près de Nebeur. Hors de cette zone à irrigation régulière, c’est l’olivier qui domine les autres espèces. Ce dernier a la capacité de résister à la sécheresse estivale étalée. Il ne profite des eaux d’irrigation que durant les années pluvieuses ou durant les averses grâce aux eaux excédentaires.

Les eaux sont distribuées de manière équitable entre tous les ayant-droits selon un temps déterminé par des conventions héritées qui sont parfois écrites par des notaires. Plusieurs aménagements sont nécessaires pour éviter les contraintes de la topographie. En plus du réseau de seguias peu larges et creusés au sol, des tronçons sont taillés dans les obstacles rocheux. Certains aménagements remontent à la période romaine. Des sections d’aqueducs portés sur arc assurent l’acheminement des eaux vers les sections traversées par des ravins, et d’autres sont canalisées sous le sol comme c’est le cas à Nebeur.

Autour des seguias qui acheminent les eaux et sur les haies qui délimitent les petites exploitations arboricoles, prospère une végétation verdoyante constituée de divers arbres fruitiers spontanés et d’une végétation ripicole diversifiée, constituée de ronce, menthe sauvage, roseau, laurier rose, saule, peuplier, ormeaux, frêne et églantine etc. À partir de cette dernière espèce, la population distille des eaux de rose.

Au niveau le plus bas s’étendent les champs céréaliers sur lesquels la population pratique une céréaliculture par rotation biennale entre blé et jachère labourée. L’orge est peu cultivée et elle est destinée le plus souvent à la nutrition du bétail. Elle sert de parcours connu sous le nom de « gsil » jusqu’au début du mois de mars, date à partir de laquelle elle est conservée pour reprendre sa croissance jusqu’à la fructification. Sa récolte précède celle du blé d’environ un mois et ses graines sont emmagasinées, comme l’herbe séchée, pour l’alimentation complémentaire du bétail en hiver.

La dynamique des dachras  

Malgré la marginalisation continue des régions montagneuses de la Tunisie intérieure auquel appartient le Haut Tell, cette dernière n’est pas épargnée par les mutations socio-économiques. La majorité de ses dachras sont incapables de s’équiper à cause de leurs sites enclavés. Pour cette raison, plusieurs stratégies sont adoptées selon la situation et l’emplacement des dachras dans l’espace local.

L’apparition des nouveaux centres de services administratifs dans les plaines en aval des dachras 

En plus des sites perchés et à la topographie accidentée, l’absence d’un espace suffisant pour accueillir les établissements des services de base a incité l’État tunisien à installer ces derniers sur les routes principales en aval des dachras. Les exemples les plus significatifs sont ceux de Kessra et de Nebeur. Dans les deux cas des nouveaux centres sont créés à environ 1km des dachras. Les équipements pionniers sont des filiales locales de l’Office des céréales et les lycées. En parallèle, l’État a créé des habitats pour la population déshéritée des montagnes environnantes en but de promouvoir l’habitat rural dominé par des formes rudimentaires. L’objectif réel de cette politique est le rassemblement de la population montagnarde autour de services, notamment les écoles primaires. Ensuite ces nouveaux centres ont attiré la population des espaces ruraux et montagnards et ont dépassé les dachras en taille. L’exemple de Djebba représente un cas particulier puisqu’il n’y a pas de création d’un nouveau centre de services mais plutôt le choix d’une commune proche pour l’accueil des services à savoir le domaine de Saint Joseph de Thibar fondé en 1927 par les Pères Blancs, des missionnaires français qui ont fondé un centre de formation professionnelle dans la plaine de la moyenne Medjerda et ont valorisé plusieurs produits de terroir.

Carte 1 : Le dachra de Nebeur, constitué de deux parties haut et bas (à la manière de plusieurs villages dans les Alpes), a connu une dynamique remarquable de l’occupation du sol à la suite de la création de la Nouvelle Nebeur dans la plaine en 1980. L’expansion de cette dernière aux dépens de l’oliveraie menace sérieusement l’arboriculture. Source : AYARI H., Développement rural et dynamique de la végétation dans le Haut Tell Friguien Occidental, thèse de géographie déposée à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis © Droits réservés 

L’installation des services dans les fonds des vallées et la translation de la population des dachras vers l’aval 
Photo 3 : Le dachra de Bhirine au mi-versant est totalement déserté à la suite de la translation de sa population vers le fond de vallée. Photo prise en mars 2017 © auteur

Les dachras situés dans les secteurs montagneux n’ont la possibilité de se relier au réseau routier qu’au travers des fonds des vallées comme c’est le cas au couloir d’oued Bargou. La création des routes pour ses dachras n’a abouti qu’à la destruction de leurs sites puisqu’ils se sont installés sur des monticules ou des rochers étroits. De plus leurs sites sont très pentus. L’État a créé quelques services de base dans le couloir de Bargou qui ont attiré la totalité de la population des dachras de Bhirine et Ghar. La population de Madioula a quitté à son tour son dachra, elle est aujourd’hui installée dans un groupement créé près de la source principale à partir de laquelle les eaux sont acheminées vers Tunis depuis la période coloniale. L’essentiel des services administratifs sont installés très loin dans la plaine de Robaa où un petit groupement est créé comme centre de délégation sans attirer une population importante (Auclair 1995). La désertification complète est achevée en 2000 avec le déplacement des derniers habitants. La population déplacée vers le fond de vallée n’a pas abandonné son arboriculture à côté des dachras désertés et elle continue à greffer l’oléastre et planter des nouvelles surfaces en arboriculture, notamment en pommiers et en cerises en profitant d’une nappe importante d’eaux douces. Au contraire, le dachra d’Aїn D’hab, près de la célèbre grotte karstique du mont Serj, a connu une désertification totale et un abandon des jardins arboricoles.

Un rôle de commandement et une extension urbaine des dachras à topographie accessible

Ces derniers dachras étaient reliés par la voie romaine Carthage-Théveste (Tebessa). El Kef renferme plusieurs vestiges puniques, numides, romains et ottomans. Teboursouk, située près du célèbre site romain de Dougga, contient à son tour des ruines romaines dans son dachra. Situés sur une route principale qui relie Tunis à Souk Ahras en Algérie et qui traverse des plaines peu larges, ces dachras ont joué le rôle de villes à fonction administrative leur permettant ainsi de commander l’espace local et régional. El Kef a accueilli l’essentiel des administrations régionales depuis la période ottomane. Ce rôle s’est renforcé avec la colonisation française de sorte que cette ville s’est transformée en une capitale du Haut Tell entier. Grace à son meilleur emplacement, la ville a attiré les européens. En 1911, il y avait 1200 européens dont 800 italiens et 340 français sur un total de 5000 habitants au Kef (Monchicourt 1913). Elle a attiré aussi des algériens, surtout des réfugiés durant la guerre d’Algérie. De nos jours elle avoisine les 75000 habitants.

Ces deux dachras ont dépassé les villes locales situées dans les petites plaines et sont desservies par les lignes de chemins de fer qui relient les communes minières du Haut Tell à la capitale telles que les villes de Gaafour et Dahmani. Si le dachra de Teboursouk a connu une extension similaire au rythme des autres communes locales, le dachra du Kef a connu la création d’une série d’administrations alignées au pied de sa médina durant la période coloniale. Ensuite, se sont installées les nouvelles administrations régionales en parallèle avec l’extension des quartiers des nouveaux venus vers l’aval. L’extension des deux dachras du haut en bas a abouti à l’apparition d’un plan radial demi-circulaire.

La dynamique de l’occupation du sol, des activités et la réorganisation de l’espace autour des dachras

La disponibilité en eaux et la dynamique de l’occupation du sol autour des dachras 

L’eau est le facteur primordial dans la détermination de l’occupation du sol, des pratiques agricoles et de l’installation de la population autour de la Méditerranée, en particulier sur ses rives méridionales et orientales. En plus des variations annuelles des débits des sources qui peuvent atteindre un étiage complet comme c’est le cas pour la source principale de Kessra à l’été 2016, des nouveaux défis menacent sérieusement les dachras et déterminent la dynamique de l’occupation des sols, en particulier les surfaces arboricoles.

Photo 4 : La valorisation récente du figuier comme produit de terroir a abouti à son expansion même hors des surfaces arboricoles des dachras, notamment autour des lacs collinaires et des sources. Photo prise en mars 2017 © auteur

Les politiques de développement, qui ont pris en compte l’approvisionnement en eaux des secteurs ruraux lointains des dachras et des nouveaux groupements créés en aval, ont intégré les eaux des nappes phréatiques des dachras au réseau public d’exploitation des eaux potables. Plusieurs unités d’exploitation des eaux minérales sont créées sur les nappes aquifères des dachras comme par exemple Aїn Melliti sur la cuvette perchée entre les dachras de Teboursouk et Djebba, Aїn Soukra près du dachra de Sidi Morched, une unité à Oued Boussaadia et une à Dmen El Kharroub au couloir de Drija. Le prélèvement de quantités énormes de ces nappes a diminué le quota destiné à l’irrigation des surfaces agricoles autour de quelques dachras, notamment à Nebeur qui a connu un rétrécissement des surfaces irriguées. Si les vieux oliviers ont résisté au manque d’eau, puisqu’ils ne sont irrigués qu’avec les quantités excédentaires, les vergers constitués d’une arboriculture diversifiée dominée par le grenadier ont disparu des surfaces privées d’irrigation. À la suite de la baisse des revenus de l’arboriculture dans la huerta (vergers irrigués) à cause du manque d’eau, plusieurs parcelles d’olivier sont vendues et l’oliveraie a reculé face à l’extension urbaine de la nouvelle Nebeur en aval. L’oliveraie de Teboursouk est à son tour menacée par ce phénomène. Dans ce dernier exemple les cultures maraichères sont en régression et plusieurs vergers sont abandonnés devant l’extension de l’espace bâti qui encercle l’espace cultivé. La situation de l’arboriculture sous El Kef est plus tragique, l’oliveraie étant totalement éliminée.

À l’inverse des situations de régression des surfaces arboricoles citées plus haut, quelques dachras ont connu une extension de l’arboriculture irriguée et par conséquent une forte concurrence sur les eaux grâce à une forte demande de leurs produits de terroirs comme c’est le cas pour Djebba qui a obtenu une labellisation d’une variété locale de figuier connue sous le nom « Bouhouli ». Les plantations de cette variété sont en expansion et ont touché le domaine viticole de Saint joseph de Tibar. Kessra a connu à son tour une extension importante des plantations de figuier. L’extension de ses quartiers n’a pas touché les surfaces arboricoles grâce à leurs terrains très pentus. Dans ce dernier exemple, c’est la nouvelle Kessra créée sur la route Kef-Kairouan,  et l’apparition d’un nouveau quartier sur la cuvette perchée en haut des sources, qui ont épargné les jardins arboricoles de l’extension du dachra. L’essentiel des nouvelles plantations a concerné les clairières qui sont dotées de petits lacs collinaires. L’accroissement considérable de la production de figuier et sa commercialisation dans les grands marchés nationaux ont donné à la variété « Zidi » une primauté sur toutes les autres variétés.

La dynamique des activités autour des dachras

En plus de la dynamique de l’occupation du sol, les dachras ont connu une dynamique de leurs activités propres. Le changement le plus distinctif concerne l’élevage qui a connu des mutations dans sa composition et ses modes. Les troupeaux qui étaient constitués en majorité de caprins sont à nos jours dominés par les ovins dans les plaines. Les bovins ont connu à leur tour une diminution remarquable de leurs effectifs. Ce retrait peut s’expliquer par les impacts des années de sécheresse, en particulier celle de 1988, et par l’apparition du commerce des fourrages constitués de foin et d’herbe séchée sur les routes dans les plaines, ce qui a augmenté leurs prix. De plus, la promotion du statut administratif de plusieurs dachras, d’un conseil villageois vers une municipalité, a interdit l’élevage des bovins.

Les modes communautaires d’élevage ont complètement disparu des dachras, à l’exception du troupeau de race sauvage du mont Bargou. Les dachras sont liés de nos jours aux réseaux de collecte du lait, ce qui permet aux éleveurs de commercialiser leur produit à l’inverse de la période précédente durant laquelle la totalité du lait était destinée à l’autoconsommation ; le surplus est transformé en dérivés, notamment en beurre, ou distribué gratuitement aux non-éleveurs. Les éleveurs ne comptent pas beaucoup sur les parcours forestiers. Ces parcours ne sont destinés que rarement à la saison hivernale. Généralement, l’élevage dans les dachras est peu rentable par rapport à celui dans les plaines.

La médiocrité des revenus dans les dachras a accentué les mouvements d’émigration rurale vers les villes de la Tunisie littorale durant les dernières décennies. Leur manque d’attractivité, lié à un taux de chômages élevé, est peu compensé par le rayonnement touristique. De nos jours, les dachras, y compris ceux qui sont désertés, représentent les destinations principales des randonneurs tunisiens. Les plus célèbres sont ceux de Kessra et Djebba. Les sources et les vergers représentent leurs principaux éléments d’attrait. En plus, ces dachras sont situés près de sites romains comme le site de Dougga (Thugga) pour Teboursouk, de Maktar (Maktaris) pour Kessra de Mdeїna (Altiburos) et de la Table de Jugurtha pour El Kef. Les dachras ont profité aussi de leur proximité avec des sites reconnus et attractifs propres à leurs milieux naturels comme les grottes karstiques du parc national du Serj, en particulier la célèbre grotte d’Aїn D’hab très fréquentée par les jeunes randonneurs et les excursions à partir des universités, les divers sites rocheux notamment le rocher au niveau du tunnel d’El Garia et les roches-champignons en haut de Kessra. L’attachement culturel des émigrés et les liens sociaux sont les principaux facteurs d’attraction de ces dachras qui sont fréquentés durant les vacances et les événements sociaux et culturels tels que les festivités traditionnelles et les festivals récemment créés comme celui du figuier à Kessra.

Photo 5 : l’attractivité touristique a créé quelques activités à Kessra comme la commercialisation de figuier séché. Photo prise en mars 2017 © auteur
La réorganisation de l’espace autour des dachras 

À la suite des dynamiques de l’occupation du sol, de la population et de ses activités, un nouvel ordre caractérise actuellement l’organisation de l’espace autour des dachras. L’ordre classique qui place les dachras dans une situation intermédiaire entre les villes locales et les unités élémentaires de population, à savoir les douars installés sur les versants et les clairières forestières, a connu une translation vers l’aval. En effet, l’enclavement a participé à une émigration massive de la population montagnarde vers les nouveaux groupements créés sur les routes et dans les plaines, et par conséquent les secteurs montagneux au-delà des dachras se sont marginalisés. Les dachras ont perdu leur importance et se trouvent à la marge du nouvel ordre spatial. Ils sont peu rayonnants sur les espaces ruraux qui les entourent. Au contraire, les  nouveaux centres créés en aval ont attiré la majorité des services administratifs, notamment les collèges, les lycées, les PTT, les filiales de l’Office des céréales, les stations du transport rural et des bus, et même les marchés hebdomadaires comme c’est le cas pour la nouvelle Kessra, la nouvelle Nebeur et Tibar. Ces nouveaux centres ont attiré même des services qui étaient installés dans les dachras auparavant. Ces services administratifs et économiques ont transféré le rôle du commandement de l’espace local des dachras au profit des nouveaux centres en aval.

Carte 2 : dans l’exemple du dachra de Kessra, la création d’un centre de services sur la route en aval représente un facteur de conservation des éléments d’originalité des dachras, notamment l’arboriculture liée aux eaux des sources à haut débit © Droits réservés

Conclusion

Les dachras sont des formes d’installation groupée dans la région du Haut Tell tunisien. Ils tirent leur originalité de leur ancienneté et des éléments d’attachement des hommes à la montagne au sud de la méditerranée à savoir : la forêt, l’arboriculture, l’élevage et la céréaliculture. Si cette dernière n’a aucune relation avec les sources à haut débit autour desquelles ont prospéré les dachras, elle représente un élément d’originalité par rapport aux villages montagneux dans des milieux analogues. L’incapacité des dachras à accueillir la majorité des services et des administrations a participé à leurs sous-équipements. Les stratégies de création des groupements de services dans les petites plaines et les fonds des vallées ont abouti à la naissance des petites villes qui occupent de nos jours le niveau bas d’une armature urbaine récente dans la région du Haut Tell tunisien. Ces dernières représentent des relais d’échanges et de communication entre les dachras et l’espace national. Les facteurs contraignants à l’équipement et à l’ouverture des dachras sur l’espace national qui sont d’ordre topographique ont la faveur de conserver l’originalité de quelques dachras à l’inverse de leurs homologues à topographie accessible qui ont connu une extension urbaine et une éradication de l’arboriculture. Seuls les dachras à topographie inaccessible sont concernés par la déprise et la désertification complète. Généralement, la dynamique de la population et des activités autour des dachras est corrélée à une translation de l’hiérarchie spatiale vers l’aval, que ce soit vers les plaines ou les fonds des vallées. Ce type de dynamiques n’est pas unique aux dachras mais il concerne aussi plusieurs autres villages montagneux dans la Tunisie, en particulier les « kal’aa » installées sur des forteresses naturelles et les villages troglodytes aux monts de Matmata, et d’autres villages dans les pays de la rive sud de la Méditerranée que ce soit les villages de l’Atlas marocain ou les dachras de la Kabylie en Algérie.

Bibliographie
  • Auclair L.; Ben Cheikh K.; Ghezal L. & Pontanier R. 1995. Usage des ressources sylvopastorales et systèmes de production dans le Haut Tell tunisien. Les Cahiers  de la Recherche Développement, No 41.
  • AYARI, H. Développement rural et dynamique de la végétation dans le Haut Tell Friguien Occidental. Thèse en géographie déposée à FSHST. Tunis
  • Ben Miloud, E. (1998). L’homme et la dynamique de la végétation dans le secteur de Drija (Jebel Bargou). Mémoire DEA en biogéographie non publiée, FSHT. Tunis.
  • Bernard A. 1914. La région du Haut Tell tunisien. Annales de Géographie, t. 23, n°128 :172-175.
  • Gammar A. M. (1979). Etude et carte écologique de la région de Kessra (Dorsale tunisienne), Université Scientifique et Médicale de Grenoble.
  • Gammar A.M. 1984. Défrichement et déprise rurale dans le Haut Tell Friguien, Revue Tunisienne de Géographie, no 13.
  • Makhlouf E. 1968. Structures agraires et modernisation de l’agriculture dans les plaines du Kef : les unités coopératives de production. Cahiers du CERES, no 1.
  • Maurer G. 1992. Montagnes et montagnards au Maghreb, Les Cahiers d’Urbama, no7 : 36-61.
  • Mhidhi N. (1998) Les nouvelles communes des montagnes du Nord Ouest et le développement local: le cas de Nebber, Menzel Salem et Bni Mtir, In « quelques aspects du développement régional et local en Tunisie » sous direction de Belhadi A. Tunis : FSHST.
  • Miossec J.M. 1985. Urbanisation des campagnes et ruralisation des villes en Tunisie, Annales de Géographie, no 521.
  • Monchicourt Ch. 1913. La région du Haut Tell en Tunisie: Essai de monographie géographique. Paris : Librairie Armand Colin.