Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes

Par Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine, LabEx ITEM, Université de Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194 / Università Milano Bicocca  – Dipartimento di sociologia e ricerca sociale

et Luca Daconto, post-doctorant en sociologie, Università Milano Bicocca – Dipartimento di sociologia e ricerca sociale

Résumé 

L’alimentation est une composante importante de la qualité de vie des individus en termes de santé, de sociabilité et d’intégration. Dans une perspective de justice sociale, le défi pour les politiques publiques est de promouvoir l’accès à une variété de ressources alimentaires saines, sûres et appropriées, notamment pour les populations les plus vulnérables.

Dans ce cadre, l’article vise à identifier les différents potentiels d’accès aux ressources alimentaires qui caractérisent les territoires de la convention alpine en Lombardie et en Auvergne-Rhône-Alpes. Le but est de présenter les résultats d’une analyse spatiale de la distribution des commerces alimentaires et des personnes âgées de 75 ans et plus (Istat 2011 ; Insee 2010). L’article analyse la dotation des ressources alimentaires (nombre de services par habitant) à l’échelle communale avant de la comparer à la répartition des personnes âgées. L’objectif est d’identifier les ressources alimentaires auxquelles la population âgée peut potentiellement accéder.

Les résultats montrent que dans les deux pays les territoires de montagne ont une dotation alimentaire (nombre de services par habitant) plus importante que les espaces urbains et péri-urbains. La présence de zones touristiques conduit cependant à une surreprésentation des commerces alimentaires d’autant que les communes touristiques de montagne situées à plus de 1000 mètres sont peu habitées et ont une faible proportion de personnes âgées dans leur population.

Introduction

L’alimentation est un facteur qui affecte le bien-être et la qualité de vie des individus (Jonhson, Hausman, Martin, Poon, Sattler, Davey, 2011 ; Bell, Mora, Hagan, Rubin & Karpyn, 2013 ; Corvo & Fassino, 2015). La nourriture est non seulement le moyen pour soutenir le bon fonctionnement du corps, mais aussi un moyen de sociabilité et d’identité ; elle émerge comme une véritable ressource ou opportunité (Dijst & Kwan, 2005), qui permet de satisfaire non pas seulement un besoin élémentaire, mais aussi ceux plus complexes d’identité et de participation sociale. Il est donc important dans une perspective de justice sociale de garantir un accès équitable à une variété de ressources alimentaires saines et appropriées, notamment pour les territoires et les groupes les plus vulnérables.

La littérature sur le sujet a souligné les effets négatifs, surtout en termes de malnutrition, liés au food desert (Walker, Keane & Burke, 2010) ou désert alimentaire, c’est-à-dire des zones enclavées, souvent rurales, de montagne ou périurbaines, caractérisées par le manque ou la pénurie de ressources alimentaires. En revanche, l’accessibilité ne se limite pas à la dimension spatiale et, progressivement, l’attention s’est déplacée vers la question de l’accessibilité économique, puisque même la présence des ressources alimentaires peut se transformer en un food mirage (Donald, 2013) ou mirage alimentaire, si l’on ne dispose pas de ressources financières suffisantes pour se procurer des aliments sains. À cet égard, l’inaccessibilité peut aussi être liée à des facteurs individuels, comme avec une motilité (Kaufmann, Bergman & Joye, 2004) plus faible, qui ne permet pas d’atteindre les ressources alimentaires, ou bien la perte de proximité cognitive-affective par rapport aux lieux et à l’environnement (Ramadier, 2010). De cette brève revue, il est clair que l’accessibilité aux ressources alimentaires, définie comme la capacité à se nourrir, ou bien food-ability (Armstrong, Chapin, Chastain, Person, VanRheen & White, 2009) dépend de l’entrelacement de facteurs environnementaux et individuels.

Les territoires de montagne naturellement contraints par la topographie (système de pente, système de vallée), la météo et les aléas liés (enneigement, crues, etc.), ont une activité touristique importante et fortement polarisée autour des activités de montagne hivernales comme estivales.

Les personnes âgées de 75 ans et plus sont plus vulnérables dans le domaine de la mobilité (Caradec, 2012) et de la nutrition (Bales & Ritchie, 2002). Le vieillissement est un processus universel, progressif, endogène et dégénératif (Henrad, 2007) qui limite l’autonomie des personnes, leur potentiel socio-relationnel et économique. Il se manifeste par des difficultés à se déplacer et à réaliser seul les tâches de la vie quotidienne, comme par exemple le ravitaillement alimentaire, la préparation des repas et l’alimentation autonome.

Dans ce cadre, l’article présente une étude exploratoire sur le potentiel d’accès aux ressources alimentaires des personnes âgées de 75 ans et plus dans les territoires de montagne qui font partie de la convention alpine en région Lombardie (Italie), et en région Auvergne-Rhône-Alpes  (France). Il met en regard la dotation des ressources alimentaires disponibles et la répartition de la population âgée de 75 ans et plus dans chaque commune. Le but est d’étudier, par une analyse spatiale, le potentiel d’accès aux ressources alimentaires des territoires de montagne et, ensuite, de vérifier s’il y a adéquation avec la présence de personnes âgées potentiellement dépendantes à proximité.

Données et méthodes

Pour analyser l’offre alimentaire dans les territoires alpins étudiés et l’accessibilité spatiale, notamment par rapport à la population âgée, nous avons comparé, grâce à un Système d’information géographique (SIG) et aux outils cartographiques, la distribution des ressources alimentaires et celle de la population âgée de 75 ans et plus.

Tout d’abord, il était nécessaire de recueillir des informations sur la localisation des ressources alimentaires dans les territoires considérés. Dans l’étude, nous avons défini comme ressources alimentaires les commerces alimentaires spécialisés tels que les boulangeries, boucheries etc. et non spécialisés tels que les supermarchés, supérettes, épiceries, etc. et les services de restauration. Les données ont été recueillies à partir du 9ème recensement de l’industrie et des services en 2011 pour la Lombardie (Istat, 2011) et de la base permanente de l’équipement pour l’Auvergne-Rhône-Alpes (Insee, 2010). Ces bases de données comprennent des informations sur le nombre des activités alimentaires présentes à différentes échelles, que nous avons examinées au niveau communal pour faciliter la comparaison internationale. Le nombre d’entreprises alimentaires a ensuite été rapporté au nombre d’habitants de chaque commune afin de calculer un indice de dotation des ressources alimentaires (nombre d’activité par habitant).

Les informations sur la population sont issues du 15ème recensement de la population et des habitations (Istat, 2011) et du recensement de la population en 2010 (Insee, 2010). Ces bases de données ont été aussi employées pour l’analyse, d’un point de vue territorial, de la structure de la population par âge. En particulier, nous avons considéré la part des personnes âgées de 75 ans et plus par commune et sa densité (nombre de 75 ans et plus par kilomètre carré). Enfin, nous avons comparé le niveau de dotation des ressources alimentaires à la distribution de la population âgée.

Analyse

La distribution spatiale de la population âgée de 75 ans et plus

Nous commençons la présentation des résultats de l’analyse en prenant en considération la répartition de personnes âgées dans nos deux cas d’études. En premier lieu, nous nous concentrerons sur la densité des personnes âgées les plus fragiles à l’échelle communale.

Figure 1
Figure 2

La figure 1, carte à gauche, montre cette densité (75 ans et plus par km2) dans la  zone alpine de la région Auvergne Rhône Alpes. Il émerge clairement que les plus hautes valeurs de densité (violet foncé) correspondent aux principales centralités urbaines avec les agglomérations majeures du sillon alpin : Grenoble, Chambéry et Annecy notamment. En d’autres termes, l’effectif de la population âgée la plus fragile se concentre dans ces espaces urbains. Les communes hors espaces urbains affichent quant à elles des valeurs semblables : la majorité de ces communes ayant entre 0 et 0.3 personnes de 75 ans et plus par km2. Cela est confirmé par la carte à droite (figure 1), où nous avons masqué en bleu les territoires avec une altitude supérieure à 1 000 mètres. Il émerge clairement que les plus hautes valeurs de densité ne sont pas dans les espaces de haute montagne.

Avant de poursuivre l’analyse, il faut remarquer que cette tendance ne concerne pas seulement les personnes âgées, mais plus globalement l’ensemble de la population. Une grande partie de la population de la région vivant en ville. Le fait qu’il y ait moins de personnes âgées dans les espaces de montagne est d’une manière générale imputable à une faible densité de population.

Par contre, si l’on considère la part des personnes âgées de 75 ans et plus dans les communes de la convention alpine le constat est différent. Dans la figure 3 nous notons que les espaces urbains ont les valeurs les plus basses (vert clair) et que les autres communes ont une structure de la population plus âgée. Si l’on regarde la carte à droite de la figure 3, nous voyons que les communes à plus de 1 000 mètres d’altitude détiennent une plus grande partie des 75 ans et plus (vert foncé).

Figure 3

L’on peut faire les mêmes constats si l’on regarde la distribution spatiale de la population âgée en Lombardie. Les plus hautes valeurs de densité se trouvent en correspondance avec les principales villes, comme Varese, Côme, Lecco, Sondrio, Bergame et Brescia, ainsi que dans les espaces péri-urbains liés et la métropole de Milan et dans les vallées qui relient les principales centralité urbaines à l’intérieur de la convention alpine (figure 2).

En considérant la part de personnes de 75 ans et plus dans chaque commune (figure 4), nous notons que ce sont les communes de haute montagne, notamment dans les départements de Lecco, Bergame et Sondrio, et les aires autour des principaux lacs de la région (lac de Côme, lac Majeur et lac de Garde) qui ont une structure de population plus âgée. Si dans les deux cas les tendances sont communes, il faut néanmoins noter qu’en Lombardie il y a un écart important dans les communes autour des lacs.

Figure 4
La distribution des ressources alimentaires

Les commerces alimentaires non spécialisés (supérette, grande surface, épicerie) sont répartis de manière extrêmement hétérogène sur les territoires de la convention alpine en Auvergne Rhône Alpes. Si l’on reporte le nombre d’équipements sur le nombre d’habitants (figure 5) nous observons des zones de sur-équipement en commerces alimentaires non spécialisés. Lorsque nous masquons les parties du territoire en dessous de 1 000 m (figure 5 à droite) il apparaît que ces zones de sur-équipement se trouvent majoritairement en altitude et correspondent aux principales stations de sport de montagne du territoire (Alpe d’Huez, Trois Vallées, Serre Chevalier,…). Le taux d’équipements en commerces alimentaires non spécialisés est donc influencé par l’activité touristique.

En Lombardie (figure 6), le phénomène est le même mais il est bien moins net que dans la région Auvergne Rhône Alpes. Cela s’explique par le fait que les montagnes lombardes sont globalement plus peuplées que les montagnes françaises mais aussi par le fait que les stations touristiques lombardes sont d’une taille plus réduites que leurs voisines transalpines. Cette représentation nous permet cependant de noter un point important : le sur-équipement des zones de basses altitudes à proximité des lacs et des autres aménités touristiques. Ce phénomène s’observe également en Auvergne Rhône Alpes dans des zones touristiques non urbaines, à proximité de sources thermales par exemple.

Plus largement, nous pouvons faire l’hypothèse que ce suréquipement en services alimentaires non spécialisés est lié à la présence d’une activité touristique sur les communes. En réalité, le constat est vrai aussi pour les autres types de ressource alimentaire que nous avons considérés (c’est-à-dire les commerces alimentaires spécialisés et les commerces de restauration), mais que nous n’approfondirons pas dans cet article. En général, le nombre d’équipements alimentaires ne correspondant pas à la population résidente mais à la population résidente à laquelle on ajoute les touristes et résidents temporaires (saisonniers, etc.). En effet, ce sont toujours les communes les plus touristiques qui ont une plus grande dotation des commerces alimentaires. Ces communes touristiques dans l’aire de la convention alpine ne sont pas forcément des zones d’attractivité pour les activités de loisir de montagne (comme par exemple le ski, la randonnée, etc.), mais aussi pour celles liées aux activités lacustres (comme par exemple la natation, plages, etc.) et à l’oeno-gastronomie (comme le Val Taleggio).

Figure 5
Figure 6

Nous avons vu précédemment que les populations âgées de 75 ans et plus étaient très peu présentes dans les communes les plus touristiques. Ces dernières ne bénéficient donc pas du sur-équipement en commerces alimentaires non spécialisés. Le taux d’équipement (équipement par personnes) est comparable aux espaces urbains mais la faible densité des territoires de montagne amène à une plus faible densité de l’offre alimentaire non spécialisée (équipement par km2). Les personnes les plus fragiles du territoire auront donc potentiellement des difficultés à se ravitailler en nourriture.

Les communes qui ont une population plus âgée ne correspondent pas avec les communes qui ont une plus grande dotation en services alimentaires. En Lombardie, un écart significatif se trouve en correspondance des aires des lacs et des territoires de montagne (altitude supérieure à 1 000 mètres) des provinces de Brescia et Bergame, qui ont une part importante des personnes âgées de 75 ans et plus (vert foncé).

 Conclusion

Comme nous l’avons noté au début de l’article, l’alimentation joue un rôle central dans la qualité de vie des individus. Ce constat montre l’importance de garantir un accès équitable aux ressources alimentaires, notamment pour les territoires et population plus vulnérables, en promouvant la capacité à se nourrir (food-ability) des individus. Dans l’approfondissement de ce concept, nous avons souligné que l’accessibilité aux ressources alimentaires est influencée par des facteurs environnementaux et individuels.

Les résultats montrent que dans les deux pays les territoires de montagne liés au tourisme ont une dotation alimentaire (nombre de services par habitants) plus importante que les espaces urbains et péri-urbains. La présence de zones touristiques conduit à une surreprésentation des commerces alimentaires. Ces communes sont cependant peu habitées et présentent une plus faible proportion de personnes âgées dans leur population.

Alors même que l’accès à la ressource alimentaire semble plus simple dans les zones touristiques, il y a une inadéquation de cette offre avec la répartition des personnes âgées sur le territoire.

L’alimentation est un facteur qui affecte le bien-être et la qualité de vie des individus (Jonhson et al., 2011). En l’absence de commerces alimentaires et en l’absence d’autosuffisance alimentaire, le ravitaillement peut se concevoir soit par la mobilité propre des personnes âgées, avec tous les problèmes que nous avons détaillés dans notre introduction, soit par les mobilités inversées. Dans ce deuxième cas, ce n’est plus la personne qui se déplace mais les produits alimentaires qui viennent à elle via les commerces ambulants, les solidarités familiales ou de voisinage ou encore la livraison individuelle. Si la situation effective est probablement hybride entre ces deux moyens de se ravitailler, la distance à la ressource alimentaire pose des questions quant aux mobilités et à la soutenabilité de ce modèle de ravitaillement. La potentielle difficulté des personnes âgées à accéder à l’offre alimentaire et à s’alimenter dans de bonnes conditions nous questionne, elle, sur les conditions de l’habitabilité, le maintien à domicile des personnes les plus fragiles et sur la qualité de vie dans les territoires de montagne étudiés en France et en Italie.

Bibliographie

Armstrong, K., Chapin, E., Chastain, A., Person, J., VanRheen, S., & White, S. (2009). Foodability. Visioning For Healthful Food Access In Portland. Portland: Portland State University.

Bales, C. W., & Ritchie, C. S. (2002). Sarcopenia, Weight Loss, and Nutritional Frailty in the Elderly. Annual Review of Nutrition, 22(1), 309–323. doi : 10.1146/annurev.nutr.22.010402.102715

Bell, J., Mora, G., Hagan, E., Rubin, V., & Karpyn, A. (2013). Access to healthy food and why it matters: A review of the research. Philadelphia, PA: The Food Trust.

Caradec, V. (2012). Sociologie de la vieillesse et du vieillissement: Domaines et approches. Paris : Armand Colin.

Corvo, P., & Fassino, G. (Eds.) (2015). Quando il cibo si fa benessere. Alimentazione e qualità della vita. Milano: FrancoAngeli.

Dijst, M. J., & Kwan, M. P. (2005). Accessibility and quality of life: time-geographic perspectives. In K. Donaghy, S. Poppelreuter, & G. Rudinger (Eds.), Social Dimensions of Sustainable Transport: Transatlantic Perspectives (109–126). Aldershot: Ashgate.

Donald, B. (2013). Food retail and access after the crash: rethinking the food desert problem. Journal of Economic Geography, 13(2), 231–237. doi :10.1093/jeg/lbs064

Henrard, J.-C. (2007). Les Défis du vieillissement. Paris : Découverte.

Insee. (2010).  Recensement 2010. En ligne https://www.insee.fr, consulté le 28/03/2017.

Insee. (2010). Base permanente des équipements 2010. En ligne https://www.insee.fr, consulté le 28/03/2017.

Istat. (2011). 15° Censimento della popolazione e delle abitazioni 2011. En ligne http://www.istat.it/it/archivio/104317, consulté le 28/03/2017.

Istat. (2011). 9° Censimento dell’industria e dei servizi 2011. En ligne http://www.istat.it/it/archivio/104317, consulté le 28/03/2017.

Jonhson, M.-A., Hausman, D., Martin, P., Poon L.-W., Sattler, E.-L.-P., Davey, A. (2011) Nutrition and Well-Being in Poon and Cohen-Mansfield, Understanding Well-being in the Oldest Old, Cambridge University Press, New York, 408 pp.

Kaufmann, V., Bergman, M. M., & Joye, D. (2004). Motility: mobility as capital. International Journal of Urban and Regional Research, 28(4), 745–756. doi : 10.1111/j.0309-1317.2004.00549.x

Ramadier, T. (2010). La géométrie socio-cognitive de la mobilité quotidienne: distinction et continuité spatiale en milieu urbain. Thèse de doctorat en psychologie, Université de Nîmes, Nîmes.

Walker, R. E., Keane, C. R., & Burke, J. G. (2010). Disparities and access to healthy food in the United States: A review of food deserts literature. Health & Place, 16(5), 876–884. doi : 10.1016/j.healthplace.2010.04.013



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 8 juin). Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5a