Des vaches et des touristes. L’innovation partagée en montagne XIXe-XXe siècle

Par Gilles Della-Vedova, docteur en histoire contemporaine et agrégé d’histoire-géographie, professeur au lycée Stendhal (Grenoble), chercheur associé au Laboratoire d’études rurales (Lyon 2). 

Résumé

La communication fait l’hypothèse d’une compréhension élargie de l’innovation dans un territoire de montagne (canton de Villard-de-Lans, Vercors), afin de saisir les mécanismes à l’œuvre, au moyen d’une comparaison dense à grande échelle entre deux branches de l’activité rurale que sont l’élevage et le tourisme.

La réflexion à propos de l’innovation renvoie aux travaux de Schumpeter. Il a imposé un prisme économique qui, à sa suite, a pu être réduit à la seule dimension technique. Il réduit l’innovation aux traits de la figure de l’entrepreneur capitaliste et il participe à une définition du développement qui repose sur la logique individualiste et libérale des sociétés industrielles. La communication cherche à emprunter d’autres sentiers qui passent par la montagne afin de relire le concept d’innovation. La méthode utilisée fait émerger non seulement de nouvelles figures mais surtout des groupes sociaux élargis. L’innovation n’est pas plaquée de manière artificielle mais elle s’appuie sur des ressources territoriales mises en valeur. De plus, elle résulte des acteurs locaux. Elle n’est possible que parce qu’elle est acceptée et reprise de manière collective et, qu’il s’agisse de l’élevage ou du tourisme, elle devient alors un accommodement. Les sociétés locales entendent garder la maîtrise de leur conception du développement et peuvent entrer en dissonance avec la conception qui veut leur être imposée. Dans la construction du système touristique, l’innovation n’est pas une activité en rupture mais elle s’insère de manière cumulative et est liée, par conséquent, avec la pluriactivité.

Introduction

Dans sa neuvième séance du 29 août 1873, le marquis de Virieu présentait un rapport au conseil général de l’Isère ayant pour objet les concours de la race bovine de Villard-de-Lans Le document attirait l’attention de la commission « et celles des propriétaires de Villard-de-Lans sur l’insuffisance des résultats obtenus. Les encouragements du conseil général et le zèle de la commission spéciale n’ont pas fait défaut aux éleveurs assurément, si leurs efforts avaient été plus consciencieux ils auraient déjà amené leur race à un degré de perfectionnement qu’elle est loin d’avoir atteint ; mais dans nos montagnes on sacrifie souvent l’avenir au présent, on se défait des meilleurs sujets, que le commerce paie chèrement et on conserve pour la reproduction les médiocres. »[1]

Cet extrait présente trois intérêts. D’abord, il présente une dimension de l’innovation à travers le « perfectionnement animal », pour citer les sources. En effet, c’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que de nouvelles races bovines « apparaissent », notamment dans les montagnes et, précisément en 1864 pour celle de Villard-de-Lans (Jussiau et al., 1999). Ensuite, il dresse un portrait de ceux qui poussent à l’innovation, à savoir les pouvoirs publics et, plus précisément, les notables qui seraient les véritables entrepreneurs, pour reprendre le vocabulaire de Schumpeter (1939). Enfin, l’auteur désigne ceux qui, à ses yeux, sont rétifs à la modernité car âpres au gain. Les « propriétaires », dans un territoire de montagne, signifie d’abord les petits. Tout compte fait, prendre comme sujet l’innovation en montagne ne revient-il pas à rouvrir le procès en routine ? Épouser cette représentation, reprendre ces sources narratives, revient à adopter le regard surplombant des notables agrariens, étudiés par Barral (1968) et, plus récemment par Cornu et Mayaud (2007). Le point de vue développé ici est bien différent.

Le questionnement prend place dans l’espace nommé par le marquis de Virieu, c’est-à-dire dans le canton de Villard-de-Lans. Il s’agit d’un territoire de moyenne montagne, constitué de deux vallées longitudinales à une altitude d’environ 1 000 mètres, bref une montagne à vaches. Il est distant d’une vingtaine de kilomètres de Grenoble, ville importante dans le processus d’innovation sous l’effet de la deuxième phase de l’âge industriel avec les conséquences de l’hydroélectricité mais également du tourisme. C’est à Grenoble qu’aurait été fondé le premier syndicat d’initiative en 1889.

Le propos se déroule dans une période chronologique qui débute à l’époque de la citation liminaire. Il s’étire jusque durant l’entre-deux-guerres, plus précisément, quand la commune de Villard-de-Lans, après avoir innové en exigeant de chaque visiteur un certificat de non contagiosité de la tuberculose, devient par un décret « station climatique » le 21 août 1930 (Della-Vedova, 2012).

La comparaison entre l’élevage et le tourisme permet de mettre en avant certaines propositions à la discussion pour comprendre l’innovation en montagne. Elle invite à considérer que l’innovation n’est pas resserrée autour de l’innovation technique et économique mais qu’à côté des innovations radicales, il y a celles qui sont « incrémentales », c’est-à-dire par degrés (Job, Talandier, 2014). L’innovation, telle qu’elle est étudiée ici, comprend donc un phénomène de diffusion dans un processus dynamique. Celui-ci est étudié selon deux modalités mais dans un même espace qui se situe en montagne. La question du rapport au territoire est fondamentale. Le versant endogène est abordé afin de dégager la place que prend le milieu.

Face au défi du regard surplombant des agrariens sur l’innovation, ce sont les matériaux de l’histoire sociale fine qui sont utilisés afin de mettre au jour les corpus des acteurs de l’innovation. Il y a des sources imprimées tels les listes des exposants et des primés au concours spécial départemental de la race bovine de Villard-de-Lans entre 1893 et 1914, ou bien les noms des habitants du canton retrouvés dans les adhérents au syndicat d’initiative de Grenoble et du Dauphiné. Ils sont contextualisés à partir de sources nominatives que sont les listes quinquennales de recensement, les actes de l’état civil, les matrices cadastrales ainsi que les registres des patentes. Enfin, d’autres archives permettent d’avoir une compréhension élargie de l’innovation comme, par exemple, les actes de fondation de sociétés de transport.

Ces documents donnent à voir ce que je propose de nommer l’innovation partagée c’est-à-dire un processus dynamique où les acteurs locaux non seulement reprennent les changements mais surtout en sont créateurs (Aydalot, 1986).

C’est ce qui explique, premièrement, que la question de l’innovation, encore peut-être davantage en montagne, ne peut être pensée hors-sol. Les transformations s’appuient sur un terrain qu’elles valorisent mais également sur un terreau humain qui les portent. C’est ce substrat innovant qu’il importe ensuite d’approcher. À côté de l’enjeu que constituent certaines dates pour occulter ou, au contraire, mettre en lumière les acteurs locaux, ceux-ci sont animés par différentes motivations personnelles mais également en fonction de groupes humains divers. Enfin, loin d’être un modèle qui supplanterait un ancien monde, l’innovation est un agencement qui n’est pas assimilable à une success story.

La territorialisation de l’innovation

Le terme est à comprendre en fonction du sens donné par Marie-Christine Fourny (2014) c’est-à-dire « la construction de territoires par l’innovation ».

La création de nouveaux territoires

Pour la création de la race bovine de Villard-de-Lans en 1864 comme celle du classement de la commune en station climatique en 1930, les deux innovations créent un territoire. Dans le premier cas, c’est la notion de berceau de race. Quand le perfectionnement procédait du croisement des races importées, le canton de Villard-de-Lans était perçu comme une périphérie, un bout du monde. Mais, avec le changement de paradigme et la mise en place de l’innovation de la reproduction par sélection, le canton devient central (Jussiau et al., 1999). L’attardé devient précurseur et la montagne devient le conservatoire, le refuge. Ces images sont réutilisées durant l’entre-deux-guerres. Les nouveautés hygiénistes notamment l’héliothérapie et la climatothérapie, reposent sur des observations des conditions naturelles du milieu. La brochure éditée à la suite d’un voyage d’études de médecins français et étrangers à Villard-de-Lans contient des relevés mensuels des heures d’ensoleillement quotidiennes. L’identité du territoire de l’innovation repose également sur l’altitude moyenne du canton à 1 000 mètres qui est « vraiment ‟ thérapeutique ” » (Romain, 1929). Pour appuyer le propos, le texte est accompagné d’un croquis sur lequel l’épaisseur du trait souligne les escarpements rocheux et, par conséquent, la singularité du territoire préservé. Cela permet à Villard-de-Lans d’adopter le slogan de « Paradis des enfants », sous-entendu contre la tuberculose. Villard-de-Lans devient une nouvelle « montagne magique » (Mann, 1924).

Dans les deux innovations, la régénération passe par le territoire qui est mis en avant par l’action des agents de l’administration et de ses auxiliaires.

Le rôle des agents de l’administration…

Concernant l’élevage comme le tourisme, les personnels de santé sont en première ligne. Dans le premier cas, il y a le vétérinaire Bévière qui se voit chargé par le préfet André en 1873 de ranimer le zèle des éleveurs en créant la première station d’élevage du département en 1875. De même, les différents vétérinaires sont présents dans les différents jurys au concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans pour évaluer les animaux. Durant les années 1920, on passe du vétérinaire aux médecins. Leur rôle est tout aussi important chez ceux qui, dans l’entourage du notable Pierre Chabert, décernent des certificats de non contagiosité aux visiteurs. Outre le docteur Romain, déjà mentionné, il y a le docteur Lefrançois à qui Pierre Chabert cède son poste de conseiller général du canton au milieu des années 1930. Ces hommes rendent possibles l’innovation.

Toutefois, ses premiers promoteurs demeurent tout au long de la période les notables.

… est à coupler avec celui, capital, des notables

Ils occupent une double position, à commencer par celle d’intermédiaire. C’est la fonction classique que lui donne Claude-Isabelle Brelot (2003) :

« […] c’est l’exercice par délégation des pouvoirs et fonctions de l’État qui distingue le notable. Ce dernier, en effet, est aussi bien celui qui s’impose à l’État comme une autorité de fait indispensable à l’État de droit que celui que le pouvoir exécutif choisit pour relayer son activité. Dans ce dernier cas, le notable est distingué par ses qualités intellectuelles, son aptitude administrative, ses compétences juridiques ou par son aptitude au gouvernement des hommes ».

Dans le cas du concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans, l’influence du sénateur maire d’Autrans Emile Durand-Savoyat (1847-1903) est palpable. L’apogée de sa carrière politique se situe entre 1885 et 1900. Un graphique des exposants du canton par communes au concours spécial montre que c’est entre 1893 et 1899 que l’effectif des Autranais fut le plus important (de 23% à 28%) et plus d’un cinquième du contingent des animaux présentés. Dès le lendemain de son décès, les effectifs des uns et des autres décroissent rapidement.

Dans la promotion du système touristique, les réclames en faveur du canton sont l’œuvre en priorité d’excursionnistes extérieurs au canton. Toutefois, le notaire de Villard-de-Lans, Jean Cocat, prend la plume pour décrire Méaudre, à l’occasion du concours cantonal des bovins en 1880. Il reprend tous les lieux communs bucoliques des milieux cultivés dominants pour attirer comme visiteurs la bonne société qui lit la presse du gratin grenoblois. De même, dans le processus d’expulsion des tuberculeux au milieu des années 1920, le maire de Villard-de-Lans, Jules Masson, est aux premières loges.

La place d’intermédiaire est à différencier de celle des pionniers dans le processus d’extension de l’innovation. Par exemple, à Méaudre, dès les premières années du concours spécial de la race bovine, des syndicats de drainage se mettent en place pour améliorer la production de fourrages à la fin du XIXe siècle. Le premier à faire les expériences est Elie Chabert qui est l’héritier d’une grande famille qui a dominé la vie politique du canton durant plus d’un siècle. Il s’appuie sur le fait qu’il est issu d’un milieu de marchands, notamment de bois, lequel a fait l’expérience de la gestion des affaires communales puisque l’un des parents avait dirigé les affaires de Lans sous la Restauration. La famille Chabert se retrouve également à la pointe de l’innovation touristique puisque l’un de ses grands promoteurs durant l’entre-deux-guerres est Pierre Chabert, un cousin au deuxième degré d’Elie. Celui-ci, en faisant l’expérience du drainage sur une pièce maîtresse de cinq hectares de son patrimoine foncier, constitue le territoire de l’innovation en transformant le paysage, au sens propre du terme.

La famille Chabert prouve qu’une partie au moins des groupes sociaux locaux sont acteurs. Ils produisent de l’innovation qui en entraîne d’autres en grappe, pour reprendre une métaphore de Schumpeter. Elie Chabert et ses syndicats de drainage contribue à l’accélération de l’élevage. Son parent, Pierre, réoriente l’essor du tourisme plus qu’un support de ressources, le territoire est modelé par eux. Toutefois, ce serait passer à côté de la compréhension de l’innovation que d’en rester au rôle des petits notables et autres « agrariens ».

Un substrat innovant

La poignée d’hommes étudiés sont les arbres qui cachent la forêt. En effet, l’innovation n’est-elle pas dans le territoire en question, d’abord un phénomène collectif ? Cependant, celui-ci apparaît plus ou moins en fonction des temporalités retenues.

Des dates de départs ou des étapes dans la reconnaissance ?

Le sujet de l’innovation a partie liée avec celui de la chronologie. En effet, s’il y a nouveauté, il y a un commencement. Or, le choix du moment retenu est lourd de sens. L’historiographie s’est longtemps contentée de reproduire le discours des catégories dominantes à la recherche d’un événement matriciel. Ainsi, la race bovine « apparaît » en 1864 grâce à l’action du notable grenoblois, Félix Réal. En effet, c’est lui qui intercède auprès des autorités du Second Empire pour que ces animaux bénéficient des subsides gouvernementaux en vue de sa promotion. Le comte d’Agoult, un autre habitant de la vallée et de la ville, lui trouve son un nom. Alors que le début des années 1860 voit la recherche d’une dénomination, la « race bovine alpine de l’Isère » devient celle « du Villard-de-Lans » en raison de l’attachement « pro bobus » des éleveurs. De la même manière, pour le tourisme de santé, c’est Pierre Chabert, qui est fondamentalement un homme d’affaire parisien, et son ami, le docteur Perret, médecin à Paris et à la Bourboule, qui sont à la manœuvre. Le premier en particulier, a ses entrées dans les ministères du fait de ses missions passées durant la Grande Guerre puis, à la sortie du conflit, dans des organisations touristiques nationales, pour non seulement faire expulser les tuberculeux de Villard-de-Lans mais également pour obtenir le classement et innover par la transformation du bourg en « station ». Par conséquent, le fait de retenir des événements conforte une lecture surplombante de l’innovation par quelques entrepreneurs.

L’utilisation d’autres sources et l’établissement d’une prosopographie fine montrent que la lecture est bien différente. En effet, les quelques lueurs de la statistique bovine du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle, des extrapolations à l’échelle du canton concernant les informations dans une commune au début du XIXe siècle, les chiffres des différentes occupations du sol à partir du début des années 1830, convergent dans la direction d’une orientation bovine et donc herbagère renforcée durant la première partie du XIXe siècle. L’innovation est donc endogène et plus largement diffusée que l’on pouvait le penser.

Elle l’est également dans le cas du tourisme puisqu’un premier système touristique s’est mis en place au tournant du XIXe et du XXe siècle. Les rapports annuels du syndicat d’initiative de la ville de Grenoble entre 1894 et 1908 contiennent des adhérents domiciliés dans le canton de Villard-de-Lans et qui ne sont pas des personnalités d’importance majeure. Cette fois, il n’est plus possible de parler seulement de notables. Les trajectoires biographiques montrent des familles liées à l’exploitation et au commerce du bois qui investissent dans l’innovation que représente le tourisme. De surcroît, des individus modestes sont présents. On touche ici un élément fondamental : non seulement l’innovation est endogène mais elle est partagée dans la mesure où elle véhiculée par des acteurs qui appartiennent à différentes couches sociales et selon des temporalités qui ne sont pas réductibles à la « descente » de l’innovation des notables aux humbles.

Ce substrat innovant sert différentes ambitions

Les unes sont clairement économiques : Paul Rey-Giraud, né en 1864, est un cultivateur comme son père qui ne détenait que 5,3 hectares en 1896. Il innove en se déclarant dans les recensements « pisciculteur » et, dans le même temps, adhère au syndicat d’initiative de la ville de Grenoble. Connu, l’homme voit des récits d’excursions et les guides qui évoquent ses truites. Pour lui, la nouveauté de la pisciculture s’articule avec celle du tourisme dans une logique clairement pluriactive. Il s’agit de se développer en s’enrichissant.

D’autres ambitions ont une tonalité sociale davantage marquée par les sources : la nouveauté permet d’obtenir la reconnaissance. C’est ainsi qu’il faut interpréter l’engagement dans le concours spécial de la race bovine afin de devenir une étable primée et d’être reconnue par ses concitoyens mais également par les pouvoirs publics républicains via la Société nationale d’encouragement à l’agriculture et par l’obtention du Mérite agricole. Les parcours biographiques dessinent l’enchevêtrement des retombées, certaines s’exprimant clairement dans la politique locale. C’est le cas d’Adrien Barnier à Méaudre, issu d’un milieu qui est apparu relativement modeste. Il saisit à bras le corps l’innovation représentée par le concours spécial de la race bovine : 72% des déclarations faites aboutissent à une place au palmarès. C’est dans ce contexte qu’après plusieurs tentatives, il devient premier édile de sa commune et déloge Elie Chabert en 1900. La reconnaissance des jurys et des autres éleveurs forment un tout. Reconnu excellent pour élever des animaux de qualité et à la pointe de l’innovation telle qu’elle est recherchée par les jurys, il s’en sert pour gagner des suffrages.

Il en va de même à Villard-de-Lans pour Jean Séraphin Borel, propriétaire de quatre hectares à la veille de la Grande Guerre, boulanger et « entrepreneur de bains publics ». En effet, il se sert de la nouveauté que représente l’essor du thermalisme à Allevard, Uriage ou dans des sites plus petits et plus proches comme La Motte-les-Bains ou Choranche pour aménager en 1888 des « bains ferrugineux et antinévralgiques »[2]. C’est la même année qu’il fait son entrée au conseil municipal de Villard-de-Lans.

Par conséquent, l’adoption de l’innovation est à rechercher dans une logique d’accumulation.

Le fruit d’une accumulation qui se décline selon trois modalités

La nouveauté est loin d’être le fait d’hommes nouveaux. En effet, les trajectoires biographiques dessinées montrent souvent que l’on ne part pas de rien et que différentes formes de capital sont à l’œuvre pour déclencher la nouveauté. Ruptures et continuités n’ont jamais si bien entretenues un lien dialectique.

À l’échelle des communes, il y a un effet de taille. Ainsi, dans le cadre du concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans au tournant du siècle, les deux communes longtemps les plus engagées, furent celles qui étaient, préalablement à la reconnaissance de 1864, les plus fortement investies dans le processus. Des analyses cartographiques de la diffusion de l’excellence bovine, selon les critères du concours, ne sont réellement visibles qu’à Méaudre car c’était le lieu qui, dès le départ avait un nombre régulier d’exposants dans un grand nombre de hameaux et qui était par conséquent le plus fortement investi dans la promotion bovine.

À l’échelle des individus cette fois, la reprise de l’innovation à travers l’élevage peut s’inscrire dans un cadre familial (père/fils, oncle/neveu, beau-père/gendre) qui resterait à préciser. Il y a des connaissances tacites transmises qui doivent être mieux mises au jour. De même, pour la mise en place du système touristique, le fait de bénéficier d’atouts, notamment économiques mais également culturels, au sein du cadre familial explique la reprise de l’innovation ou le glissement d’une activité en direction d’une autre plus porteuse : outre le cas des familles dotées en bois qui investissent dans l’hôtellerie ou les transports des voyageurs, la première laiterie qui fabrique de manière industrielle, mais modeste, du beurre, s’appuie sur un savoir-faire d’une autre branche de la famille dans le canton voisin. Les revenus dégagés sont investis soit dans le perfectionnement en envoyant le fils de la famille faire ses études à la Roche-sur-Foron, soit en faisant gendre un autre garçon pour reprendre le principal hôtel de Villard-de-Lans à la fin du XIXe siècle (Della-Vedova, 2011).

Plus largement, une piste de travail qui demanderait à être précisée, fait l’hypothèse que c’est parce que le canton montagnard de Villard de Lans, relativement proche de Grenoble, était ouvert sur l’extérieur durant la première moitié du XIXe siècle grâce à l’exportation des produits de l’économie sylvo-pastorale et des livraisons de gants, dans une organisation proto-industrielle, que les modalités de l’innovation venues de la ville furent appropriées par des individus relativement modestes pour chercher des voies au développement.

L’innovation est donc aussi un phénomène endogène dans un processus complexe de création sui generi et de recherches de solutions locales à des sollicitations globales. Cela entraîne donc des innovations qui sont négociées.

Des innovations négociées

La perception de deux mondes, deux espaces qui s’opposeraient dans une lecture du global versus le local, au bénéfice du premier a fait long feu. Dans les espaces de montagnes, les petites exploitations rurales sont à maints égards « triomphantes » dans leurs participations dans les transformations en France (Mayaud, 1999). Elles ne disparaissent pas et entendent rester maîtres non seulement du développement mais de leur conception du développement.

L’innovation animale mise en échec ?

En 1914, le concours spécial départemental de la race bovine s’est tenu quelques semaines avant l’entrée en guerre du pays. Suspendu, il ne reprend pas après la Première Guerre mondiale, sous l’effet du conflit sans doute. À nouveau, le choix d’un événement établit un faux lien causal ou tout au moins largement insuffisant. En effet, les analyses montrent une désaffection dès la fin de la Belle Epoque de la part des éleveurs du canton comme de ceux domiciliés à l’extérieur, à l’exception d’une poignée d’individus. Le déclin du nombre d’exposants du canton inscrits est contemporain d’une modification des critères de l’excellence animale. À la recherche des signes laitiers, les critères utilisés jusqu’alors et repérables par tous – membres du jury, exposants et public averti – qui se déroulaient sous la forme d’un concours se transforment à partir de 1907-1908 en examen de dix critères qui sont mesurés mathématiquement. Le perfectionnement de l’innovation casse un ressort de la motivation car les éleveurs s’estiment dépossédés des critères de l’excellence animale.

Cela ne signifie pas qu’ils se détournent de l’élevage bovin. Mais, à la spécialisation laitière de plus en plus recherchée, ils restent fidèles à la « triple aptitude » lors de la création de la station d’élevage quarante ans plus tôt non par routine mais parce qu’ils ont une autre logique d’innovation. Ils souhaitent devenir davantage un pays naisseur pour vendre une partie des veaux dans le Trièves voisin afin de fabriquer également des animaux de boucherie. Le déclin du concours n’est pas celui de la race mais il prouve que les cultivateurs refusent d’être marginalisés dans ce qu’ils considèrent comme « leur » innovation.

L’innovation maîtrisée

La recherche de la maîtrise apparaît à plusieurs échelles d’analyse. Au sein du cadre familial, l’exemple de la famille Girard-Blanc était éloquent, entre valorisation des fruits de l’élevage et investissement dans l’hôtellerie. Il n’est cependant pas isolé. Les trajectoires biographiques livrent d’autres configurations. Si l’on revient au cas des syndicats de drainage à Méaudre, promus par Elie Chabert, ils ont été installés par Carrier, un « ingénieur-hydraulicien » en 1899 ou 1900 devenu, six ans plus tard, inspecteur des améliorations agricoles. Par la suite, celui-ci envoie à Méaudre un ingénieur agricole en poste à Valréas, Dussert, afin de suivre l’évolution des travaux. Or, en 1900, Séraphin Jules Dussert, « répétiteur du génie rural » épouse la fille d’un cousin d’Elie Chabert, domiciliée à Méaudre. Il devient ensuite directeur des services agricoles de Haute-Savoie à l’époque de la Première Guerre mondiale et c’est après le conflit que l’innovation représentée par la fruitière haut-savoyarde fait son apparition à Méaudre. S’il s’agit du même individu, l’innovation passe par des réseaux familiaux, moins préhensibles que ceux des professions ou des organisations.

La négociation apparaît également lorsque les éleveurs adoptent une nouvelle méthode d’organisation de la gestion du lait avec la création de coopératives laitières durant les années 1920. À côté d’initiatives privées endogènes – la laiterie Girard-Blanc déjà mentionnée – ou exogènes – celle de Gravier à Briançon –, des fruitières se montent.

Mais il ne faudrait pas conclure de manière simplifiée à un consensus autour des formes de l’innovation. Des acteurs locaux peuvent se montrer hostiles parce que leurs logiques individuelles de l’innovation se heurtent à celles portées par d’autres acteurs locaux.

Une modalité de l’innovation touristique refusée

Sous l’action de Pierre Chabert, à la fin de notre période, quand le territoire de Villard-de-Lans devient l’enjeu de nouvelles innovations touristiques avec l’obligation d’un certificat de non contagiosité qui devait être réclamé par les hôteliers ainsi que par les simples logeurs, des oppositions se font jour tant chez les premiers que chez les seconds.

C’est le cas d’Alfred Pierre Guichard qui est vraiment une figure d’entrepreneur. Il épouse la fille d’un propriétaire richement doté en bois à Autrans. Scieur, il innove avec Joseph Nicollet, voiturier et marchand de bois, pour électrifier Villard-de-Lans en 1903. Son entreprise est rachetée en 1912 par la société hydro-électrique de la haute-Bourne. Il investit ses capitaux dans un établissement qu’il transforme en hôtel où il installe tout le confort moderne, « eau chaude et froide [et] chauffage central »[3].

Quand la municipalité lui coupe la distribution d’eau parce qu’il n’a pas demandé de certificat de non contagiosité, il s’engage dans des démarches judiciaires et c’est Pierre Chabert qui résout le litige en donnant de l’argent à titre de dédommagement. Ce sont donc deux modèles touristiques innovants qui s’affrontent, l’un qui est prêt à accueillir des tuberculeux, l’autre qui s’y refuse au nom d’autres projets.

Chez des individus plus modestes, l’innovation touristique est palpable. Paul Bonnet en provient car son père était cantonnier à Méaudre et sa mère est couturière de gants. Après avoir été domestique agricole, Paul Bonnet sort du canton mais revient avec une formation de charcutier probablement en 1903. Paul Bonnet élargit ses activités et devient également épicier dans le bourg centre de Villard-de-Lans. Pour renforcer l’attractivité de son commerce, il se saisit de l’innovation touristique quand il demande à avoir une pompe à essence. Une certaine forme de réussite pourrait se lire par l’emploi du terme de négociant sur le recensement de 1926 ainsi que sa volonté d’entrer au conseil municipal de Villard-de-Lans en 1925 mais sans succès. De surcroît, il propose aux voyageurs de passage de louer un appartement mais comme ni lui ni sa famille ne demandent de certificat de contagiosité, la commune ferme l’accès à l’eau ce qui conduit à une action en justice qui peut être interprétée comme un signe montrant des divergences d’appréciation entre l’équipe municipale et lui quant à la clientèle recherchée.

Conclusion

Il ressort de la comparaison des deux activités par l’étude des acteurs que l’innovation est partagée c’est-à-dire qu’elle n’est pas automatiquement constitutive d’une initiative qui est exogène au territoire. Plutôt que les termes d’endogène et d’exogène à propos des innovations, il faut mettre l’accent sur l’identification des acteurs qui prennent l’initiative de saisir des opportunités s’articulant entre des potentialités locales et des demandes globales.

L’innovation en montagne passe par des entrepreneurs qui proviennent à la fois des milieux les plus en vue du microcosme local mais également d’individus de provenances plus modestes. Elle est partagée parce qu’elle est adoptée par un corpus d’acteurs qui n’est pas réduit. La logique de spécialisation qui apparaît dans le secteur industriel ou dans certains territoires ruraux de plaine doit, en montagne, davantage prendre en considération la pluriactivité et souligner l’importance des stratégies familiales.

Autour de l’innovation il y a négociation et en aucun cas abdication ou dépossession des groupes locaux qui entendent demeurer acteurs du développement rural ce qui ne signifie pas consensus entre eux. Des stratégies qui ne se réduisent pas une dimension technique ou économique apparaissent. Une approche prosopographique par le bas semble donc tout indiquée pour renforcer la compréhension de l’innovation et, par là, celle des mondes montagnards contemporains.

BIBLIOGRAPHIE

Aydalot, P. (1986). « L’aptitude des milieux locaux à promouvoir l’innovation ». in J. Federwish, H.G. Zeller (Eds.), Technologies nouvelles et ruptures régionales (pp. 41-58). Paris : Economica.

Barral, P. (1968). Les agrariens français de Méline à Pisani. Paris : Armand Colin.

Brelot, C.-I. (2003). « À la ville comme à la campagne, un même acteur social : le grand propriétaire ». in P. Guillaume (Ed.), Les solidarités. Tome 2 : Du terroir à l’Etat, (pp. 393-405). Pessac : Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Cornu, P., Mayaud, J.-L. (Eds.) (2007). Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France et en Europe du XIXe siècle à nos jours. Actes du 23e colloque de l’Association des ruralistes français. Paris : la Boutique de l’Histoire.

Della-Vedova, G. (2011). « Faire son beurre chez les Girard-Blanc. L’orientation laitière d’une entreprise familiale (Villard-de-Lans XIXe-XXe siècles) ». La Pierre et l’Écrit. Revue d’histoire et du patrimoine du Dauphiné, n° 22, 2011, pp. 163-180.

Della-Vedova, G. (2012). « La peur de la contamination par la tuberculose à Villard-de-Lans ». in V. Adam et L. Revol-Marzouk (Eds.), La Contamination. Lieux symboliques et espaces imaginaires (pp. 173-190). Paris : Classique Garnier.

Fourny, M.-C. (2014). « Périphérique, forcément périphérique ? La montagne au prisme de l’analyse géographique de l’innovation ». in M. Attali, A. Dalmasso & A.-M. Granet-Abisset, Innovation en territoire de montagne. Le défi de l’approche interdisciplinaire, (pp. 135-174). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Job, L., & Talandier, M. (2014). « Les dimensions économiques et territoriales des innovations : une application aux espaces de montagne ». in M. Attali, A. Dalmasso & A.-M. Granet-Abisset, Innovation en territoire de montagne. Le défi de l’approche interdisciplinaire, (pp. 91-133). Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Jussiau, R., Montméas, L., & Parot, J.-C. (1999). L’élevage en France : 10 000 ans d’histoire. Dijon : Éducagri éd.

Mann, T. (1997 1ère édition 1924). La montagne magique. Paris : librairie générale française.

Mayaud, J.-L. (1999). La petite exploitation rurale triomphante France, XIXe siècle. Paris : Belin.

Docteur Romain (1929). in Anonyme, Un Voyage d’Etudes de Médecins Français et Etrangers à Villard-de-Lans Dauphiné (France), (p. 38), Grenoble : imprimerie générale.

Schumpeter, J. A., (1983, 1ère édition 1939). Théorie de l’évolution économique : recherches sur le profit, le crédit et le cycle de la conjoncture. Paris : Dalloz.


[1] Marquis de VIRIEU (1873). « Neuvième séance du conseil général de l’Isère, 29 août 1873 ». in Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de l’Isère, Grenoble : F. Allier père & fils, imprimeurs de la préfecture. En ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57445423/f486.image, consulté le 17 décembre 2016.

 [2] Le Dauphiné, n° 1 398, 1888

[3] Archives départementales de l’Isère, 119M14. Plaquette publicitaire pour la saison d’hiver



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 31 mai). Des vaches et des touristes. L’innovation partagée en montagne XIXe-XXe siècle. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo58