REPRÉSENTER UN ESPACE DE MONTAGNE AUX XVIE ET XVIIE SIÈCLES

Perrine Camus, Doctorante en histoire moderne, Laboratoire LARHRA

Les représentations des territoires de montagne sont un sujet bien étudié pour la fin de l’époque moderne et le début de l’époque contemporaine (Blanchard, 1958 ; Debarbieux & Rudaz, 2013 ; Reichler, 2002 ; Walter, 2004) notamment parce que l’art des paysages et la discipline cartographique ont trouvé leur pleine expansion à partir de l’époque des Lumières puis du romantisme. Cependant, les siècles précédents ne sont pas vierges de toute production iconographique donnant à voir le territoire. C’est pourquoi mes recherches visent à comprendre comment les territoires de montagne sont pensés et représentés visuellement entre la fin du xvie et le début du xviie siècle. Pour cela, les sources iconographiques qui concernent les espaces de montagne, et en particulier les Alpes occidentales, constituent la matière première appréhendée pour ces questionnements. Pour la période qui nous concerne, cela signifie qu’il peut aussi bien s’agir de plans, de dessins, de peintures, d’estampes, et le plus souvent de cartes. Pour chacun de ces types de représentations, les manuscrits et les travaux de première main sont favorisés, puisqu’ils permettent d’approcher au mieux les logiques de leur auteur. Il en est ainsi pour l’œuvre d’un ingénieur géographe, Jean de Beins (1577-1651), qui réalise à partir de 1604, un ensemble de plans, cartes et vues de villes de la province du Dauphiné – région alpine du sud-est de la France – à la demande du roi de France Henri IV. Celui-ci est alors en pleine phase de reconquête de son royaume. Dans ce contexte, faire réaliser des cartes l’aide à mieux prendre possession de l’étendue et des particularités des territoires sur lesquels il règne. Des entreprises de relevés cartographiques sont ainsi engagées dans les provinces qui sont alors les plus problématiques : en Picardie, en Provence, et notamment en Dauphiné.

Les questions qu’un tel sujet soulève concernent la façon dont on donne à voir un territoire de montagne au xvie et xviie siècles : quelles problématiques cela implique-t-il ? Comment le comprendre par l’étude des représentations cartographiques ? La présente communication vise à exposer les conclusions issues d’une étude de cas, mais surtout à faire l’état d’une recherche en cours.

Étudier le rapport des sociétés aux territoires de montagne à l’époque moderne par les représentations cartographiques

Qu’est-ce qu’une carte ? Chacun en a probablement une idée et pourrait répondre à cette question de façon plus ou moins développée. Pour la période qui nous concerne, il s’agit d’une représentation de l’espace qui produit une image du territoire impossible à voir à l’œil nu [voir fig.1]. Plusieurs raisons justifient de travailler à partir de tels documents. En effet, même si les cartes sont des objets très étudiés – d’abord par les géographes puis par les historiens – elles demeurent exploitables pour poser d’autres questions : de quelle façon les sociétés interagissent-elles avec l’espace ? Comment ces dernières se représentent-elles le territoire, le projettent-elles et lui construisent-elles une identité ? C’est ce que de récents travaux tels que ceux d’Étienne Bourdon (2011) ou d’Axelle Chassagnette (2018) ont mis en exergue.

Fig 1 : Jean de Beins, Le Baillage de Greysivaudan et Trieves, 1619, Paris, Bibliothèque nationale de France, DR

Les représentations cartographiques deviennent d’autant plus intéressantes quand on les aborde sous l’angle du concept de paysage, bien étudié par François Walter (2004), qui renvoie à une construction culturelle du territoire et qui implique donc une prise en compte des sensibilités (au sens le plus large du terme). D’une part, cela autorise à ne plus les envisager comme des objets qui permettent simplement d’évaluer les progrès du savoir, des sciences et des techniques. D’autre part, appréhender les représentations cartographiques par la notion de paysage s’avère également pertinent dans la mesure où ce sont deux notions qui se confondent à l’époque moderne, leur distinction étant, en réalité, une dichotomie contemporaine (Bourdon, 2009). En effet, bien qu’elles aient des statuts différents – la carte renvoie à un objet matériel alors que le paysage est un discours – elles possèdent néanmoins des valeurs communes. Toutes deux ont d’abord vocation à figurer l’espace ; ce sont par ailleurs des résultats d’opérations de synthèse qui impliquent d’effectuer des choix et des reconstructions ; enfin, elles donnent du sens à l’espace et ne sont, en ce sens, pas simplement des représentations du territoire. Elles sont aussi des représentations du rapport des sociétés à l’espace. Il est de cette façon possible de chercher différentes dimensions du territoire sélectionnées et retenues sur la carte. Les aspects politiques constituent une partie fondamentale de ce qu’elle présente. Dans la mesure où elle est souvent un objet produit à la demande d’une autorité, les frontières étatiques et administratives, tout comme les places fortes, sont des éléments qui disent l’appartenance politique des espaces représentés. Dans la continuité de cette logique, il existe également des aspects permettant de dire la pratique qui est faite de cet espace : routes, ponts, cols, sont souvent des composants inconditionnels de la carte. En faisant apparaître cours d’eau, montagnes, lacs ou encore espaces cultivés, la carte possède également une dimension environnementale. Enfin, on y retrouve certains lieux emblématiques, des sites remarquables qui permettent de dire la singularité d’un territoire et dotent en ce sens la carte d’une dimension symbolique qui participe de l’utilisation de celle-ci comme outil de construction des identités. A partir de cet exemple, on peut prendre la mesure d’un des avantages de l’utilisation de ces représentations : il n’existe pas encore de normes trop fixes qui régissent l’élaboration de cartes, tel que ce sera le cas à partir du xviiie siècle. L’orientation, l’échelle, les symboles utilisés sont autant de paramètres sur lesquels l’auteur peut influer. Ainsi, une représentation cartographique peut souvent permettre d’en apprendre bien plus que ce que le texte laisse à la compréhension d’un lecteur.

Il existe cependant quelques limites à l’emploi de ces documents. Souvent, il s’agit de regards émanant d’une catégorie bien particulière de la population, soit des individus masculins, militaires, et la plupart du temps travaillant pour une personnalité politique. Il est ainsi d’autant plus utile et nécessaire de les croiser avec d’autres types de sources iconographiques. Par ailleurs, l’hétérogénéité et la dispersion des manuscrits induisent souvent l’anonymat des auteurs, une absence d’information sur le contexte de production, le destinataire et l’intention que sert le document, qui rendent son analyse plus complexe.

Jeu des perspectives, jeu des échelles : le territoire du particulier au général

Quand on s’intéresse à la variété des modes de représentation choisis et utilisés par l’ingénieur géographe, on se rend rapidement compte des avantages qu’apportent des normes cartographiques souples. En effet, trois modes sont employés : le plan, qui concerne principalement les places-fortes et les villes ; la carte particulière avec vue à vol d’oiseau, qui s’applique pour une partie de la province (une vallée généralement) ; et la vue de ville, la plupart du temps choisie pour montrer un espace urbain. Cette division des modes de représentation correspond en fait aux préconisations en matière de dessin de forteresses que développent certains traités d’architecture militaire. Celui de Gabrio Busca – successivement ingénieur du duc de Savoie, architecte royal et ducal de l’État de Milan – en est un bon exemple. Dans son traité, Della espugnazione e difesa delle fortezze publié en 1601 à Turin, on trouve l’explication suivante :

« Sarà dunque il disegno, un’ ordinato, & regolato concetto dell’animo, & una Iddea rappresentata con linee, & angoli. Questa Iddea in tre parti consiste. La prima dicesi pianta, o radice. La seconda elevatione, o alzato. La terza profilo, come a dire in piano in faccio, & da lati »

Les trois modes de représentations présentés correspondent sensiblement à ceux utilisés dans l’œuvre de Jean de Beins. Si un dessin est généralement construit selon un seul mode de représentation, il peut néanmoins combiner deux d’entre eux, voire les trois en une seule et même image. Ainsi en est-il pour le Plan de la Ville de Grenoble, qui joint plan et vue de ville, ou encore pour le Plan topographique des Ville et citadelle de Bourg en Bresse, qui mélange quant à lui plan et vue à vol d’oiseau. L’intérêt de fusionner différents types de représentation est d’exprimer au mieux le propos véhiculé par l’image. Pour Grenoble par exemple, il s’agit à la fois de donner à voir la constitution défensive de la ville dotée de nouveaux remparts en ayant recours à une vue en plan, tout en montrant qu’elle se situe au pied d’une montagne, élément qui contribue à sa défense en la définissant en même temps comme une ville alpine. Grâce à ce jeu des perspectives et des échelles, Jean de Beins réalise quelques années plus tard, en 1617, l’image la plus globalisante d’un territoire qu’il ait réalisé : la Carte generalle de Dauphiné [fig. 2]. Ainsi, à l’issue de ces années de relevés, le résultat obtenu correspond à une mise en visibilité du territoire sous tous ses aspects, à la fois dans sa cohérence d’ensemble ainsi que dans ses détails et ses particularités.

Fig 2 :Jean de Beins, Carte generalle de Dauphiné, 1617, Paris, Bibliothèque nationale de France, DR

Une œuvre de son temps ? Cartes et autres dessins de part et d’autre des Alpes

Cette étude de cas invite à étudier d’autres dessins réalisés à la même époque. On isole en effet généralement ce corpus de cartes en raison de la rareté des ensembles de ce genre qui permettent de voir un territoire, avec un nombre important de dessins et de précisions. Mais il s’insère en réalité dans une dynamique plus large. D’autres relevés sont en effet conçus à la même époque en France. Le travail effectué sous la direction de Jean de Beins s’inscrit donc dans un processus de représentation réalisé à échelle nationale : la commande royale de laquelle résulte l’ensemble cartographique de Jean de Beins a également conduit à la production d’ensembles de cartes pour les provinces de Picardie et de Provence notamment. Bien que ces régions ne soient pas des territoires de montagne, elles restent des cartes intéressantes puisqu’elles permettent de discerner les choix qui relèvent de réflexes communs aux géographes de l’époque, de ceux qui relèvent de stratégies déployées en fonction d’un espace de montagne. Au sein du recueil dans lequel l’œuvre de Jean de Beins est contenue, le point commun entre toutes les régions représentées est l’alternance entre une représentation qui donne une vue générale d’un lieu et une représentation à plus grande échelle.

Par ailleurs, certains éléments présents dans l’œuvre de Jean de Beins existent dans des dessins réalisés par des ingénieurs de la même époque, notamment piémontais. Un plan datant de 1561 de Pignerol, place-forte alpine se trouvant en Piémont, offre une comparaison intéressante. Un peu antérieur à la majorité des autres cartes prises en compte dans cette étude, il est toutefois intéressant de le mettre en regard des représentions issues de l’œuvre de Jean de Beins en ce qui concerne la représentation du relief et la figuration de l’environnement de montagne au sein duquel la place-forte est bâtie. Les dessins de forteresses esquissés plus rapidement peuvent également donner quelques indications sur la sensibilité que les ingénieurs et géographes peuvent avoir au terrain. C’est le cas sur le dessin de la forteresse de Monmorone, où l’auteur fait par exemple des distinctions sur les différentes qualités du rocher sur lequel la place-forte est bâtie [fig.3]. Cela se traduit par une distinction des endroits où l’on peut se permettre de gravir sans échelle par exemple. Des dessins, paraissant un peu plus fantasques au premier abord, peuvent offrir une reconstruction du territoire intéressante à étudier [fig.4]. Une représentation anonyme du Vercors contient en effet beaucoup de distorsions et présente une orientation difficile à définir. Or, elle propose une image des plateaux du Vercors beaucoup plus développée que les localités présentes en fond de vallée, ainsi que certains lieux qui ont vocation à être emblématiques plutôt que des points de repère pratiques. Une logique consistant à montrer le « haut » plutôt que le « bas », peu commune pour les représentations des territoires de montagne du xvie siècle. Ce ne sont que quelques exemples de dessins que l’on peut mobiliser pour tenter de comprendre les similitudes ou différences des techniques, des choix et des préoccupations des contemporains (la plupart du temps ingénieurs et architectes en Piémont, au service du duc de Savoie) de Jean de Beins outre-mont.

fig. 3 : Anonyme, Plan du fort de Monmorone, v.1592, Turin, Archivio di Stato, DR
Anonyme, Carte du Dauphiné et d’une partie de la Savoie, v. 1580-1582, Turin, Archivio di Stato, DR

Conclusion

Grâce à ces différents exemples, on perçoit la diversité des images qui peuvent permettre de comprendre comment les sociétés se représentaient et construisaient leurs espaces de vie. S’intéresser à la représentation des territoires de montagne par l’étude d’une œuvre cartographique comme celle-ci permet plusieurs résultats. D’abord, elle donne la possibilité de cerner les logiques de l’auteur à travers l’analyse d’un ensemble suffisamment important s’apparentant à un programme et permettant de voir les nuances et la complexité de pensée. C’est un prisme pour analyser une relation complexe au territoire, entre considérations pratiques et symboliques. Au-delà, elle permet de tenter de cerner, non seulement les évolutions des territoires de montagne, mais aussi les évolutions des regards portés aux territoires de montagne qui ouvre ainsi à d’autres moyens de comprendre la relation des sociétés à ces territoires.

Bibliographie

Blanchard Raoul, Les Alpes et leur destin, Fayard., Paris, 1958, 282 p.

Bourdon Étienne, Le voyage et la découverte des Alpes. Histoire de la construction d’un savoir (1492 – 1713), Paris, PUPS, 2011, 639 p.

Bourdon Étienne, « Représenter les Alpes à la Renaissance : le paysage dans la carte, la carte dans le paysage », in Voyages et représentations réciproques, 2009, p. 189‑197.

Chassagnette Axelle, Savoir géographique et cartographie dans l’espace germanique protestant (1520-1620), Geneve, Droz, 2018, 620 p.

Debarbieux Bernard et Rudaz Gilles, Les faiseurs de montagne : imaginaires politiques et territorialités (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, CNRS Editions, 2010, 373 p.

Reichler Claude, La découverte des Alpes et la question du paysage, Chêne-Bourg [Suisse] ; Paris, Georg, 2002, 256 p. Walter François, Les figures paysagères de la nation : territoire et paysage en Europe (16e-20e siècle), Paris, EHESS, 2004, 521 p.



Citer ce billet
manueljasse (2019, 10 janvier). REPRÉSENTER UN ESPACE DE MONTAGNE AUX XVIE ET XVIIE SIÈCLES. Les carnets du Labex ITEM. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qo5y