Archives mensuelles : juin 2017

Les réseaux d’innovation en stations de montagne

Par Véronique Favre Bonté (maître de conférences HDR), Elodie Gardet (maître de conférences), Catherine Thevenard-Puthod (maître de conférences HDR), Institut de recherche en sciences de gestion (IREGE) et Clémence Perrin-Malterre, maître de conférences en sociologie, Environnements, dynamiques et territoires de la montagne (EDYTEM) [1]

Résumé

Cet article étudie l’influence exercée par le type de territoire sur les caractéristiques des réseaux d’innovation. Nous avons retenu l’industrie du tourisme car elle est en pleine mutation. Ainsi, toutes ces modifications obligent les acteurs du tourisme à s’adapter et à développer des innovations. Par ailleurs, la structuration de l’activité dans le secteur du tourisme en montagne n’est pas la même selon que l’on se situe dans une station de haute altitude ou de moyenne montagne. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à l’influence du type de territoire sur le développement des innovations en réseau. Nos résultats montrent qu’en fonction du type de territoire, les réseaux qui portent les innovations diffèrent en termes de nature des relations, de rayonnement géographique et de mode de régulation utilisé. En revanche, le type de station ne semble pas influencer l’architecture du réseau ; tous les réseaux étudiés possèdent un pivot chargé d’orchestrer les partenaires. Continuer la lecture de Les réseaux d’innovation en stations de montagne 

D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ?

Par Coralie Achin, docteur en sciences du territoire, Université Grenoble Alpes, IRSTEA, UR Développement des Territoires Montagnards

Avec près de 1,2 milliards de touristes en 2015 (UNWTO, 2016), le tourisme constitue un phénomène mondialisé, dont le rôle économique ne fait aujourd’hui plus aucun doute : ayant bénéficié au cours des vingt dernières années d’une croissance quasi interrompue, ce secteur représente aujourd’hui plus d’un milliard de recettes internationales, 10% du PIB mondial et fournit un emploi sur onze (UNWTO, op. cit.). Ces chiffres, imposants, témoignent du passage d’un tourisme confidentiel et élitiste au début du XIXème siècle (Boyer, 2005) à un tourisme de masse dont les prémices remontent aux années 1930 (Boyer, 1999). Sans nul doute, l’avènement de ce dernier a été permis par la mondialisation ainsi que par les évolutions industrielles et sociales concomitantes et/ou liées. Parmi elles, nous pouvons tout particulièrement mettre l’accent sur le développement des moyens de transport et de communication, la limitation de la durée hebdomadaire de travail et l’institution progressive de cinq semaines de congés payés par an, offrant aux Français la possibilité nouvelle de partir en vacances. À compter de cette période, la pratique touristique se démocratise, entrainant alors une multiplication des destinations touristiques (Stock et Antonescu, 2014) s’appuyant pour cela sur la mise en place d’une organisation de type industriel, fondée sur la standardisation des prestations (Cuvelier, 2012). Bien loin de rester étrangère à ce phénomène, la montagne française se transforme également au milieu du XXème siècle, accompagnée pour cela par les services de l’État. Impliqués dans la réalisation des stations de sports d’hiver, ceux-ci appliquent alors aux stations de troisième génération (Cumin, 1970) les principes d’aménagement fordistes dans un objectif de rentabilité économique, conduisant alors à une rationalisation et, in fine, une standardisation du produit touristique ainsi créé (François, 2007 ; Hatt, 2011). Corollaire, la spécificité et l’authenticité ayant entouré la création des premières stations de sports d’hiver sont, à cette période, abandonnées, au profit de cette généricité fonctionnelle, jugée optimale. Continuer la lecture de D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ? 

Donner à voir Des gouvernances en mouvement

Par Anne-Sophie Pico, historienne, collectrice d’enquête

et Marc Mallen, responsable de feu Centre de l’oralité alpine de 2007 à 2016

Résumé

Entre 2012 et 2014, le Centre de l’oralité alpine du conseil départemental des Hautes-Alpes a mené une collecte d’environ quatre-vingt-dix entretiens sur le thème de l’histoire des stations de ski auprès d’acteurs locaux. La POM (Petite œuvre multimédia) Des gouvernances en mouvement retrace l’émergence d’organisations territoriales singulières, en écho à la particularité des acteurs et au regard des lois successives (Plan neige, loi montagne, Unités touristiques nouvelles, délégation de service public etc.) : les gouvernances sont en mouvement. La bascule vers l’incertitude depuis les années sans neige, l’émergence d’une industrie du ski qui se doit d’attirer les clients en masse, mettent au centre du débat la dialectique de l’offre et de la demande, entre fuite en avant et nécessité. Est-ce la demande qui crée l’offre ou l’offre qui crée la demande ? Des offres sont développées, toujours renouvelées, afin de toucher l’autre clientèle, celle qui apportera à la station une stabilité économique par une rentabilité espérée. À l’heure de la mondialisation, la complexité d’un équilibre mène à la concurrence entre les stations. Le client veut en avoir pour son argent, sans que l’on puisse identifier ce qui pour chacun articulera son choix. Tout semble possible même si rien ne semble assuré. Entre héritage et création une troisième voie s’ouvrirait.

L’article aborde une réflexion générale sur ce que peut représenter une POM comme objet de valorisation du patrimoine matériel et immatériel et son usage comme outil de médiation culturelle. Dans un autre temps, le scénario de la POM Des gouvernances en mouvement est présenté avec pour visée une invitation à l’échange avec le grand public, des élus ou des acteurs sur le territoire concerné.  Continuer la lecture de Donner à voir Des gouvernances en mouvement 

Reconnecting cross-border regions in the alpine space

Economy, Anti-Immigration Speech and Public Opinion

By Ivan Ureta, lecturer at the University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland, professor at the IE Business School/University and a research fellow at the Department of Middle Eastern Studies of King’s College London and the International Migration Institute, University of Oxford

and Victor Blazquez, researcher at the Inno3 Competence Centre, University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland

Introduction

This paper studies the implications of anti-immigration public speech for politico-economic relations and innovation in cross-border regions (CBRs). In particular, it assesses how bilateral relations between CBRs may affect broader political initiatives that have already been launched by a larger group of regions or nations. The paper studies two specific cases: Ticino (TI) Lombardy (LO) and Trentino & Alto Adige/South Tyrol (TAA) Tyrol (TIR). The political, social and economic relations between states and especially within CBRs are very sensitive to anti-immigration discourses, and over the past few years, migration has been central to the European agenda. Since 2008, the economic and financial crisis has challenged collective policy-making processes in the EU and jeopardises the continuity and sustainability of existing initiatives.

The paper builds upon realism-constructivism (Jackson & Nexon, 2004), a theoretical framework that helps to understand how political entrepreneurs and brokers behave (Walker, 1974; Christopoulos, 2006; Ureta, 2017). This approach brings together “the study of power in international politics and the study of international relations as a social construction” (Barkin, 2003). The relevance of this framework becomes more apparent in the discussion about cross-border relations and the specifically opportunistic anti-immigration rhetoric that political entrepreneurs deploy. Continuer la lecture de Reconnecting cross-border regions in the alpine space 

Innovation in representing the mountain landscape

Par Lorenza Gasparella, Ph.D. in Landscape and Environment, Fondazione Benetton Studi Ricerche (Italy)

Abstract

This contribution, which starts by examining the Panorama of the Engadine that Giovanni Segantini designed for the Paris Exposition Universelle of 1900, retraces the relationship between the perception and representation of mountain landscapes.
The Panorama of the Engadine’s 400 square metres of painted surface was an artistic synthesis that represented not a real area but a territory reshaped by the imagination. The observer was optically and emotionally engaged through a “script of the landscape”. In this way, the idea of Engadine became a shared narrative capable of structuring a whole system of values and an iconic mythology. The landscape’s archetypal figures have gradually been moved to a more conceptual level and have taken a backseat to a communication strategy. In addition, advertising has replaced the visual arts to convey images, symbols, ideas, beliefs and behaviour patterns.

The bucolic and romantic image of the mountain landscape is disappearing in favour of exploring places of everyday life. Perhaps one of the most urgent tasks is to learn to see things anew, including the landscape, which is all too often reduced to something that is photographed without really being looked at. A new reading mode and the production of unconventional images can make it possible to restore the relationship with places.

Continuer la lecture de Innovation in representing the mountain landscape 

La mise en œuvre de la convention alpine : une approche politique justifiée par son pragmatisme

Par Matthew Naylor, doctorant en sciences juridiques, CRJ, Université Grenoble Alpes 

Introduction

 

En 1952, lors de sa création, la Commission internationale pour la protection des Alpes (CIPRA) souligne le besoin d’une convention internationale protégeant l’ensemble des Alpes[1]. Il faudra attendre 39 ans pour la proclamation de la convention des Alpes à Salzbourg (Autriche) en 1991.

En 1993, la convention est signée par tous les États partageant le massif alpin : l’Autriche, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Suisse, le Liechtenstein, la Slovénie et la principauté de Monaco, ainsi que l’Union européenne. Ce traité est alors le premier texte international juridiquement contraignant[2] relatif à un massif montagnard. Il reconnaît officiellement le besoin d’actions coordonnées entre les États alpins pour assurer la protection des ressources de leur massif.

En 2011, pour les 20 ans de la convention alpine, la CIPRA considère le bilan de la mise en œuvre du texte comme mitigé. Elle écrit que contrairement au réseau « Alliance dans les Alpes », au Réseau alpin des espaces protégés (Alparc), à l’association « Ville des Alpes de l’année » et au Comité scientifique international sur la recherche alpine (ISCAR) – qui mettent en œuvre activement la convention des Alpes –, « les Parties contractantes se sont trop souvent concentrées ces dernières années sur la production de papier et sur la formulation de résolutions »[3].

En 2016, le comité de vérification (ci-après comité) de la mise en œuvre de la convention alpine publie son rapport final concernant l’examen approfondi du thème « tourisme » dans le cadre de la convention alpine. Ce rapport est le produit de la deuxième phase de travail du comité. Les actions de ce dernier sont-elles aussi une simple « production de papier » pour les archives ? Il ne s’agit pas ici de faire un résumé des mesures de mise en œuvre de la convention prises par ses États signataires, ce qui serait une simple synthèse du rapport existant, mais d’établir dans quelle mesure les actions du comité contribuent à la mise en œuvre de la convention alpine.

Il faut d’abord souligner l’importance politique et scientifique du rapport du comité en tant qu’institution de la convention alpine. Cette présence institutionnelle dans la convention-cadre lui permet d’aller au-delà de la signature du texte et de mesurer sa mise en œuvre. Il conviendra dans un premier temps de traiter de la nature particulière au niveau international d’une convention-cadre (I). Pour saisir la mise en œuvre des conventions-cadre, il faut d’abord comprendre pourquoi les États ratifient des engagements internationaux. Les causes de la ratification pourront être utilisées comme moyens de pression pour assurer la mise en œuvre des engagements. Il conviendra d’identifier ceux utilisés par le comité (II).

Continuer la lecture de La mise en œuvre de la convention alpine : une approche politique justifiée par son pragmatisme 

Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes

Par Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine, LabEx ITEM, Université de Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194 / Università Milano Bicocca  – Dipartimento di sociologia e ricerca sociale

et Luca Daconto, post-doctorant en sociologie, Università Milano Bicocca – Dipartimento di sociologia e ricerca sociale

Résumé 

L’alimentation est une composante importante de la qualité de vie des individus en termes de santé, de sociabilité et d’intégration. Dans une perspective de justice sociale, le défi pour les politiques publiques est de promouvoir l’accès à une variété de ressources alimentaires saines, sûres et appropriées, notamment pour les populations les plus vulnérables.

Dans ce cadre, l’article vise à identifier les différents potentiels d’accès aux ressources alimentaires qui caractérisent les territoires de la convention alpine en Lombardie et en Auvergne-Rhône-Alpes. Le but est de présenter les résultats d’une analyse spatiale de la distribution des commerces alimentaires et des personnes âgées de 75 ans et plus (Istat 2011 ; Insee 2010). L’article analyse la dotation des ressources alimentaires (nombre de services par habitant) à l’échelle communale avant de la comparer à la répartition des personnes âgées. L’objectif est d’identifier les ressources alimentaires auxquelles la population âgée peut potentiellement accéder.

Les résultats montrent que dans les deux pays les territoires de montagne ont une dotation alimentaire (nombre de services par habitant) plus importante que les espaces urbains et péri-urbains. La présence de zones touristiques conduit cependant à une surreprésentation des commerces alimentaires d’autant que les communes touristiques de montagne situées à plus de 1000 mètres sont peu habitées et ont une faible proportion de personnes âgées dans leur population. Continuer la lecture de Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes 

The Club Alpino Italiano and the defence of the environment, from its founding (1863) to the present day

Par Stefano Morosini, Ph.D., Contemporary History, University of Milan

ABSTRACT

The Club Alpino Italiano (CAI – Italian Alpine Club) was founded in Turin in 1863. It has always been very active in reforestation campaigns, promoting and ensuring the protection of Alpine flora and fauna, the development of craftsmanship and small mountain factories, the control of water courses and the development of mountain agriculture. This environmental perspective changed completely during the First World War, when the fighting between Italy and Austria considerably damaged the Alpine landscape and its environment. Many members of the CAI were officers of the Alpini corps and described their experiences and all the changes occurring in the high mountain areas in letters, diaries and articles. After the war, the CAI supported the policy of environmental protection and the creation of national parks. During the fascist period, the trends were contradictory. In 1927, the CAI was placed under the Olympic Committee (which fell under the control of the Ministry of Popular Culture), and all democratic procedures were erased. In one article dated March 1934, the CAI’s monthly journal describes Mussolini as a skier (even though the country’s fascist leader could not ski). On the one hand, the CAI’s environmental commitment grew weak: It issued no critical comments after the Gleno Dam collapse (1923) or regarding the Molare Dam disaster (1935); on the other hand, the CAI, despite being a pro-regime association, protested against the construction of roads and hotels in the Breuil Basin, on the Italian side of Mount Cervino. In the 1950s and 1960s, as a result of the rapid development of tourism infrastructure and facilities for winter sports, the CAI expressed its opposition to the construction of cableways. In the late 1970s and early 1980s, the CAI took part in protests against the development of uranium mines and at a later date was also involved in protesting against marble extraction plans in the Apuan Alps. Continuer la lecture de The Club Alpino Italiano and the defence of the environment, from its founding (1863) to the present day