Comment Construire un écosystème d’incubateurs performant dans l’espace alpin ? La puissance des réseaux

Par Kirsten Koop et Jean-Baptiste Grison

Une délégation du LabEx ITEM a été présente à Constance, le 28 mars 2019, au sein du premier groupe de travail (action group 1) de la stratégie européenne de recherche sur l’arc alpin. (EUSALP).

Crédit photo : Jean-Baptiste Brison
Photo prise à l’Université de Constance (Allemagne)- Mars 2019.

L’objectif de ce groupe de recherche est :

  • d’accroître les collaborations entre acteurs de l’espace alpin (chercheurs et autres acteurs) ;
  • de renforcer le réseau de recherche dans le cadre de la stratégie macro-régionale alpine.

Questions à l’ordre du jour :

  • Comment s’organise la collaboration entre les pays ?
  • Quels sont les mécanismes et outils de collaboration ?

Après une introduction de Anna Giorgi (professeur à l’Unimont, antenne de l’université de Milan au nord de la Lombardie et au cœur des Alpes), sept projets de réseautage ont été présentés, majoritairement à l’échelle de l’Espace Alpin, et quelquefois plus larges.

  • Les Digital Innovation hubs (DIHs), c’est-à-dire un groupe d’organisations ayant une expertise complémentaire et un objectif à but non lucratif, offrant un ensemble de services aux entreprises – en particulier les PME (y compris les start-ups) – pour soutenir leur transformation numérique grâce à un guichet unique.
  • La Smart specialization partnerships and platforms (S3platform). Ales Gnamuš (Commission Européenne) a présenté les principaux résultats de la plate-forme S3 (Smart Specialization Strategies), en mettant l’accent sur les plates-formes thématiques S3 développées pour des secteurs clés spécifiques, à savoir l’énergie, la modernisation industrielle et l’agroalimentaire. La S3 devrait, d’après lui, être considérée comme un écosystème d’innovation territoriale, car elle tient compte de la perspective de la « quadruple hélice » (universités – société civile – entreprises – OTR).
  • The ArgeAlps Project “Online Campus Alpine region”. Il s’agit d’un réseau reliant les sites universitaires et leurs acteurs à echelle interrégionale et transfrontalière entre une dizaine de regions germanophones et italophones (Tirol, Trentino, Voralberg, Tessin, Grisons, Südtirol …- (Uni Innsbruck, Univ. Of Trento, FH Vorarlberg…). L’objectif est d’améliorer la visibilité de la recherche alpine. Une plateforme en ligne qui servirait de vitrine est sur le point d’être lancée.
  • Universities’ cross-border cooperation of International Lake Constance University (IBH). Il s’agit d’une coopération internationale visant à monter une forme d’écosystème incubateur entre plusieurs dizaines d’universités (actuellement 27), pour développer des clusters innovants. Exemples de realisations : IBH-Living Lab Active Assisted Living (technology foraging people), IBH-Lab KMU digital (SMEdigital) : technologie au service des entreprises.
  • World Manufacturing Foundation : une plateforme associative italo-suisse pour promouvoir l’innovation et le développement dans le secteur industriel.
  • LabEx ITEM : une Plate-forme de connaissances sur l’innovation sociale a été créée comme exemple de « réseau hybride » en croisant, dans une dynamique de co-construction, les apports de chercheurs et d’acteurs sur les capacités transformatrices des initiatives locales dans un contexte de transition écologique et solidaire.
  • InnoRenew CoE : (www.innorenew.eu) projet intéressant (H2020) d’utilisation écologique du bois du Pulp and Paper Institute (Slovenie).

Les échanges qui ont eu lieu autour de ces différents projets ont permis de replacer le LabEx ITEM dans le contexte international des réseaux de recherche sur la montagne alpine.