Board and winter sports reinvented ». Construction of a sports and leisure territory, Oisans from 1960 up until today

Dorothée Fournier, Docteure en histoire du sport, Laboratoire Sens-UFRAPS, Labex ITEM

Doctoral thesis in Science and Technique ofPhysical and Sports Activities (STAPS), Grenoble-Alpes university, Labex ITEM, supervised by Profs. Michaël Attali and Anne-Marie Granet-Abisset. Defended on the 12thof March 2018.


Paragliding take off area, top of the Devil’s ski slope, Les Deux Alpes ski resort, December 2017.

The origin of this thesis is due to Labex ITEM commitments to promote an enlarged partnership with socioeconomic actors and offer decision-making tools to meet territorial requirements. Across time, mountain areas have shown their resilience. However, today, they are facing new challenges: touristic, residential and environmental. In the context of global change, they become resource areas (by their economy based on tourism) and vulnerable areas (exposure to climate change). This duality requires considering them as relevant laboratories to observe the ongoing changes. This posture and an in-depth field knowledge by the entrant form the basis of the research hypothesis about the question of sports new collaborative innovation development models. Oisans area is an excellent casestudy. In some parts, it is like any other mountain place but with its own peculiar characteristics. It expresses different realities, administrative, geographic, and symbolic. It is divided in two county and two regions, nineteen towns in Isere county (and Auvergne-Rhône-Alpes region) and two in Hautes-Alpes county (and Provence-Alpes-Côte-d’Azur region). Situated South-East of Grenoble, on an important communication route between Rhône valley and Italy by the city of Briançon, it’s a pathway reinforced in the 19thby the construction of the Lautaret route. This high mountain territory is marked by its history of alpinism and by its first tourists. The conquest of LaMeije gives it an international and a mythical recognition. A part of it became an officially designated national park reserve in 1973. Over the years, it has experienced many transformations and adaptations. Historically, by administration of communal land, agropastoralism is the core activity of this area. This occupation enriched the local population and familiarised them with displacement. Seasonal and temporary migration and long distance commuting on which the economic activity is based, has shaped the identity of the territory.

By a movement towards the bottom valley in the 19th century, Oisans operates an extensive network of industrial facilities restoring the attractiveness of this subspace, structuring new migrations and a new economic attractiveness. At the same time, with the rise of mountaineering, from the 1920s during the development of the first winter sports (phenomenon that is accentuated in the 1960s), Oisans becomes a tourist territory thanks to ski in winter, then in summer, and following the same timeline by the implementation of other sport activities such as cycling in the dynamics of the Tour de France. In successive adaptation and wondering about its future, Oisans serves as a case study of this problem of aptitude/weakness, which characterizes mountain territories. They wonder about the sustainability of the ski activity and the ability of diversified activities to replace them. In this context, the aim is to assess the way in which sport practices “build the territory” wondering if the Oisans is taking new measures for its survival. Does it still have the capacity to innovate to adapt to new constraints as it has done in the past? The solutions that the actors are ready to implement to answer new challenges constitute the stake of this thesis centered on sport activities. This question requires an analysis of past experiences to understand the mechanisms by which this area has been maintained to this day. In an interdisciplinary approach favored by the Labex ITEM this research seeks several disciplines of humanities and social sciences : cultural history of sport, sociology of organizations, cultural geography. It essentially mobilizes two concepts, territory and innovation. In its cultural sense, the territory refers to an appropriate space, historically built, resulting from reconfigurations. It’s a process that sets a practice in a specific place. The framework adopted by the Labex Item invites to question the concept of innovation applied to sport practices. Is it simply a “portmanteau” word to give a sense of progress and say that mountain territories are areas of progress while it is in reality only adaptation? While some practices seem innovative in terms of their content, other, considered as such, are not. By a communication argument, how does the Oisans area, in reality and by speech, build itself as a touristic territory thanks to sport? This study questions the adaptability of Oisans taking into account what is often presented as socio-cultural innovations. It gives a central place to this concept by rejecting a strictly technological approach. The contribution of Norbert Alter is favored. Based on Schumpeter’s economic theory, the author separates the goal to be achieved (economic considerations) from the means of attaining it (social and cultural concerns). He postulates that innovative action is not driven by economic rationality but by a desire for social recognition. Innovative behavior consists of accepting purpose prescribed by society but not social rules. Thus the process of innovation always stumbles against the established order, supposes a rupture, forces a deviant behavior without it, it cannot be conceived. This ordinary act represents the main vector of the movement as well as a risk of sanctions. It is considered normal behavior for some, so it remains relative. It has benefits, requires learning and builds an identity. Innovation is the daily reality of any operator. Examining their networks provides an essential diagnostic tool made available to organizations.

In a historical perspective, different sources constitute the corpus that questions the two concepts mentioned. To understand the choices of the decision-makers and the choices of actors carrying new sports practices, we studied mostly three types of sources. The first corpus was produced by consulting the local newspaper “Le Dauphiné Libéré”, from the 1960s to the present day. (The local edition of Oisans and the Grenoble edition were consulted simultaneously to detect differences in perception between urban and rural). Contrary to what one might think, it is not a source that is insufficient or too centrally localized. It is rich and essential for analysing the network of players. The repeated presence of the same events in the regional press is an indicator of the degree of incorporation of practice into a place. It is a mouthpiece for decision makers, rooted in the territory. This daily newspaper publishes positive information. It overvalues ​​local information and justifies public action.
It gives to see the official speech. Thus, it participates in the elaboration of the system of representations by shedding light on the place of practices, traditional or innovative. It puts them back into their life cycle. In the margin of the media discourse, the decisions of the administrations constitute a second level of sources. It is constituted by the funds of the communal archives, essentially the municipal reports and the municipality communities reports of Oisans area. This data is scattered throughout the studied perimeter or in different repositories. This is why the collection of oral testimonies constitutes a third level of sources. It is a rich teaching tool made available to the contemporary historian. These testimonials reveal how the actors appropriate the practices, act, give meaning to their choice. They offer access to the sphere of intimacy, at the heart of the process of interrelations. It takes into account different generations, the diversity of sports practiced by an individual and his belonging to different sectors of activity.

The results of this thesis are presented chronothemically. In a first part, we show how Oisans is raised in a tourist territory by the activity of skiing. This practise benefits of a positive vision from society. In addition, we highlight the change from summer tourism, with mountaineering using specific locations, to a winter tourism territory that specifies new tourist sites. New subspaces join the two economic drivers of Alpe d’Huez and Les Deux Alpes. By this transfer, they no longer appear in terms of backwardness. This first section provides an overview of skiing after the war, and in a more in-depth way from the 1960s to the 1980s. Skiing is the major economic resource of Oisans. We describe this practice as innovative at this time because of its change of use (from a means of travel to a leisure). In addition, its modalities of practice change. (It goes from ski mount to ski downhill). This stage of development indicates the asymmetrical path followed by winter sports. It is rationalized, codified, standardized. At the dawn of the 1980s, we are witnessing a reconfiguration of the territory. This architecture brings out new protagonists, ski lift managers, ski instructors, ski patrols. In contrast to this dynamic, the agricultural places are presented as lagging behind their time. The reinforcement of winter sports brings in its wake some of these agricultural “archaic” territories. They join the progress thanks to the extension of the territory of Alpe d’Huez from which they profit. Auris and the Eau d’Olle Valley prove it. In rural villages that have remained isolated from the phenomenon, the world of peasants disappears despite attempts to resist by associating agriculture with tourism. Another conception of the development of the mountain occurs. It challenges the dominant model and promotes the protection of nature. This is the vision of associations such as the French alpine club “Club Alpin Français”, precursor in the structuring of the mountain area. Their vision is that we must overcome the mountain not by mechanics but by physical effort. This dichotomy of representations brings up controversies, conflicts and negotiations illustrated by games between actors around two projects: the implementation of the Meije cable car and the creation of the Ecrins National Park. While winter sports continue to grow, in counterpoint, new methods of practice highlighting the values ​​of the American counterculture, begin to spread in Oisans during the 1970s. These emerging sports, such as freestyle skiing, reinforce new mentalities based on a new set of values ​​that is opposed to that of traditional sports. Although some of these practices, described as « Californian », do not manage to establish themselves durably (freestyle skiing, monoski), they impel a new impetus in an unfavourable economic situation reinforced by the European market and low snow winters.

Starting from this new social and cultural reality at the dawn of the 1980s, the second and third parts of the thesis focus on understanding territorialization processes of innovative practices. The targeted study of three practices provides a detailed analysis of the dynamics of innovation. Beyond their countercultural specificity, we selected them because of their affiliation with traditional sports that affected to varying degrees the territory of Oisans in the period previously studied. Snowboarding and its relation to skiing, mountain biking and its relationship with road biking and free flight, and more particularly paragliding and its link with skydiving, are examined.

Considering the period of time between the 1980s and the 2000s, the second part deals with the appropriation of the innovative practices by the actors of the territory and the capacity of this one to change them. It begins by describing the values ​​and aspirations of the groups of innovators. They are identified through the different ways of getting involved in the practice.  Out of line  with the established cultural norm, innovators are driven by strong beliefs that resemble a form of activism. We then measure their degree of influence, their capacity to take risks, their relationship with the current rule. The notion of appropriation refers to the challenges of the territory. Relationships with traditional activities are studied to understand how snowboarding, mountain biking and free flying are perceived and whether or not they successfully take place on occupied space. On the other hand, the interest of the actors to take part in the action and the meaning of the different sequences of the appropriation process are detailed. If places « learn » faster than others do, the learning capacity is due to both the socio-cultural characteristics of the host site and the stronger influence of certain networks. The finding of differentiated appropriations leads to the establishment of territorial profiles. In order to interpret the trajectory of innovation, special attention is paid to conflicts and cooperation, in particular to the repercussions of national institutional tensions on local authorities of sport. In the light of this, the role of the smuggling agents is highlighted. The tensions identified reflect not only the economic stakes resulting from the development of new sports but also the stakes of power. A reflection begins from the social exchange and networks of competence to measure « the capacity to collectively produce innovation ». The influence of the actors of the territory shapes specificities within each modality of practice, from which are deduced meanings. While snowboarding and mountain biking have a profound impact on the territory at the same time as it shapes them to its profile, free flight illustrates the failure of an appropriation. Hang gliding and then paragliding face many obstacles related to a protectionism of the winter sports system highlighted by the place of central operators including lift companies.

The third part focuses on the most recent period, from the year 2000 to the present, and focuses on territoriality resulting from the innovation process. The repercussions of Oisans’ appropriation of innovative practices are studied in order to reflect their participation in its redefinition. The influence of snowboarding on skiing, mountain biking on road biking, even mountain biking on the ski, attest to a reversal of codes. This phase corresponds to the integration of these sports and the recognition of other standards. New sports do not reconfigure spaces evenly. Some projects illustrate the refusal of the territorial ecosystem to transform itself. The consequences on the territory are measured according to various factors, symbolic, organizational, social, cultural, but also according to technological, political criteria and finally in terms of space. The changes of representation on the space occur concomitantly with the modifications of the judgments on the actors of the innovative sports. These changes, interpreted through the lens of opportunities and threats, constitute an axis of reflection.
Beyond a mutation of the sporting landscape, this thesis finally attempts to measure the consequences of the heterogeneity of perceptions on the heterogeneity of the Oisans area, field of expression of identities. It takes stock of territorial reconfigurations. The touristic territories remain the big resorts that increase their space and reinforce their brand image. Bourg d’Oisans « valley bottom station » takes over a central function thanks to the development of cycling. Saint Christophe and La Grave, altitude areas, no longer have the same impact. Their attraction is articulated with the presence of the park and the defence of a territory and a ski of adventure and mountaineering. When territories join tourism, others remain on the periphery and do not benefit equally from sports recreation practices. The lower valley of the Romanche remains a territory of exclusion which no one considers as being part of the Oisans area. The territoriality emanating from these transformations is expressed through the different sports. Snowboard shows its ability to renew the image of winter sports. Mountaining biking illustrates the predisposition to restart the summer season in the mountains. In a context of climate change one can wonder about its ability to upset winter practices. Free flight, for its part, weakly influences the territory exposing its inability to transform it. By showing how Oisans is adopting new practices, the results of this research propose an indicator of the social, cultural and adaptive properties of the territory, as well as the capacity of its actors, to transform practices. Due to the territorial impact of innovative practices and reactions to them, the persistence of belief in winter sports is very interesting to reconsider. This questions the activity based on skiing and continues to seem to determine the choices of the actors. Alpe d’Huez and Deux Alpes plan to combine to give an image of the territory through skiing because of external competition. Would an Alpe d’Huez-Deux Alpes teleport link become a solution?

Several lines of work are emerging to continue this research. New practices such as snowkiting, speedriding, and electric bikes and mountain bikes deserve special attention. An analysis of the role of tourists and day-trippers in the transformation of Oisans is designed to shed a different light from that of local ownership initiatives. Going beyond the scale of the Oisans area, a comparison with other mountain territories, Alpine, Pyrenean or coastal areas, remains to be realized.

Selected bibliography

Alter Norbert, L’innovation ordinaire, 6e édition, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013,XVI-388 p.

Attali Michaël, « La France redessinée ? Espaces et territoires de loisirs dans la seconde moitié des années 1960 », French Historical Studies, octobre 2017, vol. 40, no 4.

Attali Michaël, Le sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004, 210 p.

Attali Michaël, Dalmasso Anne et Granet-Abisset Anne-Marie (dirs.), Innovation en territoire de montagne le défi de l’approche interdisciplinaire, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Montagne et innovation », 2014, 224 p.

Attali Michaël et Saint-Martin Jean (dirs.), Dictionnaire culturel du sport, Paris, A. Colin,2010, 582 p.

Bourdeau Philippe (dir.), Les sports d’hiver en mutation crise ou révolution géoculturelle ?, Paris, Hermès Science publications Lavoisier, 2007, 250 p.

Bourdeau Philippe, Territoire et identité : recherches sur la territorialité d’un groupe professionnel : les guides de haute montagne en France, Thèse de doctorat en géographie, Université Joseph Fourier,Institut de géographie alpine, Grenoble, 1991, 302 p.

Falaix Ludovic, La glisse au cœur des résistances et contestations face à l’institutionnalisation des territoires du surf en Aquitaine, Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 2012, 527 p.

Granet-Abisset Anne-Marie, « La construction du « terrain de jeu alpin » », in Aménagement et environnement perspectives historiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes,pp. 91‑108.

Granet-Abisset Anne-Marie, « Au-delà des apparences. Archaïsme et modernité dans les sociétés rurales alpines. Pour une relecture des fins de siècles (XIXe-XXe siècles) », in Daniel-Jacques Grange (dir.), L’espace alpin et la modernité bilans et perspectives au tournant du siècle, Presses universitaires de Grenoble, 2002, pp. 301‑310.

Guiltat Sébastien, Le rôle des sports côtiers dans le développement territorial de l’Ouest de La Réunion entre nouvelle maritimité et jeux d’acteurs, Thèse de doctorat en STAPS, Université de la Réunion, Saint-Denis de La Réunion, 2011, 322-120 p.

Gumuchian Hervé et Pecqueur Bernard, La ressource territoriale, Paris, Economica : Anthropos, 2007,252 p.

Hillair et Dieter, Prospective et innovation des sports à technologie élevée (le système P.I.S.T.E.), Thèse de doctorat en STAPS, Paris 11, 1992.

Jorand Dominique, Histoire et sociologie du vol libre français. Structure, opposition, enjeux., Thèse de doctorat en STAPS, Université Paris-Sud, Paris, 2000, 400 p.

Loret Alain, Génération glisse dans l’eau, l’air, la neige… la révolution du sport des « années fun », Paris, Éd. Autrement, 1995, 325 p.

Reynier Véronique, Les pratiquants des stations de sports d’hiver, représentations sociales et comportements territoriaux, Thèse de doctorat en STAPS, Université Joseph Fourier, Laboratoire EROS, Grenoble, 1996,312 p.

Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François, Histoire culturelle de la France : le vingtième siècle, Paris, Éd. du Seuil, 2005, 505 p.

Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François (dirs.), La culture de masse en France : de la Belle Époque à aujourd’hui, Paris, Fayard, 2002, 461 p.

Savre Frédéric, La diffusion et l’institutionnalisation du mountain bike : des origines californiennes à la légitimation olympique (1970-1996), Thèse de doctorat en STAPS, Université Claude Bernard, Lyon 1, 2009, 559 p.

Tétart Philippe (dir.), Histoire du sport en France [Tome 2] De la Libération à nos jours, Paris, Vuibert, Musée national du sport, Université du Maine, coll. « Sciences, corps et mouvements », 2007, vol.2/2, XVII-523 p.Walter François, Della Casa Francesco et Hohler Anna, « L’improbable, une lecture éclairante de la territorialité », Tracés :bulletin technique de la Suisse romande, 2008, vol. 24, no 134.

La dépression de Hangu – dynamique territoriale

Par Ionel Muntele, professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași, chercheur, académie roumaine, filiale de Iași ; Adrian Grozavu , professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași ; Sandu Alexandra, doctorante, école doctorale de chimie, sciences de la vie et de la terre, université Alexandru Ioan Cuza, Iași
Résumé

L’étude proposée veut déchiffrer les transformations supportées au long des deux derniers siècles par la petite dépression de Hangu (397 km2, en y incluant l’aire montagneuse adjacente) située au coeur des Carpates Orientales, au nord-est de la Roumanie (vallée moyenne de la Bistrița, affluent du Siret).

L’analyse de la dynamique du système de peuplement, à côté d’une revue des changements économiques, sociaux et environnementaux, recherche à mettre en évidence les mécanismes d’adaptation qui ont assuré la survie de ces communautés, en dépit des profondes transformations subies pendant la période totalitaire, irrémédiables en leur substance vu leur caractère volontariste. Refuge d’une population ayant su tirer profit des ressources limitées de la montagne, la région voit son équilibre perturbé, après avoir connu une insertion dans les circuits de l’économie marchande (exploitation du bois, flottage, etc.). Les grands chantiers ouverts par le gouvernement communiste, après 1950, source d’un profond bouleversement des structures territoriales, sont confrontés à une remarquable résilience de la population locale ancrée dans sa matrice séculaire. L’équilibre a été restauré en adaptant au nouveau contexte le système de peuplement. Les nouveaux acteurs issus de la disparition du régime totalitaire s’efforcent d’intégrer la région dans les circuits postmodernes du développement durable (parc naturel, ecotourisme, tourisme culturel, etc.) mais la fragilité induite par l’accomodation aux nouvelles exigences du marché global, dont les conséquences se ressentent même dans ces parages apparemment reculés, laisse ouverte l’esquisse d’une véritable stratégie de développement local.

À moins que cette fragilité soit elle-même une forme de résilience ? Continuer la lecture de La dépression de Hangu – dynamique territoriale

Expériences du vieillir et enjeux d’action publique en territoires de montagne : une approche au prisme de la notion « d’effets de milieu »

Catherine Gucher, sociologue, MCF HDR, UMR PACTE, UGA

Deux des terrains de recherche investigués entre 2005 et 2012 autour de la problématique du vieillissement dans les espaces ruraux comme chance ou risque de vulnérabilité accrue[1] sont illustratifs de ce que nous admettons a priori comme étant « territoires de montagne »[2] et c’est sur la base des matériaux recueillis ( entretiens de type récit de vie avec des retraités, stages d’observation pour chacun des territoires, et entretiens menés avec des élus et acteurs professionnels) que nous établissons les conclusions présentées ici.

[1] Recherches reprises dans le mémoire d’HDR : Vieillesses différenciées et  » effets de milieu  » : Contribution à une théorie sociologique du vieillissement et de la vieillesse.. Sociologie. Université de Grenoble, 2012

[2] En référence à un ensemble de textes administratifs publiés en 1974 et 1978[1] à la suite du décret initial de juin 1961 qui définissait administrativement la commune montagnarde comme une commune ayant plus de 80% de son territoire à une altitude moyenne supérieure à 700 mètres[2] ou bien ayant des pentes moyennes supérieures à 20 % ou bien encore combinant les deux critères, id est une altitude minimale de 500 mètres et des pentes moyennes de 15 % (directive européenne 75 / 268). (source Observatoire des territoires)

  1. Morphologies physiques et sociales différenciées des territoires de montagne

Les travaux de ruralistes ont permis l’élaboration d’une typologie reflétant la diversité des formes contemporaines de ruralité (Perrier-Cornet, 2002). De même, à côté d’un certain nombre d’invariants qui caractérisent les territoires de montagne, apparaissent d’autres caractéristiques, qui se retrouvent inégalement selon les territoires et qui renvoient principalement aux processus de transformations économiques et socio-culturelles : les rapports entre groupes d’âge, les situation de vie, le rapport entre résidences principales et secondaires, le pourcentage d’emménagement depuis moins de 4 ans, le niveau de diplôme de la population, et la variation du nombre d’habitants.(Exemple de deux communes de Maurienne Avrieux et Valmeinier source INSEE).

  1. La montagne comme « milieu »

Par-delà ces différences, il est possible de mettre en évidence le noyau dur de ce qui constitue la montagne comme « milieu », c’est-à-dire comme « « unité de vie collective constituant un cadre de référence auquel sont associées des images et des pratiques spécifiques » (Grafmeyer, 1991, p. 17).

  • les racines éthiques de la civilisation paysanne.  « un grand attachement au sol natal, une attitude respectueuse à l’égard des anciens usages, une limitation des ambitions personnelles au profit de la famille et de la communauté, une éthique sobre et terrienne » (Redfield cité par Deverre, 2009)
  • le localisme et le familialisme qui fondent les attitudes des habitants de ces lieux, le plus souvent issus de classes populaires et fonctionnent comme « régulateurs de vie et analyseurs d’expériences » (Verret, 1986).
  • La mobilisation au quotidien de ressources d’autochtonie (Rétière, 2003) liées à l’enracinement local qui apparaissent comme nécessaires et suffisantes pour faire face à toutes les épreuves du parcours de vie, et notamment de l’avancée en âge.
  1. Vieillir en montagne : « effets de milieu » vs « effets de trajectoires »

Les sociabilités locales obéissent ainsi généralement au précepte « ensemble c’est tout » et s’organisent autour « des relations passantes », du « faire ensemble » et « du collectif partagé » (Gucher, 2007). Les personnes natives qui s’inscrivent sans interruption depuis l’enfance dans ce milieu, composent avec l’ensemble des contraintes, des apports et des influences, exercées par cet environnement géographique, politique, social et culturel, et leurs modes d’existence s’en trouvent façonnés. Pour les autres groupes de population vieillissante – « les installés » sur le tard, généralement d’origine urbaine, arrivés au moment du passage à la retraite après une période de séjours intermittents dans une résidence secondaire et les « revenus au pays », originaires du lieu mais qui s’en sont éloignés pendant une partie signifiante de leur vie professionnelle- , des phénomènes d’acculturation sont observables. Les installés sur le tard, adoptent peu à peu, par stratégie, des comportements relationnels et d’engagements conformes aux règles de sociabilité locale, tout en préservant cependant, des formes de sociabilité à distance, rattachées à leur vie urbaine antérieure.

Ainsi, malgré les caractéristiques distinctes des groupes de population âgée, les « effets de milieu » homogénéisent les manières de vivre et de penser la vieillesse à l’échelle des territoires de montagne (Gucher, 2014). Toutefois, ils s’exercent différemment sur les groupes d’individus âgés, en fonction de leurs trajectoires sociales et résidentielles antérieures, et conduisent à des dynamiques d’hybridation culturelle et sociale.                      

  1. Le milieu : enjeu et levier d’action publique

De même, les « effets de milieu » influent sur les modalités de l’action publique locale. C’est autour du paradigme du « territoire identitaire » (Guérin-Pace, 2006), que peut s’initier une action publique qui se détache des modèles médico-sociaux de prise en charge de la vieillesse pour faire place à des modèles intégrateurs, adaptatifs et aménagistes, qui reposent sur une approche transversale et dynamique des âges de la vie et considèrent le vieillissement comme un processus au long cours, au cœur des dynamiques interactionnelles des populations et du territoire et porteur de ressources pour le territoire (Gucher, 2015).

Pour conclure, la dynamique des « effets de milieu » que nous avons mis en évidence dans certains territoires ruraux et plus spécifiquement dans les milieux de montagne, contribue à soutenir les processus de vieillissement dans une perspective forte d’intégration locale et d’insertion sociale. Par ailleurs, la dimension mémorielle portée par les plus âgés des habitants de ces territoires de montagne, apparaît comme un support possible de transition douce dans des perspectives de transformation économique et sociale.

Bibliographie
Deverre Christian, 2009, « Robert Redfield et l’invention des « sociétés paysannes » », Études rurales, n°183, pp. 41-50.

Grafmeyer Yves, 1991, Habiter Lyon : milieux et quartiers du centre-ville. Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 272 p.

Gucher Catherine, 2015, « Politiques publiques et parcours de fin de vie: reconfigurations, dynamiques paradoxales et art combinatoire », International Review of Sociology, vol. 25, n°3, pp.502-517

Gucher Catherine, Mallon Isabelle, Roussel Véronique , 2007, Vieillir en milieu rural : Chance ou risque de vulnérabilité accrue ?halshs-00371194

Gucher Catherine, 2014, « Vieillissement dans les espaces ruraux en France et « effets de milieu » : enjeux humains et territoriaux des mutations démographiques », Cahiers québécois de démographie, Montréal : Association des démographes du Québec, vol. 43, n°1, pp.103-131

Guerin-Pace France, 2006, « Sentiments d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace Géographique, Tome 36, n°4, pp.298-309.

Perrier-Cornet Philippe (dir.), 2002, Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube/Datar, coll. Bibliothèque des territoires, 279 p.

Redfield, 2005

Retière Jean-Noël, 2003, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n°63, pp.121-143.

Verret Michel, 1986, La culture ouvrière, Saint Sébastien, ACL éditions/Société Crocus, 300 p.

Rural ageing and social exclusion in farm resource dependent communities : the Irish experiences

Kieran Walsh, Professor of Ageing and Public Policy and Director of the Irish Centre for Social Gerontology at the National University of Ireland Galway.

Eamon O’Shea, Professor in Economics and Director of the Centre for Economic & Social Research on Dementia, at the National University of Ireland Galway.

Thomas Scharf, Professor of Social Gerontology at the Institute of Health & Society, and the Newcastle University Institute for Ageing at Newcastle University.

Introduction
Currently, our understanding of social exclusion and how it affects the lives of older people in diverse rural settings is poorly developed and based primarily on anecdotal and fragmented evidence. We have little knowledge of how age, the life-course and place – individually and in combination – impact on the potential for rural-dwelling older people to experience exclusion in later life. Nor do we have insight into how older people conceptualise, react to and deal with exclusion, or how communities view advantage and disadvantage in later life. How the relationship between older people and their communities influences the experience of social exclusion in rural areas is also largely unknown (Skinner and Winterton 2017; Scharf et al. 2016). Arising from such knowledge deficits, we cannot be sure if being older and living in rural communities increases or decreases the potential for exclusion in later life, nor whether rural places are good or bad places in which to grow old.

Aim of the study
Our study (Walsh, O’Schea, Scharf, 2012)[1] explored how age and rurality combine over the life-course to impact on the likelihood of exclusion in later life from material resources, social relations, and services in contrasting rural contexts (i.e. village rural, dispersed rural, island rural, remote rural and near-urban rural).

Methods
A qualitative approach was used to generate information on ageing in 10 different communities across Ireland and Northern Ireland (see figure 1). A community in each jurisdiction represented one of the five different kinds of rural communities: island, remote, dispersed, village and near-urban. The research involved two work strands:

  • Community Consultations: A focus group was organised with community stakeholders in each of the 10 study sites. The purpose of these consultations was to gather the views of local stakeholders on ageing and social exclusion in their community. In all, 62 stakeholders from the voluntary, private and public sectors took part in these consultation events.
  • Face-to-Face Interviews: The main body of work for this study involved 106 in-depth semi-structured interviews with older people across the 10 communities. The purpose of these interviews was to elicit the experiences of a diverse group of rural- dwelling older people, with a focus on exclusion, inclusion and participation. The sample included 49 men and 57 women, ranging in age from 59 to 93 years. The sample included sub-groups of older people regarded as being at particular risk of social exclusion, such as those aged 80 years and over; older people living alone; and those with a disability or a chronic ill-health condition.

Figure 1 : Map of location of case studies.

Case studies :

  • Island
  1. Rathlin: Island with Scots-Irish heritage (32.6% of 60+)
  2. Inishbofin: Non-gaeltacht island – west coast(16.5% of 65+)
  • Remote
  1. Garrison: West Fermanagh village (23.9% of 60+)
  2. Dromid: South Kerry gaeltacht village (13.3% of 65+)
  • Dispersed
  1. Finnis: Down junction hamlet (21.3% of 60+)
  2. Coomhola Valley: West cork valley (14.7% of 65+)
  • Near-urban
  1. Donemana: Derry city regional community (19.8% of 60+)
  2. Rosemount: Central Ireland village (11.2% of 65+)
  • Village
  1. Upperchurch: Tipperary accessible village (19.1% of 60+)
  2. Clough: Down accessible village (14.2% of 65+)

Domains of Social Exclusion
Social exclusion emerged as a multidimensional construct for older people in general (Walsh, Scharf, Keating, 2017) and more particularly in rural areas. From the interviews with older people, it was possible to identify five domains of social exclusion in the lives of rural-dwelling older people. These included:

  1. Social connections and social resources: Opportunities for social connectedness and supportive relationships.

Participants suggested that rural communities tended to offer most help in times of immediate crisis. This was particularly true when somebody from the locality died. Indeed some participants referenced well-attended funerals and the assistance given to families after bereavement as an indicator of the strength of the community:

If there’s a problem, people will come and give help, no problem…if somebody dies, you might say that all the neighbours gather around them and they’re looked after. The relatives and all. It’s just one of those things. They’d attend wakes. (Stakeholder – Donemana)

  1. Services: Access to health and social care, and general services and infrastructure.

Even though geographically isolated and more sparsely populated sites had a tendency to be underserved (particularly in Ireland), the relationship between place and service infrastructure was for many participants a relative one. People found ways around deficiencies in service provision, viewing weaknesses in services provision as a minor irritant that had to be overcome rather than endured.

Oh, the services are ok… And you can always go to town. If there’s an emergency or anything like that you get a helicopter… Oh there would be things that you might have to send to the mainland for alright but that’s not a problem either, [not] like it used to be… You can ring instead of going out there… And that makes a big difference. (Male participant – K03)

  1. Transport and mobility: Access to private transport and public rural transport schemes.

The importance of private transport as an economic and social link for older people within rural communities cannot be underestimated. In particular, the car was viewed as being indispensable in maintaining a sense of independence and social connection.

If I can’t drive it’s very awkward, you know. We’re two miles out. (Female participant – S01)

The car, however, was not only a necessity, but a symbol of independence for many participants. The association of the car with autonomy and self-sufficiency, indeed, is typical. ‘Doing things for oneself’ was highly valued among participants and the capacity to drive was critical to some people’s ability to maintain that independence.

Many of the difficulties associated with exclusion are framed in the context of a deficient public transport system. Where public transport is available in rural areas, connections are often bad, thus further augmenting feelings of remoteness from friends and family:

If you hadn’t a car, well you would use the bus, but like I can go different places in the car that I couldn’t go on a bus. Now, for instance, I go down to my sister-in-law in Portstewart…where to get a bus would mean you have to get a bus… to Derry and from Derry to Coleraine and from Coleraine out to Portstewart. (Female participant – C02)

  1. Safety, security and crime: Feeling safe and secure in one’s home and community.

Discussions on this topic were often initiated through discussions on the closure of local police stations. Feeling safe in one’s own home and in one’s own community was highly valued. Living in a safe environment was considered to provide both a personal and social confidence with respect to a person’s surroundings. Perceptions and experiences of safety, security and crime were often a reason for continuing to live in an area or, in extreme cases, for considering moving.

Fortunately, the vast majority of participants felt safe and secure within their own homes and in their communities. However, issues surrounding crime in the community arose among a number of participants, with one woman commenting:

Do [I] feel safe and secure living here? Yes, but not as much as I did, I think. Yeah, there’s a lot you know more talk you’d feel about break-ins and all that, you know. That I’d be warier now about doors locked and having my key where I’d be wanting to have it and if there was anything happened to get out and…you know, all that, where it never entered my head before. You never know like in the times there are. (Female participant – K03)

Despite a number of crime-related incidences reported in this study, it would be incorrect to say that a culture of fear pervaded in the communities participating in the study. Many participants in each of the sites talked about how safe they felt in their communities:

Still a great community, it’s still great and we still don’t lock our houses, we don’t lock the door, well I don’t anyway. I feel safe, very safe. (Female participant – C04)

  1. Income and financial resources: Having sufficient income and the capacity to budget.

Wealth and financial resources emerged as an important domain when considering age-related exclusion. A large number of participants relied solely on state contributory and non-contributory old age pensions. Having money and the capacity for consumption was essential for many aspects of life, including social connection, health, transport and access to services.   People’s own expectations, past and future, in relation to living standards were critical in determining their perceptions of relative exclusion in this domain.

Mind you I’m from a generation, I mean I was born in 1937 so I’m from a generation who, although I didn’t suffer poverty, there was plenty of poverty ’round about me you see. I don’t think the younger generation are frightened of debt. I don’t think they have any fear of being in debt, but my generation you would never be in debt, you would do without rather than getting into debt, the young people nowadays they just flash the credit card. (Male participant – K06)

Older people could be excluded in one or multiple domains, or indeed not excluded in any of the domains. There are complex linkages between each of these domains that determine the nature and depth of exclusion experienced by older people living in rural communities. Thus, the different areas under each domain may represent an outcome of exclusion, or a component in a process of exclusion, e.g. lack of financial resources limiting social participation. The findings support previous work on social exclusion and ageing for non-rural settings. However, there are nuanced patterns and relationships that are particularly evident in rural settings, such as changes in rural socialisation, geographic location and distances, and weak service infrastructure.

Mediating Influences on Social Exclusion
Reflecting the complexity of individual lives in rural communities, the interviews with older people demonstrated that there are particular overlapping and interconnecting factors that influence whether a person is more or less likely to be excluded across the various domains. It is how these factors combine and interconnect in an older person’s life that shapes the potential for older people to be excluded in their rural communities. These factors, which stem from individual and rural diversity, include:

  1. Individual capacities: Personal agency and sense of independence; coping and adaptive capacity; and the ability for risk management.

Some individuals appeared to be more aware of their life-course and personal context, and as a consequence were accepting, but not in a fatalistic way, of their future life trajectories. In essence, although a number of people acknowledged that life was far from perfect, there was a palpable sense of contentment with life and recognition of the importance of living in and for the present moment. This is illustrated by one older man who reflected on his life in his rural community:

You were better off to be struggling away with life… Well, ’tis my life. ’Tis, quite natural to me. So far, thank God, I’ve my own boss [wife]… Well now, I have ould angina and I don’t know what road that’s going to take. But yerrah, I have various old thing-a-majigs, but I takes no notice of them. I’m managing away. There’s nothing serious and… I know that we have problems and various things but, I don’t live thinking like that, unless ’tis happening [laughs]. (Male participant – K10)

  1. Life-course trajectories: Life-course transitions and trajectories including bereavement; health and functional independence (also related to having to stop driving); and ageing.

Examining the experiences of the participants pointed to the importance of the life-course in understanding cumulative disadvantage and exclusion. Moreover, events within an individual’s life-course, and in particular the transitions that a person experienced, had a strong influence over their exclusion or inclusion, both in the past and in later life. While recognising that such life experiences can help to develop resilience and an adaptive ability in the long term, major life events can also impact negatively on psychological and physical well-being in later life and a person’s capacity to remain included in society.

Some participants, typically older women, spoke about the death of a child. For these interviewees there was a clear sense of loss and psychological longing. There appeared to be an emotional void within their lives that impacted on their long term sense of well-being and, to an extent, on their sense of purpose in life. These feelings were certainly intensified for those who had lost more than one child:

I do miss my daughter. I’ll always miss my daughter. No matter what the world says, I’ll always think of poor [daughter’s name]. [Son’s name] I don’t think too much of, he was only 11 months. But I know his death when he died at 11 months was a big shock to me. And of course my first child was my very first, and you’re so looking forward to your first baby. To find that it had died at birth, that’s not a very pleasant thing to happen. So what can you do? Life is hard. (Female participant – K02)

  1. Place and community characteristics: Geographic and natural elements; people in the community and community cohesion; and attachment and belonging.

Place, as an embodiment of a geographic location and a community of people, was a pervasive dimension of the lived experiences of interviewees. People generally liked where they were living and had strong attachments to people and places. These attachments could help mitigate or compensate for some of the dimensions of exclusion.

For some participants, the influx of new residents was considered to impact on community connectedness. Although these individuals were technically living in the area, they were not always well known and remained outside the traditional community structures. In some cases people stated that new residents typically did not get involved in the community. In other cases, however, interviewees recognised that new residents can sometimes invigorate a community, but can also dilute the cohesive elements of a place. This was thought to be particularly true in smaller areas:

…it was like a very close community. Perhaps now with a lot of extra new people, of course it’s not as close…it’s good that they come in because you need them to come in, and it’s good because it broadens the community a little bit and it brings new ideas and things. But it loses that closeness, that friendliness, it definitely does. (Female participant – C04)

A number of older farmers spoke about the land that surrounded their homestead and that they worked all their lives. From their descriptions of farming or tending the livestock, it was clear that for them there was a contentment and emotional comfort in still being around and involved in the land. This was underlined by an attachment to the nature of work and a sense of pride in achieving a livelihood from farming. It was also evident that for a number of participants there was a therapeutic benefit to this way of life:

If I was there now of a Sunday I’d go home from mass and I’d have things done and…I’d go off through the fields. I could travel, God I could walk miles down through everyone’s nice fields you know and places that you were when you were a gossan [boy]… If you just go out on the field and a cow is after having a calf and you see him racing around the field and everything good. It’s, it’s a great lift to anyone. (Male participant – A04)

  1. Macro-economic forces: Emigration and migration; changing economic production within rural areas; depletion of social services and social meeting points; and the impact of the economic recession on communities and their residents.

The macro-economic forces can be summarized in the long term decline of industry. In Ireland, in 1926, primary sector counts for 32% of GDP and 54% of employment (Haughton, 2000) ; in 1973 fo 18% of GDP and 25% of employment ; and in 2009, for 2.4% of GDP and 5% of employment (Hynes and Hennessy, 2012; Kearney, 2010). How is such a factual reality translated in lived experienced?

It was clear from the interviews with older participants that the macro-economic context at the jurisdictional level influenced the potential for age-related exclusion in rural communities. These macro-level factors, which in many cases reflect broader global trends and patterns, shape the context of the case-study sites themselves at the meso-level, and in turn impact on the lives of older people at the micro-level.

The most influential macro-level factors concerned changes in the economic structure of rural areas, most notably the declining importance of agriculture and the increasing importance of towns and cities to the economic well-being of all citizens. The majority of older participants were aware of how broad economic and social trends were affecting rural places and the residents who lived in those places.

See farming changed completely. Is one of the things, that there’s very, very few full-time farmers so, as a result, the place is nearly empty by day d’ya know. There’s very few except the slow fellas like myself knocking around. (Male participant – E07)

Interviewees from several sites highlighted the rising rates of unemployment in their communities. These participants felt that job losses, particularly for those who worked in the construction sector, were damaging the fabric of rural communities. People described how emigration was affecting local organisations and community groups. In addition, people were conscious of the fact that not only would the population fall in number but that the community would lose some of its vibrancy and cohesion:

Oh God. One thing was if we could see this recession lift a bit is one of the things… It’s impacting on the [GAA] club, it’s impacting on the population because people now with the qualifications are having to leave. (Male participant – E02)

Concluding Remarks
The findings confirmed the existence of key domains of exclusion for older people in rural Ireland and Northern Ireland. Aside from developing a cross-border understanding of age-related rural social exclusion, this is an important contribution to the international literature because of the limited empirical and conceptual work on rurality and exclusion among older people. More importantly though, the research has demonstrated the influence of mediating factors, surrounding individual and rural diversity, on the exclusionary experiences of rural-dwelling older people across the various domains of exclusion. This represents an original contribution to international knowledge on rural ageing, which helps to enhance the explanatory power of domain-based exclusionary frameworks. In conclusion, age-related rural social exclusion emerged as both multidimensional, in terms of domains, and multi-layered, in terms of the relationship between potential mediating influences and domains.

Today, these knowledge takes part in a broader exploration of various factors, domains and mediators of social exclusion and old age (Walsh, Scharf, Keating, 2017). Today, through the EU COST ROSEnet network (http://rosenetcost.com/), European researchers and stakeholders explore those relations into five domains: economic exclusion, social relations exclusion, services exclusion, civic exclusion and community and spatial exclusion.

References
Haughton, J. (2000) The historical background, In: O’Hagen, J. W. ed. The economy of Ireland: Policy and performance of a European region, 2-49, Gill & MacMillan.

Hynes, S. and Hennessy, T. (2012) Agriculture, Fisheries and Food in the Irish Economy, The World Economy, 35(10): 1340-1358.

Kearney B (2010) The Past, Present and Future of Irish Agriculture, IIEA roundtable meeting working paper: http://www.iiea.com/events/the-past-present-and-future-of-irish-agriculture.

Scharf T, Walsh K, O’Shea E (2016) Ageing in rural places. In: Mark Shucksmith and David Brown (eds.), International Handbook of Rural Studies. Routledge: London & New York.

Skinner M and Winterton R (2017) Interrogating the contested spaces of rural aging: Implications for research, policy, and practice. The Gerontologist, 58, 1, 15–25.

Walsh, K., Scharf, T., & Keating, N. (2017). Social exclusion of older persons: a scoping review and conceptual framework. European Journal of Ageing, 14(1), 81–98. https://doi.org/10.1007/s10433-016-0398-8

Walsh, K., O Shea, E., Scharf, T. (2012) Social Exclusion and Ageing in Diverse Rural Communities: Findings from a cross-border study in Ireland and Northern Ireland. Irish Centre for Social Gerontology.

[1] This paper is inspired by our collective study. The complete study is available here : https://aran.library.nuigalway.ie/handle/10379/3254

Food-ability et vieillissement : une première approche dans les territoires de ville et de montagne en Lombardie

Luca Daconto, Post-Doctorant, Département de Sociologie et de Recherche Sociale, Université de Milan Bicocca, luca.daconto@unimib.it.

Introduction : Alimentation, bien-être et vieillissement
L’alimentation est un élément essentiel du bien-être et de la qualité de vie des individus. Fondamentale pour apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’organisme, une alimentation saine représente aussi la condition pour prévenir et contenir l’apparition des maladies et des dysfonctionnements physiques (WHO et FAO, 2003). Comme la sociologie et l’anthropologie l’ont depuis longtemps souligné en étudiant les dimensions sociales et culturelles associées à sa consommation (McIntosh, 1996 ; Albala, 2014), la nourriture est également un moyen de sociabilité et de définition de l’identité individuelle et collective.

L’alimentation et les activités liées pourraient donc être définies comme des ressources ou opportunités (Dijst et Kwan, 2005), dont il faut assurer l’accès pour permettre aux individus de satisfaire, les besoins de base tels que l’apport d’énergie suffisante pour la subsistance de l’organisme, et ceux plus complexes associés aux besoins d’identité, relation et participation sociale.

Si cela vaut à chaque étape du cycle de vie, la question de l’accès à des aliments sains devient très importante pour la population âgée (Johnson et al., 2011), étant un élément clé pour favoriser un vieillissement actif et en bonne santé (WHO, 2002). Les personnes âgées, en particulier de 75 ans et plus, sont considérées comme une population parmi les plus vulnérables pour l’accès à la nourriture, en raison de la perte progressive d’autonomie associée aux processus de vieillissement et des difficultés à mener des activités quotidiennes, telles que se déplacer et se nourrir.

Dans ce cadre, l’article vise à mettre en évidence les différences entre territoires de ville et de montagne en termes d’accessibilité à la nourriture des personnes âgées. En premier lieu, les différentes composantes de l’accessibilité seront analysées à travers le concept de food-ability (Armstrong et al., 2009). Ensuite, il sera proposé un premier encadrement de conditions d’accès des territoires de ville et de montagne à travers l’application du concept de food-ability en Lombardie (Italie). En conclusion, l’attention sera portée sur le rôle que le territoire et les politiques publiques ont pour améliorer le food-ability des personnes âgées.

Food-ability : un outil pour évaluer l’accessibilité à la nourriture
L’accès à la “ressource” nourriture peut être synthétiquement défini comme la capacité des individus à se procurer, à tout moment, une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires. La possibilité d’accéder aux opportunités alimentaires est influencée par un ensemble de facteurs environnementaux et individuels interconnectés. Armstrong et al. (2009) identifient cinq variables principales qui contribuent à définir cette capacité, qu’ils appellent food-ability :

  1. la disponibilité, ou la présence dans le système alimentaire d’une variété suffisante d’aliments nécessaires pour répondre aux besoins nutritionnels des consommateurs
  2. l’accessibilité, c’est à dire la capacité des individus à atteindre, en temps appropriés, les lieux où les ressources alimentaires sont localisées ;
  3. l’abordabilité, lié au rapport entre prix de vente et le pouvoir d’achat du consommateur ;
  4. la conscience (awareness), c’est-à-dire l’ensemble de savoir et compétences nécessaires pour localiser, acheter, cuisiner et consommer les aliments ;
  5. la pertinence (appropriateness), ou la capacité de l’offre disponible à satisfaire les préférences de groupes spécifiques (ex. religion, végétalien, etc.).

La littérature sur le sujet a souligné les effets négatifs, surtout en termes de malnutrition et inégalités sociales, liés au food desert (Walker, Keane et Burke, 2010) ou désert alimentaire, c’est-à-dire des zones, souvent rurales, de montagne, périurbaines ou “pauvres”, caractérisées par une plus faible accessibilité spatiale aux opportunités alimentaires.

Progressivement, l’attention s’est déplacée vers la question de l’accessibilité économique, puisque même la présence des ressources alimentaires peut se transformer en un food mirage (Donald, 2013) ou mirage alimentaire, si l’on ne dispose pas de ressources financières suffisantes pour se procurer des aliments sains.

En général, la métaphore du mirage alimentaire pourrait être utilisée pour mettre en évidence l’influence des facteurs qui entraînent la capacité à avoir accès à des aliments sains même dans une condition d’un bon niveau de proximité spatiale de l’offre alimentaire. À cet égard, le vieillissement, c’est-à-dire le processus universel, progressif, endogène et dégénératif (Henrad, 2007) qui progressivement limite l’autonomie des personnes, leur motilité (Kaufmann, 2002) et potentiel socio-relationnel et économique, peut s’associer à des contraintes sur l’accès à la nourriture.

Dans le prochain paragraphe, les conditions d’accès à la nourriture présentes dans les contextes urbains et montagnards seront encadrées à partir de différents travaux menés en Lombardie (Italie), afin de mettre en évidence l’influence du territoire sur la food-ability des personnes âgées, c’est-à-dire sur leur capacité à atteindre et profiter des aliments sains.

Le rôle du territoire : la food-ability dans les contextes urbains et montagnards en Lombardie
En Lombardie, le vieillissement de la population est un phénomène significatif, mais très variable dans l’espace. Il est plus fort dans les villes-centre de la Métropole de Milan et des Départements, ainsi que dans certaines communes de montagne, qui peuvent être aussi touchées par un dépeuplement, tandis que les zones péri-urbaines et les aires touristiques montagnardes voient rajeunir leur population (Colleoni et Caiello, 2013 ; Cholat et Daconto, 2017 ; Daconto, 2017). La situation est contrastée même en limitant l’attention à l’aire de la Convention Alpine. S’il y a une variabilité communale importante due à des facteurs locaux, il se dégage une tendance générale qui amène à une sur-représentation des aînés dans les principales villes, dans les vallées qui relient les principales centralités urbaines à l’intérieur de la convention alpine et certaines communes de montagne, qui par contre ne représentent qu’une faible part de la population départementale.

En déplaçant le regard vers l’ensemble de facteurs qui influencent le food-ability, un premier élément de différenciation entre espaces de ville et de montagne se lie à la disponibilité de l’offre alimentaire. Les analyses menées sur le sujet (Cholat et Daconto, 2017) ont montré que ce sont les centralités urbaines, la plaine et les vallées, qui ont une plus grande dotation des commerces alimentaires. Si les communes de montagne se caractérisent par une plus faible disponibilité de l’offre alimentaire, le moindre niveau d’accessibilité du commerce est balancé par la majeure disponibilité du sol pour une production agricole locale, l’horticulture et un rapport direct entre producteur et consommateur. De toute façon, un écart significatif se produit en correspondance avec les zones plus touristiques, où il y a une plus haute densité du commerce alimentaire, surtout dans les périodes les plus attractives.

La plus grande disponibilité et proximité de l’offre alimentaire dans les contextes urbains et touristiques laisse supposer que l’accès est plus facile dans ce genre de contextes que dans ceux de montagne à plus faible densité soit résidentielle et de service. Cela est vrai même en considérant la dimension de l’accessibilité liée au transport, compte tenu que l’offre est majeure dans les territoires à plus haute densité comme les centres urbains, tandis que les zones à plus faible densité deviennent plus dépendantes de l’automobile (Dupuy, 1999). Sur cet aspect, en montagne, le niveau d’accessibilité est sensible et peut varier selon le temps, les saisons et les conditions climatiques (ex. enneigement, fermeture de routes, etc.). En même temps, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi quelques déserts alimentaires dans des espaces urbains et périurbaines (Daconto 2017).

Comme nous venons de le voir, le niveau d’accessibilité spatiale peut être très varié dans les espaces de ville et de montagne, qui ne sont pas un territoire homogène, même au niveau interne. En plus, il faut tenir compte l’influence sur le food-ability des facteurs individuels et subjectifs. Par exemple, les personnes avec un plus grand capital de mobilité (Kaufmann, 2002) peuvent répondre à travers la possibilité de choisir un mode de déplacement plus adapté aux contraintes. Au même niveau, la non disponibilité de la voiture, qui caractérise surtout les femmes âgées (Colleoni 2016), unie à une plus faible offre de services et à l’absence ou à la difficulté d’utilisation des autres modes de déplacement (transport en commun, mobilité active) peut amener à des situations d’inaccessibilité à la nourriture.

Dans certains cas, les contraintes d’accès peuvent être surmontées par la personne âgée à travers le recours à un ensemble de mobilités inversées (Cholat, Gwiazdzinski et Colleoni, 2017) induites par la nécessité de la personne à accéder, au moins indirectement (Hine et Grieco, 2003), aux opportunités alimentaires à travers par exemple les services à domicile ou le réseau de soutien (famille, voisins). Toutefois, même à cet égard il faut tenir compte des inégalités sociales par rapport aux ressources financières nécessaires à l’utilisation, par exemple, de services à domicile, et à la capacité de mobiliser le réseau de ressources et liens sociaux dans lesquels ils sont insérés qui, étant lié à la proximité spatiale (Ohnmacht et al., 2009), a une dimension territoriale qui peut faire émerger des différences entre ville et montagne et dont il faut tenir compte.

En plus, le food-ability est influencé par la propension à la mobilité, et donc à accéder aux opportunités, des individus. En général, les études sur la demande de mobilité mettent en évidence que les personnes âgées ont moins tendance à être mobiles par rapport aux autres populations, surtout celles âgées de 75 ans et plus (Colleoni, 2016). Cette propension dépend aussi du contexte territorial. En fait, malgré la plus grande disponibilité de services présente dans les contextes urbains, les personnes âgées sont moins mobiles dans les grandes villes par rapport aux petites (Colleoni 2016) à cause de contraintes majeures et compétences nécessaires à se mouvoir et accéder dans des systèmes complexes comme les grandes villes. Cela renvoie au thème plus général des dimensions socio-cognitives et affectives associé au mouvement dans l’espace et, indirectement, à l’accès à ses ressources. Le manque de confiance (le soi-disante self-efficacy, Bandura 1997) ou la perte de familiarité cognitive avec l’environnement (Ramadier, 2010) peuvent avoir l’effet de limiter l’accessibilité. Même l’expérience de la désorientation, fréquente chez les personnes âgées, peut avoir pour conséquence de réduire la mobilité et l’accès, comme en témoignent les diverses recherches sur la capacité à s’orienter et à trouver des produits alimentaires dans les grands magasins en présence ou en l’absence d’assistance (Meneely, Strugnell et Burns, 2009 ; Yin, Pei et Ranchhod, 2013).

Dans les pages précédentes, nous avons souligné que la food-ability possède aussi une dimension économique. Sur cet aspect il n’y a pas de recherches qui se sont focalisées sur les différences entre ville et montagne à l’intérieur de la région Lombardie. De toute façon, en considérant les résultats de l’enquête sur les revenus et les conditions de vie réalisées (ISTAT 2015), on peut affirmer que la situation de la population âgée est très contrastée due à l’effet de caractéristiques socio-démographiques des individus et/ou ménages. En fait, plus que les couples, notamment ceux avec un niveau d’éducation plus élevé, ce sont les aînés vivant seuls, en particulier les femmes, qui sont plus touchés par la vulnérabilité financière. L’inaccessibilité économique ne s’associe pas seulement à la pauvreté et au système de secours alimentaire territorial (Toldo, 2018). La vulnérabilité économique signifie aussi pouvoir manger moins à certains moments, comme démontrent les épisodes temporaires d’insécurité alimentaire repérés dans des ménages âgés de 75 ans et plus à Milan (Daconto, 2017). Plus généralement, les contraintes financières sont en mesure d’influencer les habitudes alimentaires et la qualité de l’alimentation, par exemple en évitant d’acheter des produits plus sains.

Pour l’analyse du food-ability il faut aussi tenir compte du rôle joué par ce que Armstrong et al. (2009) appellent awareness, c’est-à-dire l’ensemble de savoirs et compétences nécessaires pour acheter, cuisiner et consommer les aliments, un facteur étroitement lié aux caractéristiques des sujets. Tout d’abord, cette “conscience” est très variable en fonction des effets du processus du vieillissement sur le niveau d’autonomie de la personne âgée. Pour cette raison ce sont surtout les aînés plus âgés, notamment les 80 ans et plus, et les personnes vivant seules à être plus vulnérables sur cet aspect de la food-ability. La comparaison de genre met en évidence que les femmes ont une plus grande awareness, ce qui se traduit dans la tendance à suivre des habitudes alimentaires plus saines par rapport aux hommes (Daconto 2017).

Conclusions : vieillissement, food-ability, territoire et politiques publiques
L’article a souligné l’importance de l’alimentation pour la qualité de vie de la population âgée et il a identifié, en faisant référence au concept de food-ability, l’ensemble des facteurs qui contribuent à définir la capacité des personnes âgées à accéder à la nourriture. Ce concept s’est révélé très utile pour comprendre le rôle du territoire sur le food-ability des personnes âgées. L’encadrement de différentes conditions d’accès à la nourriture dans les contextes de ville et de montagne a montré l’extrême hétérogénéité de situations, ce qui rend difficile de définir un modèle général. En premier lieu, cela tient au fait que la “montagne” et la “ville” ne sont pas des contextes homogènes en termes de morphologie socio-spatiale, dotation et niveau d’accessibilité des opportunités alimentaires et caractéristiques de la population résidente. Deuxièmement, la capacité à accéder aux opportunités alimentaires dépend aussi des besoins, ressources, préférences et contraintes des personnes âgées et du rapport entre aînés et territoire.

En l’absence d’une recette valable dans tous les contextes et périodes pour améliorer le food-ability des personnes âgées, il faudrait que les politiques publiques tiennent compte de cet entrelacement de facteurs avec le but principal de rendre le territoire plus pertinent (un autre facteur du food-ability) et approprié aux besoins et ressources à disposition de la personne âgée. Ici il est utile de faire référence à la stratégie de « les communautés amies des aînés » (age-friendly communities, WHO 2007), fondées sur l’idée de créer un espace-temps et une communauté habilitante, capable d’adapter sa structure, ses services et son fonctionnement afin d’être accessibles et inclusives par des personnes âgées avec des besoins et capacités différents. Finalement, pour améliorer l’habileté des aînés à accéder à la ressource nourriture, il est nécessaire de prendre en considération, dans une approche multi-sectorielle, multi-acteurs, multi-niveaux (Borrelli et Mela, 2017), l’ensemble des contraintes et opportunités territoriales par rapport aux ressources psycho-physiques, économiques et socioculturelles à disposition de la personne âgée.

Bibliographie
Albala, K. (Dir.) (2014). Routledge International Handbook of Food Studies. Abingdon-New York: Routledge.

Armstrong, K., Chapin, E., Chastain, A., Person, J., VanRheen, S., White, S. (2009). Foodability. Visioning For Healthful Food Access In Portland (Community Food Reports). Portland: Portland State University.

Bandura, A. (1997). Self-efficacy and health behaviour. In A. Baum, S. Newman, J. Wienman, R. West, & C. McManus (Dir.), Cambridge handbook of psychology, health and medicine (pp. 160-162). Cambridge: Cambridge University Press.

Borrelli, N., Mela, A. (2017). Cibo e città. Un tema di ricerca per la sociologia spazialista. RS, 3/2017, 637-660. https://doi.org/10.1423/88031

Cholat, F., Daconto, L. (2017), Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes. In Actes du Colloque “La montagne. Territoire d’innovation”, Les Carnets du LabEx Item en ligne. https://labexitem.hypotheses.org/360

Cholat, F., Gwiazdzinski, L., Colleoni, M. (2017). Cartographier l’isolement. Une approche chronotopique de la vie quotidienne des personnes âgées. In Chronotopies. Lecture et écriture des mondes en mouvement. (pp. pp.110-121). Grenoble: Elya Editions.

Colleoni, M. (2016). La mobilità quotidiana delle popolazioni anziane. Salute e società, XV(1), 116-134. https://doi.org/10.3280/SES2016-001009

Colleoni, M., Caiello, S. (2013). Il peri-urbano ei suoi caratteri socio-territoriali. Una proposta analitica e empirica in Lombardia. Sociologia urbana e rurale, 112, 97-115. https://doi.org/10.3280/SUR2013-102007

Daconto, L. (2017). Città e accessibilità alle risorse alimentari. Una ricerca sugli anziani a Milano. Milano: FrancoAngeli.

Dijst, M.J., Kwan, M.P. (2005). Accessibility and quality of life: time-geographic perspectives. In K. Donaghy, S. Poppelreuter et G. Rudinger (Dir.), Social Dimensions of Sustainable Transport: Transatlantic Perspectives (pp. 109-126). Aldershot: Ashgate.

Donald, B. (2013). Food retail and access after the crash: rethinking the food desert problem. Journal of Economic Geography, 13(2), 231-237. https://doi.org/10.1093/jeg/lbs064

Henrard, J.-C. (2007). Les Défis du vieillissement. Paris: La Découverte.

Hine, J., & Grieco, M. (2003). Scatters and clusters in time and space: implications for delivering integrated and inclusive transport. Transport Policy, 10(4), 299-306.

ISTAT (2015). Reddito e condizioni di vita. Anno 2014. Statistiche Report, 1-18.

Jonhson, M.-A., Hausman, D., Martin, P., Poon L.-W., Sattler, E.-L.-P., Davey, A. (2011) Nutrition and Well-Being in Poon and Cohen-Mansfield, Understanding Well-being in the Oldest Old, Cambridge: Cambridge University Press.

Kaufmann, V. (2002). Re-thinking Mobility: Contemporary Sociology. Farnham: Ashgate.

McIntosh, W. A. (1996). Sociologies of Food and Nutrition. New York: Plenum Press.

Meneely, L., Strugnell, C., & Burns, A. (2009). Elderly consumers and their food store experiences. Journal of Retailing and Consumer Services, 16(6), 458-465. https://doi.org/10.1016/j.jretconser.2009.06.006

Ohnmacht, T., Maksim, H., Bergman, M.M. (Dir.) 2009. Mobilities and Inequality, Ashgate, Farnham.

Ramadier, T. (2010). La géométrie socio-cognitive de la mobilité quotidienne: distinction et continuité spatiale en milieu urbain. Nîmes: Université de Nîmes.

Toldo, A. (2018). Povertà e assistenza alimentare. Il sistema del cibo d’emergenza a Torino. Sociologia Urbana e Rurale, 115, Special Issue, 82-97. https://doi.org/10.3280/SUR2018-115-S1007

Walker, R.E., Keane, C.R., Burke, J.G. (2010). Disparities and access to healthy food in the United States: A review of food deserts literature. Health & Place, 16(5), 876-884. https://doi.org/10.1016/j.healthplace.2010.04.013

WHO (2002). Active Ageing: A Policy Framework. Geneva: World Health Organization.

WHO et FAO (2003). Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases (WHO Technical Report Series No. 916). Geneva: World Health Organization.

Yuanyuan Yin, Eujin Pei, & Ashok Ranchhod. (2013). The shopping experience of older supermarket consumers. Journal of Enterprise Information Management, 26(4), 444-471. https://doi.org/10.1108/JEIM-05-2013-0025

La diversification des typologies de logements à destination des aînés : un terrain fertile pour l’ingénierie territoriale. Retour d’expérience et perspective de recherche

Séverine Le Piolet, Chercheure associée, Université Grenoble Alpes, CNRS, Science Po Grenoble*, PACTE. * School of Political Studies Univ. Grenoble Alpes
Chargée de projets habitat – Cellule logement adapté aux personnes âgées – Conseil Départemental de l’Isère

L’accompagnement des personnes âgées s’est traditionnellement structuré autour du maintien à domicile d’une part et de la création d’établissements médicaux sociaux pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) d’autre part. Parallèlement, les personnes âgées expriment le souhait de résider le plus longtemps possible dans « leur » logement. Afin de répondre à ce désir, se développe, par l’intervention d’acteurs publics, privés et associatifs, une offre spécifique de logements dits « adaptés aux personnes âgées non dépendantes » associant des services et un environnement adapté et sécurisé, et se situant entre le domicile ordinaire et l’établissement médicalisé pour personnes dépendantes.

1. La constitution tous azimut d’une offre alternative au domicile ordinaire et à l’établissement médicalisé : le logement adapté aux personnes âgées non dépendantes
La notion d’habitat adapté s’inscrit depuis les années 1990 [1] dans le cadre des politiques du logement à destination des publics spécifiques tels que les personnes âgées, handicapées ou défavorisées. L’adaptation du logement est entendue dans le sens de l’adaptation de sa configuration spatiale intégrant par exemple l’espace nécessaire au retournement d’un fauteuil roulant, de barres d’appui ou encore de la domotique. Le terme évoque également les modalités de gestion spécifiques de cet habitat comme l’exprime cet extrait du ministère de l’égalité des territoires et du logement en 2013 : « La notion « d’habitat adapté » a émergé pour qualifier des opérations essentiellement destinées à des ménages fragiles rencontrant des difficultés non seulement économiques, mais aussi sociales et dont la situation nécessite la proposition d’un habitat à loyer et charges maîtrisés, ainsi qu’une gestion locative adaptée et, le cas échéant, un accompagnement ou des configurations de logements spécifiques. Ces opérations supposent une ingénierie de projet dédiée » (Ministère de l’égalité, des territoires et du logement, 2013).

Au sein de cette large notion d’habitat adapté, les logements adaptés au vieillissement peuvent être caractérisés par trois critères (Nowik, Labit, Thalineau, Herpin, Grossman, 2011) :

« – un logement fonctionnel et agréable, pérennisant le sentiment de « chez soi »,

– un habitat facilitant l’accès aux services, sur place ou à proximité immédiate,

– un lieu de vie affilié à un collectif visant à soutenir les relations sociales.

Ils sont au croisement de trois cultures administratives : le logement, le social et le médico-social ». C’est donc uniquement à partir d’une analyse multidimensionnelle qu’il est possible d’appréhender le logement adapté aux personnes âgées par le croisement d’une approche du projet immobilier, du projet de services et du projet de soins. C’est notamment sur cette approche multidimensionnelle que repose la différence majeure entre ces produits de logement adaptés aux personnes âgées et les logements issus d’une production ordinaire (voir figure 1).

Le logement adapté aux personnes âgées non dépendantes entre logement ordinaire et établissement médicalisé

Face à l’hétérogénéité des produits de logements adaptés au vieillissement réalisés en France, plusieurs travaux d’inventaire ont été menés et permettent d’identifier les formes qu’ils peuvent prendre. La Figure 2 retranscrit schématiquement la classification réalisée par le Conseil Départemental de la Savoie (2017).

Les produits de logement adpaté aux personnes âgées non dépendantes

Celle-ci distingue :

– les produits de logements adaptés qui relèvent de la règlementation des établissements sociaux et médicaux-sociaux et qui supposent une autorisation des Conseils Départementaux et Agences Régionales de Santé pour leur création et extension, comme les résidences autonomie ou les Petites Unités de Vie (PUV).

– et ceux qui relèvent du droit commun du logement et représentent des produits alternatifs d’habitat comme l’habitat traditionnel adapté (effort sur l’accessibilité, la domotique), les résidences services seniors privées, l’habitat inclusif (avec accompagnement social), la cohabitation / colocation intergénérationnelle ou non, l’habitat participatif ou habitat groupé solidaire (implication des futurs habitants).

À travers cet inventaire, une typologie « spécifique » du logement adapté au vieillissement[2] n’émerge pas, pas plus qu’une forme d’habitat privilégiée (intermédiaire ou collectif). On constate que les frontières entre les produits sont très poreuses, ce qui rend l’effort de distinction, de classification et de comparaison mal aisé. Les caractéristiques des unes et des autres peuvent être mixées selon les besoins spécifiques du projet et de son contexte. Par conséquent, c’est par le croisement de différents facteurs (rapport entre espaces privés et collectifs, présence de services, projet social, statut juridique) que des configurations variées de ces logements adaptés peuvent être qualifiées. Le concept de logement-support (Masson, Vanneste, Baës-Cantillon, Grabczan, 2015) par exemple correspond à ce croisement et établit une grille de lecture caractérisant ces habitats en articulant leurs dimensions spatiales, sociales et médico-sociales du logement.

Par ailleurs, la Direction Générale de la Cohésion Sociale » (DGCS) du ministère des Solidarités et de la Santé a engagé une enquête nationale sur l’offre de « logement alternatif » en 2016 auprès des principaux acteurs concernés (les Conseils départementaux, les CARSAT, les fédérations nationales, associations et porteurs de projets, les CCAS…) pour répondre à l’enjeu de connaissance de cette offre qui reste encore très parcellaire. Cette enquête révèle plusieurs freins au développement de logements adaptés au vieillissement notamment « une trop grande dépendance de ces opérations vis-à-vis des financements publics qui interroge d’une part sur la pérennité et la stabilité du modèle économique, et d’autre part sur l’articulation de cette offre avec celle du secteur social et médico-social » (Ministère des Solidarités et de la Santé, 2017, p. 25). Le rapport pointe aussi des freins réglementaires, juridiques et liés à l’ingénierie de projet. Ces mêmes freins et besoins d’accompagnement ont été relevés localement sur le territoire isérois[3] notamment auprès des communes rurales et montagnardes en Matheysine et dans le Trièves[4] pour la mise en œuvre de projets de logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes. Ces derniers renvoyant à des problématiques de montage d’opération, d’aménagement du territoire et de gestion du parc de logements adaptés et nécessitant une ingénierie de projet spécifique.

2 – Une problématique qui interpelle l’ingénierie territoriale / en milieu montagnard
Depuis le début des années 2010 en France, le concept d’ingénierie territoriale qualifie la sphère de l’aménagement du territoire dans ses dimensions stratégiques et opérationnelles. Il est particulièrement mobilisé par les acteurs publics et parapublics pour embrasser « l’ensemble des moyens humains, des méthodes et des missions concourant à l’élaboration et à la conduite d’un projet de territoire, ainsi qu’à la définition, au montage et à la mise en œuvre d’actions »[5]. Il promeut donc une approche globale, partenariale, pluridisciplinaire et surtout réflexive du projet qui fait particulièrement écho à l’approche multidimensionnelle nécessaire à la mise en œuvre de projets de logements adaptés aux personnes âgées évoquée précédemment.

2.1 – Enjeu de montage d’opération et de faisabilité
Ces projets d’habitat adapté aux personnes âgées mobilisent une multitude de compétences allant de l’évaluation du besoin, aux questions de faisabilité et de montage d’opération et cela en croisant approche immobilière, services et soins. Il s’agit en premier lieu de définir le public visé notamment en termes de degré de dépendance (grille AGIR par exemple), d’évaluer ses capacités financières et d’appréhender les spécificités du territoire au regard de la localisation des services ou de l’offre de transports collectifs. Concernant l’économie du projet, il s’agit d’évaluer le coût de la construction et son financement, les charges pour le propriétaire et pour le gestionnaire en identifiant les prestations adéquates et le coût final pour l’usager. L’ampleur de ces questions suppose pour le porteur de projet de disposer de données suffisantes sur la composition de sa population et de son territoire (données socio-économiques, données démographiques, etc.), sur les dynamiques territoriales en cours, sur les aides financières mobilisables. Il s’agit aussi de mettre en regard le coût de gestion de l’opération avec les revenus du public cible pour définir la gamme du produit de logement à réaliser… L’enjeu étant de définir le bon produit au bon endroit pour le bon public. Autant d’éléments dont les communes / EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale) ruraux et montagnards sont rarement dotés.[6] Il s’agit de disposer des clefs de lecture pour juger des opportunités et contraintes : quelle accessibilité du logement, du bâtiment, du quartier ? Quelle desserte par les transports en communs ? Quels services sont à proximité ? Combien de logements sont nécessaires pour équilibrer financièrement l’opération au regard du coût des services ? Les contraintes génériques de projet sont exacerbées dans les territoires ruraux et montagnards en raison notamment de leurs caractéristiques géographiques : faible structuration des réseaux, maillage distendu, éloignement des bourgs, services réduits ou encore surcoûts engendrés par des constructions dans la pente. Se présente donc ici un fort enjeu d’accompagnement de ces territoires particuliers en termes de diagnostic, de définition et de suivi de projet. Qui nécessite inévitablement un travail à plusieurs niveaux en lien avec les différents échelons territoriaux en charge des politiques locales de l’habitat et du vieillissement.

2.2 – Enjeu d’aménagement du territoire et de planification
Les communes disposant de la compétence du droit des sols représentent les interlocuteurs privilégiés des bailleurs et promoteurs pour les projets de logements. Dans un contexte rural ou de montagnes isolé, au marché contraint et porteurs de projets peu nombreux, l’association et la coordination des acteurs impliqués est essentielle pour sécuriser les montages de projet : coordination des aides financières délivrées par les multiples acteurs publics, articulation des documents de planification relevant du logement des personnes âgées tels que le «schéma départemental de l’autonomie» comprenant un volet sur le logement adapté, le Programme Départemental de l’Habitat comprenant un volet sur les publics spécifiques ; le Programme Local (intercommunal) de l’Habitat devant intégrer la problématique de l’adaptation des logements à la perte d’autonomie depuis la loi ASV (Loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement du 29 Décembre 2015) et le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Coordination d’autant plus complexe que ces territoires ruraux ne disposent fréquemment pas de PLH (Plan Local de l’Habitat). Se pose alors la question de l’articulation entre ces échelons territoriaux aux compétences complémentaires mais éparpillées (le millefeuille territorial français) dans le champ du logement adapté aux personnes âgées. Le manque d’ingénierie locale dans les territoires ruraux et montagnards et la complexité de stabilisation des modèles économiques des produits d’habitat adaptés aux personnes âgées plaident notamment pour une posture forte de cette maîtrise d’ouvrage publique plurielle. Et mettent en lumière son triple rôle d’observation permettant d’alimenter les diagnostics et la définition des besoins ; d’animation entre les acteurs parties prenantes des projets qu’ils soient publics, privés ou associatifs ; et d’ensemblier du projet jusqu’aux politiques de planification (Le Piolet, 2016).

En guise de conclusion
La production de logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes comme offre alternative au domicile ordinaire et à l’établissement médicalisé procède d’une diversification des typologies de logements à destination des ainés. Ces produits de logements adaptés résultent de l’assemblage de critères multiples (statuts juridiques, présence de services, d’espaces communs) et façonnent des types de logements et formes urbaines hétérogènes. Ces opérations de logements adaptés représentent actuellement des objets à enjeux pour l’ingénierie territoriale et ce notamment en milieu rural et montagnard, au regard de leur économie complexe à stabiliser (conception puis fonctionnement), de leur articulation avec le secteur médico-social et avec leur territoire environnant. L’articulation de cette ingénierie spécifique avec l’enjeu de participation des aînés et de l’anticipation de leur vieillissement doit encore être trouvée puisque ces derniers restent majoritairement absents dans la conception des projets étudiés tandis qu’ils expriment de plus en plus clairement leur désir d’être acteurs de leur parcours résidentiel.

Bibliographie
Conseil Départemental de l’Isère. (2016). Schéma de l’autonomie. Document technique

Conseil Départemental de la Savoie. (2017). Entre le domicile et la maison de retraite, quel habitat ? Guide. http://www.savoie.fr/include/viewFile.php?idtf=29727&path=ab%2F29727_1500279725_Guide Savoie12.pdf

Jarlier, P. (2010). Pour une nouvelle architecture territoriale de l’ingénierie en matière d’urbanisme. Rapport d’information n°654. http://www.senat.fr/rap/r11-654/r11-654_mono.html

Le Piolet, S. (2016). De la quête de cohérence du projet urbain aux pratiques d’ajustements entre vision prospective, stratégies urbaines et opérations d’aménagement : le territoire stéphanois à l’épreuve de l’urbanisme réflexif. Thèse de doctorat en Architecture, Aménagement du territoire, Université Grenoble Alpes.

Masson, O., Vanneste, D., Baës-Cantillon, N., Grabczan, R. (2015). Habitat et vieillissement. Inventaire des formes de logements qui supportent l’interdépendance et l’autonomie des seniors. Rapport de recherche. https://www.qualidom.be/wp-content/themes/qualidom/files/habitat-et- vieillissement.pdf

Ministère de l’égalité, des territoires et du logement. (2013). Appel à projet pour la création de PLAI adaptés. http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/plai_adapte_cahier_des_charges_2017.pdf

Ministère des Solidarités et de la Santé. (2017). Enquête nationale relative à l’habitat alternatif/inclusif pour personnes handicapées, personnes âgées, personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative ou leurs aidants. Synthèse des résultats. http://solidarites- sante.gouv.fr/IMG/pdf/2017_fev_-synthese_enquete_dgcs_habitat_innovant_pa-ph.pdf

Nowik, L., Labit, A., Thalineau, A., Herpin, L., Grossman, F., et al. (2011). L’habitat de demain des retraités : un enjeu sociétal : Programme ” Habitat & Retraite ”. Université François-Rabelais de Tours. Rapport de recherche. <halshs-01282726>

[1] Loi « Besson » du 31 mai 1990

[2] Au sens employé par l’architecte comme organisation spatiale spécifique.

[3] D’après l’expérimentation de la Plateforme d’ingénierie territoriale mutualisée en Isère de juillet 2014 à juillet 2016 – accompagnant les communes iséroises dans la définition de leurs projets.

[4] Selon le diagnostic du schéma de l’autonomie de l’Isère datant de 2016, ces territoires présentent un indice de vieillesse plus élevé que sur le reste du territoire isérois et apparaissent globalement sous-dotés en EHPAD, Foyers-logements, et Petites Unités de Vie.

[5] ETD, Gilles Rey Giraud, « A question technique, réponse politique » Juillet 2012, p .3.

[6] Selon le rapport du Sénateur Pierre Jarlier (2010) sur l’ingénierie territoriale mettant en avant l’enjeu d’accompagnement des territoires ruraux et montagnards dans la définition et la réalisation de leurs projets ; et ce, dans une action de solidarité territoriale entre les métropoles et les autres territoires. Ces orientations ont depuis été affirmées par les lois MAPTAM (de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) en 2014 et NOTRe (loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République) en 2015, via l’objectif de solidarité territoriale des Conseils Départementaux notamment.

Vieillir en montagne, le regard du médecin généraliste

Rencontre avec deux médecins généralistes, Jean-Pierre Jacquet1 et Jean-Baptiste Kern1,2
1 European Rural and Isolated Practitioners Association (EURIPA)
2 Département de Médecine Générale, Faculté de Médecine, Université Grenoble Alpes

Jean-Pierre Jacquet est médecin généraliste dans les Bauges, retraité, ancien professeur associé à la faculté de médecine de Grenoble. Il préside actuellement le réseau européen EURIPA regroupant des médecins généralistes exerçant en milieu rural et isolé.

Jean-Baptiste Kern est chef de clinique au département de médecine générale de la faculté de médecine de Grenoble. Diplômé en 2015, il exerce en milieu rural dans le nord du département de l’Isère.

Thibauld Moulaert : Quelles sont les représentations des médecins généralistes sur la notion du vieillissement en montagne ?

Jean-Pierre Jacquet (JPJ) : D’abord, on peut regarder la manière dont le dictionnaire définit ces termes. Par exemple, pour le dictionnaire Larousse, la montagne c’est un nom qui correspond à « une élévation naturelle du sol très importante ». Et le fait de vieillir, c’est « prendre de l’âge, aller peu à peu vers une période plus avancée de sa vie ». Dans notre pratique de médecine rurale, nous avons des cadres différents. Ainsi, selon la convention qui nous lie, médecins, avec la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, la montagne renvoie plutôt à une « zone escarpée qui accorde aux médecins généralistes installés dans ces zones une indemnité kilométrique de déplacement (ou IKM) supérieure à celle de la plaine ». Il existe également une indemnité de déplacement à ski par kilomètre à moins de 5 Euro par kilomètre, mais qui n’est quasiment plus utilisée… Mon dernier déplacement à ski était de l’ordre de 500 mètres le soir dans la pénombre. Si ça date d’une quinzaine d’année, il est toujours présent dans mon esprit !

Au niveau européen, il faudrait interroger chacun des pays pour connaître leur spécificité montagne. Car si les différences entre urbain et rural sont un peu plus connues, il n’existe pas à ma connaissance d’études sur la notion du vieillir en montagne.

TM : Au sein de la population de vos villages, avez-vous des représentations particulières des personnes plus âgées ?

JPJ : Dans notre pratique, les personnes âgées rurales, ça renvoie surtout aux anciens (et toujours un peu) agriculteurs. Ces personnes ont développé un certain stoïcisme, voire un certain fatalisme vis-à-vis de la maladie.

Ce qu’on remarque, c’est que le recours aux soins traditionnels reste très présent, que l’on pense aux rebouteux ou aux, guérisseurs. Après, on observe en ruralité comme ailleurs, des nouvelles tendances ou appellations qui font leur entrée en médecine comme l’ostéopathie ou toute une série de pratiques autour de la chiropractie et des médecines non conventionnelles, qui sont dites alternatives. Et puis c’est la notion de vieillir et mourir dans sa maison qui évolue et qui varie :

  • lorsque les enfants ont quitté la région (pour aller travailler en ville plus ou moins loin) et qu’ils sont peu disponibles, pour un passage journalier par exemple ;
  • lorsque, dans un couple, l’un des deux devient dépendant et que l’autre ne peut plus assurer son autonomie, malgré toutes les aides existantes, le passage en institution tel un EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) se fait, malgré le coût qui pourra être répercuté sur les enfants et l’héritage.

Jean-Baptiste Kern (JBK) : Avec la présence dans la commune d’un EHPAD et d’un centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) ciblant une population âgée, les personnes plus âgées (et leur entourage) sentent comme une sécurité en vieillissant dans le village. Si leur maintien à domicile n’est plus possible, il semble y avoir moins d’appréhension à être pris en charge par ces institutions, vues alors comme un recours et peut-être moins de façon négative comme ailleurs. Que ce soit de façon aiguë pour le centre de soins, ou de façon plus longue en EHPAD. Aussi, en arrivant en EHPAD, il existe des liens avec des gens vivant sur place ou ceux leur rendant visite. Une sorte de communauté, dont les soignants (souvent des gens du coin aussi) prennent part.

Il existe aussi une représentation particulière du vieillissement pour une population qui restera traditionnellement jusqu’à la fin de sa vie au domicile : les agriculteurs. Il ne semble pas envisageable par ces personnes âgées (souvent des femmes seules) de quitter leur ferme, leurs terres. C’est une partie importante de ma pratique en visite à domicile, d’aller rendre visite à ces anciens agriculteurs vivant dans leur maison, à proximité de celle des enfants lorsqu’ils sont restés dans l’agriculture. 

TM : Dans les travaux de recherche, comme ceux de Catherine Gucher et d’Isabelle Mallon, on constate que cette population d’aînés cohabite avec des retraités qui viennent ou qui reviennent s’installer au village après leur retraite. Ces personnes font-elles aussi partie de vos clientèles ?

JPJ : Pour moi, je vois plusieurs typologies de personnes âgées en montagne. Vous avez :

  • les natifs ayant toujours vécu au pays et qui veulent y rester ;
  • les natifs qui sont allés « à la ville » pour leur vie professionnelle, qui ont « retapé » la ferme pour leur retraite. Ces retraités vivent à l’année, ou de « Pâques à la Toussaint » et retournent l’hiver dans l’appartement qu’ils ont conservé en ville ;
  • les urbains qui choisissent de s’installer à la montagne à demeure ou pour l’été ;
  • les « nomades », souvent d’origine urbaine, aisés, qui ont leur résidence principale en montagne, mais qui sont souvent partis en bord de mer, en France et à l’étranger: deux mois en Tunisie, deux semaines aux Baléares, un mois en Grèce. Pour eux, la résidence en montagne accueille la famille durant les vacances scolaires.

JBK : Vu de « la plaine », le vieillissement en montagne semble concerner effectivement plusieurs populations. Des autochtones qui souhaiteraient rester dans le milieu qu’ils ont toujours connu. Mais aussi des « urbains » vieillissants qui choisissent un cadre de vie différent en comparaison de leur période d’activité professionnelle. Que ce soit les uns ou les autres, leur famille n’est plus forcément à proximité. Cela peut devenir une source de difficulté dans les prises en charge pour le médecin généraliste. Qui plus est, le réseau de soins n’est pas forcément le même que celui qui est conventionnellement présenté durant nos études et que nous avons eu l’occasion de rencontrer lors des stages « en ville ».

JPJ : J’ajouterais quelque chose. Une partie de notre clientèle garde une espèce de « respect du docteur » : « Docteur, on n’ose pas vous déranger »; ou alors, certains témoignent de leur reconnaissance : « Prenez ce pot de confiture, on a eu plein de prunes cette année » ou encore : « Je vous ai préparé une boîte d’œufs, votre dame vous fera des flans ».

JBK : J’ai eu quelques cadeaux de ce même ordre, mais je reconnais que je n’ai pas encore toute ma place au sein de la communauté et des familles. Installé depuis peu, j’ai aussi fait le choix de ne pas vivre sur place mais à 30 minutes de mon lieu d’exercice. Je découvre le « petit milieu » local, et ce n’est seulement qu’après 3 ans sur place que je commence à réaliser tous les liens de parentés unissant (ou séparant) les patients.

Je suis en revanche tout à fait d’accord sur le respect pouvant exister vis-à-vis du travail fait par le médecin, la volonté de ne pas déranger pouvant aussi, paradoxalement, conduire à des prises en charge parfois tardives. On peut alors se retrouver à devoir gérer sur des rendez-vous programmés des problèmes graves banalisés, sous-estimés.

TM : Avec les travaux actuels de Florent Cholat sur les « mobilités inversées », on observe qu’il y a un grand nombre de professionnels qui agissent pour et autour des personnes vieillissantes en montagne, sans que l’on ne parle nécessairement de personnes en situation de dépendance. Il semblerait que certaines personnes, certains professionnels, prennent plus d’importance que d’autres. Avez-vous un sentiment de ce type avec certains de vos patients ?

JPJ : C’est vrai que pour certains patients, le docteur est littéralement intégré dans leur temporalité, dans leur trajectoire de vie. Certains nous font effectivement part de la présence primordiale de professionnels ou d’acteurs typiques, comme le facteur : « Vous savez docteur, la semaine on ne voit pas grand monde, heureusement qu’il y a le facteur, surtout l’hiver ». Pour d’autres, comme je vous le disais, nous faisons véritablement partie de leur temporalité personnelle, du genre : « Docteur, si vous pouviez passer dans la semaine pour renouveler nos ordonnances, notre fille pourra aller à la pharmacie samedi après-midi ».

Un aspect particulier est celui des commerces ambulants. Ce sont des commerçants qui assurent une tournée avec quelques arrêts dans chaque village, les commerces les plus importants étant le boulanger, le fromager et le boucher. Les épiciers ont disparu, car le jardin donne des légumes, puis il y a les camions qui amènent les surgelés. Plus récemment sont apparus les circuits courts, avec la fabrication artisanale de fromages, de pain, et de viande : le paysan fait abattre sa bête à l’abattoir, et commercialise ensuite son produit à la ferme.

JBK : Ces organisations passent par plusieurs intervenants : la famille comme l’évoquait Jean-Pierre, mais aussi les aide-ménagères et les soignants à domicile. C’est un soutien et un relai d’informations indispensable. Les infirmières à domicile en ayant un œil quotidien ou pluri-hebdomadaire font aussi le lien facilement avec le médecin.

Je trouve que la problématique de la mobilité est du coup prégnante chez des patients isolés en situation de dépendance, et faute de disponibilité, le médecin ne peut pas toujours faire la visite tant espérée dans les meilleurs délais. D’où l’importance d’avoir des relais d’informations pour avoir une première idée de la situation à domicile avant de pouvoir s’y rendre. Ceci se retrouve exacerbé par les conditions météorologiques : « Docteur j’annule le rendez-vous parce que je ne pourrai pas venir au cabinet j’ai peur de me déplacer avec la neige… par contre, vous pourrez venir en visite ? ».

TM : Un autre aspect de votre métier auprès des personnes âgées concerne le travail en coordination avec les différents métiers et les nombreux acteurs impliqués à différentes échelles (département, commune, mutuelles, etc.). Comment par exemple travaillez-vous justement cette transmission d’informations ?

JPJ : Le secret médical est difficile à respecter. Mais, en réalité, ce n’est pas d’abord avec les autres professionnels gérontologiques que cela se passe. C’est avec les habitants ! Par exemple, on va me dire : « Docteur, comment va Marcel ? Sa fille nous a dit au téléphone qu’à l’hôpital on lui avait dit qu’il avait les poumons tout pris ». Puisque nous vivons en ruralité, nous sommes situés sur un territoire relativement réduit. Dès lors, les interactions se font très facilement.

Une spécificité française est l’existence d’infirmiers et de kinésithérapeutes libéraux, leur activité étant quasi exclusivement liée à la prescription du médecin. L’ordonnance est le moyen de dialoguer avec les infirmiers et kinésithérapeutes, le retour d’information pouvant être fait par le « plan de soins infirmiers » ou le « diagnostic kinésithérapeute ». Les échanges et contacts avec les autres soignants sont le plus souvent informels et dictés par l’évolution de l’état du patient. J’ajoute que les associations d’aide à domicile en milieu rural (ADMR https://www.admr.org/) sont bien sûr aussi présentes en montagne.

JBK : Les soignants locaux disposent de mon numéro de portable permettant de recevoir des photos de plaies à la suite du passage des infirmières, d’être tenu au courant d’une rééducation par le kinésithérapeute qui ne se passe pas comme prévu. Je peux donner ainsi des conseils ou programmer un rendez-vous ou une visite pour réévaluation plus rapidement qu’en passant par le secrétariat téléphonique.

Il existe aussi, pour des situations complexes, un support pour des plateformes de coordination territoriales, prévues depuis l’avant-dernière Loi Santé. À la suite d’une demande provenant des familles ou des soignants, ces structures permettent d’avoir une vision plus large des possibilités existantes pour ces patients âgés isolés polypathologiques qui combinent des difficultés souvent multiples (situations instables compromettant le projet de maintien à domicile, aides inadaptées, pas d’entourage proche).

TM : Quels sont, finalement, selon vous, les spécificités du vieillissement en montagne ?

JPJ : Vieillir en montagne est probablement peu différent de vieillir dans d’autres milieux, le principal écueil restant l’isolement, mais le principal avantage est le maintien d’une activité « utile », comme par exemple pouvoir aider les plus jeunes professionnellement.

La vie active en montagne a souvent été marquée par une double activité. Par exemple, le paysan est aussi moniteur de ski, ou ouvrier d’usine comme en Maurienne. Une fois à la retraite, quand retraite il y a dans le cas des paysans, cela va se poursuivre jusqu’à l’impossibilité physiologique. Et puis je dirais aussi que je trouve que nos patients vieillissants restent finalement très actifs. Ils vont me dire par exemple : « Il me faut un rendez-vous en début d’après-midi, car après il faut que je m’aide à soigner les bêtes après ». Ou alors, ils parlent de leurs tâches physiques, qui s’inscrivent dans la continuité de leurs trajectoires personnelles.

JBK : Paradoxalement, la rudesse des conditions de vie et du climat nécessite d’adapter les soins, parfois avec des moyens humains et matériels moins conséquents. Les prises en charge changent, en dehors des conventions admises et des recommandations usuelles. Aussi, de nouveaux schémas sont ainsi à imaginer, même s’il s’agira parfois de faire « avec les moyens du bord ».

TM : Face à ces spécificités, quels seraient les conseils que vous donneriez ou les pistes qu’il faudrait développer, selon vous ?

JPJ : Selon nous, l’exposition précoce des futurs médecins au milieu de la montagne stimule l’installation future en montagne, en milieu touristique ou non. L’association des médecins de montagne[1] et des collègues comme Dominique Lamy, médecin de montagne à Megève et professeur associé au Département de Médecine Générale (DMG) de l’UGA, défendent par exemple la spécificité de leur exercice (examens radiologiques, traumatologie, avec cotation spécifique), tandis que la faculté de médecine de Grenoble propose de nombreux postes d’internes en médecine de montagne.

JBK : Ces terrains de stages concernent à la fois des internes « débutants » mais aussi d’autres en fin de cursus sur des phases en autonomie. Systématiquement pourvus à chaque semestre, ils sont généralement sources de satisfaction de la part des étudiants. Il s’agira pour eux de devoir prévoir un logement à proximité du lieu de stage, élément à prendre en compte lors du choix des stages éloignés de la faculté.

Je pense aussi que le développement d’internats locaux (logements provisoires pour un trimestre ou un semestre) est un point important pour favoriser ces terrains de stages. Des initiatives locales ont été prises avec le soutien de collectivités territoriales, notamment avec le département de l’Isère et une communauté de communes locale, en milieu rural, dans la Bièvre.

Beaucoup de travaux sont actuellement menés pour des expérimentations de télémédecine pour les territoires ruraux et isolés. Les modalités d’exercice de la télémédecine viennent tout juste d’être définies dans la loi, et les façons de la rémunérer sont en cours de discussion. Peut-être que l’apport de la technologie permettra aussi d’aider à la prise en charge des patients en milieu isolé, notamment en montagne ?

Il n’empêche que lutter contre l’isolement et développer des liens sociaux semble être aussi important. Il pourrait être intéressant de développer, comme dans certains pays anglo-saxons ou du Nord de l’Europe, des solutions d’accueil de jour pour personnes âgées regroupant plusieurs villages ou au sein d’une même vallée. Cela nécessite des solutions de transport, par exemple une navette pour les personnes âgées concernées. Cela pourrait leur permettre de pouvoir rencontrer divers professionnels du médical et du social au sein de rendez-vous « rapprochés » dans ces centres d’accueil de jour sans que ces professionnels n’aient besoin d’aller jusqu’au domicile.

Ce ne sont que quelques pistes possibles.

[1]Association Médecins de Montagne : http://www.mdem.org.

Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons

a Thiriet, étudiante en sociologie à l’Université Grenoble Alpes – stagiaire au Labex ITEM – projet VIVEHab (Vulnérabilité, Innovation, Vieillissement, Emploi, Habitabilité)

Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine au Labex ITEM (UMR Pacte CNRS 5194 – Université Grenoble Alpes et Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale – Università degli studì di Milano Bicocca)

La communication ici présentée est issue d’un stage réalisé à l’UMR Pacte CNRS 5194 de mai à septembre 2017 dans le cadre du programme VIVEHab (Vulnérabilité, Innovation, Vieillissement, Emploi, Habitabilité) encadré par Florent Cholat et Luc Gwiazdzinski et dont le sujet initial était : Recherche sur les mobilités saisonnières des personnes âgées entre la métropole grenobloise et les massifs montagneux alentours.

Une vision chauvine et très dauphinoise fait de Grenoble, la capitale des Alpes. Dans les faits si nous constatons que la métropole Grenobloise fait bien partie des unités urbaines les plus importantes de l’arc alpin, la question est en réalité de qualifier les liens de cette ville avec les massifs montagneux avoisinants. Cette recherche prend le partie d’étudier une population particulière du territoire qui vie à la ville ET à la montagne au travers de migrations résidentielles saisonnières. Le pari est ici en partie de comprendre le lien de Grenoble avec ses massifs et de l’autre partie d’interroger les conditions d’habitabilité (Dardel, 1952) des territoires alpins comme des territoires urbains au regard du choix particulier de ces individus.

Ce travail se base sur deux hypothèses :

  • Le choix d’une double résidence et d’une alternance ville – montagne est motivé par différents facteurs familiaux et environnementaux ;
  • Les migrations saisonnières reposent sur différentes stratégies d’adaptation des individus aux contraintes inhérentes à leurs différents lieux de vie.

Étudier ces comportements serait alors un moyen pour nous permettre d’appréhender et d’interroger les conditions de l’habitabilité des territoires de montagne.

Etat de l’art
Le milieu rural ou montagnard à un rapport à la ville particulier. « Dans un contexte mondial d’uniformisation des modes de vie et de dilution des frontières entre territoires ruraux et urbains, la notion de ruralité peut, à première vue, apparaître désuète. Elle ne l’est pas dans la mesure où les territoires ruraux « résistent » de manière inégale à ces mouvements jugés irrésistibles. […] La densité et la nature de peuplement, d’équipements, d’emplois, de réseaux de communication, les pratiques nous rappellent que les rapports socio-spatiaux diffèrent de moins en moins entre ville et campagne. » (Blanchet, 2013)

Les migrations alternantes sont facilitées par la retraite. « Toutefois, les retraités ont aussi la possibilité de changer de lieu de résidence. Leur particularité est de ne plus être contraint par la localisation d’un poste de travail. Les destinations favorites des migrations de retraités peuvent refléter leurs préférences en matière de cadre de vie ou leurs attaches familiales, indépendamment de la situation économique du territoire où elles résident. » (Zaninetti, 2011)

La ville de Grenoble et ses montagnes. « Un autre phénomène traduit un paradoxe grenoblois dans la fondation d’un hypothétique couple ville-montagne. La ville semble presque totalement omise par les habitants de Grenoble et plus particulièrement par ceux de la Villeneuve et de Meylan […] plus la montagne est glorifiée, plus la ville semble s’ankyloser dans son dédale de rues. » (Hoyaux, 2000)

Cartographie
Lorsque nous cartographions l’agglomération grenobloise au coeur du système alpin plus large des départements de l’Isère, de la Savoie, des Hautes Alpes et de la Drôme, nous pouvons faire plusieurs constats quant aux populations qui y résident de manières temporaires et permanentes.

La figure 1 « populations résidentes dans les communes des départements » démontre l’écart de peuplement entre les zones urbaines et les zones rurales et de montagne. Sur la zone étudiée les principaux espaces urbains se trouvent dans le sillon alpin Genève – Annecy – Chambéry – Grenoble – Valence ainsi que dans les pré-alpes, les plaines du nord-isère et la vallée du Rhône. Cela montre l’influence probable des contraintes morphologiques pour le peuplement des territoires de montagne.

Populations résidentes dans les communes des départements

La figure 2 « part des résidences secondaires dans les communes des départements » démontre la forte part de résidences secondaires dans les territoires de montagne ce qui semble indiquer une attractivité de ces espaces pour les résidences secondaires. La présence de remontée mécanique révèle quant à elle l’importance de l’activité touristique sur ces résidences secondaires tout en mettant en avant la présence à moindre niveau de résidences secondaires dans des communes non soumises à l’activité sport de montagne.Entretiens semi-directifs et échantillonnage

Part des résidences secondaires dans les communes des départements

Entretiens semi-directifs et échantillonnage
Pour étudier largement la question des migrants saisonniers ville – montagne nous avons décidé de mener des entretiens semi-directifs afin d’étudier les déterminants de ce choix multi-résidentiel et les adaptations dans les façons d’habiter de ces derniers. Nous avons échantillonné 6 communes – 3 stations de ski (Autrans-Méaudre, Chamrousse, Huez) 3 villages de montagne (Chichilianne, Valjouffrey, St Pierre d’Entremont). Pour des raisons pratiques les entretiens n’ont pas pu être menés dans la commune d’Huez ce qui ramène notre échantillon à cinq communes iséroises (voir figure 3). La sélection des individus enquêtés s’est fait de manière aléatoire à la suite d’une prise de contact avec les collectivités locales.

Résultats
Au final sur un effectif de 14 personnes interrogées, 10 ont un temps d’occupation de moins de 3 mois et 4 plus de trois mois mais correspondent tous aux types d’individus recherchés. Six ont hérité de leur logement à la montagne, sept l’ont acheté et seule une personne loue son logement secondaire. Huit d’entre-eux reproduisent dans leur logement à la montagne, le confort de leur logement en ville. Trois sur quatorze profitent de leur temps en montagne pour se déconnecter et le même nombre disent avoir un logement plus petit à la montagne. La moitié d’entre eux déclare que l’alternance est une habitude et une grande partie (11/14) justifie cette migration saisonnière par la recherche d’un climat plus favorable en été comme en hiver. Une grande partie là encore (12/14) déclare utiliser majoritairement les transports en communs dans l’agglomération grenobloise, bien que tous n’utilisent exclusivement la voiture en montagne. Enfin, aucun des interrogés n’estime le manque de services comme une gêne, ils semblent tous s’accommoder d’une situation en terme de services bien moins aisés que dans leur vie urbaine.

Retour sur hypothèse et conclusion
Les personnes interrogées qui font ces alternances ont mis en place une stratégie liée au climat : lorsque le climat est trop extrême dans l’une des deux résidences, ils vont dans l’autre. De la même manière que les oiseaux migrateurs ou que des migrations saisonnières équivalentes avec les littoraux français et européen, ces individus à une échelle plus locale mettent en place une stratégie résidentielle pour maximiser leur confort et limiter les coûts. Le choix de la double résidence est alors parfois dû au hasard mais est très régulièrement un choix de s’approcher à un moment ou à un autre d’une aménité particulière comme le paysage, l’espace et la fraîcheur à la montagne ou comme les services urbains dans les vallées. Les alternants tirent au maximum le profit de leur double résidence : la résidence de montagne pour le plein air en été, les activités d’intérieur, les services et la santé dans la métropole grenobloise en hiver.

Bibliographie

  • Mickaël Blanchet, 2013, « Le vieillissement des campagnes : éléments d’introduction démographique et géographique », Gérontologie et société, 2013/3 (vol. 36 / n° 146), p. 21-38.
  • Éric Dardel, 1990, L’homme et la terre. Paris, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1952, 200 p
  • André-Frédéric Hoyaux, 2000, « Point de repère et construction territoriale: quelles méthodes d’analyse pour comprendre les relations ville-montagne à Grenoble et à Chambéry? », Espaces et sociétés, 2000/3 (n°103), p. 165-225.
  • Jean-Marc Zaninetti, 2013, « Les retraités en France. Des migrations pas comme les autres », Population & Avenir, 2011/3 (n° 703), p. 4-20.

Vieillir hors les villes, vieillir en montagne 

Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine, Labex ITEM, Université Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194 / Université Milano Bicocca – Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale

Thibauld Moulaert, Maître de conférences en sociologie, IUT2, Université Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194

S’inscrivant dans la poursuite d’une journée d’études organisée par les équipes « Justice sociale » et « Environnements » du laboratoire PACTE le 24 octobre 2017[1] à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de Grenoble, ce dossier rassemble une série de contributions sur et autour de quelques enjeux soulevés par le vieillissement en et autour de l’espace montagnard.

L’objectif de ce dossier est de participer à combler un manque dans la littérature actuelle qui cherche à penser l’avancée en âge à l’aune du « territoire » dans une lecture française (Viriot Durandal, Pihet, & Chapon, 2012) ou à partir de la « community » selon une grille anglo-saxonne (Heatwole Shank & Cutchin, 2016; Walsh, O’Shea, Scharf, & Murray, 2012). En effet, au cœur des travaux sur l’espace consacré au vieillissement, les spécificités de la montagne ne sont guère explorées.

Généralement dominée par une entrée urbaine, tant dans la littérature scientifique (Buffel & Phillipson, 2016; Clément, Mantovani, & Membrado, 1996; Phillipson, 2004) que dans l’action publique à l’instar des démarches des « villes (et communautés) amies des aînés » de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la réflexion et l’action reliant vieillissement et espace ont progressivement réintégré une entrée rurale (Gucher, 2015; Mallon, 2010; Menec, Means, Keating, Parkhurst, & Eales, 2011). L’espace rural est alors discuté comme un lieu qui peut faire sens pour les individus, sous certaines conditions renvoyant aussi bien à leurs propres trajectoires de vie qu’à l’aménagement et l’organisation des territoires (voir les travaux de géographie de Véronique Roussel et Dominique Vollet en 2004 pour la revue Pour cités par Catherine Gucher, 2012 ou, toujours dans la même revue consacrée à la ruralité, le récent numéro consacré en 2018 aux formes de « vieillir actifs à la campagne » sous la direction d’Odile Plan : http://www.revuepour.fr/produit/pour-n233-vieillir-actifs-a-la-campagne/). Certains de ces travaux comparent les formes de vieillir en ruralité et à la ville (Lalive d’Epinay, 1991). Ainsi, vieillir hors les villes peut présenter différents avantages en termes d’aménités paysagères et environnementales. Néanmoins, une plus faible densité de population et de services implique une mise en mobilité des biens et des personnes. Appliquée au grand âge, l’enjeu du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes peut entrainer par exemple des mobilités contraintes par la situation de perte d’autonomie. Dans un premier cas c’est la personne elle-même qui se déplace pour aller vers les biens (ravitaillement alimentaire, achats divers) et les services (santé, administration,…). Dans un deuxième cas, ce sont les biens et les services qui viennent à la personne, illustrant la situation de « mobilités inversées » (Cholat, 2018). En quoi le cadre montagnard permet-il d’illustrer de telles situations ? En quoi les contextes socio-spatiaux de la montagne aident-ils à mieux comprendre les transformations du rapport à l’espace face au vieillissement, tant du point de vue de l’individu vieillissant que du point de vue des contextes socio-politiques pouvant (ou non) accompagner des trajectoires d’individus vieillissants ?

Pour éclairer ces questions, nous proposons de nous centrer sur les relations entre individus (article de Léa Thiriet et Florent Cholat et interview de Jean-Pierre Jacquet et Jean-Baptiste Kern), organisations (articles de Séverine Le Piolet et de Luca Daconto) et conceptions de l’espace ou de l’environnement (articles de Kieran Walsh, Eamon O’Shea et Tom Scharf et de Catherine Gucher).

Des personnes….
Dans leur article « Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons », Léa Thiriet et Florent Cholat s’inscrivent dans les travaux sur les relations et activités pendulaires entre villes et montagnes en choisissant le cas particulier des mobilités saisonnières des personnes retraitées autour de la métropole Grenobloise. Leur travail démontre d’emblée comment les alternants, au travers diverses stratégies, tirent au maximum profit de leur double résidence, quelles sont les motivations derrière ce choix et comment cette situation s’est mise en place et s’exprime dans leur quotidien.

Vivre à la montagne, c’est également y faire face aux troubles de santé qui peuvent subvenir avec l’avancée en âge. Alors que la France rurale est souvent décrite au prisme de son abandon par le monde médical à travers la notion de « déserts médicaux », il nous est apparu opportun de rencontrer des professionnels de santé au cœur du système de soins. Thibauld Moulaert interviewe Jean-Pierre Jacquet et Jean-Baptiste Kern, tous deux médecins ayant exercé ou exerçant en milieu rural. Ainsi, « Vieillir en montagne, le regard du médecin généraliste » souligne notamment la prégnance de la figure de l’agriculteur/trice, par exemple dans les visites à domicile ou des typologies d’habitants âgés rappelant certains profils présentés par Léa Thiriet et Florent Cholat ou dans les travaux de Catherine Gucher. Enfin, le dialogue entre ces deux médecins esquisse sommairement le rapport différent du patient au médecin à 30 ans d’intervalle.

Si la montagne est un lieu où vivent et s’organisent une pluralité d’habitants et d’usagers de l’espace, ces individus s’inscrivent dans des contextes structurés par des politiques publiques et par des acteurs privés.

Des organisations…
Ainsi, et comme en écho aux préoccupations des médecins face à l’isolement de certains de leurs patients, l’article de Séverine Le Piolet part d’un constat qui traverse les processus d’accompagnement du vieillissement, peu importe les caractéristiques du territoire : comment organiser l’habitat des personnes âgées entre, d’un côté, une demande des individus pour « rester à leur domicile » et, de l’autre, un dispositif institutionnel collectif et, fréquemment, décrié[2] ou mal perçu ? « La diversification des typologies de logements à destination des ainés : un terrain fertile pour l’ingénierie territoriale. Retour d’expérience et perspective de recherche » croise un double regard : celui de l’architecte aménageur et celui d’un pouvoir public qui, comme le Département, peut décider de soutenir certaines orientations de politiques publiques. Si « l’ingénierie territoriale » définit la sphère de l’aménagement du territoire pour embrasser « l’ensemble des moyens humains, des méthodes et des missions concourant à l’élaboration et à la conduite d’un projet de territoire, ainsi qu’à la définition, au montage et à la mise en œuvre d’actions », Séverine Le Piolet s’en sert pour décrypter la gamme protéiforme des « logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes » ; elle dégage ainsi des enjeux de « faisabilité » (sous les aspects financiers et réglementaires, ce sont alors des questionnement sur l’accessibilité des soins, l’accès aux transports publics, etc., qui devraient idéalement être pris en compte) et des enjeux de « planification » (comment réguler la coordination des acteurs multiples, privés et publics, intervenants dans la mise en œuvre de tels projets immobiliers et accompagner les territoire ruraux à travers les multiples règlements et échelles territoriales).

Si l’accessibilité à de telles offres de « logements adaptés » apparait comme un élément important dans la gestion publique de l’espace montagnard, Luca Daconto décline la question de l’accessibilité à partir de l’accès à la ressource alimentaire des personnes âgées. L’article « Food-ability et vieillissement : un premier encadrement dans les territoires de ville et de montagne en Lombardie » compare ainsi l’accès à la nourriture et aux denrées alimentaires entre un territoire montagnard et un territoire urbain. Ainsi, les espaces de montagne seraient moins favorables en termes d’accessibilité à la nourriture lorsque certaines circonstances se présentent (enneigement, fermeture de route, etc.) ; mais cette situation est également impactée par les caractéristiques personnelles, comme la non possession d’une voiture chez les femmes très âgées. Ces femmes âgées, seules, illustrent l’influence de la vulnérabilité économique qui ne permet pas, par exemple, d’accéder à de la nourriture de qualité. L’article souligne qu’il n’est pas possible de dresser une situation homogène de l’accès à la nourriture en montagne tant les situations, composées de contextes géographiques et de parcours individuels, sont hétérogènes ; pour autant, Luca Daconto, tout comme Séverine Le Piolet, estime qu’il est possible d’envisager des environnements plus favorables à cette diversité de situation. On s’approche alors de la possibilité de conceptualiser l’espace en lien avec le vieillissement.

Des conceptions de l’espace à réinterroger
En nous décalant vers un cas irlandais, Kieran Walsh, Eamon O’Shea et Thomas Scharf aident à penser les rapports en vieillissement rural et exclusion sociale. Ici encore, même s’il n’est pas question de contexte montagnard, on retrouve la figure et la place du modèle agricole dans l’espace rural. Leur article « Rural ageing and social exclusion in farm resource dependent communities: the Irish experiences » dresse la synthèse d’une vaste étude menée dans 10 contextes ruraux irlandais diversifiée à partir de plus d’une centaine d’interviews et de groupes focus. Reprenant une conception multidimensionnelle de l’exclusion liée au vieillissement (Walsh, Scharf, & Keating, 2017), l’article dégage cinq domaines d’exclusion en ruralité (réseau social ; accès aux services ; accès aux transports publics et privés ; sentiment de sécurité et d’appartenance à une communauté ; sécurité financière) qui peuvent interagir, être une composante ou la conséquence d’un processus d’exclusion sociale. L’apport central de cette contribution se situe alors du côté de la mise en avant de « facteurs médiateurs » qui vont amplifier (ou au contraire limiter) les possibilités d’exclusion sociale des personnes âgées en ruralité. Les auteurs pointent ainsi une série de dimensions individuelles, telle que les capacités d’adaptation personnelle (sans pour autant tomber dans le fatalisme) ; l’influence du parcours de vie, et notamment des événements marquants tels la mort d’un proche ou d’un enfant ; les caractéristiques du lieu et l’attachement à la communauté locale qui peuvent servir de support ou, au contraire pour les « nouveaux arrivants », de frein à une intégration pleine et entière (éléments que l’on retrouve dans l’article de Catherine Gucher) ; enfin, des facteurs macro-économiques, tels la baisse structurelle de l’influence de l’agriculture dans le monde contemporain, impactent fortement la possibilité d’une exclusion des plus âgés dont la vie a été, pour une partie d’entre eux, fondée sur le monde paysan.

Pour clore ce dossier, Catherine Gucher développe une approche originale entre « Expériences du vieillir et enjeux d’action publique en territoires de montagne : une approche au prisme de la notion ‘d’effets de milieu’ ». Non seulement, cet article résume et rassemble un ensemble d’éléments qui se présentent tout au long du dossier (l’extrême diversité des contextes ruraux vaut également pour les contextes de montagne ; les situations individuelles ne peuvent se comprendre que comme des entrelacements de trajectoires personnelles et de configurations territoriales marquées par l’intervention d’acteurs publics et privés), mais la notion « d’effet de milieu » vient dialoguer avec les « facteurs médiateurs » synthétisés par Kieran Walsh et ses collègues en Irlande. Ainsi, que ce soit la « civilisation paysanne », l’influence des familles ou encore le « faire ensemble », ce sont autant de ressources territoriales à disposition ou non d’habitants qui s’inscrivent dans ces territoires depuis toujours (les « natifs ») ou pas (« les revenus au pays » ou les « installés sur le tard »). Pour Catherine Gucher, une action publique qui veut trouver un sens dans un territoire montagnard pourrait, voire devrait, s’appuyer sur et tenir compte de tels « effets de milieux ».

Au final, notre dossier souligne que les situations du « vieillir à la montagne » ne peuvent plus être réduites à la seule figure du paysan (Lalive d’Epinay, 1991). Certes, l’agriculture continue de marquer la campagne, et donc la montagne. Mais l’ensemble des contributions à ce dossier souligne non seulement la diversité des situations individuelles des personnes vieillissantes en montagne, mais il met aussi en avant l’importance de la pluralité des facteurs qui constituent ces « territoires de montagne ». Facteurs géographiques et facteurs humains se conjuguent et peuvent être pris en compte ensemble en vue d’une action publique démocratique, qui tout en correspondant aux spécificités de la montagne, et de ses habitants au 21ème siècle, n’oublierait pas pour autant de s’appuyer sur les ressources que constituent ses habitants les plus âgés.

Bibliographie
Buffel, T., & Phillipson, C. (2016). Can global cities be ‘age-friendly cities’? Urban development and ageing populations. Cities, 55, 94–100. https://doi.org/10.1016/j.cities.2016.03.016

Cholat, F. (2018). Les « mobilités inversées » comme clé de lecture de la dépendance dans les territoires de montagne. Pour, N° 233(1), 97–101.

Clément, S., Mantovani, J., & Membrado, M. (1996). Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer. Les Annales de La Recherche Urbaine, 73, 90–98.

Gucher, C. (2012). Vieillesses différenciées et ” effets de milieu ” : Contribution à une théorie sociologique du vieillissement et de la vieillesse. Habilitation à diriger des recherches. Université de Grenoble Alpes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00735653

Gucher, C. (2015). Des vieux sur la place. Quelle place pour les vieux ? Vieillir dans les espaces ruraux au risque de la relégation. In J.-P. Viriot Durandal, É. Raymond, T. Moulaert, & M. Charpentier (Eds.), Droits de vieillir et citoyenneté des aînés. Pour une perspective internationale (pp. 325–339). Presses de l’Université de Québec.

Heatwole Shank, K. S., & Cutchin, M. P. (2016). Processes of developing ‘community livability’ in older age. Journal of Aging Studies, 39, 66–72. https://doi.org/10.1016/j.jaging.2016.11.001

Lalive d’Epinay, C. (1991). Vieillir ou la vie à inventer. Paris: L’Harmattan.

Mallon, I. (2010). Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ? Espace populations sociétés, (2010/1), 109–119. https://doi.org/10.4000/eps.3967

Menec, V. H., Means, R., Keating, N., Parkhurst, G., & Eales, J. (2011). Conceptualizing Age-Friendly Communities. Canadian Journal on Aging / La Revue Canadienne Du Vieillissement, 30(3), 479–493.

Phillipson, C. (2004). Urbanisation and ageing: towards a new environmental gerontology. Ageing and Society, 24, 963–972.

Roussel, V., & Vollet, D. (2004). Les retraités, une chance pour les espaces ruraux ? Pour, 182, 223–228.

Viriot Durandal, J.-P., Pihet, C., & Chapon, P.-M. (2012). Les défis territoriaux face au vieillissement. Paris: La Documentation française.

Walsh, K., O’Shea, E., Scharf, T., & Murray, M. (2012). Ageing in changing community contexts: Cross-border perspectives from rural Ireland and Northern Ireland. Journal of Rural Studies, 28(4), 347–357. https://doi.org/10.1016/j.jrurstud.2012.01.012

Walsh, K., Scharf, T., & Keating, N. (2017). Social exclusion of older persons: a scoping review and conceptual framework. European Journal of Ageing, 14(1), 81–98. https://doi.org/10.1007/s10433-016-0398-8

[1] https://www.pacte-grenoble.fr/actualites/vieillir-hors-les-villes-vieillir-en-montagne La veille de cette journée, un séminaire méthodologique s’est tenu avec plusieurs doctorants de ces équipes et Kieran Walsh.

[2] À l’instar du mouvement de manifestation des personnels ET des familles des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) du printemps 2018.

The “Tomorrowland winter” festival: can partying be a strategy for the future?

Dorothée Fournier, Docteure en histoire du sport, Laboratoire Sens-UFRAPS, Labex ITEM

How can one understand the tourist trend in winter sports resorts to offer activities mixing sports and festive atmosphere? It aims to ensure the sustainability of these territories subordinated to the leisure economy. This is not new; however, partying is no longer an « atmosphere » related to skiing but an offer in-itself. Should the secondary position attributed to skiing be read as an adaptive solution to climate change? The facilities reflect a search for sensation and fun experiences, like the Wetterleuchten festival (Austria), which brings together high mountains skiing and partying. The purpose of our communication is to question this hybridity between sports and celebration as an alternative strategy to skiing. We will measure the evolution of the different aspects of leisure practice from a longer historical perspective and using a special territory for support. In France, located southeast of Grenoble, Oisans, and especially the Alpe d’Huez, partly forged its fame on sports events: bobsleigh events of the 1951 World Championships, the 1968 Olympic Games, and the almost yearly unfolding of the “Tour de France” since 1976. In 2019, the territory becomes the winter theatre of a world-renowned Belgian electronic music festival: Tomorrowland. During this event, 25,000 festival-goers gather together for a week; it is a young and international clientele with high purchasing power. Tomorrowland winter materializes new considerations of space as well as new cultural aspirations, urging people to understand the contradiction between the desire for recreational excesses (hubris) and the search for naturalness. We will analyze the sociocultural heritage of events through a historical reading. We will also mobilize different types of sources (local newspapers, municipal council reports, stakeholder interviews) to take into account the evolution of representations. However, the existence of Tomorrowland winter raises a problem: the eviction of certain population groups (short-term vacationers are often preferred to secondary residents). Mountain territories have always been able to adapt, and we are going to discover their capacity to change in the light of new constraints.

To see further :
By Dorothée Fournier

Recreational sports practice in the mountains within territorial reconfigurations, an innovation ?
Third International winter shool: Innovation and Mountain territories, Labex Item (Laboratoire d'Excellence Innovation et Territoires de montagne), Apr 2018, Monte Carasso, Switzerland

De quelques fonds photographiques autour des stations de ski. Le rôle de l'image dans la construction d'un territoire de sports et de loisirs
Le paysage (in)attendu. Les pratiques photographiques contemporaines de la montagne, LARHRA - Lucie Goujard, Oct 2018, Grenoble, France

La glisse réinventée". La construction d'un territoire de sports et de loisirs : l'Oisans des années 1960 à nos jours
Nature et récréation, 2018, Transition récréative et présence au monde, pp.99-106.

L'héritage social et l'impact social des pratiques et des événements sportifs.
Héritage sportif et dynamique patrimoniale. International Conference. 18e Carrefours d'Histoire du sport de la Société Française d'Histoire du Sport. 22th Conference of the European Committee for Sports History, SFHS, CESH, Oct 2018, Bordeaux, France

Les pratiques de sport et de loisirs en montagne, approche par les territoires
Première Université d'Hiver Internationale du Labex ITEM, Jan 2014, Sarcenas, France

Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960
Seconde université d'hiver du Labex ITEM, Labex ITEM, Jan 2016, Autrans, France

Outlooks and construction of a territory. Oisans during the 1960's
Deuxième Université Internationale d'hiver, LabEx ITEM, Jan 2016, Autrans, France

La carte est le territoire. Trajectoire du massif de l’Oisans xixe-xxie siècles
La montagne, territoire d'innovation, LabEx ITEM (Innovation et Territoires de montagne) Jan 2017, Grenoble, France

Le rôle du sport dans la structuration de l'Oisans de 1960 à nos jours
Développement du sport et dynamique des territoires : Expériences internationales comparées, Institut Royal de Formation des Cadres; Association Francophone de Recherche sur les Activités Physiques et Sportives, Apr 2018, Salé, Maroc

From Darkness to Deep Blue, Ailefroide: the Mountain as a Reflection to Existence
Revue de Géographie Alpine / Journal of Alpine Research, Association pour la diffusion de la recherche alpine, 2018, Montagnes en fiction

Réinventer un territoire ? Processus d'implantation et de développement du snowboard en Oisans
Revue de Géographie Alpine / Journal of Alpine Research, Association pour la diffusion de la recherche alpine, 2019, Varia,

 

Comment Construire un écosystème d’incubateurs performant dans l’espace alpin ? La puissance des réseaux

Par Kirsten Koop et Jean-Baptiste Grison

Une délégation du LabEx ITEM a été présente à Constance, le 28 mars 2019, au sein du premier groupe de travail (action group 1) de la stratégie européenne de recherche sur l’arc alpin. (EUSALP).

Crédit photo : Jean-Baptiste Brison
Photo prise à l’Université de Constance (Allemagne)- Mars 2019.

L’objectif de ce groupe de recherche est :

  • d’accroître les collaborations entre acteurs de l’espace alpin (chercheurs et autres acteurs) ;
  • de renforcer le réseau de recherche dans le cadre de la stratégie macro-régionale alpine.

Questions à l’ordre du jour :

  • Comment s’organise la collaboration entre les pays ?
  • Quels sont les mécanismes et outils de collaboration ?

Après une introduction de Anna Giorgi (professeur à l’Unimont, antenne de l’université de Milan au nord de la Lombardie et au cœur des Alpes), sept projets de réseautage ont été présentés, majoritairement à l’échelle de l’Espace Alpin, et quelquefois plus larges.

  • Les Digital Innovation hubs (DIHs), c’est-à-dire un groupe d’organisations ayant une expertise complémentaire et un objectif à but non lucratif, offrant un ensemble de services aux entreprises – en particulier les PME (y compris les start-ups) – pour soutenir leur transformation numérique grâce à un guichet unique.
  • La Smart specialization partnerships and platforms (S3platform). Ales Gnamuš (Commission Européenne) a présenté les principaux résultats de la plate-forme S3 (Smart Specialization Strategies), en mettant l’accent sur les plates-formes thématiques S3 développées pour des secteurs clés spécifiques, à savoir l’énergie, la modernisation industrielle et l’agroalimentaire. La S3 devrait, d’après lui, être considérée comme un écosystème d’innovation territoriale, car elle tient compte de la perspective de la « quadruple hélice » (universités – société civile – entreprises – OTR).
  • The ArgeAlps Project “Online Campus Alpine region”. Il s’agit d’un réseau reliant les sites universitaires et leurs acteurs à echelle interrégionale et transfrontalière entre une dizaine de regions germanophones et italophones (Tirol, Trentino, Voralberg, Tessin, Grisons, Südtirol …- (Uni Innsbruck, Univ. Of Trento, FH Vorarlberg…). L’objectif est d’améliorer la visibilité de la recherche alpine. Une plateforme en ligne qui servirait de vitrine est sur le point d’être lancée.
  • Universities’ cross-border cooperation of International Lake Constance University (IBH). Il s’agit d’une coopération internationale visant à monter une forme d’écosystème incubateur entre plusieurs dizaines d’universités (actuellement 27), pour développer des clusters innovants. Exemples de realisations : IBH-Living Lab Active Assisted Living (technology foraging people), IBH-Lab KMU digital (SMEdigital) : technologie au service des entreprises.
  • World Manufacturing Foundation : une plateforme associative italo-suisse pour promouvoir l’innovation et le développement dans le secteur industriel.
  • LabEx ITEM : une Plate-forme de connaissances sur l’innovation sociale a été créée comme exemple de « réseau hybride » en croisant, dans une dynamique de co-construction, les apports de chercheurs et d’acteurs sur les capacités transformatrices des initiatives locales dans un contexte de transition écologique et solidaire.
  • InnoRenew CoE : (www.innorenew.eu) projet intéressant (H2020) d’utilisation écologique du bois du Pulp and Paper Institute (Slovenie).

Les échanges qui ont eu lieu autour de ces différents projets ont permis de replacer le LabEx ITEM dans le contexte international des réseaux de recherche sur la montagne alpine.

Sustainability Of Rock Art Tourism (SORAT)

Par Mélanie Duval

Dans une perspective d’ouverture à l’international des recherches engagées sur les montagnes européennes, le LabEx a entrepris de soutenir des actions de recherche à l’étranger. Voici la présentation de l’une d’entre elles, dans les montagnes sud-africaines, avec la présentation d’une mission ayant eu lieu en avril 2019.

L’objectif de cette action de recherche soutenue par le LabEx est d’interroger la place des registres culturels dans les dynamiques touristiques des montagnes du Makgabeng, situées au nord-est de Johannesburg, dans la province du Limpopo. Cette recherche s’inscrit dans un projet de recherche plus général, le projet SORAT, financements du MAE et de l’IFAS de Johannesburg, période 2019-2020, lequel implique des partenaires français et sud-africains, croisant les regards disciplinaires et culturels.

Côté français, trois chercheurs et bientôt un étudiant de Master :

  • Mélanie Duval, EDYTEM, UMR 5204 CNRS/USMB/UGA/MCC, géographe spécialisée en géographie des patrimoines et du tourisme ;
  • Anne Nivart, Museum National d’Histoire Naturelle, UMR 7194, chargée de collection spécialisée dans les questions de muséologie ;
  • Stéphane Hoerlé, PACEA, UMR 5199, sciences des matériaux, spécialisé dans les questions de conservation et l’analyse des processus d’altération des peintures.

Un soutien du Labex ITEM (UGA) récemment obtenu permettra d’impliquer un étudiant de Master 1 de l’USMB via une gratification de stage et la prise en charge de mobilités.

Côté sud-africains, deux chercheurs et un étudiant, auxquels s’ajoutent des partenaires issus des collectivités et des institutions intéressées à la réalisation du projet :

  • Catherine Namono, RARI, WITS, archéologue, spécialisée dans l’analyse et l’interprétation des sites d’art rupestre ;
  • Ndukuyakhe Ndlovu, Université de Pretoria, archéologue, spécialisé dans l’analyse des enjeux sociétaux et des jeux d’acteurs dans le domaine de l’archéologie, avec un focus sur la place des communautés ;
  • Filix Mosebedi, UNISA, guide de sites d’art rupestre et étudiant en « Development studies », en charge de la visite touristique des sites d’art rupestre du Makgabeng ;
  • Stanley Ngwetjana, chargé du développement touristique dans le district du Capricorne, province du Limpopo, Department of Economic Development, Environment and Tourism Limpopo ;
  • Jonas Tlouamma, chargé du développement touristique de la municipalité de Blouberg.

Les montagnes du Limpopo présentent un paysage de haut plateau, marqué par des gorges et des encaissements. Situés dans l’ancien bantoustan de Lebowa, au nord de la ville de Polokwane, la région montagneuse du Makgabeng se situe à l’extérieur des principaux circuits touristiques des visiteurs internationaux se rendant en Afrique du Sud ; elle est dans le même temps marquée par de forts enjeux de développement économique, avec des taux de chômage importants (Namono, 2015). Pour les acteurs institutionnels et plus largement de la société civile, le secteur touristique est perçu comme un levier de développement territorial, à l’instar de ce que nous avons déjà pu observer lors de précédentes recherches dans les montagnes du Drakensberg (Duval & Smith 2012, 2014, 2015). Depuis une dizaine d’années, les communautés locales et acteurs de la société civile s’interrogent sur les ressources à activer et les stratégies à adopter, et notamment la place du registre culturel (Namono, 2015, 2017). Le plateau présente en effet une concentration importante de sites archéologiques témoignant des différentes périodes d’occupation : non loin de la frontière avec le Botswana, le Zimbabwe et le Mozambique, cette région a été marquée par plusieurs dynamiques de peuplement, mêlant à différents pas de temps des populations de chasseurs-cueilleurs, d’agriculteurs et de bergers d’Afrique centrale, les éthnies Pédis et Ndebeles, sans oublier le brassage culturel post-apartheid. Dans ce contexte multiculturel, comment penser l’activation de la dimension ressourciste des registres culturels dans une logique de mise en tourisme durable ? Dans quelle mesure ce contexte multiculturel et post-colonial vient-il complexifier le processus d’activation des dimensions ressourcistes, en comparaison avec ce que nous pouvons observer dans les Hautes-Vallées comme la Maurienne  ?

Première mission du 9 au 20 avril 2019

L’objectif de cette première mission était double :

Un premier volet ciblé sur l’analyse des dynamiques patrimoniales et touristiques à différentes échelles (échelle provinciale, échelle du district, échelle de la municipalité, échelle de la communauté) avec des observations de terrain et des entretiens, ce croisement ayant permis de poser de premiers jalons dans la compréhension du schéma actoriel et d’identifier de premiers ressorts/ freins dans l’activation de la dimension ressourciste des entrées culturelles ; analyse des formes et modes de mise en tourisme avec un focus sur la place du registre culturel et des sites d’art rupestre via des entretiens avec les différents acteurs du tourisme et les personnes ressources de la communauté. Cet axe a été principalement investigué par Mélanie Duval, Anne Nivart et Ndukuyakhe Ndlovu.

Un second volet ciblé sur les autres axes de recherche du projet SORAT et sur les enjeux de conservation des sites d’art rupestre. Ces actions se sont ciblées sur le site de Great Train, avec des actions de nettoyage du site, d’aménagement du sol pour éviter le transport de poussière, mise en place de petits aménagements pour éloigner les oiseaux et protéger le site de leurs déjections, aménagements pour éloigner les troupeaux (murets en pierre et barrières de branchages). Ce travail a été réalisé par une seconde équipe constituée de Catherine Namono, Filix Mosebedi, Stéphane Hoerlé, et de deux autres étudiants de Wits dont Elijah Dumisani Katsetse, doctorant à Wits, ayant une spécialisation sur les enjeux de conservation des sites d’art rupestre.

What is next ?

  • Fin mai 2019, l’équipe français accueillera l’équipe sud-africaine pendant une semaine dans la région de la Vézère avec comme objectif d’observer et d’analyser la mise en tourisme des sites d’art rupestre, les enjeux et les dysfonctionnements rencontrés. L’équipe profitera de ce temps de partage pour organiser la suite du projet, une nouvelle mission étant prévue en aout 2019 et pour avancer sur les livrables (articles scientifiques, rapports d’expertise).

  • Aout 2019 : retour d’une partie de l’équipe française dans le Limpopo (M. Duval et un étudiant de Master financé par le Labex) avec comme objectif sur deux semaines de pousser l’analyse sur la place des registres culturels dans les dynamiques touristiques de la province du Limpopo, afin de contextualiser les dynamiques observées à l’échelle du Magkabeng.

  • Avril 2020 : retour de l’équipe française dans le Makgabeng pour poursuivre les recherches engagées en 2019 avec de premières formes de retours auprès des acteurs territoriaux.

  • Juin 2020 : venue des sud-africains en France pour travailler et finaliser la rédaction des livrables.

Liste des références bibliographiques citées

  • Duval M., Smith B., 2012, Rock Art Tourism in the uKhahlamba/Drakensberg World.
    Heritage Site: obstacles to the development of sustainable tourism, Journal of Sustainable.
    Tourism, 21, 1, 134-153.

  • Duval M., Smith B., 2014, Seeking sustainable rock art tourism – the example of the Maloti-
    Drakensberg Park World Heritage Site, the South African Archaeological Bulletin 69 (199): 34–48

  • Duval M., Smith B., 2015, La mise en tourisme des sites d’art rupestre du massif de l’uKhahlama-Drakensberg (Afrique du Sud). État des lieux et enjeux pour une gestion durable, in Ibrahima Thiaw & Hamady Bocoum (eds) Préservation du patrimoine culturel africain. Actes du XIIIe congrès de l’Association panafricaine d’archéologie et disciplines associées (PANAF) et de la XXe réunion de la Société des archéologues africanistes.
    (SAFA).Mémoire de l’IFAN Cheikh Anta Diop nº 93, 531-540

  • Namono C., 2015, Rock art, platinum and communities on the Makgabeng plateau, Limpopo Province, South Africa. African rock art at risk, Agadir (Maroc).

  • Namono C., 2017, Alliances between experts and local communities to raise awareness,
    protect and market rock art heritage in southern and eastern Africa. Getty ConservationInstitute colloquium, Art on the Rocks- a global heritage, Twyfelfontein (Namibie).

 

« Al di qua del mare » : a contribution to the definition of Genoa mountain

Gabriella TROTTA-BRAMBILLA, Post-doc LabEx ITEM (CRJ Grenoble) , Associate Lecturer in architectural design (ENSAG) and researcher at LabEx AE&CC

Fig 1 : The four metropolises studied in the research project (G. Trotta – Brambilla, 2018)

The paper focuses on one of the case studies (the metropolis of Genoa) resulting from an ongoing post-doctoral research project carried out within the “Territorialité, Liminalité et Métropolisations Péripheriques[1]” project of the LabEx Item. The research analyses the relationship between metropolis and mountain in the context of recent territorial reforms in France and in Italy. Four cases of metropolises are studied (Grenoble and Nice in France, Genoa and Turin in Italy), assuming that they can be representative of some “typical figures” of metropolitan cooperation with the mountains included in their respective administrative boundaries. As in France, in Italy metropolises are instituted in 2014 by the law No. 56/2014 also called “Delrio”. Ten Città metropolitane have replaced the homonymous Provinces to govern and plan vast territories, sometimes very wide, which in the case of Genoa and Turin also include mountain territories

Fig 2 : Italian metropolises instituted in 2014 (G. Trotta-Brambilla, 2018)

The French and Italian territorial reforms allow each metropolis to adopt its own legal statute and this is an element of distinction of the metropolitan territories from each other (Vandelli and De Donno, 2016). Thus, it’s interesting to understand the local specificity of each metropolis’ implementation of the national directives and especially in the case of Genoa, where the mountain, on the one hand, seems to escape the attempts of definition but, on the other hand, could find a new identity thanks to the metropolis, among others. Tight between sea and mountain, the city of Genoa (capital of the namesake Province, now transformed into a Città metropolitana) is mainly known for its harbour and its commercial and manufacturing history connected to maritime activities. But Genoa has also a wide mountainous hinterland, which is commonly called ‘entroterra’. Actually, the Città metropolitana try to overcome the opposition coast/outback.

Fig 3 : Genoa’s mountains seen from the harbour (photo G. Trotta-Brambilla, 201

But the notion of entroterra seems to be hard to define. It evokes specific territorial characteristics, but also different ways of looking at them and apprehending them. In this paper, we seek to clarify the definition of this notion and its local utilization by analysing Genoa’s mountains characteristics through social representations associated with the entroterra, in order to highlight its plural identities and to verify the hypothesis that a new and clearer identity can be defined through the cooperation’s strategies with the Città metropolitana.

Divergent definitions of the entroterra

Genoa’s mountain is part of Ligurian Apennines. It is a mainly “medium” mountain which is very close to the sea. This territory is little known and hardly frequented by tourists, especially compared to the coast. Administratively, 67 municipalities are included in the metropolis (determined by the Statuto della Città metropolitana, 2014) and 54 of them are “mountain” municipalities (according to the National law for the mountain, 1952). Despite this, the word « mountain » is very rarely pronounced in the documents and local stakeholders’ speeches. The qualification of the entroterra as a mountain territory is even questioned by some inhabitants and institutional stakeholders (according to an inhabitant, this territory “[…] is not mountain nor hill, it is a in-between. It is hard to define … it is the entroterra![2]”). So, what kind of mountainous territory is Genoa’s entroterra? What about its identity

Fig 4 : Genoa’s relevant administrative boundaries (G. Trotta-Brambilla, 2018)

Historically, it was a rural territory that was gradually abandoned (especially since the second post-war period), mainly because of the many difficulties in agricultural work and, at the same time, the attractiveness of manufacturing activities located on the coast. The terraces (called fasce) built and maintained for centuries are deteriorating more and more, causing serious problems of hydrogeological imbalance. Few farmers remain or return, although some specific policies are conducted by the Liguria Region. At present, the entroterra is mainly perceived as a territory preserved by the urbanization (which characterizes, on the other hand, the coast) and with a touristic potential which can be complementary to the sea tourism. Institutional stakeholders point out the geographical situation as the greatest obstacle to the development of the region. The territorial morphology “has historically determined a condition of evident disadvantage for the organization of the settlement system and for the development of economic activities[3]”.

Defining Genoa’s metropolitan mountain

To better understand Genoa’s entroterra, the research aims to compare different social representations about it. Speeches are collected in order to compare the point of view of the city looking at the mountain to that of the mountain (re)looking itself in the new institutional framework. The analysed corpus consists of:

  • “official speeches” : stakeholders websites, town and territory planning documents, laws, etc.;
  • “unofficial speeches”: semi-directive interviews with institutional and economic stakeholders, associations, inhabitants, researchers, tourists, grey literature (especially for trekkers, climbers, bikers), etc.

First analysis reveal that two main notions are evoked to describe the entroterra:

  • otherness : the entroterra is often described for what it is not (“it is not mountain, strictly speaking[4]”, “I do not define it ‘mountain’, the only true mountain is Santo Stefano d’Aveto[5]”, a little ski resort) or in comparison with other territories (often with the Alps, but also with other Ligurian entroterra: “the entroterra di Ponente, Sanremo, […] seems more dynamic to me[6]”; “there is not an image of the Ligurian Apennines, it is not like Emilian or Tuscan Apennines […][7]”, “the business is on the sea because 90% of the population is on the coast[8]”);
  • interiority : the word entroterra evokes an “inside” (entro-), an “inner land”, something hidden and to be protected if compared to the coast, more visible and accessible, but also more exploited; the idea of interiority is also expressed by the administrative subdivision of the metropolitan territory into homogeneous zones, distinguishing the city of Genoa from the “inner valleys”, as well as by the existence, within the boundary of the Città metropolitana, of two “inner areas” (“In Genoa we do not talk about ‘mountains’, but rather of ‘inner areas’[9]”, explains a planner of Città metropolitana), which are defined as remote areas, far away from essential services and looking for a strategic vocation for their development.

A relational identity

If we consider the identity of a territory in a relational sense, as a construction of distinction from the other, but also as an “articulation between community networks and global networks” (Bonomi and Borghi, 2002), we can better understand the discourses concerning Genoa’s entroterra. In the analysed corpus, three main relationships or comparisons are evoked: with the sea, with other mountains (especially Alps) and with the city of Genoa or other Institutions (see examples below).

entroterra & the sea entroterra & other mountains entroterra & Genoa

I monti del mare / sea’s mountains” (two climbers and writers)

“walking between sea and mountains” (Beigua Regional Park)

“we have the climate impact of thesea” (an inhabitant):

“from the Monte Antola you can see the sea and the snow at the same time” (touristic association Tra l’Antola e il mare« 

“from the ice waterfalls one can watch the sea” (touristic association Consorzio Accoglienza Diffusa nel Parco dell’Aveto

« It is not the same mountain as in Turin » (a planner of Città metropolitana)

“The landscape, dominated by the highest peaks of the Ligurian Apennines, between 1600 and 1800 m above sea level, remind us alpine areas […], also for pastures, maintained by cattle breeding activities, with the production of a typical cheese […]” (Aveto Regional Park)

(reffered to Apennines in general)  » I monti invisibili » / The invisible mountains (a climber and writer)

« It’s not really mountain » (a planner of Città metropolitana)

Una campagna abitata / An inhabited countryside »(Strategic Metropolitan Plan)

« The city is trying to spread to the mountain because of lack of space pn the coast (…) while penetrating into the main valleys (…). The relationships with the entroterra are complex and unavoidable for Genoa (a local researcher)

Ligurian Apennines (and Apennines in general) are not really considered as a tourist destination and they are rather known for the serious phenomenon of depopulation and for the earthquakes, even if they are also defined as “authentic” and rich in historical heritage. The mountain character of Genoa’s entroterra seems to be emphasized only by Regional Parks, mainly in order to protect it (“an important orographic node”, Antola Regional Park[10]; “a territory whose geological heritage is protected by UNESCO”, Beigua Regional Park[11]). On the contrary, the Città metropolitana’s definition of the entroterra (“an inhabited countryside[12]”) tends to hide or underestimate its “vertical dimension”, even if mobility and hydrogeological risk are declared as priority policies.

However, if for the Città metropolitana the vocation of the entroterra is an « inhabited countryside », it should not be seen as a desire to reduce these territories to their residential function, but rather as the concern to maintain the population in these areas that may be increasingly destitute of services and resources. Thus, the traditional rural character of the entroterra is also highlighted, but it remind at the same time the difficulties related to mountain agricultural activities (mainly due to orography, fragmentation of land property, abandonment context, wild animals, etc.) and the distance of the institutions perceived by the farmers (“too little incentives”, “the municipal administrations should force the owners to maintain their land”, “more support for young people who want to start”[13]). They ask for support because they know that their activity can also constitute a “presidio territoriale” (a protective action for the territory) against the hydrogeological risk.

Building a new identity through the territorial cooperation?

As we can see from previous examples, there are many definitions and visions for the future of Genoa’s entroterra. On the one hand, we can suppose some lack of identity and sense of belonging, probably due to the depopulation and repopulation cycles that characterized this territory and, on the other hand, we can point out the need to build a shared territorial identity to define a common vision. Can the recent territorial reform, and in particular the institution of the Metropolis, represent a pertinent framework to design the cooperation between complementary metropolitan territories?

Towards a “metropolitan” entroterra?

The main mission of the Città metropolitana is to “coordinate territorial, economic and social resources for the cooperation between the administration and private stakeholders contributing to the territorial development[14]”. The Metropolitan Strategic Plan highlights how, before the “Delrio reform”, the governance of the Province was more hierarchical and the strategic vision more centralized, whereas at present the Città metropolitana advocates a networked territorial development and a more horizontal and participative governance, more suitable to increase the feeling of belonging, as well as the attractiveness of the metropolis for inhabitants, tourists and economic activities (Metropolitan Strategic Plan, April 2017, p.8). Territorial morphology (a system of interconnected urbanized valleys converging on Genoa and the secondary towns located on the coast, fig.5) is potentially conducive for networked development and the overcoming of the traditional coast/entroterra opposition. The Città metropolitana recognizes, however, that some of the essential conditions (i.e. structural interventions on mobility, resources for the most disadvantaged territories, as well as more equity in sharing and making use of resources themselves) remain to be met (Metropolitan Strategic Plan, April 2017, p.20).

Fig 5 :Metropolis of Genoa’s urbanization (G. Trotta-Brambilla, 2018, based on Strategic Metropolitan Plan, avril 2017

Furthermore, the question may be asked as to whether the subdivision of the territory into homogeneous zones (provided for in the National Reform and the Statute of the Città Metropolitana), as well as their coexistence with other administrative boundaries like the four Regional Parks (Antola, Aveto, Beigua, Portofino) and the two “inner areas” (Antola-Tigullio et Beigua-SOL), does not contradict the desire to overcome the classic dichotomy between the city and the mountain (fig.4).

In the same way, we can question the new distribution of competences between the Metropolises and the Regions which, in a concern of preventing overlapping of tasks, requires the separation of some public policies that it is essential to coordinate: Metropolises must deal with economic development while losing, for example, the competences of tourism and agriculture that previously were due to the Provinces. Finally, if we can consider that the coincidence of the metropolitan mayor with the city of Genoa’s mayor is an advantage from the point of view of territorial cohesion (a hinterland more linked to the city) and public economy (less expenditure for politics), this also means a problem of representativeness, since the mayor is elected only by the inhabitants of the main town

The “inner area” strategy: a prototype for a new medium-mountain identity ?

Two of the mountain regions of Genoa’s entroterra were considered eligible to participate in a national program (National Strategy for Inner Areas) financing innovative local development experiences to fight the decadence of areas characterized by depopulation, aging and economic decline, by primarily acting on essential services such as health, education and mobility (Calvaresi, 2015). In particular, the Antola-Tigullio inner area is a prototype to test the design of specific guidelines promoted by the Region with the support of the Città Metropolitana.

The strategy for this inner area foresees a greater specialization of this metropolitan territory (in addition to a better services endowment) by focusing mainly on the enhancement of the environmental aspect in order to constitute and promote a district for tourism and outdoor sports. If we consider the notion of “industrial district” forged by Italian economists (in particular G. Becattini), this economic model adapted to the tourist vocation envisaged by the local stakeholders refers, once more, to the question of the territorial identity because the fundamental character of the Italian districts is the incorporation of knowledge and productions into local identity, environment and lifestyles (Magnaghi, 2015).

However, one can wonder if this tourist specialization of the territory will not hide or stifle the old rural character of Genoa’s entroterra and how these two identities can coexist. The main contribution of the Città metropolitana, which can not take action in tourism or agricultural policies in the strict sense, is therefore to implement instruments to improve the in-depth knowledge of the territory in order to better anchor local and metropolitan strategies.

Perspectives

Less than three years from the institution of the Metropolises in Italy, it is difficult to take stock of the cooperation strategies put in place.

Some innovations in metropolitan governance seem a priori favourable to cooperation between the city and the mountains. In this context, the different territories of Genoa’s entroterra should be able to define their territorial projects and their identity also in relation to their new membership of the metropolis. Anywhere, there remain fundamental inconsistencies, such as the relevance of the new redistribution of administrative tasks or the mode of election of the metropolitan mayor. The Città metropolitana of Genoa seeks to compensate with the implementation of a model of networked governance and voluntary actions to support projects concerning the metropolitan territory but which are not the competence of the Metropolis (instruction, tourism, etc.). The Antola-Tigullio inner area can be a prototype for future territorial cooperation inside the Metropolis if the approach implemented, concerning several local administrations, will listen and value all the expressions of the various territorial identities that have been stratified in the entroterra.

Bibliography

Bonomi, A. & Borghi, E. (2002). La montagna disincantata. Turin : Cda&Vivalda Editori.

Burlando, R., editor (1999). Al di qua del mare : itinerari alla ricerca di un entroterra da scoprire e da conservare. Genoa: Provincia di Genova.

Calvaresi, C. (2015). Una strategia nazionale per le aree interne : diritti di cittadinanza e sviluppo locale. Territorio, n°74, pp.78-79.

Città metropolitana di Genova (2017). Piano Strategico della Città Metropolitana. Il primo passo per costruire insieme il territorio metropolitano (April 2017)

Magnaghi, A. (2015). La lunga marcia del ritorno al territorio. In G. Becattini, La coscienza dei luoghi. Il territorio come soggetto corale (pp. VII-XVI). Rome: Donzelli.

Vandelli, L. & De Donno, M. (2016). Évolutions de la décentralisation en France et en Italie: un regard comparé, Istituzioni del Federalismo, n°4, pp.867-883.


[1]     Directors : S. Gal, N. Kada, R. Lajarge, P.A. Landel.

[2]     Interview (february 2018) with Mr. M. Mantilero, inhabitant, B&B owner, president of a local tourist association.

[3]     Strategic Metropolitan Plan, April 2017, p.19.

[4]     Interview (december 2017) with Mrs. A. Garbarino, strategic and territorial planner at Città Metropolitana of Genoa.

[5]     Interview (february 2018) with Mr. M. Mantilero.

[6]     Interview (february 2018) with Mr. M. Mantilero.

[7]     Interview (mars 2018) with Mr. R. Meraviglia, Director of Santo Stefano d’Aveto ski resort.

[8]     Interview (february 2018) with Mr. M. Mantilero.

[9]     Interview (december 2017) with Mrs. A. Garbarino.

[10]     http://www.parcoantola.it/.

[11]     http://www.parcobeigua.it/.

[12]     Strategic Metropolitan Plan, April 2017.

[13]     Città Metropolitana di Genova, Agricoltura di montagna, la fatica contro il dissesto, https://www.youtube.com/watch?v=P5DWjx-0Qsg

[14]     Strategic Metropolitan Plan, April 2017, p.43.



 


Fortifying a castle in the French Alps between the XIIIe and the XVIe centuries

Loïc Benoit, Archéologue, Doctorant CIHAM UMR 5648

Construction’s methods during the medieval times have always been a central question for the medievalist archeologists and historians. But over the last few years, several new geographical areas have been discussed more deeply about these issues. One of them is the Haute-Savoie department which was barely studied (Baud, Schmitt, 2014 ; D’Agostino et alii, 2010-2012). This area, full of historical events, have a complex history and geographical context. Indeed, this mountainous land possesses some singularities which tend to change the manner of build households, churches or even castles.

The Haute-Savoie correspond to the former Geneva diocese, an ancient religious entity which was replaced in the late sixteenth century by the Annecy diocese because of the Protestant Reformation among others events (Blondel, 1956 ; Corbière, 2002 ; Duparc 1955). The Geneva diocese appears during the fourth century, probably at the end of it. It will grow to become one of the biggest diocese during the medieval period [Fig 1]. In fact, its territory reach at its peak Nyon (Switzerland) in the north, almost Nantua in the west, Aix-les-Bains and Ugine in the south and Chamonix in its eastern part (Lullin, Le Fort, 1866). Between the thirteenth and the sixteenth centuries, which correspond to the last part of the middle age, the Geneva diocese, is a religious entity. But at that time, this territory is divided between three major families namely the Counts, then Dukes, of Savoy, the lords of Faucigny and the Counts of Geneva. The three of them appear at the end of the reign of the Burgundy empire when this last became weak. They will gain lands and powers over the the Bourgogne legacy. But the many conflicts between those three families make the borders really unstable. Between 1268 and 1355 burst the « delphino-savoyard » conflict between the counts of Savoy and the Faucigny – Viennois family. In 1355 this last is defeated and the Faucigny territory became a Savoy possession (Corbière, 2002 ; Duparc, 1955). At the beginning of the fifteenth century, the Counts of Geneva are ruined by the so many wars and they sold their territories to the new Duke of Savoy Amédée VIII. Peace will settle until the sixteenth century. But the Protestant Reformation will lead to a war against the Berneses (inhabitant from Berne) then against the French the next century. At last, the Savoy will become a French possession during the nineteenth century.

Fig 1 : Former Geneva diocese. Map : L. Blondel, 1956. DR

I -Allinges-Neuf and Châtillon castles : A brief history.

This presentation of problematics related to the construction in mountain environment will rest on two concrete cases, namely the castles of Allinges-Neuf and Châtillon. Both are located on the territory between the Chablais and the Faucigny (corresponding to the south-east of Lake Geneva), a mountainous land shared by the Lords of Faucigny and the Counts of Savoy until 1355.

The site of Allinges has been known by the texts from the eleventh century (Blondel, 1956 ; Lullin, Le Fort, 1866). Its history quickly became a bit complicated since we shifted, during the XIIth century, from one castle linked to the lords of Faucigny (Château-Vieux), to the presence of two castles each belonging to a rival family : Château-Vieux for the Faucigny and Château-Neuf for the savoy (Benoit, 2014 ; D’Agostino et alii, 2010-2011). Both have been built on a rock at 800 meters of altitude. A period of conflicts began in 1268 between these two buildings separated only by a ditch of 150 meters and it lasted for approximately a century, until 1355. Because of its eventful history between the twelfth century and 1355, the site of Château-Neuf underwent many modifications of its fortifications [Fig 2]. Besides, the castle knew four major steps of construction, stages documented by medieval accounts as well as archeology (Benoit, 2014 ; D’Agostino et alii, 2010-2011). These phases emphasize the evolution of the site’s status, going from a residential fortress to a military building. This knowledge also makes it possible to document the evolution of regional defensive and building technics (Benoit, PhD on going). The second case is the castle of Châtillon. It is seated on a rocky hilltop at approximately 800m altitude, nearby the end of the Arve valley and in front of the Giffre valley (Benoit, Ceci, 2016 ; D’Agostino et alii, 2010-2012) [Fig 3]. It seems to be known by texts from the twelfth century and was one of the main residences of the Lords of Faucigny for two centuries at least. It had replaced the old castle of Faucigny which was less comfortable (Le Renard, 2011). The castle of Châtillon has hosted the wedding of Pierre II of Savoy and Agnès of Faucigny, both parents of Béatrice of Faucigny-Dauphiné, one of the main characters of the delphino-savoyard war (Lullin, Le Fort, 1866). The latter was also engaged to the Dauphin of Viennois in this castle during the thirteenth century. The castle position as a stronghold for the valley entrance and its town located at a major economic crossroads down the hill made it very important.

Fig 2 : Castle of Allinges-Neuf. Picture : L. Benoit
Fig 3 : Castle of Châtillon. Picture : L.Benoit

II – Building a castle in the Alps : pros and cons.

The aim is not to present a detailed archeological study or every step of construction of each sites but to question the different factors to consider during constructions or repairs of a fortified place. These are general reflections and a state of knowledge on these problematics. Thus, we will try to make a comparative reflection on the construction materials and their origins : Where does it come from ? What kind of material ? What about the workforce ? Which kind of jobs ?

Concerning the methodology there are three different approaches. The first one is to consult ancient texts which gives us information on the various restauration or construction works. These are called « chatellenie accounts ». Sometimes we can find information on the nature of the materials, their sources and their costs. Then we can cross-reference theses information with toponyms in order to try to locate supply locations. This involves the analysis of the old land registries with the chance to benefit for the Savoy territory of the oldest European cadasters (Sardinian map 1730). Finally, the field observations allow us to identify the building materials still visible and if we couple these observations to a geological map we can trace some paths of the material. We will see then that our two castles observe quite different patterns.

The basic postulate is the following : building a castle in a valley or on a plain is not even close from construction in a mountain environment. Now that we have state the obvious, we can ask ourselves why. Geographical constraints are obviously numerous whether it is for the material transport or for the construction itself. Architects and builders had to think differently, to adapt the local topography. They even had to adapt the construction because of the geology which is not the same in the mountain than in the valley (Baud, Schmitt 2014 ; Carrier, Corbière, 2005 ; Mesqui 1991).

During the Middle Age, three majors materials were used in the castle construction : wood, stone and iron (Poisson, Schwien, 2003). Each of these respond to a specific use even if some exceptions exists where some replace others. In the French alps the wood is mainly used for the different parts of the roof, some walls, the floors, the door leaves, drawbridges and removable defense structures such as palisades, wooden galleries or brattices which are small overhanging defensive structure in wood often placed before the entrance of a passage way (Poisson, Schwien, 2003). Stones are used for more massive structures such as curtain walls, keep, towers, barbican, and for architectonic parts : windows, doors, vault, fireplace, etc (D’Agostino et alii, 2010-2011, De Raemy, 2004). Finally, the iron serves almost exclusively as a fixation or as a reinforcement of wooden structures like door fitting or window bars. If these three types of material are the most common, each site does not have the same remains as we will see.

Very few archeological remains of wood are still in the castle of Allinges-Neuf. Remains of chestnut beams were found at Château Vieux, thus indicating the presence of this species in the construction but nothing more. In fact, we were not able to specific analysis on this because of the lack of data for this essence on our region. However, nothing was found on Château-Neuf yet. Old texts are hardly more loquacious concerning the provenances or the varieties of wood used with only one mention of a piece of wood bought in Lausanne. But, they tell us more about the use that is made of it. Also, most of the mentions are related to the castle’s roofs. Those are shake roof, a kind of roof made with wood shingle which are made of thin slats of wood. They are assembled by thousands then fixed on the frame with nails. This kind of roof is quite typical of mountain areas (Alps, Jura, Pyrénée). In the castle, the wood is also used for entire room constructions « camera or gardam robam » or the doors and windows. We also buy wood for construction scaffolding. For Allinges-Neuf, the stone using is better documented thanks to the still important remains but also thanks to the various field investigations carried out between 2010 and 2014. Five different kinds of stone were identified on the site : it is sandstone, gray limestone, granite, gneiss and shale. The proportions observed are as follows: 70% sandstone, 20% limestone, 5% granite, 5% gneiss and shale. Petrographic studies have been done to know the original provenance of these stones. Moreover, pedestrian surveys were conducted to locate possible quarries all around the castle. Six building stones quarries have been identified plus four quarries for grinding wheels [Fig 4]. From this come the following outcomes: the supply of stone for the construction of the castle is very predominantly local. The rocky hill on which the castle is built directly serves as a quarry for sandstone. Moreover, several size fronts have been observed for both uses : building stone quarry under the castles and millstones quarries between Allinges-Neuf and Allinges-Vieux. The gray limestone can be find at the bottom of the hill. The other types of rock can’t be find in nature all around the castle site. Are they imported ? they could have been, but their low presence rate on site does not allow to imagine a dedicated transport for such a small amount. Also, the most likely hypothesis is that they came from a turnover of the geological evolution of the landscape and that it is in fact pickup stones (Baud, Schmitt, 2014). With the proximity of the materials comes low transport costs and shortened delay for the construction. The sandstone has the advantage of going out by bed relatively regular which simplifies from the beginning the implementation. Also, we observe walls with good foundations although irregular.

Fig 4 : Potentials quarries for Allinges. Map : D’agostino. DR

The workforce is another main entrance in the construction problematic. We find mainly two trades namely carpenters and masons, but we also have some carrier, blacksmiths or simple workers. By consulting the texts, we realize that the workers came from a lot of different places and not only from the village beside the castle. Indeed, the latter is not really occupied by civilians outside wartime as stated in the charters. Among the labor-generating villages we can mention among others Allinges, Avonnay, Thonon, Evian, Morges, Boege or Villeneuve and moreover [Fig 5]. These workers came sometimes from afar and they probably housed on site the time of work. We can therefore ask ourselves the question of the itinerant work during the Middle Ages. This first quick chart already plans a mode of operation and construction in an alpine territory.

Fig 5 : Poles of workforce for Allinges. Map : L.Benoit

The castle of Châtillon being still under study, analyzes have not yet been pushed as much as for Allinges-Neuf. No evidence of wood remains have been find yet on the castle site. But the mentions in the old texts are numerous. The oak completely dominates the wooden construction, the other species being absent here. In the same way, several places of supply are known: the goytroussa forest, the Leyrons pasture, the Cheveriis pasture as well as at least 4 others. It is now difficult to locate them following the actual map, but work is underway on the subject which will allow us to refine the routing area. However, some of these sites appear to be around Taninges and St. Sigismund. The usefulness of the material remains the same as for the other castles and we find it in the shake roofs, in the doors, the walls, the floors or the paneling. At Allinges-Neuf the majority of building stones were taken from the site, here it is more nuanced. Two main materials have been observed: limestone and tuff. The proportions are as follows: 70% limestone, 20% tuff. Unfortunately, we could not do petrographic analyzes to determine the provenance of the stones. However, ancient texts fill this gap a little. Also, we learn that the sand, lime and tuff come from the river Giffre while the limestone comes from the hill of Châtillon and the valley of the Arve around Cluses. Although it is possible that the rocky hilltop on which the castle is built has been used as a quarry, but there is no longer any face in this area. If we look at these provenances as well as the local topography we quickly realize that the costs and transport times of building materials have been significant for this site. Also, in this case, the budget allocated to the transportation of materials in the accounts is more important than in Allinges. Another rather curious import is observed. Indeed, while there must have been a blacksmith on site or at least in the town of Cluses, we can see that nails are often imported from Geneva either at the other end of the current department of Haute-Savoie. We do not have an explanation for this phenomenon yet. Perhaps it is simply linked to an acquaintance or offer more attractive than local manufacturing.

The workforce scheme is quite similar to the previous one [Fig 6]. They came from many different places, but a particular example challenges us. A master digger who lived in Ayse, not too far from the castle is known to have been debauched from Burgundy. We have observed other similar cases in different sites and it seems the labor market and the craft market allow to dislodge masters craftsmen in other regions.

Poles of workforce for Châtillon. Map : L. Benoit

III – Conclusions and horizons.

At this stage of the research, several aspects appear. First of all, the well state of preservation and the amount of conserved remains make the site of Allinges one of the major witnesses of the castral implantation on the territory of Haute-Savoie. Thus, its study has made it possible to consolidate and to increase the archaeological and historical knowledge on fortifications and their evolutions in a given territory. The next study of the castle of Chatillon will also complete those data.

Concerning the construction problematics, two different trends seem to come off. The first one is to build with what we have on site. The second is more based on importing materials. Does this have to do with the quality of materials on site ? Possible if we take the example of the castle of Vincenne who has bought his timber at the other end of Europe. Another clue is the knowledge of the intrinsic qualities of the different types of materials. At Alby-sur-Chéran (Haute-Savoie), the accounts tell us that the masons use tuff for the architectural parts (windows, door, etc) and limestone for the rest of the masonry even if it costs twice as much to cut because it is harder. Finally, this is rarely the case in mountain environments, but fashion effects also have an impact on buildings. Regarding the workforce, it is rarely taken on the spot but comes from the whole region. Salaries are based on skills, not provenance. There is also a kind of legacy of the trade, the father’s markets regularly going to his son.

The problematics related to the construction of a castle in the mountains differ widely from the plain’s castles. There are questions of supply, types of materials used (pine and fir used in the plains but not in the mountains) but also the presence of nearby labor. The next compilations of data will allow a more in-depth analysis of these questions.

Bibliography sample :

BAUD Anne, SCHMITT Anne, Ressources, choix et mise en œuvre de la pierre dans l’architecture monumentale (ancien diocèse de Genève – XIIe-XVIe siècle), HDR, 2 vol., 2014.

BENOIT Loïc, Château-Neuf d’Allinges : Etude archéologique et historique, Mémoire de master, Université Lumière Lyon 2, 2vol., 2014.

BENOIT Loïc, CECI Liliana, Châtillon-sur-Cluses : Eglise : Mur gouttereau nord, RFO d’étude de bâti, UAPD, 2016.

BLONDEL Louis, Châteaux de l’ancien diocèse de Genève, Mémoires et Documents publiés par la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, Genève, 1956, rééd. 1978.

CARRIER Nicolas, CORBIERE (de la) Matthieu, Entre Genève et Mont-Blanc au XIVe siècle, Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 2005.

CORBIERE (de la) Matthieu, L’invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève, Annecy, Académie salésienne, 2002.

D’AGOSTINO Laurent (dir.), GUFFOND Christophe, CECI Liliana, CHAUVIN-DESFLEURS Évelyne, CHEVALIER Maud, avec la participation de LAIDEBEUR Jocelyn, VEISSIERE Olivier, BELMONT Alain, Les SITES CASTRAUX DE LA Haute-Savoie. RFO de prospection, 3vol. , SDAHS – Hadès, 2010-2012.

D’AGOSTINO Laurent (dir.), GUFFOND Christophe, CECI Liliana, CHAUVIN-DESFLEURS Évelyne, CHEVALIER Maud, avec la participation de LAIDEBEUR Jocelyn, VEISSIERE Olivier, BELMONT Alain, Les châteaux d’Allinges (Allinges, Haute-Savoie). RFO de fouille programmée, 2vol. , SDAHS – Hadès, 2010.

DUPARC Pierre, Le comté de Genève – IXe-XVe siècle, Mémoires et Documents publiés par la Société d’Histoire et d’Ar­chéologie de Genève, Genève, 1955.

LE RENARD Cynthia, Entre monts et vallées : quatre châteaux de la basse vallée de l’Arve, province de Faucigny, mémoire de Master I, sous la direction de Jean-Michel Poisson, CIHAM, Université Lumière Lyon 2, 2 vol., 2011.

LULLIN Paul, LE FORT Charles, Régeste genevois ou répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l’histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l’année 1312, Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 1866.

MESQUI Jean, Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, 1, Paris, Picard, 1991.

POISSON Jean-Michel (dir.), Le Château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècle). Actes du colloque de Lyon (avril 1988), Documents d’archéologie Française, n° 32, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1992.

POISSON Jean-Michel, SCHWIEN Jean-Jacques (dir.), Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2003.

De RAEMY Daniel, Châteaux, Donjons et grandes tours dans les États de Savoie (1230-1330). Un modèle : le château d’Yverdon, 2 vol., Lausanne, Association pour la restauration du château d’Yverdon-les-Bains, Cahier d’archéologie romande, 2004.

REPRÉSENTER UN ESPACE DE MONTAGNE AUX XVIE ET XVIIE SIÈCLES

Perrine Camus, Doctorante en histoire moderne, Laboratoire LARHRA

Les représentations des territoires de montagne sont un sujet bien étudié pour la fin de l’époque moderne et le début de l’époque contemporaine (Blanchard, 1958 ; Debarbieux & Rudaz, 2013 ; Reichler, 2002 ; Walter, 2004) notamment parce que l’art des paysages et la discipline cartographique ont trouvé leur pleine expansion à partir de l’époque des Lumières puis du romantisme. Cependant, les siècles précédents ne sont pas vierges de toute production iconographique donnant à voir le territoire. C’est pourquoi mes recherches visent à comprendre comment les territoires de montagne sont pensés et représentés visuellement entre la fin du xvie et le début du xviie siècle. Pour cela, les sources iconographiques qui concernent les espaces de montagne, et en particulier les Alpes occidentales, constituent la matière première appréhendée pour ces questionnements. Pour la période qui nous concerne, cela signifie qu’il peut aussi bien s’agir de plans, de dessins, de peintures, d’estampes, et le plus souvent de cartes. Pour chacun de ces types de représentations, les manuscrits et les travaux de première main sont favorisés, puisqu’ils permettent d’approcher au mieux les logiques de leur auteur. Il en est ainsi pour l’œuvre d’un ingénieur géographe, Jean de Beins (1577-1651), qui réalise à partir de 1604, un ensemble de plans, cartes et vues de villes de la province du Dauphiné – région alpine du sud-est de la France – à la demande du roi de France Henri IV. Celui-ci est alors en pleine phase de reconquête de son royaume. Dans ce contexte, faire réaliser des cartes l’aide à mieux prendre possession de l’étendue et des particularités des territoires sur lesquels il règne. Des entreprises de relevés cartographiques sont ainsi engagées dans les provinces qui sont alors les plus problématiques : en Picardie, en Provence, et notamment en Dauphiné.

Les questions qu’un tel sujet soulève concernent la façon dont on donne à voir un territoire de montagne au xvie et xviie siècles : quelles problématiques cela implique-t-il ? Comment le comprendre par l’étude des représentations cartographiques ? La présente communication vise à exposer les conclusions issues d’une étude de cas, mais surtout à faire l’état d’une recherche en cours.

Étudier le rapport des sociétés aux territoires de montagne à l’époque moderne par les représentations cartographiques

Qu’est-ce qu’une carte ? Chacun en a probablement une idée et pourrait répondre à cette question de façon plus ou moins développée. Pour la période qui nous concerne, il s’agit d’une représentation de l’espace qui produit une image du territoire impossible à voir à l’œil nu [voir fig.1]. Plusieurs raisons justifient de travailler à partir de tels documents. En effet, même si les cartes sont des objets très étudiés – d’abord par les géographes puis par les historiens – elles demeurent exploitables pour poser d’autres questions : de quelle façon les sociétés interagissent-elles avec l’espace ? Comment ces dernières se représentent-elles le territoire, le projettent-elles et lui construisent-elles une identité ? C’est ce que de récents travaux tels que ceux d’Étienne Bourdon (2011) ou d’Axelle Chassagnette (2018) ont mis en exergue.

Fig 1 : Jean de Beins, Le Baillage de Greysivaudan et Trieves, 1619, Paris, Bibliothèque nationale de France, DR

Les représentations cartographiques deviennent d’autant plus intéressantes quand on les aborde sous l’angle du concept de paysage, bien étudié par François Walter (2004), qui renvoie à une construction culturelle du territoire et qui implique donc une prise en compte des sensibilités (au sens le plus large du terme). D’une part, cela autorise à ne plus les envisager comme des objets qui permettent simplement d’évaluer les progrès du savoir, des sciences et des techniques. D’autre part, appréhender les représentations cartographiques par la notion de paysage s’avère également pertinent dans la mesure où ce sont deux notions qui se confondent à l’époque moderne, leur distinction étant, en réalité, une dichotomie contemporaine (Bourdon, 2009). En effet, bien qu’elles aient des statuts différents – la carte renvoie à un objet matériel alors que le paysage est un discours – elles possèdent néanmoins des valeurs communes. Toutes deux ont d’abord vocation à figurer l’espace ; ce sont par ailleurs des résultats d’opérations de synthèse qui impliquent d’effectuer des choix et des reconstructions ; enfin, elles donnent du sens à l’espace et ne sont, en ce sens, pas simplement des représentations du territoire. Elles sont aussi des représentations du rapport des sociétés à l’espace. Il est de cette façon possible de chercher différentes dimensions du territoire sélectionnées et retenues sur la carte. Les aspects politiques constituent une partie fondamentale de ce qu’elle présente. Dans la mesure où elle est souvent un objet produit à la demande d’une autorité, les frontières étatiques et administratives, tout comme les places fortes, sont des éléments qui disent l’appartenance politique des espaces représentés. Dans la continuité de cette logique, il existe également des aspects permettant de dire la pratique qui est faite de cet espace : routes, ponts, cols, sont souvent des composants inconditionnels de la carte. En faisant apparaître cours d’eau, montagnes, lacs ou encore espaces cultivés, la carte possède également une dimension environnementale. Enfin, on y retrouve certains lieux emblématiques, des sites remarquables qui permettent de dire la singularité d’un territoire et dotent en ce sens la carte d’une dimension symbolique qui participe de l’utilisation de celle-ci comme outil de construction des identités. A partir de cet exemple, on peut prendre la mesure d’un des avantages de l’utilisation de ces représentations : il n’existe pas encore de normes trop fixes qui régissent l’élaboration de cartes, tel que ce sera le cas à partir du xviiie siècle. L’orientation, l’échelle, les symboles utilisés sont autant de paramètres sur lesquels l’auteur peut influer. Ainsi, une représentation cartographique peut souvent permettre d’en apprendre bien plus que ce que le texte laisse à la compréhension d’un lecteur.

Il existe cependant quelques limites à l’emploi de ces documents. Souvent, il s’agit de regards émanant d’une catégorie bien particulière de la population, soit des individus masculins, militaires, et la plupart du temps travaillant pour une personnalité politique. Il est ainsi d’autant plus utile et nécessaire de les croiser avec d’autres types de sources iconographiques. Par ailleurs, l’hétérogénéité et la dispersion des manuscrits induisent souvent l’anonymat des auteurs, une absence d’information sur le contexte de production, le destinataire et l’intention que sert le document, qui rendent son analyse plus complexe.

Jeu des perspectives, jeu des échelles : le territoire du particulier au général

Quand on s’intéresse à la variété des modes de représentation choisis et utilisés par l’ingénieur géographe, on se rend rapidement compte des avantages qu’apportent des normes cartographiques souples. En effet, trois modes sont employés : le plan, qui concerne principalement les places-fortes et les villes ; la carte particulière avec vue à vol d’oiseau, qui s’applique pour une partie de la province (une vallée généralement) ; et la vue de ville, la plupart du temps choisie pour montrer un espace urbain. Cette division des modes de représentation correspond en fait aux préconisations en matière de dessin de forteresses que développent certains traités d’architecture militaire. Celui de Gabrio Busca – successivement ingénieur du duc de Savoie, architecte royal et ducal de l’État de Milan – en est un bon exemple. Dans son traité, Della espugnazione e difesa delle fortezze publié en 1601 à Turin, on trouve l’explication suivante :

« Sarà dunque il disegno, un’ ordinato, & regolato concetto dell’animo, & una Iddea rappresentata con linee, & angoli. Questa Iddea in tre parti consiste. La prima dicesi pianta, o radice. La seconda elevatione, o alzato. La terza profilo, come a dire in piano in faccio, & da lati »

Les trois modes de représentations présentés correspondent sensiblement à ceux utilisés dans l’œuvre de Jean de Beins. Si un dessin est généralement construit selon un seul mode de représentation, il peut néanmoins combiner deux d’entre eux, voire les trois en une seule et même image. Ainsi en est-il pour le Plan de la Ville de Grenoble, qui joint plan et vue de ville, ou encore pour le Plan topographique des Ville et citadelle de Bourg en Bresse, qui mélange quant à lui plan et vue à vol d’oiseau. L’intérêt de fusionner différents types de représentation est d’exprimer au mieux le propos véhiculé par l’image. Pour Grenoble par exemple, il s’agit à la fois de donner à voir la constitution défensive de la ville dotée de nouveaux remparts en ayant recours à une vue en plan, tout en montrant qu’elle se situe au pied d’une montagne, élément qui contribue à sa défense en la définissant en même temps comme une ville alpine. Grâce à ce jeu des perspectives et des échelles, Jean de Beins réalise quelques années plus tard, en 1617, l’image la plus globalisante d’un territoire qu’il ait réalisé : la Carte generalle de Dauphiné [fig. 2]. Ainsi, à l’issue de ces années de relevés, le résultat obtenu correspond à une mise en visibilité du territoire sous tous ses aspects, à la fois dans sa cohérence d’ensemble ainsi que dans ses détails et ses particularités.

Fig 2 :Jean de Beins, Carte generalle de Dauphiné, 1617, Paris, Bibliothèque nationale de France, DR

Une œuvre de son temps ? Cartes et autres dessins de part et d’autre des Alpes

Cette étude de cas invite à étudier d’autres dessins réalisés à la même époque. On isole en effet généralement ce corpus de cartes en raison de la rareté des ensembles de ce genre qui permettent de voir un territoire, avec un nombre important de dessins et de précisions. Mais il s’insère en réalité dans une dynamique plus large. D’autres relevés sont en effet conçus à la même époque en France. Le travail effectué sous la direction de Jean de Beins s’inscrit donc dans un processus de représentation réalisé à échelle nationale : la commande royale de laquelle résulte l’ensemble cartographique de Jean de Beins a également conduit à la production d’ensembles de cartes pour les provinces de Picardie et de Provence notamment. Bien que ces régions ne soient pas des territoires de montagne, elles restent des cartes intéressantes puisqu’elles permettent de discerner les choix qui relèvent de réflexes communs aux géographes de l’époque, de ceux qui relèvent de stratégies déployées en fonction d’un espace de montagne. Au sein du recueil dans lequel l’œuvre de Jean de Beins est contenue, le point commun entre toutes les régions représentées est l’alternance entre une représentation qui donne une vue générale d’un lieu et une représentation à plus grande échelle.

Par ailleurs, certains éléments présents dans l’œuvre de Jean de Beins existent dans des dessins réalisés par des ingénieurs de la même époque, notamment piémontais. Un plan datant de 1561 de Pignerol, place-forte alpine se trouvant en Piémont, offre une comparaison intéressante. Un peu antérieur à la majorité des autres cartes prises en compte dans cette étude, il est toutefois intéressant de le mettre en regard des représentions issues de l’œuvre de Jean de Beins en ce qui concerne la représentation du relief et la figuration de l’environnement de montagne au sein duquel la place-forte est bâtie. Les dessins de forteresses esquissés plus rapidement peuvent également donner quelques indications sur la sensibilité que les ingénieurs et géographes peuvent avoir au terrain. C’est le cas sur le dessin de la forteresse de Monmorone, où l’auteur fait par exemple des distinctions sur les différentes qualités du rocher sur lequel la place-forte est bâtie [fig.3]. Cela se traduit par une distinction des endroits où l’on peut se permettre de gravir sans échelle par exemple. Des dessins, paraissant un peu plus fantasques au premier abord, peuvent offrir une reconstruction du territoire intéressante à étudier [fig.4]. Une représentation anonyme du Vercors contient en effet beaucoup de distorsions et présente une orientation difficile à définir. Or, elle propose une image des plateaux du Vercors beaucoup plus développée que les localités présentes en fond de vallée, ainsi que certains lieux qui ont vocation à être emblématiques plutôt que des points de repère pratiques. Une logique consistant à montrer le « haut » plutôt que le « bas », peu commune pour les représentations des territoires de montagne du xvie siècle. Ce ne sont que quelques exemples de dessins que l’on peut mobiliser pour tenter de comprendre les similitudes ou différences des techniques, des choix et des préoccupations des contemporains (la plupart du temps ingénieurs et architectes en Piémont, au service du duc de Savoie) de Jean de Beins outre-mont.

fig. 3 : Anonyme, Plan du fort de Monmorone, v.1592, Turin, Archivio di Stato, DR
Anonyme, Carte du Dauphiné et d’une partie de la Savoie, v. 1580-1582, Turin, Archivio di Stato, DR

Conclusion

Grâce à ces différents exemples, on perçoit la diversité des images qui peuvent permettre de comprendre comment les sociétés se représentaient et construisaient leurs espaces de vie. S’intéresser à la représentation des territoires de montagne par l’étude d’une œuvre cartographique comme celle-ci permet plusieurs résultats. D’abord, elle donne la possibilité de cerner les logiques de l’auteur à travers l’analyse d’un ensemble suffisamment important s’apparentant à un programme et permettant de voir les nuances et la complexité de pensée. C’est un prisme pour analyser une relation complexe au territoire, entre considérations pratiques et symboliques. Au-delà, elle permet de tenter de cerner, non seulement les évolutions des territoires de montagne, mais aussi les évolutions des regards portés aux territoires de montagne qui ouvre ainsi à d’autres moyens de comprendre la relation des sociétés à ces territoires.

Bibliographie

Blanchard Raoul, Les Alpes et leur destin, Fayard., Paris, 1958, 282 p.

Bourdon Étienne, Le voyage et la découverte des Alpes. Histoire de la construction d’un savoir (1492 – 1713), Paris, PUPS, 2011, 639 p.

Bourdon Étienne, « Représenter les Alpes à la Renaissance : le paysage dans la carte, la carte dans le paysage », in Voyages et représentations réciproques, 2009, p. 189‑197.

Chassagnette Axelle, Savoir géographique et cartographie dans l’espace germanique protestant (1520-1620), Geneve, Droz, 2018, 620 p.

Debarbieux Bernard et Rudaz Gilles, Les faiseurs de montagne : imaginaires politiques et territorialités (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, CNRS Editions, 2010, 373 p.

Reichler Claude, La découverte des Alpes et la question du paysage, Chêne-Bourg [Suisse] ; Paris, Georg, 2002, 256 p. Walter François, Les figures paysagères de la nation : territoire et paysage en Europe (16e-20e siècle), Paris, EHESS, 2004, 521 p.

L’émergence du Fauteuil Tout Terrain en France entre bricolages et innovations : le rôle des pionniers de l’activité

Nathalie Le Roux, Maitre de conférences, Santesih, EA 4614

André Galy, PAST, Chercheur associé Santesih, EA 4614

Eric Perera, Maitre de conférences, Santesih, EA 4614

Résumé 

Le mouvement handisport connaît depuis les années 1980, une diversification de ses pratiques avec l’arrivée progressive des activités physiques de pleine nature (Marcellini et Villoing, 2014). L’accès aux espaces naturels (montagneux, maritimes, aériens) est devenu possible grâce aux progrès technologiques, et à une aspiration plus grande des personnes handicapées à accéder à des espaces réputés inaccessibles. La pratique du fauteuil tout terrain (FTT), apparue en France en 1991, est un exemple d‘activités nées de l’initiative de passionnés qui, après un accident, bricolent « au fond de leur garage » du matériel sportif afin de retrouver les sensations d’une pratique antérieure. A l’image de ce qui a été observé pour le ski « assis » (Le Roux, Haye et Perera 2014), la pratique du FTT est ainsi d’abord restreinte à quelques personnes accidentées devenues tétra ou paraplégiques. L’objet de ce travail est d’interroger l’activité créatrice et de bricolage des pionniers et leur capacité à développer, grâce à leurs réseaux associatifs, politiques et économiques, des innovations de type ascendante (Hillairet, 2012). Pour cela des entretiens de type « histoire de vie » (n= 4) avec les premiers pratiquants de FTT en France ont été réalisés entre janvier et mai 2014.

Introduction

Le mouvement sportif français des personnes handicapées physiques (Handisport) connait depuis les années 1980 de profondes transformations d’un point de vue organisationnel et culturel. Initié en 1954 par la création de l’Association Sportive des Mutilés de France (ASMF) dans une logique de rééducation fonctionnelle et de réadaptation sociale, ce mouvement va progressivement glisser vers un modèle compétitif lui permettant de se rapprocher du système sportif (Ruffié et Ferez 2013). Pourtant, depuis les années 1980, la Fédération Française Handisport (FFH, créée en 1997), s’emploie à intégrer de nouvelles activités physiques, de pleine nature, qui témoignent des nouvelles aspirations des personnes handicapées dans le domaine des loisirs. En 2008, « plus de 40% des licenciés, près de 500 clubs impliqués, et 200 manifestations annuelles, sont tournés vers les sports de nature » (HM, n°132, 2008 : 43). Ces activités de pleine nature, qui trouvent là un élan réaffirmé au sein de la FFH, ont été parmi les premières investies par les acteurs à l’origine de l’ASMF (Ferez et al. 2013). En effet, les personnages clés de l’association fondatrice, Philippe Berthe ou Pierre Volait[1], étaient des skieurs « debouts »[2], et ont fait du ski l’une des pratiques phares du mouvement aux côtés du basket-ball en fauteuil roulant, de la natation, de l’athlétisme ou du tennis de table. Aujourd’hui, avec l’expansion des sports « fun » (Loret 1995), de nouvelles pratiques adaptées voient le jour (ski-assis, voile, canoë-kayak, surf). Ces activités sont développées au sein de centres de rééducation, comme le kayak au centre de Kerpape en Bretagne ou le ski assis au centre de Saint-Hilaire du Touvet à Grenoble, ou sont nées d’initiatives individuelles comme le surf ou le fauteuil tout terrain (FTT). Elles attirent de plus en plus de licenciés. Selon les propos de Cédric Garreau, actuel Directeur Technique National à la FFH, chargé des sports de nature, en plus des 5000 licenciés annuels pour les sports de pleine nature, soit environ un tiers du nombre des licenciés de la FFH (17 025 en 2012), « les APPN représentent 80% des licences temporaires de l’année » (Marcellini et Villoing 2014, 135).

Un premier travail (Le Roux, Haye et Perera, 2014) sur les origines du ski assis, avait mis en évidence la créativité du monde handisport quand il s’agit de « bricoler » du matériel pour permettre l’accès à la pratique de nouvelles catégories de pratiquants. Ainsi, dans le cas du « ski assis » un engin comme le Kartski[3], appelé à l’origine bi-ski[4], prévu à l’origine pour les personnes double amputées mais ayant usage de leurs membres supérieurs, a dû être adapté pour permettre la pratique de personnes ayant des lésions plus hautes (paraplégie, tétraplégie). L’adaptation de ces équipements fut bien souvent le fruit du travail de passionnés bricoleurs, comme Henri Sahuquet[5] dans la région Languedoc Roussillon, se définissant lui-même comme un « Mac Gyver » (Le Roux et. al, 2014 : 115), capables de trouver des solutions au cas par cas, en fonction des déficiences et des capacités des pratiquants, en passant des soirées « à souder et ressouder » les équipements. Ces adaptations bricolées le sont également en fonction des caractéristiques des remontées mécaniques, du lâcher de perche notamment, à l’origine de plusieurs accidents. Sahuquet est par exemple, l’inventeur d’un système de largage avec un tuyau de compresseur qui sera exploité plus tard par Tessier[6].

C’est ce regard porté sur les « bricoleurs » que nous avons souhaité prolonger par l’étude de l’émergence du Fauteuil Tout Terrain (FTT) en France. Apparue en 1991, elle est en effet un exemple de pratiques nées de l’initiative de passionnés qui, après un accident, bricolent « au fond de leur garage »  du matériel sportif afin de retrouver une « pratique d’avant ». Il s’agit donc de se concentrer sur l’activité créatrice de ces pionniers et par conséquent sur la genèse des innovations de type ascendantes (Hillairet, 2012). Il s’agit de saisir comment cette activité créatrice est susceptible d’aboutir à une innovation reprise par des industriels et permettant une participation plus importante. Nous montrerons notamment que c’est également l’inscription des acteurs au sein de réseaux associatif, montagnards, politique et économiques qui sera indispensable à la transformation de la « bricole » en innovation.

Eléments de méthodologie

Nous avons ainsi cherché à mettre au jour l’émergence de la pratique du FTT en France à partir d’entretiens réalisés avec les pionniers de l’activité que sont Jean François Porret (JFP) et Gilles Bouchet (GB), premiers pratiquants de FTT en France.  Nous avons également rencontré Gilbert Marmey (GB), ingénieur mécanique, l’un des premiers à concevoir un FTT électrique en France, et Vincent Bourry (VB) un pratiquant régulier du FTT qui s’implique avec Gilbert Marmey dans le projet innovant d’un FTT électrique. Il a été demandé à ces pionniers de retracer leur histoire personnelle et plus particulièrement la période concernant leur pratique du FTT. Il s’agit, ici, d’effectuer un travail exploratoire de l’histoire du FTT en France à partir de discours « venant d’en bas » (Ferrarotti 1983). Ces entretiens de type « histoire de vie »[7] favorisent ainsi l’émergence d’une « micro-histoire » (Revel 1996) grâce à l’analyse de l’expérience des individus à travers les traces, les discours voire les indices que les acteurs ont laissés. L’analyse proposée ici est centrée sur la question du bricolage pratiqué par ces pionniers. Pour compléter nos données nous avons consulté les revues Handisport Magazine et Handisport Le Mag de 1990 à 2015, en mettant à jour les étapes de l’émergence du FTT en rapport avec le mouvement fédéral handisport.

L’arrivée du FTT en France : « retrouver sa pratique d’avant »

Le FTT apparaît en France à l’été 1990 lorsque Jean-François Porret, atteint d’une tétraplégie, revient des Etats Unis avec un fauteuil « Cobra » afin de pratiquer de la randonnée sportive en montagne. A l’origine, ce fauteuil est conçu par l’américain John Castellano, diplômé du MIT et ingénieur à la NASA, à la fin des années 1980. John Castellano s’est inspiré de la technologie du « mountain bike » et des fauteuils d’athlétisme afin de développer un engin permettant de « combler les limitations (fonctionnelles)  des traditionnels fauteuils (roulant) de ville » (HM n°99, 1999 : 40). Porret était alors ingénieur informatique à Hewlett Packard et travaillait aux Etats-Unis. Passionné de sport de montagne, il est victime d’un accident de parapente en 1989. C’est au cours de son séjour en centre de soins qu’il rencontre Castellano venu faire la démonstration de son nouveau fauteuil.  A son retour en France, un an après son accident, grâce au Cobra offert par ses « copains », il devient le premier pratiquant de FTT en France. Il tentera d’adapter son Cobra en le bricolant afin d’obtenir plus de confort ou d’efficacité sans toujours rencontrer le succès : « Avec un gars ici j’avais essayé de faire des modifications… On voit les restes. J’avais essayé de … pour avoir moins de secousses. De mettre une suspension ici, une articulation suspendue… Il fallait trouver mais on y est pas arrivé ».

Mais le souhait de Porret est de voir se développer la randonnée sportive en FTT en France, qu’il est, pour l’instant, le seul « alien » à pratiquer dans un espace réputé inaccessible aux personnes handicapées. Porret explique vouloir promouvoir une alternative à la logique « compétitive » du FTT qui s’est développée jusqu’alors aux Etats-Unis. Porret propose une « activité plus ludique (…) tournée vers la randonnée sportive et la recherche de l’autonomie en pleine nature » (id.: 41). Il souhaite rapidement revenir à une autre forme de pratique qui se rapproche davantage du trekking : il organise ainsi plusieurs expéditions : en 1991 au nord de l’Espagne dans la Sierra de Guarra, en 1992 dans le massif du Toubkal au Maroc, et même au Tibet en 1993 où, il reste bivouaquer pendant une dizaine de jours dans un camp de base situé à 4400 mètres d’altitude. Le matériel de camping est quant à lui bricolé et adapté de manière à permettre des expéditions (double tente pour lutter contre le vent, matelas pneumatique pour éviter les escarres, combinaison en duvet contre le froid). Ce matériel est testé lors des précédentes expéditions. Il repart depuis quasiment chaque année. Ces « expéditions » représentent véritablement sa vie « d’avant », et constituent ainsi une ultime étape vers une normalité retrouvée.

La Rencontre avec Gilles Bouchet : vers l’innovation matérielle

Bouchet est un « montagnard », atteint d’une paraplégie en 1991 trois ans après Porret à la suite d’un  accident en hélicoptère au sommet du Mont-blanc. Il est alors Directeur adjoint de l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA) depuis 20 ans, et également accompagnateur de moyenne montagne. Passionné de randonnée et de VTT, Gilles Bouchet rencontre, durant sa rééducation, Jean-François Porret et son Cobra qui lui font réaliser « que tout n’est pas foutu », qu’ « il y a encore des choses à faire » et aussi qu’il va « pouvoir fréquenter la montagne, mais autrement ».

Gilles Bouchet se trouve au carrefour d’un réseau de connaissances au sein du milieu sportif et politique, qui lui permettront d’insuffler un nouvel élan au FTT en France. Avec un ami, Bernard Laviolette, conseiller technique départemental dans le département du Rhône, et également spécialiste de l’optimisation du matériel, ils travaillent sur la conception et la fabrication d’équipements sportifs adaptés au handicap moteur pour la montagne. Ils créent et fabriquent, dans un premier temps, une luge de ski de fond « avec des bouts de tube à souder ». Le matériel est ensuite testé, avec « parfois des échecs », sur les sommets de Tignes. Dans la continuité du travail effectué sur la luge, Bouchet et Laviolette s’intéressent au FTT, d’autant que la production du Cobra de Castellano s’arrête en 1995. La question de la fabrication du matériel adapté aux activités de montagne, que ce soit pour le ski assis ou le FTT, est une problématique importante que Bouchet cherche à solutionner. Bernard Laviolette, mobilise l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (INSA), plus précisément des étudiants-ingénieurs ayant le statut de sportif de haut-niveau. Gilles Bouchet se rapproche quant à lui de la section « génie mécanique » de l’IUT d’Annecy, pour concevoir un FTT.

On sort du bricolage « au fond d’une cave, d’un garage » pour développer du matériel plus sophistiqué dans « un atelier d’apprentissage du Lycée Boisard à Vaulx-en-Velin »[8]. Ils créent le « Dahu »[9] inspiré du « Cobra » de Castellano. « On l’a appelé le Dahu parce son nom symbolise « le bancal » (…) à la fois avec la pente, et à la fois avec le Handi. Et puis c’est un animal mythique, aux longueurs de pattes inégales, et que l’on ne voit jamais ». Le Dahu est plus robuste et plus grand que le Cobra. Outre la question de la fabrication, le coût du matériel est également un obstacle à prendre en compte. Le Dahu doit être moins onéreux et donc plus accessible que le Cobra. L’idée étant de fabriquer un FTT « plus facile à faire avec du matériel de vélo standardisé (…) des pièces plus faciles à changer, des soudures plus robustes (…) » (GB). Ils cherchent à développer une filière de production de FTT en France pour répondre à l’absence criante de matériel mais aussi aux problèmes de coût et pour tenter d’assurer une pérennité de production. Ils se mettent en relation avec une entreprise de Chambéry, spécialisée dans le métal « qui tordait des tubes » (GB). Ce choix, d’une entreprise non spécialisée dans le matériel sportif pour personne handicapées est présenté comme stratégique « en gros l’activité handi c’est 10 % de son chiffre d’affaire, de sa boite serrurerie, métallerie et tubes. Ça aussi moi dans l’analyse stratégique je me suis dit 10 % de FTT, ça veut dire en gros que la boite elle vit sur autre chose, il y a de la pérennité pour le service après-vente quoi » (GB).  Ils déposent même un brevet à l’INPI[10] qu’ils cèdent peu après à la société Protéor[11] à Lyon «

Vers une plus grande autonomie des pratiquants ? Le FTT électrique

L’idée du FTT électrique germe lors d’une expédition dans la cordière des Andes au Chili, en 2005. Après un an de préparation, douze personnes dont trois en fauteuils (une tonne de matériel et un médecin), prennent le départ de Grenoble pour atteindre le sommet de l’Altiplano (altitude moyenne de 3300 mètres) couplant durant le séjour FTT et parapente. Parmi eux, Gilbert Marmey, président de l’association « Free Mousse » (impliqué dans l’organisation en tant que valide) et ingénieur à l’IUT de Grenoble. Celui-ci imagine un moyen de palier à l’ascension éprouvante des personnes en fauteuils jusqu’au sommet de l’Altiplano par l’électrique. L’évolution du FTT vers l’électrique, consiste à rendre le plus autonome possible la personne handicapée lors de la progression jusqu’au sommet. Dès 2006, Marmey cherche à placer des moteurs électriques sur les FTT qu’il développe avec des amis en fauteuil ayant participé à l’expédition au Chili. D’un côté, il lance avec Jean-Marc Fonvieille (paraplégique) le projet « Coccinnelle » qui engage des fonds personnels pour une pré-série de douze Fauteuils électriques tout terrain. Ils créent ainsi l’association Coccinnelle-Handi qui développe le premier FTT à quatre roues motrices et à propulsion électrique. La Coccinelle évolue en fonction des avancées techniques du cycle car sa technologie repose sur une base de deux VTT suspendus. Avec Vincent Bourry, passionné de sport de montagne, et ingénieur de formation, qui a « très envie d’avoir un engin motorisé » (G.M.), ils réalisent une petite production d’un engin appelé le « Baroudou » (qui signifie char à foin dans le Trièdes). Ce prototype connaît un succès moindre que la Coccinelle. Comme pour l’apparition du FTT « classique », les pionniers bricolent leur engin pour faire évoluer les roues, les moteurs ainsi que les batteries, et investissent pour cela leurs fonds propres.

A cette période, plusieurs prototypes voient le jour. On trouve, par exemple, le Boma qui est le premier modèle de FTT à propulsion électrique industrialisé par la société Molten Rock et qui sera importé en France par Marconnet Technologie dès 2008. La Coccinelle et le Boma, sont ainsi les premiers engins motorisés permettant de descendre les chemins montagneux mais surtout de les remonter sans assistance. D’autres modèles viendront ensuite compléter la gamme des modèles fauteuils électriques tout terrain : « Mobile Dream » ou le « Buggy-bike » fabriqué et commercialisé par l’entreprise Chaland-Palmieri située en Savoie et le « Quadrix » par l’entreprise Mont Blanc Mobility en Haute Savoie.

On passe donc d’une période de « bricolage » à une période d’industrialisation où les concepteurs entrent en concurrence dans le but de fabriquer un engin commercialisable, sur un marché de niche. Au regret des pionniers du FTT électrique, cette phase d’industrialisation aurait un effet contre-productif. Elle génère de la concurrence entre les fabricants qui ne collaborent plus, freinant la production d’engin « sûr », « fiable » et au « prix juste ». « Après c’est devenu commercial. C’est compliqué quoi. Et après… C’était Protéor et puis il y a eu une autre boite dans le Lyonnais. Ils se sont tirés la bourre et ils se sont neutralisés, finalement il y avait plus rien qui se faisait » (GB).

Avec le FTT électrique, « on change de paradigme » selon Vincent Bourry : « A travers la motorisation et l’assistance, c’est l’autonomie complète ». Les pionniers du FTT comme Porret et Bouchet, en font l’acquisition. Ces engins permettent de se libérer de la dépendance avec les valides, voire de rivaliser avec eux : « Les VTT ont même du mal à suivre » (GM). Cependant, selon les pionniers, le FTT électrique ne peut pas poursuivre les mêmes finalités que pour le FTT « classique ». La logique sportive du FTT n’est pas la « performance » mais la « balade avec la famille et les copains » (VB). Selon Gilles Bouchet, le FTT électrique n’est pas, non plus, adapté aux expéditions. D’abord pour des raisons techniques : « Il est plus lourd, moins fiable (…) l’avantage du Cobra est qu’il y a la mule, on peut se débrouiller des soucis de matériel (…) On peut bricoler le Cobra alors que l’électrique, quand on est en panne, on reste bloqué. » (GB). Avec cette évolution, la logique familiale est davantage mise en avant que celle développée par le FTT classique. Ainsi, l’autonomie qu’offre le FTT électrique transforme la pratique du FTT et ouvre de nouvelles manières de continuer à pratiquer la montagne. Cette autonomie reste toutefois relative puisque l’engin est très lourd, « ne rentre pas dans la maison » (VB), et les chemins de randonnée même s’ils sont nombreux en France à être entretenus et avoir été pensé avec « le gabarit de 500 moutons qui croisent 300 moutons […] ou le passage d’un âne bâté »  (VB) sont encore loin d’être suffisamment accessibles. Beaucoup de travail a en conséquence été réalisé pour penser un fauteuil qui passe le gabarit des chemins et les portes des maisons : « On s’est fait chier ! Et donc on est parti sur 90 et en fait 90 ça passe à peu près partout […] On est parti là-dessus puis après il faut dire que l’on s’est plantés… J’ai réalisé qu’à 1 cm près on pouvait rentrer dans les maisons ! Parce que l’encadrement des portes d’entrée des maisons c’est 90. C’est la norme des maisons… Donc on a fait 89… On a ramené à 89, t’imagine c’est un peu encombrant quand tu fais FTT mais n’empêche que tu peux rentrer. S’il pleut si tu veux rentrer dans ta maison que tu veux passer sur un autre fauteuil… » (VB).

Conclusion

La pratique du FTT s’est développée en France hors du système fédéral, au travers de « passionnés », qui souhaitent prendre leur distance avec « la logique APF, la logique handisport compétitif, structurée » et revendiquent « la pratique plus libre, familiale, avec les copains » qui permet de « fusionner avec la nature ». Opposés au modèle compétitif, ils promeuvent l’empathie avec l’environnement. Dans ce contexte, alors que Jean-François Porret s’attache à cartographier l’ensemble des « spots » permettant la pratique du FTT, Gilles Bouchet lui, en partant du Cobra de Porret et grâce à son réseau, a pris en charge l’aspect matériel et l’encadrement. Associant leurs deux compétences, ils cherchent ainsi à promouvoir une pratique tournée vers la montagne, et l’organisation d’expéditions, mais aussi, plus tard, vers une pratique de type familiale via le développement du FTT électrique. Cette activité va se développer grâce à la collaboration entre ces « passionnés », ces « bricoleurs » et des acteurs fédéraux et politiques locaux, puis avec des industriels. L’innovation technologique associée aux interventions fédérales et politiques va participer à la quête de démocratisation du FTT en France. Tandis que la FFH commence à inclure les sports de nature, dont le FTT, dans ses pratiques de loisirs, des entreprises et des industries, de cycles par exemple, réfléchissent particulièrement à développer des « engins tout-terrains ». Depuis peu, le FTT « électrique » vient compléter la gamme de FTT « manuels » apportant ainsi une nouvelle conception de l’autonomie. Au final, l’industrialisation amorcée à la fin des années 1990, semble, du point de vue des pionniers du moins, avoir cassé la dynamique de la « bricole » et permet de questionner autrement l’autonomie des pratiquants de FTT électrique. Avec moins de possibilité d’adapter le matériel, ces pratiquants, plus nombreux, deviennent pour autant plus dépendants des industriels et de leurs réseaux de distribution. Ainsi nos pionniers bricoleurs ont participé à créer des innovations ascendantes en imaginant des solutions nouvelles par tâtonnement, organisation de tests grandeur nature, essais-erreurs (Musso et al., 2005) par leurs usages et leur inventivité. Le FTT électrique et son industrialisation, semble réduire la capacité à intervenir sur la matière et par là même peut être l’autonomie réelle des pratiquants nouveaux. Comme Crawford (2010) se plait à le rappeler : le gout du travail bien fait et en relation avec la matière du travailleur manuel (et du bricoleur) développe non seulement ses capacités à penser de manière abstraite mais aussi à se libérer des contingences commerciales. La dimension libératrice du bricolage perdue, peut-on s’attendre à ce que les nouveaux pratiquants soient réellement autonomes ?

Bibliographie
  • Crawford, B. M. (2010). L’éloge du carburateur : essai sur le sens et la valeur du travail. Paris : La découverte/Poche.
  • Ferrarotti, F. (1983). Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales. Paris : Librairie des Méridiens.
  • Ferez, S. et Ruffié, S. (2013). Corps, sport, handicap : L’institutionnalisation du             mouvement handisport (1954-2008). Paris : Téraèdre.
  • Hillairet, D. (2012). Créativité et inventivité des utilisateurs-pionniers. Le cas de la communauté des kitesurfers. Revue française de gestion, 4/2012 (N° 223), 91-104.
  • Le Roux, N. Haye, L. et Perera, E. (2014). Les innovations pour le ski handisport et l’accès à la pratique, in Corps, sport, handicaps. Tome 2. Le mouvement handisport au XXIème siècle. Lectures sociologiques. Edited by Marcellini, A. et Villoing, G. (dir.), 141-151. Paris : Téraèdre.
  • Loret, A. (1995). Génération glisse : dans l’eau, l’air, la neige: la révolution du sports des ‘ années fun ’. Paris : Autrement.
  • Marcellini, A. et Villoing, G. (dir.) (2014). Corps, sport, handicaps. Tome 2. Le   mouvement handisport au XXIème siècle. Lectures sociologiques. Paris : Téraèdre.
  • Musso P., Ponthou L., Seuillet E. (2005). Fabriquer le futur : l’imaginaire au service de l’innovation, Paris : Village Mondial.
  • Revel, J. (dir.) (1996). Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris : Gallimard et Le Seuil, coll. Hautes Études.
  • Ruffié, S. et Perera, E. (2013). De l’ASMF à la FSHPF (1963-1967). Des amicales au regroupement fédéral, in Corps, sport, handicaps. L’institutionnalisation du mouvement handisport (1954-2008). Edited by Ruffié, S. et Ferez, S. Paris : Téraèdre

[1] Philippe Berthe a été président de l’Amicale sportive des mutilés de France (ASMF) créée en mai 1954, puis président de la Fédération sportive des handicapés physiques de France (FSHPF) le 10 août 1963 (date de sa reconnaissance officielle) ; Pierre Volait lui succédera en novembre 1966 ‘à la tête de la FSHPF (Ruffié et Perera 2013, 63).

[2] La pratique « debout », possible dans certains cas d’amputation de membres inférieurs, est en opposition au ski « assis », pratique inventée pour des personnes paraplégiques et/ou tétraplégiques.

[3] Introduit en France en 1985 par Marie Claude Pellissier, kinésithérapeute au centre  de l’Association des Paralysés de France (APF) du Chevalon de Voreppe (Isère)

[4] Dans les années 1980 deux modèles existent : le « Dupont » et le « Poirier » noms des deux fabriquants

[5] Amputé fémoral à la suite d’un accident du travail, il se rapproche du club handisport de Béziers pour poursuivre sa pratique du ski.

[6] Concepteur et fabricant de matériel de ski pour personnes handicapées installé en Savoie depuis 1987 et ayant créé son entreprise artisanale en 1995.

[7] Les discours produits lors des entretiens sont signalés dans le corps de l’article entre guillemets et en italique.

[8] Il s’agit d’un lycée professionnel qui lui permet de fabriquer et de pérenniser du matériel accessible sans rentrer dans une logique commerciale (dépôt de brevets).

[9] Le Dahu fait 25 kilogrammes (140 cm x 85cm x 70 cm) contre 20 kilogrammes pour le Cobra (125 cm x 75 cm x 90 cm).

[10] Enveloppe Soleau qui identifie les auteurs d’une création, INPI.

[11] Entreprise Lyonnaise, née en 1913, spécialiste de prothèses.