Archives pour la catégorie Actes de colloque

L’opportunité d’un label « Bretagne Sud »

Entre reconnaissance par les acteurs et nécessité d’incertitude

Par1 Vincent Boyer, maître de conférences en droit public, Lab-LEX ; Christine Bougeard-Delfosse, maître de conférences en marketing, LEGO ; Lucile Chartain, post-doctorante en sociologie, PREFics ; Leïla Damak, maître de conférences en marketing, LEGO ; Pascale Ertus, doctorante en marketing, LEGO ; Florence Gourlay, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Géoarchitecture ; Claire Mahéo, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, PREFics ; Clément Marinos, docteur en géographie et aménagement, LEGO.
Résumé

Cet article interroge la pertinence de la labellisation du territoire de Bretagne Sud. Au regard du droit, la « Bretagne Sud » n’a pas d’existence, ce n’est pas un territoire politico-administratif, ni une marque déposée. Pourtant, de nombreux acteurs locaux, entreprises comme institutionnels, s’approprient cette terminologie. Nous proposons les premiers résultats d’un projet en cours visant à analyser les représentations de ce territoire auprès de ses acteurs (particuliers, communes, organisations). La référence à la Bretagne Sud est en effet fréquente : plus de deux cents structures, situées sur les départements de la Loire Atlantique, du Morbihan et du Finistère, utilisent ce vocable dans leur appellation.

L’originalité de l’approche repose sur un travail de terrain à trois dimensions. L’enquête « particuliers » indique que le vocable est principalement utilisé par les résidents du Morbihan. Sa représentation géographique correspond à un continuum littoral entre le Finistère Sud et la Loire Atlantique. La Bretagne Sud se réfère à plusieurs dimensions du territoire : sa topographie, son dynamisme, son attractivité notamment.

L’étude « communes » a permis de dessiner un territoire correspondant à une zone littorale assez claire entre la pointe de Penmarch et la Loire-Atlantique. La question qui se pose est alors celle de la progression rétro-littorale et des franges de la Bretagne Sud.

L’enquête « organisations » a mis en évidence plusieurs fonctions pour le territoire. Il apparaît comme un outil d’identification (notoriété, connotations positives) : il semble surtout que l’appellation « fonctionne » car elle se situe dans un entre-deux (ni trop précise, ni pas assez).

Ces trois études permettent ainsi de dégager des représentations générales associées à la Bretagne Sud. Concernant sa localisation, le territoire se présente paradoxalement comme une évidence géographique, mais aux contours flous. Les résultats intermédiaires de notre étude mettent en avant qu’un processus de labellisation du territoire serait limité, voire réducteur : la force de son usage actuel semble en effet provenir précisément du flottement lié à son absence d’institutionnalisation. Continuer la lecture de L’opportunité d’un label « Bretagne Sud » 

  1. Auteurs membres du programme de recherche pluridisciplinaire IDENSO (IDENtités et SOciétés) de l’université Bretagne Sud - Axe « Territoires » []

Innovation et authenticité à la Vallée Bras-du-Nord

Par Isabelle Falardeau, maîtrise ès sciences géographiques, université Laval (Québec) et Pascale Marcotte, PhD. sociologie, professeure titulaire, département de géographie, université Laval (Québec)
Résumé

L’innovation et l’authenticité sont souvent présentées comme des incontournables en tourisme. Ces concepts peuvent à première vue sembler opposés, le premier réduit à la nouveauté, et le second faisant écho à la tradition au sens large, mais ils ne le sont pas nécessairement d’un point de vue théorique. Comment l’innovation peut-elle être authentique et vice versa ? Et comment l’innovation et l’authenticité sont-elles intégrées dans l’offre des produits touristiques ? Le sujet est étudié ici à travers une étude de cas, celui de la Vallée Bras-du-Nord (Québec). L’étude exploratoire repose sur une approche multi-méthode : analyse de données secondaires, technique de groupe nominal et questionnaire. L’une des contributions de cette étude est d’explorer comment l’innovation et l’authenticité perçues par les touristes sont représentatives des écrits théoriques. Les résultats suggèrent que les caractéristiques générées par les participants au sujet de l’innovation corroborent la littérature, tandis que celles générées au sujet de l’authenticité ne représentent pas aussi fidèlement les écrits. Par exemple, pour l’innovation, les réponses des participants se réfèrent à l’entreprise elle-même, et moins au produit touristique offert par celle-ci. La notion d’authenticité en milieu naturel, elle, est mal servie par les typologies habituelles. En effet, l’authenticité est un concept généralement étudié en contexte culturel, et l’est peu en milieu naturel. Développer un cadre conceptuel plus adapté pour l’analyse de l’authenticité en milieu naturel est une piste de recherche qui pourrait découler de la poursuite de cette étude. Continuer la lecture de Innovation et authenticité à la Vallée Bras-du-Nord 

The territorial labelling of a heritage site in the north-eastern Cape Drakensberg, South Africa

The case of the Linton Cave

By Gavin Heath; Bachelor of Arts, Higher Diploma in Education, Master’s Degree in City and Regional Planning; Geography Education; Lecturer - School of Education, University of KwaZulu-Natal
Abstract

This study shows how the territorial labelling of a specific unofficial heritage site in the north eastern Cape Drakensberg, South Africa contributed to a contested, fragile and obscure national identity, in the form of figures on the nation’s coat of arms.

The methodology analysed the language harnessed by both the South African government and the South African Museum in Cape Town, which houses the excised Linton Panels.  Furthermore, a number of maps were analysed to show how the area was, and still is, neglected and marginalized.

Moreover, a few academic papers were studied.  These papers show not only how the cave was cut into, and the panels excised for transport to the South African Museum, but also how no further significance, or protection, was attached to the extremely noteworthy shelter whence the panels came.

The territorial area today is marked by deep spatial and cultural inequalities (extremely vulnerable communities are living in close proximity), despite half-hearted and incipient measures to revive the area’s economy.  Continuer la lecture de The territorial labelling of a heritage site in the north-eastern Cape Drakensberg, South Africa 

Écologies productives des vallées transfrontalières

Par Roberto Sega, architecte et urbaniste, assistant scientifique et doctorant à l'EPFL, lab-U Laboratory of Urbanism

 

Figure 1. The Alpine “Valley Section”. Les ressources naturelles, les lieux et les circuits de leur exploitation. © Sega

L’aspect central de cette contribution consiste à lier la construction de la ville-territoire alpine avec la structure de l’espace industriel et infrastructurel, en révélant la véritable consistance de la « plateforme productive alpine ». Jusqu’aux années 1970, la grande industrie a été pour les vallées alpines un facteur d’émancipation, un acteur économique qui, souvent encouragé par le public, a modifié radicalement (de façon active et passive) le territoire alpin.

Que reste-t-il de l’industrialisation de la montagne aujourd’hui ? S’agit-il seulement d’une question d’archéologie industrielle ? À travers une étude portant sur deux vallées transfrontalières (la vallée du Rhône et le val d’Ossola) nous essaierons de mettre en évidence la complexe infrastructure productive du territoire alpin et son importance stratégique à la lumière de la troisième révolution industrielle. Continuer la lecture de Écologies productives des vallées transfrontalières 

Du bien commun au commun

Repenser les normes économiques, sociales et politiques pour gouverner la forêt villageoise (Sarmoli, Kumaon, Himalaya indien)

Par Mauve Létang, doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne, UMR Espaces, Natures, Cultures et UPR Centre d’études himalayennes
Résumé

En 1994, un groupe de néoruraux s’est installé dans le village de Sarmoli dans l’Himalaya indien. Leur migration avait pour objectif de « retourner à la terre ». Cette forme d’intervention sur le local fait partie d’un projet politique et idéologique plus large ayant pour objectif de dynamiser l’espace rural et de réinvestir le rapport social aux terres collectives. Leur représentation du monde rural est celle d’une société de l’entraide, du partage des savoirs et des savoir-faire, constituée d’une petite paysannerie fondée sur des exploitations familiales de cultures vivrières et d’artisanat local. Ce mode de vie représente pour ces personnes un patrimoine à protéger et une façon de militer contre le néolibéralisme en dépassant la société capitaliste. Ce dernier vise à s’éloigner de la vie urbaine, de la consommation de masse, à (ré)apprendre à cultiver, à s’intégrer dans des circuits de production plus courts, à manger autrement et revient à mener une critique en pratique de la société capitaliste, voire à réinventer la démocratie. Cet article montre comment ces actrices et acteurs ont reconfiguré le gouvernement des communs villageois, élément central de la vie des habitant-e-s. Alors que les communs correspondaient en premier lieu à un système de ressources géré par une communauté d’utilisatrices et d’utilisateurs, ils deviennent une pratique collective d’auto-institution et d’auto-gouvernement. Pourtant, en ne prenant pas en compte la diversité des inégalités et des disparités au sein de la société villageoise, les actions de ces actrices et acteurs sur le gouvernement des communs ont créés des distinctions sociales et des hiérarchies économiques à Sarmoli. Continuer la lecture de Du bien commun au commun 

De l’objet architectural à la construction d’un territoire

Le cas des stations touristiques d’altitude dans les Alpes franco-italiennes

Par Caterina Franco, doctorante en architecture, laboratoire Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires (MHAevt), ENSA Grenoble, ED 454, Université Grenoble Alpes. Thèse en cotutelle avec le département Architecture, Built environment and Construction, Politecnico di Milano
Résumé

Aujourd’hui les enjeux des territoires de haute montagne mettent en lumière une crise des stations de sports d’hiver dites intégrées (Knafou, 1978) et obligent à réfléchir à une échelle plus large, qui prend en compte le massif et les rapports avec la vallée. Conscients de ces bouleversements, confirmés par l’état des lieux de la recherche dans le domaine économique ou géographique, nous souhaitons développer une relecture de l’histoire des stations en analysant le rapport entre la station et le site sur lequel elle est construite. Nous posons donc l’hypothèse que l’ancrage territorial est une clé de lecture fondamentale pour comprendre la naissance et l’évolution de ces établissements, tout en étant un point de réflexion stratégique pour leur futur développement.

À cette occasion, nous utilisons comme cas d’étude le projet pour le plan d’aménagement des stations du domaine de la Grande Plagne, conçu par l’architecte Michel Bezançon à partir de 1960. Nous nous appuyons sur un travail de recherche mené dans les archives départementales de la Savoie et sur une analyse de documents originaux à travers l’outil cartographique. Continuer la lecture de De l’objet architectural à la construction d’un territoire 

L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale

Enseignements à partir du bien inscrit au patrimoine mondial « les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes

Par Mélanie Duval, chargée de recherches CNRS, géographie ; Ana Brancelj, doctorante en géographie ; Christophe Gauchon, professeur des universités, géographie

Laboratoire EDYTEM / UMR 5204 CNRS / Université Savoie Mont Blanc / ministère de la Culture et de la Communication
Résumé 

En juin 2011, le bien sériel « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Ce bien, réparti entre les six pays alpins, se compose de 111 stations lacustres dont 11 sont situées sur le territoire français. Paradoxalement, alors que cette inscription au patrimoine mondial vient reconnaître et consacrer le statut patrimonial des sites palafittiques, ces derniers restent à la marge des paysages touristiques et patrimoniaux lacustres français. À leur invisibilité physique (des pieux sous l’eau) semble s’ajouter une invisibilité sociale (absence de (re)connaissance sociale). Ce hiatus entre patrimonialisation par désignation et par appropriation (Rautenberg, 2004) est d’autant plus surprenant que l’inscription au patrimoine mondial est bien souvent recherchée par les acteurs territoriaux en raison de ses capacités à servir des enjeux de développement territorial (Gravari-Barbas et Jacquot, 2011 ; Duval et al., sous presse a). Fort de ce contexte, et sur la base de premières recherches exploratoires conduit dans le cadre du projet de recherche « Singulariser les territoires de montagne » du LabEx Item[1], cet article avance de premiers résultats visant à expliciter les freins à l’activation des propriétés labellisantes de l’inscription au patrimoine mondial, en ciblant sur le contexte français. L’identification de ces derniers résulte d’entretiens conduits avec des acteurs ressources courant 2016 et d’un début d’approche comparative à l’échelle de l’arc alpin (Brancelj, 2016). In fine, l’article conclut sur la place des dispositifs de valorisation dans l’articulation des processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation. Continuer la lecture de L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale 

Altitude. Architecture et environnement de haute montagne

Par Estelle Lépine, docteur ès science en architecture, architecte indépendante dans l’atelier Daris Lépine architecte EPF SNC, Le Sentier, ancienne collaboratrice du Laboratoire de construction et de conservation (LCC EPFL), Lausanne

Résumé 

La « démocratisation » de l’alpinisme par des infrastructures toujours plus confortables et une valorisation de l’exploit sportif a engendré une désensibilisation des utilisateurs envers les milieux alpins et modifié les comportements humains. Au cœur de cette étude, c’est la sauvegarde du paysage qui est mise en exergue et étudiée à travers une approche architecturale concentrée sur les cabanes suisses de haute montagne. Cette recherche a pour objectif de démontrer le potentiel de l’architecture à offrir des réponses à la recherche paradoxale d’équilibre entre exploitation et protection du territoire montagnard. En effet, l’évolution des édifices démontre que la pression urbaine, passant par l’aseptisation des espaces au détriment d’une sensibilisation envers un milieu naturel à risques, engendre des conséquences humaines et environnementales. Un retour à une contextualisation territoriale et architecturale accrue des projets, en se réappropriant la marche et en intégrant le paysage ou en définissant un niveau de confort et la qualité des espaces, engendre une perception de la véracité physique d’un territoire jusqu’à influencer les attitudes. Continuer la lecture de Altitude. Architecture et environnement de haute montagne 

Diversification touristique, démarches innovantes et changement social en versant sud des Annapurna. Quelle place pour les femmes ?

Par Pierre Dérioz, maître de conférences HDR en géographie à l’université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD ; Mauve Létang, doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne, UMR ENeC ; Philippe Bachimon, professeur de géographie à l’université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD ; Pranil Upadhayaya, enseignant et chercheur associé en tourisme à l’université de Kathmandu (Népal), Nepal Center for Contemporary Research (NCCR) ; Maud Loireau, géo-agronome, ingénieur de recherches, UMR Espace-Dev 228 IRD (Montpellier) ; Justine Le Noac’h, étudiante, master « Géomatique et conduite de projets territoriaux », université d’Avignon

Résumé

De nombreuses transformations affectent aujourd’hui le système touristique du massif des Annapurna, même s’il reste la première région de trekking du Népal : la diversification des clientèles internationales et des pratiques touristiques va de pair avec le développement du tourisme intérieur, dans un contexte marqué par le déploiement rapide d’un réseau routier qui tend à renforcer le rôle organisateur de la ville de Pokhara. Dans le même temps, une émigration internationale de travail principalement masculine, de grande ampleur et d’intensité croissante, provoque une féminisation marquée des sociétés montagnardes et accélère les phénomènes d’exode rural et de déprise : les jeunes hommes qui émigrent n’aspirent souvent pas à rentrer au village pour y vivre de l’agriculture et préfèrent à leur retour au pays s’installer en ville. Mais dans les secteurs marqués par un développement touristique, ancien ou plus récent, autour de la pratique du trekking – et aujourd’hui d’autres activités de pleine nature (canyoning, parapente), ou simplement de séjour – les revenus issus de cette émigration masculine de longue durée ouvrent aussi des possibilités d’investissement dans les activités touristiques, comme l’hébergement : l’ouverture de homestays (gites chez l’habitant) sur les étapes de treks existants (tour des Annapurna, Annapurna Base Camp) ou émergents (Mardi Himal ou Machhapuchhre Model Trek.) apparaît ici porteuse d’innovation sociale, à travers leur fréquente gestion communautaire à l’échelle du village, mais aussi parce que l’absence des hommes place les femmes en première ligne dans le déploiement et la gestion de ces activités d’accueil (recherches conduites dans le cadre de l’ANR AQAPA). Continuer la lecture de Diversification touristique, démarches innovantes et changement social en versant sud des Annapurna. Quelle place pour les femmes ? 

Une interface innovante de recherche-gestion collaborative sur les risques en espace protégé 

Analyse réflexive du cas du Mont Granier

Par Fabien Hobléa, maître de conférences en géographie, UMR Edytem CNRS-USMB ; Suzanne Barnave, conservatrice de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse ; Bruno Laïly, Office national des forêts, chef du service de Restauration des Terrains en Montagne de Haute-Savoie ; David Amitrano, maître de conférences en sciences de la terre, UMR ISTerre CNRS-UGA ; Jean-Jacques Brun, directeur de recherche IRSTEA Grenoble.

Résumé 

Ce travail réflexif [1] présente, caractérise et interroge une interface chercheurs-gestionnaires inédite et atypique, située dans le registre de la recherche-action-collaborative et constituée en situation d’urgence lors de la récente crise d’instabilité du Mont Granier (formant l’extrémité nord de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse) qui s’est manifestée entre janvier et mai 2016 par une série d’écroulements, suivie de laves torrentielles induites, entraînant la fermeture d’une route départementale pendant plusieurs mois.

Au travers de l’analyse de la mise en place et des caractéristiques de cette interface, il s’agit d’examiner en quoi et comment une situation de crise et d’urgence affectant un socio-géo-écosystème de montagne peut induire une réponse innovante et en quoi l’interface collaborative science-gestion ainsi créée répond aux critères de définition de certaines formes d’innovation. In fine, cette interface, évolutive vers un dispositif plus structurant (projet ORGG : Observatoire des risques gravitaires du mont Granier), alimente les réflexions en cours sur la gestion intégrée des risques naturels (GIRN), en revisitant ou en adaptant les concepts de scène locale de risque, de risk hotspot. Elle permet également d’introduire une large dimension participative pour une gestion croisant la sphère des risques et celle des espaces naturels protégés dans des territoires de montagne dont les spécificités ne sont pas étrangères aux capacités d’innovation des acteurs et dispositifs dédiés à leur gestion. Continuer la lecture de Une interface innovante de recherche-gestion collaborative sur les risques en espace protégé  

Nouveaux usages récréatifs en moyenne montagne et impacts sur la faune sauvage emblématique

Par Clémence Perrin-Malterre, maître de conférences en STAPS, EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc ; Laine Chanteloup, maître de conférences en géographie, GéoLab, Université de Limoges ; et Léna Gruas, diplômée de master « Écologie Humaine », Université de Bordeaux

Résumé

La moyenne montagne est de plus en plus attractive pour les pratiquants de sports de nature, notamment ceux qui sont à la recherche d’espaces peu aménagés. Cette attractivité couplée à une diversification des pratiques sportives et récréatives entraîne une augmentation de la fréquentation des espaces de montagne tout au long de l’année. Cette présence humaine peut avoir des effets négatifs sur le fonctionnement démographique des populations animales. Il apparait alors nécessaire d’étudier les pratiques et comportements des usagers récréatifs du milieu naturel.

Nous présentons ici les résultats d’une étude menée en 2014 et 2015 auprès des pratiquants de randonnée estivale et hivernale (à ski ou en raquettes) dans le parc naturel régional du massif des Bauges. Les résultats montrent une diversité de pratiques et de modes de pratiques au sein du territoire. En hiver et en été, les analyses mettent en évidence plusieurs profils d’usagers récréatifs dont les motifs de pratique diffèrent. L’étude de ces profils permet de mieux connaître et caractériser les sports de nature non organisés et qui connaissent un essor depuis quelques années. Le comportement de ces pratiquants à l’égard de l’environnement montagnard a également été analysé, notamment en ce qui concerne leur connaissance et respect des campagnes de sensibilisation à l’environnement montagnard mises en place par le PNR des Bauges. Cela révèle notamment des enjeux en termes d’information et de communication face à l’augmentation de ce type de pratiques. Continuer la lecture de Nouveaux usages récréatifs en moyenne montagne et impacts sur la faune sauvage emblématique 

La singularité territoriale générée par le déploiement de la marque Parc naturel régional

Analyse comparative de cartographie de réseaux d’acteurs via le web

Par Nathalie CAYLA, PRAG, docteur en géosciences, Laboratoire EDYTEM

et Véronique PEYRACHE-GADEAU, maître de conférences, HDR, Laboratoire EDYTEM

Résumé

La mise en label ou en marque est devenue une modalité de l’action en contexte concurrentiel, pour les territoires comme pour les entreprises. En 2016, la création d’une nouvelle marque « Valeurs Parc naturel régional », à l’initiative de la Fédération des Parcs naturels régionaux de France, est saisie comme une occasion de suivre l’impact de ce processus de renouvellement d’une labellisation sur les réseaux tissés entre les structures qui étaient jusque-là adhérentes à la marque Parc naturel régional (marque « Parc »). Dans cette perspective, ce travail, qui s’inscrit dans le champ des humanités numériques, analyse des données relatives aux réseaux que tissent des structures labellisées sur le web via les connections qu’elles créent entre elles, et avec d’autres, à travers la toile. Afin d’établir le corpus d’acteurs et les réseaux qui les réunissent plusieurs outils d’indexation de pages web, basés sur des algorithmes qui analysent les liens entre les sites, ont été testés. Par sa simplicité d’usage et le contrôle permanent qu’il propose, le logiciel libre Hyphe, a été retenu dans cette première phase. Après cette phase de data-mining les corpus sont visualisés sous la forme de graphes de réseaux d’acteurs. Le logiciel libre Gephi qui offre une interface dynamique d’analyse et de traitement permet alors de suivre la spatialisation du réseau produit par différents algorithmes.

Les points d’entrée sélectionnés afin de constituer les corpus sont les structures adhérentes de la marque « Parc » pour lesquelles ont pu être identifiés un site ou une page web. La même procédure de constitution de corpus appliquée à deux Parcs naturels régionaux (massifs des Bauges et Morvan) fait apparaître de grandes disparités d’organisation à travers les graphes obtenus. Celles-ci s’expliquent par des fonctionnements territoriaux historiquement différents du point de vue des modalités d’animation de l’ancienne marque « Parc », mais aussi des formes d’ancrage des relations entre les adhérents, ou encore du rapport des structures adhérentes au territoire parc. Continuer la lecture de La singularité territoriale générée par le déploiement de la marque Parc naturel régional 

Les réseaux d’innovation en stations de montagne

Par Véronique Favre Bonté (maître de conférences HDR), Elodie Gardet (maître de conférences), Catherine Thevenard-Puthod (maître de conférences HDR), Institut de recherche en sciences de gestion (IREGE) et Clémence Perrin-Malterre, maître de conférences en sociologie, Environnements, dynamiques et territoires de la montagne (EDYTEM) [1]

Résumé

Cet article étudie l’influence exercée par le type de territoire sur les caractéristiques des réseaux d’innovation. Nous avons retenu l’industrie du tourisme car elle est en pleine mutation. Ainsi, toutes ces modifications obligent les acteurs du tourisme à s’adapter et à développer des innovations. Par ailleurs, la structuration de l’activité dans le secteur du tourisme en montagne n’est pas la même selon que l’on se situe dans une station de haute altitude ou de moyenne montagne. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à l’influence du type de territoire sur le développement des innovations en réseau. Nos résultats montrent qu’en fonction du type de territoire, les réseaux qui portent les innovations diffèrent en termes de nature des relations, de rayonnement géographique et de mode de régulation utilisé. En revanche, le type de station ne semble pas influencer l’architecture du réseau ; tous les réseaux étudiés possèdent un pivot chargé d’orchestrer les partenaires. Continuer la lecture de Les réseaux d’innovation en stations de montagne 

D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ?

Par Coralie Achin, docteur en sciences du territoire, Université Grenoble Alpes, IRSTEA, UR Développement des Territoires Montagnards

Avec près de 1,2 milliards de touristes en 2015 (UNWTO, 2016), le tourisme constitue un phénomène mondialisé, dont le rôle économique ne fait aujourd’hui plus aucun doute : ayant bénéficié au cours des vingt dernières années d’une croissance quasi interrompue, ce secteur représente aujourd’hui plus d’un milliard de recettes internationales, 10% du PIB mondial et fournit un emploi sur onze (UNWTO, op. cit.). Ces chiffres, imposants, témoignent du passage d’un tourisme confidentiel et élitiste au début du XIXème siècle (Boyer, 2005) à un tourisme de masse dont les prémices remontent aux années 1930 (Boyer, 1999). Sans nul doute, l’avènement de ce dernier a été permis par la mondialisation ainsi que par les évolutions industrielles et sociales concomitantes et/ou liées. Parmi elles, nous pouvons tout particulièrement mettre l’accent sur le développement des moyens de transport et de communication, la limitation de la durée hebdomadaire de travail et l’institution progressive de cinq semaines de congés payés par an, offrant aux Français la possibilité nouvelle de partir en vacances. À compter de cette période, la pratique touristique se démocratise, entrainant alors une multiplication des destinations touristiques (Stock et Antonescu, 2014) s’appuyant pour cela sur la mise en place d’une organisation de type industriel, fondée sur la standardisation des prestations (Cuvelier, 2012). Bien loin de rester étrangère à ce phénomène, la montagne française se transforme également au milieu du XXème siècle, accompagnée pour cela par les services de l’État. Impliqués dans la réalisation des stations de sports d’hiver, ceux-ci appliquent alors aux stations de troisième génération (Cumin, 1970) les principes d’aménagement fordistes dans un objectif de rentabilité économique, conduisant alors à une rationalisation et, in fine, une standardisation du produit touristique ainsi créé (François, 2007 ; Hatt, 2011). Corollaire, la spécificité et l’authenticité ayant entouré la création des premières stations de sports d’hiver sont, à cette période, abandonnées, au profit de cette généricité fonctionnelle, jugée optimale. Continuer la lecture de D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ? 

Donner à voir Des gouvernances en mouvement

Par Anne-Sophie Pico, historienne, collectrice d’enquête

et Marc Mallen, responsable de feu Centre de l’oralité alpine de 2007 à 2016

Résumé

Entre 2012 et 2014, le Centre de l’oralité alpine du conseil départemental des Hautes-Alpes a mené une collecte d’environ quatre-vingt-dix entretiens sur le thème de l’histoire des stations de ski auprès d’acteurs locaux. La POM (Petite œuvre multimédia) Des gouvernances en mouvement retrace l’émergence d’organisations territoriales singulières, en écho à la particularité des acteurs et au regard des lois successives (Plan neige, loi montagne, Unités touristiques nouvelles, délégation de service public etc.) : les gouvernances sont en mouvement. La bascule vers l’incertitude depuis les années sans neige, l’émergence d’une industrie du ski qui se doit d’attirer les clients en masse, mettent au centre du débat la dialectique de l’offre et de la demande, entre fuite en avant et nécessité. Est-ce la demande qui crée l’offre ou l’offre qui crée la demande ? Des offres sont développées, toujours renouvelées, afin de toucher l’autre clientèle, celle qui apportera à la station une stabilité économique par une rentabilité espérée. À l’heure de la mondialisation, la complexité d’un équilibre mène à la concurrence entre les stations. Le client veut en avoir pour son argent, sans que l’on puisse identifier ce qui pour chacun articulera son choix. Tout semble possible même si rien ne semble assuré. Entre héritage et création une troisième voie s’ouvrirait.

L’article aborde une réflexion générale sur ce que peut représenter une POM comme objet de valorisation du patrimoine matériel et immatériel et son usage comme outil de médiation culturelle. Dans un autre temps, le scénario de la POM Des gouvernances en mouvement est présenté avec pour visée une invitation à l’échange avec le grand public, des élus ou des acteurs sur le territoire concerné.  Continuer la lecture de Donner à voir Des gouvernances en mouvement