Partager des relations professionnelles au cours d’une ethnographie

Les implications relationnelles d’une enquête sur les conseils scientifiques des espaces protégés alpins

Par Gaëlle Ronsin, doctorante LabEx ITEM, Université Grenoble Alpes. Laboratoires : IRSTEA (UR DTM – Grenoble), EDYTEM (Savoie). Rattachement secondaire au Centre Max Weber (UMR 5283), F-69007 LYON, équipe « politiques de la connaissance ».

Résumé :

Cet article présente la posture qui sous-tend une ethnographie caractérisée par une forte proximité professionnelle avec une partie des enquêtés. Dans le cadre de ma thèse de doctorat sur les conseils scientifiques d’espaces protégés, deux postures doivent se conjuguer dans tous les temps de l’enquête : une posture d’enquête en tant qu’ethnographe et une posture d’apprentissage en tant que doctorante. Ainsi, je mettrai en discussion les implications de ce positionnement sur la construction des relations d’enquête et sur les conditions de la production scientifique afin de comprendre comment l’ethnologue peut méthodologiquement s’appuyer sur les rapports sociaux issus de l’enquête pour étudier un champ social. 

 Introduction

Il est dans la nature même de l’ethnographie de construire une relation de proximité auprès des enquêté(e)s. La durée de la présence sur le terrain, la maîtrise du langage (Malinowski, 1989), des coutumes et  l’acquisition d’une connaissance intime du milieu sont des principes de base de toute enquête ethnographique. Cette activité de recherche est depuis longtemps reconnue comme construite par les multiples engagements du chercheur, par son rapport au monde et à son objet (Favret-Saada, 1977) puisqu’elle s’appuie « sur l’implication directe, à la première personne, de l’enquêteur » (Céfaï, 2010 : 7).  En ce sens, la production de connaissance s’accompagne généralement d’une interrogation sur le rapport au terrain et de l’explicitation des conditions épistémologiques et méthodologiques pour justifier de l’exploitation des données recueillies et les modes de restitution et de présentation des résultats. Comme l’exprime Fatoumata Ouattara (2014) « les biais consécutifs à l’altérité font souvent l’objet d’une réflexion épistémologique » .

L’ethnographe parcoure donc une diversité de scènes et occupe une posture mouvante d’apprentissage dans les réseaux d’acteurs qu’il rencontre ou qui le rencontrent.

Néanmoins, peu d’écrits, de nature réflexive ou non, mettent en lumière les implications soulevées par l’appartenance initiale du chercheur au terrain qu’il étudie. Dans le cas de Foumata Ouattara (2014), il s’agit d’expliciter les relations familiales qu’elle entretient avec son terrain d’études. Les écrits s’interrogeant sur les effets de la construction et du partage de relations professionnelles entre enquêteur et enquêtés s’avèrent encore moins nombreux.[1]

Une contribution à cet enjeu méthodologique sera présentée ici à partir de l’analyse réflexive d’une ethnographie dans le cadre de ma thèse de doctorat sur les conseils scientifiques d’espaces protégés. Je documenterai plus particulièrement la construction et l’évolution de mes positionnements avec les interlocuteurs de mes terrains,  qui se trouvent inclus dans une double démarche : d’enquête et de recherche.

Dans le champ de l’action publique environnementale, et plus particulièrement des espaces protégés[2] les conseils scientifiques (CS) se sont imposés en France comme une modalité d’interface entre science et action (Quayle, 2015). Un CS peut être défini comme un ensemble de scientifiques nommés qui acceptent, sans rémunération supplémentaire, de consacrer une partie de leur temps de travail à appuyer une institution ou une administration environnementale dans la conception, la réalisation et l’évaluation de son activité de production de connaissances et dans l’orientation de ses opérations et décisions de gestion (Arpin et al, 2015). Les activités d’un CS rassemblent donc ces personnes nommées, qui peuvent être des chercheurs, des naturalistes, des salariés d’institutions environnementales ou culturelles[3] ou encore des érudits locaux, ainsi que les salariés, la direction et/ou la présidence de la structure convoquant le conseil scientifique. Des invités (chercheurs, élus, acteurs locaux…) figurent régulièrement dans les participants aux CS.

Face à la multiplication de ces instances et le manque d’informations générales à leur sujet, quelques études ont été menées depuis les années 2000 par les espaces protégés[4] pour comprendre le rôle et le fonctionnement de ces CS, afin notamment d’améliorer leur efficacité. En parallèle, plusieurs séminaires et travaux réalisés ces dernières années avec les espaces protégés ont questionné l’articulation entre « science et espaces protégés »[5]. Ces réflexions, qui intègrent parfois la question des conseils scientifiques, se déploient dans le contexte d’une reconfiguration annoncée de la gouvernance de l’action publique environnementale à l’échelle nationale[6].

C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences sociales, parfois eux-mêmes impliqués dans des CS, ont initié des projets d’étude sur ces organisations selon plusieurs axes : en présentant les motivations de l’engagement des chercheurs dans les CS (Arpin et al, 2015) ; en réalisant des monographies (Delclaux, 2014 et Sette 2014) ; en s’interrogeant sur la capacité des conseils à contribuer efficacement à la conservation de la nature (Meyruey, 2015) ou encore en analysant les CS comme une modalité originale d’interface entre des acteurs, des savoirs et des territoires dans le champ de la gestion de la nature. C’est dans ce dernier projet de recherche que ma thèse, débutée en novembre 2014, s’inscrit.

Ma thèse permet donc de poursuivre et d’affiner ces recherches en s’appuyant sur un travail d’enquête approfondi. Afin de correspondre aux critères du LabEx ITEM (Innovation et Territoires de Montagne)[7] mon terrain se déploie principalement dans les Alpes du Nord. Cette région semble en effet se démarquer par une présence massive de conseils scientifiques, due historiquement à une politique environnementale volontariste sur ces territoires de montagne et par une dynamique importante  des dispositifs de mise en relation de la science, des territoires et des espaces protégés[8]. La localisation de mon laboratoire d’accueil à Grenoble a également conditionné le choix de ce territoire pour mener mon enquête de terrain.

L’ethnographie est rapidement apparue comme la technique d’enquête à privilégier pour apporter des dimensions supplémentaires aux travaux déjà menés sur ce sujet. Trois cas avaient été sélectionnés au démarrage de mon travail : le CS du Parc naturel régional (PNR) et de la Réserve naturelle nationale (RNN) du Vercors, le CS du Parc national (PN) des Écrins et le CS des RNN de Haute-Savoie, afin de varier le statut des espaces protégés étudiés. Il a été également assez évident que je ne devais pas me focaliser sur le seul suivi des activités les plus apparentes de ces conseils scientifiques (leurs séances plénières) mais comprendre les conseils scientifiques comme des entités plurielles et élargies, permettant des rencontres intermittentes selon des formats variés, au sein d’un milieu professionnel particulier. J’ai classiquement débuté mon enquête par une opération d’immersion dans ce milieu, en multipliant les lieux et les moments d’observation (telles que des réunions de la Zone Atelier Alpes[9], certaines séances du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN) ou des séminaires scientifiques) afin de rencontrer les acteurs principaux de ce champ et d’assurer une « présence » stable et dans la durée sur des terrains parfois durs à « saisir » puisque intermittents et mouvants.

Ainsi, mon travail de thèse consiste à la fois à mener une recherche ethnographique tout  en acquérant, de par mon contrat d’apprentie chercheuse des compétences professionnelles issues en partie du milieu que j’enquête. La maîtrise des réseaux, des règles de partenariat ou l’insertion dans la création de projets de recherche sont par exemple des savoir-faire que j’étudie mais que je dois également apprendre dans le cadre d’un doctorat. L’ethnographie participe donc en partie à la construction professionnelle de mon appartenance dans ce milieu. Ce milieu devient donc bien familier, grâce aux pratiques ethnographiques mais également par l’apprentissage de mon statut de doctorante.

Je présenterai donc au cours de cet article en quoi une position professionnelle particulière soulève au cours d’un cheminement de recherche de nombreux enjeux, en termes de pratiques, de postures et de conceptions épistémologiques. Je montrerai ainsi comment ces éléments peuvent se traduire en matériau de recherche.

Quelles sont les implications d’une proximité professionnelle sur la construction de relations d’enquête ?

 Dès le début de ma thèse, j’ai rencontré des présidents de conseil scientifique et leurs animateurs afin d’obtenir leur aval pour travailler sur « leur » conseil scientifique. Ce sont donc les coordinateurs qui m’ont introduit à leur façon dans leurs collectifs. Depuis ces débuts jusqu’aux différentes arènes de présentation de ma thèse, la relation d’enquête a été pleinement assumée. Cette « recherche à découvert » (Fournier, 2006) implique d’expliquer l’intention de connaissance à laquelle on associe l’enquêté. Cette démarche semble a priori simple à effectuer dans mon terrain d’étude : je m’adresse à des participants à des conseils scientifiques et donc à des personnes considérant en majorité positivement l’activité scientifique telle qu’elle peut être menée au cours d’un doctorat.

Le développement de l’ethnographie m’a amené à interagir avec l’ensemble des acteurs gravitant autour des trois CS étudiés : les animateurs, les salariés des structures, les présidents, les membres (en cours de mandat ou des anciens membres), d’autres scientifiques associés ou encore des salariés de structures partenaires[10]. Or, mon statut de doctorante accueillie au sein de l’unité de recherche Développement des territoires montagnards (DTM) du centre IRSTEA de Grenoble[11] m’amène à partager des relations plurielles avec ces différents enquêtés. De multiples positions se cumulent en raison de mon double statut de doctorante et de chercheuse : certains scientifiques du laboratoire qui m’accueille sont membres des CS étudiés[12], des sociologues plus expérimentés sont des acteurs de mes terrains, mes directeurs de thèse sont impliqués en tant qu’acteurs dans des conseils scientifiques proches, mes terrains sont parfois leurs anciens terrains, la directrice de mon laboratoire fait partie du conseil scientifique du PNR et de la RNN du Vercors, des relations familiales existent entre des acteurs de mes terrains et des collègues de mon laboratoire, les membres de mon comité de thèse sont quasiment tous membres de conseils scientifiques… Des relations professionnelles de formes variées se tissent donc avec les acteurs des terrains étudiés et se superposent selon les moments d’interaction.

La diversité des relations professionnelles existant avec les acteurs de mes terrains m’amène à conjuguer de façon incessante[13] deux postures : une posture d’enquête et une posture d’apprentissage.

En effet, cette thèse est l’occasion d’apprendre à mener une recherche et plus spécifiquement il est attendu que j’acquière des savoirs (la connaissance du panorama institutionnel, des réseaux, des statuts…) et  des compétences sur les pratiques de recherche (en termes de rythmes, de tâches). De plus, le statut de doctorante nécessite d’intégrer les rites institutionnels propres à un laboratoire de recherche, connaître les comportements à adopter pendant des évènements scientifiques, maîtriser les rituels de convivialité et le registre à adopter selon le statut de l’interlocuteur (selon son statut scientifique ou sa position au sein ou à l’extérieur du laboratoire etc.). C’est donc bien avec une posture d’apprentissage que je me présente aux enquêtés, en raison de ce double statut à la fois de doctorante (comme apprentie chercheuse) et d’ethnographe, qui cherche à s’introduire dans et à se familiariser avec un milieu professionnel.

En raison de ces multiples liens professionnels et de cette double posture des relations particulières se tissent avec certains acteurs durant mon travail de thèse. Une stratégie classique consiste pour le chercheur à minimiser la distance sociale qu’il ressent entre lui et son interlocuteur. Il s’agit, comme l’écrivent M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot (1991) de « paraître aussi proche que possible d’un univers dont on est loin ». Le chercheur agit alors par mimétisme, en intégrant par exemple pour mon cas, les codes sociaux du milieu de la recherche française, au cours à la fois de mon doctorat et de mon enquête. Dès mon introduction dans mon laboratoire et sur mes terrains, la réduction de l’étrangeté de mon rôle d’observateur a été rapidement effective, jusqu’à ce que je devienne en partie une « membre affiliée » à ce milieu, pour reprendre la formule des ethnométhodologues (Garfinkel, 2007).  À titre d’exemple, étant inscrite sur la liste de diffusion électronique du conseil scientifique du Parc naturel régional du Vercors, j’ai été sollicité par une étudiante pour réaliser un entretien individuel avec elle afin de recueillir mon expertise au même titre que certains autres membres du CS : « notre étude sur les services écosystémiques dans le territoire du Vercors se veut participative et s’appuie sur l’expertise individuelle des acteurs locaux à travers le dire d’experts, les savoirs et représentations locales. Ainsi, nous souhaiterions avoir votre regard et votre expertise sur le sujet. » Je lui répondu être ni légitime ni compétente sur le sujet et cette confusion  traduit bien mon implication finale dans ce milieu professionnel.

Dans ce cadre, l’affiliation au terrain devient donc autant symbolique et construite par l’enquête que potentiellement effective professionnellement. Le choix affiché d’assumer cette posture duale me permet alors de m’insérer aisément dans le terrain étudié en déconstruisant l’influence des hiérarchies statutaires

 En effet, cette proximité avec les sujets de ma recherche présente certains avantages, que je cultive à plusieurs titres. Bien souvent, mon introduction sur le terrain s’est trouvée facilitée : j’ai par exemple été présentée à certains acteurs de mes terrains par ma directrice de thèse, elle-même impliquée dans des CS et membre du même institut de recherche que certains présidents de CS que j’étudie. Elle entretient d’ailleurs des relations professionnelles poussées avec certains acteurs de mes terrains.

La relation de confiance, condition sine qua non de la relation d’enquête, qui s’installe plus ou moins aisément, a pu être favorisée par cette proximité professionnelle. Par exemple, lorsque j’ai demandé au président du CSRPN de Rhône-Alpes d’assister à une séance de ce conseil, un sociologue de mon unité de recherche et membre du CSRPN se porta, de sa propre initiative, garant de mon travail au travers d’un e-mail envoyé : « je connais évidemment Gaëlle, son sérieux, et la confiance que l’on peut lui faire en termes de confidentialité et de valorisation de nos travaux ». Outre une relation de confiance, la proximité professionnelle permet de construire une certaine familiarité avec les enquêtés, et donc d’assurer une part des conditions pour la tenue d’échanges féconds. Par exemple, la majorité des personnes avec lesquelles j’échange connaissent les règles et les conditions temporelles et matérielles d’un travail de doctorat et un partage sur ce cheminement de recherche s’amorce régulièrement.

Néanmoins, malgré cette proximité facilitatrice je ne suis pas à l’abri « d’une fausse note » (Goffman, 1973), une gaffe, une maladresse ou tout autre évènement suscitant l’embarras. Comme nous l’apprenne toute compte-rendu ethnographie, ceux-ci sont bien le signe d’un engagement en tant qu’ethnologue sur et par le terrain.

Malgré cette familiarité professionnelle, la proximité n’est pas donnée et nécessite pour se maintenir de construire une dynamique « d’intérêt permanente » (Marchive, 2012). En effet, la conduite de l’enquête ethnographique ne laisse pas la possibilité d’expression d’une forme de désintérêt pour tout ce qui n’entre pas a priori dans le champ des observations. Comme le dit Alain Marchive à propos d’une enquête auprès d’une classe de sixième : « c’est même sur cet intérêt permanent, que se construit notre place dans le groupe et dans la vie de la classe, et que l’on peut parvenir à comprendre, de l’intérieur, ce qui s’y passe » (Marchive, 2012). Dans mon cas, je suis conduite à participer à certaines activités que les acteurs se représentent comme importantes pour la construction de leur milieu professionnel. Il peut s’agir par exemple d’accompagner les participants à un séminaire scientifique lors d’une sortie de terrain ou d’assister de façon attentive à des présentations scientifiques, même si le sens de ces exposés n’entre pas dans mon champ d’études, afin de pouvoir en discuter ensuite avec les acteurs de mes terrains.

Finalement, mon profil professionnel me conduit bien à mener une recherche à proximité des sujets de mes terrains d’études. Cette posture particulière d’apprentissage se conjugue assez aisément avec la posture d’ethnographe, qui cherche à se familiariser avec un nouveau milieu. Malgré un rôle préalablement défini en tant que doctorante, ma place de chercheuse reste donc bien à construire, comme dans toute enquête ethnographique.

Laurent Bazin (2005) soutient que le « rapport social de l’enquête est l’instrument essentiel de l’investigation » et que la manière dont l’ethnologue s’intègre dans un champ social devient elle-même un enjeu des rapports sociaux qu’il cherche à élucider. Comment donc s’appuyer sur ces relations d’enquête et la construction scientifique qui en découle pour mieux comprendre la construction des collectifs dans les conseils scientifiques ?

L’évolution des relations d’enquête : un matériau d’analyse des mécanismes sociaux au sein des collectifs scientifiques ?

À l’instar de certains membres de conseils scientifiques, qui retrouve leurs collègues, directeurs ou étudiants dans les séances de CS, je possède des relations duales avec une partie de mes enquêtés : ils peuvent être à la fois acteurs de mes terrains et parties prenantes de mon activité scientifique. Cette dualité soulève plusieurs enjeux dans l’évolution de l’ethnographie, en termes de hiérarchie sociale, de partage de compétence ou de demande d’expertise. Ce partage de situations professionnelles avec les membres les plus actifs des CS étudiés me permet de saisir en creux  les relations sociales particulières qui se construisent entre ces acteurs dans ces moments de la vie scientifique.

Au cours de mon travail, je suis régulièrement amenée à rencontrer des personnes qui occupent une position supérieure à la mienne, notamment par leur statut professionnel de chercheur. Les sociologues qui ont réfléchi aux relations entre enquêteur et enquêtés s’intéressent plutôt à des agents en situation de fragilité, à des « acteurs faibles » (Payet, 2011). La domination de l’enquêteur se construit autour de décalages sociaux, culturels voire professionnels. Ainsi, Jean-Paul Payet indique que « l’enquête sociologique auprès d’acteurs faibles  pose la question de la parole de ces enquêtés dans la relation sociale qu’est l’enquête ». Une relation sociale déséquilibrée semble assez commune dans toute ethnographie.  Sur mes terrains, cette domination se rappelle souvent au cours des échanges par la parole suivante : « c’est à l’étudiante que je m’adresse là ».

De même en raison de la conjugaison de plusieurs relations professionnelles, certains scientifiques préfèrent me donner des conseils, voire des consignes ou des directives de travail plutôt que livrer une parole d’acteurs, qui me permettrait d’atteindre le niveau de leurs pratiques.

Certains de mes enquêtés peuvent également émettre un regard ou avoir un rôle sur la conception et la réalisation de mon travail scientifique. Par exemple, une partie des scientifiques participant aux CS que j’étudie (directement ou indirectement) sont membres de mon comité de thèse. Ils deviennent ainsi en quelque sorte gage de la qualité scientifique de mon travail, mêmes pour les non-sociologues  et s’expriment régulièrement à la fois sur ma démarche de recherche et sur les résultats obtenus.

 À l’opposé, pendant des moments d’échanges sur la conception scientifique de ma thèse, certaines parties prenantes expriment plutôt une parole d’acteurs. Une certaine confusion est donc à l’œuvre quant aux rôles et identités de chacun au cours de l’enquête.

La majeure partie des communications que j’ai réalisées au cours de ma première année de thèse ont eu lieu devant des membres de mes terrains. Ainsi, j’ai présenté, sur une demande de ma directrice de thèse, une communication lors des journées scientifiques de Parcs nationaux de France pour exposer des premiers résultats qualitatifs de ma recherche. Dans l’assemblée étaient présents le directeur du PN des Écrins, l’animateur du CS du PN des Ecrins, le botaniste du PN des Ecrins, un membre du CS du PN des Ecrins et la présidente, un membre du CS du Vercors, l’animatrice du CS des RNN de Haute-Savoie, l’animateur de la Zone Atelier Alpes (également ancien membre du CS des Écrins), l’animatrice du réseau scientifique flore « Alpes Ain »… Finalement, la présentation de ces premiers résultats exploratoires au travers d’une communication de nature scientifique était en quelque sorte également une forme de restitution de mon travail à des enquêtés.

Ces rencontres où je présente des communications constituent aussi régulièrement des moments d’observation pour ma recherche où je collecte des données. Ainsi, le statut de ces communications est donc bien souvent double et me permet de stabiliser ma présence sur le terrain.

Ces diverses situations : l’évaluation scientifique de mon travail, des entretiens ou des communications, à la frontière entre enquête et travail de doctorante me permettent d’occuper une place dans le terrain en affichant mon travail comme proche de celui des membres des conseils scientifiques. En effet les membres les plus actifs et influents de ces instances gravitent et interviennent également au cours de ces situations. Ces activités de doctorante me permettent donc de les côtoyer de façon privilégiée en m’intégrant dans cette communauté de pratique, pour finalement mieux documenter les logiques d’influence et les mécanismes de sociabilité se développant autour des CS.

Au fil des situations d’enquête, il peut apparaître finalement que les compétences des enquêteurs et enquêtés sont parfois proches (Chamboredon et al, 1994). Ainsi, mon implication particulière « sur et par » le terrain me conduit à discuter mais aussi à travailler directement avec certains enquêtés qui se positionnent volontairement dans cette dynamique de travail partagé.

Il est apparu par exemple que mon travail et celui de Carole Birck, animatrice d’un des CS étudiés, trouvent des similitudes. En effet, bien souvent lorsque nous sommes présentes à une réunion ou un séminaire scientifique, nous effectuons un travail de « repérage » : elle pour s’informer sur des scientifiques avec qui elle pourrait potentiellement travailler ou qui pourraient entrer dans son conseil, moi pour établir les contours du milieu que j’étudie en recensant les personnes présentes et leur rôle. Nous avons ainsi pris l’habitude d’échanger nos impressions après chacune de mes séances d’observation où elle participe. De même, nous avons produit conjointement une chronologie des activités du conseil scientifique en étudiant la participation et l’implication des membres, à l’occasion du bilan du mandat écoulé. J’avais déjà débuté ce travail de recensement chronologique mais la nécessité opérationnelle de produire ce bilan m’a amenée à le compléter et à l’améliorer avec Carole Birck. Cette proximité professionnelle, à la fois dans les statuts et les compétences, m’amène donc à concevoir des travaux collaboratifs, à cheval entre la science et l’opérationnalité qui me permettent de mieux saisir les activités menées par les CS, en en faisant l’expérience personnelle.

La multiplication de ces moments de présentation de mon travail, voire de restitution de certains résultats, dans les différentes arènes de mon enquête[14], conjuguée à ma forte présence liée à la pratique ethnographique engendre plusieurs effets. Les acteurs s’adaptent à mon assiduité dans ce milieu et s’en saisissent en partie.

Par exemple, ces situations de « retour permanent aux  enquêtés » (Lucas, 2011) se concrétisent sur le terrain dans la formulation d’une demande d’expertise par certains acteurs. Une année d’ethnographie et l’originalité de mes postures de recherche m’amènent à avoir une bonne connaissance du milieu, des sujets mais également aujourd’hui des objets que sont les conseils scientifiques. Or, la description de ces objets peut participer en quelque sorte à une normalisation du champ des conseils scientifiques en construisant une définition stabilisée de ces instances ou en instituant des critères d’inclusion et d’exclusion. Je suis ainsi régulièrement interpellée par certains acteurs de mes terrains sur la potentielle orientation opérationnelle de ma recherche vers la normalisation, voire une rationalisation du champ des CS. Certains souhaiteraient alors que je rende un « avis d’experte » à ce sujet. De même, j’ai été récemment invitée à intégrer un groupe de travail national sur les relations entre « science et espaces protégés » en tant qu’« expert extérieur ». De même, un membre d’un espace protégé m’a sollicitée pour l’aider à réaliser la méthodologie de sa stratégie scientifique. Ces exemples montrent qu’il y a bien une forte « demande d’expertise » qui émane du terrain lorsqu’on mène une ethnographie ponctuée d’échanges de nature scientifique sur le cheminement de la recherche. Mais, comme l’explique Guffanti Lucas (2011), l’assignation de cette position d’expert peut soulever plusieurs difficultés. Bien souvent, « il semble que le chercheur n’en sache jamais plus sur ces actions que les acteurs, et que son expertise ne fasse que répondre à sa propre perception du terrain ». Ainsi, plutôt que d’expertiser, il convient pour le chercheur de « discuter des avancées et des orientations de la recherche directement avec les enquêtés, tout en respectant l’objectif de compréhension et les modalités d’accueil de l’ethnographe dans le groupe ».

En effet, j’ai pu constater que cette demande d’expertise a pris des configurations diverses selon les modalités relationnelles et la place qui m’a été attribuée dans les trois conseils scientifiques étudiés.

Au sein du CS des RNN74, les plénières constituent des réunions ouvertes, où sont classiquement présents de nombreux invités et où de nombreux scientifiques viennent discuter de leurs travaux. J’ai donc été invitée, selon leurs coutumes à présenter mes premiers résultats de thèse. La relation qui s’est construite au fur et à mesure avec les membres du conseil scientifique et leur animatrice s’est donc surtout fondée sur le fait que j’appartienne et que j’ai accès aux institutions scientifiques et universitaires. Ainsi, régulièrement l’animatrice du CS des RNN74 me sollicitait pour des contacts, pour lui présenter les actualités de tel laboratoire ou des dynamiques institutionnelles.

À l’inverse, au CS du PNE c’est mon statut d’étudiante qui a été retenue en raison de la relation privilégiée qu’entretiennent ma directrice de thèse, le PNE et la présidente de son conseil scientifique. Les travaux qui m’ont été demandés étaient donc plus « techniques » et réalisés plutôt avec les acteurs du PNE que du conseil scientifique, comme la réalisation de fiches de présentation des membres. Au conseil scientifique du Vercors, c’est encore une autre position qui m’a été attribuée : ce sont mes compétences de sociologue qui ont été la base de nos échanges. Le président du conseil scientifique et les agents de la RNN du Vercors m’ont par exemple demandé de les épauler avec une autre sociologue membre du CS pour analyser les positions et jeux d’acteurs autour de la construction d’une convention avec le monde de la chasse, comme l’exprime l’extrait du courriel qui nous a été adressé : « Il y a aussi cette difficultés de mondes qui s’affrontent avec leurs propres experts. Comment les faire converger ? Mais comment faire ? Au regard de vos terrains d’étude, Pierre-Eymard et moi nous disons que vous pourriez peut être nous orienter.
Pourrions-nous vous proposer un temps de travail, une rencontre spécifique en relation avec ces questions, ne serait-ce que pour les reformuler?».

L’explicitation de l’origine des demandes qui me sont adressées sur mes terrains me permet là encore de mieux saisir comment se construisent les collectifs autour des conseils scientifiques. Ces situations me permettent ici d’éclairer les conditions de l’intégration d’une nouvelle personne dans ces instances : comment est-elle sollicitée ? Sous quelle forme et à quels moment ? Le vécu de ces interactions m’amène de même à comprendre les demandes d’expertise qui peuvent-être adressées, de façon plus ou moins formelle, aux membres de CS et les savoirs ou savoir-faire alors plébiscités.

Finalement, ce double statut que présentent les sujets de mon enquête et les objets que je produis engendrent des rapports sociaux particuliers sur mes terrains. Les positions des enquêtés se construisent pendant l’enquête et prennent plusieurs formes : des demandes d’expertise, des habitudes de travail en commun, la réalisation de comptes rendus réguliers… Cette cohabitation professionnelle engage l’ethnographe dans sa manière de mener sa recherche, de construire et de présenter les produits de l’enquête mais est également un produit fécond d’analyse des dynamiques relationnelles.

Conclusion : les étapes de la réflexivité sur la proximité professionnelle pour une « science en train de se faire »

L’ethnographe qui s’implique sur et par un terrain à proximité des acteurs étudiés est pris dans un jeu de postures qui soulèvent à la fois des avantages et des inconvénients. Ainsi, certains rôles qui en découlent me sont imposés,  comme celui de devoir conserver des bonnes relations d’entente avec les acteurs proches de mes directeurs de thèse, mais d’autres se construisent au fur et à mesure de l’avancement de la recherche afin de pérenniser ma place sur le terrain.

La réalisation d’une ethnographie implique toujours la création de relations personnelles, professionnelles ou et hiérarchiques plus ou moins intenses et nécessite donc d’expliciter le cadre relationnel sous-jacent à la production du savoir. Dans le cadre de cette ethnographie, la proximité professionnelle induit évidemment la constitution d’attachements et de jeux d’influence, dans lesquels je suis volontiers « prise » (Favret-Saada, 1977) afin de théoriser ce vécu comme production de savoirs. La neutralité n’est pas de mise et il faut entendre cette entrée en relation comme une occasion de connaissance pour le chercheur comme pour ses interlocuteurs.

J’ai montré l’importance de conserver la position mais surtout le regard de l’ethnographe à tous les niveaux de l’enquête, que ce soit à l’intérieur de mon laboratoire, pendant mes communications ou en situation classique d’observation. Cette attention permanente permettra en effet de mener un travail réflexif nécessaire pour contrer les critiques présentant « la familiarité du chercheur avec l’univers qu’il étudie comme un obstacle à l’élaboration d’un processus d’objectivation. » (Guige, 2005). Cet exercice permet de prendre explicitement en compte l’influence des situations et des interactions nées de la pratique de terrain, de la place que m’assigne chaque protagoniste de ma thèse, quels que soient leurs statuts et du réseau d’interconnaissance qui s’établit à la fois par et pour la recherche. Outre cet exercice habituellement plébiscité, il m’est apparu également important de trouver et d’occuper des lieux « hors » de l’enquête, au niveau social et spatial, afin de permettre des moments de prise de distance. Ainsi, mon implication ponctuelle dans un laboratoire de sociologie à Lyon, éloigné de ce milieu favorisait cette « sortie » temporaire de l’enquête.

 Finalement, réaliser un tel exercice réflexif lorsque l’enquête n’est pas achevée comporte quelques limites. Il n’est pas encore possible à ce stade de mon enquête de présenter un terrain final construit par la recherche, borné et découpé selon les attentes théoriques et empiriques (Le Marec, 2004), et donc d’expliciter l’ensemble des éléments qui influeront sur les situations, les sujets de mon terrain ou le rapport que j’entretiens avec eux, ainsi que sur la formulation des résultats de recherche.

Références

Alam T., Gurruchaga M. & O’Miel J. (2012). « Science de la science de l’État : la perturbation du chercheur embarqué comme impensé épistémologique. », Sociétés contemporaines, n° 87, pp. 155-173.

Arpin I., Cosson A., Denayer D., Lefeuvre J.C. & Muller S. (2015). « Les conseils scientifiques des institutions de conservation de la nature et de développement durable. Une approche par le vécu d’instances entre science et gestion. ». In A. Liarsou Sciences et biodiversité : acteurs, enjeux, temporalités (pp. 17-37). Paris.

Bazin L. (2005). « L’enquête ethnologique, cristallisation des modes de relégation ». In O. Leservoisier. Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris : Karthala.

Cefaï D. (2010). « Introduction. L’engagement ethnographique ». In  L’Engagement ethnographique (pp. 7-21). Paris : Éditions de l’EHESS.

Chamboredon H., Pavis F., Surdez M. & Willemez L. (1994). « S’imposer aux imposants. A propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien ». Genèses, n°16, pp. 114-132.

Delclaux J. (2013). Les Conseils scientifiques et la gouvernance des parcs nationaux français. L’exemple du parc national de Port-Cros. Mémoire de fin d’étude AgroParisTech, DAA SPES, EPHE, CNRS, UMR 5175 CEFE, PNF, Montpellier, FR., 72 p.

Favret-Saada J. (1977). Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

Fournier P. (2006). « Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur ». Ethnographiques.org, n° 11.

Garfinkel H. (2007). Recherches en ethnométhodologie. Paris : PUF, 480 p.

Goffman E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Edition de minuit, 256 p.

Gouïrir M. (1998). « L’Observatrice indigène ou invitée ? Enquêter dans un univers familier ». Genèses, n°32, pp. 110-126.

Guigue M. (2005). « Les Dynamiques de la familiarité dans les démarches de recherche. », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 38, pp. 93-108.

Le Marec J. (2004).  Pratiques de recherche et théorie des pratiques à travers la question des usages. Hermès, n°38, pp. 141-147.

Lucas G.  (2011). « Le retour permanent : communiquer l’enquête en situation d’ethnographie réflexive », revue Interrogations.org , n° 13.

Malinowski B. (1989). Les Argonautes du Pacifique occidental. Paris : Gallimard, 606 p.

Marchive A. (2012). « Contrôle et autocensure dans l’enquête ethnographique. Pour une éthique minimaliste. », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 45, pp. 77-94.

Meyruey S. (2015). A quelles conditions le Conseil National de la Protection de la Nature peut-il contribuer efficacement à la définition et à la mise en oeuvre des politiques publiques de biodiversité ? Analyse historique et stratégique. Mémoire de thèse professionnelle pour le Mastère spécialisé PAPDD, Paris, 113p.

 Ouattara F. (2004). « Une étrange familiarité », Cahiers d’études africaines, n° 175, p. 635-657.

 Payet J.P. (2011). « L’enquête sociologique et les acteurs faibles », SociologieS.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M. (1991). « Pratiques d’enquête dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie », Genèses, n° 3,  p.127.

Quayle N. (2015). Panorama national des conseils scientifiques de l’action publique environnementale. Mémoire de master 1 « Techniques, sciences et décisions », institut d’études politiques de Grenoble, 75 p.

Sette A. (2014). Le conseil scientifique du parc national de la Vanoise, une organisation-frontière entre science et gestion conservatoire de la biodiversité. Mémoire de Master 2 « Techniques Sciences et Décisions » de l’IEP de Grenoble. 177 p.


[1] On peut trouver quelques exemples en sociologie de l’éducation, lorsque l’instituteur devient sociologue (Marchive, 2012)

[2] Les parcs nationaux (PN), les parcs naturels régionaux (PNR), les réserves naturelles nationales (RNN), les réserves de biosphère… (pour un panorama complet voir Arpin et al, 2015 ; Quayle, 2015)

[3] Telles que le Musée Dauphinois pour le CS du PNR et de la RNN du Vercors

[4] En 1979, dans le cadre d’un colloque des parcs nationaux, un questionnaire portant sur le rôle du CS avait été soumis aux membres des conseils scientifiques. Trente ans plus tard, un premier portrait des CS est brossé à l’occasion d’un séminaire des PNR en 2000 à Fontevraud. Un état des lieux des CS des PNR a été mené en 2007 et renouvelé en 2013.

[5] La rencontre scientifique de parcs nationaux de France les 23 et 24 novembre 2015 à Montpellier s’est intitulée : « Les parcs nationaux français, des espaces protégés pour interroger, accueillir et accompagner la recherche »

[6] Avec la création annoncée de l’Agence française de la biodiversité

[7] Cette thèse bénéficie d’un contrat doctoral financé par le LabEx ITEM (ANR-10-LABX-50-01) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » géré par l’Agence nationale de la recherche, et il était donc attendu que les terrains d’étude se situent en région de montagne.

[8] Avec par exemple l’existence de la Zone Atelier Alpes, du LabEx ITEM, du  pôle « biodiversité » du département de l’Isère ou de la plateforme « science et territoires » de la Région Rhône-Alpes

[9] La Zone Atelier Alpes est un réseau scientifique rassemblant chercheurs et gestionnaires sur une zone géographique donnée pour mener des études sur les socio-ecosystèmes.

[10] Comme la Fédération des Alpages de l’Isère qui présente un dossier devant le conseil scientifique de la RNN du Vercors

[11] IRSTEA : Institut de recherche en sciences et techniques pour l’environnement et l’agriculture

[12] Huit scientifiques de l’IRSTEA de Grenoble sont membres de CS que j’étudie directement ou non.

[13] Pendant que je mène l’enquête et lors de  ma présence dans mon laboratoire, où  l’enquête parfois continue

[14] Il m’a été demandé de présenter mon travail à l’oral : au CSRPN, au CS RNN HS, au CS CEN RA, PNF ou au  CS PNE



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2016, 25 juillet). Partager des relations professionnelles au cours d’une ethnographie. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo53