Nouveaux usages récréatifs en moyenne montagne et impacts sur la faune sauvage emblématique

Par Clémence Perrin-Malterre, maître de conférences en STAPS, EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc ; Laine Chanteloup, maître de conférences en géographie, GéoLab, Université de Limoges ; et Léna Gruas, diplômée de master « Écologie Humaine », Université de Bordeaux

Résumé

La moyenne montagne est de plus en plus attractive pour les pratiquants de sports de nature, notamment ceux qui sont à la recherche d’espaces peu aménagés. Cette attractivité couplée à une diversification des pratiques sportives et récréatives entraîne une augmentation de la fréquentation des espaces de montagne tout au long de l’année. Cette présence humaine peut avoir des effets négatifs sur le fonctionnement démographique des populations animales. Il apparait alors nécessaire d’étudier les pratiques et comportements des usagers récréatifs du milieu naturel.

Nous présentons ici les résultats d’une étude menée en 2014 et 2015 auprès des pratiquants de randonnée estivale et hivernale (à ski ou en raquettes) dans le parc naturel régional du massif des Bauges. Les résultats montrent une diversité de pratiques et de modes de pratiques au sein du territoire. En hiver et en été, les analyses mettent en évidence plusieurs profils d’usagers récréatifs dont les motifs de pratique diffèrent. L’étude de ces profils permet de mieux connaître et caractériser les sports de nature non organisés et qui connaissent un essor depuis quelques années. Le comportement de ces pratiquants à l’égard de l’environnement montagnard a également été analysé, notamment en ce qui concerne leur connaissance et respect des campagnes de sensibilisation à l’environnement montagnard mises en place par le PNR des Bauges. Cela révèle notamment des enjeux en termes d’information et de communication face à l’augmentation de ce type de pratiques.

Introduction

La moyenne montagne est de plus en plus attractive pour les pratiquants de sports de nature, notamment ceux qui sont à la recherche d’espaces de pratiques peu aménagés, en dehors des stations de sports d’hiver. Cette attractivité couplée à une diversification des pratiques sportives et récréatives entraîne une augmentation de la fréquentation des espaces de montagne tout au long de l’année. Cette augmentation de la pratique se traduit par une «  sportivisation » du milieu naturel (Bessy, 2008) qu’il convient d’étudier en mettant en exergue le type de pratiquants et les comportements adoptés en montagne. Cependant, cette présence humaine peut avoir des effets négatifs sur le fonctionnement démographique des populations animales (Leblond et al., 2013, Tablado et Jenni, 2015) ainsi que sur leur répartition dans les différents types d’habitat, et donc, indirectement sur la biodiversité des milieux.

Pour comprendre les effets de la présence humaine sur la faune sauvage, il apparaît nécessaire d’appréhender la manière dont les usagers investissent le milieu naturel, ce qui suppose d’analyser leurs pratiques et leurs représentations. Les travaux menés en sociologie du sport dans les années 1980 ont permis de construire, dans une perspective structuraliste, un espace des sports permettant de repérer des liens d’homologie entre le champ des activités sportives et l’espace des positions sociales (Pociello, 1981). Les choix des pratiques s’expliquent alors par la logique de la distinction (Bourdieu, 1979). Si aujourd’hui, la massification de la consommation de pratique sportive bouscule l’idée que le choix d’un sport se fasse presque exclusivement dans le sens d’une différenciation sociale, des différences liées aux catégories sociales demeurent dans les sports de montagne. Ainsi, le ski et la randonnée en montagne restent des activités distinctives et sont significativement plus attractives pour les catégories sociales supérieures (Lefèvre et Ohl, 2012). Par ailleurs, les différences liées aux catégories sociales influencent également le nombre d’activités pratiquées et le choix des lieux et des styles de pratique (Ohl et Taks, 2008). Ainsi, certains chercheurs se sont intéressés aux différentes modalités de pratique d’une même activité permettant de construire un espace des styles de pratique. Dans le domaine des sports de nature, des études ont porté sur le canoë-kayak (Lapierre, 1981), le vol libre (Jorand, 2000), les sports marins (Jallat, 2001), les pratiques estivales de la montagne (Corneloup, 2003) et de la haute-montagne (Lefèvre, 2004) et le canyoning (Suchet et Jorand, 2009). L’étude de Corneloup (2003) permet notamment de repérer différentes formes de pratiques estivales de la montagne, mais aussi de formes d’expériences de la nature.

Dans le cadre de cette contribution, nous présentons les résultats d’une étude menée auprès des pratiquants de randonnée estivale et hivernale (à ski ou en raquettes) dans le parc naturel régional du massif des Bauges. Elle repose sur une enquête par questionnaires et par entretiens semi-directifs avec les pratiquants fréquentant les Hautes Bauges. Cette zone géographique regroupant les plus hauts sommets du massif est notamment appréciée par les pratiquants. Afin de protéger la faune alpine du massif, ce territoire est classé en Réserve nationale de chasse et de faune sauvage (RNCFS). Ses co-gestionnaires[1] préoccupés par la montée des pratiques sportives de nature et de leurs effets sur la faune sauvage ont montré leur intérêt de mieux connaitre ces pratiques sportives en s’intéressant notamment aux représentations des pratiquants.

Modalités de pratique des sports de nature sur le territoire des Hautes Bauges

Les pratiques hivernales

Les résultats montrent une diversité de pratiques et de modes de pratiques au sein du territoire. En hiver et en été, les analyses mettent en évidence plusieurs profils d’usagers récréatifs dont les motifs de pratique diffèrent.

En hiver, la majorité des répondants sont des hommes (75 %) se situant dans la tranche d’âge de 31 à 45 ans. Le niveau d’étude est élevé puisque 63,5 % possèdent un niveau équivalent ou supérieur à la licence et 44,2 % ont un niveau équivalent ou supérieur au master. Les postes de cadres et les professions intellectuelles supérieures concernent 39 % de l’échantillon. Concernant les salaires, 54,7 % de la population étudiée gagne plus de 2000 euros net par mois et 23,6 % plus de 3000 euros. La moitié des répondants vivent en zone urbaine ou péri-urbaine et l’autre moitié en zone rurale. 61 % vivent à proximité (dans les villes portes) ou au sein du massif des Bauges. Ces données permettent de positionner les pratiquants sur la moitié supérieure de l’espace des positions sociales.

80% des personnes interrogées pratiquent le ski de randonnée et 20 % la raquette à neige. La fréquence et le niveau de pratique sont élevés : 75 % des personnes interrogées pratiquent au moins une fois par semaine, avec un niveau confirmé ou expert pour 85 % d’entre eux. Le motif de pratique majoritaire est le contact avec la nature. L’activité se pratique principalement entre amis (75 %), puis en famille (21 %). Les autres activités sportives pratiquées sont l’escalade, la randonnée pédestre et le VTT.

La réalisation d’une Analyse factorielle des correspondances (ACM) permet de distinguer trois catégories de pratiquants.

La première catégorie de pratiquants, celle des « aventureux » se regroupe autour des itinéraires les plus difficiles. Au sein de cette catégorie, les pratiquants recherchent l’engagement : « Nous on a une pratique un peu spéciale, c’est la pente raide en ski. Donc c’est plutôt la recherche de sensations et faire des couloirs qui n’ont pas encore été réalisés » (questionnaire n°312). « J’essaie de rechercher la pente raide au maximum […] Il y a toujours cette notion d’engagement, moi, qui m’intéresse. Ca décuple la sensation, le plaisir. » (J. B.). Les motifs privilégiés sont le dépassement de soi et l’engagement physique mais aussi la performance ou la compétition. En effet, l’intégralité des personnes pratiquant le ski alpinisme de manière compétitive se retrouve dans ce profil : « Au bout de trois ans de ski de randonnée, je me suis orienté sur du ski de compétition. […] Si j’en fais, c’est surtout pour essayer de faire des belles places ou de gagner. » (R. L.). Il s’agit surtout d’hommes (à plus de 90 %), exerçant comme cadres ou des professions intellectuelles supérieures et de professions intermédiaires. Leurs salaires sont élevés : plus de 3 000 € net mensuel. La grande majorité des étudiants rencontrés se retrouvent également dans cette catégorie, ainsi que les professionnels de la montagne (moniteurs de ski, de canoë-kayak, pisteurs-secouristes, accompagnateurs de moyenne montagne, guides de haute montagne).

La deuxième catégorie, celle des « hédonistes » regroupe les personnes recherchant le plaisir, les sensations mais aussi les relations sociales et la convivialité, d’où l’utilisation du terme d’hédoniste pour les désigner. « Je recherche plus la beauté de la randonnée que l’exploit sportif » (B. R). Ils empruntent des itinéraires faciles voire très faciles. Ils privilégient les Bauges pour sa proximité. Ils se considèrent comme « confirmés » ou « débrouillés » mais pratiquent souvent depuis plus de 25 ans et sont par conséquent plus âgés. Nous retrouvons aussi dans ce groupe de nombreux affiliés au Club alpin français (CAF) ou à la Fédération française de montagne et d’escalade (FFME), que ce soit pour les activités ou uniquement l’assurance. Il faut noter que les femmes sont représentées de manière plutôt proportionnelle à l’échantillon total dans ce profil (environ 25 % de femmes) alors que chez les aventureux elles sont moins de 10 %. Cette observation est à corréler avec le fait que dans cette catégorie se retrouvent un bon nombre de personnes pratiquant en couple, mode de pratique sous représenté chez « les aventureux ». En ce qui concerne les catégories socio-professionnelles, la part d’agriculteurs, ouvriers ou personnes en recherche d’emploi est plus importante chez « les hédonistes ». Les salaires nets mensuels sont également moins élevés que dans la catégorie des « aventureux ».

La troisième catégorie, « la promeneuse » regroupe presque exclusivement les pratiquants de raquette à neige. Il s’agit principalement de femmes et de retraités (40 %) et par conséquent, souvent des personnes de plus de 60 ans. Ces femmes favorisent l’entretien physique, ce qui se retrouve dans les autres sports pratiqués : 60 % des sports d’entretien (gymnastique, fitness, musculation, aquagym etc.) sont pratiqués par les raquettistes. « Un peu de sport, un peu d’entretien, la nature, être dehors toute la journée » (questionnaire n°128). Les paysages et le contact avec la nature sont aussi des motivations importantes, comme le montre cet extrait d’entretien : « C’est à la fois éprouver du plaisir et découvrir des choses nouvelles ; des choses que vous n’aviez pas vu avant. Donc, découvrir des coins, des lacs. C’est très beau quand on arrive sur un lac. Il y a une plénitude. » (C. P.) Les touristes, c’est-à-dire les personnes extérieures à la région Rhône Alpes et qui sont en vacances dans le massif sont surreprésentés dans ce groupe et ont une fréquence de pratique assez faible (moins d’une fois par mois).

Les pratiques estivales

En été, une légère majorité des répondants sont des hommes (55,8 %). 72 % de la population étudiée a plus de 40 ans et 56 % plus de 50 ans. La tranche des moins de 30 ans représente seulement 19,4 % de l’effectif. Le niveau d’étude est élevé puisque 50,8 % possèdent un niveau équivalent ou supérieur à la licence, et 35,3 % ont un niveau équivalent ou supérieur au master. 34 % des répondants occupent un poste de cadres et de professions intellectuelles supérieures. La part des retraités est également importante et représente 22 % de l’échantillon. Concernant les revenus, 52,4 % des enquêtés gagnent plus de 2000 euros net par mois, et 23,8  % plus de 3000 euros. L’étude des communes de résidence montre que près de 80 % des pratiquants proviennent de la région Rhône-Alpes, dont 23 % des communes du parc et 18  % des villes-portes. La distribution du lieu d’habitation est équivalente entre l’habitat en zone urbaine ou péri-urbaine et celui en village ou dans un habitat isolé.

L’activité pratiquée est majoritairement la randonnée (pour 95 % des répondants). Le reste pratique le trail. La fréquence de pratique est peu élevée puisque 35 % des personnes interrogées pratiquent entre une et trois fois par mois, voire uniquement pendant les vacances pour 26 %. Les pratiquants sont majoritairement de niveau confirmé (55 %) mais on compte peu d’experts (moins de 10 % des répondants). Le contact avec la nature est le motif de pratique prédominant. L’activité se pratique majoritairement en famille (65 %), puis entre amis (45 %).

La réalisation d’une ACM permet de distinguer quatre catégories de pratiquants qui reprend en partie les profils des pratiquants hivernaux.

Ainsi, la première catégorie des pratiques estivales est celle des « aventureux », tout comme pour l’hiver, elle rassemble les personnes qui se donnent un niveau expert. En effet ils parcourent des itinéraires cotés « très difficiles ». Ce sont majoritairement des hommes qui exercent la randonnée plus d’une fois par semaine. Ils ont une très bonne expérience de la montagne, avec une antériorité dans la pratique de 20 à 30 ans en moyenne. C’est dans cette catégorie que se retrouvent les spécialistes de la montagne et ceux qui pratiquent le trail en compétition. On remarque qu’ils pratiquent d’autres sports, nombreux et variés, de nature ou non, mais tous très physiques. La motivation poussant à la pratique de la randonnée est liée au dépassement de soi : « La montagne, il faut qu’il y ait un effort physique. Je me vois mal faire un sommet à 2km/h sans transpirer » (A.C.). Ils pratiquent donc la randonnée en haute montagne, ainsi que l’alpinisme. Cette catégorie de pratiquants aime particulièrement aller à la découverte de nouveaux sommets. Ce groupe est composé majoritairement d’enseignants du supérieur et du secondaire, de cadres du public ainsi que les professions des services médicaux sociaux. Leur salaire mensuel net s’élève de 3000 euros à plus de 5000 euros.

La deuxième catégorie identifiée est celle des hédonistes. Les « hédonistes » estivaux regroupent des personnes disant avoir un niveau confirmé et pratiquant la randonnée une fois par semaine environ. Leur qualification «  hédonistes » repose sur leurs motivations à parcourir le massif. Celles-ci sont nombreuses. Elles se centrent sur le plaisir, la détente et la rupture avec le quotidien : « Je choisi mes randonnées en fonction de mes envies […]. Ce que je recherche, c’est d’être dans la nature, et prendre du plaisir » (M.H.). La convivialité est aussi recherchée : « Quand je croise des gens, j’aime bien discuter » (M.H.) Ils pratiquent des itinéraires cotés peu difficiles à difficiles. Il s’agit principalement de randonneurs pratiquant depuis 30 ans et plus. En conséquence il s’agit de randonneurs plus âgés et la plupart sont retraités. D’autres exercent comme cadre du privé, ou exercent une profession libérale. Leurs revenus sont plus élevés que le groupe des « aventureux » avec un salaire net mensuel de plus de 5000 euros. Contrairement aux « aventureux » pratiquant la randonnée en solitaire, les « hédonistes » sont accompagnés de leur conjoint ou des membres d’une association. La pratique en groupe s’explique essentiellement par une affiliation à une fédération sportive de montagne comme la FFME ou le CAF. Les grands groupes de 10 à 20 personnes sont essentiellement des retraités adhérant à une fédération. Leur origine géographique est un peu plus diverse que dans les autres catégories.

La troisième catégorie, celle de « la promeneuse » rassemble une majorité de femmes ayant une expérience de la montagne depuis 10 à 20 ans, parfois plus. Randonnant seules ou en petit groupe, elles se considèrent comme ayant un niveau « débrouillé » et parcourent des itinéraires classés comme faciles. La plupart du temps ce choix d’itinéraire est poussé par une prise en compte du risque : « Ce qui peut être le plus difficile, que moi je n’ai jamais fait, ce sont les crêtes. Moi, là-bas, je ne m’y aventure pas ». La condition physique entre aussi en compte. Les membres de cette catégorie habitent en bonne partie des communes du parc et pratiquent la randonnée une à trois fois par mois. Leurs sorties se centrent essentiellement sur le massif des Bauges même si elles ne s’y limitent pas strictement. Les sorties peuvent être occasionnelles comme assez régulières. Les motifs de pratique qui priment sont l’entretien physique et la contemplation des paysages. La plupart des personnes de cette catégorie sont techniciens ou employés. Leur salaire net mensuel se situe entre 1200 et 2000 euros.

Les personnes de la quatrième catégorie, celle des « touristes » pratiquent des itinéraires « très faciles ». De niveau débutant ou « débrouillé », ils pratiquent uniquement pendant les vacances. Certains font leur première sortie en montagne ; d’autres ont une petite expérience de l’ordre de 1 à 5 ans, ou de 5 à 10 ans. Cette catégorie concerne également les traileurs qui pratiquent depuis peu ce type de sport. Ils proviennent de régions françaises autres que Rhône-Alpes. La plupart du temps il s’agit de familles. La présence d’enfant explique souvent le choix d’itinéraires courts et faciles. Les catégories socioprofessionnelles de cette catégorie sont assez hétéroclites. On retrouve des professeurs des écoles, des élèves et étudiants, des patrons du commerce, ainsi que des personnes en recherche d’emploi. Comme pour tous les profils, la contemplation des paysages est importante. En revanche, le dépassement de soi n’est pas recherché.

Connaissance du territoire et perception du dérangement de la faune par les pratiquants

Les pratiquants ont été interrogés sur leur connaissance du territoire, notamment par le biais des statuts de protection. 70 % des répondants savent qu’ils se trouvent dans un PNR et 38 % dans une RNCFS. Cela traduit une connaissance uniquement des classements les plus connus du grand public. Certains ont même choisi les modalités pièges intégrées aux réponses[2]. Ainsi, 11% des répondants ont affirmé se trouver dans un parc national. Comme l’explique un pratiquant interrogé, « entre parcs régionaux, parcs nationaux… ; les distinctions pour moi, ce n’est pas forcément très évident… » (J.P.). Plus précisément, en croisant différentes variables, il a été possible de discriminer deux profils en fonction de leur degré de connaissance du territoire de pratique. Parmi les pratiquants ayant une forte connaissance, les habitants des villes portes et des communes du parc sont surreprésentés. Ceux ayant une connaissance faible habitent majoritairement en milieu urbain.

Les pratiquants ont également été interrogés sur leur perception du dérangement. Seulement 11% des pratiquants interrogés considèrent être souvent une source de dérangement pour les animaux sauvages. 36 % estiment ne jamais être une source de dérangement et la majorité (53 %) estime l’être rarement. Ces résultats correspondent à ceux de l’étude de Le Corre et al. (2013) qui indique que la majorité des pratiquants d’activités récréatives sur le littoral n’ont pas conscience que leur présence peut avoir des effets sur les populations d’oiseaux. De plus, les analyses croisées montrent que la perception du dérangement n’est pas corrélée avec la fréquence et le niveau de pratique, ni avec la connaissance du territoire, ni avec l’affiliation à une fédération sportive. Les pratiquants interrogés en entretien considèrent que le dérangement sera plus ou moins important en fonction de l’activité pratiquée : « Le problème avec la raquette sauvage c’est que cela dérange beaucoup la faune. […]. Des fois on peut avoir mauvaise conscience d’être passé à certains endroits » (M.G.) ; du nombre de pratiquants : « On sait que si on était dix fois plus nombreux de pratiquants sur le massif, ça poserait des problèmes de dérangement » (M.G.) ; de la saison : « Je pense qu’il faut quand même être lucide, surtout dans un contexte hivernal ou la faune, même si elle est adaptée, elle en bave un peu plus » (E.G.); et de l’espèce animal dérangée : « Je sais que déranger un oiseau qui hiverne ne serait-ce que trois fois dans l’hiver cela suffit à le condamner à mort. Sinon les chamois, j’ai l’impression qu’ils n’ont absolument pas peur » (N.).

Les pratiquants interprètent leur propre dérangement en fonction de la réaction de l’animal. En effet, la relation entre les variables « perception du dérangement » et « réaction de l’animal » est très significative. Il apparait que la fuite brusque de l’animal est associée à un dérangement. Un animal qui modifie son activité ou se déplace lentement en raison d’une présence humaine sera perçu comme peu dérangé. Un pratiquant affirme ainsi : « Je me dis que tant que je ne fais pas fuir les bêtes c’est que je ne dois pas les déranger tant que cela. » (J.F.)  Ceci traduit un manque de connaissance des pratiquants puisqu’une modification de comportement est considérée par les écologues comme un signe de dérangement. Par exemple, un animal qui lève la tête pour observer alors qu’il était en train de se nourrir est dérangé dans son activité car il devra arrêter de mâcher. Un skieur de randonnée affirme à ce propos : « Je ne me rends pas compte de la gêne que j’occasionne avec les animaux » (F.T.).

Au sein de la RNCFS, existent des zones de quiétude de la faune dont l’accès est interdit. Cependant, contrairement aux zones de défens du tétra lyre, ces zones ne sont pas matérialisées sur le terrain. Les résultats de l’enquête par questionnaires montrent que les pratiquants n’ont pas une bonne connaissance de l’existence et de la localisation de ces zones. Ainsi seulement 26 % des répondants en ont connaissance. Les analyses croisées montrent que cette connaissance est liée de manière significative à un niveau de pratique expert, à la pratique en solitaire et au fait de considérer les Bauges comme le massif de prédilection pour la pratique. Parmi ceux qui affirment connaître ces zones, ils sont une majorité à les éviter (66 %), mais il est à noter que presque 15 % ne savent pas s’ils les ont évitées. Ainsi certains d’entre eux ont fréquenté ces zones à cause d’un manque de connaissance : « On en a pris connaissance a posteriori car elles ne sont pas indiquées sur la carte » (questionnaire n°284).  D’autres y accèdent car ils ont constaté une absence de présence animale : « Il n’y avait pas d’animaux, ni de traces d’animaux. Car en cette saison, ils sont plus bas dans les forêts. » (questionnaire n°85) En période hivernale, certains privilégient la qualité de la neige au respect de ces zones : « C’est une très bonne descente avec de la bonne poudreuse » (questionnaire n°125). Et enfin, quelques-uns refusent une limitation d’accès qui est considéré comme allant à l’encontre de leur liberté individuelle d’aller et de venir : « J’en ai marre qu’on nous dirige et qu’on limite notre liberté » (questionnaire n°137). Ainsi, certains pratiquants refusent qu’on leur dicte le « bon » comportement à adopter, ce qui pose question sur les démarches de communication et de sensibilisation des gestionnaires d’espaces protégés.

Les enquêtes mettent d’ailleurs en évidence ces problématiques liées à l’information et à la sensibilisation des pratiquants. En effet, seulement 16 % des personnes interrogées ont connaissance de la campagne de sensibilisation « Respecter c’est protéger », ce qui est très faible comparé à la Suisse (Immoos & Hunziker, 2015). Certains pratiquants interrogés n’ont pas une bonne connaisse de la réglementation : « Dans les Bauges, il y a une réserve de chasse et je n’arrive jamais trop bien à savoir si j’ai le droit d’y aller avec le chien ou pas, et si c’est toute l’année. » (J.P.) De plus, même si des panneaux d’information existent, certains ne les voient ou n’y font pas attention comme le montre ce commentaire d’un skieur de randonnée : « Il faudrait avertir depuis le parking. Ce serait bien indiqué, ce serait respecté. » (questionnaire n°405). Se pose également la question du respect de la signalétique. En effet, comme l’explique un skieur de randonnée : « En haut sur la gauche c’est écrit en gros “reproduction du tétra lyre, ne pas y aller”. Les filets ne servent à rien car il y plein de traces dans la zone. » (F.T.) Ces éléments rejoignent les résultats des recherches menées sur l’influence des instruments d’intervention (barrières et panneaux d’interdiction) sur les sites de pratique. En effet, comme le montrent Immoos et Hunziker (2015), ces instruments ne semblent pas avoir d’effets supplémentaires sur le comportement des skieurs, notamment des free-riders, lorsque ces derniers ont déjà décidé où aller. Les pratiquants de sports hivernaux semblent davantage influencés lors de la phase de préparation de leur sortie ou par des panneaux d’information au départ des itinéraires.

Conclusion

Cette contribution, bien que limitée aux pratiques développées sur le massif des Hautes-Bauges en hiver, permet d’apporter des éléments de connaissances sur la socio-démographie et les modalités de pratique des usagers hivernaux de l’espace montagnard non aménagé. L’étude de ces modalités de pratique permet de mieux connaître et caractériser les sports de nature non organisés en plein essor depuis quelques années. Cette contribution apporte également des éléments sur l’appréhension du territoire par les usagers et leurs perceptions des impacts de leur pratique sur le milieu naturel, notamment sur la faune sauvage. Il apparait que la majorité d’entre eux n’ont pas conscience de ces impacts. Enfin, le comportement de ces pratiquants à l’égard de l’environnement montagnard a été analysé, notamment en ce qui concerne leur connaissance et respect des campagnes de sensibilisation à l’environnement montagnard mises en place par le PNR des Bauges. Un manque de connaissance révèle notamment des enjeux en termes d’information et de communication face à l’augmentation de ce type de pratiques.

 

Bibliographie
  • Bessy, O. (2008). La mise en loisir du sport. L’ambiguïté des pratiques. In G. Ferreol & G. G. Vieille-Marchiset (Eds.) Loisirs, sports et sociétés. Regards croisés. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté
  • Bourdieu, P. (1979). La distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Ed. de minuit.
  • Corneloup, J. (2003). Les cultures sportives de la montagne d’aujourd’hui et de demain, in F. Bartczak & J. Rage (Eds.) Les Pyrénées entre deux mondes. Perpignan : Presses universitaires de Perpignan
  • Immoos U. et Hunzinker M. (2015). The effects of communicative and on-sire measures on the behaviour of winter sports participants within protected mountain areas – results of a field experiment”, Eco-Mont, 7(1), 18-25.
  • Jallat, D. (2001). L’espace de pratique de la voile légère en France : histoire, styles et représentations. Thèse de doctorat en STAPS, Université de Paris Sud Orsay.
  • Jorand, D. (2000). Histoire et sociologie du vol libre français. Structure, oppositions, enjeux. Thèse de doctorat en STAPS, Université de Paris Sud Orsay.
  • Lapierre, A.  (1981). Sports de pleine nature et pratiques sociales. Analyse socioculturelle du canoë-kayak et de l’escalade. Mémoire pour le diplôme de l’INSEP.
  • Lefèvre, B. (2004). Contribution to the study of the social structure of high-altitude mountain activities: example of users in the Mont-Blanc massif, Journal of alpine research, (92)4, 76-85.
  • Lefèvre, B. et Ohl, F. (2012). Consuming sports: distinction, univorism and omnivorism. Sport in society, 15, 44-63.
  • Leblond M., Dussault C. et Ouellet J.-P. (2013). « Impacts of human disturbance on large prey species: do behavioral reactions translate to fitness consequences? » PloS one, n° 8, e7369
  • Ohl F. et Taks, M. (2008). La consommation sportive. État des lieux. Revue française de marketing, 219, 27-46
  • Pociello, C. (1981). Sports et société. Approche socioculturelle des pratiques, Paris : Vigot
  • Suchet, A. et Jorand, D (2009). La fréquentation des sites naturels de canyoning : une approche socio-culturelle, Karstologia, 26(53), 15-26.
  • Tablado, Z. et Jenni, L. (2015), Determinants of uncertainty in wildlife responses to human disturbance. Biological Reviews

[1] La RNCFS est co-gérée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, le parc naturel régional du massif des Bauges et l’Office nationale de la forêt.

[2] Différents classements de protection non présents sur le massif des Bauges étaient proposés tels que « parc national » et « réserve de biosphère ».



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 12 juillet). Nouveaux usages récréatifs en moyenne montagne et impacts sur la faune sauvage emblématique. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5i