Archives mensuelles : juillet 2016

Partager des relations professionnelles au cours d’une ethnographie

Les implications relationnelles d’une enquête sur les conseils scientifiques des espaces protégés alpins

Par Gaëlle Ronsin, doctorante LabEx ITEM, Université Grenoble Alpes. Laboratoires : IRSTEA (UR DTM – Grenoble), EDYTEM (Savoie). Rattachement secondaire au Centre Max Weber (UMR 5283), F-69007 LYON, équipe « politiques de la connaissance ».

Résumé :

Cet article présente la posture qui sous-tend une ethnographie caractérisée par une forte proximité professionnelle avec une partie des enquêtés. Dans le cadre de ma thèse de doctorat sur les conseils scientifiques d’espaces protégés, deux postures doivent se conjuguer dans tous les temps de l’enquête : une posture d’enquête en tant qu’ethnographe et une posture d’apprentissage en tant que doctorante. Ainsi, je mettrai en discussion les implications de ce positionnement sur la construction des relations d’enquête et sur les conditions de la production scientifique afin de comprendre comment l’ethnologue peut méthodologiquement s’appuyer sur les rapports sociaux issus de l’enquête pour étudier un champ social.  Continuer la lecture de Partager des relations professionnelles au cours d’une ethnographie 

Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960

Par Dorothée Fournier, laboratoire SENS UFR STAPS / doctorante LabEx ITEM 2013-2016     Université Grenoble Alpes

RÉSUMÉ

La création du comité interministériel à l’aménagement de la montagne par décret du 19 novembre 1960 amorce une politique nationale de développement touristique qui entend faire passer les territoires de montagne de l’archaïsme à la modernité. En Oisans les acteurs locaux, au motif de leur survie et en quête de réorientation économique, consentent à cette vision normative par une course à l’équipement en infrastructures de loisirs. Les controverses à propos de la montagne saccagée semblent gommées par l’espoir de chaque village de devenir un lieu dédié aux sports d’hiver. Mais les deux grands ensembles touristiques en pleine expansion et le projet de création d’un parc national amènent à interroger cette dynamique asymétrique. Par une analyse de la presse locale à l’échelle de l’Oisans au cours de la décennie 1960, cet article propose d’explorer, dans une perspective historique et au prisme du concept d’innovation, les processus par lesquels pratiques sportives, acteurs et espaces interagissent pour faire apparaître de nouvelles réalités territoriales. Continuer la lecture de Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960 

« Les Pyrénées : laboratoire de l’olympisme » : : recherches à propos d’un projet sportif et touristique innovant des années 1990

Par André Suchet, maitre de conférences, Université de Bordeaux, Faculté des STAPS, LACES (EA 4140), Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

Les Jeux pyrénéens de l’aventure 1993, compétition singulière dans l’histoire du mouvement olympique émane du programme de développement sportif et touristique Pyrénées : laboratoire de l’olympisme formulé en France à la fin des années 1980. Lancé sous l’impulsion d’un porteur français en 1988, ce dossier évolue en projet transfrontalier avec l’Espagne dans une intention de développement territorial global de la chaîne pyrénéenne, un projet précurseur et innovant.

Cette contribution[1] retrace l’origine, les intentions (sportives, culturelles, territoriales) et les principes de ce programme, puis résume brièvement les modalités d’organisation des Jeux pyrénéens de l’aventure en 1993. À la suite de différentes études en géographie ou sociologie du sport (Bessy, 1994, 2002, 2012 ; Augustin, 2009 ; Gumuchian, 1993 ; Barget & Gouguet, 2010 ; Maennig & Zimbalist, 2012 ; Chappelet, 2004 ; Obin & Corneloup, 2010 ; Bessy & Suchet, 2015 ; Burgan & Mules, 1992 ; Fayos-Sola, 1997 ; Clivaz & Marcelpoil, 2009 ; Guibert, 2004) puis de la littérature relative aux festivals et à l’organisation de rassemblements culturels qui offre un point de vue intéressant à ce sujet (Gravari-Barbas & Veschambre, 2005 ; Crozat & Fournier, 2005 ; Di Méo, 2001), il s’agit d’exposer comment un événement temporaire peut tenter de s’ancrer dans le temps et dans l’espace pour fabriquer du territoire, et surtout d’étudier les mécanismes d’innovation territoriale et de tentative d’innovation territoriale dans le domaine du sport et du tourisme en Pyrénées. Continuer la lecture de « Les Pyrénées : laboratoire de l’olympisme » : : recherches à propos d’un projet sportif et touristique innovant des années 1990 

La montagne transfrontalière : entre innovation, compétitivité, valeur ajoutée et nécessité de préservation de l’environnement

Par Lauranne JACOB, doctorante[1], Université de Genève, département de géographie et environnement et institut de gouvernance de l’environnement et de développement territorial. Université de Grenoble-Alpes, laboratoires PACTE, CJR-GREAT.

Résumé

L’objectif de cet article est de montrer comment les espaces transfrontaliers de montagne mènent des projets de coopération qui répondent à la fois aux besoins des populations locales, aux enjeux environnementaux mais aussi aux critères des politiques publiques qui les financent (Programme Interreg A pour la coopération transfrontalière, Nouvelle politique régionale en Suisse). Il met en évidence une évolution et surtout une adaptation aux critères posés par les politiques publiques issues de l’Union européenne ou encore des États membres et non membres. Ces dernières conditionnent l’obtention des financements de projets à un certain nombre de critères. L’innovation est bien entendu au cœur de ceux-ci. Se pose alors la question de l’évaluation de l’innovation mais aussi celle de sa définition, qui n’est semble-t-il pas partagée et en tout cas non posée dans les documents de programmation. La mise en avant de nouveaux critères tels que l’innovation, la compétitivité ou la valeur ajoutée constituent des éléments tangibles d’un changement de paradigme intervenu dans les politiques publiques après les années 2000 et dont les effets se font clairement sentir aujourd’hui. La question de l’innovation en contexte montagnard transfrontalier est abordée au travers de deux cas d’étude comparés : la coopération transfrontalière entre les parcs Alpi-Marittime (Italie) et Mercantour (France) et l’Espace Mont-Blanc entre la France, l’Italie et la Suisse. Continuer la lecture de La montagne transfrontalière : entre innovation, compétitivité, valeur ajoutée et nécessité de préservation de l’environnement 

Scientific tourism, a tool for tourism development in Patagonia

Par Fabien Bourlon, researcher and Ph.D. student, Geographer, CIEP (Centro de Investigación en Ecosistemas de la Patagonia) & UMR PACTE, Université Grenoble Alpes.

et Robinson Torres, Sociologist & Ph.D. in Environmental Social Science; researcher at the Faculty of Environmental Sciences, University of Concepcion, Chile.

*Cette publication a bénéficié de l’appui de l’action ECOS n°C15H01, du laboratoire PACTE, Université Grenoble Alpes et du CIEP.

Résumé :

Depuis 2007, le Centre de recherche sur les écosystèmes de Patagonie (Centro de Investigación en Ecosistemas de la Patagonia, CIEP) a mis en œuvre un tourisme scientifique (TS) pour favoriser les programmes de recherche, de transfert de technologie et de médiation scientifique, afin de renforcer le développement du tourisme durable dans des zones montagnardes reculées de Patagonie. Des institutions publiques et privées du Chili, d’Amérique du Sud, des États Unis et d’Europe ont participé à ce processus et appuyé de nouvelles recherches sur le patrimoine culturel et les processus naturels du sud chilien. Le tourisme scientifique est une niche au sein du tourisme alternatif qui partage des spécificités avec le tourisme expérientiel, éducatif, aventureux et culturel. Il se définit comme un tourisme qui génère et partage des connaissances scientifiques, mais ses répercussions et des retombées positives sont plus larges. Cette communication explore la manière dont le tourisme scientifique favoriser la recherche et le développement local grâce à des projets pilotes et un réseau d’opérateurs et instituts de recherche. L’association de la recherche et du tourisme semble permettre de relever le double défi de l’amélioration des conditions socio-économique des communautés locales et de la conservation d’écosystèmes fragiles.

 Abstract:

Since 2007 the Center for Research in Patagonian Ecosystems (Centro de Investigación en Ecosistemas de la Patagonia, CIEP) has implemented Scientific Tourism (ST) to foster research programs, technology transfer, and scientific mediation in order to strengthen sustainable tourism development in remote mountainous areas of Patagonia. Public and private institutions of Chile, South America, USA and Europe participated in this process and supported new research on cultural heritage and natural processes of southern Chile. Scientific Tourism is a niche within alternative forms of tourism that shares specificities of learning, adventure, cultural, and experiential tourism. It is described as a tourism that generates and shares acquired knowledge, but has wider implications and benefits. This paper analyzes how scientific tourism fosters research, local development through pilot projects, and a network of local operators and research institution in the Chilean Patagonia. Linking science and tourism seems to meet the challenge of improving socio-economic growth of the local communities and potentially improve the conservation of highly fragile ecosystems. Continuer la lecture de Scientific tourism, a tool for tourism development in Patagonia