Tous les articles par Stéphanie Rouanet

L’émergence du Fauteuil Tout Terrain en France entre bricolages et innovations : le rôle des pionniers de l’activité

Nathalie Le Roux, Maitre de conférences, Santesih, EA 4614

André Galy, PAST, Chercheur associé Santesih, EA 4614

Eric Perera, Maitre de conférences, Santesih, EA 4614

Résumé 

Le mouvement handisport connaît depuis les années 1980, une diversification de ses pratiques avec l’arrivée progressive des activités physiques de pleine nature (Marcellini et Villoing, 2014). L’accès aux espaces naturels (montagneux, maritimes, aériens) est devenu possible grâce aux progrès technologiques, et à une aspiration plus grande des personnes handicapées à accéder à des espaces réputés inaccessibles. La pratique du fauteuil tout terrain (FTT), apparue en France en 1991, est un exemple d‘activités nées de l’initiative de passionnés qui, après un accident, bricolent « au fond de leur garage » du matériel sportif afin de retrouver les sensations d’une pratique antérieure. A l’image de ce qui a été observé pour le ski « assis » (Le Roux, Haye et Perera 2014), la pratique du FTT est ainsi d’abord restreinte à quelques personnes accidentées devenues tétra ou paraplégiques. L’objet de ce travail est d’interroger l’activité créatrice et de bricolage des pionniers et leur capacité à développer, grâce à leurs réseaux associatifs, politiques et économiques, des innovations de type ascendante (Hillairet, 2012). Pour cela des entretiens de type « histoire de vie » (n= 4) avec les premiers pratiquants de FTT en France ont été réalisés entre janvier et mai 2014.

Introduction

Le mouvement sportif français des personnes handicapées physiques (Handisport) connait depuis les années 1980 de profondes transformations d’un point de vue organisationnel et culturel. Initié en 1954 par la création de l’Association Sportive des Mutilés de France (ASMF) dans une logique de rééducation fonctionnelle et de réadaptation sociale, ce mouvement va progressivement glisser vers un modèle compétitif lui permettant de se rapprocher du système sportif (Ruffié et Ferez 2013). Pourtant, depuis les années 1980, la Fédération Française Handisport (FFH, créée en 1997), s’emploie à intégrer de nouvelles activités physiques, de pleine nature, qui témoignent des nouvelles aspirations des personnes handicapées dans le domaine des loisirs. En 2008, « plus de 40% des licenciés, près de 500 clubs impliqués, et 200 manifestations annuelles, sont tournés vers les sports de nature » (HM, n°132, 2008 : 43). Ces activités de pleine nature, qui trouvent là un élan réaffirmé au sein de la FFH, ont été parmi les premières investies par les acteurs à l’origine de l’ASMF (Ferez et al. 2013). En effet, les personnages clés de l’association fondatrice, Philippe Berthe ou Pierre Volait[1], étaient des skieurs « debouts »[2], et ont fait du ski l’une des pratiques phares du mouvement aux côtés du basket-ball en fauteuil roulant, de la natation, de l’athlétisme ou du tennis de table. Aujourd’hui, avec l’expansion des sports « fun » (Loret 1995), de nouvelles pratiques adaptées voient le jour (ski-assis, voile, canoë-kayak, surf). Ces activités sont développées au sein de centres de rééducation, comme le kayak au centre de Kerpape en Bretagne ou le ski assis au centre de Saint-Hilaire du Touvet à Grenoble, ou sont nées d’initiatives individuelles comme le surf ou le fauteuil tout terrain (FTT). Elles attirent de plus en plus de licenciés. Selon les propos de Cédric Garreau, actuel Directeur Technique National à la FFH, chargé des sports de nature, en plus des 5000 licenciés annuels pour les sports de pleine nature, soit environ un tiers du nombre des licenciés de la FFH (17 025 en 2012), « les APPN représentent 80% des licences temporaires de l’année » (Marcellini et Villoing 2014, 135).

Un premier travail (Le Roux, Haye et Perera, 2014) sur les origines du ski assis, avait mis en évidence la créativité du monde handisport quand il s’agit de « bricoler » du matériel pour permettre l’accès à la pratique de nouvelles catégories de pratiquants. Ainsi, dans le cas du « ski assis » un engin comme le Kartski[3], appelé à l’origine bi-ski[4], prévu à l’origine pour les personnes double amputées mais ayant usage de leurs membres supérieurs, a dû être adapté pour permettre la pratique de personnes ayant des lésions plus hautes (paraplégie, tétraplégie). L’adaptation de ces équipements fut bien souvent le fruit du travail de passionnés bricoleurs, comme Henri Sahuquet[5] dans la région Languedoc Roussillon, se définissant lui-même comme un « Mac Gyver » (Le Roux et. al, 2014 : 115), capables de trouver des solutions au cas par cas, en fonction des déficiences et des capacités des pratiquants, en passant des soirées « à souder et ressouder » les équipements. Ces adaptations bricolées le sont également en fonction des caractéristiques des remontées mécaniques, du lâcher de perche notamment, à l’origine de plusieurs accidents. Sahuquet est par exemple, l’inventeur d’un système de largage avec un tuyau de compresseur qui sera exploité plus tard par Tessier[6].

C’est ce regard porté sur les « bricoleurs » que nous avons souhaité prolonger par l’étude de l’émergence du Fauteuil Tout Terrain (FTT) en France. Apparue en 1991, elle est en effet un exemple de pratiques nées de l’initiative de passionnés qui, après un accident, bricolent « au fond de leur garage »  du matériel sportif afin de retrouver une « pratique d’avant ». Il s’agit donc de se concentrer sur l’activité créatrice de ces pionniers et par conséquent sur la genèse des innovations de type ascendantes (Hillairet, 2012). Il s’agit de saisir comment cette activité créatrice est susceptible d’aboutir à une innovation reprise par des industriels et permettant une participation plus importante. Nous montrerons notamment que c’est également l’inscription des acteurs au sein de réseaux associatif, montagnards, politique et économiques qui sera indispensable à la transformation de la « bricole » en innovation.

Eléments de méthodologie

Nous avons ainsi cherché à mettre au jour l’émergence de la pratique du FTT en France à partir d’entretiens réalisés avec les pionniers de l’activité que sont Jean François Porret (JFP) et Gilles Bouchet (GB), premiers pratiquants de FTT en France.  Nous avons également rencontré Gilbert Marmey (GB), ingénieur mécanique, l’un des premiers à concevoir un FTT électrique en France, et Vincent Bourry (VB) un pratiquant régulier du FTT qui s’implique avec Gilbert Marmey dans le projet innovant d’un FTT électrique. Il a été demandé à ces pionniers de retracer leur histoire personnelle et plus particulièrement la période concernant leur pratique du FTT. Il s’agit, ici, d’effectuer un travail exploratoire de l’histoire du FTT en France à partir de discours « venant d’en bas » (Ferrarotti 1983). Ces entretiens de type « histoire de vie »[7] favorisent ainsi l’émergence d’une « micro-histoire » (Revel 1996) grâce à l’analyse de l’expérience des individus à travers les traces, les discours voire les indices que les acteurs ont laissés. L’analyse proposée ici est centrée sur la question du bricolage pratiqué par ces pionniers. Pour compléter nos données nous avons consulté les revues Handisport Magazine et Handisport Le Mag de 1990 à 2015, en mettant à jour les étapes de l’émergence du FTT en rapport avec le mouvement fédéral handisport.

L’arrivée du FTT en France : « retrouver sa pratique d’avant »

Le FTT apparaît en France à l’été 1990 lorsque Jean-François Porret, atteint d’une tétraplégie, revient des Etats Unis avec un fauteuil « Cobra » afin de pratiquer de la randonnée sportive en montagne. A l’origine, ce fauteuil est conçu par l’américain John Castellano, diplômé du MIT et ingénieur à la NASA, à la fin des années 1980. John Castellano s’est inspiré de la technologie du « mountain bike » et des fauteuils d’athlétisme afin de développer un engin permettant de « combler les limitations (fonctionnelles)  des traditionnels fauteuils (roulant) de ville » (HM n°99, 1999 : 40). Porret était alors ingénieur informatique à Hewlett Packard et travaillait aux Etats-Unis. Passionné de sport de montagne, il est victime d’un accident de parapente en 1989. C’est au cours de son séjour en centre de soins qu’il rencontre Castellano venu faire la démonstration de son nouveau fauteuil.  A son retour en France, un an après son accident, grâce au Cobra offert par ses « copains », il devient le premier pratiquant de FTT en France. Il tentera d’adapter son Cobra en le bricolant afin d’obtenir plus de confort ou d’efficacité sans toujours rencontrer le succès : « Avec un gars ici j’avais essayé de faire des modifications… On voit les restes. J’avais essayé de … pour avoir moins de secousses. De mettre une suspension ici, une articulation suspendue… Il fallait trouver mais on y est pas arrivé ».

Mais le souhait de Porret est de voir se développer la randonnée sportive en FTT en France, qu’il est, pour l’instant, le seul « alien » à pratiquer dans un espace réputé inaccessible aux personnes handicapées. Porret explique vouloir promouvoir une alternative à la logique « compétitive » du FTT qui s’est développée jusqu’alors aux Etats-Unis. Porret propose une « activité plus ludique (…) tournée vers la randonnée sportive et la recherche de l’autonomie en pleine nature » (id.: 41). Il souhaite rapidement revenir à une autre forme de pratique qui se rapproche davantage du trekking : il organise ainsi plusieurs expéditions : en 1991 au nord de l’Espagne dans la Sierra de Guarra, en 1992 dans le massif du Toubkal au Maroc, et même au Tibet en 1993 où, il reste bivouaquer pendant une dizaine de jours dans un camp de base situé à 4400 mètres d’altitude. Le matériel de camping est quant à lui bricolé et adapté de manière à permettre des expéditions (double tente pour lutter contre le vent, matelas pneumatique pour éviter les escarres, combinaison en duvet contre le froid). Ce matériel est testé lors des précédentes expéditions. Il repart depuis quasiment chaque année. Ces « expéditions » représentent véritablement sa vie « d’avant », et constituent ainsi une ultime étape vers une normalité retrouvée.

La Rencontre avec Gilles Bouchet : vers l’innovation matérielle

Bouchet est un « montagnard », atteint d’une paraplégie en 1991 trois ans après Porret à la suite d’un  accident en hélicoptère au sommet du Mont-blanc. Il est alors Directeur adjoint de l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA) depuis 20 ans, et également accompagnateur de moyenne montagne. Passionné de randonnée et de VTT, Gilles Bouchet rencontre, durant sa rééducation, Jean-François Porret et son Cobra qui lui font réaliser « que tout n’est pas foutu », qu’ « il y a encore des choses à faire » et aussi qu’il va « pouvoir fréquenter la montagne, mais autrement ».

Gilles Bouchet se trouve au carrefour d’un réseau de connaissances au sein du milieu sportif et politique, qui lui permettront d’insuffler un nouvel élan au FTT en France. Avec un ami, Bernard Laviolette, conseiller technique départemental dans le département du Rhône, et également spécialiste de l’optimisation du matériel, ils travaillent sur la conception et la fabrication d’équipements sportifs adaptés au handicap moteur pour la montagne. Ils créent et fabriquent, dans un premier temps, une luge de ski de fond « avec des bouts de tube à souder ». Le matériel est ensuite testé, avec « parfois des échecs », sur les sommets de Tignes. Dans la continuité du travail effectué sur la luge, Bouchet et Laviolette s’intéressent au FTT, d’autant que la production du Cobra de Castellano s’arrête en 1995. La question de la fabrication du matériel adapté aux activités de montagne, que ce soit pour le ski assis ou le FTT, est une problématique importante que Bouchet cherche à solutionner. Bernard Laviolette, mobilise l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (INSA), plus précisément des étudiants-ingénieurs ayant le statut de sportif de haut-niveau. Gilles Bouchet se rapproche quant à lui de la section « génie mécanique » de l’IUT d’Annecy, pour concevoir un FTT.

On sort du bricolage « au fond d’une cave, d’un garage » pour développer du matériel plus sophistiqué dans « un atelier d’apprentissage du Lycée Boisard à Vaulx-en-Velin »[8]. Ils créent le « Dahu »[9] inspiré du « Cobra » de Castellano. « On l’a appelé le Dahu parce son nom symbolise « le bancal » (…) à la fois avec la pente, et à la fois avec le Handi. Et puis c’est un animal mythique, aux longueurs de pattes inégales, et que l’on ne voit jamais ». Le Dahu est plus robuste et plus grand que le Cobra. Outre la question de la fabrication, le coût du matériel est également un obstacle à prendre en compte. Le Dahu doit être moins onéreux et donc plus accessible que le Cobra. L’idée étant de fabriquer un FTT « plus facile à faire avec du matériel de vélo standardisé (…) des pièces plus faciles à changer, des soudures plus robustes (…) » (GB). Ils cherchent à développer une filière de production de FTT en France pour répondre à l’absence criante de matériel mais aussi aux problèmes de coût et pour tenter d’assurer une pérennité de production. Ils se mettent en relation avec une entreprise de Chambéry, spécialisée dans le métal « qui tordait des tubes » (GB). Ce choix, d’une entreprise non spécialisée dans le matériel sportif pour personne handicapées est présenté comme stratégique « en gros l’activité handi c’est 10 % de son chiffre d’affaire, de sa boite serrurerie, métallerie et tubes. Ça aussi moi dans l’analyse stratégique je me suis dit 10 % de FTT, ça veut dire en gros que la boite elle vit sur autre chose, il y a de la pérennité pour le service après-vente quoi » (GB).  Ils déposent même un brevet à l’INPI[10] qu’ils cèdent peu après à la société Protéor[11] à Lyon «

Vers une plus grande autonomie des pratiquants ? Le FTT électrique

L’idée du FTT électrique germe lors d’une expédition dans la cordière des Andes au Chili, en 2005. Après un an de préparation, douze personnes dont trois en fauteuils (une tonne de matériel et un médecin), prennent le départ de Grenoble pour atteindre le sommet de l’Altiplano (altitude moyenne de 3300 mètres) couplant durant le séjour FTT et parapente. Parmi eux, Gilbert Marmey, président de l’association « Free Mousse » (impliqué dans l’organisation en tant que valide) et ingénieur à l’IUT de Grenoble. Celui-ci imagine un moyen de palier à l’ascension éprouvante des personnes en fauteuils jusqu’au sommet de l’Altiplano par l’électrique. L’évolution du FTT vers l’électrique, consiste à rendre le plus autonome possible la personne handicapée lors de la progression jusqu’au sommet. Dès 2006, Marmey cherche à placer des moteurs électriques sur les FTT qu’il développe avec des amis en fauteuil ayant participé à l’expédition au Chili. D’un côté, il lance avec Jean-Marc Fonvieille (paraplégique) le projet « Coccinnelle » qui engage des fonds personnels pour une pré-série de douze Fauteuils électriques tout terrain. Ils créent ainsi l’association Coccinnelle-Handi qui développe le premier FTT à quatre roues motrices et à propulsion électrique. La Coccinelle évolue en fonction des avancées techniques du cycle car sa technologie repose sur une base de deux VTT suspendus. Avec Vincent Bourry, passionné de sport de montagne, et ingénieur de formation, qui a « très envie d’avoir un engin motorisé » (G.M.), ils réalisent une petite production d’un engin appelé le « Baroudou » (qui signifie char à foin dans le Trièdes). Ce prototype connaît un succès moindre que la Coccinelle. Comme pour l’apparition du FTT « classique », les pionniers bricolent leur engin pour faire évoluer les roues, les moteurs ainsi que les batteries, et investissent pour cela leurs fonds propres.

A cette période, plusieurs prototypes voient le jour. On trouve, par exemple, le Boma qui est le premier modèle de FTT à propulsion électrique industrialisé par la société Molten Rock et qui sera importé en France par Marconnet Technologie dès 2008. La Coccinelle et le Boma, sont ainsi les premiers engins motorisés permettant de descendre les chemins montagneux mais surtout de les remonter sans assistance. D’autres modèles viendront ensuite compléter la gamme des modèles fauteuils électriques tout terrain : « Mobile Dream » ou le « Buggy-bike » fabriqué et commercialisé par l’entreprise Chaland-Palmieri située en Savoie et le « Quadrix » par l’entreprise Mont Blanc Mobility en Haute Savoie.

On passe donc d’une période de « bricolage » à une période d’industrialisation où les concepteurs entrent en concurrence dans le but de fabriquer un engin commercialisable, sur un marché de niche. Au regret des pionniers du FTT électrique, cette phase d’industrialisation aurait un effet contre-productif. Elle génère de la concurrence entre les fabricants qui ne collaborent plus, freinant la production d’engin « sûr », « fiable » et au « prix juste ». « Après c’est devenu commercial. C’est compliqué quoi. Et après… C’était Protéor et puis il y a eu une autre boite dans le Lyonnais. Ils se sont tirés la bourre et ils se sont neutralisés, finalement il y avait plus rien qui se faisait » (GB).

Avec le FTT électrique, « on change de paradigme » selon Vincent Bourry : « A travers la motorisation et l’assistance, c’est l’autonomie complète ». Les pionniers du FTT comme Porret et Bouchet, en font l’acquisition. Ces engins permettent de se libérer de la dépendance avec les valides, voire de rivaliser avec eux : « Les VTT ont même du mal à suivre » (GM). Cependant, selon les pionniers, le FTT électrique ne peut pas poursuivre les mêmes finalités que pour le FTT « classique ». La logique sportive du FTT n’est pas la « performance » mais la « balade avec la famille et les copains » (VB). Selon Gilles Bouchet, le FTT électrique n’est pas, non plus, adapté aux expéditions. D’abord pour des raisons techniques : « Il est plus lourd, moins fiable (…) l’avantage du Cobra est qu’il y a la mule, on peut se débrouiller des soucis de matériel (…) On peut bricoler le Cobra alors que l’électrique, quand on est en panne, on reste bloqué. » (GB). Avec cette évolution, la logique familiale est davantage mise en avant que celle développée par le FTT classique. Ainsi, l’autonomie qu’offre le FTT électrique transforme la pratique du FTT et ouvre de nouvelles manières de continuer à pratiquer la montagne. Cette autonomie reste toutefois relative puisque l’engin est très lourd, « ne rentre pas dans la maison » (VB), et les chemins de randonnée même s’ils sont nombreux en France à être entretenus et avoir été pensé avec « le gabarit de 500 moutons qui croisent 300 moutons […] ou le passage d’un âne bâté »  (VB) sont encore loin d’être suffisamment accessibles. Beaucoup de travail a en conséquence été réalisé pour penser un fauteuil qui passe le gabarit des chemins et les portes des maisons : « On s’est fait chier ! Et donc on est parti sur 90 et en fait 90 ça passe à peu près partout […] On est parti là-dessus puis après il faut dire que l’on s’est plantés… J’ai réalisé qu’à 1 cm près on pouvait rentrer dans les maisons ! Parce que l’encadrement des portes d’entrée des maisons c’est 90. C’est la norme des maisons… Donc on a fait 89… On a ramené à 89, t’imagine c’est un peu encombrant quand tu fais FTT mais n’empêche que tu peux rentrer. S’il pleut si tu veux rentrer dans ta maison que tu veux passer sur un autre fauteuil… » (VB).

Conclusion

La pratique du FTT s’est développée en France hors du système fédéral, au travers de « passionnés », qui souhaitent prendre leur distance avec « la logique APF, la logique handisport compétitif, structurée » et revendiquent « la pratique plus libre, familiale, avec les copains » qui permet de « fusionner avec la nature ». Opposés au modèle compétitif, ils promeuvent l’empathie avec l’environnement. Dans ce contexte, alors que Jean-François Porret s’attache à cartographier l’ensemble des « spots » permettant la pratique du FTT, Gilles Bouchet lui, en partant du Cobra de Porret et grâce à son réseau, a pris en charge l’aspect matériel et l’encadrement. Associant leurs deux compétences, ils cherchent ainsi à promouvoir une pratique tournée vers la montagne, et l’organisation d’expéditions, mais aussi, plus tard, vers une pratique de type familiale via le développement du FTT électrique. Cette activité va se développer grâce à la collaboration entre ces « passionnés », ces « bricoleurs » et des acteurs fédéraux et politiques locaux, puis avec des industriels. L’innovation technologique associée aux interventions fédérales et politiques va participer à la quête de démocratisation du FTT en France. Tandis que la FFH commence à inclure les sports de nature, dont le FTT, dans ses pratiques de loisirs, des entreprises et des industries, de cycles par exemple, réfléchissent particulièrement à développer des « engins tout-terrains ». Depuis peu, le FTT « électrique » vient compléter la gamme de FTT « manuels » apportant ainsi une nouvelle conception de l’autonomie. Au final, l’industrialisation amorcée à la fin des années 1990, semble, du point de vue des pionniers du moins, avoir cassé la dynamique de la « bricole » et permet de questionner autrement l’autonomie des pratiquants de FTT électrique. Avec moins de possibilité d’adapter le matériel, ces pratiquants, plus nombreux, deviennent pour autant plus dépendants des industriels et de leurs réseaux de distribution. Ainsi nos pionniers bricoleurs ont participé à créer des innovations ascendantes en imaginant des solutions nouvelles par tâtonnement, organisation de tests grandeur nature, essais-erreurs (Musso et al., 2005) par leurs usages et leur inventivité. Le FTT électrique et son industrialisation, semble réduire la capacité à intervenir sur la matière et par là même peut être l’autonomie réelle des pratiquants nouveaux. Comme Crawford (2010) se plait à le rappeler : le gout du travail bien fait et en relation avec la matière du travailleur manuel (et du bricoleur) développe non seulement ses capacités à penser de manière abstraite mais aussi à se libérer des contingences commerciales. La dimension libératrice du bricolage perdue, peut-on s’attendre à ce que les nouveaux pratiquants soient réellement autonomes ?

Bibliographie
  • Crawford, B. M. (2010). L’éloge du carburateur : essai sur le sens et la valeur du travail. Paris : La découverte/Poche.
  • Ferrarotti, F. (1983). Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales. Paris : Librairie des Méridiens.
  • Ferez, S. et Ruffié, S. (2013). Corps, sport, handicap : L’institutionnalisation du             mouvement handisport (1954-2008). Paris : Téraèdre.
  • Hillairet, D. (2012). Créativité et inventivité des utilisateurs-pionniers. Le cas de la communauté des kitesurfers. Revue française de gestion, 4/2012 (N° 223), 91-104.
  • Le Roux, N. Haye, L. et Perera, E. (2014). Les innovations pour le ski handisport et l’accès à la pratique, in Corps, sport, handicaps. Tome 2. Le mouvement handisport au XXIème siècle. Lectures sociologiques. Edited by Marcellini, A. et Villoing, G. (dir.), 141-151. Paris : Téraèdre.
  • Loret, A. (1995). Génération glisse : dans l’eau, l’air, la neige: la révolution du sports des ‘ années fun ’. Paris : Autrement.
  • Marcellini, A. et Villoing, G. (dir.) (2014). Corps, sport, handicaps. Tome 2. Le   mouvement handisport au XXIème siècle. Lectures sociologiques. Paris : Téraèdre.
  • Musso P., Ponthou L., Seuillet E. (2005). Fabriquer le futur : l’imaginaire au service de l’innovation, Paris : Village Mondial.
  • Revel, J. (dir.) (1996). Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris : Gallimard et Le Seuil, coll. Hautes Études.
  • Ruffié, S. et Perera, E. (2013). De l’ASMF à la FSHPF (1963-1967). Des amicales au regroupement fédéral, in Corps, sport, handicaps. L’institutionnalisation du mouvement handisport (1954-2008). Edited by Ruffié, S. et Ferez, S. Paris : Téraèdre

[1] Philippe Berthe a été président de l’Amicale sportive des mutilés de France (ASMF) créée en mai 1954, puis président de la Fédération sportive des handicapés physiques de France (FSHPF) le 10 août 1963 (date de sa reconnaissance officielle) ; Pierre Volait lui succédera en novembre 1966 ‘à la tête de la FSHPF (Ruffié et Perera 2013, 63).

[2] La pratique « debout », possible dans certains cas d’amputation de membres inférieurs, est en opposition au ski « assis », pratique inventée pour des personnes paraplégiques et/ou tétraplégiques.

[3] Introduit en France en 1985 par Marie Claude Pellissier, kinésithérapeute au centre  de l’Association des Paralysés de France (APF) du Chevalon de Voreppe (Isère)

[4] Dans les années 1980 deux modèles existent : le « Dupont » et le « Poirier » noms des deux fabriquants

[5] Amputé fémoral à la suite d’un accident du travail, il se rapproche du club handisport de Béziers pour poursuivre sa pratique du ski.

[6] Concepteur et fabricant de matériel de ski pour personnes handicapées installé en Savoie depuis 1987 et ayant créé son entreprise artisanale en 1995.

[7] Les discours produits lors des entretiens sont signalés dans le corps de l’article entre guillemets et en italique.

[8] Il s’agit d’un lycée professionnel qui lui permet de fabriquer et de pérenniser du matériel accessible sans rentrer dans une logique commerciale (dépôt de brevets).

[9] Le Dahu fait 25 kilogrammes (140 cm x 85cm x 70 cm) contre 20 kilogrammes pour le Cobra (125 cm x 75 cm x 90 cm).

[10] Enveloppe Soleau qui identifie les auteurs d’une création, INPI.

[11] Entreprise Lyonnaise, née en 1913, spécialiste de prothèses.

 

Originalité et dynamique des villages montagneux au Haut Tell Tunisien

Étude du cas des dachras 

Par Hamza AYARI, agrégé et doctorant en géographie, faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, U.R: BiCADE- FLAH- Manouba
Résumé 

La région du Haut Tell occupe la partie méridionale du nord ouest de la Tunisie. Elle se caractérise par des formes d’habitat groupées, le plus souvent dans des villages montagneux. Parmi ces villages se distinguent les dachras qui ont attiré la population depuis l’antiquité grâce à leur situation entre les parcours forestiers et les plaines céréalières. Ils sont dotés de sources karstiques à haut débit sous lesquelles prospère une arboriculture irriguée.

La majorité de ces sites perchés est incapable d’accueillir les services de base programmés par l’État tunisien après son indépendance. Pour cette raison, des noyaux de petits groupements de services sont créés sur les routes, dans les plaines et les fonds des vallées. Au contraire, les dachras accessibles ont connu une extension urbaine et se sont transformés en de véritables villes. Seuls les dachras inaccessibles ont connu une désertification totale.

Les activités autour des dachras ont connu des transformations en parallèle à ces mutations. À ce propos, les modes communautaires d’élevage ont disparu. Les troupeaux sont dominés par les ovins aux dépens des bovins et des caprins. L’arboriculture a connu un recul devant l’extension urbaine dans les dachras accessibles mais a cependant pu résister et s’est même étendue dans les dachras isolés grâce à la création des nouveaux groupements des services et de population en aval. La conservation des éléments d’originalité leur ont octroyé une attractivité pour le tourisme intérieur.

À la suite de la translation de la population des versants environnants, les dachras perchés ont perdu leur rôle de commandement de l’espace local au profit des nouveaux groupements en aval. Par conséquent, un nouvel ordre qui marginalise les dachras apparaît dans la hiérarchie des composants de l’espace local. Continuer la lecture de Originalité et dynamique des villages montagneux au Haut Tell Tunisien 

La dépression de Hangu – dynamique territoriale

Par Ionel Muntele, professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași, chercheur, académie roumaine, filiale de Iași ; Adrian Grozavu , professeur, département de géographie, université Alexandru Ioan Cuza, Iași ; Sandu Alexandra, doctorante, école doctorale de chimie, sciences de la vie et de la terre, université Alexandru Ioan Cuza, Iași
Résumé

L’étude proposée veut déchiffrer les transformations supportées au long des deux derniers siècles par la petite dépression de Hangu (397 km2, en y incluant l’aire montagneuse adjacente) située au coeur des Carpates Orientales, au nord-est de la Roumanie (vallée moyenne de la Bistrița, affluent du Siret).

L’analyse de la dynamique du système de peuplement, à côté d’une revue des changements économiques, sociaux et environnementaux, recherche à mettre en évidence les mécanismes d’adaptation qui ont assuré la survie de ces communautés, en dépit des profondes transformations subies pendant la période totalitaire, irrémédiables en leur substance vu leur caractère volontariste. Refuge d’une population ayant su tirer profit des ressources limitées de la montagne, la région voit son équilibre perturbé, après avoir connu une insertion dans les circuits de l’économie marchande (exploitation du bois, flottage, etc.). Les grands chantiers ouverts par le gouvernement communiste, après 1950, source d’un profond bouleversement des structures territoriales, sont confrontés à une remarquable résilience de la population locale ancrée dans sa matrice séculaire. L’équilibre a été restauré en adaptant au nouveau contexte le système de peuplement. Les nouveaux acteurs issus de la disparition du régime totalitaire s’efforcent d’intégrer la région dans les circuits postmodernes du développement durable (parc naturel, ecotourisme, tourisme culturel, etc.) mais la fragilité induite par l’accomodation aux nouvelles exigences du marché global, dont les conséquences se ressentent même dans ces parages apparemment reculés, laisse ouverte l’esquisse d’une véritable stratégie de développement local.

À moins que cette fragilité soit elle-même une forme de résilience ? Continuer la lecture de La dépression de Hangu – dynamique territoriale 

The Pamir Mountains and geothermal sources of energy

By Saidmir Shomansurov, doctor of biology and plant physiologist, department of potatoes and vegetables, Pamir Experimental Agricultural Station, Tajik Academy of Science, Tajikistan ; and Munira Navruzbekova, doctor of biology and plant physiologist, faculty of biology, Khorog State University, Tajik Ministry of Education, Tajikistan

Some 93% of the territory of Tajikistan is covered by mountains. Even though only a small part of the flat area in the country is suitable for cultivation, agriculture is the main source of income for almost 70% of the population. Most of the agricultural crops that are produced go to household tables, and some of it is sold at local markets, which partly contributes to the country’s food security. One of the largest regions of Tajikistan is the Gorno-Badakhshan Autonomous Region. It contains the majestic, snow-capped Pamir Mountains (or ‘the Pamirs’) that scrape the sky, as well as wide valleys, bone-dry deserts and lakes and rivers filled with clear blue water. For hundreds of years, people have called these mountains – among the highest in the world – the “Poy-e Mehr”. Presumably a translation from Persian, it literally means “the foot of the sun” or “the roof of the world”. Since Soviet times, the Pamir highlands have been known as Gorno-Badakhshan. The Pamirs are known for their drought and cold climate, high intensity of solar insulation and high level of ultraviolet radiation. On average, the region’s sunshine duration is between 2,600 and 3,000 hours per year. The average January temperature up to 2,000 metres above sea level is 8°C, and the average temperature in July is around 25°C. Continuer la lecture de The Pamir Mountains and geothermal sources of energy 

L’opportunité d’un label « Bretagne Sud »

Entre reconnaissance par les acteurs et nécessité d’incertitude

Par1 Vincent Boyer, maître de conférences en droit public, Lab-LEX ; Christine Bougeard-Delfosse, maître de conférences en marketing, LEGO ; Lucile Chartain, post-doctorante en sociologie, PREFics ; Leïla Damak, maître de conférences en marketing, LEGO ; Pascale Ertus, doctorante en marketing, LEGO ; Florence Gourlay, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Géoarchitecture ; Claire Mahéo, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, PREFics ; Clément Marinos, docteur en géographie et aménagement, LEGO.
Résumé

Cet article interroge la pertinence de la labellisation du territoire de Bretagne Sud. Au regard du droit, la « Bretagne Sud » n’a pas d’existence, ce n’est pas un territoire politico-administratif, ni une marque déposée. Pourtant, de nombreux acteurs locaux, entreprises comme institutionnels, s’approprient cette terminologie. Nous proposons les premiers résultats d’un projet en cours visant à analyser les représentations de ce territoire auprès de ses acteurs (particuliers, communes, organisations). La référence à la Bretagne Sud est en effet fréquente : plus de deux cents structures, situées sur les départements de la Loire Atlantique, du Morbihan et du Finistère, utilisent ce vocable dans leur appellation.

L’originalité de l’approche repose sur un travail de terrain à trois dimensions. L’enquête « particuliers » indique que le vocable est principalement utilisé par les résidents du Morbihan. Sa représentation géographique correspond à un continuum littoral entre le Finistère Sud et la Loire Atlantique. La Bretagne Sud se réfère à plusieurs dimensions du territoire : sa topographie, son dynamisme, son attractivité notamment.

L’étude « communes » a permis de dessiner un territoire correspondant à une zone littorale assez claire entre la pointe de Penmarch et la Loire-Atlantique. La question qui se pose est alors celle de la progression rétro-littorale et des franges de la Bretagne Sud.

L’enquête « organisations » a mis en évidence plusieurs fonctions pour le territoire. Il apparaît comme un outil d’identification (notoriété, connotations positives) : il semble surtout que l’appellation « fonctionne » car elle se situe dans un entre-deux (ni trop précise, ni pas assez).

Ces trois études permettent ainsi de dégager des représentations générales associées à la Bretagne Sud. Concernant sa localisation, le territoire se présente paradoxalement comme une évidence géographique, mais aux contours flous. Les résultats intermédiaires de notre étude mettent en avant qu’un processus de labellisation du territoire serait limité, voire réducteur : la force de son usage actuel semble en effet provenir précisément du flottement lié à son absence d’institutionnalisation. Continuer la lecture de L’opportunité d’un label « Bretagne Sud » 

  1. Auteurs membres du programme de recherche pluridisciplinaire IDENSO (IDENtités et SOciétés) de l’université Bretagne Sud - Axe « Territoires » []

Innovation et authenticité à la Vallée Bras-du-Nord

Par Isabelle Falardeau, maîtrise ès sciences géographiques, université Laval (Québec) et Pascale Marcotte, PhD. sociologie, professeure titulaire, département de géographie, université Laval (Québec)
Résumé

L’innovation et l’authenticité sont souvent présentées comme des incontournables en tourisme. Ces concepts peuvent à première vue sembler opposés, le premier réduit à la nouveauté, et le second faisant écho à la tradition au sens large, mais ils ne le sont pas nécessairement d’un point de vue théorique. Comment l’innovation peut-elle être authentique et vice versa ? Et comment l’innovation et l’authenticité sont-elles intégrées dans l’offre des produits touristiques ? Le sujet est étudié ici à travers une étude de cas, celui de la Vallée Bras-du-Nord (Québec). L’étude exploratoire repose sur une approche multi-méthode : analyse de données secondaires, technique de groupe nominal et questionnaire. L’une des contributions de cette étude est d’explorer comment l’innovation et l’authenticité perçues par les touristes sont représentatives des écrits théoriques. Les résultats suggèrent que les caractéristiques générées par les participants au sujet de l’innovation corroborent la littérature, tandis que celles générées au sujet de l’authenticité ne représentent pas aussi fidèlement les écrits. Par exemple, pour l’innovation, les réponses des participants se réfèrent à l’entreprise elle-même, et moins au produit touristique offert par celle-ci. La notion d’authenticité en milieu naturel, elle, est mal servie par les typologies habituelles. En effet, l’authenticité est un concept généralement étudié en contexte culturel, et l’est peu en milieu naturel. Développer un cadre conceptuel plus adapté pour l’analyse de l’authenticité en milieu naturel est une piste de recherche qui pourrait découler de la poursuite de cette étude. Continuer la lecture de Innovation et authenticité à la Vallée Bras-du-Nord 

The territorial labelling of a heritage site in the north-eastern Cape Drakensberg, South Africa

The case of the Linton Cave

By Gavin Heath; Bachelor of Arts, Higher Diploma in Education, Master’s Degree in City and Regional Planning; Geography Education; Lecturer - School of Education, University of KwaZulu-Natal
Abstract

This study shows how the territorial labelling of a specific unofficial heritage site in the north eastern Cape Drakensberg, South Africa contributed to a contested, fragile and obscure national identity, in the form of figures on the nation’s coat of arms.

The methodology analysed the language harnessed by both the South African government and the South African Museum in Cape Town, which houses the excised Linton Panels.  Furthermore, a number of maps were analysed to show how the area was, and still is, neglected and marginalized.

Moreover, a few academic papers were studied.  These papers show not only how the cave was cut into, and the panels excised for transport to the South African Museum, but also how no further significance, or protection, was attached to the extremely noteworthy shelter whence the panels came.

The territorial area today is marked by deep spatial and cultural inequalities (extremely vulnerable communities are living in close proximity), despite half-hearted and incipient measures to revive the area’s economy.  Continuer la lecture de The territorial labelling of a heritage site in the north-eastern Cape Drakensberg, South Africa 

Écologies productives des vallées transfrontalières

Par Roberto Sega, architecte et urbaniste, assistant scientifique et doctorant à l'EPFL, lab-U Laboratory of Urbanism

 

Figure 1. The Alpine “Valley Section”. Les ressources naturelles, les lieux et les circuits de leur exploitation. © Sega

L’aspect central de cette contribution consiste à lier la construction de la ville-territoire alpine avec la structure de l’espace industriel et infrastructurel, en révélant la véritable consistance de la « plateforme productive alpine ». Jusqu’aux années 1970, la grande industrie a été pour les vallées alpines un facteur d’émancipation, un acteur économique qui, souvent encouragé par le public, a modifié radicalement (de façon active et passive) le territoire alpin.

Que reste-t-il de l’industrialisation de la montagne aujourd’hui ? S’agit-il seulement d’une question d’archéologie industrielle ? À travers une étude portant sur deux vallées transfrontalières (la vallée du Rhône et le val d’Ossola) nous essaierons de mettre en évidence la complexe infrastructure productive du territoire alpin et son importance stratégique à la lumière de la troisième révolution industrielle. Continuer la lecture de Écologies productives des vallées transfrontalières 

Du bien commun au commun

Repenser les normes économiques, sociales et politiques pour gouverner la forêt villageoise (Sarmoli, Kumaon, Himalaya indien)

Par Mauve Létang, doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne, UMR Espaces, Natures, Cultures et UPR Centre d’études himalayennes
Résumé

En 1994, un groupe de néoruraux s’est installé dans le village de Sarmoli dans l’Himalaya indien. Leur migration avait pour objectif de « retourner à la terre ». Cette forme d’intervention sur le local fait partie d’un projet politique et idéologique plus large ayant pour objectif de dynamiser l’espace rural et de réinvestir le rapport social aux terres collectives. Leur représentation du monde rural est celle d’une société de l’entraide, du partage des savoirs et des savoir-faire, constituée d’une petite paysannerie fondée sur des exploitations familiales de cultures vivrières et d’artisanat local. Ce mode de vie représente pour ces personnes un patrimoine à protéger et une façon de militer contre le néolibéralisme en dépassant la société capitaliste. Ce dernier vise à s’éloigner de la vie urbaine, de la consommation de masse, à (ré)apprendre à cultiver, à s’intégrer dans des circuits de production plus courts, à manger autrement et revient à mener une critique en pratique de la société capitaliste, voire à réinventer la démocratie. Cet article montre comment ces actrices et acteurs ont reconfiguré le gouvernement des communs villageois, élément central de la vie des habitant-e-s. Alors que les communs correspondaient en premier lieu à un système de ressources géré par une communauté d’utilisatrices et d’utilisateurs, ils deviennent une pratique collective d’auto-institution et d’auto-gouvernement. Pourtant, en ne prenant pas en compte la diversité des inégalités et des disparités au sein de la société villageoise, les actions de ces actrices et acteurs sur le gouvernement des communs ont créés des distinctions sociales et des hiérarchies économiques à Sarmoli. Continuer la lecture de Du bien commun au commun 

De l’objet architectural à la construction d’un territoire

Le cas des stations touristiques d’altitude dans les Alpes franco-italiennes

Par Caterina Franco, doctorante en architecture, laboratoire Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires (MHAevt), ENSA Grenoble, ED 454, Université Grenoble Alpes. Thèse en cotutelle avec le département Architecture, Built environment and Construction, Politecnico di Milano
Résumé

Aujourd’hui les enjeux des territoires de haute montagne mettent en lumière une crise des stations de sports d’hiver dites intégrées (Knafou, 1978) et obligent à réfléchir à une échelle plus large, qui prend en compte le massif et les rapports avec la vallée. Conscients de ces bouleversements, confirmés par l’état des lieux de la recherche dans le domaine économique ou géographique, nous souhaitons développer une relecture de l’histoire des stations en analysant le rapport entre la station et le site sur lequel elle est construite. Nous posons donc l’hypothèse que l’ancrage territorial est une clé de lecture fondamentale pour comprendre la naissance et l’évolution de ces établissements, tout en étant un point de réflexion stratégique pour leur futur développement.

À cette occasion, nous utilisons comme cas d’étude le projet pour le plan d’aménagement des stations du domaine de la Grande Plagne, conçu par l’architecte Michel Bezançon à partir de 1960. Nous nous appuyons sur un travail de recherche mené dans les archives départementales de la Savoie et sur une analyse de documents originaux à travers l’outil cartographique. Continuer la lecture de De l’objet architectural à la construction d’un territoire 

L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale

Enseignements à partir du bien inscrit au patrimoine mondial « les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes

Par Mélanie Duval, chargée de recherches CNRS, géographie ; Ana Brancelj, doctorante en géographie ; Christophe Gauchon, professeur des universités, géographie

Laboratoire EDYTEM / UMR 5204 CNRS / Université Savoie Mont Blanc / ministère de la Culture et de la Communication
Résumé 

En juin 2011, le bien sériel « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Ce bien, réparti entre les six pays alpins, se compose de 111 stations lacustres dont 11 sont situées sur le territoire français. Paradoxalement, alors que cette inscription au patrimoine mondial vient reconnaître et consacrer le statut patrimonial des sites palafittiques, ces derniers restent à la marge des paysages touristiques et patrimoniaux lacustres français. À leur invisibilité physique (des pieux sous l’eau) semble s’ajouter une invisibilité sociale (absence de (re)connaissance sociale). Ce hiatus entre patrimonialisation par désignation et par appropriation (Rautenberg, 2004) est d’autant plus surprenant que l’inscription au patrimoine mondial est bien souvent recherchée par les acteurs territoriaux en raison de ses capacités à servir des enjeux de développement territorial (Gravari-Barbas et Jacquot, 2011 ; Duval et al., sous presse a). Fort de ce contexte, et sur la base de premières recherches exploratoires conduit dans le cadre du projet de recherche « Singulariser les territoires de montagne » du LabEx Item[1], cet article avance de premiers résultats visant à expliciter les freins à l’activation des propriétés labellisantes de l’inscription au patrimoine mondial, en ciblant sur le contexte français. L’identification de ces derniers résulte d’entretiens conduits avec des acteurs ressources courant 2016 et d’un début d’approche comparative à l’échelle de l’arc alpin (Brancelj, 2016). In fine, l’article conclut sur la place des dispositifs de valorisation dans l’articulation des processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation. Continuer la lecture de L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale 

Altitude. Architecture et environnement de haute montagne

Par Estelle Lépine, docteur ès science en architecture, architecte indépendante dans l’atelier Daris Lépine architecte EPF SNC, Le Sentier, ancienne collaboratrice du Laboratoire de construction et de conservation (LCC EPFL), Lausanne

Résumé 

La « démocratisation » de l’alpinisme par des infrastructures toujours plus confortables et une valorisation de l’exploit sportif a engendré une désensibilisation des utilisateurs envers les milieux alpins et modifié les comportements humains. Au cœur de cette étude, c’est la sauvegarde du paysage qui est mise en exergue et étudiée à travers une approche architecturale concentrée sur les cabanes suisses de haute montagne. Cette recherche a pour objectif de démontrer le potentiel de l’architecture à offrir des réponses à la recherche paradoxale d’équilibre entre exploitation et protection du territoire montagnard. En effet, l’évolution des édifices démontre que la pression urbaine, passant par l’aseptisation des espaces au détriment d’une sensibilisation envers un milieu naturel à risques, engendre des conséquences humaines et environnementales. Un retour à une contextualisation territoriale et architecturale accrue des projets, en se réappropriant la marche et en intégrant le paysage ou en définissant un niveau de confort et la qualité des espaces, engendre une perception de la véracité physique d’un territoire jusqu’à influencer les attitudes. Continuer la lecture de Altitude. Architecture et environnement de haute montagne 

Diversification touristique, démarches innovantes et changement social en versant sud des Annapurna. Quelle place pour les femmes ?

Par Pierre Dérioz, maître de conférences HDR en géographie à l’université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD ; Mauve Létang, doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne, UMR ENeC ; Philippe Bachimon, professeur de géographie à l’université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD ; Pranil Upadhayaya, enseignant et chercheur associé en tourisme à l’université de Kathmandu (Népal), Nepal Center for Contemporary Research (NCCR) ; Maud Loireau, géo-agronome, ingénieur de recherches, UMR Espace-Dev 228 IRD (Montpellier) ; Justine Le Noac’h, étudiante, master « Géomatique et conduite de projets territoriaux », université d’Avignon

Résumé

De nombreuses transformations affectent aujourd’hui le système touristique du massif des Annapurna, même s’il reste la première région de trekking du Népal : la diversification des clientèles internationales et des pratiques touristiques va de pair avec le développement du tourisme intérieur, dans un contexte marqué par le déploiement rapide d’un réseau routier qui tend à renforcer le rôle organisateur de la ville de Pokhara. Dans le même temps, une émigration internationale de travail principalement masculine, de grande ampleur et d’intensité croissante, provoque une féminisation marquée des sociétés montagnardes et accélère les phénomènes d’exode rural et de déprise : les jeunes hommes qui émigrent n’aspirent souvent pas à rentrer au village pour y vivre de l’agriculture et préfèrent à leur retour au pays s’installer en ville. Mais dans les secteurs marqués par un développement touristique, ancien ou plus récent, autour de la pratique du trekking – et aujourd’hui d’autres activités de pleine nature (canyoning, parapente), ou simplement de séjour – les revenus issus de cette émigration masculine de longue durée ouvrent aussi des possibilités d’investissement dans les activités touristiques, comme l’hébergement : l’ouverture de homestays (gites chez l’habitant) sur les étapes de treks existants (tour des Annapurna, Annapurna Base Camp) ou émergents (Mardi Himal ou Machhapuchhre Model Trek.) apparaît ici porteuse d’innovation sociale, à travers leur fréquente gestion communautaire à l’échelle du village, mais aussi parce que l’absence des hommes place les femmes en première ligne dans le déploiement et la gestion de ces activités d’accueil (recherches conduites dans le cadre de l’ANR AQAPA). Continuer la lecture de Diversification touristique, démarches innovantes et changement social en versant sud des Annapurna. Quelle place pour les femmes ? 

Une interface innovante de recherche-gestion collaborative sur les risques en espace protégé 

Analyse réflexive du cas du Mont Granier

Par Fabien Hobléa, maître de conférences en géographie, UMR Edytem CNRS-USMB ; Suzanne Barnave, conservatrice de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse ; Bruno Laïly, Office national des forêts, chef du service de Restauration des Terrains en Montagne de Haute-Savoie ; David Amitrano, maître de conférences en sciences de la terre, UMR ISTerre CNRS-UGA ; Jean-Jacques Brun, directeur de recherche IRSTEA Grenoble.

Résumé 

Ce travail réflexif [1] présente, caractérise et interroge une interface chercheurs-gestionnaires inédite et atypique, située dans le registre de la recherche-action-collaborative et constituée en situation d’urgence lors de la récente crise d’instabilité du Mont Granier (formant l’extrémité nord de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse) qui s’est manifestée entre janvier et mai 2016 par une série d’écroulements, suivie de laves torrentielles induites, entraînant la fermeture d’une route départementale pendant plusieurs mois.

Au travers de l’analyse de la mise en place et des caractéristiques de cette interface, il s’agit d’examiner en quoi et comment une situation de crise et d’urgence affectant un socio-géo-écosystème de montagne peut induire une réponse innovante et en quoi l’interface collaborative science-gestion ainsi créée répond aux critères de définition de certaines formes d’innovation. In fine, cette interface, évolutive vers un dispositif plus structurant (projet ORGG : Observatoire des risques gravitaires du mont Granier), alimente les réflexions en cours sur la gestion intégrée des risques naturels (GIRN), en revisitant ou en adaptant les concepts de scène locale de risque, de risk hotspot. Elle permet également d’introduire une large dimension participative pour une gestion croisant la sphère des risques et celle des espaces naturels protégés dans des territoires de montagne dont les spécificités ne sont pas étrangères aux capacités d’innovation des acteurs et dispositifs dédiés à leur gestion. Continuer la lecture de Une interface innovante de recherche-gestion collaborative sur les risques en espace protégé  

Nouveaux usages récréatifs en moyenne montagne et impacts sur la faune sauvage emblématique

Par Clémence Perrin-Malterre, maître de conférences en STAPS, EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc ; Laine Chanteloup, maître de conférences en géographie, GéoLab, Université de Limoges ; et Léna Gruas, diplômée de master « Écologie Humaine », Université de Bordeaux

Résumé

La moyenne montagne est de plus en plus attractive pour les pratiquants de sports de nature, notamment ceux qui sont à la recherche d’espaces peu aménagés. Cette attractivité couplée à une diversification des pratiques sportives et récréatives entraîne une augmentation de la fréquentation des espaces de montagne tout au long de l’année. Cette présence humaine peut avoir des effets négatifs sur le fonctionnement démographique des populations animales. Il apparait alors nécessaire d’étudier les pratiques et comportements des usagers récréatifs du milieu naturel.

Nous présentons ici les résultats d’une étude menée en 2014 et 2015 auprès des pratiquants de randonnée estivale et hivernale (à ski ou en raquettes) dans le parc naturel régional du massif des Bauges. Les résultats montrent une diversité de pratiques et de modes de pratiques au sein du territoire. En hiver et en été, les analyses mettent en évidence plusieurs profils d’usagers récréatifs dont les motifs de pratique diffèrent. L’étude de ces profils permet de mieux connaître et caractériser les sports de nature non organisés et qui connaissent un essor depuis quelques années. Le comportement de ces pratiquants à l’égard de l’environnement montagnard a également été analysé, notamment en ce qui concerne leur connaissance et respect des campagnes de sensibilisation à l’environnement montagnard mises en place par le PNR des Bauges. Cela révèle notamment des enjeux en termes d’information et de communication face à l’augmentation de ce type de pratiques. Continuer la lecture de Nouveaux usages récréatifs en moyenne montagne et impacts sur la faune sauvage emblématique