La dépression de Hangu – dynamique territoriale

Par Ionel Muntele, professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași, chercheur, académie roumaine, filiale de Iași ; Adrian Grozavu , professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași ; Sandu Alexandra, doctorante, école doctorale de chimie, sciences de la vie et de la terre, université Alexandru Ioan Cuza, Iași
Résumé

L’étude proposée veut déchiffrer les transformations supportées au long des deux derniers siècles par la petite dépression de Hangu (397 km2, en y incluant l’aire montagneuse adjacente) située au coeur des Carpates Orientales, au nord-est de la Roumanie (vallée moyenne de la Bistrița, affluent du Siret).

L’analyse de la dynamique du système de peuplement, à côté d’une revue des changements économiques, sociaux et environnementaux, recherche à mettre en évidence les mécanismes d’adaptation qui ont assuré la survie de ces communautés, en dépit des profondes transformations subies pendant la période totalitaire, irrémédiables en leur substance vu leur caractère volontariste. Refuge d’une population ayant su tirer profit des ressources limitées de la montagne, la région voit son équilibre perturbé, après avoir connu une insertion dans les circuits de l’économie marchande (exploitation du bois, flottage, etc.). Les grands chantiers ouverts par le gouvernement communiste, après 1950, source d’un profond bouleversement des structures territoriales, sont confrontés à une remarquable résilience de la population locale ancrée dans sa matrice séculaire. L’équilibre a été restauré en adaptant au nouveau contexte le système de peuplement. Les nouveaux acteurs issus de la disparition du régime totalitaire s’efforcent d’intégrer la région dans les circuits postmodernes du développement durable (parc naturel, ecotourisme, tourisme culturel, etc.) mais la fragilité induite par l’accomodation aux nouvelles exigences du marché global, dont les conséquences se ressentent même dans ces parages apparemment reculés, laisse ouverte l’esquisse d’une véritable stratégie de développement local.

À moins que cette fragilité soit elle-même une forme de résilience ?

Brève description de la région

La dépression de Hangu est une petite région géographique, située dans la vallée de la rivière Bistrița, le principal affluent du Siret, un des derniers tributaires du Danube, au nord-est de la Roumanie. Cette vallée traverse la partie centrale des Carpates Orientales, l’une des seules grandes vallées presque entièrement carpatiques du pays. La dépression, couvrant 397 km2, y compris l’aire montagneuse adjacente, est délimitée par les confluences de Bistricioara et de Bicaz, affluents de droite de Bistrița (290 km longueur et 70 m3/s débit). Située entre les conglomérats du massif Ceahlău (1907 m), une des hauteurs des Carpates Orientales et les modestes monts de Stânișoara (1230 m), cette dépression se distingue par le climat clément face au vents de l’est, les altitudes relativement basses (400-600 m, au fond des vallées), avec des terrasses  fertiles, largement étalées, permettant l’agriculture, y compris sur les versants latéraux. Les vastes forêts, assez bien préservées, les prés et les paturages complètent le tableau d’une microrégion disposant de remarquables ressources spécifiques à une économie montagneuse complexe. Dans le passé, l’élévage pastoral, la culture des plantes, l’exploitation du bois et le flottage avaient permis la constitution d’une solide société paysanne.

Figure 1: position géographique de la dépression de Hangu © auteurs

Objectifs de l’étude

L’étude veut déchiffrer les transformations territoriales supportées au long des deux derniers siècles dans cette région montagneuse en utilisant l’analyse de la dynamique du peuplement et du réseau de communications. Les références à la dynamique du paysage seront aussi utilisées à des fins explicatives. L’identification des cycles de peuplement, des tendances d’évolution et des bifurcations ayant modifié l’empreinte humaine assure le support des conclusions.

Une autre finalité vise l’identification des mécanismes d’adaptation qui ont assuré la survie de ces communautés montagnardes en dépit des profondes transformations subies notamment pendant la période totalitaire (1945-1989). Le  caractère apparemment irrémédiable de ces modifications semble avoir rencontré une forte opposition médiée par les particularités des structures agraires locales, ayant gardé, comme ailleurs dans les Carpates roumaines, la propriété privée et le savoir-faire archaïque.

Les résultats attendus devraient permettre l’élaboration d’un diagnostic nécessaire dans la construction d’une stratégie de développement durable, compatible avec les exigences contemporaines.

La dynamique du peuplement

L’analyse de l’évolution du nombre de la population utilise les enregistrements statistiques effectués depuis 1772, d’abord dans la principauté de Moldavie, ensuite, depuis 1860 dans la Roumanie moderne. Les premiers enregistrements, de type fiscal entre 1772-1845, sont utilisés malgré leurs imprécisions pour identifier les prémisses des évolutions mieux documentés par les recensements modernes dont le premier a été conduit en 1859-1860. L’évolution du réseau de peuplement a été poursuivie en utilisant toute une série de documents cartographiques, dont le plus ancien est la carte du général russe F. G. Bawr, publiée à Amsterdam en 1783, attestant un peuplement assez dense, étalé dans les vallées secondaires. Ceci est en concordance avec le premier enregistrement statistique, fait sous l’occupation de l’armée tsariste en 1772-1774.

Les attestations documentaires sont précoces (dans le contexte historique local) remontant au XIVe siècle. Vers la fin du XVIIIe siècle on pourrait parler d’un système de peuplement assez dense : 23 villages et hameaux, cumulant 4070 habitants, selon les sources statistiques de l’époque (recensement russe de 1774). La densité de la population (10, 3 habitants/km2), était supérieure à la moyenne de la principauté (9,5 habitants/km2) et la région figurait parmi les régions carpatiques densement peuplées vu son rôle d’aire de refuge, depuis le Moyen Âge.

Dans l’évolution démographique de la population on peut distinguer depuis les premiers enregistrements statistiques cinq phases distinctes, correspondant aux grandes transformations socio- économiques et politiques spécifiques aux principautés danubiennes.

1) Une première phase, de quasi-stagnation (figure 2) caractérise la période antérieure à l’Union des principautés danubiennes (1859) quand l’ouverture à l’économie de marché, conséquence du traité d’Andrinople, entraîne une extension du système de peuplement dans les régions basses, steppiques, antérieurement largement exposées aux invasions. Cette stagnation, plutôt singulière en Moldavie, s’explique effectivement par la manifestation d’importants flux de populations vers l’aire extracarpatique.

2) Il s’en suit une phase de croissance rapide, prolongée jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale (1860-1948). Cette expansion rapide, contrastant avec la période antérieure, s’exprime par l’étalement des villages et des hameaux (31 en nombre) sur les versants et dans les vallées secondaires. La population passe de 5 610 habitants en 1845 à 10 178 habitants en 1899 (26 habitants /km2), le contexte ayant évolué, avec une meilleure insertion dans les circuits de l’économie marchande des régions montagneuses du pays. L’exploitation et l’industrialisation primaire du bois, le rôle essentiel de la population locale dans le transport du bois par flottage le long de Bistrița et de Siret, jusqu’au port danubien de Galați a permis la diversification des activités économiques et l’agglomération de la population dans quelques villages (Gura Hangului dénombrait 1360 personnes en 1899 et 1782 en 1941), support d’une concentration des services administratifs assurant les nécessités de base. La diffusion de l’instruction scolaire et la mise en place d’un système d’assistance sanitaire ont développé une urbanisation embryonnaire avec un essor des fonctions tertiaires, à Bicaz surtout.

La première partie du XXe siècle est caractérisée par un ralentissement de la croissance, consécutif aux tendances de concentration de la population dans les villes et le long des voies ferrées. Pourtant la population atteignit 13 522 habitants en 1941. Une concentration rapide autour du confluent de Bistrița et de Bicaz se faisait ressentir, grâce à l’extension du système des voies ferrées. C’est dans cette période qu’apparaîssent les premières idées visant l’aménagement hydrotechnique de la région (l’ingénieur Dimitrie Leonida dans sa thèse de licence soutenue en 1908 à Charlottenburg, près de Berlin). L’intérêt touristique de la région s’est manifesté précocement (après les standards roumains), le massif de Ceahlău attirant l’attention par la construction de l’une des premières cabanes touristiques (Dochia à 1750 m altitude, inaugurée en 1912) et par l’apparition du premier guide touristique en 1931. Cet intérêt fut admirablement décrit par le photographe Adolphe Chevalier (1881-1963), né d’une mère roumaine et d’un père suisse, émigré en 1948 à Lausanne (Prangati, 1999).

Figure 2 : la dynamique de la population – évolution numérique et densité © auteurs

3) La troisième phase s’est déroulée aprés l’instauration du régime totalitaire. Ce dernier avait bouleversé les tendances antérieures par la mise en œuvre des politiques d’aménagement hydro-énergétique depuis 1950. Le barrage construit à Bicaz, au sud de la dépression, dans un secteur étroit de la vallée fut responsable de l’inondation de 20 villages, avec 2291 maisons, concentrant plus de la moitié de la population (23 405 habitants en 1956). Les besoins de main d’oeuvre expliquent cette hausse rapide de la population, dont une grande partie se concentrait aux alentours de la nouvelle ville de Bicaz. Accompagnée par le développement de la cimenterie, industrie à forte consommation énergétique, la politique d’industrialisation voulait transformer les structures économiques locales, dominées par l’agriculture montagnarde et l’exploitation du bois. Le système territorial avait subi une modification complète dont la « victime » fut le village de Hangu (plus de 2000 habitants en 1956), jouant le rôle d’un petit centre d’influence locale, avec un hôpital, un tribunal, une école secondaire, des scieries et même un petit aérodrome. La démolition des maisons a été opérée par les habitants tout comme l’abattage du bois des surfaces qui ont été inondées. Inaugurée en 1951, la nouvelle cathédrale de Hangu fut dynamitée en 1959, ses ruines sont encore visibles pendant les périodes de faible niveau d’eau. Cette transformation profonde des liens territoriaux s’est manifestée dans le contexte d’une remarquable résilience de la population locale, qui a préféré, en grande partie, rester dans la région, malgré la disparition de certaines ressources essentielles (les terrains agricoles et les pâturages de la basse vallée, le flottage, etc.). Une importante partie de ceux déplacés s’est fixée dans la ville de Bicaz et en aval, dans la vallée de Bistrița, autour de Piatra Neamț (Șandru et all, 1960). Un cas particulier a été le groupe de quelque centaines habitants qui a constitué un nouveau village dans la région subcarpatique. C’est ce qui explique la chute massive de la population entre 1956 et 1966 (seulement 16 126 habitants dans cette dernière année). La reconstruction du système de peuplement avait réduit à seulement 20 le nombre de localités, dont neuf disparurent au fond du lac (Dumistrăcel, 1995). Cette diminution du réseau s’est accompagnée de la construction d’une nouvelle route nationale, parallèle au lac, reliant deux importants axes de communication transcarpatiques.

4) La quatrième phase se déroule entre 1966 et 1992, période de stabilité pour la région, la lente décroissance qui s’ensuivit après 1977 étant liée au déclin de la natalité et au solde migratoire négatif (avec des valeurs pourtant largement inférieures à la moyenne nationale). Cette stabilité peut s’expliquer par les possibilités locales de travail dans l’industrie concentrée dans la ville de Bicaz, le développement du tourisme par la création d’une nouvelle station climatique de Durău et l’extension de la base touristique de Izvoru Muntelui, au pied du barrage. Mais l’on peut supposer aussi un fort attachement territorial. Résignée après le drame du déplacement forcé, la population rurale avait trouvé les ressources pour s’adapter au nouveau contexte. La fracture instituée par l’insertion du lac artificiel détruit cependant les relations antérieures, en divisant la région entre la rive gauche et la rive droite. De nouvelles solidarités territoriales se sont mises en place après la diminution du trafic le long du lac, en faveur des voies de communication transversales. Le rôle d’axe de communication de la vallée avait diminué, le flux longitudinal étant remplacé par des flux transversaux, périphériques. L’habitat replié sur les versants et au fond des vallées secondaires connaît pourtant, tout au long du XXe siècle une extension appréciable, signe d’un puissant ancrage territorial. Ce repli avait augmenté l’effet de rupture institué par le blocage survenu après l’inondation de la vallée, la barrière représentée par le lac ayant éliminé la convergence locale en imposant la divergence des flux.

Figure 3 : l’évolution de la distribution altitudinale de la population © auteurs

Cette période connut aussi une transformation des structures administratives, avec la réduction du nombre de localités, à la suite de l’inclusion ou de la disparition. Tout le système de peuplement a été affecté par des transformations massives, dues à l’urbanisation de Bicaz (apparition de quartiers systématisés comme Dodeni) ou à la relocalisation des communautés déplacées sur les versants ou dans les hautes valles ayant échappé à l’inondation. Malgré tout, le nombre d’habitants remonte en 1977 à 17 000 et descend à nouveau à 15 925 en 1992, au dessus des valeurs enregistrées avant la phase de bouleversement.

5) La chute du régime totalitare après 1989 introduit des nouvelles variables réclamant un effort d’adaptation : rétrocessions des forêts dont l’un des principaux bénéficiaires fut l’Église orthodoxe ; exploitation irrationnelle du bois ; désindustrialisation de la ville de Bicaz etc. En même temps, la chute de la vitalité démographique, caractéristique générale des pays ex-communistes, accompagnée d’un vieillissement accentué et de l’immigration de la main d’oeuvre ont constitué les vecteurs d’une vulnérabilité accrue. Ce sont des évolutions caractérisant par ailleurs toute l’aire carpatique roumaine (Muntele, Grozavu, 2016). Cependant, la population a légérement diminué, de 15 295 habitants en 1992 à 13 671 en 2011, diminution ressentie surtout dans la ville de Bicaz. Symbôle de l’industrialisation de la région, les fabriques de ciment de cette ville sont responsables de cette forte diminution. Leur privatisation en 1998 (achetées par le group Heidelberg Ciment), est plutôt controversée (réduction massive de la production, désaffectation de certaines capacités de production, etc). Le chômage qui s’ensuivit arrivait à 14,1% en 2001. La forte émigration temporaire (2032 personnes en 2011, c’est à dire 24% de la population active) avait réduit le chômage à des valeurs en dessous de la moyenne nationale (4,2%) mais a pu avoir des effets contradictoires : menacer l’équilibre du système territorial local ou constituer le vecteur d’une nouvelle dynamique économique inscrite sur l’orbite du développement durable. La principale ressource utilisée reste la forêt (54 % de la surface) suivie par le potentiel agro-pastoral, intensivement utilisé dans le passé (30 % de la surface constituée par les pâturages et les prés de fauche). Le surpaturage fut parfois le vecteur des risques tels les glissements favorisés par le flysch des Monts Stânișoara, diminués pourtant par le déclin massif de l’élevage depuis 1990 (surtout celui du mouton). À côté de la sédimentation du lac, signalée depuis 1975 (Ichim et all.) les risques géomorphologiques sont un défi qu’on ne peut pas négliger, en 1973 le glissement d’un versant situé près du barrage avait détruit une base touristique à peine construite (le Motel Cristina, Surdeanu, 1975). Le tourisme pourrait constituer une ressource aussi importante, étant moins développé par rapport aux autres régions carpatiques, malgré les traditions.

La fragilité d’un système territorial en quête d’un nouveau équilibre

Toutes ces dernières évolutions constituent la preuve d’une fragilisation des aires montagneuses carpatiques dont cette petite région ne peut s’échapper, en dehors d’une réglementation cohèrente de l’utilisation antropique et de plans d’aménagement complexes. Cette fragilité serait aussi une forme de résilience, d’accomodation aux nouvelles exigences du marché global, dont les conséquences se ressentent même dans ces vallées apparemment reculées.

La disparition du régime totalitare a diminué la capacité d’adaptation et les nouveaux acteurs territoriaux agissent plutôt d’une manière divergente dans la gestion des ressources locales.  Ainsi, la métropole de Moldavie, par restitution des terres, est devenue propriétaire de la station de Durău, mais ne dispose pas des moyens et de la volonté d’utiliser complètement son potentiel. Construite depuis  1980 au pied du massif Ceahlău, sur la rive occidentale du lac, autour d’un ancien ermitage orthodoxe (skit), datant du XVIe siècle, qui visait avant 1990 la clientèle provenant de l’ex-URSS, était concernée par des plans d’aménagements typiques au tourisme alpin. La chute du régime communiste a modifié radicalement ce destin. L’Église, redevenue propriétaire des forêts environnantes, s’est plutôt orientée vers l’exploitation du bois, indifférente à l’extension spontanée des résidences secondaires et réticente vis-à-vis du potentiel skiable. Les investissements se sont limités aux nécessités spécifiques, et, pour mieux marquer le territoire un nouveau monastère a été construit sur le sommet Toaca, à 1900 m.

Figure 4 : l’évolution du réseau de communications et de l’habitat entre 1910-2015 © auteurs

Les atouts du nouveau parc national de Ceahlău (8396 ha), crée depuis 2000 et recouvrant une partie importante de la région, en dépit des convoitises des divers acteurs sont loin d’avoir été valorisés et les investisseurs touristiques se replient vers la rive orientale du lac, plus accessible et encore dominée par le système agro-pastoral traditionel dont le déclin s’explique plutôt par la faible rentabilité que par l’absence de potentiel. La qualité de l’environnement et du paysage reste une ressource à exploiter, l’infrastructure obsolète héritée de l’époque communiste n’étant pas réhabilitée dans sa totalité, notamment les cabanes d’altitude et le parc de bateaux assurant l’agrément sur le lac. On ressent aussi l’absence d’un véritable marketing touristique, bien que les éléments nécessaires se trouvent à portée de main. L’infrastructure routière reste problématique (y compris à la suite des glissements de terrain causés par des coupes abusives, récemment restreintes par la loi). On est loin d’une action bien pensée et coordonnée dans la direction d’un nécessaire équilibre entre les ressources locales et l’utilisation anthropique. L’intégration dans l’Union européenne, depuis 2007 est loin d’être mis à son profit, les quelques pensions touristiques construites avec des subventions sont plutôt une rareté et sont concentrées au nord de la région, là ou débouche une des routes traversant les Carpates. La formation récente du groupe d’action locale « Ceahlău », débordant largement la région, en y incluant toutes les communes du département de Neamț situées en milieu montagnard (apparue en 2011 et ayant le siège social à Hangu) peut constituer un nouveau point de départ. La stratégie de ce groupe est ambitieuse, des activités financées par FEADR se développent depuis quelques années.

Conclusions

Le bouleversement profond des structures territoriales de cette petite région se sont manifestées dans le contexte d’une remarquable résilience de la population locale. Ayant préféré rester dans la région, malgré la disparition de certaines ressources essentielles (les terrains agricoles et les pâturages de la basse vallée, le flottage etc.), les communautés locales ont reproduit sur les versants et le long des vallées secondaires l’économie rurale de type montagnard. L’absence de l’agriculture de type coopérative pendant le régime totalitaire (comme partout dans les Carpates roumaines) a eu un rôle positif. L’aménagement d’une route nationale paralléle au nouveau lac, le développement dirigé du tourisme (l’apparition de la station climatique de Durău, la base touristique de Izvoru Muntelui etc.) et les possibilités de travail dans l’industrie développée en aval à Bicaz (cimenterie), expliquent aussi cette capacité de résistance.

Le nouveau bouleversement induit par l’adaptation aux exigences de la transition, malgré ses effets dramatiques (chute des activités industrielles, déclin de l’agriculture traditionnelle, émigration temporaire etc.) ne conduit pas, pour l’instant, à des conséquences extrêmes : la dépopulation de certains villages reste marginale ; l’émigration est de type « aller-retour », fournissant des rémittences capable d’augmenter la qualité de la vie et d’alimenter le développement touristique ; l’esprit d’entreprise est supérieur à la moyenne nationale (près d’un 1000 firmes actives en 2015, sur une population autour de 14 000 habitants), démontrant la même capacité de résilience ; la mise en place des structures de solidarité locale peut augmenter les chances d’identification des atouts de la région, en consonance avec les programmes de développement rural acceptés par l’Union européenne.

Bibliographie
  • Lahovary, Al.G., Brătianu, I.C., Tocilescu, G. (1902), Marele dicționar geografic al României, tomes I-IV, Socec, București.
  • Colescu, L. (1941). Rezultatele recensământului general al populației din 1899. I.C.S. București.
  • Dumistrăcel S. (1995). Sate dispărute, sate amenințate. Editura Institutul European, Iași.
  • Giurescu, C.C. (1957). Principatele Unite la începutul secolului al XIX-lea. Ed.Științifică și Enciclopedică, București.
  • Golopenția, A. (1949). Populația R.P.R. la 25 ianuarie 1948. I.C.S., București.
  • Ichim, I. Rădoane, M., Rădoane, N. Contribution à l’étude de la dynamique de la sédimentation dans le lac de Isvoru Muntelui (Carpathes Orientales). Revue Roumaine de Géologie, Géophysique et Géographie, tome 19, no.2, 1975, n2, p.175-188.
  • Istrati, C. (2010). Condica vistieriei Moldovei la 1803. Editura Univ.”Alexandru Ioan Cuza” Iași
  • Istrati, C. (2011). Catagrafia fiscală a Moldovei din anul 1820. Editura Univ.”Alexandru Ioan Cuza” Iași.
  • Istrati, C. (2009). Catagrafia fiscală a Moldovei din anul 1831. Editura Univ.”Alexandru Ioan Cuza” Iași.
  • Muntele, I., Grozavu, A. (2016). Les Carpates Roumaines entre l’extension du système de peuplement et les défis de l’adaptation aux exigences de la modernité. Revue Roumaine de Géographie, vol.60 (2), p.133-153.
  • Prangati, C.. (1999). Dicționarul oamenilor de seamă din județul Neamț. Crigarux, Piatra-Neamț. Surdeanu V. (1975). Considerații asupra alunecărilor de teren care afectează zona de țărm a lacului Isvoru Muntelui,  Lucrările Stațiunii de Cercetări ”Stejarul”, p. 97-112.
  • Șandru, I., Bojoi, I., Swiszewski, C. (1960). Schimbări în repartiția geografică a centrelor de populație din Valea Bistriței prin formarea lacului de acumulare al hidrocentralei ”V.I.Lenin”, Analele științifice ale Univ. ”Alexandru Ioan Cuza”, tome VI, fasc.4, 1960, p. 479-487.


Citer ce billet
Stéphanie Rouanet (2017, 23 octobre). La dépression de Hangu – dynamique territoriale. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5u