Vieillir hors les villes, vieillir en montagne 

Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine, Labex ITEM, Université Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194 / Université Milano Bicocca – Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale

Thibauld Moulaert, Maître de conférences en sociologie, IUT2, Université Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194

S’inscrivant dans la poursuite d’une journée d’études organisée par les équipes « Justice sociale » et « Environnements » du laboratoire PACTE le 24 octobre 2017[1] à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de Grenoble, ce dossier rassemble une série de contributions sur et autour de quelques enjeux soulevés par le vieillissement en et autour de l’espace montagnard.

L’objectif de ce dossier est de participer à combler un manque dans la littérature actuelle qui cherche à penser l’avancée en âge à l’aune du « territoire » dans une lecture française (Viriot Durandal, Pihet, & Chapon, 2012) ou à partir de la « community » selon une grille anglo-saxonne (Heatwole Shank & Cutchin, 2016; Walsh, O’Shea, Scharf, & Murray, 2012). En effet, au cœur des travaux sur l’espace consacré au vieillissement, les spécificités de la montagne ne sont guère explorées.

Généralement dominée par une entrée urbaine, tant dans la littérature scientifique (Buffel & Phillipson, 2016; Clément, Mantovani, & Membrado, 1996; Phillipson, 2004) que dans l’action publique à l’instar des démarches des « villes (et communautés) amies des aînés » de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la réflexion et l’action reliant vieillissement et espace ont progressivement réintégré une entrée rurale (Gucher, 2015; Mallon, 2010; Menec, Means, Keating, Parkhurst, & Eales, 2011). L’espace rural est alors discuté comme un lieu qui peut faire sens pour les individus, sous certaines conditions renvoyant aussi bien à leurs propres trajectoires de vie qu’à l’aménagement et l’organisation des territoires (voir les travaux de géographie de Véronique Roussel et Dominique Vollet en 2004 pour la revue Pour cités par Catherine Gucher, 2012 ou, toujours dans la même revue consacrée à la ruralité, le récent numéro consacré en 2018 aux formes de « vieillir actifs à la campagne » sous la direction d’Odile Plan : http://www.revuepour.fr/produit/pour-n233-vieillir-actifs-a-la-campagne/). Certains de ces travaux comparent les formes de vieillir en ruralité et à la ville (Lalive d’Epinay, 1991). Ainsi, vieillir hors les villes peut présenter différents avantages en termes d’aménités paysagères et environnementales. Néanmoins, une plus faible densité de population et de services implique une mise en mobilité des biens et des personnes. Appliquée au grand âge, l’enjeu du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes peut entrainer par exemple des mobilités contraintes par la situation de perte d’autonomie. Dans un premier cas c’est la personne elle-même qui se déplace pour aller vers les biens (ravitaillement alimentaire, achats divers) et les services (santé, administration,…). Dans un deuxième cas, ce sont les biens et les services qui viennent à la personne, illustrant la situation de « mobilités inversées » (Cholat, 2018). En quoi le cadre montagnard permet-il d’illustrer de telles situations ? En quoi les contextes socio-spatiaux de la montagne aident-ils à mieux comprendre les transformations du rapport à l’espace face au vieillissement, tant du point de vue de l’individu vieillissant que du point de vue des contextes socio-politiques pouvant (ou non) accompagner des trajectoires d’individus vieillissants ?

Pour éclairer ces questions, nous proposons de nous centrer sur les relations entre individus (article de Léa Thiriet et Florent Cholat et interview de Jean-Pierre Jacquet et Jean-Baptiste Kern), organisations (articles de Séverine Le Piolet et de Luca Daconto) et conceptions de l’espace ou de l’environnement (articles de Kieran Walsh, Eamon O’Shea et Tom Scharf et de Catherine Gucher).

Des personnes….
Dans leur article « Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons », Léa Thiriet et Florent Cholat s’inscrivent dans les travaux sur les relations et activités pendulaires entre villes et montagnes en choisissant le cas particulier des mobilités saisonnières des personnes retraitées autour de la métropole Grenobloise. Leur travail démontre d’emblée comment les alternants, au travers diverses stratégies, tirent au maximum profit de leur double résidence, quelles sont les motivations derrière ce choix et comment cette situation s’est mise en place et s’exprime dans leur quotidien.

Vivre à la montagne, c’est également y faire face aux troubles de santé qui peuvent subvenir avec l’avancée en âge. Alors que la France rurale est souvent décrite au prisme de son abandon par le monde médical à travers la notion de « déserts médicaux », il nous est apparu opportun de rencontrer des professionnels de santé au cœur du système de soins. Thibauld Moulaert interviewe Jean-Pierre Jacquet et Jean-Baptiste Kern, tous deux médecins ayant exercé ou exerçant en milieu rural. Ainsi, « Vieillir en montagne, le regard du médecin généraliste » souligne notamment la prégnance de la figure de l’agriculteur/trice, par exemple dans les visites à domicile ou des typologies d’habitants âgés rappelant certains profils présentés par Léa Thiriet et Florent Cholat ou dans les travaux de Catherine Gucher. Enfin, le dialogue entre ces deux médecins esquisse sommairement le rapport différent du patient au médecin à 30 ans d’intervalle.

Si la montagne est un lieu où vivent et s’organisent une pluralité d’habitants et d’usagers de l’espace, ces individus s’inscrivent dans des contextes structurés par des politiques publiques et par des acteurs privés.

Des organisations…
Ainsi, et comme en écho aux préoccupations des médecins face à l’isolement de certains de leurs patients, l’article de Séverine Le Piolet part d’un constat qui traverse les processus d’accompagnement du vieillissement, peu importe les caractéristiques du territoire : comment organiser l’habitat des personnes âgées entre, d’un côté, une demande des individus pour « rester à leur domicile » et, de l’autre, un dispositif institutionnel collectif et, fréquemment, décrié[2] ou mal perçu ? « La diversification des typologies de logements à destination des ainés : un terrain fertile pour l’ingénierie territoriale. Retour d’expérience et perspective de recherche » croise un double regard : celui de l’architecte aménageur et celui d’un pouvoir public qui, comme le Département, peut décider de soutenir certaines orientations de politiques publiques. Si « l’ingénierie territoriale » définit la sphère de l’aménagement du territoire pour embrasser « l’ensemble des moyens humains, des méthodes et des missions concourant à l’élaboration et à la conduite d’un projet de territoire, ainsi qu’à la définition, au montage et à la mise en œuvre d’actions », Séverine Le Piolet s’en sert pour décrypter la gamme protéiforme des « logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes » ; elle dégage ainsi des enjeux de « faisabilité » (sous les aspects financiers et réglementaires, ce sont alors des questionnement sur l’accessibilité des soins, l’accès aux transports publics, etc., qui devraient idéalement être pris en compte) et des enjeux de « planification » (comment réguler la coordination des acteurs multiples, privés et publics, intervenants dans la mise en œuvre de tels projets immobiliers et accompagner les territoire ruraux à travers les multiples règlements et échelles territoriales).

Si l’accessibilité à de telles offres de « logements adaptés » apparait comme un élément important dans la gestion publique de l’espace montagnard, Luca Daconto décline la question de l’accessibilité à partir de l’accès à la ressource alimentaire des personnes âgées. L’article « Food-ability et vieillissement : un premier encadrement dans les territoires de ville et de montagne en Lombardie » compare ainsi l’accès à la nourriture et aux denrées alimentaires entre un territoire montagnard et un territoire urbain. Ainsi, les espaces de montagne seraient moins favorables en termes d’accessibilité à la nourriture lorsque certaines circonstances se présentent (enneigement, fermeture de route, etc.) ; mais cette situation est également impactée par les caractéristiques personnelles, comme la non possession d’une voiture chez les femmes très âgées. Ces femmes âgées, seules, illustrent l’influence de la vulnérabilité économique qui ne permet pas, par exemple, d’accéder à de la nourriture de qualité. L’article souligne qu’il n’est pas possible de dresser une situation homogène de l’accès à la nourriture en montagne tant les situations, composées de contextes géographiques et de parcours individuels, sont hétérogènes ; pour autant, Luca Daconto, tout comme Séverine Le Piolet, estime qu’il est possible d’envisager des environnements plus favorables à cette diversité de situation. On s’approche alors de la possibilité de conceptualiser l’espace en lien avec le vieillissement.

Des conceptions de l’espace à réinterroger
En nous décalant vers un cas irlandais, Kieran Walsh, Eamon O’Shea et Thomas Scharf aident à penser les rapports en vieillissement rural et exclusion sociale. Ici encore, même s’il n’est pas question de contexte montagnard, on retrouve la figure et la place du modèle agricole dans l’espace rural. Leur article « Rural ageing and social exclusion in farm resource dependent communities: the Irish experiences » dresse la synthèse d’une vaste étude menée dans 10 contextes ruraux irlandais diversifiée à partir de plus d’une centaine d’interviews et de groupes focus. Reprenant une conception multidimensionnelle de l’exclusion liée au vieillissement (Walsh, Scharf, & Keating, 2017), l’article dégage cinq domaines d’exclusion en ruralité (réseau social ; accès aux services ; accès aux transports publics et privés ; sentiment de sécurité et d’appartenance à une communauté ; sécurité financière) qui peuvent interagir, être une composante ou la conséquence d’un processus d’exclusion sociale. L’apport central de cette contribution se situe alors du côté de la mise en avant de « facteurs médiateurs » qui vont amplifier (ou au contraire limiter) les possibilités d’exclusion sociale des personnes âgées en ruralité. Les auteurs pointent ainsi une série de dimensions individuelles, telle que les capacités d’adaptation personnelle (sans pour autant tomber dans le fatalisme) ; l’influence du parcours de vie, et notamment des événements marquants tels la mort d’un proche ou d’un enfant ; les caractéristiques du lieu et l’attachement à la communauté locale qui peuvent servir de support ou, au contraire pour les « nouveaux arrivants », de frein à une intégration pleine et entière (éléments que l’on retrouve dans l’article de Catherine Gucher) ; enfin, des facteurs macro-économiques, tels la baisse structurelle de l’influence de l’agriculture dans le monde contemporain, impactent fortement la possibilité d’une exclusion des plus âgés dont la vie a été, pour une partie d’entre eux, fondée sur le monde paysan.

Pour clore ce dossier, Catherine Gucher développe une approche originale entre « Expériences du vieillir et enjeux d’action publique en territoires de montagne : une approche au prisme de la notion ‘d’effets de milieu’ ». Non seulement, cet article résume et rassemble un ensemble d’éléments qui se présentent tout au long du dossier (l’extrême diversité des contextes ruraux vaut également pour les contextes de montagne ; les situations individuelles ne peuvent se comprendre que comme des entrelacements de trajectoires personnelles et de configurations territoriales marquées par l’intervention d’acteurs publics et privés), mais la notion « d’effet de milieu » vient dialoguer avec les « facteurs médiateurs » synthétisés par Kieran Walsh et ses collègues en Irlande. Ainsi, que ce soit la « civilisation paysanne », l’influence des familles ou encore le « faire ensemble », ce sont autant de ressources territoriales à disposition ou non d’habitants qui s’inscrivent dans ces territoires depuis toujours (les « natifs ») ou pas (« les revenus au pays » ou les « installés sur le tard »). Pour Catherine Gucher, une action publique qui veut trouver un sens dans un territoire montagnard pourrait, voire devrait, s’appuyer sur et tenir compte de tels « effets de milieux ».

Au final, notre dossier souligne que les situations du « vieillir à la montagne » ne peuvent plus être réduites à la seule figure du paysan (Lalive d’Epinay, 1991). Certes, l’agriculture continue de marquer la campagne, et donc la montagne. Mais l’ensemble des contributions à ce dossier souligne non seulement la diversité des situations individuelles des personnes vieillissantes en montagne, mais il met aussi en avant l’importance de la pluralité des facteurs qui constituent ces « territoires de montagne ». Facteurs géographiques et facteurs humains se conjuguent et peuvent être pris en compte ensemble en vue d’une action publique démocratique, qui tout en correspondant aux spécificités de la montagne, et de ses habitants au 21ème siècle, n’oublierait pas pour autant de s’appuyer sur les ressources que constituent ses habitants les plus âgés.

Bibliographie
Buffel, T., & Phillipson, C. (2016). Can global cities be ‘age-friendly cities’? Urban development and ageing populations. Cities, 55, 94–100. https://doi.org/10.1016/j.cities.2016.03.016

Cholat, F. (2018). Les « mobilités inversées » comme clé de lecture de la dépendance dans les territoires de montagne. Pour, N° 233(1), 97–101.

Clément, S., Mantovani, J., & Membrado, M. (1996). Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer. Les Annales de La Recherche Urbaine, 73, 90–98.

Gucher, C. (2012). Vieillesses différenciées et ” effets de milieu ” : Contribution à une théorie sociologique du vieillissement et de la vieillesse. Habilitation à diriger des recherches. Université de Grenoble Alpes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00735653

Gucher, C. (2015). Des vieux sur la place. Quelle place pour les vieux ? Vieillir dans les espaces ruraux au risque de la relégation. In J.-P. Viriot Durandal, É. Raymond, T. Moulaert, & M. Charpentier (Eds.), Droits de vieillir et citoyenneté des aînés. Pour une perspective internationale (pp. 325–339). Presses de l’Université de Québec.

Heatwole Shank, K. S., & Cutchin, M. P. (2016). Processes of developing ‘community livability’ in older age. Journal of Aging Studies, 39, 66–72. https://doi.org/10.1016/j.jaging.2016.11.001

Lalive d’Epinay, C. (1991). Vieillir ou la vie à inventer. Paris: L’Harmattan.

Mallon, I. (2010). Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ? Espace populations sociétés, (2010/1), 109–119. https://doi.org/10.4000/eps.3967

Menec, V. H., Means, R., Keating, N., Parkhurst, G., & Eales, J. (2011). Conceptualizing Age-Friendly Communities. Canadian Journal on Aging / La Revue Canadienne Du Vieillissement, 30(3), 479–493.

Phillipson, C. (2004). Urbanisation and ageing: towards a new environmental gerontology. Ageing and Society, 24, 963–972.

Roussel, V., & Vollet, D. (2004). Les retraités, une chance pour les espaces ruraux ? Pour, 182, 223–228.

Viriot Durandal, J.-P., Pihet, C., & Chapon, P.-M. (2012). Les défis territoriaux face au vieillissement. Paris: La Documentation française.

Walsh, K., O’Shea, E., Scharf, T., & Murray, M. (2012). Ageing in changing community contexts: Cross-border perspectives from rural Ireland and Northern Ireland. Journal of Rural Studies, 28(4), 347–357. https://doi.org/10.1016/j.jrurstud.2012.01.012

Walsh, K., Scharf, T., & Keating, N. (2017). Social exclusion of older persons: a scoping review and conceptual framework. European Journal of Ageing, 14(1), 81–98. https://doi.org/10.1007/s10433-016-0398-8

[1] https://www.pacte-grenoble.fr/actualites/vieillir-hors-les-villes-vieillir-en-montagne La veille de cette journée, un séminaire méthodologique s’est tenu avec plusieurs doctorants de ces équipes et Kieran Walsh.

[2] À l’instar du mouvement de manifestation des personnels ET des familles des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) du printemps 2018.