Altitude. Architecture et environnement de haute montagne

Par Estelle Lépine, docteur ès science en architecture, architecte indépendante dans l’atelier Daris Lépine architecte EPF SNC, Le Sentier, ancienne collaboratrice du Laboratoire de construction et de conservation (LCC EPFL), Lausanne

Résumé 

La « démocratisation » de l’alpinisme par des infrastructures toujours plus confortables et une valorisation de l’exploit sportif a engendré une désensibilisation des utilisateurs envers les milieux alpins et modifié les comportements humains. Au cœur de cette étude, c’est la sauvegarde du paysage qui est mise en exergue et étudiée à travers une approche architecturale concentrée sur les cabanes suisses de haute montagne. Cette recherche a pour objectif de démontrer le potentiel de l’architecture à offrir des réponses à la recherche paradoxale d’équilibre entre exploitation et protection du territoire montagnard. En effet, l’évolution des édifices démontre que la pression urbaine, passant par l’aseptisation des espaces au détriment d’une sensibilisation envers un milieu naturel à risques, engendre des conséquences humaines et environnementales. Un retour à une contextualisation territoriale et architecturale accrue des projets, en se réappropriant la marche et en intégrant le paysage ou en définissant un niveau de confort et la qualité des espaces, engendre une perception de la véracité physique d’un territoire jusqu’à influencer les attitudes.

Introduction 

En altitude, une pression anthropique s’opère sur les sommets des Alpes mettant en danger le fragile équilibre entre l’exploitation touristique et la protection de l’environnement de montagne. La « démocratisation » de l’alpinisme par des accès mieux aménagés, des infrastructures toujours plus confortables et une valorisation de l’exploit sportif a engendré une désensibilisation des utilisateurs envers les milieux alpins et modifié les comportements (Seigneur, 2006). Au cœur de cette recherche, c’est la sauvegarde du paysage qui est mise en exergue et étudiée à travers une approche architecturale concentrée sur un corpus constitué des cabanes suisses. Il semble primordial que les projets de refuges soient menés avec une réflexion territoriale globale et durable pour répondre à une exploitation touristique en respect avec l’environnement alpin.

Image 1 : carte situation corpus d’étude en relation avec l’étude altimétrique, janvier 2015, © Estelle Lépine

La demande de rénovation ou de remise en état d’une partie des édifices du patrimoine montagnard est actuelle ; se pose alors fréquemment la question de la réhabilitation ou de la reconstruction. Quelle dimension, quelle forme, quel niveau de confort devons-nous donner aux constructions d’altitude ? Ces questions soulèvent une réflexion complexe sur le développement des édifices et plus généralement sur le rapport des alpinistes avec leurs milieux d’évolution.

Au-delà de l’engouement pour un programme architectural et un lieu particulier, les interventions soulèvent une série d’interrogations dont l’intérêt se porte à la fois sur l’échelle territoriale et architecturale. La recherche, concentrée sur les refuges alpins suisse spécifiquement (Lépine, 2016), démontre la valeur de l’examen approfondi de ce type de constructions. En effet, les refuges, d’hier ou d’aujourd’hui, innovateurs et créatifs témoignent d’une influence certaine sur l’architecture par leurs réponses techniques et le développement de solutions adaptées à un milieu particulier aisément généralisable. Si le fait de se pencher sur une étude poussée d’un corpus, de premier abord restreint, peut sembler manquer de mérite pour que l’on y attarde trop d’attention, le nombre de bâtiments mis en rapport avec la surface de territoire concernée illustre la pression potentiellement exercée sur le milieu naturel restreint et, somme toute, fragile de la haute montagne. Ainsi, se concentrant sur les cabanes situées à plus de 2000 mètres d’altitude, cette investigation a pour objectif de démontrer le potentiel de l’architecture à offrir des réponses à la recherche paradoxale d’équilibre entre exploitation et protection du territoire montagnard.

Pour cela, trois hypothèses de recherche sont avancées. Omniprésent, le paysage, élément « constitutif » de l’architecture, doit tenir son rôle dans le projet de refuge. Pour ne pas perdre la réalité du lieu, la notion de territoire doit être réintégrée en relation avec ce type particulier de constructions. C’est pour cela que le sens de l’ascension (Solnit, 2002) doit être réintroduit dans la conception des cabanes, notamment par l’étude des risques (partagés mutuellement entre hommes et montagne). Enfin, le confort étant aujourd’hui signe d’une urbanité forte et d’une aseptisation spatiale, nous proposons un retour à l’utilisation basique du refuge (abri, repos et protection) pour contextualiser de manière forte les édifices. La réflexion est concentrée sur deux échelles d’analyse architecturale : le territoire et le bâtiment qui forment la structure générale de la recherche. Elles sont l’occasion de développer des outils d’étude divers issus des procédés de représentation graphique propre à l’architecte, mais ici adaptés aux besoins spécifiques.

Le territoire, un paysage, une architecture

L’étymologie du terme paysage désigne simultanément le territoire et la description de sa perception visuelle. Par volonté d’ancrer l’étude des bâtiments de montagne dans une lecture territoriale, la considération du paysage est devenue une évidence. Au-delà de la rencontre entre une personne et la contemplation d’une fraction de territoire ou de la représentation issues de l’interprétation d’un individu, il a été choisi de considérer le paysage dans sa dimension perceptive (Berque, 2000 [1990] ; Jakob, 2008 ; Le Breton, 2012) pour développer le long de l’accès et dans l’architecture, l’objectivité et la subjectivité qui lie l’homme et la nature, dans le but de sensibiliser les alpinistes à leur milieu d’évolution. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à la marche comme moyen élémentaire de parcours de la montagne mais également excellent révélateur de sensations.

La marche, un jeu d’échelle

La marche, geste physique répété, est une succession de pas permettant le déplacement d’un point à l’autre dans une cadence modérée et adaptable au site. La simplicité du mouvement, la lecture, ou la (re)découverte, du milieu d’évolution à hauteur humaine remet en perspective les choses essentielles qui nous échappent dans le rythme rapide de la quotidienneté. Simultanément le marcheur s’expose au monde extérieur, se rapprochant de la responsabilité de ses actes, de ses décisions et de sa condition individuelle. Elle favorise un retour sur soi mais également une ouverture à son entourage vivant ou naturel. Le marcheur répond aux seules sollicitations du chemin, cet abandon est la condition permettant à la pensée de se concentrer sur le moment présent susceptible de permettre une lecture perceptible des milieux traversés.

La morphologie du terrain et la condition physique de l’alpiniste dictent le rythme de la marche en montagne. La régularité de l’effort est un moyen de perception de l’environnement de montagne même si les anfractuosités du chemin obligent à se concentrer sur ses pas. La conjoncture, entre une longueur et une durée de l’effort, fait prendre conscience de la distance (Tuan Y.-F.-, 2006 [1977]). La marche développe une capacité « spatialisante », faculté qui ouvre à la distance physique qu’il existe entre deux points dans l’étendue du territoire. Cette notion de transition est importante car elle fait reconnaître l’ascension comme un processus complet reliant un point de départ à l’arrivé au sommet en passant par une étape décisive celle de la nuit en refuge. Cette revalorisation d’un tout, et non plus seulement d’une arrivée, prend écho dans les textes de Tim Ingold (2015) et ceux de Rebecca Solnit (2002 [2000]) dans la description de l’importance du voyage dans l’appréciation de l’achèvement du chemin.

Cette manière d’appréhender la marche ouvre la conscience aux caractéristiques intrinsèques de la montagne et de l’architecture qui lui est dédiée. Le corps humain, par la marche, ressent des impressions à divers niveaux sensoriels qui lui permettent d’appréhender ce qui l’entoure. La marche est une occasion de se rendre disponible à la stimulation des sens pour se plonger dans un discernement complet du milieu. Le mouvement permet d’éprouver l’espace, de ressentir le volume, la distance physique, les dimensions. Cette expérience est d’autant plus capitale qu’elle permet un jeu d’échelle entre construction et milieu lors des montées, augmentant la prise de conscience de la nature et de la grandeur du lieu. Nous pensons notamment aux ascensions vers les cabanes Vélan (Troillet, 1992) et Topali (Meyer et associés, 2003) où la vision des constructions le long du chemin engendre une perception variable du bâtiment au fur et à mesure de l’approche influençant le rapport de l’homme à la nature.

La retranscription des ascensions pour démontrer l’importance de l’approche du bâti dans un milieu naturel n’est pas une chose évidente. Les outils de dessin de l’architecte, plans et coupes, se sont révélés utiles pour retranscrire la morphologie du terrain. Des séries photographiques les ont complétées pour rendre compte de l’expérience physique au-delà de l’interprétation abstraite des lignes topographiques. La comparaison permet de visualiser l’importance du jeu d’échelle et du rapport existant entre le contexte et les constructions par la mise en valeur des vues sur le refuge, en opposition des vues, depuis le refuge, souvent valorisées dans les publications, qui instaure une nouvelle lecture de la relation entre l’architecture et son contexte qui ne peut qu’influencer les randonneurs.

Image 2 : carte de l’ascension à la cabane Bertol, janvier 2016, dessin construit sur la base d’une carte Swisstopo, © Estelle Lépine
Image 3 : coupe territoriale de l’ascension à la cabane Bertol, janvier 2016, © Estelle Lépine

Un des principaux protagonistes de l’architecture alpine, Jakob Eschenmoser (Dom, 1957 ; Albert-heim, 1970 ; Bertol, 1975), est conscient de cette richesse et l’explore dans la majorité de ses réalisations de cabanes. Si nous nous concentrons sur l’un de ses projets emblématique d’altitude : la reconstruction de la Dom-hütte (1957), nous pouvons percevoir dans le plan, l’importance, malgré la restriction spatiale, de la marche d’approche prolongée par un parcours intérieur. La marche amène sur la terrasse, un horizon accueillant temps d’appel pour souffler quelques instants avant de longer la façade du bâtiment. La surface plane s’élargit pour accueillir le sas d’entrée, articulé entre deux murs de maçonnerie, la faille appelle le visiteur à se fondre dans la masse de pierre. Le mouvement, fluide, n’est jamais interrompu et accompagne les visiteurs à travers le refuge jusqu’à l’entité identitaire de la cabane, la couchette (Lépine, 2016 ; Flückiger-Seiler, 2009). L’élan continu engendré par l’organisation spatiale circulaire du plan participe à la continuité de la ligne d’ascension de la vallée jusqu’au sommet. La cabane devient une étape du chemin, la construction s’intègre dans un processus constitutif d’une expérience plus large que sa seule existence, ancrant le mouvement de l’alpiniste dans un contexte et dans un lieu particulier dont les caractéristiques sont, à notre sens, prises en compte.

La relation paysagère

La prise de conscience du milieu par l’expérience sensorielle de la marche sort le paysage de son rôle de décor et impose de le considérer comme composante à part entière du projet d’architecture. Il n’est plus seulement pensé comme élément décoratif mais comme une entité participative de l’expérience globale de l’ascension.

Image 4 : cabane Topali (Meier & associés, 2003, juillet 2014), © Estelle Lépine

La volumétrie simple de la cabane Topali (Meyer & associés, 2003) construit un rapport au paysage particulier et nouveau. Son expression architecturale découle d’un processus interne de conception mais exprime une prise de position de confrontation entre intérieur et extérieur. Le volume simple, en acier inoxydable, dénote dans son environnement pour exprimer un nouvel équilibre relationnel entre l’homme et la nature. La dualité entre intérieur et extérieur exhale le sentiment de protection toute puissante face à l’environnement hostile. Les espaces en fonction du programme qu’ils renferment se dotent d’ouvertures différentes offrant des rapports également diversifiés depuis l’intérieur, renforçant l’introspection des dortoirs, par exemple.

À l’instar de récentes constructions ou rénovations (Moiry, Baserga & Mozzetti, 2003 ; Topali, Meyer & associés, 2003 ; Tracuit, Savioz Fabrizzi, 2012 ; Rambert, Bonnart & Woeffray, 2016) la question de la relation au paysage ne passe que par des ouvertures de taille conséquente. La tendance, influencée par l’omniprésence du visuel en architecture (Pallasmaa, 2010 [2006] ; 2013 [2009]), peut aller jusqu’à la dissolution, parfois totale, du mur (Moiry, Baserga & Mozzetti, 2003). Le paysage n’est plus qu’un décor, remplaçant du quatrième mur manquant, il perd sa considération de milieu, minimisant du même coup la possibilité d’évaluer le contexte, le paysage décor étant inoffensif.

Un territoire à risques

Partant de l’hypothèse que le paysage de haute montagne est considéré comme un milieu, cela impose une considération de toutes les caractéristiques géographique, morphologique ou climatique du territoire. C’est pourquoi la recherche s’est longuement arrêtée sur l’exploration des risques et s’est posée la question de leur intégration dans l’architecture alpine. L’ouverture sensorielle que le processus de la marche permet est également le moyen d’ouvrir la conscience des utilisateurs à une évaluation juste, du moins consciente, aux aléas. En effet, si certains facteurs comme l’influence, la notion de confiance, la minimalisation de la prise de risque par la conception et l’utilisation de « systèmes experts », ou seulement encore la confiance donnée dans le bon fonctionnement du matériel ou dans leur encadrement confinent les utilisateurs dans un sentiment de sécurité (Giddens, 1994 ; Beck, 2001). Les conséquences directes sont un oubli du risque encouru dans certaines situations et particulièrement sur des sommets populaires et accessibles.

Cherchant à inscrire les risques dans le processus de conception architecturale général, l’étude typologique démontre que l’implantation des bâtiments a été, et est toujours, un élément extrêmement important pour assurer la pérennité d’une construction. Pour ne citer qu’elle, la cabane Cristallina a subi à deux reprises les assauts des avalanches (1986 et 1999), avant que le Club Alpin Suisse ne prenne la décision de la déplacer définitivement hors des couloirs d’avalanches (Baserga et Mozzetti, 2002). Cet exemple représente une stratégie d’implantation radicale, l’évitement des risques au profit d’une implantation sûre (en restant conscient que le risque zéro n’existe pas). La recherche de la protection directe de la morphologie du terrain est également une manœuvre efficace pour ancrer les constructions dans le temps.

Image 5 : façade coupe Tschierva d’après dessin de Ruch, 2003, archive du CAS

À l’instar de l’extension de la cabane Tschierva (Ruch, 2003), certains projets proposent d’intégrer à la structure générale la prise en considération des risques. En effet, le mur de béton arrière de la cabane permet d’offrir une résistance calculée à la force des éléments. Mais cet élément est, pour ainsi dire, fondu dans la structure générale sans possibilité de lecture explicite de sa présence. L’ancienne cabane a été, à l’arrière, renforcée par des espaces de rangement construits à l’aide d’éléments de protection, madriers et poteaux. Leur expression a servi d’inspiration pour le dessin des façades principales, angles renforcés et madriers horizontaux. L’expression des façades découle donc également de cette réflexion d’intégration des risques. Si ce geste conceptuel résulte en une façade équilibrée et en contraste avec l’existant, la réalisation esthétique n’assure pas, sans une connaissance accrue du projet et du site, une prise de consciente effective des aléas. La critique ayant reçue positivement ce projet, elle s’est principalement concentrée sur d’autres points du projet, démontrant la faiblesse de la possible lecture des risques à travers l’expérimentation du bâtiment.

Les avancées techniques permettent la garantie d’une mise à l’abri des structures et des personnes les isolant de la réalité. La recherche s’est détachée de cette mise en protection pour mettre en avant le fait que l’excitation des sens est un outil préalable d’évaluation de la montagne comme un milieu à risques. Cela passe par la conception d’espaces adaptés (volume, proportions, matérialité, ouverture etc.). En effet, la démocratisation de l’accès aux sommets et la construction d’intérieurs proches de ceux proposés en plaine questionnent sur l’adéquation des espaces et de la morphologie générale du bâti avec le contexte d’implantation des projets. Il s’avère notamment que la position d’un refuge est un élément primordial dans l’ascension, le refuge peut endosser symboliquement le sens de « seuil » de la haute montagne et permettre également de reconsidérer la difficulté d’une ascension (Lépine, 2016).

L’architecture de haute montagne

Les réflexions précédentes, à l’échelle territoriale, permettent d’ancrer la conception du bâti dans le territoire. La conception architecturale se prolonge par des considérations à l’échelle restreinte du bâtiment. Mais interdépendantes, les deux restent extrêmement liées.

La définition d’un type

La recherche a été une opportunité de développer des points méthodologiques, par exemple l’analyse architecturale comparative. Le dessin des cas d’étude à une même échelle a permis de croiser l’évolution des espaces et des structures ainsi que de comparer les différents bâtiments pour faire ressortir les particularités typologiques. La retranscription de l’évolution historique démontre l’importance et l’influence subit et prescrite par le corpus d’étude. Ce qui nous permet d’avancer que malgré la marginalisation encore effective du bâti d’altitude, il définit en Suisse un type architectural dont les caractéristiques se lissent par des structures, des morphologies et des organisations spatiales spécifiques. Les cabanes peuvent être pressenties comme les plus petites entités bâties de recherche en architecture, permettant d’expérimenter dans des conditions difficiles des éléments techniques ou spatiaux qui pourront par la suite être ramenés dans des projets liés à des conditions moins difficiles.

Image 6 : fiche typologique cabane Dom , 2016, © Estelle Lépine
La morphologie

Les prises de position morphologique et volumétrique affirmées dans les projets engagent des différenciations dans l’appréciation du contexte par l’homme. L’analyse d’interventions montagnardes par des architectes modernes de Bruno Reichlin (1998 [1996]) révèle également ces prises de positions envers l’environnement qui influent la lecture des lieux. Ainsi, l’importance pour les cabanes est de comprendre l’ascendant potentiel sur les comportements humains pour assurer la réussite d’ascensions auxquelles les refuges sont des étapes, parfois, incontournables.

Image 7 : Monte-Rosa-hütte (ETH-Studio Monte RosaBearth et Deplazes, 2009), juin 2012, © Estelle Lépine

La cabane Topali (Meyer & associé, 2003), ou encore la Monte-Rosa-Hüte (Monte Rosa Hütte, ETH-Studio Monte Rosa/Bearth et Deplazes, 2009) et la cabane Tracuit (Savioz et Fabrizzi, 2012) de par leur taille, leur volumétrie, leur matérialité ou les deux, provoquent un sentiment de supériorité de l’homme envers l’environnement. Intuition que nous pouvons retrouver également en présence de cabanes plus « traditionnelles » en pierre (par exemple : Rambert, Trivelli, 1950) où l’exécution démontre la force de la présence humaine. À l’inverse, de par leur forme et proportion d’autres exemples se positionnent plus modestement face à la montagne, par exemple la Dom (Eschenmoser, 1957) ou la Planurahütte (Leuzinger, 1930) qui, notamment, s’inspirent de leur lieu d’implantation.

Hanz Leuzinger emploie des codes du mimétisme pour faire disparaître la cabane dans son environnement direct, donnant l’illusion qu’elle sort directement de la roche. Tirant profit des lignes du terrain de l’arête et de l’utilisation de maçonnerie, la construction se soumet à son environnement direct pour exacerber les qualités paysagères.

L’atmosphère

Un élément primordial de l’évaluation du contexte dans son intégralité est la relation sensorielle établie entre les espaces intérieur et extérieur, notamment par le contraste établi entre les deux. En effet, les conditions atmosphériques et climatiques des hauteurs alpines imposent des différences importantes de conditions qui nous évoquent la possibilité de se concentrer principalement sur la qualité des espaces. Cherchant à se détacher de l’aseptisation spatiale et visuelle pour valoriser une expérience perceptible, sensible et contextualisée de l’architecture et des lieux, la recherche a refusé l’immédiateté visuelle, pauvre en sensation et en compréhension du lieu, pour augmenter l’étude spatiale d’une perception sensible, d’une expérience corporelle et sensorielle kinesthésique entière afin de valoriser la conception des volumes avant de développer des stratégies techniques et technologiques. Celles-ci ne sont pas pour autant pas refusées mais elles sont considérées comme des compléments à la qualité intrinsèque du bâti.

Le confort est expliqué comme une marque d’anthropisation de la montagne sur les environnements périphériques en référence aux textes d’Henri Lefèvbre (Lefèvbre, 1968 ; Barbichon, 1973 ; Julliard, 1961). S’il n’est pas possible en peu de lignes de résumer cette notion complexe, il faut retenir qu’il est l’illustration de la pression par déplacement de besoins urbains dans un contexte aux ressources naturelles et énergétiques limitées. En effet, le développement des constructions alpines démontre que le confort est aujourd’hui un élément de consommation exportable dans des lieux peu adaptés en rapport à la consommation de ressources nécessaires que ce soit en eau ou en électricité. C’est un étonnant paradoxe en résonnance avec celui de Blake Alcott (2005) qui consiste à employer les capacités technologiques non pas pour réduire la consommation d’énergie mais pour augmenter l’offre des services et par la même occasion la demande en énergie.

« On reflection, it is extremely strange that so much energy and effort should be invested in controlling nature in order to construct conditions that suit the supposedly natural needs of the human body » (Shove E., 2003, p.28)

La recherche, sous l’influence notamment d’une définition du confort donnée par Elisabeth Shove (2003) qui préconise de permettre aux personnes, en fonction de leur ressenti, personnalité ou encore histoire et culture, de pouvoir s’adapter personnellement à l’espace sans chercher une généralisation (impossible) du confort idéal pour tous. C’est pourquoi, la thèse insiste sur les capacités intrinsèques de l’architecture à dégager des qualités spatiales (volumétrie, dimensions, lumière, sons et matériaux) pour penser avant tout la valeur de l’espace dans son interaction avec le milieu environnant. Gaston Bachelard écrit, idée directement applicable dans le cadre des refuges : « […] nous avons bien chaud parce qu’il fait froid dehors. » (Bachelard, 2009 [1957], p.52).

Pour faire le parallèle avec les réflexions personnelles de l’architecte Jakob Eschenmoser, la conception spatiale doit s’imprégner du contraste entre l’intérieur et l’extérieur, par l’étude volumétrique, dimensionnelle et matérielle des espaces. L’échelle des éléments extérieurs est peu comparable au bâti, ce qui lui confère presque automatiquement une valeur domestique « confortable ». Les espaces des refuges doivent être pensés en réponse directe au contexte. La conception, en fonction de la présence en arrière-fond du milieu, ouvre la possibilité d’une sensibilisation accrue des personnes aux lieux dans lesquels elles évoluent.

Image 8 : cabane Moiry (Baserga et Mozzetti, 2010) réfectoire, août 2014, © Estelle Lépine
Image 9 : cabane Topali (Meyer& associés, 2003) réfectoire, août 2014, © Estelle Lépine

Si nous nous arrêtons sur l’analyse comparative des salles de réfectoire des cabanes Moiry (Baserga & Mozetti, 2003) et Topali (Meier et associés, 2003), elle fait ressortir des qualités spatiales différentes pour des dimensions comparables. Certes, les capacités des édifices sont différents et justifient une surface adaptée, mais pourquoi le rapport à l’extérieur est-il alors différent ? En effet, pour une hauteur et une largeur quasiment équivalente le paysage s’impose à la Moiry exposant l’intérieur aux intempéries, tandis que la Topali offre un sentiment de protection malgré la taille de la baie vitrée.

La surface réduite de la salle de la Topali répond à un principe de compacité alors que le réfectoire de la Moiry se dissout. La structure de l’espace est importante pour la perception du volume. La salle de la Topali est cadrée par le mur arrière, les murs transversaux, le sol et le plafond marqués par leur matérialité et leur couleur. Cette disposition cadre la vue, définit précisément l’espace et maintient le visiteur dans un volume compact. Le fait d’entrer au centre de l’arrière de la salle permet de la percevoir immédiatement dans son entier et de ressentir également la masse de la cabane derrière la porte en soutien. Pour une même hauteur et une même largeur, la cabane Moiry présente une surface deux fois et demie plus importante à celle de la Topali. Ces proportions ajoutées à la dimension conséquente des ouvertures accentuent la dissolution de l’espace. La pièce est définie par deux murs, l’un sur le petit côté latéral et l’autre longitudinal à l’arrière de la salle fermant l’angle, par lequel on accède, sans contenir le volume. L’ajout d’un pan de mur, plein et solitaire, dans l’angle opposé à l’entrée, ne contrecarre pas l’exposition et le glissement vers l’extérieur.

Les proportions de l’espace, la disposition des pleins et des vides ainsi que l’entrée dans les salles participent de la perception des pièces et aboutissent à des sentiments différents malgré une volonté d’ouverture similaires. Le rapport à l’extérieur est bien distinct dans les deux cabanes présentées. Il faut également ajouter le rôle de l’implantation de ces bâtis. En effet, la Topali en porte-à-faux s’ouvre sur le vide. La Moiry fait face à une barrière de sommets imposante. Ces deux dispositions accentuent le contraste de plein et vide dans la première et la surface exposée face aux éléments dans la seconde. Cette analyse comparative donne à voir l’espace du refuge de deux manières différentes. L’essentiel est de prendre position face à l’environnement et, dans la volonté de le rendre intelligible, de dimensionner et penser la structure pour permettre sa perception.

Image 10 : cabane Moiry (Baserga et Mozzetti, 2010) réfectoire, août 2014, © Estelle Lépine

Pour conclure

Extraire les spécificités physiques et esthétiques du paysage permet de constituer une base de réflexions pour toutes interventions construites en altitude. Cela oblige également à développer des outils d’appréhension et de lecture des lieux. La marche est un moyen de déplacement intrinsèque à l’être humain permettant d’évoluer et de se déplacer. Elle dégage également des outils perceptifs puissants, notamment lorsqu’elle est pratiquée au travers d’un environnement à risques comme la montagne. L’architecture étudiée avec cette approche dévoile un potentiel d’intégration de la perception de ces évènements hasardeux. Les risques assument, pour ainsi dire, le rôle de véritables « outils » de territorialisation dans le développement des infrastructures touristiques. Les associer au processus de conception est une manière de contextualiser l’architecture sans favoriser la suprématie humaine au détriment d’une lecture simplifiée de l’environnement.

En complément, l’examen de l’échelle architecturale donne conscience de l’existence d’un type encore marginalisé en vue de sa pertinence expérimentale, à la fois spatiale, constructive et technique. L’attention portée à l’évolution des cabanes, et particulièrement aux espaces, démontre une certaine « aseptisation » des intérieurs. La prise en considération d’une conception ancrée dans la phénoménologie enrichit l’espace et développe une architecture « sensibilisatrice » et contextuelle adaptée au milieu. L’économie sur les moyens technologiques, au profit d’un retour aux fondamentaux architecturaux, accentue la fonctionnalité générale des structures alpines, d’un point de vue programmatique mais également en réponse à l’adéquation avec leur environnement. Ce processus passe par une prise de conscience de l’importance des éléments essentiels de l’architecture, telle que les ouvertures, les matériaux, l’espace… dans leur dimensionnement ou leur positionnement. L’élaboration des refuges ajuste le niveau de confort au profit d’une étude spatiale de qualité. La démarche de cette recherche ne s’inscrit pas dans une mouvance conservatrice mais plutôt dans une démarche culturaliste encourageant une réinterprétation contemporaine des éléments architecturaux caractéristiques des cabanes de haute montagne, dans l’idée d’une évolution des comportements envers autrui et le milieu naturel. Cette recherche de contextualisation à la fois historique, géographique et spatial s’ancre dans le respect et la continuité d’un patrimoine et d’un environnement alpin, ce qui nous permet d’affirmer que l’architecture offre des solutions compatibles pour partager l’exploitation et la protection du territoire montagnard.

Bibliographie
  • (2007). « Chamanna da Tschierva, Val Roseg ». Lignum. Bulletin de bois. Construire en montagne, 70, p.1240-1243
  • Bachelard, G. (2009 [1957]). La poétique de l’espace. Paris : Presses Universitaires de France.
  • Barbichon, G., « Appropriation urbaine du milieu rural à des fins de loisirs », dans Études rurales, 49 (1), 1973
  • Beck, U. (2001). La société du risque sur la voie de la modernité. Paris : Alto Aubier.
  • Berque, A. (2000). Médiance. Paris : Editions Belin.
  • Berque, A. (2000). Ecoumène : introduction à l’étude des milieux humains. Paris : Éditions Belin.
  • Berque, A. (2008). La pensée paysagère. Paris : Archibook, Sautereau Editeur.
  • Donadieu, P et Périgord, M. (2005). Les clefs du paysage. Édition Ophrys, Collection Geophrys
  • Flückiger-Seiler, R. (2009). « 150 ans d’implantation de cabanes dans les Alpes (1ère partie). De l’abri de fortune à l’auberge solide ». Les Alpes, 7, s.p.
  • Flückiger-Seiler, R. (2009). « 150 ans d’implantation de cabanes dans les Alpes (2nde partie). Eschenmoser et les nouvelles expérimentations ». Les Alpes, 8, s.p.
  • Giddens, A. (1994). Les conséquences de la modernité. Paris : Édition l’Harmattan.
  • Heschong, L. (1981 [1979]). Architecture et volupté thermique. Clamecy : Éditions Parenthèses.
  • Ingold, T. (2015 [2007]). Une brève histoire des lignes. Bruxelles : Zone sensibles.
  • Jakob, M. (2008). Le paysage. Gollion : inFolio.
  • Julliard, E. (1961). « L’urbanisation des campagnes ». Études rurales, 49-50, p.
  • Lefèvbre, H. (1968). Le droit à la ville. Paris : Éditions Anthropos.
  • Lépine, E. (2016). Altitude. Architecture et environnement de haute montagne. Thèse de doctorat en architecture non publiée, École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Lausanne. En ligne : https://infoscience.epfl.ch/record/222930/files/EPFL_TH7089.pdf
  • November, V., (2000). Les territoires du risque. Le risque comme objet de réflexion géographique. Bern : Peter Lang
  • Pallasmaa, J. (2010 [2006]). Le regard des sens. Paris : Édition du Linteau.
  • Pallasmaa, J. (2013 [2009]). La main qui pense. Pour une architecture sensible. Arles : Actes Sud.
  • Reichler, C. (2002). La découverte des Alpes et la question du paysage. Lausanne : Georg.
  • Reichlin, B. (1998 [1996]). « Quand les architectes modernes construisent en montagne ». In Clivaz, M. et Brusson, J.-P. Patrimoine rural, architectural et paysage de l’arc alpin. Sion : Institut Universitaire Kurt Bösch, p.23-61
  • Seigneur, V. (2006). Socio-anthropologie de la haute montagne. Paris : L’Harmattan.
  • Shove, E. (2003). Comfort, cleanliness and convenience : the social organization of normality. Oxford et New-York : Berg.
  • Solnit, R. (2002 [2000]). L’art de marcher. Arles : Actes Sud.
  • Le Breton, D. (2012). Marcher. Éloge des chemins et de la lenteur. Paris : Editions Métailié.
  • Tuan, Y.-F. (2006 [1977]). Espace et lieu. La perspective de l’expérience. Paris : inFolio Editions.
  • Zumthor, P. (2006). Atmospheres. Basel : Birkhäuser.


Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 18 juillet). Altitude. Architecture et environnement de haute montagne. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5l