Archives mensuelles : octobre 2017

Originalité et dynamique des villages montagneux au Haut Tell Tunisien

Étude du cas des dachras 

Par Hamza AYARI, agrégé et doctorant en géographie, faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, U.R: BiCADE- FLAH- Manouba
Résumé 

La région du Haut Tell occupe la partie méridionale du nord ouest de la Tunisie. Elle se caractérise par des formes d’habitat groupées, le plus souvent dans des villages montagneux. Parmi ces villages se distinguent les dachras qui ont attiré la population depuis l’antiquité grâce à leur situation entre les parcours forestiers et les plaines céréalières. Ils sont dotés de sources karstiques à haut débit sous lesquelles prospère une arboriculture irriguée.

La majorité de ces sites perchés est incapable d’accueillir les services de base programmés par l’État tunisien après son indépendance. Pour cette raison, des noyaux de petits groupements de services sont créés sur les routes, dans les plaines et les fonds des vallées. Au contraire, les dachras accessibles ont connu une extension urbaine et se sont transformés en de véritables villes. Seuls les dachras inaccessibles ont connu une désertification totale.

Les activités autour des dachras ont connu des transformations en parallèle à ces mutations. À ce propos, les modes communautaires d’élevage ont disparu. Les troupeaux sont dominés par les ovins aux dépens des bovins et des caprins. L’arboriculture a connu un recul devant l’extension urbaine dans les dachras accessibles mais a cependant pu résister et s’est même étendue dans les dachras isolés grâce à la création des nouveaux groupements des services et de population en aval. La conservation des éléments d’originalité leur ont octroyé une attractivité pour le tourisme intérieur.

À la suite de la translation de la population des versants environnants, les dachras perchés ont perdu leur rôle de commandement de l’espace local au profit des nouveaux groupements en aval. Par conséquent, un nouvel ordre qui marginalise les dachras apparaît dans la hiérarchie des composants de l’espace local. Continuer la lecture de Originalité et dynamique des villages montagneux au Haut Tell Tunisien 

La dépression de Hangu – dynamique territoriale

Par Ionel Muntele, professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași, chercheur, académie roumaine, filiale de Iași ; Adrian Grozavu , professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași ; Sandu Alexandra, doctorante, école doctorale de chimie, sciences de la vie et de la terre, université Alexandru Ioan Cuza, Iași
Résumé

L’étude proposée veut déchiffrer les transformations supportées au long des deux derniers siècles par la petite dépression de Hangu (397 km2, en y incluant l’aire montagneuse adjacente) située au coeur des Carpates Orientales, au nord-est de la Roumanie (vallée moyenne de la Bistrița, affluent du Siret).

L’analyse de la dynamique du système de peuplement, à côté d’une revue des changements économiques, sociaux et environnementaux, recherche à mettre en évidence les mécanismes d’adaptation qui ont assuré la survie de ces communautés, en dépit des profondes transformations subies pendant la période totalitaire, irrémédiables en leur substance vu leur caractère volontariste. Refuge d’une population ayant su tirer profit des ressources limitées de la montagne, la région voit son équilibre perturbé, après avoir connu une insertion dans les circuits de l’économie marchande (exploitation du bois, flottage, etc.). Les grands chantiers ouverts par le gouvernement communiste, après 1950, source d’un profond bouleversement des structures territoriales, sont confrontés à une remarquable résilience de la population locale ancrée dans sa matrice séculaire. L’équilibre a été restauré en adaptant au nouveau contexte le système de peuplement. Les nouveaux acteurs issus de la disparition du régime totalitaire s’efforcent d’intégrer la région dans les circuits postmodernes du développement durable (parc naturel, ecotourisme, tourisme culturel, etc.) mais la fragilité induite par l’accomodation aux nouvelles exigences du marché global, dont les conséquences se ressentent même dans ces parages apparemment reculés, laisse ouverte l’esquisse d’une véritable stratégie de développement local.

À moins que cette fragilité soit elle-même une forme de résilience ? Continuer la lecture de La dépression de Hangu – dynamique territoriale 

The Pamir Mountains and geothermal sources of energy

By Saidmir Shomansurov, doctor of biology and plant physiologist, department of potatoes and vegetables, Pamir Experimental Agricultural Station, Tajik Academy of Science, Tajikistan ; and Munira Navruzbekova, doctor of biology and plant physiologist, faculty of biology, Khorog State University, Tajik Ministry of Education, Tajikistan

Some 93% of the territory of Tajikistan is covered by mountains. Even though only a small part of the flat area in the country is suitable for cultivation, agriculture is the main source of income for almost 70% of the population. Most of the agricultural crops that are produced go to household tables, and some of it is sold at local markets, which partly contributes to the country’s food security. One of the largest regions of Tajikistan is the Gorno-Badakhshan Autonomous Region. It contains the majestic, snow-capped Pamir Mountains (or ‘the Pamirs’) that scrape the sky, as well as wide valleys, bone-dry deserts and lakes and rivers filled with clear blue water. For hundreds of years, people have called these mountains – among the highest in the world – the “Poy-e Mehr”. Presumably a translation from Persian, it literally means “the foot of the sun” or “the roof of the world”. Since Soviet times, the Pamir highlands have been known as Gorno-Badakhshan. The Pamirs are known for their drought and cold climate, high intensity of solar insulation and high level of ultraviolet radiation. On average, the region’s sunshine duration is between 2,600 and 3,000 hours per year. The average January temperature up to 2,000 metres above sea level is 8°C, and the average temperature in July is around 25°C. Continuer la lecture de The Pamir Mountains and geothermal sources of energy