L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale

Enseignements à partir du bien inscrit au patrimoine mondial « les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes

Par Mélanie Duval, chargée de recherches CNRS, géographie ; Ana Brancelj, doctorante en géographie ; Christophe Gauchon, professeur des universités, géographie

Laboratoire EDYTEM / UMR 5204 CNRS / Université Savoie Mont Blanc / ministère de la Culture et de la Communication
Résumé 

En juin 2011, le bien sériel « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Ce bien, réparti entre les six pays alpins, se compose de 111 stations lacustres dont 11 sont situées sur le territoire français. Paradoxalement, alors que cette inscription au patrimoine mondial vient reconnaître et consacrer le statut patrimonial des sites palafittiques, ces derniers restent à la marge des paysages touristiques et patrimoniaux lacustres français. À leur invisibilité physique (des pieux sous l’eau) semble s’ajouter une invisibilité sociale (absence de (re)connaissance sociale). Ce hiatus entre patrimonialisation par désignation et par appropriation (Rautenberg, 2004) est d’autant plus surprenant que l’inscription au patrimoine mondial est bien souvent recherchée par les acteurs territoriaux en raison de ses capacités à servir des enjeux de développement territorial (Gravari-Barbas et Jacquot, 2011 ; Duval et al., sous presse a). Fort de ce contexte, et sur la base de premières recherches exploratoires conduit dans le cadre du projet de recherche « Singulariser les territoires de montagne » du LabEx Item[1], cet article avance de premiers résultats visant à expliciter les freins à l’activation des propriétés labellisantes de l’inscription au patrimoine mondial, en ciblant sur le contexte français. L’identification de ces derniers résulte d’entretiens conduits avec des acteurs ressources courant 2016 et d’un début d’approche comparative à l’échelle de l’arc alpin (Brancelj, 2016). In fine, l’article conclut sur la place des dispositifs de valorisation dans l’articulation des processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation.

Introduction

En juin 2011, le bien sériel « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO (cf. figure 1). Ce bien, réparti entre les six pays alpins, se compose de 111 stations lacustres dont 11 sont situées sur le territoire français (cf. figure 2).

Figure 1 : répartition des sites constitutifs du bien sériel transfrontalier inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO « les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » (carte issue du dossier de candidature, cf. Palafittes UNESCO Group, 2010).

 

Figure 2 : les onze sites palafittiques français constitutifs du bien sériel UNESCO. Source : Brancelj, 2016, p. 55

Paradoxalement, alors que cette inscription au patrimoine mondial vient reconnaître et consacrer le statut patrimonial des sites palafittiques, ces derniers semblent rester à la marge des paysages touristiques et patrimoniaux lacustres français. À leur invisibilité physique (des pieux sous l’eau) semble s’ajouter une invisibilité sociale (Duval et al., sous presse (b)). En effet, à l’échelle des lacs français, les sites palafittiques, s’ils constituent des vestiges archéologiques dont la valeur patrimoniale est attestée par leur inscription au patrimoine mondial, ne sont pas identifiés et appropriés comme tels, que ce soit par les acteurs territoriaux (institutions, collectivités, socio-professionnels du tourisme) ou par les citoyens ordinaires (Potin-Finette, 2016). L’absence de lieux de valorisation dédiés et/ou de lieux de valorisation identifiés comme tels résulte de ce déficit d’appropriation collective, tout autant qu’il le renforce, ne permettant pas d’enrayer un faible degré de (re)connaissance de ce que sont les sites palafittiques et de leurs valeurs patrimoniales. Dès lors, le défaut de dispositifs de valorisation et la faible part occupée par les sites palafittiques dans les perceptions des visiteurs et touristes des abords des lacs se combinent, la résultante étant l’absence d’activation de la dimension « ressourciste » de ces vestiges et de leur inscription au patrimoine mondial. En cela, la situation française est très différente des dynamiques observées dans certains des autres pays de l’arc alpin concernés par ce bien sériel UNESCO : la Suisse, tout comme l’Allemagne, ou encore l’Autriche, compte plusieurs lieux/dispositifs de valorisation des sites palafittiques. Ces derniers attestent d’une convergence entre des processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation et constituent autant de lieux où les sites palafittiques préhistoriques et leur inscription au patrimoine mondial sont mobilisés en tant que marqueurs de spécificités territoriales (Brancelj, 2016). Ces différences de traitement de part et d’autre du sillon alpin invitent à rechercher des facteurs explicatifs du décalage observé en France entre d’une part un processus de patrimonialisation par désignation manifeste (inscription au patrimoine mondial) et d’autre part un processus de patrimonialisation par appropriation collective en berne, caractérisé et, dans le même temps, renforcé par une absence de dispositifs de valorisation (Rautenberg, 2004). Cette réflexion sur ce hiatus entre désignation et appropriation est d’autant plus pertinente que l’activation de la dimension « ressourciste » des sites palafittiques et de leur inscription au patrimoine mondial dépend, pour partie, d’un phasage entre ces deux dynamiques (Duval, Smith, 2014, au sujet des sites d’art rupestre). Fort de ce contexte et de ces enjeux, et sur la base de premières recherches exploratoires conduit dans le cadre du projet de recherche « Singulariser les territoires de montagne » du LabEx Item, cet article avance de premiers résultats visant à expliciter les freins à l’activation des propriétés labellisantes de l’inscription au patrimoine mondial, en ciblant sur le contexte français. L’identification de ces derniers résulte d’entretiens conduits avec des acteurs ressources courant 2016 et d’un début d’approche comparative à l’échelle de l’arc alpin (Brancelj, 2016). Ces premiers résultats demanderaient à être confirmés via le développement d’une approche comparée approfondie ; les financements demandés en ce sens peinent à aboutir et il est à ce titre très intéressant de constater que l’invisibilité sociale des sites palafittiques se retrouve également sur le plan académique français dont la frilosité contraste elle-aussi avec les moyens mis en place par les autres pays de l’arc alpin sur cette thématique. In fine, l’article conclura sur la place des dispositifs de valorisation dans l’articulation des processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation.

Invisibilité et sérialité : des éléments déterministes à relativiser

Les caractéristiques de ce type de vestiges (invisibles) et de ce type de bien UNESCO (sériel et transnational) font partie des premiers éléments avancés par les acteurs français interrogés lorsqu’ils évoquent les difficultés qu’ils ont à s’approprier les sites palafittiques et à penser des modes de valorisation.

Les sites palafittiques se caractérisent par des pieux dans l’eau (cf. figure 3) et / ou ensevelis dans des zones marécageuses.

Figure 3 : site palafittique « le port 3 », Conjux, lac du Bourget. © Yves Billaud, DRASSM-EDYTEM, campagne printemps 2015.

Leur invisibilité matérielle des vestiges archéologiques lacustres et/ou palustres est, en effet, souvent citée comme un frein à des processus d’appropriation et in fine, pour penser leur mise en valeur :

« C’est vrai que valoriser les sites palafittiques aujourd’hui, c’est vrai qu’on ne sait pas trop comment le faire et puis c’est aussi vraiment des moyens […]. Après c’est vrai que dès qu’on parle de labellisation UNESCO, ça veut dire qu’il y a quand même un effet, on en parle davantage, donc cela sensibilise davantage. Et ils prennent une autre valeur, c’est certain. Aujourd’hui les sites classés UNESCO, c’est utilisé évidemment en termes de valorisation parce que c’est un truc qui se voit. Le problème des sites palafittiques, c’est que cela ne se voit pas, c’est sous l’eau. Donc il faut travailler tout autour sur l’imaginaire, et en termes de valorisation, cela demande un effort supplémentaire. […] il faut être plus imaginatif, plus novateur » (entretien avec le président de la communauté de communes du lac d’Aiguebelette, mai 2016).

Ces ressentis témoignent, pour partie, d’une méconnaissance des travaux des archéologues et/ou d’une faible diffusion des savoirs scientifiques dans la sphère sociale. En effet, des contenus scientifiques existent, et les relevés de pieux et leur datation par la dendrochronologie permettent de proposer des représentations de la forme de ces villages (pour le lac du Bourget, voir par exemple Billaud et al., 2013).

Par ailleurs, un rapide tour d’horizon alpin démontre que l’invisibilité des sites palafittiques n’est pas nécessairement un frein à leur valorisation : le village archéologique de Gletterens (lac de Neuchâtel, Suisse, 14 000 visiteurs par an, cf. figure 4), le musée du Laténium (lac de Neuchâtel, entre 35 000 et 40 000 visiteurs annuels ; cf. figure 5), le musée des palafittes d’Unteruhldingen au bord du lac de Constance (Allemagne, environ 360 000 visiteurs par an, cf. figure 6), les stations de valorisation autour des lacs autrichiens de Mondsee et d’Attersee (cf. figure 7), les régates de pirogues monoxyles organisées par les Suisses (lac de Bienne, 2015 ; Marquis et Dunning, 2015) puis par les Autrichiens (lac d’Attersee, 2016 ; cf. figure 8) sont autant d’actions de valorisation qui prouvent qu’il est possible de penser la valorisation de sites invisibles, sans parler de l’étendue des possibilités offertes par les technologiques numériques encore peu explorées dans le domaine de valorisation des sites palafittiques.

Figure 4 : village lacustre de Gleterrens, sur les rives du lac de Neuchâtel, Suisse, septembre 2016 © Duval
Figure 5 : parc archéologique du musée du Laténium, Hauterive, lac de Neuchâtel, Suisse, septembre 2016 © Duval
Figure 6 : Pfahlbaumuseum, Unteruhldingen, lac de Constance, Allemagne., juillet 2016 © Duval
Figure 7 : stations de valorisation des sites palafittiques autour des lacs de Mondsee et d’Attersee, Autriche, août 2016 © Brancelj
Figure 8 : régate de pirogues monoxyles, lac d’Attersee, Autriche, août 2016 © Brancelj

La sérialité de ce type de bien UNESCO est un autre élément avancé par certains des acteurs rencontrés comme jouant un frein à la mise en valeur de ces derniers : « la situation serait bien sûr complètement différente, s’il n’y avait qu’un site classé […] c’est clair qu’en tant que valeur, ça augmenterait la valeur du site, de fait » (entretien avec le président de la communauté de communes du lac d’Aiguebelette, mai 2016) ; « il y a des sites palafittiques dans la plupart des lacs alpins, du coup, de notre point de vue, ce n’est pas exceptionnel, enfin, pas si exceptionnel que ça » (entretien avec l’animatrice de l’architecture et du patrimoine, Annecy, avril 2016) ; « le sériel, à vendre pour le grand public, c’est beaucoup plus difficile » (entretien avec l’attaché à la conservation au musée de la communauté d’agglomération d’Annecy, mars 2016). Néanmoins, tout comme l’invisibilité matérielle, l’argument de la sérialité ne résiste pas à une approche comparée, aussi rapide soit-elle. Le bien UNESCO « Les chemins de Saint Jacques de Compostelle en France » (inscription en 1998) se compose de 69 sites considérés comme notables (églises de pèlerinage, hôpitaux, points, croix de chemin) et jalonnant les quatre routes empruntées par les pèlerins du Moyen-Âge pour se rendre à destination ; dans la même logique de collection, le bien récemment inscrit en 2016 « L’œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne » se compose de 17 bâtiments localisés dans sept pays différents (Allemagne, Argentine, Belgique, France, Inde, Japon, Suisse). Dans ces deux cas de figure, la sérialité ne semble pas constituer un frein à l’appropriation collective des valeurs patrimoniales de ces sites et à leur valorisation ; c’est en tout cas une hypothèse qu’il s’agirait d’approfondir. Dès lors, l’invisibilité matérielle des sites palafittiques et la dimension sérielle du bien inscrit au patrimoine mondial ne suffissent pas à expliquer le hiatus observé en France entre désignation et appropriation, ainsi que les freins rencontrés à leur activation en tant que ressource territoriale ; d’autres paramètres sont à rechercher.

Histoire régionale de la mise en tourisme : la place secondaire des grands lacs et de l’entrée « préhistoire »

Pour partie, l’histoire de la mise en tourisme de ces régions et la diversité des activités aujourd’hui présentes sur ces territoires concourent à maintenir les sites palafittiques dans l’ombre des dynamiques patrimoniales et touristiques actuelles. Si ce facteur reste à approfondir avec une analyse fine des trajectoires touristiques de ces différentes régions (Jobert, 2017), de premières observations ressortent d’ores et déjà des campagnes de terrain effectuées en 2015, 2016 et 2017.

De manière cumulative, deux dynamiques semblent se combiner. Premièrement, les grands lacs occupent de manière générale une place secondaire dans l’imaginaire touristique associé à ces départements. Des différentiels importants s’observent néanmoins à la fois dans l’espace et dans le temps : la Haute-Savoie met aujourd’hui fortement en avant l’image du lac d’Annecy ainsi que les rives du Léman ; quant à la Savoie, le lac du Bourget, écrin paysager d’Aix-les-Bains, a connu différents statuts, allant d’une ressource paysagère contemplative en lien avec le développement de l’activité thermale fin XIXème siècle / début XXème, à une ressource en retrait comparativement au développement des sports d’hiver durant toute la seconde moitié du XXème siècle (Jobert, 2017).

Dans un second temps, les ressources archéologiques sont peu mises en avant à l’échelle de ces trois départements, et ce d’autant plus lorsqu’il est question de la période préhistorique. Outre leur caractère confidentiel, ces dernières doivent composer avec un environnement touristique fortement concurrentiel : en Savoie, le gisement paléontologique de l’Ours des Cavernes à Entremont-le-Vieux (Chartreuse) a tout au plus une audience locale. Dans la vallée de la Maurienne, le musée archéologique de Sollières-Sardières dédié à l’installation des premiers agriculteurs dans la grotte des Balmes il y a environ 5600 ans ou encore le parc archéologique des Lozes (Aussois), composé de plusieurs sites de gravures rupestres (dont les plus anciennes datent de -1000 avt JC), peinent à trouver leur place au côté d’une offre touristique prolifique axée sur les sports de nature en montagne. Fort de ce contexte, les sites palafittiques peinent à être reconnus et activés comme une ressource territoriale, et ce d’autant plus qu’il n’y a pas d’urgence économique à diversifier le secteur touristique et à créer un nouveau produit touristique :

« En Savoie le seul endroit où il y avait une évocation des patrimoines palafittes avant 2015 et les deux expositions[2], c’était les salles d’archéologie du Musée Savoisien, vieilles de 30 ans. Dans les thématiques culturelles et patrimoniales, environnementales, cela n’a jamais évoqué. C’était un sujet oublié. Personne n’avait pensé que cela pouvait avoir un intérêt. Il n’y avait pas de volonté de les nier, mais c’est tout simplement que c’était oublié. Depuis les années 1980, toutes les questions de culture et de patrimoine ont plus été orientées vers le territoire, la transformation d’agriculture de montagne vers l’agriculture du XXe siècle, la problématique du tourisme en Savoie ; et dans les projets de la revalorisation des lacs comme un outil d’attractivité des territoires, on a tout simplement oublié qu’il y avait cette thématique » (entretien avec le directeur de la direction des archives, du patrimoine et des musées, conseil départemental de la Savoie, avril 2016).

Néanmoins, de manière très récente, de nouvelles tendances semblent se dessiner. Face à une perte de 20 % de nuitées sur la période estivale depuis 2003 (21,9 millions de nuitées touristiques en 2016 contre 25,5 millions en 2003 pour la période allant de début juin à fin septembre ; cf. Savoie Mont Blanc Tourisme, 2016), l’agence Savoie Mont Blanc s’est engagée depuis 2015 dans une stratégie de promotion des quatre grands lacs (Léman, Annecy, Bourget, Aiguebelette), l’enjeu étant de retrouver les parts de marché perdues et de développer de nouveaux segments :

« Par rapport à la promotion du territoire de Savoie Mont Blanc, il y a une porte d’entrée très connue, celle des sports d’hiver, le ski. On a la volonté, nous, de rééquilibrer en terme de destination par rapport à la saison d’été, et c’est pour cela qu’on a souhaité mettre encore plus en avant les lacs. Ce sont des lacs qui ont déjà une notoriété et on s’est dit qu’en mutualisant, on aurait une notoriété qui serait encore plus importante, l’ambition étant d’égaler « les grands lacs italiens ». On connait tous les lacs italiens. Nous, l’ambition, c’est de faire monter la destination lacs Savoie Mont Blanc au niveau de notoriété des lacs italiens, sans vouloir les copier, mais qu’on ait le même niveau de notoriété » (réunion de lancement d’un groupe de réflexion sur la valorisation des sites palafittiques, responsable études et observations, Savoie Mont Blanc Tourisme, septembre 2016).

À ce titre, les sites palafittiques préhistoriques et leur appartenance au patrimoine mondial de l’UNESCO ont été très récemment identifiés par les acteurs touristiques départementaux comme des objets communs aux quatre lacs, sur lesquels il serait possible de s’appuyer afin de penser la mise en réseau et la valorisation de ces derniers :

« La culture, c’est un axe qu’on a vraiment envie de mettre en avant. Parce que quand on interroge le client par rapport aux lacs de Savoie Mont Blanc, on n’est pas du tout repéré, enfin le client ne vient pas du tout pour le patrimoine culturel. Il vient pour le paysage, pour se ressourcer, faire du sport, mais il ne vient pas du tout pour la culture puisqu’il y a 5 % des clients qui viennent pour l’attrait culturel des lacs. Par ailleurs, on a fait un diagnostic assez poussé de l’offre sur les lacs, et on a bien vu qu’on a une offre culturelle et patrimoniale qui est importante. On souhaite vraiment la mettre en avant. Et cela va un petit peu loin que cela car on recherche des thématiques communes aux quatre lacs, en particulier sur la culture. Et à notre grande surprise, les sites palafittiques sont apparus comme quelque chose en commun entre les quatre lacs. Je dis « à notre grande surprise », car nous, en termes de promotion, c’est quelque chose que l’on n’avait pas du tout en tête. Et paradoxalement, ce n’est pas du tout mis en tourisme et c’est vraiment quelque chose qu’on a envie de pousser, de mettre en avant. Mais tout reste à faire » (responsable études et observations, Savoie Mont Blanc Tourisme, septembre 2016).

Quant à la destination jurassienne, une étude de faisabilité réalisée par le cabinet Médiéval en 2013-2014, financée par le conseil départemental et la DRAC Franche-Comté, propose de développer une offre régionale autour d’un concept de voyage scientifique, « Archéolacs » en s’appuyant sur la complémentarité des trois pôles que seraient Chalain (projet de faire un sentier pédagogique), Clairvaux (projet de faire évoluer l’exposition semi-permanente vers un centre d’interprétation) et le musée de Lons-le-Sauliner (réalisation d’un espace de médiation). En cours de portage, il est encore trop tôt pour percevoir les incidences de telles initiatives en matière d’images, de perceptions touristiques et in fine, d’appropriation collective.

Facteurs historiques, politico-symboliques et socio-culturels : la place des sites palafittiques dans l’Histoire et dans les savoirs ordinaires

La faible place occupée par les sites palafittiques dans les paysages touristiques et patrimoniaux des lacs alpins et jurassiens, liée à un déficit d’appropriation collective des valeurs patrimoniales attribuées aux sites palafittiques, s’explique également par l’absence des sites palafittiques de l’histoire de France, telle qu’elle est notamment enseignée à l’école. Aujourd’hui évoqué en cours moyen de première année (CM1) et approfondie en première année de collège (6eme), l’enseignement de la préhistoire est succinct et met l’accent sur les chasseurs-cueilleurs et les premiers paysans. Sur le plan des vestiges archéologiques préhistoriques, les mégalithes (comme le site de Carnac) ou encore les sites d’art rupestre sont à l’honneur : depuis plus de 60 ans, la mise en avant de la grotte de Lascaux dans les programmes scolaires (à laquelle s’ajoutent aujourd’hui des images de la grotte Chauvet-Pont-d’Arc) a participé à la diffusion des valeurs patrimoniales attribuées aux sites d’art rupestre, lesquels sont socialement identifiés comme des marqueurs de la préhistoire en France (et en Europe) et des hauts lieux du patrimoine français. A contrario, force est de constater que les sites palafittiques ne bénéficient pas du même traitement que les sites d’art rupestre, et qu’ils ne sont, de fait, pas abordés dans les programmes scolaires. Par ailleurs, l’absence de structures de valorisation dédiées à cette thématique ou de dispositifs comme des mallettes pédagogiques ne permet pas aux enseignants des régions concernées d’aborder cette thématique lors de sorties découvertes par exemple (tout du moins en Savoie et en Haute-Savoie, la situation étant quelque peu différente dans le Jura où des initiatives pédagogiques autour des sites palafittiques ont été relevées (Brancelj, 2016, pp. 106-107).

Pour expliquer cette absence de prise en compte des sites palafittiques dans la « Grande Histoire de France et des Français » (Chevalier, 2005), Yves Billaud, ingénieur de recherche au Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) et chargé du suivi des sites palafittiques français constitutifs du bien sériel UNESCO, met en parallèle le moment et le lieu de la découverte des sites palafittiques avec les enjeux de construction identitaire de l’époque (cours de master 2 STADE « Systèmes territoriaux, aide à la décision, environnement », module « patrimoine », université Savoie Mont Blanc, janvier 2016). D’après lui, la découverte des sites palafittiques dans la baie de Grésine, lac du Bourget (1856) coïncide avec le rattachement en 1860 de la Savoie à la France par Napoléon III, dans une période marquée par une volonté de construire l’unité nationale en se basant sur un référentiel central commun : « nos ancêtres les Gaulois ». D’entrée de jeu, les sites palafittiques, marqueurs de typicités alpines, auraient ainsi manqué leur entrée dans l’Histoire, relégués en arrière-plan par des enjeux de construction d’une mémoire et d’une identité nationale française basée sur le « mythe gaulois » (Citron, 1987, nouv. ed. 2008).

Sur ce volet historiographique, le début d’approche comparée conduite avec les autres pays alpins souligne à quel point le traitement historique et symbolique d’un même mode d’habitat peut différer selon les contextes. À l’inverse de la situation française, les sites palafittiques sont fortement mobilisés dans le contexte suisse sur un plan politico-symbolique. À la sortie de la guerre civile du Sonderbund (1847), la découverte de ces types de vestige en 1854 est directement utilisée par les édiles de l’époque pour travailler à l’unité de la Confédération. Répartis sur la quasi-totalité de l’Helvétie, renvoyant à la période proto-helvète, ils constituent, en effet, un matériel de premier choix pour construire un référentiel culturel commun aux 22 cantons ; c’est le début du « mythe des Lacustres » (Kaeser, 2000, 2010). Toutefois, cet argument ne vaut que pour la Suisse, et ne saurait expliquer le différentiel d’appropriation entre la France, l’Autriche et la Slovénie.

Via une étude à la fois diachronique et comparée, l’importance de ces facteurs historiques et politico-symboliques dans le processus de patrimonialisation des sites palafittiques nécessiterait d’être approfondie. Poursuivre la réflexion avec une analyse de la place des sites palafittiques dans les programmes scolaires des différents pays est l’une des pistes possibles ; elle semble pertinente dans la mesure où l’école est l’un des lieux de diffusion et d’appropriation des savoirs historiques. Il s’agirait notamment d’analyser 1/ si et comment la place des sites palafittiques dans les programmes scolaires français a évolué dans le temps (cette thématique était-elle davantage abordée dans les années 1970/1980 en lien avec les innovations techniques de fouilles de l’époque ?) et 2/ la place de cette entrée dans les programmes scolaires des autres pays alpins, que ce soit dans l’enseignement de l’histoire ou d’autres disciplines. À titre d’exemple, en Slovénie, un des livres étudiés par les scolaires lors de l’apprentissage de la lecture, Bobri (Tome 1 à 3), compte les aventures de Ostrorogi Jelen, jeune garçon lacustre du néolithique dans les marais de Ig (Jalen J., 1942).

Une approche visant à expliciter la place des sites palafittiques dans les cultures populaires locales (également dénommés savoirs ordinaires) permettrait également d’approfondir les raisons de ce décalage entre processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation quand il est question des sites palafittiques français. Dans un cadre comparatif et selon une approche anthropologique, il serait intéressant de questionner ces dynamiques sociales en interrogeant la place des sites palafittiques dans les histoires locales, ainsi que la prise en compte de ces savoirs ordinaires par les logiques institutionnelles. Etant donné leurs interactions constantes, cette analyse des dynamiques collectives pourrait être complétée par celle des dynamiques individuelles, avec, par exemple, l’analyse de récits de vie de personnes ayant fait l’expérience de ce que sont les sites palafittiques, comme une participation à des chantiers de fouille des années 1970. Cette piste semble d’autant plus prometteuse qu’au cours de l’enquête conduite lors de l’été 2015 auprès des touristes et des visiteurs des lacs d’Aiguebelette et du Bourget, des individus interrogés ont spontanément fait référence à des histoires locales et/ou des expériences personnelles/familiales passées, en reliant de manière plus ou moins explicite ces dynamiques collectives et individuelles, leur niveau de connaissance des sites palafittiques, leur envie d’en apprendre davantage et la reconnaissance de valeurs patrimoniales à ces derniers (Potin-Finette, 2016, p. 89-90). Le rôle joué par l’expérience directe ressort également des entretiens conduits avec certains acteurs, notamment avec les guides du patrimoine rencontrées au nord du lac du Bourget :

« On a commencé à s’intéresser aux sites palafittiques parce qu’on a vu Yves Billaud[3] avec son équipe de plongeurs faire des prospections sur le site de Conjux. C’était intriguant de les voir et à la fin de la campagne de fouille, on leur a demandé de nous montrer des objets. C’était en 2008. On a trouvé cela passionnant et cela nous a donné envie de nous intéresser à ces sites préhistoriques, d’en savoir plus. Et à la fin de chaque campagne de fouille, la mairie organise un apéritif le temps d’une soirée et l’équipe vient présenter ses derniers résultats, ce sont des moments d’échanges très enrichissants et sympathiques » (entretien avec un guide patrimoine des Pays de Savoie, 17 mars 2015).

Dès lors, l’hypothèse de relations entre 1/ les processus d’appropriation collective des valeurs patrimoniales attribuées aux sites palafittiques, 2/ les savoirs ordinaires associés aux sites palafittiques et 3/ un contact par une expérience, directe ou indirecte, de ce que sont ces vestiges serait à approfondir dans un cadre comparatif, avec notamment des focus sur des régions où les sites palafittiques tiennent une place importante dans l’imaginaire collectif local avec des événementiels impliquant les populations locales (nous pensons notamment à la fête des lacustres, « Koliščarski dan » / the pile dwelling day, région de Ig, Slovénie, laquelle se déroule depuis 2008 sur un week-end d’août).

Facteurs fonctionnels : les modalités de gestion de ce bien UNESCO

Les modalités de gestion mises en place pour gérer ce bien sériel transnational constituent a priori un autre facteur explicatif de la faible place occupée par les sites palafittiques dans les paysages touristiques et patrimoniaux des lacs français, dans le sens où la complexité de ces dernières ne facilite pas leur activation en tant que ressource territoriale. De manière succincte et schématique, le bien UNESCO « les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » est géré selon trois échelons articulés entre eux (Brancelj, 2016) : 1/ à une échelle régionale, par les services déconcentrés des ministères et les collectivités territoriales impliqués dans la gestion effective de ces sites ; 2/ à une échelle nationale par les institutions impliquées dans le suivi, la protection et la mise en valeur des sites palafittiques relevant de leur territoire national ; 3/ à une échelle panalpine avec un groupe de coordination international qui regroupe sur un rythme bi-annuel les responsables des structures nationales pour échanger et harmoniser les façons de procéder des uns et des autres, et avancer sur des actions collectives telles qu’une charte commune d’utilisation du logo du patrimoine mondial, des stratégies de valorisation transalpine, etc.

En France, la commission interrégionale de coordination rassemble une pléthore d’acteurs, mêlant les échelons national, régionaux et locaux (Monin, 2015, p. 31-34) : les préfets des deux régions concernées par ce bien UNESCO (Auvergne Rhône-Alpes – Aura et Bourgogne Franche-Comté –BFC), les représentants de l’État (ministère de la Culture / direction générale des patrimoines ; Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), Service régional de l’archéologie (SRA) et Direction régionale de l’environnement (DREAL) de chacune des deux régions, préfectures de Savoie, Haute-Savoie et Franche-Comté, DRASSM), les représentants des collectivités territoriales (conseils régionaux, conseils départementaux, communautés d’agglomération, municipalités, syndicats intercommunaux), des organismes impliqués dans la protection et la gestion des espaces naturels (conservatoires des espaces naturels sensibles des trois départements, conservatoire du littoral, agence de l’eau) ainsi que des institutions dites « qualifiées » : musées, geoparks, associations. Présidée par le préfet dit « coordinateur » (préfet de région Aura), la commission est particulièrement lourde à mettre en œuvre et peine à fonctionner. Depuis début 2016, une nouvelle organisation a été mise en place entre l’administration centrale et les services déconcentrés. Et c’est la DRAC représentant le préfet coordinateur (autrement dit la DRAC Aura) qui assure la coordination interne entre les différentes parties prenantes françaises. Interlocuteur unique pour la coordination internationale, la DRAC Aura est notamment chargée de répertorier l’ensemble des actions réalisées annuellement autour de l’entrée « sites palafittiques » à l’échelle des sites français (conservation, recherche, communication, valorisation) et de faire remonter ce document au secrétariat du groupe international dont l’une des missions est de centraliser l’ensemble de ces données. Chargée avant tout des actions de protection et de suivi, elle est également impliquée à différents degrés dans des actions visant à valoriser les sites palafittiques, ne serait-ce qu’à titre consultatif.

La coordination entre ces différents échelons n’est pas chose aisée, induisant à la fois une lourdeur et une inertie administrative, lesquelles peuvent, dans le même temps, agir comme autant de freins à des dynamiques d’appropriation collective et de valorisation émergeantes. Ainsi en est-il des projets de valorisation portés par la municipalité de Chindrieux (nord du lac du Bourget) ou encore celle de Sévrier (lac d’Annecy) qui, confrontés à cette complexité administrative, peinent à avancer depuis 2011, attendant notamment que le groupe de coordination international ait statué sur les règles d’utilisation du logo UNESCO pour que la DRAC Aura puisse donner des directives concernant l’autorisation de l’utilisation dudit logo sur les supports de valorisation envisagés localement. Sachant que dans le même temps, lorsque la question de l’utilisation du logo est abordée en séance plénière du groupe international de coordination, la DRAC Aura, représentante de la France, précise ne pas avoir les pouvoirs décisionnaires pour avancer très concrètement sur cette question et rappelle qu’elle doit au préalable en référer au sous-directeur de la DRAC Aura et à la commission nationale française pour l’UNESCO (Duval, Brancelj, carnet de terrain, novembre 2016). Sur ce point, il semble que les représentants des autres pays impliqués dans le bien UNESCO aient davantage de marge de manœuvre pour avancer sur les différents dossiers en cours.

Aussi, dans le cadre d’une analyse comparée, il conviendrait d’analyser 1/ les modalités de gestion des sites palafittiques dans chacun des six pays concernés par le bien UNESCO, 2/ les statuts et les champs de compétence des représentants nationaux impliqués dans le groupe de coordination international, et de mettre le tout en perspective avec 3/ la place des sites palafittiques dans les paysages touristiques et patrimoniaux régionaux et nationaux et 4/ l’articulation des processus de désignation et d’appropriation collective à l’échelle de chacun des six pays concernés. Cela permettrait de tester les liens entre 1/ le type de structure désignée par les différents pays pour suivre un tel dossier et 2/ le niveau d’appropriation collective des valeurs patrimoniales attribuées à ces vestiges préhistoriques. Autrement dit de vérifier dans quelle mesure les pays pour lesquels une forte appropriation collective des sites palafittiques s’observe ont désigné, pour siéger au groupe de coordination international, des structures ayant des moyens humains et financiers dédiés ainsi que des compétences et des pouvoirs décisionnaires suffisants pour avancer sur les différents dossiers en cours.

Les effets induits par la composition du bien sériel

Enfin, les décalages constatés entre les processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation, ainsi que la recherche de facteurs explicatifs, sont également liés à notre focale d’observation, laquelle est ciblée sur les sites palafittiques préhistoriques français ayant été retenus pour faire partie du bien sériel UNESCO. Nos réflexions sur l’histoire de la mise en tourisme ou les savoirs ordinaires sont conditionnées par cette échelle d’observation, laquelle ne prend pas en compte des lacs pourtant identifiés comme étant liés à l’histoire des palafittes, tel que le lac de Paladru (à 32 kms du lac d’Aiguebelette, département de l’Isère, cf. figure 2). Et pour cause, la station néolithique de Charavines-les-Baigneurs au lac de Paladru ne fait pas partie des stations retenues pour constituer le bien sériel. Cette exclusion est pour le moins surprenante dans la mesure où :

1/ dans l’imaginaire collectif, cette région est associée aux habitats lacustres, à la suite notamment du film « On connait la chanson » d’Alain Resnais (1997) où le personnage joué par Agnès Jaoui prépare une thèse sur les « Chevaliers-Paysans de l’an Mil du lac de Paladru ». Si cette référence cinématographique renvoie à un autre site archéologique du lac (habitat lacustre et fortifié du site de Colletière, an mil) et donc à une toute autre période historique que celle du Néolithique, elle fait néanmoins référence à un type d’habitat similaire, à savoir un habitat lacustre ; à ce titre, elle a participé, et continue de participer, à une dynamique collective d’identification du lac de Paladru comme celle d’une région marquée par l’habitat palafittique ;

2/ les sites des Baigneurs et de Colletière furent des sites importants pour l’avancée de l‘archéologie subaquatique, avec la mise au point de nouvelles techniques de prospection et de fouilles stratigraphiques en milieu subaquatique permettant le prélèvement de sédiments. L’analyse de ces sédiments, composés de matière organique, a permis, pour la première fois, d’étudier l’activité de l’homme sur des sites subaquatiques (Comité des travaux historiques et scientifiques, 1992 ; Dumont, 2006) ;

3/ un lieu de valorisation, « le musée archéologique du lac de Paladru » existe depuis 1988 à Charavines. Malgré certains dispositifs interprétatifs vieillissants, ce musée (associatif puis géré par la communauté d’agglomération du Pays Voironnais), labellisé Musée de France, participe depuis près de trente ans à la diffusion et à l’appropriation collective des valeurs patrimoniales des sites palaffitiques avec une fréquentation annuelle oscillant entre 6000 visiteurs en 2015 et 10 000 en 2017 (composé à 70- 80 % de groupes scolaires) ;

4/ un projet de musée régional sur les sites palafittiques, croisant les périodes préhistorique (néolithique) et historique (Moyen-Âge) est en préparation depuis les années 1990. Après plusieurs rebondissements, le projet scientifique et culturel du futur musée a été approuvé à l’automne 2016, et les travaux devraient commencer en 2018 pour une ouverture prévue en 2020. Principalement porté par la communauté d’agglomération du Pays voironnais, et avec les soutiens financiers de l’État, la région Auvergne Rhône Alpes et le département de l’Isère, ce projet d’une enveloppe globale de 4,5 millions d’euros, visant une fréquentation annuelle de l’ordre de 30 000 visiteurs, mettra en avant l’entrée « palafittique », et sera à ce titre le seul musée français traitant d’archéologie subaquatique… aux abords d’un lac paradoxalement non-retenu pour faire partie du bien UNESCO ;

Soit autant d’éléments qui auraient pu donner, en France, une résonnance toute autre à l’inscription au patrimoine mondial de ce type de vestiges dans la mesure, où à partir de Paladru, l’inscription aurait pu s’adosser à des dynamiques collectives d’appropriation antérieures :

« Paladru, c’est un truc incompréhensible quand on y pense… l’inscription UNESCO, on était dans une approche purement administrative, en disant Paladru si j’ai bien compris est trop fouillé, il n’y a plus de valeur en termes de gisement en tant que tel. Alors que s’il y a un site aujourd’hui en tout cas en France ou ça fait un petit peu écho, c’est Paladru. Et il n’est pas dans le réseau [le bien sériel]. Alors qu’il y aurait eu Paladru, identifiable, cela aurait pu résonner sur le reste. Et après cela aurait aussi pu renvoyer sur les autres sites, avec Paladru qui aurait fonctionné comme une tête de proue, parce que celui-là, les gens ils l’identifient facilement » (entretien avec le président de la communauté de communes du lac d’Aiguebelette, mai 2016).

Cette incongruité spatiale et patrimoniale invite à interroger les critères mobilisés pour la construction du bien sériel UNESCO et à comprendre le processus décisionnel dans son ensemble : à quelles échelles s’est effectuée la sélection ? Selon quels circuits ? Selon quels critères ? Quelles ont été les personnes en charge de la sélection ? Y-a-t-il eu des processus de consultation, de négociation, de validation de la part des populations locales et/ou des acteurs territoriaux ? Le Dauphiné fut-il jugé trop loin des Alpes pour pouvoir prétendre à faire partie d’une inscription de sites « autour des Alpes », laquelle comprend néanmoins au final des stations lacustres jurassiennes, de la plaine du Po et des marécages de Ljubljana (cf. figures 1 et 2)? Des enjeux de marquages territoriaux ont-ils prévalu d’une manière ou d’une autre ? Observe-t-on, de manière similaire, des « grands absents » dans les autres pays de l’arc alpin concernés par le bien UNESCO ?

Avancer sur ce dernier volet permettra de mieux comprendre comment la forme prise/construite/décidée/décrétée pour un bien patrimonial conditionne l’articulation des dynamiques de désignation et d’appropriation, et in fine, sa capacité à pouvoir être activé en tant que ressource territoriale.

Conclusion

Six ans après son inscription, ce bien UNESCO tend à rester un bien sur le papier et n’a que peu d’existence socio-spatiale, tout du moins dans le contexte français (Duval et al., sous presse (b)). Un début d’approche comparative a permis d’observer des situations très différentes d’un pays à l’autre. Que ce soit en Suisse, Allemagne, Autriche ou Slovénie, les sites palaffitiques n’occupent pas la même place dans les représentations, comme l’atteste l’existence de plusieurs dispositifs de valorisation à forte lisibilité. La mise en perspective de ces différentes situations permet en retour d’avancer dans la recherche de facteurs explicatifs de la faible appropriation collective observée côté français : caractéristiques des sites palafittiques et du bien sériel, histoire régionale de la mise en tourisme des régions concernées, facteurs historiques, politico-symboliques et socio-culturels, facteurs fonctionnels liés aux modalités de ce bien UNESCO et les effets induits par la composition de ce bien sont autant de pistes qu’il s’agirait d’approfondir dans le cadre d’une approche comparée à l’échelle alpine. Etant donné la complexité de ce bien UNESCO et son envergure, ce type de recherche nécessite la mise en place de financements conséquents et un soutien académique fort. Il est à ce titre intéressant de constater que les différentes demandes de financements formalisées depuis début 2016, bien qu’évaluées très positivement sur plan scientifique, peinent à trouver des relais sur le plan académique. Décidément, l’invisibilité à la française des sites palafittiques a la peau dure ; il est fort dommage et regrettable que les institutions académiques ne soient pas en mesure d’innover davantage dans leurs prises de position et orientations.

Ces constats étant dressés, et ces premières pistes de facteurs explicatifs identifiées, comment penser un phasage et une convergence des dynamiques patrimoniales par désignation (autrement dit descendantes) et par appropriation (montantes) ? À ce titre, une réflexion sur les dispositifs de valorisation et les actions de médiation constituerait une entrée pertinente. D’autres études de cas sur des lieux / types de patrimoines marqués par une invisibilité sociale ont montré comme la mise en valeur de patrimoines désignés sur un plan institutionnel favorisait en retour des processus d’appropriation collective (l’architecture d’Auguste Perret, Le Havre ; voir à ce sujet Gravari-Barbas et Renard, 2010). Tel que l’a écrit O. Lazzarotti (2003) : « Un lieu devient patrimonial pour les uns par le regard des autres » (p. 99).

À l’instar de ce que nous avons pu observer dans les autres pays alpins, plusieurs pistes de valorisation pourraient être envisagées, allant de sentiers pédagogiques localisés à des projets de valorisation plus ambitieux, tels que des parcs archéologiques/reconstitutions, nécessitant un (très) fort portage politique et des investissements conséquents. Impliqués dans des groupes de travail départementaux sur le mode de l’observation participante, nous assistons depuis septembre 2016 à une progressive prise de conscience de la part des acteurs territoriaux (ici les responsables des services et les techniciens des conseils départementaux des deux Savoie) du potentiel patrimonial et touristique qu’offrent les sites palafittiques préhistoriques et leur inscription au patrimoine mondial. Peu à peu, des actions se dessinent et la prochaine d’entre elles sera un week-end « palafitte » sur les bords du lac d’Aiguebelette à la mi-septembre 2017, avec des ateliers pédagogiques autour du néolithique, une course de pirogues monoxyles et des conférences grand public. Emergeantes, il serait intéressant de suivre ces dynamiques dans le temps, via des indicateurs à même de mesurer l’évolution des dynamiques patrimoniales et touristiques, et plus précisément, l’évolution de processus d’appropriation collective. De manière fondamentale et appliquée, suivre ces trajectoires territoriales permettrait d’avancer dans la compréhension du triptyque « désignation/appropriation/valorisation » et d’observer, in situ, dans quelle mesure la rencontre des processus de désignation et d’appropriation concourt à faire des patrimoines des ressources pour les territoires.

Références bibliographiques
  • Billaud, Y., Langenegger, F., Brigand, R. (2013). Formes de l’habitat palafittique sur les rives du lac du Bourget (Savoie, France) à la fin de l’âge du Bronze, Bulletin d’Études préhistoriques et archéologiques alpines. Société Valdôtaine de Préhistoire et d’Archéologie, p. 237-250.
  • Brancelj, A. (2016). La patrimonialisation à la croisée des dynamiques de désignation, d’appropriation et de valorisation, Les enjeux autour des sites palafittiques, un patrimoine méconnu, invisible et sériel. Mémoire de master 2 STADE, EDYTEM-USMB.
  • Chevalier, F. (2005). La Grande Histoire de France et des Français. Paris : éd. Citadelles et Mazenod.
  • Citron, S. (2008). (nouvelle éd.). Le Mythe national, l’histoire de France revisitée. Paris : éd. L’Atelier en poche ; première éd. de 1987, Les Éditions ouvrières.
  • Dumont, A. (2006). (Ed.). Archéologie des lacs et des cours d’eau. Paris : éd. Errance.
  • Duval, M., Brancelj, A., Gauchon, C., Malgat, C., Potin-Finette, A. (sous presse (a)). Un label qui ne dit pas son nom : l’inscription au patrimoine mondial. Examen critique et enjeux territoriaux d’une terminologie. In P. Tanchoux et al. (Eds.). Les labels dans le domaine du patrimoine. Rennes : PUR.
  • Duval, M., Brancelj, A., Potin-Finette, A., Gauchon, C. (sous presse (b)). Analyse de la place des sites palafittiques préhistoriques inscrits au patrimoine mondial dans les paysages patrimoniaux et touristiques des lacs français. In C. Dunning et E. Dunning (Eds.). Paysages, archéologie et tourisme. Bienne : Gassmann.
  • Duval, M., Smith, B. (2014). Seeking sustainable rock art tourism – the example of the Maloti-Drakensberg Park World Heritage Site. The South African Archaeological Bulletin 69 (199), pp. 34–48.
  • Gravari-Barbas, M., Jacquot, S. (2011). Les impacts de l’inscription au patrimoine mondial de l’Humanité. Discours et motivations des acteurs. In J.-M. Furt et A. Fazi (Eds.) Vivre du patrimoine, un nouveau modèle de développement ? pp. 253-270. Paris : l’Harmattan.
  • Gravari-Barbas, M., Renard, C. (2010). Une patrimonialisation sans appropriation ? Le cas de l’architecture de la reconstruction du Havre. Norois, n° 217, 2010/4, pp. 57-73.
  • Jalen, J. (1942-1943). Bobri. Ljubljana: Katoliško tiskovno društvo.
  • Jobert, C. (2017). L’image touristique des lacs d’Aiguebelette et du Bourget : approche géo-historique. Mémoire de master 1 STADE, USMB.
  • Kaeser, M.-A. (2000). Le fantasme lacustre. Un mythe et ses implications idéologiques dans la Suisse du XIXe siècle. In A. et J. Ducros (Eds.). L’homme préhistorique: Images et imaginaire, pp. 81-107. Paris : L’Harmattan.
  • Kaeser, M.-A. (2010). Le mythe de la civilisation lacustre. In S. Quertelet (Ed.). Mythique Préhistoire : Idées fausses et vrais clichés, pp. 120-137. Solutré : Musée départemental de Préhistoire.
  • Marquis, L., Dunning, C. (2015). Régate de pirogues monoxyles sur le lac de Bienne : voguent les pirogues ! In J.-P. Rey et A. Dumont (Eds.). L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières, bulles d’archéologie offertes à André Marguet, p. 189-196. Université de Bourgogne : Revue Archéologique de l’Est.
  • Monin, V. (2015). La gestion des sites palafittiques préhistoriques des lacs d’Annecy et du Bourget : quels potentiels facteurs de vulnérabilités et réponses des élus, acteurs et usagers des lacs ? Mémoire de master 1 STADE, EDYTEM-USMB.
  • Palafittes UNESCO Group (2010). Prehistoric Pile Dwelling around the Alps : Nomination dossier, vol. I. http://www.palafittes.org/fr/produits-downloads/dossier-de-nomination/index.html
  • Potin-Finette, A. (2016). Palafittes, un patrimoine pour tous ? Étude du processus de patrimonialisation des sites palafittiques autour des lacs du Bourget et d’Aiguebelette. Mémoire de licence 3 de sociologie, LLSETI-EDYTEM-USMB.
  • Rautenberg, M. (2004). La patrimonialisation, entre appropriation sociale et désignation institutionnelle. In B. Debarbieux et M.-C. Fourny (Eds.). L’effet géographique. Construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, pp. 71–87. Grenoble : MSH Alpes.
  • Savoie Mont Blanc Tourisme. (2016). Les chiffres clés du tourisme en Savoie Mont Blanc, http://pro.savoie-mont-blanc.com/var/ezwebin_site/storage/original/application/3414412b62c175769ae7c06b3d561a73.pdf

[1] Ce travail a été réalisé grâce notamment au soutien financier du LABEX ITEM (ANR-10-LABX-50-01) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir » géré par l’Agence nationale de la recherche.

[2] Du 20 juin au 20 septembre 2015, les expositions « Les pieux dans l’eau » et « Archéologues d’eau douce », conjointement portées par le musée savoisien et les services de la conservation patrimoniale des patrimoines du département de la Savoie se sont respectivement tenues à la maison du Lac (lac d’Aiguebelette) et à la Grande Batelière, Abbaye de Hautecombe (lac du Bourget). Pour plus de d’information sur le contenu de ces dernières, cf. A. Potin-Finette, 2016, Annexe 1, pp. 122-126.

[3] Ingénieur de recherche au Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) et chargé du suivi des sites palafittiques français constitutifs du bien sériel UNESCO.