De l’objet architectural à la construction d’un territoire

Le cas des stations touristiques d’altitude dans les Alpes franco-italiennes

Par Caterina Franco, doctorante en architecture, laboratoire Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires (MHAevt), ENSA Grenoble, ED 454, Université Grenoble Alpes. Thèse en cotutelle avec le département Architecture, Built environment and Construction, Politecnico di Milano
Résumé

Aujourd’hui les enjeux des territoires de haute montagne mettent en lumière une crise des stations de sports d’hiver dites intégrées (Knafou, 1978) et obligent à réfléchir à une échelle plus large, qui prend en compte le massif et les rapports avec la vallée. Conscients de ces bouleversements, confirmés par l’état des lieux de la recherche dans le domaine économique ou géographique, nous souhaitons développer une relecture de l’histoire des stations en analysant le rapport entre la station et le site sur lequel elle est construite. Nous posons donc l’hypothèse que l’ancrage territorial est une clé de lecture fondamentale pour comprendre la naissance et l’évolution de ces établissements, tout en étant un point de réflexion stratégique pour leur futur développement.

À cette occasion, nous utilisons comme cas d’étude le projet pour le plan d’aménagement des stations du domaine de la Grande Plagne, conçu par l’architecte Michel Bezançon à partir de 1960. Nous nous appuyons sur un travail de recherche mené dans les archives départementales de la Savoie et sur une analyse de documents originaux à travers l’outil cartographique.

Pour une relecture « territoriale » de l’histoire des stations de sports d’hiver

La présente contribution fait partie d’un travail de recherche qui enquête, à travers un regard historique, sur la construction des stations de sports d’hiver dans les Alpes franco-italiennes à partir des années 1960, en posant l’hypothèse que l’ancrage au territoire est un aspect décisif dans les choix d’implantation et l’évolution successive de l’architecture des stations. On utilise le terme « territoire » en faisant référence au travail des architectes et théoriciens qui, à partir des années 1960, ont commencé à ressentir l’urgence d’une réflexion à plus grande échelle. Entre autres, nous nous appuyons sur la notion de « territoire comme palimpseste », utilisée par André Corboz en 1983 : d’un côté, on lit le territoire comme superposition de traces qui révèlent l’utilisation du sol des époques différentes, de l’autre le territoire construit est compris comme le résultat d’une interaction des divers systèmes : un support géomorphologique, mais aussi un réseau d’acteurs, un dessin du foncier, une disponibilité d’outils de réglementation territoriale, etc.

Dans ces dernières années, la littérature sur l’histoire des stations a accentué la condition a-contextualisée et atemporelle de l’architecture touristique (Wozniak, 2004). Spécialement dans l’aménagement des stations dites « intégrées » (Guérin, 1977 ; Knafou, 1978 ; Perret, 1992) ou de « troisième génération » (Chappis, 1961 ; Cumin, 1961), la maîtrise du foncier, l’unicité du rôle du promoteur et du concepteur semblent permettre à l’architecte un degré de liberté maximal. Dans ce contexte, les choix opérés par l’architecte ont été étudiés en tant que concrétisation des imaginaires, qui évoluent à travers les années, en fonction des changements des goûts des touristes et des paradigmes de la pensée architecturale. On passe ainsi du modèle de ville à la montagne, au début des années 1960, au « village retrouvé » (Lyon-Caen, 2014) d’après le choc pétrolier.

À cette occasion, nous nous concentrons sur l’analyse d’un cas d’étude : la définition de l’implantation du domaine de la Grande Plagne et des premières stations de Plagne Centre et d’Aime-la Plagne entre 1960 et 1970, par le travail de l’architecte Michel Bezançon. L’objectif est de montrer comment les caractéristiques géomorphologiques, topographiques, politiques, climatiques d’un site entrent dans le processus de conception du plan de masse et de définition de la typologie des édifices. On propose ici une relecture de l’histoire à travers l’étude d’une partie de fonds d’archives privées de l’architecte, déposés aux archives départementales de la Savoie, à Chambéry.

Figure 1. Photographie de Jean Biaugeaud de Aime 2000, 1970, (3/26 EQ), département de la Savoie, archives départementales, [17J11]

Le plan d’aménagement de la Plagne : la présence du « sol » dans la définition du projet

Michel Bezançon (1932), jeune architecte de 27 ans, entre en contact avec le docteur Borrione, maire de Aime à partir de 1959 et guide d’un syndicat intercommunal, comprenant Aime, Bellentre, Champigny, Longefoy et Macot, officialisé en 1961 et chargé de la mise en valeur touristique du domaine de la Grande Plagne. Grâce au soutien de l’État par le SEATM[1], qui finance en partie les opérations, le projet consistera en une véritable action de transformation du massif, avec diverses stations-satellite, réalisées en dix ans autour du noyau principal de Plagne Centre. L’architecte choisit d’adopter des langages divers, passant du modèle de cité fonctionnelle et rationnelle pour la Plagne Centre, jusqu’à l’utopie mégastructurelle de Aime 2000 (1969-1970). En 1972, ensuite, il projettera Plagne Village comme une réinterprétation, dans les formes et dans les matériaux adoptés, d’une architecture traditionnelle alpine.

Le processus de formation du plan d’aménagement fut fortement conditionné par deux aspects liés à la nature du sous-sol. D’un côté, une composition géologique complexe du massif ; de l’autre la présence d’un réseau dense de tunnels, témoin d’une activité extractive de plomb argentifère dont les premières traces datent de 1470[2], en correspondance avec le site destiné à l’implantation des édifices de Plagne Centre.

La définition du domaine skiable

La première délimitation du domaine skiable date de 1960, issue des reconnaissances sur site faites par Émile Allais (champion olympique de ski en 1936 et champion du monde en 1938), qui avait jugé la topographie et l’exposition au soleil du site optimales pour l’implantation d’une station de sports d’hiver. Ensuite, et en fonction des lieux d’implantation des remontées mécaniques, Michel Bezançon procède au travail de définition d’un plan d’aménagement, en prévoyant une station en 7 satellites pour un total d’environ 30 000 lits. L’envergure de cette proposition initiale, suscite des perplexités en Borrione qui avait imaginé un projet bien plus modeste (Révil, 2011), mais elle est anticipatrice d’un processus qui s’achèvera, par étapes, sur une dizaine d’années. Sur un terrain initialement occupé par des pâturages, apparemment vide, une énorme opération est alors conçue. Toutefois, le site, bien que non édifié, est loin d’être « vierge » : plusieurs contraintes doivent en effet être prises en compte par l’architecte dans la définition du schéma global de la station.

Le domaine skiable d’une superficie de 100 km2 entre 1200 et 3400 m d’altitude « se subdivise en six bassins versants : chacun de ces bassins versants peut fonctionner en autonomie (accès, hébergement, remontées mécaniques), mais il est remarquable de constater que chaque bassin versant empiète les territoires administratifs de deux communes au moins et que l’équilibre financier de l’entreprise ne peut se concevoir que globalement. » (Dansette, 1971).

Figure 2. Plan d’équipement de La Plagne, 1 : 2000, Michel Bezançon, 1961, © département de la Savoie, archives départementales, [17J192]
Figure 3. Représentation des données du site qui ont participé à la définition du plan d’équipement. La carte a été élaborée par l’auteur, superposant au plan d’équipement de La Plagne 1961 (département de la Savoie, archives départementales, [7J192]) des données géologiques (selon une étude géologique 1965, contenu dans : département de la Savoie, archives départementales, [17J193]) ; les limites communales (années 1960) ; la situation topographique ; les limites du domaine skiable (selon une carte datée 1961-68 et contenue dans : département de la Savoie, archives départementales, [17J192])

Les études géologiques

Aux données topographiques et administratives du territoire, s’impose une autre contrainte à Bezançon, qui se confronte à un terrain caractérisé par une situation géologique complexe. Dans le dossier contenant les variantes pour l’implantation des stations, une étude géologique datée de 1965 met en relief le fait que le site est caractérisé par une anomalie géologique : on est en effet sur une zone cicatricielle entre la nappe dite briançonnaise et la nappe de la Vanoise et du Mont Pourri[3].

Le projet pour Aime 2000, en particulier, sera fortement influencé par le fait que le terrain d’implantation se trouve sur un coussin de gypses qui s’intercale entre les deux nappes géologiques[4]. Seule une bande de 220 mètres de long et de 50 mètres de large s’avère être constructible (Révil, 2011). D’autre part, la station devait prévoir au moins 2 000 lits pour obtenir les financements pour la route de desserte depuis Plagne Centre. L’architecte doit alors opter pour un établissement très concentré dans l’espace. Une situation météorologique caractérisée par des vents de forte intensité complète le cadre, porte finalement Bezançon à imaginer une station rassemblée dans un seul édifice, comprenant les services et les commerces, disposés autour d’une rue intérieure qui fait référence au système utilisé par Le Corbusier dans son Unité d’habitation[5].

La présence de la mine

Pour ce qui concerne la définition du plan de masse de la Plagne Centre, une série de dessins exécutés par Bezançon entre 1961 et 1967 montre des variations de la partie Est de la station et de l’emplacement de l’édifice « le France ». Ces modifications sont à mettre en relation avec une série de campagnes de sondage par carottage et d’études gravimétriques, entreprises à la suite d’un effondrement de terrain sur le trajet du remonte-pente Les Aollets et à la création d’une doline.

Plusieurs études se succèdent, commanditées par la société d’aménagement de la Plagne avec la participation de la société Pennaroya, dernière exploitante de la mine jusqu’à sa fermeture en 1973, pour vérifier la position et la profondeur d’un système de tunnels relatifs à l’ancienne exploitation du Filon Charles Albert, (1810-1866) et dont l’extension et la position précise n’étaient plus connues.[6]

Figure 4. Sondages de la zone constructible La Plagne E-F : avancement Sud de « Charles Albert », 1 :2000, dessinée par SMMP Mines de la Plagne (1965 ?), © département de la Savoie, archives départementales, [17J192]

La montagne comme terrain porteur d’innovation pour les concepteurs des stations

Dans ce processus, Bezançon, architecte « citadin » (Révil, 2011), apprend à se confronter avec la complexité du facteur « sol », qui ne peut pas être conçu comme « terrain vierge » mais qui, au fur et à mesure que l’opération avance, se charge d’une série d’implications historiques et géologiques. Ces contraintes révèlent une autre dimension à prendre en compte, celle de la profondeur. Il s’agit donc d’une recherche non purement formelle, mais de l’effort pour intégrer l’idée novatrice d’une ville dédiée au loisir, avec les criticités du contexte montagnard considéré. Bezançon même se référera à La Plagne comme à une station réalisée « par approximations successives » (Révil, 2011).

Ce processus d’inclusion progressive des nouvelles données dans la conception architecturale est commun à diverses opérations qui datent de la même époque. À l’occasion du dessin du plan de masse pour la station des Menuires, dans la vallée des Belleville, par exemple, les propositions reçues à la suite du lancement d’un concours d’architecture (1962-63) furent invalidées par les résultats d’une étude géologique, effectuée trop tardivement.

Une série de numéros de revues d’architecture, publiées entre 1960 et 1980 sur la construction dans les Alpes, permet de suivre, plus généralement, l’évolution de la pensée des concepteurs et des spécialistes de l’aménagement de la montagne à travers la découverte de la « tridimensionalité » du sol. Si dans le numéro 126 de l’Architecture d’Aujourd’hui de 1961, le thème « construire en montagne » est décliné principalement à travers la présentation des stations de sports d’hiver naissantes, réalisées ou en projet, le numéro 116 de la revue Urbanisme, paru en 1970, présente des articles qui remettent en question le modèle de station conçue comme « ville à la montagne ». Pour la première fois, des pages sont dédiées au rôle de la géologie, avec la présentation des risques que le concepteur peut encourir. Dans les conclusions, l’auteur insiste sur l’opportunité d’effectuer des études géologiques et géotechniques avant la conception du projet d’aménagement (Barbier, 1979). Dans le numéro 145 d’Urbanisme, publié en 1974, la montagne est définie comme « espace sensible ». La donnée naturelle et environnementale intéresse à nouveau les aménageurs et la critique. Finalement, en 1980, la revue Techniques et Architecture témoigne un changement achevé dans la pensée architecturale, avec le titre : « L’architecture des loisirs : une nouvelle relation avec l’environnement ». À l’intérieur, une série de projets de stations est recueillie, qui reflète un nouveau désir d’intégration de l’architecture avec le site.

Conclusions et perspectives : l’histoire comme outil pour la compréhension des enjeux d’un territoire

À travers l’exemple des premiers projets pour les stations de la Plagne, on a pu remarquer comment la montagne, par ses caractéristiques physiques et environnementales, a amené les architectes des Trente Glorieuses à innover leur méthode de conception du projet, à travers la nécessaire prise en compte d’un système de composantes qui pouvaient être ignorées dans leur travail en contexte urbain. La montagne a donc anticipé une prise de conscience qui deviendra commune dans la pensée architecturale à partir des années 1970, avec la naissance d’une pensée écologique.

D’autre part, la relecture de l’histoire que l’on propose a comme objectif de mettre en lumière la complexité des données qui ont participé à la construction des stations : c’est à l’échelle du territoire que les stations de sports d’hiver ont été conçues et c’est à cette même échelle qu’il faudrait réfléchir pour penser le futur de ces sites de haute montagne, qui restent toujours des « espaces sensibles » et qui ne sont jamais des « terrains vierges ».

Bibliographie :
  • Bezançon, M. (1980). Constantes et variables de l’architecture de loisir. Techniques et Architecture, n°  333, pp. 56-60
  • Champ, G. (1974). La Grande Plagne, aménagement du massif de Bellcote-Montjovet. Urbanisme, n°  145, p.56-59.
  • Chabert Louis. (1974). La mine de plomb argentifère de La Plagne. Revue de géographie alpine, tome 62, n° . 1, pp. 113-123.
  • Corboz, A. (1983). Le territoire comme palimpseste. Diogène, n° 121, janvier-mars, pp. 14-35.
  • Dansette, A. (1971). Aménagement de la Grande Plagne. Techniques et Architecture, série 34, n° 1, pp. 68-71
  • Delfante, C., (Ed.) (1970). Montagne ; Atelier d’Urbanisme en Montagne, Aménagement-Urbanisme-Architecture ; Barbier, R. Le rôle de la géologie dans l’urbanisme en montagne ; Cambau, V. La réalisation des stations de sports d’hiver ; Chappis, L. Méthodologie de l’étude d’aménagement en montagne ; Cumin, G. Les stations intégrées ; Pialat, G. Urbaniser la montagne ? ; Préau, P. Principes d’analyse des sites en montagne ; Rambaud P. Pour une sociologie des stations de sports d’hiver. Urbanisme, n° 116.
  • Franco, C. (2016). Dal site vierge alla scoperta del sottosuolo nella progettazione delle stazioni sciistiche d’alta quota francesi. Il caso de l’aménagement de la Grande Plagne. ArchAlp, n° 12, pp. 81-83.
  • François, H. (2007). De la station ressource pour le territoire au territoire pour la station. Le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble. Thèse de doctorat en géographie, Université Joseph-Fourier, Grenoble.
  • Guérin, J.P. (1977). Mythes, tourisme hivernal et aménagement de l’espace. L’exemple de la station intégrée. Revue de géographie alpine, vol. 65, n. 2, pp. 169-179
  • Knafou, R. (1978). Les stations intégrées de sports d’hiver des Alpes françaises. L’aménagement de la montagne à la française. Paris : Masson.
  • Lyon-Caen, J.F. (Ed). (2014). Stations de sports d’hiver. Lyon : Lieux dits.
  • Pauli, M. (1966). Construire en Montagne. L’Architecture d’Aujourd’hui, n°. 126, pp. 20-82
  • Perret, J. (1994). Le Développement touristique local : les stations de sports d’hiver. Grenoble  : IREPD.
  • Pradelle, D. (1969). Les stations de montagne en France. Techniques et Architecture n° 4, pp. 66-77.
  • Raffestin, C. (1986). Nature et culture du lieu touristique. Méditerranée, vol 58, n° 3, pp. 11–17.
  • Révil, P. (2011). Parcours de Michel Bezançon. In F. Glière (Eds.). Archives professionnelles de Michel Bezançon architecte-urbaniste (1952-1985). Répertoire numérique détaillé de la sous-série 17 J. Chambery : assemblée des pays de Savoie, archives départementales de Savoie.
  • Wozniak, M. (2004). L’architecture dans « l’aventure des sports d’hiver » : stations de Tarentaise (1945-2000) : l’image de la montagne en construction. Thèse de doctorat en géographie, Université Joseph Fourier, Grenoble.
  • Wozniak, M. (2004). L’architecture dans « l’aventure des sports d’hiver »  : stations de Tarentaise (1945-2000) : l’image de la montagne en construction. Thèse de doctorat en géographie, Université Joseph Fourier, Grenoble.

[1] Service d’études pour l’aménagement touristique de la montagne, établi à partir de 1971, en substitution de la CIAM (Commission interministérielle pour l’aménagement touristique de la montagne, 1964-1971).

[2] Données contenues dans : Étude géotechnique de la zone constructible de La Plagne E-F, fonds Michel Bezançon, département de la Savoie, archives départementales, [17J193].

[3] Données contenues dans : Étude géologique, 1965, fonds Michel Bezançon, département de la Savoie, archives départementales, [17J193].

[4] Ibid.

[5] Projet imaginé par l’architecte Le Corbusier qui inaugure une nouvelle manière d’articuler, dans un seul édifice, des espaces dédiés à la vie privé et à la vie publique. Un exemple fut réalisé à Marseille entre 1947 et 1952.

[6]Données contenues dans : Étude géotechnique de la zone constructible de La Plagne E-F, op. cit.



Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 19 juillet). De l’objet architectural à la construction d’un territoire. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5n