Diversification touristique, démarches innovantes et changement social en versant sud des Annapurna. Quelle place pour les femmes ?

Par Pierre Dérioz, maître de conférences HDR en géographie à l’université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD ; Mauve Létang, doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne, UMR ENeC ; Philippe Bachimon, professeur de géographie à l’université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD ; Pranil Upadhayaya, enseignant et chercheur associé en tourisme à l’université de Kathmandu (Népal), Nepal Center for Contemporary Research (NCCR) ; Maud Loireau, géo-agronome, ingénieur de recherches, UMR Espace-Dev 228 IRD (Montpellier) ; Justine Le Noac’h, étudiante, master « Géomatique et conduite de projets territoriaux », université d’Avignon

Résumé

De nombreuses transformations affectent aujourd’hui le système touristique du massif des Annapurna, même s’il reste la première région de trekking du Népal : la diversification des clientèles internationales et des pratiques touristiques va de pair avec le développement du tourisme intérieur, dans un contexte marqué par le déploiement rapide d’un réseau routier qui tend à renforcer le rôle organisateur de la ville de Pokhara. Dans le même temps, une émigration internationale de travail principalement masculine, de grande ampleur et d’intensité croissante, provoque une féminisation marquée des sociétés montagnardes et accélère les phénomènes d’exode rural et de déprise : les jeunes hommes qui émigrent n’aspirent souvent pas à rentrer au village pour y vivre de l’agriculture et préfèrent à leur retour au pays s’installer en ville. Mais dans les secteurs marqués par un développement touristique, ancien ou plus récent, autour de la pratique du trekking – et aujourd’hui d’autres activités de pleine nature (canyoning, parapente), ou simplement de séjour – les revenus issus de cette émigration masculine de longue durée ouvrent aussi des possibilités d’investissement dans les activités touristiques, comme l’hébergement : l’ouverture de homestays (gites chez l’habitant) sur les étapes de treks existants (tour des Annapurna, Annapurna Base Camp) ou émergents (Mardi Himal ou Machhapuchhre Model Trek.) apparaît ici porteuse d’innovation sociale, à travers leur fréquente gestion communautaire à l’échelle du village, mais aussi parce que l’absence des hommes place les femmes en première ligne dans le déploiement et la gestion de ces activités d’accueil (recherches conduites dans le cadre de l’ANR AQAPA).

Introduction

Rapportée à l’étendue du territoire inclus dans l’Annapurna Conservation Area Project (7630 km2), la fréquentation globale par les touristes peut sembler modeste : avec à peine plus de 300 km2, l’ensemble Gavarnie – Mont Perdu, inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO, en accueille près de dix fois plus (Bénos et al., 2007). Mais le massif des Annapurna, qui a accueilli quelques 130 000 visiteurs étrangers en 2014 (source ACAP[1]), n’en est pas moins, aujourd’hui encore, la première région du Népal en matière de tourisme de trekking. Aire protégée la plus étendue du pays, au sein de laquelle une ONG dont les prérogatives sont en fait celles d’une administration territoriale, le National Trust for Nature Conservation, anime depuis 1986 une double démarche de préservation des patrimoines naturels et de développement local en lien avec les communautés villageoises (Sacareau, 1999 ; Nepal, 2002 ; Bajracharia et al., 2005 ; Baral et al., 2010), l’ACAP reçoit annuellement autour de 15% des touristes étrangers comptabilisés à l’échelle du pays, attirés par les paysages de la haute montagne himalayenne mais aussi par les lieux de pèlerinage et les événements religieux qui s’y déroulent[2]. Par rapport à la période originelle du développement du tourisme de trekking dans la région des Annapurna (Sacareau, 2003), structurée autour d’une activité quasi-exclusive – le trekking – et d’une clientèle occidentale très majoritaire, le système touristique apparaît cependant aujourd’hui en pleine mutation, sous l’effet de multiples formes de diversification – espaces, clientèles, produits etc. – qui découlent tout autant d’évolutions propres au secteur touristique que des transformations socio-économiques d’ensemble de cette région montagnarde.

Si l’on envisage l’innovation dans le sens large où l’entend D. Harrison (2012), qui la définit comme « la capacité de résoudre des problèmes de manière créative, ou encore de mener à terme de nouvelles possibilités ou capacités dans la réalité sociale », elle s’avère dès lors partout à l’œuvre dans ces hautes vallées confrontées à de puissants processus d’ouverture – physique, économique, socio-culturelle –, à la croisée entre diffusion d’éléments nouveaux de toute nature venus de l’extérieur et démarches adaptatives individuelles ou collectives de la part des acteurs locaux. En matière de tourisme, le caractère innovant de ces dernières procède en effet dans la plupart des cas de diverses formes « d’arrangements » (Létang et al., 2017), entendus ici en tant que réponses pragmatiques apportées par les individus, les ménages et les groupes sociaux confrontés à des combinaisons inédites d’opportunités et de contraintes, telles que les étudient les chercheurs qui s’inscrivent dans le courant de la « sociologie pragmatique » (Barthes et al., 2013) : après avoir brossé à grands traits dans une première partie les principaux facteurs de la transformation de ce territoire, l’analyse du nouveau système touristique en cours de mise en place, qui fera l’objet de la seconde partie, mettra l’accent sur les divers dispositifs imaginés par les acteurs locaux – notamment à l’échelle des communautés villageoises – et sur les modalités de leur mise en place. La réflexion s’élargira en troisième partie aux formes d’innovation sociale dont ces dispositifs peuvent apparaître comme les vecteurs, tout particulièrement parce que l’absence des hommes, induite par le poids local des migrations internationales de travail, place les femmes en première ligne dans le déploiement et la gestion de ces activités d’accueil.

Le matériau sur lequel repose cette réflexion est issu de deux missions collectives (novembre 2014 et avril 2016) et de deux stages de master[3], réalisés dans le cadre du programme ANR AQAPA[4]. Outre les informations directes issues de l’observation de terrain, dans un espace de recherche en versant sud du massif des Annapurna centré sur les hautes vallées de la Modi Khola, de la Mardi Khola et de la Seti Nadi, quelques 134 entretiens de type semi-directif et six focus groupes ont permis de s’intéresser à des groupes d’acteurs différents (villageois, opérateurs touristiques, gestionnaires, touristes etc.) et à des situations locales contrastées, entre la zone touristique très fréquentée du bassin de la haute Modi Khola, anciennement mis en tourisme (Sacareau, 1999) et qui concentre les itinéraires de trekking les plus en vogue (Annapurna Base Camp, balcons des Annapurna etc.), et les vallées orientales au développement plus récent et plus limité en dépit du déploiement à compter de 2007 d’une expérience originale de tourisme communautaire (Dawadi & Upadhayaya, 2013).

Un contexte régional en évolution profonde et rapide

L’espace d’étude, qui correspond à une succession de profondes vallées méridiennes tributaires de la Kali Gandaki, s’étend sur le territoire de 11 VDC[5] à la composition ethnique variable : une vingtaine de castes et d’ethnies différentes sont représentées dans cet espace, où trois ensembles apparaissent avec un poids démographique à peu près équivalent, autour d’un gros tiers pour les ethnies tibéto-birmanes (Gurung 19 %, Magar 10 %, Tamang 5 %) et d’un petit tiers (28%) pour les membres des hautes castes indo-népalaises (Brahman des collines 20%), le dernier tiers étant peu ou prou composé par les populations indo-népalaises de basses castes et les intouchables. La dispersion de l’habitat au sein des VDC permet aux regroupements à base ethnique de s’opérer à l’échelle des villages (ou de leurs quartiers) et des hameaux. En dépit d’une certaine intensification et du développement de cultures ou d’élevages à visée commerciale en fond de vallée (Flipon, Lorre, 2016), les paysages restent ceux d’une économie rurale de montagne, fondée sur des micro-unités familiales (souvent moins d’un hectare) pratiquant une polyculture-élevage principalement vivrière, dont les activités s’étagent entre 1000 m et 2000 m pour les cultures, et jusqu’à 4000 m pour l’élevage, en partie transhumant (Smadja, 2003). D’autres activités – artisanat, commerce, salariat agricole ou domestique des plus pauvres chez les propriétaires les mieux lotis – complètent souvent le revenu des ménages, auquel contribuent aussi depuis longtemps ceux issus de diverses formes de migration temporaire (Thieme, 2006). Les modalités contemporaines et l’ampleur prise par ces migrations de travail en font toutefois aujourd’hui un facteur déterminant de la transformation du territoire.

Impact démographique des migrations internationales de travail et déprise agricole

Phénomène de grande ampleur et d’intensité croissante à l’échelle du pays tout entier[6] (Gurung, 2012 ; Aubriot, Bruslé, 2012), l’émigration vers les emplois urbains (Pokhara, Kathmandu) et surtout vers l’étranger atteint en versant sud de l’Annapurna des valeurs supérieures à la moyenne nationale, avec plus de 38% des foyers ayant déclaré l’absence d’au moins un de ses membres et plus de 11 % de population « absente » pour les 11 VDC étudiés. Masculine à 91 %, cette émigration concerne principalement de jeunes actifs[7], qui quittent leur village pour des périodes longues (de quatre à dix ans généralement, parfois davantage), souvent par l’intermédiaire d’agences de recrutement qui animent de véritables filières de départ vers l’étranger (les pays du Golfe, dorénavant au même niveau que l’Inde, ou encore la Malaisie, en tête des destinations sud-est asiatiques). Lorsque les choses se passent bien, les salaires plus élevés gagnés dans ces pays (Bruslé, 2012) leur permettent d’opérer des transferts d’argent réguliers vers leurs familles, souvent aussi de revenir au pays avec des économies pour faire bâtir une maison, de préférence en ville (Pokhara) plutôt qu’au village. Ces détours prolongés par un travail salarié à l’étranger – ou plus directement en ville sans quitter le Népal – participent ainsi bien souvent d’un processus plus général d’exode rural (Aubriot, Bruslé, 2012) : avec une baisse de population de 13,1 % entre 2001 et 2011, ces 11 VDC font d’ailleurs partie des quelques régions du Népal en recul démographique, où s’amorce également un vieillissement de la population. Mais la féminisation y est encore plus marquée, dans la mesure où le cinquième environ des hommes de ces VDC, durablement parti à l’étranger, manque à l’appel. Les femmes sont nettement plus nombreuses que les hommes sur notre terrain d’étude, de 19 % dans l’ensemble, mais de 48 % chez les actifs (20-54 ans) et même de 66% entre 25 et 39 ans, quelles que puissent être les disparités d’un VDC à l’autre, ou d’un village à l’autre. Regardé à l’échelle nationale comme l’une des causes de la nette baisse de la fertilité enregistrée depuis 1991 ((Khanal et al., 2013 ; Singh Dangol, 2014 ; Shakya, Gubhaju, 2016), et donc du ralentissement de la croissance démographique (+1,35%  /an entre 2001 et 2011, contre +2,25% /an entre 1991 et 2001), ce phénomène se traduit aussi par le nombre croissant des foyers dont la personne référente est une femme[8] (un quart de l’ensemble des foyers en 2011).

Outre l’apparition dans les villages de maisons fermées et inhabitées, susceptibles de devenir des résidences secondaires lorsque les descendants y viennent de temps en temps, l’autre conséquence de ces départs – temporaires ou définitifs – est le manque de main d’œuvre locale pour les travaux des champs, avec pour conséquence bien visible dans les paysages diverses formes de désintensification (pacage sur d’anciennes terrasses de culture) et d’abandon pur et simple de terres agricoles au profit de la friche puis d’accrus forestiers (Khanal, Watanabe, 2006). Les terres délaissées, plutôt en haut de versant (Flipon, Lorre, 2016), sont sans surprise les plus pentues, les plus éloignées ou les plus difficiles à défendre contre la faune sauvage (singes, daims).

Désenclavement routier et équipement des villages

Comme souvent, les signes de la déprise rurale se conjuguent avec ceux de l’ouverture et de la modernisation des villages. Depuis une dizaine d’années, un réseau de pistes est mis en place à l’intérieur des vallées, pistes axiales dans un premier temps, avant que leurs ramifications ne s’attachent à connecter peu à peu chaque village de quelque importance au réseau principal. Inégalement carrossables, ces pistes dont le tracé paraît parfois quelque peu hasardeux (Fort, Cossart, 2011) n’en permettent pas moins le désenclavement de ces espaces, en facilitant la circulation des hommes et des marchandises, y compris par la mise en œuvre de transports en commun – jeep collective pour les villages les plus difficiles à atteindre et, en fond de vallée, ligne de bus régulière vers Pokhara, ses emplois et ses services scolaires, médicaux ou commerciaux. Qu’elles s’effectuent en bus, en quatre-quatre ou en moto, des mobilités journalières, hebdomadaires ou de weekend se développent entre les villages de la montagne et l’agglomération centre, en très forte croissance démographique, et la possibilité d’importer matériaux et engins de travaux publics favorise de même l’équipement progressif de ces villages (adduction d’eau, électrification, bâtiments publics etc.). Contemporaine de la construction des routes, la généralisation rapide des téléphones mobiles et des smartphones, qui permettent d’être en lien par delà les distances avec les membres de la famille à l’étranger, mais aussi d’accéder à Internet et aux réseaux sociaux, représente également un facteur d’ouverture majeur.

Une gouvernance locale en devenir

Ces transformations profondes et rapides du territoire et de certains aspects du fonctionnement de la société, enfin, se déroulent dans un contexte politique incertain, encore marqué par les tensions et les remises en causes politiques (monarchie) et sociales (système des castes) de la guerre civile (1996-2006), par une relative faiblesse sur le terrain de l’État et de ses administrations, et par une carence du pouvoir local en l’absence d’élections depuis 1997-1998 dans les VDC[9], les mandats des délégués élus à ces dernières élections ayant expiré en 2001-2002. Dans cette période intermédiaire de refondation du système politique, le jeu d’acteurs ou de groupes d’acteurs nombreux, à géométrie variable selon les situations locales et les thématiques considérées, apparaît ainsi relativement ouvert à l’échelle des VDC. Le National Trust for Nature Conservation (NTNC), gestionnaire de l’ACAP pour le compte de l’État sans détenir pour autant le statut de l’administration décentralisée qu’elle est en réalité, s’est avéré suffisamment enraciné localement pour passer au travers de la prise de contrôle de ces vallées par l’insurrection maoïste (Baral et al., 2010 ; Baral, 2013), et continue à jouer un rôle pivot. Objet de nombreuses études (Bajracharya et al., 2006 ; Spiteri, Nepal, 2008 ; Sacareau, 2009 ; Khadka, Nepal, 2010), sa double mission de conservation des patrimoines (naturels et culturels) et de stimulation du développement local est rendue possible à la fois par ses moyens financiers – perception directe des droits d’entrée dans l’ACAP que payent les touristes étrangers et aides internationales –, et par l’adoption d’un système de gouvernance participatif, fondé sur l’animation d’instances mixtes, et articulé avec le jeu des acteurs locaux (Wrobel, 2013). Les Conservation Area Management Committees (CAMCs), organes principaux de cette gestion participative, comptent ainsi quinze membres, en partie nommés par le conservation officer local de l’ACAP et en partie élus, mixité que l’on retrouve également dans divers sous comités thématiques, en particulier les sous comités de gestion du tourisme (Tourism Management sub-Committees)

Bien qu’il ait plusieurs fois été question de transférer l’animation (et les ressources) de ces CAMCs aux communautés locales (Baral et al., 2010), l’absence d’élections locales depuis 1998 a rendu quelque peu théorique la participation des VDC à leur fonctionnement, en dehors de l’influence qu’ont su conserver certains élus locaux. Mais l’existence de ces comités n’en a pas moins favorisé sur le long terme le développement d’une pratique collective de la négociation et de la concertation, en interaction avec d’autres sphères décisionnelles et d’autres formes de réseaux : solidarités familiales, ethniques ou de caste, appartenances politiques (partis), réseaux du développement (ONG nationales et internationales), contacts professionnels et commerciaux (notamment en matière de tourisme). Comme le NTNC le rappelle sur son site internet, le deuxième mandat décennal qui lui a été confié en 2002 par l’État a pris fin en 2012, et s’il insiste sur le fait que le chantier de la construction des « capacités locales » est toujours en cours, l’objectif affiché est à terme de restituer la gestion de l’ACAP aux populations locales[10]. À l’approche d’élections locales très attendues, qui sont une étape essentielle pour la jeune démocratie népalaise, il n’est pas évident de prédire quels nouveaux équilibres entre élus locaux, administrations et NTNC se mettront en place à l’échelle des VDC au sein de l’ACAP.

Un système touristique en pleine mutation : nouveautés et innovations

L’échelle locale, certes, n’est pas la seule en jeu dans les transformations rapides que connaît le système touristique, avec une intensité accrue depuis la fin de la guerre civile : les évolutions internationales du marché touristique, l’appui de nombreuses ONG nationales ou internationales, ou encore les politiques publiques nationales impulsées par le Nepal Tourism Board y ont également leur part, de même que les interventions de la Trekking Agencies Association of Nepal (TAAN Pokhara) ou les programmes de l’ACAP, d’échelle plutôt régionale. Mais, dans ce jeu d’acteurs complexe et ouvert, qui combine effets de réseau et coopérations à géométrie variable selon les lieux, les projets et les thématiques, nombre d’initiatives, parfois innovantes, relèvent aussi des acteurs de terrain, entrepreneurs individuels, communautés villageoises ou associations.

Les nouveaux visages du trekking

Si la place centrale et emblématique du trekking, dans la région où les codes de cette forme de randonnée itinérante sur plusieurs jours ont été élaborés (Plagnol, Raspaud, 2005), n’est remise en cause ni par les opérateurs touristiques ni par leurs clientèles, elle tend aujourd’hui à changer progressivement de nature. La contemplation et l’approche des hauts sommets himalayens restent la première motivation des trekkeurs, mais ces derniers sont de moins en moins prêts à y consacrer beaucoup de temps. La demande, et l’offre, des tours opérateurs internationaux aux agences locales, se portent aujourd’hui majoritairement sur des itinéraires plus courts, et des durées plus brèves, d’un peu moins à un peu plus d’une semaine : le « mythique » tour des Annapurna, qui prenait à l’origine de l’ordre de trois semaines, est aujourd’hui proposé sur une durée de six ou sept jours, et sur son seul segment de haute montagne. Réalisable en quatre ou cinq jours, le trek du « balcon des Annapurna » (ou trek de Poon Hill) connaît de même un succès considérable.

Cette évolution est bien sûr renforcée par les efforts de désenclavement des vallées et la réalisation de très nombreuses pistes carrossables, qui d’une part permettent aux trekkeurs d’accéder plus rapidement à la haute montagne en se dispensant des étapes à plus basse altitude – l’avion jusqu’à Jomoson, quoique plus coûteux, est en la matière encore plus efficace –, et dévalue d’autre part la marche sur ces mêmes étapes dans la mesure où la saignée caillouteuse de ces nouvelles pistes suit bien souvent le tracé des anciens chemins empierrés qu’empruntaient les marcheurs, irrémédiablement détruits. Divers travaux ont ainsi mis en évidence le déclin de la fréquentation et de l’activité touristiques consécutifs au passage de la route sur laquelle les trekkeurs ne passent plus guère qu’en jeep, dans les localités de la moyenne vallée de la Kali Gandaki (Bernot, 2009 ; Bardecki, 2009) ou dans celles de la Marsyangdi (Gaudel, 2016). Dénoncée par les opérateurs touristiques, la perte de ces portions de treks conduit par ailleurs les agences à rechercher des itinéraires alternatifs, que l’on peut présenter à la clientèle comme de nouveaux produits : le succès récent du Mardi Himal Trek, sur la crête qui sert d’interfluve entre Modhi Khola et Mardi Khola, ou l’ouverture plus récente encore de celle de Khopra Danda, depuis laquelle les vues s’ouvrent sur Annapurna sud et Dhaulagiri, s’inscrivent dans cette logique de renouvellement. Dans le même temps, il est vrai, la diversification prend aussi la forme du « sur-mesure », ou du développement de treks thématiques, qui associent, par exemple, marche et pratique du yoga.

La géographie des itinéraires de treks évolue donc au gré de la baisse ou de la hausse de leur fréquentation, conditionnant de même, l’installation (ou le repli) des services de restauration et des hébergements qui jalonnent ces chemins. Là encore, en matière d’hébergement, le modèle initial des « lodges » plus ou moins rustiques laisse aujourd’hui place à une gamme plus ouverte, avec un nombre croissant d’établissements aux standards de confort plus élevés, hôtels ou ensembles de bungalows. L’apparition de ces hébergements, comme la transformation des itinéraires, témoigne de la diversification contemporaine des clientèles.

Adaptation de l’offre à la diversification des clientèles et des pratiques

La reprise de la croissance de la fréquentation touristique qui fait suite, dès 2006, aux années en creux de la période de la guerre civile, s’est en effet conjuguée avec l’arrivée de nouvelles clientèles, notamment celles d’Asie de l’est et du sud-est. Très peu nombreux encore au début des années 2000, les touristes chinois représentent aujourd’hui la première clientèle étrangère du pays (15,7% du total en 2014[11]), après celle des Indiens. À en croire les agences de trekking auxquelles ils ont recours, ils représentent un groupe aux attentes particulières, que les atmosphères plus humides de la mousson estivale ne rebutent pas[12], mais qui désirent cependant un certain niveau de confort, sur des treks ni trop longs ni trop ardus (Le Noac’h, 2016). Très restreinte avant la guerre civile, en dehors des déplacements liés aux événements religieux dans les sites de pèlerinage (Muktinah), la clientèle népalaise est aussi désormais bien présente, y compris sur certains itinéraires de trekking, où ils profitent, en leur qualité de nationaux, de tarifs très réduits en matière de restauration et d’hébergement. Les propriétaires de lodges interrogés sur le tracé du Mardi Himal Trek, par exemple, s’accordaient tous sur le fait que les Népalais étaient sur cet itinéraire au moins aussi nombreux que les étrangers. Le fait qu’ils soient dispensés de tout permis pour pénétrer dans la zone ACAP laisse de même toute latitude aux nationaux pour y effectuer de brèves incursions depuis Pokhara, pour la journée (excursion en bus ou en moto aux sources chaudes de Kharpani dans la vallée de la Seti Nadi, par exemple) ou le temps d’un weekend : sur des durées aussi limitées, le montant fixe du permis d’entrée se révèle en revanche plus dissuasif pour les touristes étrangers.

La montée en puissance de ces nouvelles clientèles participe ainsi activement dans cet espace à la diversification des pratiques touristiques, sous-tendues par des ressources un peu différentes de celles que valorise le trekking : si l’observation de la faune sauvage, par exemple, intéresse plutôt des birdwatchers étrangers, les premiers sites de canyoning équipés de la vallée de la Mardi Khola reçoivent pour l’essentiel de jeunes Népalais, et la clientèle nationale apparaît également dominante dans la fréquentation des homestays des villages gurung des vallées de la Mardi Khola et de la Seti Nadi[13], certes encore un peu en marge des grands axes de trekking.

Le développement des homestays : des expériences innovantes de gestion collective par les communautés locales

Dès l’origine, la rencontre avec la culture rurale des montagnards a été partie intégrante de l’expérience des trekkeurs, en particulier dans les villages de l’ethnie Gurung. Avec le soutien actif de l’ACAP à partir de sa création, un effort de valorisation de cette culture, sous la forme du musée avec objets traditionnels et des petits spectacles folkloriques à la demande, a été mise en œuvre à Ghandruk, gros village au carrefour de plusieurs itinéraires de trekking très fréquentés : les premiers spectacles y ont été organisés dès les années 1970, bien avant l’ouverture du musée, qui remonte seulement à 1998 (Gurung, 2004). Très tôt également, l’hébergement chez l’habitant a été pratiqué de manière informelle, avant que l’État népalais ne l’envisage comme l’un des éléments majeurs de sa politique de développement du village tourism, lancée en 1995 mais fortement compliquée par la guerre civile (Létang et al., 2017).

La formule des homestays est donc encore relativement neuve lorsque, avec le soutien du Nepal Tourism Board et de la coopération helvétique, TAAN et l’ACAP animent dans les sept VDCs des vallées de la Mardi Khola et de la Seti Nadi un projet combinant le balisage d’un réseau de nouveaux chemins de trek (Machhapuchhre Model Trek) et l’ouverture dans les villages de homestays à gestion communautaire. Déployée entre 2007 et 2010, l’opération mobilise ici le développement touristique à la fois comme vecteur de développement local et ciment de restauration de la paix civile (Thapaliya et al., 2012 ; Dawadi, Upadhayaya, 2013). Coordonnée dès 2008 sur l’ensemble de son périmètre par un comité de développement touristique du Machhapuchhre (Machhapuchhre Tourism Development Committee), elle s’accompagne de sessions de formation pour les futurs gestionnaires de homestays – principalement des femmes – et débouche, dans les quelques villages gurungs qui s’y lancent pour de bon (Lwang, Khabre, Mirsa…) sur une formule originale de gestion collective à l’échelle des communautés villageoises : supervisé par le Mothers’ Group (Groupe des Mères)[14], l’hébergement est directement géré par un comité local (Homestays Tourism Operators Committee), qui organise une rotation équitable des nuitées entre les homestays, entre lesquels fonctionne également un système d’entraide (approvisionnement, cuisine etc.), qui s’adapte à la taille des groupes de touristes. L’animation culturelle (spectacles), qui permet d’élargir le cercle des bénéficiaires au-delà des seuls hébergeurs, est en théorie plutôt du ressort du « club des jeunes », plus ou moins actif selon les villages. Un code de « bonne conduite », enfin, est affiché dans le village à destination des touristes.

Même si la fréquentation, majoritairement népalaise, reste limitée, il s’agit là d’une offre assez nouvelle de tourisme rural avec séjour chez l’habitant, compatible mais néanmoins spécifique par rapport au trekking, qui repose sur un contact privilégié avec le mode de vie, les traditions culinaires et le cadre villageois des montagnards gurungs, potentiellement agrémenté par la mise en œuvre de « programmes culturels »[15]. Si la formule n’a pas pleinement réussi dans tous les villages qui s’y étaient essayés au sein du périmètre du Machhapuchhre Model Trek, le succès des quelques localités pionnières est cependant suffisant pour que d’autres villages gurungs (Tokro) – ou même brahmanes (Kolelli) – se lancent à leur tour dans une démarche de même nature, souvent à l’initiative du Groupe des Mères, avec l’espoir d’en retirer les mêmes bénéfices tant en termes monétaires qu’en matière d’évolution sociale.

De l’innovation touristique à l’innovation sociale : opportunités d’empowerment pour les femmes mais persistance des clivages

Accueil touristique : les femmes en première ligne

Qu’il s’agisse d’entrepreneuriat privé ou de tourisme communautaire – les deux formes peuvent être articulées –, trois facteurs se combinent pour expliquer la place prééminente prise par les femmes en matière d’accueil touristique (Dérioz et al., 2016). Cette dernière découle d’abord d’une volonté explicite de la part des instances d’échelle régionale qui ont stimulé et accompagné son développement, la TAAN d’une part, et l’ACAP d’autre part, pour laquelle « l’empowerment[16] » des femmes se trouve en bonne place dans les objectifs qu’elle affiche dans ses programmes de soutien au développement rural (Gurung, 1995 ; Gurung 2004). Dans la mise en œuvre du projet lié au Machhapuchhre Model Trek, par exemple, c’est à elles qu’étaient réservées en priorité les formations touchant à l’accueil touristique et les mesures d’appui à l’ouverture de homestay. Le rôle pivot donné par l’ACAP aux Groupes des mères dans la structuration et la régulation collective des dispositifs d’accueil (Upadhayaya 2011) a joué dans le même sens, en facilitant l’engagement des candidates par l’entraide et l’émulation.

Le fait que les tâches de l’accueil appartiennent pour la plupart à la sphère domestique (tenue de la maison, cuisine, jardin etc.) et renvoient à des domaines de compétence traditionnellement féminins a également poussé à ce que les femmes se retrouvent souvent en première ligne face aux touristes. Plusieurs de celles que nous avons interrogées ont raconté comment elles avaient dépassé le malaise initialement ressenti à leurs débuts pour prendre progressivement de l’assurance, au fur et à mesure que s’affirmaient – plus ou moins nettement selon les cas – de nouvelles compétences (gestion, capacité à communiquer en anglais etc.), et que leurs savoir-faire se voyaient reconnus. Plusieurs d’entre elles tirent ainsi une légitime fierté de la reconnaissance par leurs clients – étrangers, mais aussi et surtout népalais – de la qualité de leur cuisine et du caractère « naturel » des produits agricoles locaux sur lesquels elle repose, qui leur permettent d’offrir à des citadins une nourriture à la fois « traditionnelle » et dépourvue de tout de résidu chimique, « naturellement bio ».

Le dernier facteur favorable, enfin, découle de l’absence fréquente des hommes, liée au contexte migratoire déjà évoqué, qui place souvent de facto les femmes en situation de gestion du foyer, et donc de prise en charge des opportunités d’activités nouvelles lorsqu’elles se présentent. Certes, le système décisionnel s’inscrit très généralement dans un cercle familial large, et les opératrices touristiques se retrouvent rarement en situation d’autonomie décisionnelle, tant vis à vis de leurs maris expatriés qui restent les principaux pourvoyeurs d’argent pour le ménage que vis-à-vis de leur belle-famille compte-tenu de la tradition patriarcale et patrilocale népalaise. Il n’en reste pas moins que le champ de cette autonomie tend à se développer dans la gestion au quotidien des structures touristiques et les multiples décisions qu’elle implique, entre très court (achats de nourriture) et moyen-long terme (installer des douches chaudes, changer la literie, agrandir le homestay etc.). Dans la mesure où ces femmes rurales ne regardent généralement pas leur position sociale comme discriminante et n’expriment pas davantage de revendications explicites (Kaspar, 2005 : 113-115), cet empowerment n’est pas vécu sur le mode de la conquête sociale – comme il peut l’être par ailleurs dans d’autres professions, comme celles de guide touristique ou de trekking, et dans un contexte plus citadin (Sherpa, 2007) –, et se trouve plutôt, en quelque sorte, constaté a posteriori, dans le cercle domestique comme dans celui du village ou dans la sphère professionnelle.

Développement touristique et inégalités sociales : les limites de l’empowerment

Parce que l’engagement dans les activités liées au tourisme suppose de disposer au préalable de certaines ressources économiques, sociales ou culturelles (maison suffisamment grande, possibilité d’acheter de la nourriture ou d’investir dans certains équipements, capacité à compter etc.), elles ne profitent pas également à l’ensemble des composantes de la société locale. Les groupes sociaux les plus favorisés, qui cumulent appartenance aux ethnies et/ou castes dominantes (Gurung et Brahmane), ressources économiques et patrimoines les plus conséquents, et insertion dans des réseaux de sociabilité de différente nature (familiaux, ethniques, politiques, professionnels etc.), fournissent sur le terrain l’essentiel des opérateurs touristiques, des propriétaires de homestay (à dominante Gurung) aux entrepreneurs privés (Gurungs ou Brahmanes).

Les opportunités sont loin d’être les mêmes pour les groupes sociaux moins favorisés au sein de communautés villageoises qui demeurent assez clivées. Le manque global de capital social, économique et culturel ne permet jamais d’investir dans l’accueil aux individus qui appartiennent aux basses castes ou se trouvent hors caste (« intouchables »), et le peu de surplus commercialisable dégagé dans le cadre de leur propre production agricole ne leur permet guère non plus de vendre de la nourriture pour les repas des touristes. Lorsque le foyer bénéficie malgré tout des envois d’argent d’un travailleur expatrié, leurs montants et leur régularité sont souvent limités par les bas salaires et les types d’emplois très peu qualifiés auxquels ont accès à l’étranger les membres de ces groupes. Lorsque c’est le cas, le manque d’argent interdit donc aux femmes l’emploi de salariés pour la culture, et l’absence du mari se traduit ainsi d’abord pour elles par un surcroît de travail (Kaspar, 2005) qui laisse peu de temps pour d’autres activités : dans ces conditions, les sources de revenu complémentaire liées à la présence des touristes se résument à des activités de portage (approvisionnement des lodges), et de manière plus aléatoire et plus irrégulière, à la participation aux « spectacles culturels » organisés à leur intention. Ainsi les formes contemporaines du développement touristique dans ces vallées montagnardes bénéficient-elles en premier lieu aux acteurs les plus avantagés socio-économiquement, là où le manque de « capabilités » – au sens de A. Sen (2009) – des groupes défavorisés ne les place pas en position de saisir les opportunités de développement. Ces mutations touristiques tendent donc à conforter, sinon même à renforcer les inégalités intersectionnelles[17] (Crenshaw, 1989 ; Valentine, 2007 ; Shields, 2008) au sein des sociétés villageoises.

Conclusion

 En dépit de sa notoriété touristique, le territoire montagnard étudié ne tire pas l’essentiel de ses revenus de ce secteur d’activité, y compris – sauf rares exceptions – à l’échelle des ménages : la part de revenu liée aux envois d’argents des membres de la famille expatriés est ainsi toujours supérieure à celle que procure la gestion d’un homestay (Thapaliya et al., 2012 ; Flipon, Lorre, 2016), même si les deux sont fréquemment combinés. La question de la ressource touristique que représentent les chemins de trek, de même, semble également de peu de poids face aux efforts de désenclavement des vallées par l’ouverture de routes, malgré les protestations à propos de la destruction des anciens chemins émanant en particulier des gestionnaires d’agences de trekking de Pokhara (Le Noac’h, 2016). Mais cela n’empêche pas les activités liées au tourisme d’être en plein développement, sous des formes dorénavant plus diverses que celle du seul tourisme de trekking, à l’articulation entre entrepreneuriat individuel ou familial, démarches collectives à l’échelle des villages, et programmes de soutien animés par des instances variées (ACAP, TAAN, Nepal Tourism Board, ONG internationales ou nationales etc.). Parfois innovantes, comme dans le cas des homestays à gestion communautaire, les initiatives en matière de tourisme combinent ainsi souvent des logiques descendantes (top-down) et ascendantes (bottom up).

Bien qu’il n’en soit pas le seul vecteur, et doive être considéré au sein d’un ensemble de facteurs où l’on retrouve l’évolution lente des rapports entre castes enclenchée par le traumatisme de la guerre civile, l’appel d’air lié à une émigration de travail vers l’étranger massive, le renforcement des échanges avec Pokhara, ou encore la généralisation des téléphones portables et autres smartphones, le développement touristique participe de manière notable aux transformations sociales en cours dans les villages. C’est tout particulièrement le cas en ce qui concerne l’empowerment des femmes, dont l’absence prolongée de leurs maris favorise l’accession à des situations de responsabilité, même si cela concerne essentiellement les groupes sociaux les plus favorisés, et que certains verrous, comme l’épineuse question de la propriété (foncière et immobilière) pour les femmes (IOM, 2016)[18], semblent n’être encore qu’entrouverts dans une société traditionnellement patriarcale.

Références
  • Aubriot, O., Bruslé, T. (2012). « Agriculture paysanne népalaise et phénomènes migratoires : de la complémentarité à la rupture des liens ? ». Presses de Sciences Po | Autrepart, n°62 (2012-3), pp. 141-158. [en ligne : http://www.cairn.info/revue-autrepart-2012-3-page-141.htm]
  • Bajracharya, S.B., Furley, P.A., Newton, A.C. (2006). “Impacts of Community-based Conservation on Local Communities in the Annapurna Conservation Area, Nepal”, Biodiversity and Conservation, vol. 15, n°8, Springer ed., pp. 2765-2786. [en ligne : https://link.springer.com/article/10.1007/s10531-005-1343-x]
  • Bajracharya, S.B., Furley, P.A., Newton, A.C. (2005). “Effectiveness of Community Involvement in delivering Conservation Benefits to the Annapurna Conservation Area, Nepal”. Environmental Conservation, vol. 32, n°3, pp. 239-247.
  • Baral, N. (2013). “Evaluation and Resilience of Ecotourism in the Annapurna Conservation Area, Nepal”. Environmental Conservation, vol. 41, n°1, pp. 84-92.
  • Baral, N., Stern, M.J., Heinen, J.T. (2010) “Growth, Collapse, and Reorganization of the Annapurna Conservation Area, Nepal: An Analysis of Institutional Resilience”, Ecology and Society, vol. 15, n°3. [online: http://www.ecologyandsociety.org/vol15/iss3/art10/]
  • Bardecki, M.K. (2009). “The Impact on Commercial Activity of Road Construction in the Annapurna Conservation Area, Nepal.” Himalayan Journal of Development and Democracy, 4(1), pp. 16-22. [en ligne : http://digitalrepository.unm.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1116&context=hprc]
  • Barthe, Y., De Blic, D., Heurtin, J-P., Lagneau, E., Lemieux, C., Linhardt, D., Moreau de Bellainq, C., Rémy, C., Trom, D. (2013).« Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, n°103 (2013-3), pp. 175-204. [en ligne : https://www.cairn.info/revue-politix-2013-3-page-175.htm]
  • Bénos, R., Cazenave, A., Milian, J. (2007). « Gavarnie-Mont Perdu Patrimoine Mondial : un espace montagnard à l’épreuve de la protection et de sa gestion », 3° Coloquio hispano-francés de geografía rural, Baeza, Andalucía, 28-30 mai 2007, Molinero F. (dir), Espacios naturales protegidos, p. 47-63. [en ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00374871/en]
  • Bernot, E. (2009). La construction d’une route dans la vallée de la Kali Gandaki, une nouvelle étape dans le développement de cet espace. Enjeux, réactions et conséquences. Mémoire de master, Paris X Nanterre, 114 p.
  • Bruslé, T. (2012). What’s New in The Gulf? New Technologies, Consumption and Display of Modernity Among Nepalese Workers in Qatar. e-migrinter, n° 8, pp. 59-73.
  • Budhathoki, B. (2013). Impact of Homestay Tourism on Livelihood: A Case Study of Ghale Gaun, Lamjung, Nepal. Master thesis, Department of Noragric, Norwegian University of Life Sciences, Oslo, 63 p.
  •  Crenshaw, K. (1989). “Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics”, in Kairys D., The Politics of Law: A Progressive Critique, 1998, Basic book, New York, pp. 195-217.
  • Dawadi, B.R., Upadhayaya, P.K. (2013). “Role of Tourism in Urban-Rural Integration: Reflexions from Trekking (Adventure) Tourism in Pokhara”, in B.R. Upreti, P.K. Upadhayaya & T. Sapkota edts, Tourism in Pokhara. Issues, Trends and Future Prospects for Peace and Prosperity, chap. 11, Pokhara Tourism Coucil, NCCR North-South, Nepal Center for Contemporary Research, Kathmandu, pp. 251-287.
  • Dérioz, P., Upadhayaya, P.K., Loireau, M., Bachimon, P., Le Noac’h, J., Létang, M. (2016). « Émigration masculine et développement touristique en versant sud du massif des Annapurna (Népal) : les femmes à la manœuvre ». Echogéo,  n°37, « Femmes et migrations : celles qui restent », coord. G. Cortès. [en ligne : http://echogeo.revues.org/14724]
  • Flipon, J., Lorre, G. (2016). Diagnostic historique, social et économique d’une région rurale himalayenne : Lwang-Ghalel village development committee. Mémoire de master 2 AgroParisTech, 135 p.
  •  Fort, M., Cossart, E. (2011). « Aléas naturels et menaces sur les axes de communication en Himalaya du Népal : la vallée de la moyenne Kali Gandaki ». BAGF – Géographies, n°2011-1, pp. 35-55.
  • Gaudel, S. (2016). “Impact of Positive Destruction on Socio-Economic Structure of Villagers Living along the Trekking Route of High Himalaya (A Case Study of Chame VDC, Manang, Nepal)”, International Journal of Commerce and Management Research, Vol. 2, n°6, pp. 26- 30. [en ligne : http://www.managejournal.com/archives/2016/vol2/issue6]
  • Gurung, D. (1995). Tourism and Gender: Impact and Implications of Tourism on Nepalese Women. ICIMOD, Discussion paper, coll. Mountain Enterprises and Infrastructure, Kathmandu, 84 p. [en ligne : http://lib.icimod.org/record/24936/files/attachment_381.pdf]
  • Gurung, M. (2004). Women and Development in the Third World. A Case Study from Ghandruk, Nepal, WWF Nepal Program Office, 104 p.
  •  Gurung, Y.-B. (2012). Migration From Rural Nepal: A Social Exclusion Framework. Himalaya, the Journal of the Association for Nepal and Himalayan Studies, vol. 31: n° 1, article 12. [en ligne : http://digitalcommons.macalester.edu/himalaya/vol31/iss1/12]
  • Harrisson, D. (2012). « Quatre propositions pour une analyse sociologique de l’innovation sociale ». Cahiers de recherche sociologique, n° 53, 2012, p. 195-214. [en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1023196ar]
  • International Organization for Migration, 2016. Barriers to Women’s Land and Property Access and Ownership in Nepal, D.S. Rawal & K. Agrawal (edts), Kathmandu, 64 p. [en ligne : https://publications.iom.int/books/barriers-womens-land-and-property-access-and-ownership-nepal]
  • Kabeer, N. (1999). Resources, agency, achievements: reflections on the measurement of women’s empowerment. Development and Change, vol. 30, n° 3, p. 435-464. [en ligne : https://www.utsc.utoronto.ca/~kmacd/IDSC10/Readings/research%20design/empowerment.pdf]
  • Khadka, D., Nepal, S.K. (2010). “Local Responses to Participatory Conservation in Annapurna Conservation Area, Nepal”, Environmental Management, n°45, pp. 351-362.
  • Khanal, M.-N., Shrestha, D.-R., Pant P.-D., Mehata, S. (2013). Impact of male migration on contraceptive use, unmet need, and fertility in Nepal. Further analysis of the 2011 Nepal demographic and health survey. Calverton, Maryland, Nepal Ministry of Health and Population, New Era and ICF International. [en ligne : https://dhsprogram.com/pubs/pdf/FA74/FA74.pdf]
  • Khanal, N.R., Watanabe, T. (2006). “Abandonment of Agricultural Land and Its Consequences. A Case Study in the Sikles Area, Gandaki Basin, Nepal Himalaya”, Mountain Research and Development, vol. 26, n°1, pp. 32-40. [en ligne : http://www.bioone.org/doi/pdf/10.1659/0276-4741%282006%29026%5B0032%3AAOALAI%5D2.0.CO%3B2]
  • Kaspar, H. (2005). “I am the Household Head now!” Gender Aspects of Out-migration for Labour in Nepal, Nepal Institute of Development Studies (NIDS) / Swiss National Centre for Competence in Research (NCCR) North-South, 147 p. [en ligne : http://www.academia.edu/1846026/I_am_the_Head_of_the_Household_now_Gender_Aspects_of_Out-Migration_for_Labour_in_Nepal]
  •  Le Noac’h, J. (2016). Développement et mutation du tourisme de trekking en versant sud des Annapurna : changement de contexte et nouvelles pratiques. Mémoire de master, université d’Avignon.
  • Létang, M., Dérioz, P., Le Noac’h, J (2017). « Développement touristique, approches patrimoniales et arrangements sociaux en versant sud des Annapurna (Népal) », BAGF – Géographies, n° 2017-2, coord. par B. Thibaud & R. Bénos, Paysanneries et patrimonialisation dans les Suds. Ressources, conflits, arrangements, pp. 306-329.
  • Malhotra, A., Schüler, S., Boender, C. (2003). Measuring women’s empowerment as a variable in international development. Insight and Action Seminar 12/11/2003, International Council for Research on Women, Washington DC. [en ligne : http://siteresources.worldbank.org/INTEMPOWERMENT/Resources/486312-1095970750368/529763-1095970803335/malhotra.pdf]
  • Moser, A. (2007). Genre et Indicateurs. Panorama. Bridge Development-Gender, UNDP, Institute of Development Studies, 60 p. [en ligne : http://docs.bridge.ids.ac.uk/vfile/upload/4/document/1105/Indicators_OR_french.pdf]
  • Nepal, S.K. (2002). “Linking Parks and People: Nepal Experience in resolving Conflicts in Parks and Protected Areas”, International Journal of Sustaianble Development and World Ecology, vol. 9 n°1, pp. 75-90.
  • Plagnol, G., Raspaud, M. (2005). « Gestion des ressources et évolution des paysages au sein de l’Annapurna Conservation Area Project. L’exemple de la Modi Khola », in C. Sobry (dir.), Le tourisme sportif, chap. II, coll. Sport et Sciences Sociales, P.U. du Septentrion, pp. 73-102.
  • Sacareau, I. (2009). « Évolution des politiques environnementales et tourisme de montagne au Népal ». Revue de Géographie Alpine / Journal of Alpine Research, n°97-3. [en ligne : https://rga.revues.org/1018]
  • Sacareau, I. (2003). « Gestion des ressources et évolution des paysages au sein de l’Annapurna Conservation Area Project. L’exemple de la Modi Khola », in J. Smadja (dir.) Histoire et devenir des paysages en Himalaya, chap. XIV, CNRS éditions, pp. 417-445.
  • Sacareau, I. (1999). « Les transformations d’une haute montagne par le tourisme : le massif des Annapurna dans l’Himalaya du Népal », in Annales de Géographie, n°605, Armand Colin, pp. 21-45.
  • Sen, A. (2009). The idea of justice, Londres, Penguin Books, 558 p.
  • Shakya, K., Gubhaju, B. (2016). Factors Contributing to Fertility Decline in Nepal. Journal of Population and Social Studies, vol. 24, n° 1, pp. 13-29. [en ligne : http://www.jpss.mahidol.ac.th/PDF/JPSS-v24n1_Kushum_Bhakta_Fertility_decline_Nepal.pdf]
  • Sherpa, Y. (2007). Mountain Tourism: A Boon or a Bane? Impacts of Tourism on Himalayan Women. International Women of the Moutain, 1st conference, [en ligne : http://lib.icimod.org/record/12953/files/1366.pdf]
  •  Shields, S. (2008). “Gender: An Intersectionality Perspective”, Sex roles, n°59, pp. 301-311.
  • Singh Dangol, B.D. (2014). Fertility Levels, Patterns and Trends. In Population Monograph of Nepal, vol. 1 (Population Dynamics), chap. 5, Central Bureau of Statistics, Kathmandu, pp. 115-126. [en ligne : http://cbs.gov.np/image/data/Population/Population%20Monograph%20of%20Nepal%202014/Population%20Monograph%20of%20Nepal%202014%20Volume%20I%20FinalPrintReady1.pdf]
  •  Spiteri, A., Nepal, S.K. (2008). “Evaluating Local Benefits from Conservation in Nepal’s Annapurna Conservation Area”, Environmental Management, n°42, pp. 391-401.
  • Thapaliya, M., Rai, G.S., Shrestha, A., Parajuli, B., Pande, O. (2012). “Home-stay: Assessment in Lwang Ghalel”, Nepal Tourism and Development Review, n°2, pp. 105-140. [en ligne : http://www.nepjol.info/nepal/index.php/NTDR/article/view/7382]
  • Thieme, S. (2006). Social Networks and Migration: Far West Nepalese Labour Migrants in Delhi. NCCR North-South dialogue, NCCR North-South, Berne, 61 p. [en ligne : https://www.researchgate.net/publication/50914178_Social_Networks_and_Migration_Far_West_Nepalese_Labour_Migrants_in_Delhi]
  • Upadhayaya, P.K. (2011). “Peace through tourism. A critical look at Nepalese Tourism”, Nepal Tourism and Development Review, vol. 1, n° 1, p. 15-40. [en ligne : http://www.nepjol.info/index.php/NTDR/article/view/7368]
  • Valentine, G. (2007). “Theorizing and Researching Intersectionality: A Challenge for Feminist Geography”. The Professional Geographer, vol. 59, n°1, pp. 10-21.
  • Wrobel, C. (2013). Knowledge and Interpretation of Sustainable Tourism on the Annapurna Conservation Area, Nepal: a Comparison of Key Stakeholder Groups and Implications for Sustainable Tourism Management. Master Thesis in Environmental Applied Science and Management, Ryerson University, Toronto, 127 p. [en ligne : http://digital.library.ryerson.ca/islandora/search/Wrobel?type=dismax]

[1] Moins marquée que dans d’autres régions du pays, la baisse de fréquentation touristique qui a suivi le tremblement de terre d’avril 2015 a ramené ce chiffre à un peu moins de 80 000 visiteurs cette année-là, avant de remonter à plus de 114 000 dès 2016. Ces chiffres découlent du nombre de permis d’entrée au sein du périmètre de l’Annapurna Conservation Area Project (ACAP) vendus depuis 1989 à des touristes étrangers. Ils laissent de côté les touristes népalais, qui n’ont pas à payer ce droit d’entrée et ne sont de ce fait pas officiellement comptabilisés.

[2] 729 550 touristes étrangers sont entrés au Népal en 2016, selon le Nepal Tourism Board. Toutefois, si les trekkeurs français étaient les plus nombreux en 2016 à s’engager dans le célèbre tour des Annapurna (2702 sur 20 694 touristes internationaux principalement occidentaux, source ACAP), les Indiens viennent largement en tête pour les centres religieux du Mustang (Muktinah, Lomanthang), où ils représentent 40% de la clientèle étrangère (15 478 sur 39 017 visiteurs étrangers au Mustang en 2016, source ACAP).

[3] Mélanie Pauget (master tourisme ISTHIA, université de Toulouse, avril-juin 2015) et Justine Le Noac’h (master Géoter, université d’Avignon, avril-mai 2016).

[4] Le programme ANR AQAPA (« A qui appartiennent les paysages en Asie ? », 2014-2017, direction E. Gauché (UMR CITERES), université de Tours) s’intéresse dans une perspective comparative aux dynamiques sociales et paysagères dans des montagnes rurales occupées par des minorités ethniques, et confrontées simultanément à des processus plus ou moins anciens de mise en tourisme et de patrimonialisation (milieux naturels, cultures locales, paysages). Cinq terrains d’études ont été retenus dans cinq pays différents, Inde (Kumaon-Uttarakhand), Chine (Guizhou), Vietnam (Lam Dong), Laos (Louang Namtha) et Népal. (https://aqapa.hypotheses.org/)

[5] VDC : Village Development Committee, qui correspond au Népal au niveau élémentaire de l’administration et de la gestion territoriale. Ce nom renvoie aussi bien au territoire concerné qu’au comité qui l’administre.

[6] La part de la population népalaise « absente » est passée de 3,3% en 2001 à 6,8% de la population totale en 2011.

[7] Ce sont ici les classes d’âge entre 20 et 44 ans qui sont les plus concernées par ces départs.

[8] Un quart de l’ensemble des foyers pour l’ensemble du Népal en 2011, valeur un peu plus forte en ville qu’en milieu rural.

[9] La mise en place d’une nouvelle constitution (effective depuis septembre 2015) était un préalable à l’organisation de nouvelles élections locales, qui se sont déroulées en mai-juin 2017.

[10] “NTNC believes that areas such as the ACA will ultimately have to be managed by the local people themselves in perpetuity. Therefore, the focus is on building local capacity, both at the institutional and individual levels, to meet all the conservation and development aspirations of the people.” (http://www.ntnc.org.np/project/annapurna-conservation-areaproject)

[11] Source : Nepal Tourism Statistics, Ministry of Culture, Tourism & Civil Aviation (arrivées des touristes par nationalités).

[12] À la différence des occidentaux, qui recherchent les atmosphères plus claires du printemps ou de l’automne pour mieux voir les montagnes

[13] Près de 80% de népalais ont été recensés parmi les 2262 clients reçus entre 2009 et 2014 dans les homestays de Lwang, par exemple (source : Lwang Homestay Tourism Operators Comittee).

[14] Cette structure collective, qui se rattache à une tradition ancienne propre aux villages gurungs en versant sud des Annapurna (Gurung, 2004 : 82-83), a été réactivée par l’ACAP dans les années 1990 (dès 1992 à Ghandruk), et joue un rôle important de régulation sociale au sein des villages.

[15] À Ghalegaon (Budhathoki, 2013), où les homestays existent depuis 2001, l’offre culturelle est complétée par un musée et des expositions d’artisanat local.

[16] Voir la discussion de ce terme controversé dans l’introduction de Dérioz et al., 2016. Il est ici utilisé dans un sens assez voisin de celui d’émancipation (Moser 2007), pour désigner le faisceau de processus qui permettent aux femmes, au sein d’une société donnée, de gagner en autonomie et en autodétermination, sur des plans différents (Kabeer, 1999 ; Malhotra et al, 2003).

[17] Les approches intersectionnelles des inégalités sociales s’intéressent à des groupes ou des individus qui subissent simultanément des formes différentes de domination ou de discrimination, et à la manière dont ces formes de domination et de discrimination sont articulées et se renforcent mutuellement.

[18] Au recensement de 2011, moins de 20% (19,7%) des foyers népalais incluaient des femmes propriétaires, et moins de 20% (18%) des surfaces étaient possédées par des femmes en milieu rural, alors même que de nombreux obstacles socioculturels sont encore relevés au plein exercice par les femmes de leurs droits de propriété (IOM, 2016).

 

 

 



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 17 juillet). Diversification touristique, démarches innovantes et changement social en versant sud des Annapurna. Quelle place pour les femmes ? Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5k