Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons

a Thiriet, étudiante en sociologie à l’Université Grenoble Alpes – stagiaire au Labex ITEM – projet VIVEHab (Vulnérabilité, Innovation, Vieillissement, Emploi, Habitabilité)

Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine au Labex ITEM (UMR Pacte CNRS 5194 – Université Grenoble Alpes et Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale – Università degli studì di Milano Bicocca)

La communication ici présentée est issue d’un stage réalisé à l’UMR Pacte CNRS 5194 de mai à septembre 2017 dans le cadre du programme VIVEHab (Vulnérabilité, Innovation, Vieillissement, Emploi, Habitabilité) encadré par Florent Cholat et Luc Gwiazdzinski et dont le sujet initial était : Recherche sur les mobilités saisonnières des personnes âgées entre la métropole grenobloise et les massifs montagneux alentours.

Une vision chauvine et très dauphinoise fait de Grenoble, la capitale des Alpes. Dans les faits si nous constatons que la métropole Grenobloise fait bien partie des unités urbaines les plus importantes de l’arc alpin, la question est en réalité de qualifier les liens de cette ville avec les massifs montagneux avoisinants. Cette recherche prend le partie d’étudier une population particulière du territoire qui vie à la ville ET à la montagne au travers de migrations résidentielles saisonnières. Le pari est ici en partie de comprendre le lien de Grenoble avec ses massifs et de l’autre partie d’interroger les conditions d’habitabilité (Dardel, 1952) des territoires alpins comme des territoires urbains au regard du choix particulier de ces individus.

Ce travail se base sur deux hypothèses :

  • Le choix d’une double résidence et d’une alternance ville – montagne est motivé par différents facteurs familiaux et environnementaux ;
  • Les migrations saisonnières reposent sur différentes stratégies d’adaptation des individus aux contraintes inhérentes à leurs différents lieux de vie.

Étudier ces comportements serait alors un moyen pour nous permettre d’appréhender et d’interroger les conditions de l’habitabilité des territoires de montagne.

Etat de l’art
Le milieu rural ou montagnard à un rapport à la ville particulier. « Dans un contexte mondial d’uniformisation des modes de vie et de dilution des frontières entre territoires ruraux et urbains, la notion de ruralité peut, à première vue, apparaître désuète. Elle ne l’est pas dans la mesure où les territoires ruraux « résistent » de manière inégale à ces mouvements jugés irrésistibles. […] La densité et la nature de peuplement, d’équipements, d’emplois, de réseaux de communication, les pratiques nous rappellent que les rapports socio-spatiaux diffèrent de moins en moins entre ville et campagne. » (Blanchet, 2013)

Les migrations alternantes sont facilitées par la retraite. « Toutefois, les retraités ont aussi la possibilité de changer de lieu de résidence. Leur particularité est de ne plus être contraint par la localisation d’un poste de travail. Les destinations favorites des migrations de retraités peuvent refléter leurs préférences en matière de cadre de vie ou leurs attaches familiales, indépendamment de la situation économique du territoire où elles résident. » (Zaninetti, 2011)

La ville de Grenoble et ses montagnes. « Un autre phénomène traduit un paradoxe grenoblois dans la fondation d’un hypothétique couple ville-montagne. La ville semble presque totalement omise par les habitants de Grenoble et plus particulièrement par ceux de la Villeneuve et de Meylan […] plus la montagne est glorifiée, plus la ville semble s’ankyloser dans son dédale de rues. » (Hoyaux, 2000)

Cartographie
Lorsque nous cartographions l’agglomération grenobloise au coeur du système alpin plus large des départements de l’Isère, de la Savoie, des Hautes Alpes et de la Drôme, nous pouvons faire plusieurs constats quant aux populations qui y résident de manières temporaires et permanentes.

La figure 1 « populations résidentes dans les communes des départements » démontre l’écart de peuplement entre les zones urbaines et les zones rurales et de montagne. Sur la zone étudiée les principaux espaces urbains se trouvent dans le sillon alpin Genève – Annecy – Chambéry – Grenoble – Valence ainsi que dans les pré-alpes, les plaines du nord-isère et la vallée du Rhône. Cela montre l’influence probable des contraintes morphologiques pour le peuplement des territoires de montagne.

Populations résidentes dans les communes des départements

La figure 2 « part des résidences secondaires dans les communes des départements » démontre la forte part de résidences secondaires dans les territoires de montagne ce qui semble indiquer une attractivité de ces espaces pour les résidences secondaires. La présence de remontée mécanique révèle quant à elle l’importance de l’activité touristique sur ces résidences secondaires tout en mettant en avant la présence à moindre niveau de résidences secondaires dans des communes non soumises à l’activité sport de montagne.Entretiens semi-directifs et échantillonnage

Part des résidences secondaires dans les communes des départements

Entretiens semi-directifs et échantillonnage
Pour étudier largement la question des migrants saisonniers ville – montagne nous avons décidé de mener des entretiens semi-directifs afin d’étudier les déterminants de ce choix multi-résidentiel et les adaptations dans les façons d’habiter de ces derniers. Nous avons échantillonné 6 communes – 3 stations de ski (Autrans-Méaudre, Chamrousse, Huez) 3 villages de montagne (Chichilianne, Valjouffrey, St Pierre d’Entremont). Pour des raisons pratiques les entretiens n’ont pas pu être menés dans la commune d’Huez ce qui ramène notre échantillon à cinq communes iséroises (voir figure 3). La sélection des individus enquêtés s’est fait de manière aléatoire à la suite d’une prise de contact avec les collectivités locales.

Résultats
Au final sur un effectif de 14 personnes interrogées, 10 ont un temps d’occupation de moins de 3 mois et 4 plus de trois mois mais correspondent tous aux types d’individus recherchés. Six ont hérité de leur logement à la montagne, sept l’ont acheté et seule une personne loue son logement secondaire. Huit d’entre-eux reproduisent dans leur logement à la montagne, le confort de leur logement en ville. Trois sur quatorze profitent de leur temps en montagne pour se déconnecter et le même nombre disent avoir un logement plus petit à la montagne. La moitié d’entre eux déclare que l’alternance est une habitude et une grande partie (11/14) justifie cette migration saisonnière par la recherche d’un climat plus favorable en été comme en hiver. Une grande partie là encore (12/14) déclare utiliser majoritairement les transports en communs dans l’agglomération grenobloise, bien que tous n’utilisent exclusivement la voiture en montagne. Enfin, aucun des interrogés n’estime le manque de services comme une gêne, ils semblent tous s’accommoder d’une situation en terme de services bien moins aisés que dans leur vie urbaine.

Retour sur hypothèse et conclusion
Les personnes interrogées qui font ces alternances ont mis en place une stratégie liée au climat : lorsque le climat est trop extrême dans l’une des deux résidences, ils vont dans l’autre. De la même manière que les oiseaux migrateurs ou que des migrations saisonnières équivalentes avec les littoraux français et européen, ces individus à une échelle plus locale mettent en place une stratégie résidentielle pour maximiser leur confort et limiter les coûts. Le choix de la double résidence est alors parfois dû au hasard mais est très régulièrement un choix de s’approcher à un moment ou à un autre d’une aménité particulière comme le paysage, l’espace et la fraîcheur à la montagne ou comme les services urbains dans les vallées. Les alternants tirent au maximum le profit de leur double résidence : la résidence de montagne pour le plein air en été, les activités d’intérieur, les services et la santé dans la métropole grenobloise en hiver.

Bibliographie

  • Mickaël Blanchet, 2013, « Le vieillissement des campagnes : éléments d’introduction démographique et géographique », Gérontologie et société, 2013/3 (vol. 36 / n° 146), p. 21-38.
  • Éric Dardel, 1990, L’homme et la terre. Paris, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1952, 200 p
  • André-Frédéric Hoyaux, 2000, « Point de repère et construction territoriale: quelles méthodes d’analyse pour comprendre les relations ville-montagne à Grenoble et à Chambéry? », Espaces et sociétés, 2000/3 (n°103), p. 165-225.
  • Jean-Marc Zaninetti, 2013, « Les retraités en France. Des migrations pas comme les autres », Population & Avenir, 2011/3 (n° 703), p. 4-20.


Citer ce billet
labexittem (2020, 27 avril). Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo65