Archives pour la catégorie projets labellisés

Transition récréative et écologie corporelle

Par Jean Corneloup, UMR PACTE Grenoble

Le monde n’en finit pas de changer et d’être engagé dans une course perpétuelle à l’innovation et à la création de nouveaux produits, services et aménagements. Les réformes territoriales se succèdent pour repenser l’action publique. Les médias nous annoncent sans cesse des recompositions en cours qui viennent bousculer les équilibres géopolitiques mondiaux. À côté de cette accélération perpétuelle des univers économiques, culturels ou technologiques, d’autres acteurs s’engagent pour limiter les excès de vitesse, ralentir la course au toujours plus et envisager des transitions énergétiques, alimentaires ou politiques pour lutter contre la surchauffe de nos sociétés entropiques. Dans cette ambivalence portée par les uns et les autres, le corps n’échappe pas à ces interrogations et ces mouvements : certains acteurs souhaitent augmenter la performativité des corporéités dans différentes scènes sociales, ludiques, sportives et professionnelles, pendant que d’autres s’engagent dans la voie d’une écologie corporelle douce à la recherche de relations plus respectueuses des éco-bio-systèmes concernés. Si le transhumanisme et la cyborg-culture ouvrent des perspectives intéressantes et stimulantes – et controversées – pour amplifier nos rapports au mouvement, à la motricité, à la santé biologique et au sensible, d’autres orientations souhaitent interroger la notion de transition récréative en lien avec l’écologie corporelle en mutation.

C’est dans cette perspective que le GDRI 836 CNRS ECAPAS[1] en lien avec l’UMR PACTE a organisé un colloque en juin 2016 pour réfléchir avec différents chercheurs et présenter des travaux de recherche qui interrogent la place de la transition dans les pratiques récréatives de nature. La perspective théorique souhaitait discuter des différentes manières de faire usage de la notion de transition étant donné que, comme bien des notions, la signification donnée à un mot renvoie à des interprétations et à des pratiques sociales, parfois bien différentes. Dans le cadre de cet article, il s’agira de présenter une matrice de lecture des usages de la transition pour saisir les différentes manières de proposer une lecture des dynamiques récréatives contemporaines. Cette réflexion intéresse le Labex ITEM à double titre : d’un point de vue théorique sur la question du changement social et territorial, que la notion de transition éclaire et d’un point de vue thématique sur les activités de nature et de tourisme, vecteur important des transformations de l’espace montagnard. Continuer la lecture de Transition récréative et écologie corporelle 

Un manuel des bergers d’alpage écrit à beaucoup de mains… et autant de cerveaux

Par Nicole Gellot, journaliste ; Olivier Turquin, géographe, berger d’alpage occasionnel et chercheur-associé, PACTE-Territoires. Avec le concours de Bruno Carlon, sociologue, Guillaume Lebaudy, ethnologue, chercheur associé à l’IDEMEC, Fernand Léger, éleveur et berger, Francine Philippe, bergère, tondeuse et nomade, Élise Turquin, géographe et de la centaine de contributeurs au manuel des bergers d’alpage.

Résumé :

Le projet Pastoralpages, porté par l’association Aspir (Association de soutien aux projets de recherche et d’interprétation des activités pastorales[i]) contribue à réaliser des actions d’études, d’interprétation et de valorisation des cultures et activités pastorales. Les alpages et leurs acteurs sont emblématiques des enjeux de durabilité (effet du réchauffement climatique, biodiversité domestique et sauvage, gouvernance des confins, inclusion-exclusion…) et de cohabitation d’usages multiples (agricoles, écologiques, touristiques, sportifs…) et de valeurs diverses (patrimoine, ressources naturelles, culture pastorale et montagnarde…). Les bergers sont au cœur de ces enjeux. Pastoralpages inclut la réalisation d’un « manuel des bergers d’alpage » destiné aux bergers débutants et permettant la valorisation croisée des savoirs, souvent empiriques, des bergers (il y a bon nombre de bergers-chercheurs et de chercheurs-bergers sur nos alpages) et des connaissances d’un panel de scientifiques (ethnologues, écologues, sociologues, anthropologues, géographes…). Il contribue aussi à la valorisation de recherches théoriques auprès de praticiens et à explorer des possibilités de recherche-action participative associant les acteurs du pastoralisme en montagne et notamment les bergers d’alpage. Le manuel des bergers d’alpage est un partenariat entre Aspir, l’Association des bergères et bergers des Alpes du Sud et de Provence (ABBASP) et la Maison du berger avec le concours de Cardère éditeur.

L’écriture du manuel des bergers d’alpage s’inscrit dans une démarche de dialogue et de co-écriture entre des acteurs professionnels, scientifiques et territoriaux impliqués dans la gestion des territoires pastoraux d’altitude du massif alpin (les alpages). Il s’agit de réaliser et de rendre disponible dans un format pratique un état de l’art des bergers d’alpage nourri des pratiques de bergers expérimentés et des résultats de recherches les concernant.

Le projet vise aussi à initier des activités de recherche à venir associant professionnels, territoires et chercheurs autour des problématiques de ces espaces et de leurs différents usagers. Il s’appuie notamment sur les travaux présentés récemment dans la Revue de Géographie Alpine (Espaces et acteurs pastoraux ; entre pastoralisme(s) et pastoralité(s), n° 102 -2 – 2014).

De nouvelles pistes de collaboration ont émergé telles que la vulnérabilité des bergers, des éleveurs, des milieux… ou la gouvernance des alpages et l’emploi des bergers (Groupement d’intérêt économique et environnemental et/ou Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification). Continuer la lecture de Un manuel des bergers d’alpage écrit à beaucoup de mains… et autant de cerveaux