D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ?

Par Coralie Achin, docteur en sciences du territoire, Université Grenoble Alpes, IRSTEA, UR Développement des Territoires Montagnards

Avec près de 1,2 milliards de touristes en 2015 (UNWTO, 2016), le tourisme constitue un phénomène mondialisé, dont le rôle économique ne fait aujourd’hui plus aucun doute : ayant bénéficié au cours des vingt dernières années d’une croissance quasi interrompue, ce secteur représente aujourd’hui plus d’un milliard de recettes internationales, 10% du PIB mondial et fournit un emploi sur onze (UNWTO, op. cit.). Ces chiffres, imposants, témoignent du passage d’un tourisme confidentiel et élitiste au début du XIXème siècle (Boyer, 2005) à un tourisme de masse dont les prémices remontent aux années 1930 (Boyer, 1999). Sans nul doute, l’avènement de ce dernier a été permis par la mondialisation ainsi que par les évolutions industrielles et sociales concomitantes et/ou liées. Parmi elles, nous pouvons tout particulièrement mettre l’accent sur le développement des moyens de transport et de communication, la limitation de la durée hebdomadaire de travail et l’institution progressive de cinq semaines de congés payés par an, offrant aux Français la possibilité nouvelle de partir en vacances. À compter de cette période, la pratique touristique se démocratise, entrainant alors une multiplication des destinations touristiques (Stock et Antonescu, 2014) s’appuyant pour cela sur la mise en place d’une organisation de type industriel, fondée sur la standardisation des prestations (Cuvelier, 2012). Bien loin de rester étrangère à ce phénomène, la montagne française se transforme également au milieu du XXème siècle, accompagnée pour cela par les services de l’État. Impliqués dans la réalisation des stations de sports d’hiver, ceux-ci appliquent alors aux stations de troisième génération (Cumin, 1970) les principes d’aménagement fordistes dans un objectif de rentabilité économique, conduisant alors à une rationalisation et, in fine, une standardisation du produit touristique ainsi créé (François, 2007 ; Hatt, 2011). Corollaire, la spécificité et l’authenticité ayant entouré la création des premières stations de sports d’hiver sont, à cette période, abandonnées, au profit de cette généricité fonctionnelle, jugée optimale.

Pour autant, dès les années 1990 et concomitamment à la crise du régime d’accumulation fordiste dans les grands pays industrialisés (Zaoual, 2007), les premières limites de ce tourisme de masse apparaissent. Les attentes standardisées des touristes ont en effet fait leur temps et les clientèles affirment dès lors bien davantage des préoccupations en lien avec l’authenticité, l’harmonie avec la nature ou l’échange intellectuel (Zaoual, op. cit.). Par là-même, le tourisme quantitatif tel qu’existant est questionné et est amené à céder sa place à un tourisme davantage qualitatif. Ces attentes nouvelles en termes de qualité, incluant la transformation des vacances sportives en vacances dédiées au ressourcement et aux nouvelles expériences (Corneloup et al., 2017) s’intègrent plus largement dans un contexte de changement global. Aux côtés des évolutions sociétales déjà mentionnées, celui-ci dispose en outre d’un volet dédié au changement climatique. L’évolution des températures en montagne a ainsi donné lieu à de nombreuses modélisations aboutissant à interroger la pérennité des domaines skiables implantés aux plus faibles altitudes (Beniston, 2005  ; Marc, 2011).

Dans ce contexte, les stations de sports d’hiver souhaitant se maintenir n’ont d’autre choix que de s’adapter. Proposée depuis les années 1990, la diversification des activités constitue à ce titre une voie d’évolution quasi incontournable, dans laquelle s’est engagée une grande majorité d’entre elles. Cependant, avec aujourd’hui une vingtaine d’années de recul sur les pratiques et choix effectués, il apparait indéniable que de nombreuses questions subsistent, tout autant en lien avec le contenu proposé que les modalités organisationnelles retenues pour la mise en œuvre de cette diversification. Tout particulièrement, la question de la spécification de l’offre touristique est posée : les stations sont-elles parvenues, par la diversification de leurs activités, à différencier et particulariser leur offre touristique et répondre ainsi aux attentes renouvelées des clientèles touristiques ? En lien avec cette interrogation, nous proposons dans le cadre de cette communication de revenir dans un premier temps sur la notion de diversification et les évolutions de l’offre que celle-ci induit dans une optique de spécification touristique, avant d’analyser les choix de diversification effectivement réalisés dans les espaces valléens, territoires touristiques issus de politiques contractuelles du massif des Alpes1.

L’enjeu de la diversification des stations de sports d’hiver

La diversification occupe aujourd’hui une place centrale dans les stratégies de développement touristique des stations de sports d’hiver comme dans les politiques d’accompagnement dédiées mises en place à leur bénéfice par les différents niveaux de collectivités locales. Au fil des années, ses contours ont été précisés, et diverses composantes ont alors été identifiées. Parmi elles, la spécification de l’offre touristique se voit réaffirmée et incite à la valorisation des ressources des territoires.

L’affirmation de la spécification comme composante de la diversification

Apparue dans le courant des années 1990, la diversification donne lieu à cette même période à ses premières mises en œuvre dans les stations de sports d’hiver. Quelques années plus tard, les services de l’État, notamment par le biais d’un rapport portant sur la « diversification de l’offre de loisir dans les stations de sports d’hiver françaises » (SEATM 1993) s’approprient à leur tour cette notion et, à cette occasion, proposent une première définition. La diversification est alors entendue comme la capacité pour une station de sports d’hiver de proposer « une gamme de produits plus étendue et plus sophistiquée » (SEATM2, 1993), sous-entendu que l’offre originelle de ski alpin proposée dans ces mêmes stations. La première définition proposée par le SEATM est donc très générale et peu précise, se contentant de mettre l’accent sur la nécessité pour les stations de sortir du « tout-ski ».

Progressivement, la diversification a quitté l’enceinte quelque peu confidentielle des domaines skiables à laquelle elle était cantonnée pour devenir le cœur de travaux scientifiques ainsi qu’un objet de l’action publique. Pouvant notamment être entendue dans la communauté scientifique comme « tout processus visant à s’éloigner des stratégies de spécialisation économique des territoires de montagne autour de l’activité touristique de ski alpin et pouvant entraîner soit la valorisation d’autres activités touristiques, d’autres pratiques ou d’autres ressources, en hiver ou durant les autres saisons (diversification touristique), soit la (ré)intégration autour de l’activité touristique existante d’autres secteurs économiques, préexistants ou non (diversification de l’économie) » (Achin, 2015), la diversification voit donc ses contours précisés. Au-delà de cette approche scientifique de la diversification, l’acteur public intervient également pour préciser et spécifier la notion, via l’adoption de politiques publiques dédiées. En effet, loin de rester à l’écart de cet enjeu, les collectivités locales nouvellement dotées de compétences par les lois de décentralisation s’approprient à leur tour la question de la diversification touristique des stations de sports d’hiver. Ainsi, dans la continuité des dispositifs d’aménagement du territoire portés par les services de l’État et ayant accompagné la création des stations, l’acteur public désormais décentralisé se mobilise de nouveau en mettant en place des politiques d’accompagnement destinées à accompagner cette diversification touristique. À compter des années 2000, les collectivités locales alpines se saisissent ainsi des enjeux liés à la préservation d’une activité touristique dans les zones de montagne concernées en faisant le choix d’inciter et d’accompagner l’évolution des stations et de leurs territoires d’ancrage (Marcelpoil, 2007) vers une forme de tourisme moins dépendante de la ressource neige. Par là-même, la diversification se politise et voit ses contours précisés et enrichis. J-M. Muller, privilégiant une approche cognitive des politiques publiques, affirme en effet que le rôle des politiques publiques ne se limite pas à la résolution de problèmes (Muller, 2000) et, qu’en conséquence, celles-ci constituent davantage un « large processus d’interprétation du monde, au cours duquel, peu à peu, une vision du monde va s’imposer, être acceptée puis reconnue comme « vraie » par la majorité des acteurs du secteur » (Muller et Surel, 1998). Ainsi, par la définition d’objectifs à atteindre et de critères d’éligibilité, l’acteur public vient enrichir la définition de la diversification. S’intégrant dans cette dynamique, la dernière Convention interrégionale de massif des Alpes3(CIMA) se dote ainsi d’un enjeu de spécification de l’offre touristique.

S’il tend à s’affirmer aujourd’hui par le biais des porteurs de l’action publique, cet enjeu de spécification n’est pour autant pas nouveau pour les stations et leurs territoires. Le SEATM dans son rapport de 1993 avait en effet formulé trois recommandations principales entourant l’adoption de projets de diversification. Celui-ci avait ainsi relevé que le plus souvent la diversification touristique était mise en œuvre en priorité dans les stations les plus fréquentées dans une finalité d’enrichissement de l’offre hivernale de ski alpin et qu’elle constituait en outre davantage le fruit d’opportunités que de projets. En conséquence, le SEATM conseillait de veiller « à ne pas chercher systématiquement à adopter les idées des autres » (SEATM, 1993), à estimer les coûts de financement des projets (les coûts de réalisation du centre multi-activités d’Orcières-Merlette avaient par exemple déjà été dénoncés par le rapport Lorit (1991)) ainsi qu’à intégrer la diversification au sein d’une réflexion stratégique, afin de ne pas l’assimiler à une stratégie de réponse à une crise. Cependant, au-delà de ces recommandations, comment les stations et leurs territoires peuvent-ils parvenir à une spécification de leur offre touristique par la diversification ? Ont-elles aujourd’hui réussi à dépasser les points de vigilance évoqués par le SEATM ?

Comment spécifier l’offre touristique des territoires ?

Reconnue comme étant un enjeu majeur de la diversification des stations de sports d’hiver, la spécification interroge néanmoins sur ses contours et sur la manière de transposer cet objectif dans le contenu de l‘offre touristique. La question posée serait alors de parvenir à identifier ce qui relève et ce qui ne relève pas d’une stratégie de spécification de l’offre touristique. Si parvenir à une telle répartition est sans doute utopique, le comité de massif des Alpes tente néanmoins de préciser par une liste non exhaustive les actions permettant de répondre à l’enjeu de spécification. Celles-ci pourront donc s’inscrire dans une logique de valorisation des potentialités culturelles et naturelles des territoires et pouvant être traduite par la mise en œuvre de projets valorisant des activités de pleine nature, de bien-être et ressourcement, de découverte du territoire, de ses savoir-faire, valorisation de ses sites remarquables et de ses ressources naturelles, de ses hébergements montagnards, de ses aménités ou de son histoire (comité de massif des Alpes, 2015).

L’accent porté sur la valorisation des ressources des territoires, qu’elles soient naturelles ou culturelles, n’est pas inédit, et s’inscrit en continuité des travaux sur les ressources territoriales menés en économie régionale dès les années 1990. Ceux-ci ont alors permis d’identifier deux types de ressources. Les premières, appelées ressources génériques, constituent des ressources transférables, par nature indépendantes du territoire sur lequel elles sont produites (Colletis et Pecqueur, 2005). Les ressources spécifiques sont au contraire et comme leur nom l’indique, propres aux territoires, et de ce fait ne peuvent jamais être transférées. Existantes à l’état latent sur chacun des territoires, ces ressources territoriales devront connaître un double processus de révélation puis de valorisation afin d’être finalement transformées en actifs spécifiques du territoire (François et al., 2006). Cela suppose une mobilisation en ce sens des acteurs du territoire, seconde composante, essentielle, de la mise en valeur des ressources du territoire (Hadjou, 2009).

Critiquées au cours de la période d’apogée du tourisme hivernal, les stations dites de moyenne montagne ont des avantages à valoriser. Supposées entretenir des relations plus étroites avec leurs territoires d’ancrage que les stations issues de la mise en œuvre du plan Neige (George-Marcelpoil et al., 2016), ces stations disposent a priori de tous les atouts pour spécifier par la diversification leur offre touristique. Pour autant, en dépit des guides de bonnes pratiques jusqu’à présent proposés (Atout France, 2011), de nombreuses interrogations subsistent quant à l’identification d’un contenu pour cette diversification.

Quelle spécification de l’offre touristique des stations de sports d’hiver par la diversification ? L’exemple des espaces valléens des alpes françaises

Une politique publique pour accompagner la spécification du tourisme montagnard

Dans l’objectif d’analyser la spécification de l’offre touristique en montagne, nous avons débuté une étude de la diversification à l’échelle des espaces valléens, territoires touristiques de projet bénéficiant de l’accompagnement mis en place au titre de la politique interrégionale du massif des Alpes. Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du projet de recherche EValoscope visant à lire la diversification touristique à l’échelle des territoires de projet retenus par les porteurs de la politique interrégionale de massif précitée, et visent à analyser les évolutions entrainées/permises par la mise en place d’une politique publique dédiée à l’accompagnement des stations de sports d’hiver vers la diversification de leurs activités. L’aspect ici développé portant sur la nature de la diversification programmée dans les espaces valléens s’appuie sur une analyse détaillée des plans d’actions de chacun des espaces valléens retenus pour la période 2015-20204.

Représentés en couleur sur la carte ci-dessous, les espaces valléens constituent des territoires de projets trouvant leur origine dans la convention interrégionale de massif de 2007. Ceux-ci constituent un regroupement de communes, pouvant être doté de différents statuts juridiques et pouvant ainsi prendre la forme d’une intercommunalité, d’un parc naturel régional ou encore d’un syndicat mixte. À l’origine structurés autour d’une (de) station(s), les espaces valléens s’entendent désormais comme des territoires touristiques du massif alpin aux contours pertinents et cohérents en vue de la mise en place d’une stratégie partagée de développement touristique. Tous les espaces valléens existants aujourd’hui n’ont pas la même antériorité ; ayant contractualisé pour la première fois à l’origine du dispositif ou à l’occasion de l’actuelle génération (2015-2020), les stratégies et plans d’actions proposés par les espaces valléens apparaissent comme étant le fruit d’une construction d’une plus ou moins longue temporalité.

Figure 1 : cartographie des espaces valléens du massif des Alpes © Irstea-DTM, 2017
Quels contours pour la diversification touristique des espaces valléens ?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, nous avons mobilisé les plans d’actions de chaque espace valléen dans le but d’appréhender la nature des actions, en lien avec l’activité touristique au regard des contours de l’appel à projets, que ceux-ci projettent de réaliser sur leur territoire. Afin de parvenir à cet objectif, nous nous sommes attachés à distinguer, parmi l’ensemble des actions programmées, les actions contribuant à une diversification des activités touristiques de l’espace valléen. Pour cela, nous avons dans un premier temps réalisé une classification des actions de diversification, visant tout particulièrement à distinguer les actions relevant de la diversification de l’offre touristique des actions relevant d’autres secteurs touristiques (Figure 2).

Figure 2 : nature des actions touristiques programmées dans les plans d’actions des espaces valléens © Irstea-DTM, 2017

Appliquée aux espaces valléens objets de cette analyse, cette classification laisse apparaître que la diversification constitue l’essentiel des activités programmées. Cela apparaît donc conforme aux objectifs exprimés  dans l’appel à projets : « La stratégie touristique devra viser un développement durable des territoires de montagne par la valorisation des patrimoines naturels et culturels, et en intégrant des objectifs de protection de la biodiversité et des continuités écologiques alpines » (Appel à projets POIA Axe 1/ Os1). Au-delà, nous observons une répartition relativement homogène entre les actions de gouvernance, celles en lien avec la rénovation, modernisation ou création d’hébergements touristiques ou encore les actions dédiées à la promotion touristique.

Au-delà, nous avons cherché à appréhender avec davantage de précision le contenu de ces actions de diversification. À ces fins, nous avons établi neuf catégories (Figure 3) distinguant entre elles les actions de diversification. Nous avons donc isolé les actions immatérielles tout d’abord, comprenant les actions fondées sur l’organisation d’évènementiels et des actions privilégiant une diversification des clientèles, lesquelles portent l’accent non pas sur le contenu de l’offre touristique mais davantage sur les clientèles touristiques ciblées. Complément des actions immatérielles citées, nous avons ensuite isolé les actions matérielles visant à diversifier l’économie (essentiellement en lien avec l’agriculture) ou à venir enrichir le panel d’activités touristiques proposées. Pour cette dernière catégorie, nous avons tout particulièrement distingué les actions de diversification programmées à l’échelle de l’espace valléen s’appuyant sur la création d’infrastructures lourdes, la valorisation d’un tourisme sportif doux (valorisation d’itinéraires de randonnée, de vtt, etc.) et la mise en valeur du patrimoine (tout autant naturel que bâti). En contrepoint de ces actions de diversification menées à l’échelle territoriale, nous avons isolé les actions de diversification localisées à proximité immédiate du domaine skiable contribuant alors à répondre à un enjeu de diversification touristique de la station de sports d’hiver, qu’elle soit hivernale ou pluri-saisonnière. Enfin, nous avons isolé les actions visant à la réalisation d’études, non prises en compte dans notre analyse au regard de leur caractère pour l’heure prospectif.

Figure 3 : la pluralité du contenu des actions de diversification © Irstea-DTM, 2017

Cette nouvelle répartition nous permet de mettre en évidence trois catégories d’actions de diversification prioritairement retenues par les espaces valléens. Toutes trois s’inscrivent dans une stratégie de diversification touristique mise en œuvre à l’échelle de l’espace valléen et privilégient l’implantation d’infrastructures lourdes, la création et l’organisation d’une offre de tourisme sportif doux ou la mise en valeur du patrimoine local.

En nous en tenant à cette catégorisation, 50% des actions programmées (tourisme doux et valorisation du patrimoine) paraissent donc répondre à cet enjeu de spécification de l’offre touristique dans les espaces valléens. Pourtant, l’analyse détaillée de ces actions laisse entrevoir une importante similitude des propositions localement retenues. À titre d’exemples, la création de sentiers de trail, la création d’itinéraires de vtt ou encore la mise en valeur du patrimoine local bâti apparaissent comme des stratégies largement mobilisées. Dès lors se pose donc la question des emboitements d’échelles : alors même qu’une offre touristique sera spécifique à l’échelle d’un espace valléen, celle-ci pourra perdre ce caractère en déplaçant la focale d’analyse à l’échelle du massif alpin. Faut-il y voir la conséquence de l’intervention de bureaux d’études exogènes aux territoires dans l’élaboration des stratégies touristiques, conduisant à créer une offre davantage centrée sur les standards de la demande touristique actuelle que sur les caractéristiques et potentialités d’un territoire ? Ou cela traduit-il les difficultés à proposer une offre de diversification répondant aux enjeux de spécification de l’offre touristique et susceptible de générer des retombées économiques suffisantes pour le territoire ?

Conclusion

En dépit des enjeux affirmés de la diversification, celle-ci demeure aujourd’hui une question sensible dans de nombreuses stations de sports d’hiver. Les succès, notamment économiques, de l’exploitation de « l’or blanc » sont toujours dans les esprits et interviennent comme des témoins de la réussite du fonctionnement hivernal des stations de sports d’hiver. Aussi, devant les incertitudes de l’enneigement, la fiabilisation de l’activité hivernale, par le développement des réseaux de neige de culture ou la création de retenues collinaires, demeure plébiscitée. La diversification continue quant à elle d’emporter des réserves, essentiellement économiques : les retombées de la diversification demeurant difficilement quantifiables, l’opportunité du développement d’un tourisme diffus est donc d’autant questionnée. Enfin, les stratégies de diversification effectivement engagées se heurtent comme on l’a vu à une difficile spécification de l’offre et les mêmes offres se retrouvent au travers du massif. Les principes d’aménagement ayant guidé la création des stations de troisième génération ainsi que leur diffusion avec plus ou moins d’ajustements ont-ils conduit les territoires de montagne à s’engager dans une voie de l’uniformité dans laquelle ils peinent aujourd’hui à s’extraire ? Avoir souhaité limiter, voire mettre un terme, aux spécificités de l’aménagement touristique hivernal n’a-t-il pas conduit à priver les territoires montagnards de leurs capacités d’innovation ?

Bibliographie

Achin, C. (2015). La gouvernance de la diversification comme enjeu de l’adaptation des stations de moyenne montagne : l’analyse des stations de la Bresse, du Dévoluy et du Sancy. Thèse de doctorat en sciences du territoire, Université Grenoble-Alpes.

Atout France. (2011). Carnet de route de la montagne.

Beniston, M. (2005). Changement climatique et impacts possibles dans la région alpine. Revue de géographie alpine, 93(2), pp. 13-24.

Boyer, M. (1999). Histoire du tourisme de masse. Paris : Presses universitaires de France.

Boyer, M. (2005). Histoire générale du tourisme du XVIe au XXIe siècle : Editions L’Harmattan.

Colletis, G., et Pecqueur, B. (2005). Révélation de ressources spécifiques et coordination située. Économie et institutions (6-7), pp. 51-74.

Comité de massif des Alpes. (2015). Convention interrégionale du massif des Alpes.

Corneloup, J., Bourdeau, P., et Kreziak, D. (2017). Emerging practices and recreational dissent in the mountain sports tourism.  La montagne, territoire d’innovation. Grenoble, France, 11 janvier 2017, Grenoble, France. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01486614v1

Cumin, G. (1970). Les stations intégrées. Urbanisme, 116, pp. 50-53.

Cuvelier, P. (2012). Anciennes et nouvelles formes de tourisme, une approche socio économique. L’Harmattan.

François, H. (2007). De la station ressource pour le territoire au territoire ressource pour la station : le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble. Thèse de doctorat, en aménagement de l’espace, université Joseph Fourier, Institut de Géographie Alpine.

François, H., Hirczak, M., et Senil, N. (2006). Territoire et patrimoine : la co-construction d’une dynamique et de ses ressources. Revue d’Économie Régionale & Urbaine(5), pp. 683-700.

George-Marcelpoil, E., Achin, C., Fablet, G., et François, H. (2016). Entre permanences et bifurcations : une lecture territoriale des destinations touristiques de montagne. Mondes du Tourisme (Hors-série).

Hadjou, L. (2009). Les deux piliers de la construction territoriale : coordination des acteurs et ressources territoriales. Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie.

Hatt, E. (2011). Requalifier les stations touristiques contemporaines: une approche des espaces publics. Application à Gourette et Seignosse-Océan. Thèse de doctorat, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Lorit, J.-F. (1991). Les difficultés financières des stations de sports d’hiver. Rapport pour le ministère de l’Intérieur et l’Inspection générale de l’administration.

Marc, M. (2011). Le dérèglement climatique : analyse de ses représentations et pratiques dans les stations de sports d’hiver des Pyrénées Orientales. Thèse de doctorat en géographie, université de Grenoble. Retrieved from https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00814636/

Marcelpoil, E. (2007). L’ancrage territorial des stations de montagne : quelles trajectoires et marges de manœuvre ? Les sports d’hiver en mutation : crise ou révolution géoculturelle ? (pp. 161-172). Paris : Lavoisier.

Muller, P. (2000). L’analyse cognitive des politiques publiques: vers une sociologie politique de l’action publique. Revue française de science politique, pp. 189-207.

Muller, P., et Surel, Y. (1998). L’analyse des politiques publiques : Montchrestien.

SEATM. (1993). La diversification de l’offre de loisirs dans les stations de sports d’hiver françaises et étrangères : analyse et propositions. Chambéry : AFIT-SEATM.

Stock, M., et Antonescu, A. (2014). Une méthodologie pour reconstruire la mondialisation du tourisme. Mondes du tourisme (9), pp. 2-18.

UNWTO. (2016). Fait saillants – OMT du tourisme.

Zaoual, H. (2007). Du tourisme de masse au tourisme situé : quelles transitions ? Marché et organisations(1), pp. 155-182.




Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 27 juin). D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ? Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5f

  1. Cette communication s’inscrit dans le cadre du projet de recherche EValoscope, soutenu par l’Europe (fonds FEDER) au titre de l’OS1 du POI 2014-2020 du massif des Alpes. []
  2. Service d’étude et d’aménagement touristique de la montagne. []
  3. Rendus obligatoires par la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux, les schémas interrégionaux de massif visent à élaborer une vision prospective du massif, que les Conventions interrégionales de massif permettent ensuite de mettre en œuvre. []
  4. L’ensemble des plans d’actions des espaces valléens ne nous étant pas parvenus au moment où nous écrivons ces lignes, nous présentons des résultats partiels fondés sur la première analyse de 18 espaces valléens (sur les 30 que compte le massif). []