Montagnes et métropoles, ressources périphériques réciproques ?

Session 6 du colloque « La montagne, territoire d’innovation », janvier 2017, Grenoble 

Responsables scientifiques : Romain Lajarge, Jean-François Lyon-Caen

Pour pouvoir vivre en montagne, les hommes ont su « cultiver » l’eau, le sol, l’air, la neige, le bois et lorsqu’ils prêtent attention aux paysages, aux équilibres écosystémiques et aux spécificités territoriales, ils ont su tirer parti d’écosystèmes singuliers desquels sont issus des économies, des pratiques et des manières de vivre en évolution constante. Ainsi, les montagnes sont restées habitables pour les métropoles et, sous certaines conditions, les métropoles habitables pour les montagnes. Avec les effets de la mobilité, les convoitises et concurrences entre territoires du haut et territoires du bas semblent s’amplifier, mettant de fait en évidence des situations contrastées, parfois opposées, souvent complémentaires. Cependant, la proximité périphérique de l’un par rapport à l’autre attise le questionnement territorial et architectural : quelles sont les qualités d’habitabilité des territoires les uns par rapport aux autres et comment les qualifier? Tirer avantage réciproque de la proximité nécessite de réinterroger ce qui fait ressource, requestionner les acteurs qui mettent en relation, gèrent, tirent avantage de ces positions périphériques réciproques? Comment reconnaitre les antagonismes, les luttes et les articulations entre ces deux figures particulières de territorialités? La montagne, territoire de ressourcement, offre de grandes qualités d’habitabilité (panorama, vue, calme, silence, espace…) permettant aux métropolitains de découvrir et de profiter d’un rapport direct et physique avec la nature. De même, des activités nouvelles ne sont-elles pas fondées sur la valorisation de circuits économiques existants ou l’invention de nouveaux concepts, nouvelles formes d’habitat, nouvelles réciprocités? Il en est de même avec les territoires urbains ou métropolitains, support et producteurs de développement d’activités tertiaires, industrielles, artisanales ou commerciales en relation avec la mutation du développement des territoires de montagne.


Mountains and metropolis, reciprocal peripheral resources ?

Lead scientists: Romain Lajarge, Jean-François Lyon-Caen

To be able to live in mountainous regions, humans have managed to «cultivate» the water, soil, air, snow and wood. Wherever they have turned their attention to landscapes, ecosystem balance and territorial specificities, they have been able to take advantage of the singular ecosystems that underpin constantly changing economies, practices and lifestyles. Consequently, just as mountains have remained habitable for metropolises, so have, to a certain extent, metropolises for mountains. Covetousness and competition between high and low-lying territories seem to be on the increase with the effects of mobility, to reveal contrasting situations that are at times opposing, and often complementary. However, the peripheral proximity of one in relation to the other prompts territorial and architectural questioning: what are the habitability characteristics of one territory to the next, and how can they be qualified? Drawing mutual benefit from this proximity implies reconsidering what constitutes a resource, and re-questioning the stakeholders who interconnect, manage and profit from these mutual peripheral positions. How can we recognise the antagonisms, conflicts and relationships between these two specific faces of territoriality? As places of well-being, mountain regions offer exceptional habitability qualities (panorama, view, calm, silence, space, etc.) that allow metropolitans to discover and enjoy a direct and physical rapport with nature. Similarly, isn’t it true that new activities are based on the added value of existing economic channels, or on the invention of new concepts, new forms of habitat and new tradeoffs? The same goes for urban or metropolitan territories, which foster the development of service, industrial, artisanal or commercial activities associated with transitions in the development of mountain territories.