Archives mensuelles : mai 2017

Des vaches et des touristes. L’innovation partagée en montagne XIXe-XXe siècle

Par Gilles Della-Vedova, docteur en histoire contemporaine et agrégé d’histoire-géographie, professeur au lycée Stendhal (Grenoble), chercheur associé au Laboratoire d’études rurales (Lyon 2). 

Résumé

La communication fait l’hypothèse d’une compréhension élargie de l’innovation dans un territoire de montagne (canton de Villard-de-Lans, Vercors), afin de saisir les mécanismes à l’œuvre, au moyen d’une comparaison dense à grande échelle entre deux branches de l’activité rurale que sont l’élevage et le tourisme.

La réflexion à propos de l’innovation renvoie aux travaux de Schumpeter. Il a imposé un prisme économique qui, à sa suite, a pu être réduit à la seule dimension technique. Il réduit l’innovation aux traits de la figure de l’entrepreneur capitaliste et il participe à une définition du développement qui repose sur la logique individualiste et libérale des sociétés industrielles. La communication cherche à emprunter d’autres sentiers qui passent par la montagne afin de relire le concept d’innovation. La méthode utilisée fait émerger non seulement de nouvelles figures mais surtout des groupes sociaux élargis. L’innovation n’est pas plaquée de manière artificielle mais elle s’appuie sur des ressources territoriales mises en valeur. De plus, elle résulte des acteurs locaux. Elle n’est possible que parce qu’elle est acceptée et reprise de manière collective et, qu’il s’agisse de l’élevage ou du tourisme, elle devient alors un accommodement. Les sociétés locales entendent garder la maîtrise de leur conception du développement et peuvent entrer en dissonance avec la conception qui veut leur être imposée. Dans la construction du système touristique, l’innovation n’est pas une activité en rupture mais elle s’insère de manière cumulative et est liée, par conséquent, avec la pluriactivité.

Continuer la lecture de Des vaches et des touristes. L’innovation partagée en montagne XIXe-XXe siècle 

Développer l’économie numérique en territoire isolé, un défi trop ambitieux ? L’exemple des télécentres du Cantal

Par Louis Salgueiro, docteur en géographie et aménagement, chercheur associé au Laboratoire d’étude et de recherche sur l’économie, les politiques et les systèmes sociaux (LEREPS, EA4212), université de Toulouse Jean Jaurès 

Résumé :

Le télétravail et les télécentres font historiquement l’objet d’un développement par les politiques publiques avec pour objectifs complémentaires la déconcentration des activités des grandes agglomérations en périphérie, la réduction des congestions urbaines et la redynamisation des territoires peu denses et leur désenclavement. La pénétration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les différentes sphères ont certes entraîné un assouplissement des conditions de l’activité au regard du temps et de l’espace (Lenz & Nobis, 2007), mais la vision des aménageurs surestime encore leur potentiel. En réalité, les politiques publiques du télétravail et des télécentres se sont révélées en grande partie inefficaces pour « rééquilibrer » les territoires (Paavonen, 1999 ; Crouzet, 2002 ; Moriset, 2011). Pourtant, la diffusion des télécentres ne cesse de s’intensifier, avec plus d’une centaine en France en majorité en zone de massif en 2014.

Nous interrogeons ici les conditions de déploiement de ces dispositifs dans les territoires isolés avec pour exemple le Cantal et ses dix télécentres qui est un des départements pionniers en la matière et qui poursuit son développement. L’approche systémique inclue l’analyse de l’offre et des usages et de leurs interactions avec leurs dynamiques territoriales d’ancrage Les résultats révèlent la gouvernance multiniveau d’une offre diversifiée et des usages et des non-usages liés aux stratégies des usagers. Les effets induits, attendus ou imprévus par les politiques publiques sont dépendants de conditions liées aux équipements, services et aménités des territoires, aux usages, à la dynamique du type de territoire considéré, mais aussi à des facteurs exogènes au système spatial. Les effets sont enfin plus ou moins durables pour ces territoires avec en fond tout le poids des dynamiques globales dans l’œuvre des acteurs publics.

Continuer la lecture de Développer l’économie numérique en territoire isolé, un défi trop ambitieux ? L’exemple des télécentres du Cantal