Une interface innovante de recherche-gestion collaborative sur les risques en espace protégé 

Analyse réflexive du cas du Mont Granier

Par Fabien Hobléa, maître de conférences en géographie, UMR Edytem CNRS-USMB ; Suzanne Barnave, conservatrice de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse ; Bruno Laïly, Office national des forêts, chef du service de Restauration des Terrains en Montagne de Haute-Savoie ; David Amitrano, maître de conférences en sciences de la terre, UMR ISTerre CNRS-UGA ; Jean-Jacques Brun, directeur de recherche IRSTEA Grenoble.

Résumé 

Ce travail réflexif [1] présente, caractérise et interroge une interface chercheurs-gestionnaires inédite et atypique, située dans le registre de la recherche-action-collaborative et constituée en situation d’urgence lors de la récente crise d’instabilité du Mont Granier (formant l’extrémité nord de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse) qui s’est manifestée entre janvier et mai 2016 par une série d’écroulements, suivie de laves torrentielles induites, entraînant la fermeture d’une route départementale pendant plusieurs mois.

Au travers de l’analyse de la mise en place et des caractéristiques de cette interface, il s’agit d’examiner en quoi et comment une situation de crise et d’urgence affectant un socio-géo-écosystème de montagne peut induire une réponse innovante et en quoi l’interface collaborative science-gestion ainsi créée répond aux critères de définition de certaines formes d’innovation. In fine, cette interface, évolutive vers un dispositif plus structurant (projet ORGG : Observatoire des risques gravitaires du mont Granier), alimente les réflexions en cours sur la gestion intégrée des risques naturels (GIRN), en revisitant ou en adaptant les concepts de scène locale de risque, de risk hotspot. Elle permet également d’introduire une large dimension participative pour une gestion croisant la sphère des risques et celle des espaces naturels protégés dans des territoires de montagne dont les spécificités ne sont pas étrangères aux capacités d’innovation des acteurs et dispositifs dédiés à leur gestion.

Introduction

Cet article présente et interroge une interface chercheurs-gestionnaires inédite, constituée en situation d’urgence lors de la récente crise d’instabilité du Mont Granier (1933 m d’altitude), situé à l’extrémité nord de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse. Cette crise s’est manifestée entre janvier et mai 2016 par de multiples écroulements et laves torrentielles induites, sans dommages pour les habitations, mais entraînant la fermeture pendant plus de quatre mois d’une route départementale et de plusieurs chemins de randonnée donnant accès au massif du Granier.

Dans le cadre des attendus du colloque du LabEx ITEM de janvier 2017 « La montagne, territoire d’innovation », plus particulièrement de sa session consacrée aux espaces protégés de montagne en tant que territoires d’interface entre science et gestion, et afin de contribuer à la mise en évidence des ressorts de l’innovation (tels que décrits et synthétisés par J.F. Dortier, 2015) en lien avec les spécificités montagnardes, il s’agit d’examiner ici :

  • en quoi et comment une situation de crise et d’urgence affectant un socio-géo-écosystème de montagne peut induire une réponse originale et inédite sous la forme d’une interface collaborative informelle et spontanée (partie I) ;
  • en quoi l’interface collaborative en question peut être qualifiée d’innovante (partie II) et pourrait alimenter et contribuer à renouveler les cadres paradigmatiques dans lesquels elle s’insère, comme les réflexions toujours actuelles sur la gestion intégrée des risques naturels (GIRN) (Boudières, 2014), sur la recherche-action-collaborative (RAC) ou encore l’analyse systémique des socio-écosystèmes en contexte de crise (Redman, Grove & Kuby, 2004 ; Folke, 2006 ; Glaser, Krause, Ratter & Welp, 2008).

I) Quand une crise d’instabilité gravitaire donne naissance à une interface de gestion du risque inédite

Le 9 janvier 2016 vers 5h du matin, un écroulement de 120 000 m3 de roches affecte le pilier Nord-Ouest du Mont Granier (Ravanel, Amitrano, Deline, Gallach, Helmstetter, Hobléa, Le Roy & Ployon, 2016). La niche d’arrachement se situe à quelques mètres de l’imposante croix en béton proche du sommet (très fréquenté) qui marque l’angle entre les faces ouest et nord de cette montagne emblématique du bassin chambérien, historiquement célèbre pour le gigantesque mouvement de terrain de 500 millions de m3 qui ravagea le bourg et les hameaux de Saint André en novembre 1248.

À partir du 30 avril 2016, après un hiver particulièrement humide et thermiquement contrasté jusqu’en haute altitude (gel/dégel), l’angle Nord-Est du Mont Granier est à son tour affecté au niveau du Ravin du Diable par une série d’écroulements importants qui ont également mobilisé des volumes approchant les 100 000 m3 (Hobléa, 2016).

Si aucun dommage humain et matériel n’est constaté, ces derniers écroulements sont suivis de forts épisodes pluvieux qui engendrent, mi-mai 2016, d’importantes laves torrentielles conduisant à la coupure et la fermeture de la route départementale 285a qui relie, par le col du Granier, la vallée des Entremonts en Chartreuse à la commune de Chapareillan, dans la vallée du Grésivaudan (vallée de l’Isère).

L’interface présentée ici s’est constituée à la suite de ce « coup double », qui a inscrit les réactions socio-techniques à cette crise certes dans l’urgence, mais aussi dans une certaine durée, quatre mois séparant les deux épisodes.

L’épisode de janvier 2016 : du traitement en ordre dispersé aux premiers regroupements partiels

L’épisode du 9 janvier, ponctuel et sans répliques (seulement quelques coulées de boue mineures dans la zone de dépôt liées au lessivage des fines issues de l’écroulement), a été traité et étudié de manière séparée entre d’une part les gestionnaires institutionnels du risque et des chercheurs universitaires spécialistes des aléas concernés ou du Mont Granier. Les universités impliquées sont celles de Grenoble-Alpes, Savoie Mont Blanc, et Lausanne. L’université de Lyon, un temps sur les rangs, ne donnera pas suite.

Les scientifiques universitaires s’intéressent dès les jours suivants à l’écroulement du 9 janvier ? À la demande du gestionnaire de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse (RNHC), gérée par le PNR de Chartreuse, ils constituent assez rapidement un collectif de recherche travaillant sur un mode collaboratif, coordonné par un membre du conseil scientifique de la réserve, qui a pour mission de faire le lien entre chercheurs et gestionnaire.

Du côté des services institutionnels de gestion des risques, le traitement de la crise suit la procédure habituelle mettant en relation les services préfectoraux de la sécurité civile, les services concernés du conseil départemental de la Savoie, le service d’expertise de l’aléa à savoir le service de restauration des terrains en montagne (RTM) de la Savoie (le RTM est un service de l’ONF), la commune concernée (Entremont-le-Vieux), ainsi que le gestionnaire de la réserve.

À ce stade, il n’y a pas de relations directes entre scientifiques universitaires et gestionnaires du risque, alors qu’il en existe entre le collectif de chercheurs et le gestionnaire de l’espace naturel protégé affecté. Cependant, experts des organismes gestionnaires du risque et scientifiques « cohabitent » dans les medias qui s’emparent très rapidement de l’événement, révélé à l’origine sur les réseaux sociaux par les habitants d’Entremont, riverains du flanc ouest du Granier. La presse écrite mêle dans les nombreux articles consacrés à l’événement des interviews ou informations émanant tant des élus et des habitants, que des services gestionnaires du risque et de scientifiques universitaires spécialistes du Granier ou des écroulements rocheux. Cela permet d’une part de s’identifier mutuellement, mais aussi de faire prendre conscience du besoin d’échanger et d’harmoniser les informations.

Les choses auraient pu en rester là si le Granier ne s’était à nouveau manifesté.

L’épisode d’avril-mai 2016 : l’interface prend forme

Entre le 30 avril et le 7 mai 2016, une série d’écroulements affecte cette fois l’angle Nord-Est du Granier au-dessus et dans le Ravin du Diable. Les scientifiques locaux sont informés quasi en temps réel des principaux événements grâce à un réseau de connaissances habitant au pied du Granier et sensibilisés de longue date aux « soubresauts » de « leur » montagne emblématique, bien évidemment aux aguets depuis l’épisode de janvier sur le versant opposé. De plus, durant ce second épisode de crise, entre deux écroulements notables, les chutes de blocs et de pierre sont quasi incessantes dans le ravin, constituant une attraction pour le public local, les photographes et vidéastes, ainsi que les premiers touristes qui viennent assister au spectacle depuis la route reliant Chapareillan au col du Granier (RD 285a). Experts et scientifiques sont également sur la brèche.

Le cône de débris formé au pied du ravin, dont le volume avoisine les 100 000 m3, est ensuite raviné et remobilisé en laves torrentielles à la suite de forts épisodes pluvieux les 13 et 19 mai. Ces laves torrentielles, qui se déroulent sur plusieurs heures, sont l’occasion de rencontres sur le terrain entre experts des organismes gestionnaires, élus, et scientifiques.

Le besoin d’information exprimé tant par les medias que par les élus et les habitants des communes exposées, ainsi que la nécessité de renforcer les investigations et les expertises au plus près du terrain, induisent une collaboration entre les différents types d’experts : les institutionnels en charge de la gestion de crise, le gestionnaire de la réserve et les scientifiques qui connaissent et étudient le terrain ou ce type de phénomènes.

L’interface informelle mais fonctionnelle, déjà virtuellement constituée à l’issue de la première crise, est ainsi activée afin de réaliser des missions communes d’expertise, d’étude et de surveillance de terrain (figure 1), de partager les données et images acquises sur le terrain ou par télédétection. L’interface fonctionne également pour la préparation et la participation conjointes à des conférences publiques, voire à des réunions de la cellule de crise en préfecture. On la retrouve à l’œuvre dans les réflexions et démarches conjointes de mise en place d’un système de monitoring prenant en compte les enjeux environnementaux de l’espace protégé, sur la définition des mesures de protection des populations et, ce qui est relativement rare, jusque dans la rédaction du rapport d’expertise dévolue au RTM, lequel y associe des universitaires membres du collectif et gestionnaire de la réserve.

Figure 1. Mission de terrain du 7 juin 2016 pour installer un système de monitoring de l’écaille nord-est déstabilisée par les écroulements d’avril-mai 2016. Cette photo symbolise la dimension collaborative de la gestion de crise, où l’on trouve réunis sur la même cordée les représentants des laboratoires universitaires ISTerre (initiateur de la manip), Edytem, ainsi que du RTM, avec le soutien des personnels de la réserve naturelle. La plus grande partie du matériel a été héliportée sur zone grâce à l’appareil « Dragon 38 » de la sécurité civile de l’Isère (© F. Hobléa)

De plus, cette collaboration permet une sensibilisation mutuelle aux enjeux des divers acteurs, notamment ceux propres respectivement aux :

  • gestionnaires du risque : sécurisation des personnes et des biens, appréciation du risque et moyens mobilisés en rapport avec les enjeux humains identifiés. En l’occurrence, le rapport d’expertise et d’évaluation du risque concluant à l’absence de danger pour les habitations, les services de l’État refusent de surinvestir dans les moyens de surveillance et de détection des aléas. Les moyens sont concentrés sur la remise en état et la protection de la route départementale vis-à-vis de l’aléa lave torrentielle ;
  • scientifiques, qui souhaitent profiter de ces événements exceptionnels et très médiatisés pour mobiliser des moyens de monitoring complets et faire du Granier un site expérimental croisant tous les modes et dispositifs d’investigation des phénomènes gravitaires disponibles ou en développement ;
  • gestionnaire de la Réserve, qui informe et rappelle que toutes les actions et mesures préventives et de suivi nécessitant des travaux et interventions (notamment aéroportées) doivent se faire autant que possible en conformité et respect du plan de gestion de la réserve, en interférant le moins possible avec la faune (bouquetins récemment réintroduits et avifaune en particulier). Ce gestionnaire souhaite également établir un état des lieux des effets induits par les phénomènes gravitaires de 2016 sur la végétation de la réserve ;
  • élus (et habitants) des deux communes impactées, avec des intérêts pas forcément convergents du fait de la situation différente au regard de leur exposition respective aux risques et des enjeux socio-économiques concernés : du côté d’Entremont-le-Vieux, outre le souci de sécurisation du périmètre dangereux sur sa commune, le maire a parmi ses priorités la réouverture de la route RD 285a entre le col du Granier et Chapareillan, dont la coupure par la lave torrentielle du 13 mai complique considérablement les déplacements (notamment pendulaires) des habitants des Entremonts en direction du Grésivaudan. Il souhaite également, à l’approche de la saison touristique et sous la pression de nombreux accompagnateurs et randonneurs, la levée de l’interdiction d’accès sur le plateau sommital du Granier par les sentiers d’accès situés au sud du massif, dans la mesure où l’expertise de risque a préconisé un périmètre de sécurité interdisant l’accès par les seuls flancs nord-ouest et nord-est. Demeure la délicate question de l’accès à la croix du Granier, dont l’expertise a montré sa situation à risque, de même que le sentier qui longe la face nord. Du côté de Chapareillan, il s’agit au contraire de prendre le temps de sécuriser la route du col du Granier par de coûteux travaux dont il faut trouver les financements selon les procédures « risques » en vigueur, et s’assurer en toute responsabilité du respect des zones interdites au public dans un souci premier de sécurité civile. Il faut également gérer un mouvement associatif d’opposition au projet de tunnel de la ligne ferroviaire grande vitesse Lyon-Turin qui doit passer au pied du Granier. Ce collectif local d’opposants met à profit la crise de 2016 pour interpeler avec insistance la municipalité et les experts sur la question du risque gravitaire au regard dudit projet ferroviaire, espérant trouver ou réactiver un argument de poids, voire décisif, pour le faire sursoir ou déplacer.

Ainsi se met en place une interface originale entre gestionnaires sensu lato, chercheurs universitaires, mais aussi medias et public/habitants (figure 2), permettant globalement de fluidifier une gestion de crise complexifiée par le fait que les épisodes successifs ont affecté deux communes distinctes, situées dans deux départements différents (Savoie et Isère), ce qui a démultiplié les acteurs et services concernés.

L’interface relationnelle spontanée et informelle initiée à partir de l’événement de janvier 2016 et mise en place à l’occasion des événements d’avril-mai repose sur des rencontres et réunions en présentiel, en salle et sur le terrain, ainsi que sur de nombreux échanges via les outils de communication et de partage sur le web et par courrier électronique.

Cette interface, que nous nommerons a posteriori par commodité pour la suite du propos « interface Granier 2016 », peut être considérée comme un système inédit de « recherche-gestion collaborative » dans lequel, à l’instar de la recherche-action collaborative dont il constitue un dérivé, recherche et gestion s’effectuent concomitamment et en étroite interaction. Le système est ici singularisé et complexifié par le fait qu’il met en jeu deux domaines de gestion aux finalités distinctes et pas toujours compatibles : la gestion du risque et la gestion d’un espace protégé de montagne, les scientifiques impliqués l’étant au titre de l’une ou l’autre finalité, voire des deux (cas du coordinateur-rapporteur membre du conseil scientifique de la réserve).

Répondant manifestement à un besoin et traitant certaines lacunes ou limites du système de gestion institutionnel en termes notamment de mutualisation de moyens, de partage d’information et de communication inter-acteurs, cette interface informelle a perduré dans le temps, bien que le Granier se soit considérablement (mais pas totalement) « calmé » depuis l’été 2016. L’activité de l’interface s’est réduite en conséquence, mais a été alimentée par les multiples sollicitations pour des conférences publiques dans les communes riveraines du Granier et par quelques échos médiatiques résiduels ou commémoratifs (le Granier un an après la crise de 2016). La collaboration « interne » entre scientifiques universitaires est restée vivace, tant du fait des études et suivi de terrain post-crise toujours en cours qu’à l’occasion des réponses à appels à projets et à communication pour des programmes de recherche et colloques scientifiques (dont le présent travail, reflet de cette recherche collaborative – et réflexive – en cours). Elle se nourrit de contact et d’échanges réguliers avec les services gestionnaires du risque, détenteurs de données et facilitateurs pour l’obtention de moyens de suivi et d’étude. Le contact entre scientifiques et gestionnaire de la réserve naturelle reste quant à lui permanent, notamment par l’intermédiaire du référent au sein du conseil scientifique de la réserve. Cette dernière participe au financement d’un stage de recherche sur les risques gravitaires du Granier incluant la question de la gestion croisée risques/milieux naturels.

Le temps passant, permettant une certaine prise de recul, et dans la perspective de donner une suite plus formelle et structurante à l’interface testée au Granier, il paraît intéressant de l’interroger au regard du concept d’innovation, laquelle pourrait, si elle est avérée pouvoir qualifier notre projet, lui permettre une meilleure acceptabilité institutionnelle et intégration socio-économico-politique.

Figure 2. Paysage actoriel de l’interface de recherche-gestion collaborative « Granier 2016 » présenté par grande catégories d’acteurs. La taille des silhouettes est schématiquement proportionnelle au nombre de personnes investies dans l’interface pour chaque catégorie d’acteurs. Les flèches montrent l’intense activité relationnelle qui met en réseau l’ensemble des acteurs. (© auteurs).

II) Quand l’innovation naît de l’urgence. Dimensions innovantes de l’interface Granier 2016

Interviewé dans la revue de veille technologique en ligne Industrie & Technologie en juin 2015 (Raynal, 2015), Chahab Nastar, chief strategy officer de l’organisme européen de soutien à l’innovation dans le domaine du numérique EIT Digital, déclarait :

« On n’innove que dans l’urgence, jamais en prenant son temps. »

Quand il lui est demandé dans le même article de définir l’innovation, C. Nastar répond :

« S’appuyer sur des idées pour créer de la valeur. À ne pas confondre avec la recherche, dont le but est exactement inverse : la recherche consiste à utiliser de l’argent pour créer des idées. » (ibidem)

Ces considérations nous semblent à divers titres entrer en résonnance avec notre propos, dans la mesure où d’une part, c’est à la suite d’une situation de crise, et donc d’urgence, qu’a émergé l’interface chercheurs-gestionnaires-public dont il est ici question et, d’autre part, car la définition de l’innovation donnée par Nastar laisse supposer corollairement que la recherche ne peut donner lieu à innovation, ce que nous allons tenter d’infirmer au travers de l’analyse de notre cas d’étude relatif au Granier.

Une innovation en tant que RAC/RAP

Nous avons vu (cf. supra), que l’interface Granier 2016 peut être considérée comme une opération de recherche-action-collaborative/participative (RAC/RAP).

La RAC/RAP est envisagée comme processus de co-production et de transfert de connaissances entre chercheurs scientifiques et acteurs institutionnels et de la société civile, permettant la réalisation d’une action préalablement définie comme but commun (Chevalier & Buckles, 2013 ; Gonzalez-Laporte, 2014). La distinction nuancée que nous faisons entre RAC et RAP porte sur le statut des modes « collaboratif » et « participatif ».

Le premier renvoie au fait que les acteurs impliqués dans la recherche-action sont des institutions ou représentants d’institution, qui non seulement travaillent ensemble mais sont co-porteurs et co-financeurs du projet de recherche-action. Tandis que le mode participatif renvoie pour nous au fait que l’implication dans la recherche-action est, sous réserve du respect d’un cahier des charges idéalement co-construit, ouverte à tous les volontaires, qu’ils soient représentants d’institutions, d’associations ou simples particuliers et citoyens et ce, sans considération d’ordre financier.

Nous avançons et testons ici l’hypothèse qu’à l’instar de la recherche-développement en entreprise, la recherche-action-collaborative, voire participative (RAC/RAP), joue ce rôle pivot et transmetteur entre la production de connaissances et leur appropriation/application par les acteurs et gestionnaires des territoires de montagne et des enjeux associés, parmi lesquels la gestion des risques et des milieux naturels qui nous servent ici de cadre démonstratif.

Il faut alors rappeler et convoquer la distinction entre invention et innovation, communément admise par les théoriciens de l’innovation (Dortier, 2015), selon laquelle l’invention désigne la nouveauté en tant que stricte émanation de l’intellect scientifique et technique, tandis que l’innovation constitue son prolongement par son appropriation, sa diffusion et ses effets dans la sphère socio-économique et territoriale. En d’autres termes, l’innovation peut être définie comme une invention implantée avec succès et opérante dans le corps socio-économique (Blondel, 2015). C’est alors à l’interface entre invention et application socio-économique qu’est définie la notion de recherche-développement attachée au domaine de l’entreprise.

Dans le cas de l’interface Granier, nous avons affaire à un système de RAC/RAP que nous qualifions de « recherche-gestion collaborative/participative ». Cette dénomination est elle-même nouvelle et inédite. Elle peut cependant difficilement être assimilée à une invention, dans la mesure où d’une part elle qualifie une réalité déjà existante par ailleurs : des dispositifs répondant à cette dénomination se trouvent par exemple dans les domaines de la gestion des ressources naturelles comme l’eau (Serroi, 2016), la forêt, et des conflits associés (Gnanglè, 2009). D’autre part, cette dénomination est issue d’un processus génétique qui relève plus de l’innovation que de l’invention, à savoir l’imitation-adaptation (Edgerton, 2013), l’expression étant un dérivé adaptatif de l’expression-mère RAC/RAP, le mot « gestion » remplaçant celui d’« action » pour préciser le domaine dans lequel se réalise l’action. Il en va exactement de même pour l’interface proprement dite, qui relève plus de l’innovation que de l’invention dans la mesure où elle constitue une combinaison d’imitation et de transposition du concept d’observatoire participatif tel qu’il a pu être conçu et expérimenté justement en Chartreuse par certains des acteurs en présence (Serroi, Barbon, Besancenot, Ferraton & Hobléa, 2014) dans le cadre d’un programme de RAC/RAP intitulé « L’eau, entre mémoire et devenir ».

Notre système de recherche-gestion collaborative/participative Granier 2016 semble donc bien obéir aux trois lois de l’innovation énoncées par Dortier (2015) qu’il résume au tryptique « variation, assemblage, transfert » :

  • variation : ce que Blondel (2002) appelle pour sa part : « mutation », à savoir ici le fait que l’interface est issue d’une modification d’un système préexistant, le système institutionnel de gestion des risques, pour répondre à une demande sociale et des impératifs opérationnels imprévus ;
  • assemblage : ici représenté par l’alliance des différents acteurs pour former une interface unique, certains se connaissant préalablement, mais pas tous. Cette connaissance interpersonnelle a priori a joué le rôle de ferment et d’initiateur dans l’historique et la structuration de l’interface, apte à fonctionner aujourd’hui comme un véritable réseau (évolution des relations interpersonnelles bi-latérales vers du multilatéral), cependant évolutif au gré des changements de poste dans les administrations concernées. Cette notion d’assemblage concerne aussi le regroupement et la mise en lien au sein de l’interface de dispositifs d’observation participative, de monitoring expert, etc. ;
  • transfert : et partage de connaissances, de pratiques et savoir-faire, entre experts, mais aussi avec le public et les élus locaux.
Une innovation organisationnelle en tant qu’organisation frontière

La notion d’hybridation, souvent associée à l’innovation (Gaglio, 2011), peut aussi être invoquée pour caractériser les dimensions innovantes de notre interface : hybridation entre deux domaines de gestion (risques et milieux naturels) ; hybridation entre les fonctions de chercheurs, gestionnaires, medias, observateurs, amenant parfois certains acteurs à sortir de leurs schémas d’intervention habituels et d’autres à coiffer (temporairement et parfois involontairement) la casquette du partenaire voisin (le chercheur médiatisé, le journaliste observateur, le gestionnaire enrôlé dans une mission à but scientifique, mais aussi utile à l’expertise…). Cette hybridité amène à faire se rencontrer des mondes différents : celui de la science et celui de la gestion et, au sein de ce dernier, celui de la gestion des risques et celui de la gestion des milieux naturels. La dimension participative de l’interface fait également se rencontrer experts et profanes.

De là à considérer l’interface Granier comme une organisation frontière au sens de Guston (2001), il n’y a qu’un pas que nous sommes tentés de franchir, d’autant plus que ses productions (rapports d’expertise, productions audio-visuelles montrant les temps forts de la crise d’instabilité, périmètre de sécurité, système de monitoring etc.) peuvent être considérées comme des objets frontières issus de l’hybridation des différentes sphères d’acteurs

En tant qu’organisation-frontière, l’interface Granier peut être catégorisée comme innovation organisationnelle, valant dans ce domaine par son caractère à la fois spontané, informel voire hors-cadres, souple, à géométrie variable, hautement multidisciplinaire. Sa dimension participative ajoute également au caractère innovant sur le plan organisationnel, tout en propulsant l’interface vers une autre catégorie d’innovation, non exclusive, celle des innovations dites « ouvertes ».

Une « innovation ouverte » (Chesbrough, 2003)

Mode d’innovation fondé sur le partage et la coopération libre, « l’innovation ouverte » est un concept promu par Henry Chesbrough fondateur et directeur du Center for Open Innovation de Berkeley. Il désigne toute forme d’innovation collective, que ce soit la collaboration d’individus ou d’entreprises (partenariats d’entreprises ou corporate venture). L’innovation ouverte peut se pratiquer de différentes façons : résolution collective de problèmes, appel à des bêta-testeurs, système de boites à idées etc. Dans le cas de l’interface Granier, il s’agit bien d’une entreprise collective et fondée sur le partage et la collaboration volontaire, dédiée à la résolution collective de problèmes.

Innovation de rupture (disruptive) ou de maintien (sustaining innovation) ?

L’interface inédite Granier 2016 n’est pas appelée à se substituer aux systèmes de gestion préexistants, à savoir les dispositifs réglementaires mis en œuvre au travers de la chaîne des services gestionnaires des risques à l’échelle des départements ainsi que par la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse pour ce qui concerne la gestion des milieux. Elle ne vise pas à, ni ne risque incidemment de les éliminer, cette tendance à effacer l’ancien système étant la marque d’une innovation « disruptive » ou « révolutionnaire » (Christensen, 1997, Christensen & Raynor, 2003).

À l’inverse, elle prévoit de se développer au sein du système existant, en tant que complément circonstanciel favorisant le maintien et l’amélioration du système cadre (sustaining innovation), en intervenant à une échelle spatiale inhabituelle, non administrative, d’ampleur locale, infra départementale mais supra communale.

Ceci nous amène à quitter le crible des critères basés sur l’approche économique et marchande de l’innovation, pour investir les critères afférents à l’innovation dite sociale et territoriale, qui relève plus du champ de la sociologie et même de la géographie, comme le fait remarquer F. Girault (2009) :

« La géographie, dans son intérêt et son enthousiasme pour l’innovation, a tendance à partir tous azimuts et à multiplier les angles d’attaque voire les définitions même de l’innovation : sociale, technologique, culturelle, institutionnelle et… territoriale au sens d’ancrée dans un territoire ou liée à l’ingénierie territoriale. »

Une innovation locale

Un autre aspect innovant de l’interface réside ainsi dans son développement au sein d’une niche scalaire de dimension locale, jusqu’à présent peu activée dans la gestion des risques, bien qu’elle corresponde à un équivalent déjà repéré et investigué par une équipe de sociologues grenoblois à la fin des années 1990, qui avait proposé alors de parler de « scène locale de risque » (Decrop, 1997). Ce concept était cependant resté à l’époque cantonné au champ de la négociation entre acteurs locaux en jeu dans la gestion du risque, sans véritable développement de ses implications spatiales et scalaires.

Nous proposons, dans une approche et une acception plus géographiques, de désigner par « scène locale de risque » la portion d’espace soumise aux divers effets induits par un aléa ou un ensemble (cascade) d’aléas (ici gravitaires) sur les enjeux socio-économiques et environnementaux ainsi que sur les perceptions, les comportements, la gouvernance territoriale… Il s’agit autrement dit de l’aire d’influence d’un aléa localisé. Il est à noter que, pour une même scène de risque, l’aire concernée peut être subdivisée en sous-ensembles à géométrie variable selon le paramètre considéré, la cartographie de l’exposition à l’endommagement par les experts pouvant différer sensiblement de celle de l’aire de perception de cette exposition par les habitants. A ce stade, le concept de « scène locale de risque » appelle celui de « riverain du risque », pour lequel nous proposons d’introduire le terme de « risquerain » – autre terme issu d’une logique d’innovation.  Ainsi les risquerains du Granier seraient les habitants de la scène locale de risque soumis à l’aléa d’une manière objective (exposition à endommagement) ou subjective (perception de l’aléa). Au regard des événements de 2016, le Granier et ses environs exposés pourraient être considérés de plus comme représentatifs d’une catégorie de zones à risques actifs, spatialement circonscrits et temporellement pérennes, que l’on pourrait qualifier de « local risk hotspots », en imitation, à la variation d’échelle près, de la notion de « natural disaster hotspot » (Dilley, Chen, Deichmann, Lerner-Lam & Arnold, 2005).

Outre le renouvellement et l’enrichissement à visée opérationnelle du concept de scène locale de risque (faire du neuf avec ou à partir de l’ancien est une manière d’innover (Edgerton, 2013)), l’approche se veut novatrice dans la mesure où elle s’inscrit dans le paradigme récent de la gestion intégrée des risques naturels (GIRN) (Boudières, 2014), se plaçant ainsi à l’interface (ici traitée comme un continuum) entre aléas naturels et réponses socio-politiques et culturelles aux manifestations des aléas (incluant une réflexion sur la place des scientifiques dans le processus de gestion).

L’ancrage local de notre interface n’empêche pas qu’on puisse en tirer des enseignements de portée bien plus large. En inter-reliant gestion des risques et gestion des milieux naturels, elle s’attaque ainsi à une préoccupation forte de la sphère gestionnaire des espaces protégés, qui diffuse dans la sphère de la gestion des risques (Dessignolle, 2011). Ce faisant, elle se place dans le paradigme émergent de l’analyse systémique et intégrée des socio-écosystèmes (Folke, 2006 ; Glaser, Krause, Ratter & Welp, 2008) dont ceux de montagne représentent un type particulièrement complexe et riche de défis.

Entre innovation sociale…

Selon C. Quintard (2015), l’innovation sociale se définit par :

  • le fait de « répondre à un besoin social mal satisfait » (l’utilité sociale du projet doit primer sur la recherche d’autres bénéfices) : dans notre cas, l’expertise et la prévention des risques gravitaires liés au Granier sont bien des actions à vocation d’utilité sociale ;
  • « la génération d’autres effets positifs » (le projet contribue au développement local où il est implanté, tout en restant « sensible à son impact environnemental » (exemple des Amap – associations pour le maintien d’une agriculture paysanne -) : l’interface Granier 2016, par ses visées de gestion, prévention et protection contre les risques, contribue indirectement au développement local en maintenant en état les infrastructures routières et en permettant la mise en place de périmètres d’interdiction d’accès mesurés au plus près des équilibres entre intérêts économiques et sécurité publique. De plus il réalise cela tout en se préoccupant des impacts environnementaux des mesures de gestion du risque, en lien étroit avec le gestionnaire de la réserve naturelle ;
  • « l’expérimentation et la prise de risque » souligne la dimension innovante du projet, visant à proposer une « réponse nouvelle par rapport à l’état de l’art ou du marché sur le territoire » : notre interface est foncièrement dédiée à l’expérimentation (risquée à tous les sens du terme compte-tenu de la nécessité d’investigations de terrain en zone verticale instable) de systèmes de monitoring en cours de développement (détection et mesures volumétriques par analyse des signaux sismiques induits par les écroulements ; cartographie expérimentale des événements de janvier et mai 2016, utilisant des données 3D haute résolution à base de relevés lidar et de photogrammétrie par drones ou autres moyens aéroportés…) ;
  • « l’implication des acteurs et publics concernés » assure l’assise locale et la participation citoyenne de l’innovation sociale : elle constitue également un volet essentiel de l’interface Granier, les habitants riverains du Granier étant notamment invités à devenir des observateurs-sentinelles et de précieuses sources de données relatives à l’historique de l’instabilité, avec en retour un porté à connaissance et des échanges informatifs avec les scientifiques et gestionnaires (via notamment les conférence, cafés sciences et les medias).
… et innovation territoriale

Selon T. Germain (2014), les mailles territoriales locales sont des terreaux favorables à l’incubation de milieux innovateurs. À ce titre :

« Les territoires révèlent des tendances profondes de notre société. Ils expérimentent dans tous les domaines. Ils inventent les modèles et les solutions de demain. » (Germain, 2014).

Dans le préambule du même ouvrage, G. Finchelstein, directeur de la Fondation Jean Jaurès et de son Observatoire de l’innovation locale, déclare : « les territoires vivent et agissent souvent en anticipation sur le mouvement général ».

Si l’interface Granier 2016 peut être considérée comme une innovation territoriale, c’est aussi par la complexité de l’ancrage territorial de la « scène locale de risque » à laquelle elle est arrimée, définie supra en tant qu’espace du risque émanant du Granier. Là encore il est question d’hybridité, entre :

  • la réserve naturelle elle-même gérée par le Parc naturel régional de Chartreuse qui, en tant que PNR, a à cœur de concrétiser la devise de ce type de parcs : « une autre vie s’invente ici », slogan qui place l’innovation sociale et territoriale au cœur de son projet de territoire ;
  • les communes d’Entremont-le-Vieux et de Chapareillan, concernées par les enjeux liés aux risques gravitaires du Granier, situées toutes deux entièrement dans le PNR de Chartreuse ;
  • les intercommunalités dans lesquelles sont englobés les deux territoires communaux, qui elles sont différentes : communauté de communes Cœur de Chartreuse pour Entremont-le-Vieux et communauté de communes du Pays du Grésivaudan pour Chapareillan ;
  • les deux départements – Savoie et Isère – en tant que niveaux supérieurs de la gestion institutionnelle des risques sur l’espace en question.

Surmonter cette complexité nécessite des solutions innovantes dont la quête est l’une des raisons d’être non seulement de l’interface Granier 2016, mais aussi du projet d’Observatoire des risques gravitaires du Mont Granier (ORGG) qui en est l’émanation.

Conclusion : le projet ORGG, vers une appropriation de l’interface par les acteurs concernés ?

L’interface Granier 2016 peut être considérée comme un dispositif d’interface science-gestion aux caractères particuliers, sources d’innovation : dispositif hors-cadre, spontané, évolutif, réactif et adaptatif, explorant de nouvelles formes et pratiques inhabituelles de gestion de l’environnement à la croisée des espaces du risque et des espaces naturels protégés, avec une dimension collaborative et participative affirmée. Ses atouts constituent aussi cependant ses limites : manque de lisibilité dans la sphère institutionnelle de gestion du risque du fait de l’absence de statut identifiable, manque de moyens et de légitimité statutaire pour les solliciter auprès des financeurs potentiels, etc.

Ce retour d’expérience globalement positif et révélant l’existence d’attentes et de demandes réelles en ce sens, notamment de la part de la sphère socio-territoriale locale nous incite à formaliser et développer un dispositif expérimental de gestion participative des risques gravitaires, ici appliqué à la « scène » ou au « bassin » de risque du Granier, mais transposable à d’autres échelles et ancrable dans différents types d’institutions hôtes, a priori préférentiellement dans un organisme de type Institut du risque (dans la logique de l’approche croisée risques-espaces naturels protégés, il devrait cependant demeurer en lien étroit avec la réserve naturelle des Hauts et le parc de Chartreuse.

Un prototype est en phase de conception depuis début 2017, dans le cadre d’un projet de recherche dédié, financé par l’Appel à Projets « Montagne » Université Savoie Mont Blanc / Cluster Montagne. Baptisé ORGG : Observatoire des risques gravitaires du Mont Granier, ce projet se développe dans la continuité de l’interface Granier 2016, et donc toujours sur un mode collaboratif et participatif, avec une approche pluridisciplinaire et la contribution de non-experts, public et habitants (« risquerains ») sensibilisés par la crise de 2016. Il s’agit pour ce panel d’acteurs de participer à la définition du cahier des charges et au design d’un observatoire inspiré de celui mis en place dans le PNR de Chartreuse et le bassin du Guiers pour ce qui concerne la gestion de l’eau (Serroi, 2016).

Nous avons montré dans cet article en quoi les modes de genèse et de conception de l’interface Granier et du projet ORGG qui en est issu relèvent des processus et mécanismes de l’innovation et peuvent être considérés comme des hybrides entre les catégories des innovations sociales, territoriales et organisationnelles. Certes, du strict point de vue des théoriciens de l’innovation, on doit distinguer l’innovation de l’invention par le transfert réussi de cette dernière dans la sphère socio-économique en réponse à un besoin nouveau ou insatisfait. Selon ce point de vue, le projet ORGG en son état actuel ne peut être considéré comme une innovation effective, mais plutôt comme porteur d’un potentiel d’innovation dont tout ou partie pourra devenir effective à la condition que le projet soit approprié et diffusé par et dans la sphère socio-économique concernée, à savoir celle de la gestion des risques et des milieux naturels, en lien avec la transition éco-énergétique qui constitue le paradigme-chapeau actuel régissant les logiques d’action et de décision de la sphère économique concernée.

Le cas du Granier démontre également que les scientifiques, au-delà de leur rôle d’inventeur, peuvent tout à fait être intégrés à un processus d’innovation, y compris hors du champ de l’innovation économique (où ils sont de plus en plus incités à participer au montage de start-up). Cette intégration se fait ici par le biais de dispositifs d’interface chercheurs-acteurs relevant de l’innovation sociale et territoriale, avec le développement d’une nouvelle déclinaison de la RAC/RAP dans le domaine de la gestion de l’environnement intégrant celle du risque. Ces nouvelles modalités de recherche-gestion collaborative et participative tendent à permettre et favoriser le croisement et l’harmonisation de différentes sphères de gestion, comme ici celle des risques « naturels » et des espaces protégés de montagne.

Et ce n’est pas un hasard si c’est en territoire de montagne que ces innovations prennent source. Le cas du Granier (mais aussi par exemple celui du Chambon en Oisans) montre en quoi la dynamique de ces socio-éco-(et géo) systèmes particuliers bouscule encore aujourd’hui des cadres institutionnels de gestion pourtant déjà en partie configurés par et adaptés pour les espaces et territoires de montagne au fil d’événements marquants des décennies précédentes (Ruines de Séchilienne, etc.). La montagne peut ainsi être considérée comme un milieu-aiguillon poussant à l’innovation les acteurs qui y vivent et qui en assurent la gestion environnementale et territoriale au gré des manifestations de ses évolutions rapides liées au changement climatique.

Remerciements : les auteurs tiennent à remercier ici tous les membres et participants de l’interface Granier 2016 et collaborateurs du projet ORGG, institutionnels ou issus de la société civile, trop nombreux pour être tous cités ici.
Bibliographie
  • Blondel, D. (2002). Le rôle des scientifiques dans le processus d’innovation. In N. Alter (dir.). Les logiques de l’innovation – Approche pluridisciplinaire. 276 p. Ed. La découverte, Coll. « Recherches ».
  • Blondel, D. (2015). L’innovation clef du bien-être ? In Dortier J.F. (dir.) Innovation et créativité. Ed. Sciences Humaines, 78 p. p. 29-31.
  • Boudières, V. (2014). Présentation de l’opération CIMA-POIA : « Sites pilotes de gestion intégrée des risques naturels dans les Alpes ». Communication, journée d’information POIA, Gap, 20 janvier 2014.
  • Chesbrough, H. (2003). Open innovation. The new imperative for creating and profiting from technology. Harvard Business School Press. 227 p.
  • Chevalier, J.M., & Bucklès, D.J. (2013). Participatory Action Research. Theory and methods for engaged inquiry. Routledge. 496 p.
  • Christensen, C.M., 1997. The Innovator’s Dilemma. When New Technologies Cause Great Firms to Fail. Boston, Harvard Business School Press. 225 p.
  • Christensen, C.M., & Raynor, M.E. (2003). The Innovator’s Solution. Creating and Sustaining Successful Growth. Boston, Harvard Business School Press. 304 p.
  • Decrop, G. (1997). Les scènes locales de risque. Rapport de recherche CERPE/Futur antérieur, 235 p.
  • Dessignolle, V. (2011). Prévention des risques naturels et technologiques et préservation des espaces naturels. Actes du forum des gestionnaires d’espaces naturels « Gestion des risques naturels, industriels et sanitaires dans les espaces naturels ». 12-13 décembre 2011, Nantes, ATEN.
  • Dilley, M., Chen, R.S, Deichmann, U., Lerner-Lam, A.L., & Arnold, M. (2005). Natural Disaster Hotspots: A Global Risk Analysis. Washington, DC: World Bank. En ligne : https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/7376
  • Dortier, J.F. (2015). L’innovation : un nouveau mythe de la création ? In J.F. Dortier (dir.). Innovation et créativité. Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, 38, 78 p. Ed. Sciences Humaines, pp 6-15.
  • Edgerton, D. (2013). Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale. Coll. L’Univers historique, Paris, Editions du Seuil, 320 p.
  • Folke, C. (2006). Resilience: The emergence of a perspective for social-ecological systems analysis. Global Environmental Change, Vol. 16, pp. 253–267.
  • Gaglio, G. (2011). Sociologie de l’innovation. Coll. « Que Sais-Je », Puf. 128 p.
  • Germain, T. (dir) (2014). Le panorama de l’innovation locale. Edition 2015. Fondation Jean Jaurès. 272 p.
  • Glaser, M., Krause, G., Ratter, B., & Welp, M. (2008). Human-Nature-Interaction in the Anthropocene. Potential of Social-Ecological Systems Analysis. Gaia 17/1, 77-80. En ligne : http://www.dg-humanoekologie.de/pdf/DGH-Mitteilungen/GAIA200801_77_80.pdf
  • Gnanglè, P.C. (2009). Approche participative de prévention et de gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs au Bénin. 6 p. in Actes du 14ème Colloque International sur les Changements Climatiques et en Evaluation Environnementale, Niamey, 27 mai 2009.
  • En ligne : http://www.sifee.org/static/uploaded/Files/ressources/actes-des-colloques/niamey/simultanee-3/2_GNANGLE_comm.pdf
  • Gonzalez-Laporte, C. (2014). Recherche-action participative, collaborative, intervention… Quelles explicitations ? Rapport de recherche, LabEx ITEM, 27 p.
  • Guston, D.H. (2001). Boundary Organizations in environmental Policy and Science: An introduction. Science, Technology, & Human Values, Vol. 26, N°4, Special Issue: Boundary Organizations in environmental Policy and Science (Autumn 2001). Sage Publications, pp. 399-408.
  • Hobléa, F. (2016). Quand le Granier fait son show ! La crise d’instabilité de l’hiver-printemps 2016. Le Petit Echo des Entremonts, 78, novembre 2016, pp. 8-17.
  • Quintard, C. (2015). Innovation sociale : laboratoire des solidarités de demain ? In J.F. Dortier (dir.). Innovation et créativité. Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, 38, 78 p. Ed. Sciences Humaines, pp 50-53.
  • Ravanel, L., Amitrano, D., Deline, P., Gallach, X., Helmstetter, A., Hobléa, F., Le Roy, G., & Ployon, E. (2016). The small rock avalanche of January 9, 2016 from the calcareous NW pillar of the iconic Mont Granier (1933 m a.s.l., French Alps). Geophysical Research Abstracts Vol. 18, EGU2016-13535.
  • Raynal, J. (2015). « On ne peut innover que dans l’urgence ». Interview de Chahab Nastar. In Industrie & Technologies. Revue en ligne, publiée le 06/06/2015. http://www.industrie-techno.com/on-ne-peut-innover-que-dans-l-urgence-selon-chahab-nastar-de-l-organisme-europeen-eit-digital.38768
  • Serroi, B. (2016). À la croisée d’un massif et de ses bassins versants : développement d’un système d’observation participative pour la gestion intégrée des ressources en eau en Chartreuse-Guiers. Thèse doctorat de géographie, COMUE Grenoble-Alpes, ED SISEO, UMR Edytem CNRS-USMB, 344 p. + annexes.
  • Serroi, B., Barbon, J.L., Besancenot, F., Ferraton, M., & Hobléa, F. (2014). « L’eau entre mémoire et devenir », programme sur la gestion intégrée de la ressource en eau dans les PNR du Sud-Est : contribution d’un programme de Recherche-Action Collaborative à la co-construction et aux transferts interactifs entre savoirs profanes et savoirs savants. Actes du colloque international « Les Recherche-Actions Collaboratives : une révolution silencieuse de la connaissance. » Dijon, AIFRIS, Mai 2013. En ligne https://reflaction.hypotheses.org/151

[1] Le travail réflexif objet du présent article a été réalisé au sein du LABEX ITEM (ANR-10-LABX-50-01) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » géré par l’Agence nationale de la recherche.

 



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 12 juillet). Une interface innovante de recherche-gestion collaborative sur les risques en espace protégé . Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5j