Écologies productives des vallées transfrontalières

Par Roberto Sega, architecte et urbaniste, assistant scientifique et doctorant à l'EPFL, lab-U Laboratory of Urbanism

 

Figure 1. The Alpine “Valley Section”. Les ressources naturelles, les lieux et les circuits de leur exploitation. © Sega

L’aspect central de cette contribution consiste à lier la construction de la ville-territoire alpine avec la structure de l’espace industriel et infrastructurel, en révélant la véritable consistance de la « plateforme productive alpine ». Jusqu’aux années 1970, la grande industrie a été pour les vallées alpines un facteur d’émancipation, un acteur économique qui, souvent encouragé par le public, a modifié radicalement (de façon active et passive) le territoire alpin.

Que reste-t-il de l’industrialisation de la montagne aujourd’hui ? S’agit-il seulement d’une question d’archéologie industrielle ? À travers une étude portant sur deux vallées transfrontalières (la vallée du Rhône et le val d’Ossola) nous essaierons de mettre en évidence la complexe infrastructure productive du territoire alpin et son importance stratégique à la lumière de la troisième révolution industrielle.

À l’époque post-Fordiste, l’absence d’une approche holistique en termes économiques, spatiaux et environnementaux a contribué à reléguer les territoires alpins aux fonctions principalement touristiques : une « panacée » capable seulement en apparence de faire abstraction de la marginalité des territoires isolés avec des stratégies discriminatoires d’urbanisation. Cette dynamique de développement sélectif, ainsi que l’urbanisation massive des fonds de vallée, sont l’une des causes de la polarisation et des inégalités socio-environnementales dans les Alpes.

Pourrait-on imaginer une stratégie différente de développement soutenable et inclusive qui permettrait aux territoires alpins de dépasser leur condition marginale sans compromettre leur qualité, en sortant d’un modèle économique de « servitude » ? Dans ce sens, il nous semble pertinent d’étudier de manière plus approfondie le secteur économique secondaire afin d’entrevoir, à la lumière d’une « légère » troisième révolution industrielle, de nouveaux scénarios de développement et de croissance pour les territoires alpins. Il est donc nécessaire de relever le défi d’un nouveau type d’industrie, qui se dessine déjà au niveau mondial, et que les territoires alpins pourraient s’approprier en exploitant les ressources naturelles et leur position géographique stratégique au niveau européen. Aldo Bonomi, en 2010, a introduit le concept de « plateforme productive alpine », défini comme un grand projet (plus que comme une réalité), « qui, pour être réalisé, nécessite de soustraire la montagne à une idée de marginalité » (A.Bonomi, 2010).

Figure 2. Les vallées transfrontalières et leurs éléments morphologiques ©  Sega

La figure 3 met l’accent sur la « machine alpine » en tant qu’élément déjà présent et constitutif de cette portion de territoire entre Genève et Milan et précisément le long de la vallée du Rhône (le Valais) et le long de la rivière Toce (Val d’Ossola). En insistant sur le « corridor productif transfrontalier », il s’agit de montrer une autre image de l’unité dans la diversité, pour aller à l’encontre des logiques hégémoniques des espaces de consommation métropolitains situés en plaine, qui empêchent l’émergence d’une structure systémique, fonctionnant déjà d’un certain point de vue de manière intégrée.

À cette échelle, on peut observer les différents éléments qui composent le système et leur rythme tout au long de la vallée. Les zones industrielles (en noir sur la carte) sont réparties entre les villes, le long du couloir infrastructurel (en rouge, le chemin de fer). Les grandes « plaques » productives se situent pour la plupart aux intersections avec les vallées secondaires du fait de la présence des centrales hydro-électriques, qui sont connectées aux grands barrages par le biais de nombreuses conduites forcées (lignes noires pointillées). Les lignes électriques à haute tension (en gris) traversent plus librement le territoire, enjambent les Alpes, parcourent les vallées secondaires et le fond de vallée principal, se concentrent à l’approche des grandes industries énergivores et rejoignent les villes de plaine pour les alimenter.

Figure 3. Entre Genève et Milan : un corridor alpin productif transfrontalier © Sega

Aujourd’hui, le « changement global » met en débat le rôle stratégique du territoire alpin qui, grâce à la présence d’abondantes ressources naturelles stratégiquement positionnées à l’échelle européenne, pourrait renégocier sa marginalité et sa soumission aux métropoles des plaines environnantes.

Si par exemple nous considérons les deux vallées ensemble, nous ne compterions pas moins de 350 centrales électriques avec une production annuelle de 13,000 GWh/a (9,679 GWh/a pour le Valais + 3,303 GWh/a pour la province du Verbano-Cusio-Ossola), équivalant à l’énergie produit par une centrale nucléaire de 1.6 GW de puissance. Par ailleurs, notons l’importance pour ces vallées d’être situées dans un couloir international de transport de marchandises (le couloir européen 24 Rotterdam-Gênes).

La recherche de doctorat en cours, dans laquelle s’inscrit cette brève contribution, étudie les phénomènes d’urbanisation dans l’arc alpin en prenant en compte les déséquilibres liés au développement actuel, afin d’esquisser une stratégie spatiale et fonctionnelle possible qui pourrait contribuer à la recomposition du fragile équilibre économique de ces territoires.

Bibliographie
  • Barca, F., Guiso, L. (2016). Crescere senza fuggire. L’esperienza di una politica attenta ai luoghi. Trento : Festival de l’économie de Trente 2016
  • Bätzing, W. and Rougier, H.(2006). Les Alpes : un foyer de civilisation au cœur  de l’Europe. Lausanne : LEP.
  • Bonomi A.(2010). La piattaforma produttiva dell’arco alpino. Economia trentina Dossier, n° 2/3 année 2010.
  • Crivelli R., Raffestin C. (1988). L’industria alpina dal XVIII al XX secolo sfide e adattamenti. In: Martinego E. (éditeur), Le Alpi per l’Europa una proposta politica, pp. 161-184, Milan : Jaca Book.
  • Dematteis, G. (2009). Polycentric urban regions in the Alpine space. Urban Research & Practice, 2(1), pp.18–35.
  • Dematteis, G. (2014). Montagna, città e aree interne in Italia : una sfida per le politiche pubbliche. Documenti geografici.
  • Fuà, G. and Zacchia, C. eds., (1983). Industrializzazione senza fratture. Bologna : Il Mulino.
  • Perlik, M. (2012). Les zones de montagne comme laboratoire en vue d‘identifier les nouvelles inégalités spatiales post-fordistes. Thèse d’habilitation à diriger des recherches de l’université Joseph Fourier, Grenoble.
  • Secchi, B. (2013). La città dei ricchi e la città dei poveri. 3 edizione ed. Roma : Laterza.


Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 24 juillet). Écologies productives des vallées transfrontalières. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5p