Archives mensuelles : février 2017

Being innovative regarding the sensitive question of accidents in mountain sports

Prevention opportunities provided by experience feedback methods applied to accident and near-miss sequences

Par Maud Vanpoulle, Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-Vis), Université Claude Bernard Lyon 1

Introduction

The effectiveness of sport accidents prevention is often considered in terms of communication strategies, in relation with the good enunciation, the correct reception, and ideally, the appropriation of prevention messages and safe methods by participants. The accuracy of these strategies depends on thorough knowledge of accident frequencies, of typical circumstances and risk factors, and of the origins of accident sequences (Bahr & Krosshaug, 2005; Rasmussen & Svedung, 2000).

Unfortunately, according to recent studies on mountain leisure and recreation (Soulé et al., 2014), the knowledge of accident facts, causes, and consequences in mountain sports seems perfectible. More than the quantity of information produced, sometimes important, the fragmentation of sources, the heterogeneous methodologies used to collect information, and the data availability, are problematic for a meaningful use of accident data. Corporative, institutional, methodological or judicial stakes are pregnant when it comes to accidents and can partly explain this fragmented picture of accidentology (Soulé et al., 2015). Continuer la lecture de Being innovative regarding the sensitive question of accidents in mountain sports 

Transition récréative et écologie corporelle

Par Jean Corneloup, UMR PACTE Grenoble

Le monde n’en finit pas de changer et d’être engagé dans une course perpétuelle à l’innovation et à la création de nouveaux produits, services et aménagements. Les réformes territoriales se succèdent pour repenser l’action publique. Les médias nous annoncent sans cesse des recompositions en cours qui viennent bousculer les équilibres géopolitiques mondiaux. À côté de cette accélération perpétuelle des univers économiques, culturels ou technologiques, d’autres acteurs s’engagent pour limiter les excès de vitesse, ralentir la course au toujours plus et envisager des transitions énergétiques, alimentaires ou politiques pour lutter contre la surchauffe de nos sociétés entropiques. Dans cette ambivalence portée par les uns et les autres, le corps n’échappe pas à ces interrogations et ces mouvements : certains acteurs souhaitent augmenter la performativité des corporéités dans différentes scènes sociales, ludiques, sportives et professionnelles, pendant que d’autres s’engagent dans la voie d’une écologie corporelle douce à la recherche de relations plus respectueuses des éco-bio-systèmes concernés. Si le transhumanisme et la cyborg-culture ouvrent des perspectives intéressantes et stimulantes – et controversées – pour amplifier nos rapports au mouvement, à la motricité, à la santé biologique et au sensible, d’autres orientations souhaitent interroger la notion de transition récréative en lien avec l’écologie corporelle en mutation.

C’est dans cette perspective que le GDRI 836 CNRS ECAPAS[1] en lien avec l’UMR PACTE a organisé un colloque en juin 2016 pour réfléchir avec différents chercheurs et présenter des travaux de recherche qui interrogent la place de la transition dans les pratiques récréatives de nature. La perspective théorique souhaitait discuter des différentes manières de faire usage de la notion de transition étant donné que, comme bien des notions, la signification donnée à un mot renvoie à des interprétations et à des pratiques sociales, parfois bien différentes. Dans le cadre de cet article, il s’agira de présenter une matrice de lecture des usages de la transition pour saisir les différentes manières de proposer une lecture des dynamiques récréatives contemporaines. Cette réflexion intéresse le Labex ITEM à double titre : d’un point de vue théorique sur la question du changement social et territorial, que la notion de transition éclaire et d’un point de vue thématique sur les activités de nature et de tourisme, vecteur important des transformations de l’espace montagnard. Continuer la lecture de Transition récréative et écologie corporelle