Tous les articles par labexittem

Expériences du vieillir et enjeux d’action publique en territoires de montagne : une approche au prisme de la notion « d’effets de milieu »

Catherine Gucher, sociologue, MCF HDR, UMR PACTE, UGA

Deux des terrains de recherche investigués entre 2005 et 2012 autour de la problématique du vieillissement dans les espaces ruraux comme chance ou risque de vulnérabilité accrue[1] sont illustratifs de ce que nous admettons a priori comme étant « territoires de montagne »[2] et c’est sur la base des matériaux recueillis ( entretiens de type récit de vie avec des retraités, stages d’observation pour chacun des territoires, et entretiens menés avec des élus et acteurs professionnels) que nous établissons les conclusions présentées ici.

[1] Recherches reprises dans le mémoire d’HDR : Vieillesses différenciées et  » effets de milieu  » : Contribution à une théorie sociologique du vieillissement et de la vieillesse.. Sociologie. Université de Grenoble, 2012

[2] En référence à un ensemble de textes administratifs publiés en 1974 et 1978[1] à la suite du décret initial de juin 1961 qui définissait administrativement la commune montagnarde comme une commune ayant plus de 80% de son territoire à une altitude moyenne supérieure à 700 mètres[2] ou bien ayant des pentes moyennes supérieures à 20 % ou bien encore combinant les deux critères, id est une altitude minimale de 500 mètres et des pentes moyennes de 15 % (directive européenne 75 / 268). (source Observatoire des territoires)

  1. Morphologies physiques et sociales différenciées des territoires de montagne

Les travaux de ruralistes ont permis l’élaboration d’une typologie reflétant la diversité des formes contemporaines de ruralité (Perrier-Cornet, 2002). De même, à côté d’un certain nombre d’invariants qui caractérisent les territoires de montagne, apparaissent d’autres caractéristiques, qui se retrouvent inégalement selon les territoires et qui renvoient principalement aux processus de transformations économiques et socio-culturelles : les rapports entre groupes d’âge, les situation de vie, le rapport entre résidences principales et secondaires, le pourcentage d’emménagement depuis moins de 4 ans, le niveau de diplôme de la population, et la variation du nombre d’habitants.(Exemple de deux communes de Maurienne Avrieux et Valmeinier source INSEE).

  1. La montagne comme « milieu »

Par-delà ces différences, il est possible de mettre en évidence le noyau dur de ce qui constitue la montagne comme « milieu », c’est-à-dire comme « « unité de vie collective constituant un cadre de référence auquel sont associées des images et des pratiques spécifiques » (Grafmeyer, 1991, p. 17).

  • les racines éthiques de la civilisation paysanne.  « un grand attachement au sol natal, une attitude respectueuse à l’égard des anciens usages, une limitation des ambitions personnelles au profit de la famille et de la communauté, une éthique sobre et terrienne » (Redfield cité par Deverre, 2009)
  • le localisme et le familialisme qui fondent les attitudes des habitants de ces lieux, le plus souvent issus de classes populaires et fonctionnent comme « régulateurs de vie et analyseurs d’expériences » (Verret, 1986).
  • La mobilisation au quotidien de ressources d’autochtonie (Rétière, 2003) liées à l’enracinement local qui apparaissent comme nécessaires et suffisantes pour faire face à toutes les épreuves du parcours de vie, et notamment de l’avancée en âge.
  1. Vieillir en montagne : « effets de milieu » vs « effets de trajectoires »

Les sociabilités locales obéissent ainsi généralement au précepte « ensemble c’est tout » et s’organisent autour « des relations passantes », du « faire ensemble » et « du collectif partagé » (Gucher, 2007). Les personnes natives qui s’inscrivent sans interruption depuis l’enfance dans ce milieu, composent avec l’ensemble des contraintes, des apports et des influences, exercées par cet environnement géographique, politique, social et culturel, et leurs modes d’existence s’en trouvent façonnés. Pour les autres groupes de population vieillissante – « les installés » sur le tard, généralement d’origine urbaine, arrivés au moment du passage à la retraite après une période de séjours intermittents dans une résidence secondaire et les « revenus au pays », originaires du lieu mais qui s’en sont éloignés pendant une partie signifiante de leur vie professionnelle- , des phénomènes d’acculturation sont observables. Les installés sur le tard, adoptent peu à peu, par stratégie, des comportements relationnels et d’engagements conformes aux règles de sociabilité locale, tout en préservant cependant, des formes de sociabilité à distance, rattachées à leur vie urbaine antérieure.

Ainsi, malgré les caractéristiques distinctes des groupes de population âgée, les « effets de milieu » homogénéisent les manières de vivre et de penser la vieillesse à l’échelle des territoires de montagne (Gucher, 2014). Toutefois, ils s’exercent différemment sur les groupes d’individus âgés, en fonction de leurs trajectoires sociales et résidentielles antérieures, et conduisent à des dynamiques d’hybridation culturelle et sociale.                      

  1. Le milieu : enjeu et levier d’action publique

De même, les « effets de milieu » influent sur les modalités de l’action publique locale. C’est autour du paradigme du « territoire identitaire » (Guérin-Pace, 2006), que peut s’initier une action publique qui se détache des modèles médico-sociaux de prise en charge de la vieillesse pour faire place à des modèles intégrateurs, adaptatifs et aménagistes, qui reposent sur une approche transversale et dynamique des âges de la vie et considèrent le vieillissement comme un processus au long cours, au cœur des dynamiques interactionnelles des populations et du territoire et porteur de ressources pour le territoire (Gucher, 2015).

Pour conclure, la dynamique des « effets de milieu » que nous avons mis en évidence dans certains territoires ruraux et plus spécifiquement dans les milieux de montagne, contribue à soutenir les processus de vieillissement dans une perspective forte d’intégration locale et d’insertion sociale. Par ailleurs, la dimension mémorielle portée par les plus âgés des habitants de ces territoires de montagne, apparaît comme un support possible de transition douce dans des perspectives de transformation économique et sociale.

Bibliographie
Deverre Christian, 2009, « Robert Redfield et l’invention des « sociétés paysannes » », Études rurales, n°183, pp. 41-50.

Grafmeyer Yves, 1991, Habiter Lyon : milieux et quartiers du centre-ville. Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 272 p.

Gucher Catherine, 2015, « Politiques publiques et parcours de fin de vie: reconfigurations, dynamiques paradoxales et art combinatoire », International Review of Sociology, vol. 25, n°3, pp.502-517

Gucher Catherine, Mallon Isabelle, Roussel Véronique , 2007, Vieillir en milieu rural : Chance ou risque de vulnérabilité accrue ?halshs-00371194

Gucher Catherine, 2014, « Vieillissement dans les espaces ruraux en France et « effets de milieu » : enjeux humains et territoriaux des mutations démographiques », Cahiers québécois de démographie, Montréal : Association des démographes du Québec, vol. 43, n°1, pp.103-131

Guerin-Pace France, 2006, « Sentiments d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace Géographique, Tome 36, n°4, pp.298-309.

Perrier-Cornet Philippe (dir.), 2002, Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube/Datar, coll. Bibliothèque des territoires, 279 p.

Redfield, 2005

Retière Jean-Noël, 2003, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n°63, pp.121-143.

Verret Michel, 1986, La culture ouvrière, Saint Sébastien, ACL éditions/Société Crocus, 300 p.

Rural ageing and social exclusion in farm resource dependent communities : the Irish experiences

Kieran Walsh, Professor of Ageing and Public Policy and Director of the Irish Centre for Social Gerontology at the National University of Ireland Galway.

Eamon O’Shea, Professor in Economics and Director of the Centre for Economic & Social Research on Dementia, at the National University of Ireland Galway.

Thomas Scharf, Professor of Social Gerontology at the Institute of Health & Society, and the Newcastle University Institute for Ageing at Newcastle University.

Introduction
Currently, our understanding of social exclusion and how it affects the lives of older people in diverse rural settings is poorly developed and based primarily on anecdotal and fragmented evidence. We have little knowledge of how age, the life-course and place – individually and in combination – impact on the potential for rural-dwelling older people to experience exclusion in later life. Nor do we have insight into how older people conceptualise, react to and deal with exclusion, or how communities view advantage and disadvantage in later life. How the relationship between older people and their communities influences the experience of social exclusion in rural areas is also largely unknown (Skinner and Winterton 2017; Scharf et al. 2016). Arising from such knowledge deficits, we cannot be sure if being older and living in rural communities increases or decreases the potential for exclusion in later life, nor whether rural places are good or bad places in which to grow old.

Aim of the study
Our study (Walsh, O’Schea, Scharf, 2012)[1] explored how age and rurality combine over the life-course to impact on the likelihood of exclusion in later life from material resources, social relations, and services in contrasting rural contexts (i.e. village rural, dispersed rural, island rural, remote rural and near-urban rural).

Methods
A qualitative approach was used to generate information on ageing in 10 different communities across Ireland and Northern Ireland (see figure 1). A community in each jurisdiction represented one of the five different kinds of rural communities: island, remote, dispersed, village and near-urban. The research involved two work strands:

  • Community Consultations: A focus group was organised with community stakeholders in each of the 10 study sites. The purpose of these consultations was to gather the views of local stakeholders on ageing and social exclusion in their community. In all, 62 stakeholders from the voluntary, private and public sectors took part in these consultation events.
  • Face-to-Face Interviews: The main body of work for this study involved 106 in-depth semi-structured interviews with older people across the 10 communities. The purpose of these interviews was to elicit the experiences of a diverse group of rural- dwelling older people, with a focus on exclusion, inclusion and participation. The sample included 49 men and 57 women, ranging in age from 59 to 93 years. The sample included sub-groups of older people regarded as being at particular risk of social exclusion, such as those aged 80 years and over; older people living alone; and those with a disability or a chronic ill-health condition.

Figure 1 : Map of location of case studies.

Case studies :

  • Island
  1. Rathlin: Island with Scots-Irish heritage (32.6% of 60+)
  2. Inishbofin: Non-gaeltacht island – west coast(16.5% of 65+)
  • Remote
  1. Garrison: West Fermanagh village (23.9% of 60+)
  2. Dromid: South Kerry gaeltacht village (13.3% of 65+)
  • Dispersed
  1. Finnis: Down junction hamlet (21.3% of 60+)
  2. Coomhola Valley: West cork valley (14.7% of 65+)
  • Near-urban
  1. Donemana: Derry city regional community (19.8% of 60+)
  2. Rosemount: Central Ireland village (11.2% of 65+)
  • Village
  1. Upperchurch: Tipperary accessible village (19.1% of 60+)
  2. Clough: Down accessible village (14.2% of 65+)

Domains of Social Exclusion
Social exclusion emerged as a multidimensional construct for older people in general (Walsh, Scharf, Keating, 2017) and more particularly in rural areas. From the interviews with older people, it was possible to identify five domains of social exclusion in the lives of rural-dwelling older people. These included:

  1. Social connections and social resources: Opportunities for social connectedness and supportive relationships.

Participants suggested that rural communities tended to offer most help in times of immediate crisis. This was particularly true when somebody from the locality died. Indeed some participants referenced well-attended funerals and the assistance given to families after bereavement as an indicator of the strength of the community:

If there’s a problem, people will come and give help, no problem…if somebody dies, you might say that all the neighbours gather around them and they’re looked after. The relatives and all. It’s just one of those things. They’d attend wakes. (Stakeholder – Donemana)

  1. Services: Access to health and social care, and general services and infrastructure.

Even though geographically isolated and more sparsely populated sites had a tendency to be underserved (particularly in Ireland), the relationship between place and service infrastructure was for many participants a relative one. People found ways around deficiencies in service provision, viewing weaknesses in services provision as a minor irritant that had to be overcome rather than endured.

Oh, the services are ok… And you can always go to town. If there’s an emergency or anything like that you get a helicopter… Oh there would be things that you might have to send to the mainland for alright but that’s not a problem either, [not] like it used to be… You can ring instead of going out there… And that makes a big difference. (Male participant – K03)

  1. Transport and mobility: Access to private transport and public rural transport schemes.

The importance of private transport as an economic and social link for older people within rural communities cannot be underestimated. In particular, the car was viewed as being indispensable in maintaining a sense of independence and social connection.

If I can’t drive it’s very awkward, you know. We’re two miles out. (Female participant – S01)

The car, however, was not only a necessity, but a symbol of independence for many participants. The association of the car with autonomy and self-sufficiency, indeed, is typical. ‘Doing things for oneself’ was highly valued among participants and the capacity to drive was critical to some people’s ability to maintain that independence.

Many of the difficulties associated with exclusion are framed in the context of a deficient public transport system. Where public transport is available in rural areas, connections are often bad, thus further augmenting feelings of remoteness from friends and family:

If you hadn’t a car, well you would use the bus, but like I can go different places in the car that I couldn’t go on a bus. Now, for instance, I go down to my sister-in-law in Portstewart…where to get a bus would mean you have to get a bus… to Derry and from Derry to Coleraine and from Coleraine out to Portstewart. (Female participant – C02)

  1. Safety, security and crime: Feeling safe and secure in one’s home and community.

Discussions on this topic were often initiated through discussions on the closure of local police stations. Feeling safe in one’s own home and in one’s own community was highly valued. Living in a safe environment was considered to provide both a personal and social confidence with respect to a person’s surroundings. Perceptions and experiences of safety, security and crime were often a reason for continuing to live in an area or, in extreme cases, for considering moving.

Fortunately, the vast majority of participants felt safe and secure within their own homes and in their communities. However, issues surrounding crime in the community arose among a number of participants, with one woman commenting:

Do [I] feel safe and secure living here? Yes, but not as much as I did, I think. Yeah, there’s a lot you know more talk you’d feel about break-ins and all that, you know. That I’d be warier now about doors locked and having my key where I’d be wanting to have it and if there was anything happened to get out and…you know, all that, where it never entered my head before. You never know like in the times there are. (Female participant – K03)

Despite a number of crime-related incidences reported in this study, it would be incorrect to say that a culture of fear pervaded in the communities participating in the study. Many participants in each of the sites talked about how safe they felt in their communities:

Still a great community, it’s still great and we still don’t lock our houses, we don’t lock the door, well I don’t anyway. I feel safe, very safe. (Female participant – C04)

  1. Income and financial resources: Having sufficient income and the capacity to budget.

Wealth and financial resources emerged as an important domain when considering age-related exclusion. A large number of participants relied solely on state contributory and non-contributory old age pensions. Having money and the capacity for consumption was essential for many aspects of life, including social connection, health, transport and access to services.   People’s own expectations, past and future, in relation to living standards were critical in determining their perceptions of relative exclusion in this domain.

Mind you I’m from a generation, I mean I was born in 1937 so I’m from a generation who, although I didn’t suffer poverty, there was plenty of poverty ’round about me you see. I don’t think the younger generation are frightened of debt. I don’t think they have any fear of being in debt, but my generation you would never be in debt, you would do without rather than getting into debt, the young people nowadays they just flash the credit card. (Male participant – K06)

Older people could be excluded in one or multiple domains, or indeed not excluded in any of the domains. There are complex linkages between each of these domains that determine the nature and depth of exclusion experienced by older people living in rural communities. Thus, the different areas under each domain may represent an outcome of exclusion, or a component in a process of exclusion, e.g. lack of financial resources limiting social participation. The findings support previous work on social exclusion and ageing for non-rural settings. However, there are nuanced patterns and relationships that are particularly evident in rural settings, such as changes in rural socialisation, geographic location and distances, and weak service infrastructure.

Mediating Influences on Social Exclusion
Reflecting the complexity of individual lives in rural communities, the interviews with older people demonstrated that there are particular overlapping and interconnecting factors that influence whether a person is more or less likely to be excluded across the various domains. It is how these factors combine and interconnect in an older person’s life that shapes the potential for older people to be excluded in their rural communities. These factors, which stem from individual and rural diversity, include:

  1. Individual capacities: Personal agency and sense of independence; coping and adaptive capacity; and the ability for risk management.

Some individuals appeared to be more aware of their life-course and personal context, and as a consequence were accepting, but not in a fatalistic way, of their future life trajectories. In essence, although a number of people acknowledged that life was far from perfect, there was a palpable sense of contentment with life and recognition of the importance of living in and for the present moment. This is illustrated by one older man who reflected on his life in his rural community:

You were better off to be struggling away with life… Well, ’tis my life. ’Tis, quite natural to me. So far, thank God, I’ve my own boss [wife]… Well now, I have ould angina and I don’t know what road that’s going to take. But yerrah, I have various old thing-a-majigs, but I takes no notice of them. I’m managing away. There’s nothing serious and… I know that we have problems and various things but, I don’t live thinking like that, unless ’tis happening [laughs]. (Male participant – K10)

  1. Life-course trajectories: Life-course transitions and trajectories including bereavement; health and functional independence (also related to having to stop driving); and ageing.

Examining the experiences of the participants pointed to the importance of the life-course in understanding cumulative disadvantage and exclusion. Moreover, events within an individual’s life-course, and in particular the transitions that a person experienced, had a strong influence over their exclusion or inclusion, both in the past and in later life. While recognising that such life experiences can help to develop resilience and an adaptive ability in the long term, major life events can also impact negatively on psychological and physical well-being in later life and a person’s capacity to remain included in society.

Some participants, typically older women, spoke about the death of a child. For these interviewees there was a clear sense of loss and psychological longing. There appeared to be an emotional void within their lives that impacted on their long term sense of well-being and, to an extent, on their sense of purpose in life. These feelings were certainly intensified for those who had lost more than one child:

I do miss my daughter. I’ll always miss my daughter. No matter what the world says, I’ll always think of poor [daughter’s name]. [Son’s name] I don’t think too much of, he was only 11 months. But I know his death when he died at 11 months was a big shock to me. And of course my first child was my very first, and you’re so looking forward to your first baby. To find that it had died at birth, that’s not a very pleasant thing to happen. So what can you do? Life is hard. (Female participant – K02)

  1. Place and community characteristics: Geographic and natural elements; people in the community and community cohesion; and attachment and belonging.

Place, as an embodiment of a geographic location and a community of people, was a pervasive dimension of the lived experiences of interviewees. People generally liked where they were living and had strong attachments to people and places. These attachments could help mitigate or compensate for some of the dimensions of exclusion.

For some participants, the influx of new residents was considered to impact on community connectedness. Although these individuals were technically living in the area, they were not always well known and remained outside the traditional community structures. In some cases people stated that new residents typically did not get involved in the community. In other cases, however, interviewees recognised that new residents can sometimes invigorate a community, but can also dilute the cohesive elements of a place. This was thought to be particularly true in smaller areas:

…it was like a very close community. Perhaps now with a lot of extra new people, of course it’s not as close…it’s good that they come in because you need them to come in, and it’s good because it broadens the community a little bit and it brings new ideas and things. But it loses that closeness, that friendliness, it definitely does. (Female participant – C04)

A number of older farmers spoke about the land that surrounded their homestead and that they worked all their lives. From their descriptions of farming or tending the livestock, it was clear that for them there was a contentment and emotional comfort in still being around and involved in the land. This was underlined by an attachment to the nature of work and a sense of pride in achieving a livelihood from farming. It was also evident that for a number of participants there was a therapeutic benefit to this way of life:

If I was there now of a Sunday I’d go home from mass and I’d have things done and…I’d go off through the fields. I could travel, God I could walk miles down through everyone’s nice fields you know and places that you were when you were a gossan [boy]… If you just go out on the field and a cow is after having a calf and you see him racing around the field and everything good. It’s, it’s a great lift to anyone. (Male participant – A04)

  1. Macro-economic forces: Emigration and migration; changing economic production within rural areas; depletion of social services and social meeting points; and the impact of the economic recession on communities and their residents.

The macro-economic forces can be summarized in the long term decline of industry. In Ireland, in 1926, primary sector counts for 32% of GDP and 54% of employment (Haughton, 2000) ; in 1973 fo 18% of GDP and 25% of employment ; and in 2009, for 2.4% of GDP and 5% of employment (Hynes and Hennessy, 2012; Kearney, 2010). How is such a factual reality translated in lived experienced?

It was clear from the interviews with older participants that the macro-economic context at the jurisdictional level influenced the potential for age-related exclusion in rural communities. These macro-level factors, which in many cases reflect broader global trends and patterns, shape the context of the case-study sites themselves at the meso-level, and in turn impact on the lives of older people at the micro-level.

The most influential macro-level factors concerned changes in the economic structure of rural areas, most notably the declining importance of agriculture and the increasing importance of towns and cities to the economic well-being of all citizens. The majority of older participants were aware of how broad economic and social trends were affecting rural places and the residents who lived in those places.

See farming changed completely. Is one of the things, that there’s very, very few full-time farmers so, as a result, the place is nearly empty by day d’ya know. There’s very few except the slow fellas like myself knocking around. (Male participant – E07)

Interviewees from several sites highlighted the rising rates of unemployment in their communities. These participants felt that job losses, particularly for those who worked in the construction sector, were damaging the fabric of rural communities. People described how emigration was affecting local organisations and community groups. In addition, people were conscious of the fact that not only would the population fall in number but that the community would lose some of its vibrancy and cohesion:

Oh God. One thing was if we could see this recession lift a bit is one of the things… It’s impacting on the [GAA] club, it’s impacting on the population because people now with the qualifications are having to leave. (Male participant – E02)

Concluding Remarks
The findings confirmed the existence of key domains of exclusion for older people in rural Ireland and Northern Ireland. Aside from developing a cross-border understanding of age-related rural social exclusion, this is an important contribution to the international literature because of the limited empirical and conceptual work on rurality and exclusion among older people. More importantly though, the research has demonstrated the influence of mediating factors, surrounding individual and rural diversity, on the exclusionary experiences of rural-dwelling older people across the various domains of exclusion. This represents an original contribution to international knowledge on rural ageing, which helps to enhance the explanatory power of domain-based exclusionary frameworks. In conclusion, age-related rural social exclusion emerged as both multidimensional, in terms of domains, and multi-layered, in terms of the relationship between potential mediating influences and domains.

Today, these knowledge takes part in a broader exploration of various factors, domains and mediators of social exclusion and old age (Walsh, Scharf, Keating, 2017). Today, through the EU COST ROSEnet network (http://rosenetcost.com/), European researchers and stakeholders explore those relations into five domains: economic exclusion, social relations exclusion, services exclusion, civic exclusion and community and spatial exclusion.

References
Haughton, J. (2000) The historical background, In: O’Hagen, J. W. ed. The economy of Ireland: Policy and performance of a European region, 2-49, Gill & MacMillan.

Hynes, S. and Hennessy, T. (2012) Agriculture, Fisheries and Food in the Irish Economy, The World Economy, 35(10): 1340-1358.

Kearney B (2010) The Past, Present and Future of Irish Agriculture, IIEA roundtable meeting working paper: http://www.iiea.com/events/the-past-present-and-future-of-irish-agriculture.

Scharf T, Walsh K, O’Shea E (2016) Ageing in rural places. In: Mark Shucksmith and David Brown (eds.), International Handbook of Rural Studies. Routledge: London & New York.

Skinner M and Winterton R (2017) Interrogating the contested spaces of rural aging: Implications for research, policy, and practice. The Gerontologist, 58, 1, 15–25.

Walsh, K., Scharf, T., & Keating, N. (2017). Social exclusion of older persons: a scoping review and conceptual framework. European Journal of Ageing, 14(1), 81–98. https://doi.org/10.1007/s10433-016-0398-8

Walsh, K., O Shea, E., Scharf, T. (2012) Social Exclusion and Ageing in Diverse Rural Communities: Findings from a cross-border study in Ireland and Northern Ireland. Irish Centre for Social Gerontology.

[1] This paper is inspired by our collective study. The complete study is available here : https://aran.library.nuigalway.ie/handle/10379/3254

Food-ability et vieillissement : une première approche dans les territoires de ville et de montagne en Lombardie

Luca Daconto, Post-Doctorant, Département de Sociologie et de Recherche Sociale, Université de Milan Bicocca, luca.daconto@unimib.it.

Introduction : Alimentation, bien-être et vieillissement
L’alimentation est un élément essentiel du bien-être et de la qualité de vie des individus. Fondamentale pour apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’organisme, une alimentation saine représente aussi la condition pour prévenir et contenir l’apparition des maladies et des dysfonctionnements physiques (WHO et FAO, 2003). Comme la sociologie et l’anthropologie l’ont depuis longtemps souligné en étudiant les dimensions sociales et culturelles associées à sa consommation (McIntosh, 1996 ; Albala, 2014), la nourriture est également un moyen de sociabilité et de définition de l’identité individuelle et collective.

L’alimentation et les activités liées pourraient donc être définies comme des ressources ou opportunités (Dijst et Kwan, 2005), dont il faut assurer l’accès pour permettre aux individus de satisfaire, les besoins de base tels que l’apport d’énergie suffisante pour la subsistance de l’organisme, et ceux plus complexes associés aux besoins d’identité, relation et participation sociale.

Si cela vaut à chaque étape du cycle de vie, la question de l’accès à des aliments sains devient très importante pour la population âgée (Johnson et al., 2011), étant un élément clé pour favoriser un vieillissement actif et en bonne santé (WHO, 2002). Les personnes âgées, en particulier de 75 ans et plus, sont considérées comme une population parmi les plus vulnérables pour l’accès à la nourriture, en raison de la perte progressive d’autonomie associée aux processus de vieillissement et des difficultés à mener des activités quotidiennes, telles que se déplacer et se nourrir.

Dans ce cadre, l’article vise à mettre en évidence les différences entre territoires de ville et de montagne en termes d’accessibilité à la nourriture des personnes âgées. En premier lieu, les différentes composantes de l’accessibilité seront analysées à travers le concept de food-ability (Armstrong et al., 2009). Ensuite, il sera proposé un premier encadrement de conditions d’accès des territoires de ville et de montagne à travers l’application du concept de food-ability en Lombardie (Italie). En conclusion, l’attention sera portée sur le rôle que le territoire et les politiques publiques ont pour améliorer le food-ability des personnes âgées.

Food-ability : un outil pour évaluer l’accessibilité à la nourriture
L’accès à la “ressource” nourriture peut être synthétiquement défini comme la capacité des individus à se procurer, à tout moment, une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires. La possibilité d’accéder aux opportunités alimentaires est influencée par un ensemble de facteurs environnementaux et individuels interconnectés. Armstrong et al. (2009) identifient cinq variables principales qui contribuent à définir cette capacité, qu’ils appellent food-ability :

  1. la disponibilité, ou la présence dans le système alimentaire d’une variété suffisante d’aliments nécessaires pour répondre aux besoins nutritionnels des consommateurs
  2. l’accessibilité, c’est à dire la capacité des individus à atteindre, en temps appropriés, les lieux où les ressources alimentaires sont localisées ;
  3. l’abordabilité, lié au rapport entre prix de vente et le pouvoir d’achat du consommateur ;
  4. la conscience (awareness), c’est-à-dire l’ensemble de savoir et compétences nécessaires pour localiser, acheter, cuisiner et consommer les aliments ;
  5. la pertinence (appropriateness), ou la capacité de l’offre disponible à satisfaire les préférences de groupes spécifiques (ex. religion, végétalien, etc.).

La littérature sur le sujet a souligné les effets négatifs, surtout en termes de malnutrition et inégalités sociales, liés au food desert (Walker, Keane et Burke, 2010) ou désert alimentaire, c’est-à-dire des zones, souvent rurales, de montagne, périurbaines ou “pauvres”, caractérisées par une plus faible accessibilité spatiale aux opportunités alimentaires.

Progressivement, l’attention s’est déplacée vers la question de l’accessibilité économique, puisque même la présence des ressources alimentaires peut se transformer en un food mirage (Donald, 2013) ou mirage alimentaire, si l’on ne dispose pas de ressources financières suffisantes pour se procurer des aliments sains.

En général, la métaphore du mirage alimentaire pourrait être utilisée pour mettre en évidence l’influence des facteurs qui entraînent la capacité à avoir accès à des aliments sains même dans une condition d’un bon niveau de proximité spatiale de l’offre alimentaire. À cet égard, le vieillissement, c’est-à-dire le processus universel, progressif, endogène et dégénératif (Henrad, 2007) qui progressivement limite l’autonomie des personnes, leur motilité (Kaufmann, 2002) et potentiel socio-relationnel et économique, peut s’associer à des contraintes sur l’accès à la nourriture.

Dans le prochain paragraphe, les conditions d’accès à la nourriture présentes dans les contextes urbains et montagnards seront encadrées à partir de différents travaux menés en Lombardie (Italie), afin de mettre en évidence l’influence du territoire sur la food-ability des personnes âgées, c’est-à-dire sur leur capacité à atteindre et profiter des aliments sains.

Le rôle du territoire : la food-ability dans les contextes urbains et montagnards en Lombardie
En Lombardie, le vieillissement de la population est un phénomène significatif, mais très variable dans l’espace. Il est plus fort dans les villes-centre de la Métropole de Milan et des Départements, ainsi que dans certaines communes de montagne, qui peuvent être aussi touchées par un dépeuplement, tandis que les zones péri-urbaines et les aires touristiques montagnardes voient rajeunir leur population (Colleoni et Caiello, 2013 ; Cholat et Daconto, 2017 ; Daconto, 2017). La situation est contrastée même en limitant l’attention à l’aire de la Convention Alpine. S’il y a une variabilité communale importante due à des facteurs locaux, il se dégage une tendance générale qui amène à une sur-représentation des aînés dans les principales villes, dans les vallées qui relient les principales centralités urbaines à l’intérieur de la convention alpine et certaines communes de montagne, qui par contre ne représentent qu’une faible part de la population départementale.

En déplaçant le regard vers l’ensemble de facteurs qui influencent le food-ability, un premier élément de différenciation entre espaces de ville et de montagne se lie à la disponibilité de l’offre alimentaire. Les analyses menées sur le sujet (Cholat et Daconto, 2017) ont montré que ce sont les centralités urbaines, la plaine et les vallées, qui ont une plus grande dotation des commerces alimentaires. Si les communes de montagne se caractérisent par une plus faible disponibilité de l’offre alimentaire, le moindre niveau d’accessibilité du commerce est balancé par la majeure disponibilité du sol pour une production agricole locale, l’horticulture et un rapport direct entre producteur et consommateur. De toute façon, un écart significatif se produit en correspondance avec les zones plus touristiques, où il y a une plus haute densité du commerce alimentaire, surtout dans les périodes les plus attractives.

La plus grande disponibilité et proximité de l’offre alimentaire dans les contextes urbains et touristiques laisse supposer que l’accès est plus facile dans ce genre de contextes que dans ceux de montagne à plus faible densité soit résidentielle et de service. Cela est vrai même en considérant la dimension de l’accessibilité liée au transport, compte tenu que l’offre est majeure dans les territoires à plus haute densité comme les centres urbains, tandis que les zones à plus faible densité deviennent plus dépendantes de l’automobile (Dupuy, 1999). Sur cet aspect, en montagne, le niveau d’accessibilité est sensible et peut varier selon le temps, les saisons et les conditions climatiques (ex. enneigement, fermeture de routes, etc.). En même temps, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi quelques déserts alimentaires dans des espaces urbains et périurbaines (Daconto 2017).

Comme nous venons de le voir, le niveau d’accessibilité spatiale peut être très varié dans les espaces de ville et de montagne, qui ne sont pas un territoire homogène, même au niveau interne. En plus, il faut tenir compte l’influence sur le food-ability des facteurs individuels et subjectifs. Par exemple, les personnes avec un plus grand capital de mobilité (Kaufmann, 2002) peuvent répondre à travers la possibilité de choisir un mode de déplacement plus adapté aux contraintes. Au même niveau, la non disponibilité de la voiture, qui caractérise surtout les femmes âgées (Colleoni 2016), unie à une plus faible offre de services et à l’absence ou à la difficulté d’utilisation des autres modes de déplacement (transport en commun, mobilité active) peut amener à des situations d’inaccessibilité à la nourriture.

Dans certains cas, les contraintes d’accès peuvent être surmontées par la personne âgée à travers le recours à un ensemble de mobilités inversées (Cholat, Gwiazdzinski et Colleoni, 2017) induites par la nécessité de la personne à accéder, au moins indirectement (Hine et Grieco, 2003), aux opportunités alimentaires à travers par exemple les services à domicile ou le réseau de soutien (famille, voisins). Toutefois, même à cet égard il faut tenir compte des inégalités sociales par rapport aux ressources financières nécessaires à l’utilisation, par exemple, de services à domicile, et à la capacité de mobiliser le réseau de ressources et liens sociaux dans lesquels ils sont insérés qui, étant lié à la proximité spatiale (Ohnmacht et al., 2009), a une dimension territoriale qui peut faire émerger des différences entre ville et montagne et dont il faut tenir compte.

En plus, le food-ability est influencé par la propension à la mobilité, et donc à accéder aux opportunités, des individus. En général, les études sur la demande de mobilité mettent en évidence que les personnes âgées ont moins tendance à être mobiles par rapport aux autres populations, surtout celles âgées de 75 ans et plus (Colleoni, 2016). Cette propension dépend aussi du contexte territorial. En fait, malgré la plus grande disponibilité de services présente dans les contextes urbains, les personnes âgées sont moins mobiles dans les grandes villes par rapport aux petites (Colleoni 2016) à cause de contraintes majeures et compétences nécessaires à se mouvoir et accéder dans des systèmes complexes comme les grandes villes. Cela renvoie au thème plus général des dimensions socio-cognitives et affectives associé au mouvement dans l’espace et, indirectement, à l’accès à ses ressources. Le manque de confiance (le soi-disante self-efficacy, Bandura 1997) ou la perte de familiarité cognitive avec l’environnement (Ramadier, 2010) peuvent avoir l’effet de limiter l’accessibilité. Même l’expérience de la désorientation, fréquente chez les personnes âgées, peut avoir pour conséquence de réduire la mobilité et l’accès, comme en témoignent les diverses recherches sur la capacité à s’orienter et à trouver des produits alimentaires dans les grands magasins en présence ou en l’absence d’assistance (Meneely, Strugnell et Burns, 2009 ; Yin, Pei et Ranchhod, 2013).

Dans les pages précédentes, nous avons souligné que la food-ability possède aussi une dimension économique. Sur cet aspect il n’y a pas de recherches qui se sont focalisées sur les différences entre ville et montagne à l’intérieur de la région Lombardie. De toute façon, en considérant les résultats de l’enquête sur les revenus et les conditions de vie réalisées (ISTAT 2015), on peut affirmer que la situation de la population âgée est très contrastée due à l’effet de caractéristiques socio-démographiques des individus et/ou ménages. En fait, plus que les couples, notamment ceux avec un niveau d’éducation plus élevé, ce sont les aînés vivant seuls, en particulier les femmes, qui sont plus touchés par la vulnérabilité financière. L’inaccessibilité économique ne s’associe pas seulement à la pauvreté et au système de secours alimentaire territorial (Toldo, 2018). La vulnérabilité économique signifie aussi pouvoir manger moins à certains moments, comme démontrent les épisodes temporaires d’insécurité alimentaire repérés dans des ménages âgés de 75 ans et plus à Milan (Daconto, 2017). Plus généralement, les contraintes financières sont en mesure d’influencer les habitudes alimentaires et la qualité de l’alimentation, par exemple en évitant d’acheter des produits plus sains.

Pour l’analyse du food-ability il faut aussi tenir compte du rôle joué par ce que Armstrong et al. (2009) appellent awareness, c’est-à-dire l’ensemble de savoirs et compétences nécessaires pour acheter, cuisiner et consommer les aliments, un facteur étroitement lié aux caractéristiques des sujets. Tout d’abord, cette “conscience” est très variable en fonction des effets du processus du vieillissement sur le niveau d’autonomie de la personne âgée. Pour cette raison ce sont surtout les aînés plus âgés, notamment les 80 ans et plus, et les personnes vivant seules à être plus vulnérables sur cet aspect de la food-ability. La comparaison de genre met en évidence que les femmes ont une plus grande awareness, ce qui se traduit dans la tendance à suivre des habitudes alimentaires plus saines par rapport aux hommes (Daconto 2017).

Conclusions : vieillissement, food-ability, territoire et politiques publiques
L’article a souligné l’importance de l’alimentation pour la qualité de vie de la population âgée et il a identifié, en faisant référence au concept de food-ability, l’ensemble des facteurs qui contribuent à définir la capacité des personnes âgées à accéder à la nourriture. Ce concept s’est révélé très utile pour comprendre le rôle du territoire sur le food-ability des personnes âgées. L’encadrement de différentes conditions d’accès à la nourriture dans les contextes de ville et de montagne a montré l’extrême hétérogénéité de situations, ce qui rend difficile de définir un modèle général. En premier lieu, cela tient au fait que la “montagne” et la “ville” ne sont pas des contextes homogènes en termes de morphologie socio-spatiale, dotation et niveau d’accessibilité des opportunités alimentaires et caractéristiques de la population résidente. Deuxièmement, la capacité à accéder aux opportunités alimentaires dépend aussi des besoins, ressources, préférences et contraintes des personnes âgées et du rapport entre aînés et territoire.

En l’absence d’une recette valable dans tous les contextes et périodes pour améliorer le food-ability des personnes âgées, il faudrait que les politiques publiques tiennent compte de cet entrelacement de facteurs avec le but principal de rendre le territoire plus pertinent (un autre facteur du food-ability) et approprié aux besoins et ressources à disposition de la personne âgée. Ici il est utile de faire référence à la stratégie de « les communautés amies des aînés » (age-friendly communities, WHO 2007), fondées sur l’idée de créer un espace-temps et une communauté habilitante, capable d’adapter sa structure, ses services et son fonctionnement afin d’être accessibles et inclusives par des personnes âgées avec des besoins et capacités différents. Finalement, pour améliorer l’habileté des aînés à accéder à la ressource nourriture, il est nécessaire de prendre en considération, dans une approche multi-sectorielle, multi-acteurs, multi-niveaux (Borrelli et Mela, 2017), l’ensemble des contraintes et opportunités territoriales par rapport aux ressources psycho-physiques, économiques et socioculturelles à disposition de la personne âgée.

Bibliographie
Albala, K. (Dir.) (2014). Routledge International Handbook of Food Studies. Abingdon-New York: Routledge.

Armstrong, K., Chapin, E., Chastain, A., Person, J., VanRheen, S., White, S. (2009). Foodability. Visioning For Healthful Food Access In Portland (Community Food Reports). Portland: Portland State University.

Bandura, A. (1997). Self-efficacy and health behaviour. In A. Baum, S. Newman, J. Wienman, R. West, & C. McManus (Dir.), Cambridge handbook of psychology, health and medicine (pp. 160-162). Cambridge: Cambridge University Press.

Borrelli, N., Mela, A. (2017). Cibo e città. Un tema di ricerca per la sociologia spazialista. RS, 3/2017, 637-660. https://doi.org/10.1423/88031

Cholat, F., Daconto, L. (2017), Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes. In Actes du Colloque “La montagne. Territoire d’innovation”, Les Carnets du LabEx Item en ligne. https://labexitem.hypotheses.org/360

Cholat, F., Gwiazdzinski, L., Colleoni, M. (2017). Cartographier l’isolement. Une approche chronotopique de la vie quotidienne des personnes âgées. In Chronotopies. Lecture et écriture des mondes en mouvement. (pp. pp.110-121). Grenoble: Elya Editions.

Colleoni, M. (2016). La mobilità quotidiana delle popolazioni anziane. Salute e società, XV(1), 116-134. https://doi.org/10.3280/SES2016-001009

Colleoni, M., Caiello, S. (2013). Il peri-urbano ei suoi caratteri socio-territoriali. Una proposta analitica e empirica in Lombardia. Sociologia urbana e rurale, 112, 97-115. https://doi.org/10.3280/SUR2013-102007

Daconto, L. (2017). Città e accessibilità alle risorse alimentari. Una ricerca sugli anziani a Milano. Milano: FrancoAngeli.

Dijst, M.J., Kwan, M.P. (2005). Accessibility and quality of life: time-geographic perspectives. In K. Donaghy, S. Poppelreuter et G. Rudinger (Dir.), Social Dimensions of Sustainable Transport: Transatlantic Perspectives (pp. 109-126). Aldershot: Ashgate.

Donald, B. (2013). Food retail and access after the crash: rethinking the food desert problem. Journal of Economic Geography, 13(2), 231-237. https://doi.org/10.1093/jeg/lbs064

Henrard, J.-C. (2007). Les Défis du vieillissement. Paris: La Découverte.

Hine, J., & Grieco, M. (2003). Scatters and clusters in time and space: implications for delivering integrated and inclusive transport. Transport Policy, 10(4), 299-306.

ISTAT (2015). Reddito e condizioni di vita. Anno 2014. Statistiche Report, 1-18.

Jonhson, M.-A., Hausman, D., Martin, P., Poon L.-W., Sattler, E.-L.-P., Davey, A. (2011) Nutrition and Well-Being in Poon and Cohen-Mansfield, Understanding Well-being in the Oldest Old, Cambridge: Cambridge University Press.

Kaufmann, V. (2002). Re-thinking Mobility: Contemporary Sociology. Farnham: Ashgate.

McIntosh, W. A. (1996). Sociologies of Food and Nutrition. New York: Plenum Press.

Meneely, L., Strugnell, C., & Burns, A. (2009). Elderly consumers and their food store experiences. Journal of Retailing and Consumer Services, 16(6), 458-465. https://doi.org/10.1016/j.jretconser.2009.06.006

Ohnmacht, T., Maksim, H., Bergman, M.M. (Dir.) 2009. Mobilities and Inequality, Ashgate, Farnham.

Ramadier, T. (2010). La géométrie socio-cognitive de la mobilité quotidienne: distinction et continuité spatiale en milieu urbain. Nîmes: Université de Nîmes.

Toldo, A. (2018). Povertà e assistenza alimentare. Il sistema del cibo d’emergenza a Torino. Sociologia Urbana e Rurale, 115, Special Issue, 82-97. https://doi.org/10.3280/SUR2018-115-S1007

Walker, R.E., Keane, C.R., Burke, J.G. (2010). Disparities and access to healthy food in the United States: A review of food deserts literature. Health & Place, 16(5), 876-884. https://doi.org/10.1016/j.healthplace.2010.04.013

WHO (2002). Active Ageing: A Policy Framework. Geneva: World Health Organization.

WHO et FAO (2003). Diet, nutrition and the prevention of chronic diseases (WHO Technical Report Series No. 916). Geneva: World Health Organization.

Yuanyuan Yin, Eujin Pei, & Ashok Ranchhod. (2013). The shopping experience of older supermarket consumers. Journal of Enterprise Information Management, 26(4), 444-471. https://doi.org/10.1108/JEIM-05-2013-0025

La diversification des typologies de logements à destination des aînés : un terrain fertile pour l’ingénierie territoriale. Retour d’expérience et perspective de recherche

Séverine Le Piolet, Chercheure associée, Université Grenoble Alpes, CNRS, Science Po Grenoble*, PACTE. * School of Political Studies Univ. Grenoble Alpes
Chargée de projets habitat – Cellule logement adapté aux personnes âgées – Conseil Départemental de l’Isère

L’accompagnement des personnes âgées s’est traditionnellement structuré autour du maintien à domicile d’une part et de la création d’établissements médicaux sociaux pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) d’autre part. Parallèlement, les personnes âgées expriment le souhait de résider le plus longtemps possible dans « leur » logement. Afin de répondre à ce désir, se développe, par l’intervention d’acteurs publics, privés et associatifs, une offre spécifique de logements dits « adaptés aux personnes âgées non dépendantes » associant des services et un environnement adapté et sécurisé, et se situant entre le domicile ordinaire et l’établissement médicalisé pour personnes dépendantes.

1. La constitution tous azimut d’une offre alternative au domicile ordinaire et à l’établissement médicalisé : le logement adapté aux personnes âgées non dépendantes
La notion d’habitat adapté s’inscrit depuis les années 1990 [1] dans le cadre des politiques du logement à destination des publics spécifiques tels que les personnes âgées, handicapées ou défavorisées. L’adaptation du logement est entendue dans le sens de l’adaptation de sa configuration spatiale intégrant par exemple l’espace nécessaire au retournement d’un fauteuil roulant, de barres d’appui ou encore de la domotique. Le terme évoque également les modalités de gestion spécifiques de cet habitat comme l’exprime cet extrait du ministère de l’égalité des territoires et du logement en 2013 : « La notion « d’habitat adapté » a émergé pour qualifier des opérations essentiellement destinées à des ménages fragiles rencontrant des difficultés non seulement économiques, mais aussi sociales et dont la situation nécessite la proposition d’un habitat à loyer et charges maîtrisés, ainsi qu’une gestion locative adaptée et, le cas échéant, un accompagnement ou des configurations de logements spécifiques. Ces opérations supposent une ingénierie de projet dédiée » (Ministère de l’égalité, des territoires et du logement, 2013).

Au sein de cette large notion d’habitat adapté, les logements adaptés au vieillissement peuvent être caractérisés par trois critères (Nowik, Labit, Thalineau, Herpin, Grossman, 2011) :

« – un logement fonctionnel et agréable, pérennisant le sentiment de « chez soi »,

– un habitat facilitant l’accès aux services, sur place ou à proximité immédiate,

– un lieu de vie affilié à un collectif visant à soutenir les relations sociales.

Ils sont au croisement de trois cultures administratives : le logement, le social et le médico-social ». C’est donc uniquement à partir d’une analyse multidimensionnelle qu’il est possible d’appréhender le logement adapté aux personnes âgées par le croisement d’une approche du projet immobilier, du projet de services et du projet de soins. C’est notamment sur cette approche multidimensionnelle que repose la différence majeure entre ces produits de logement adaptés aux personnes âgées et les logements issus d’une production ordinaire (voir figure 1).

Le logement adapté aux personnes âgées non dépendantes entre logement ordinaire et établissement médicalisé

Face à l’hétérogénéité des produits de logements adaptés au vieillissement réalisés en France, plusieurs travaux d’inventaire ont été menés et permettent d’identifier les formes qu’ils peuvent prendre. La Figure 2 retranscrit schématiquement la classification réalisée par le Conseil Départemental de la Savoie (2017).

Les produits de logement adpaté aux personnes âgées non dépendantes

Celle-ci distingue :

– les produits de logements adaptés qui relèvent de la règlementation des établissements sociaux et médicaux-sociaux et qui supposent une autorisation des Conseils Départementaux et Agences Régionales de Santé pour leur création et extension, comme les résidences autonomie ou les Petites Unités de Vie (PUV).

– et ceux qui relèvent du droit commun du logement et représentent des produits alternatifs d’habitat comme l’habitat traditionnel adapté (effort sur l’accessibilité, la domotique), les résidences services seniors privées, l’habitat inclusif (avec accompagnement social), la cohabitation / colocation intergénérationnelle ou non, l’habitat participatif ou habitat groupé solidaire (implication des futurs habitants).

À travers cet inventaire, une typologie « spécifique » du logement adapté au vieillissement[2] n’émerge pas, pas plus qu’une forme d’habitat privilégiée (intermédiaire ou collectif). On constate que les frontières entre les produits sont très poreuses, ce qui rend l’effort de distinction, de classification et de comparaison mal aisé. Les caractéristiques des unes et des autres peuvent être mixées selon les besoins spécifiques du projet et de son contexte. Par conséquent, c’est par le croisement de différents facteurs (rapport entre espaces privés et collectifs, présence de services, projet social, statut juridique) que des configurations variées de ces logements adaptés peuvent être qualifiées. Le concept de logement-support (Masson, Vanneste, Baës-Cantillon, Grabczan, 2015) par exemple correspond à ce croisement et établit une grille de lecture caractérisant ces habitats en articulant leurs dimensions spatiales, sociales et médico-sociales du logement.

Par ailleurs, la Direction Générale de la Cohésion Sociale » (DGCS) du ministère des Solidarités et de la Santé a engagé une enquête nationale sur l’offre de « logement alternatif » en 2016 auprès des principaux acteurs concernés (les Conseils départementaux, les CARSAT, les fédérations nationales, associations et porteurs de projets, les CCAS…) pour répondre à l’enjeu de connaissance de cette offre qui reste encore très parcellaire. Cette enquête révèle plusieurs freins au développement de logements adaptés au vieillissement notamment « une trop grande dépendance de ces opérations vis-à-vis des financements publics qui interroge d’une part sur la pérennité et la stabilité du modèle économique, et d’autre part sur l’articulation de cette offre avec celle du secteur social et médico-social » (Ministère des Solidarités et de la Santé, 2017, p. 25). Le rapport pointe aussi des freins réglementaires, juridiques et liés à l’ingénierie de projet. Ces mêmes freins et besoins d’accompagnement ont été relevés localement sur le territoire isérois[3] notamment auprès des communes rurales et montagnardes en Matheysine et dans le Trièves[4] pour la mise en œuvre de projets de logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes. Ces derniers renvoyant à des problématiques de montage d’opération, d’aménagement du territoire et de gestion du parc de logements adaptés et nécessitant une ingénierie de projet spécifique.

2 – Une problématique qui interpelle l’ingénierie territoriale / en milieu montagnard
Depuis le début des années 2010 en France, le concept d’ingénierie territoriale qualifie la sphère de l’aménagement du territoire dans ses dimensions stratégiques et opérationnelles. Il est particulièrement mobilisé par les acteurs publics et parapublics pour embrasser « l’ensemble des moyens humains, des méthodes et des missions concourant à l’élaboration et à la conduite d’un projet de territoire, ainsi qu’à la définition, au montage et à la mise en œuvre d’actions »[5]. Il promeut donc une approche globale, partenariale, pluridisciplinaire et surtout réflexive du projet qui fait particulièrement écho à l’approche multidimensionnelle nécessaire à la mise en œuvre de projets de logements adaptés aux personnes âgées évoquée précédemment.

2.1 – Enjeu de montage d’opération et de faisabilité
Ces projets d’habitat adapté aux personnes âgées mobilisent une multitude de compétences allant de l’évaluation du besoin, aux questions de faisabilité et de montage d’opération et cela en croisant approche immobilière, services et soins. Il s’agit en premier lieu de définir le public visé notamment en termes de degré de dépendance (grille AGIR par exemple), d’évaluer ses capacités financières et d’appréhender les spécificités du territoire au regard de la localisation des services ou de l’offre de transports collectifs. Concernant l’économie du projet, il s’agit d’évaluer le coût de la construction et son financement, les charges pour le propriétaire et pour le gestionnaire en identifiant les prestations adéquates et le coût final pour l’usager. L’ampleur de ces questions suppose pour le porteur de projet de disposer de données suffisantes sur la composition de sa population et de son territoire (données socio-économiques, données démographiques, etc.), sur les dynamiques territoriales en cours, sur les aides financières mobilisables. Il s’agit aussi de mettre en regard le coût de gestion de l’opération avec les revenus du public cible pour définir la gamme du produit de logement à réaliser… L’enjeu étant de définir le bon produit au bon endroit pour le bon public. Autant d’éléments dont les communes / EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale) ruraux et montagnards sont rarement dotés.[6] Il s’agit de disposer des clefs de lecture pour juger des opportunités et contraintes : quelle accessibilité du logement, du bâtiment, du quartier ? Quelle desserte par les transports en communs ? Quels services sont à proximité ? Combien de logements sont nécessaires pour équilibrer financièrement l’opération au regard du coût des services ? Les contraintes génériques de projet sont exacerbées dans les territoires ruraux et montagnards en raison notamment de leurs caractéristiques géographiques : faible structuration des réseaux, maillage distendu, éloignement des bourgs, services réduits ou encore surcoûts engendrés par des constructions dans la pente. Se présente donc ici un fort enjeu d’accompagnement de ces territoires particuliers en termes de diagnostic, de définition et de suivi de projet. Qui nécessite inévitablement un travail à plusieurs niveaux en lien avec les différents échelons territoriaux en charge des politiques locales de l’habitat et du vieillissement.

2.2 – Enjeu d’aménagement du territoire et de planification
Les communes disposant de la compétence du droit des sols représentent les interlocuteurs privilégiés des bailleurs et promoteurs pour les projets de logements. Dans un contexte rural ou de montagnes isolé, au marché contraint et porteurs de projets peu nombreux, l’association et la coordination des acteurs impliqués est essentielle pour sécuriser les montages de projet : coordination des aides financières délivrées par les multiples acteurs publics, articulation des documents de planification relevant du logement des personnes âgées tels que le «schéma départemental de l’autonomie» comprenant un volet sur le logement adapté, le Programme Départemental de l’Habitat comprenant un volet sur les publics spécifiques ; le Programme Local (intercommunal) de l’Habitat devant intégrer la problématique de l’adaptation des logements à la perte d’autonomie depuis la loi ASV (Loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement du 29 Décembre 2015) et le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Coordination d’autant plus complexe que ces territoires ruraux ne disposent fréquemment pas de PLH (Plan Local de l’Habitat). Se pose alors la question de l’articulation entre ces échelons territoriaux aux compétences complémentaires mais éparpillées (le millefeuille territorial français) dans le champ du logement adapté aux personnes âgées. Le manque d’ingénierie locale dans les territoires ruraux et montagnards et la complexité de stabilisation des modèles économiques des produits d’habitat adaptés aux personnes âgées plaident notamment pour une posture forte de cette maîtrise d’ouvrage publique plurielle. Et mettent en lumière son triple rôle d’observation permettant d’alimenter les diagnostics et la définition des besoins ; d’animation entre les acteurs parties prenantes des projets qu’ils soient publics, privés ou associatifs ; et d’ensemblier du projet jusqu’aux politiques de planification (Le Piolet, 2016).

En guise de conclusion
La production de logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes comme offre alternative au domicile ordinaire et à l’établissement médicalisé procède d’une diversification des typologies de logements à destination des ainés. Ces produits de logements adaptés résultent de l’assemblage de critères multiples (statuts juridiques, présence de services, d’espaces communs) et façonnent des types de logements et formes urbaines hétérogènes. Ces opérations de logements adaptés représentent actuellement des objets à enjeux pour l’ingénierie territoriale et ce notamment en milieu rural et montagnard, au regard de leur économie complexe à stabiliser (conception puis fonctionnement), de leur articulation avec le secteur médico-social et avec leur territoire environnant. L’articulation de cette ingénierie spécifique avec l’enjeu de participation des aînés et de l’anticipation de leur vieillissement doit encore être trouvée puisque ces derniers restent majoritairement absents dans la conception des projets étudiés tandis qu’ils expriment de plus en plus clairement leur désir d’être acteurs de leur parcours résidentiel.

Bibliographie
Conseil Départemental de l’Isère. (2016). Schéma de l’autonomie. Document technique

Conseil Départemental de la Savoie. (2017). Entre le domicile et la maison de retraite, quel habitat ? Guide. http://www.savoie.fr/include/viewFile.php?idtf=29727&path=ab%2F29727_1500279725_Guide Savoie12.pdf

Jarlier, P. (2010). Pour une nouvelle architecture territoriale de l’ingénierie en matière d’urbanisme. Rapport d’information n°654. http://www.senat.fr/rap/r11-654/r11-654_mono.html

Le Piolet, S. (2016). De la quête de cohérence du projet urbain aux pratiques d’ajustements entre vision prospective, stratégies urbaines et opérations d’aménagement : le territoire stéphanois à l’épreuve de l’urbanisme réflexif. Thèse de doctorat en Architecture, Aménagement du territoire, Université Grenoble Alpes.

Masson, O., Vanneste, D., Baës-Cantillon, N., Grabczan, R. (2015). Habitat et vieillissement. Inventaire des formes de logements qui supportent l’interdépendance et l’autonomie des seniors. Rapport de recherche. https://www.qualidom.be/wp-content/themes/qualidom/files/habitat-et- vieillissement.pdf

Ministère de l’égalité, des territoires et du logement. (2013). Appel à projet pour la création de PLAI adaptés. http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/plai_adapte_cahier_des_charges_2017.pdf

Ministère des Solidarités et de la Santé. (2017). Enquête nationale relative à l’habitat alternatif/inclusif pour personnes handicapées, personnes âgées, personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative ou leurs aidants. Synthèse des résultats. http://solidarites- sante.gouv.fr/IMG/pdf/2017_fev_-synthese_enquete_dgcs_habitat_innovant_pa-ph.pdf

Nowik, L., Labit, A., Thalineau, A., Herpin, L., Grossman, F., et al. (2011). L’habitat de demain des retraités : un enjeu sociétal : Programme ” Habitat & Retraite ”. Université François-Rabelais de Tours. Rapport de recherche. <halshs-01282726>

[1] Loi « Besson » du 31 mai 1990

[2] Au sens employé par l’architecte comme organisation spatiale spécifique.

[3] D’après l’expérimentation de la Plateforme d’ingénierie territoriale mutualisée en Isère de juillet 2014 à juillet 2016 – accompagnant les communes iséroises dans la définition de leurs projets.

[4] Selon le diagnostic du schéma de l’autonomie de l’Isère datant de 2016, ces territoires présentent un indice de vieillesse plus élevé que sur le reste du territoire isérois et apparaissent globalement sous-dotés en EHPAD, Foyers-logements, et Petites Unités de Vie.

[5] ETD, Gilles Rey Giraud, « A question technique, réponse politique » Juillet 2012, p .3.

[6] Selon le rapport du Sénateur Pierre Jarlier (2010) sur l’ingénierie territoriale mettant en avant l’enjeu d’accompagnement des territoires ruraux et montagnards dans la définition et la réalisation de leurs projets ; et ce, dans une action de solidarité territoriale entre les métropoles et les autres territoires. Ces orientations ont depuis été affirmées par les lois MAPTAM (de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) en 2014 et NOTRe (loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République) en 2015, via l’objectif de solidarité territoriale des Conseils Départementaux notamment.

Vieillir en montagne, le regard du médecin généraliste

Rencontre avec deux médecins généralistes, Jean-Pierre Jacquet1 et Jean-Baptiste Kern1,2
1 European Rural and Isolated Practitioners Association (EURIPA)
2 Département de Médecine Générale, Faculté de Médecine, Université Grenoble Alpes

Jean-Pierre Jacquet est médecin généraliste dans les Bauges, retraité, ancien professeur associé à la faculté de médecine de Grenoble. Il préside actuellement le réseau européen EURIPA regroupant des médecins généralistes exerçant en milieu rural et isolé.

Jean-Baptiste Kern est chef de clinique au département de médecine générale de la faculté de médecine de Grenoble. Diplômé en 2015, il exerce en milieu rural dans le nord du département de l’Isère.

Thibauld Moulaert : Quelles sont les représentations des médecins généralistes sur la notion du vieillissement en montagne ?

Jean-Pierre Jacquet (JPJ) : D’abord, on peut regarder la manière dont le dictionnaire définit ces termes. Par exemple, pour le dictionnaire Larousse, la montagne c’est un nom qui correspond à « une élévation naturelle du sol très importante ». Et le fait de vieillir, c’est « prendre de l’âge, aller peu à peu vers une période plus avancée de sa vie ». Dans notre pratique de médecine rurale, nous avons des cadres différents. Ainsi, selon la convention qui nous lie, médecins, avec la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, la montagne renvoie plutôt à une « zone escarpée qui accorde aux médecins généralistes installés dans ces zones une indemnité kilométrique de déplacement (ou IKM) supérieure à celle de la plaine ». Il existe également une indemnité de déplacement à ski par kilomètre à moins de 5 Euro par kilomètre, mais qui n’est quasiment plus utilisée… Mon dernier déplacement à ski était de l’ordre de 500 mètres le soir dans la pénombre. Si ça date d’une quinzaine d’année, il est toujours présent dans mon esprit !

Au niveau européen, il faudrait interroger chacun des pays pour connaître leur spécificité montagne. Car si les différences entre urbain et rural sont un peu plus connues, il n’existe pas à ma connaissance d’études sur la notion du vieillir en montagne.

TM : Au sein de la population de vos villages, avez-vous des représentations particulières des personnes plus âgées ?

JPJ : Dans notre pratique, les personnes âgées rurales, ça renvoie surtout aux anciens (et toujours un peu) agriculteurs. Ces personnes ont développé un certain stoïcisme, voire un certain fatalisme vis-à-vis de la maladie.

Ce qu’on remarque, c’est que le recours aux soins traditionnels reste très présent, que l’on pense aux rebouteux ou aux, guérisseurs. Après, on observe en ruralité comme ailleurs, des nouvelles tendances ou appellations qui font leur entrée en médecine comme l’ostéopathie ou toute une série de pratiques autour de la chiropractie et des médecines non conventionnelles, qui sont dites alternatives. Et puis c’est la notion de vieillir et mourir dans sa maison qui évolue et qui varie :

  • lorsque les enfants ont quitté la région (pour aller travailler en ville plus ou moins loin) et qu’ils sont peu disponibles, pour un passage journalier par exemple ;
  • lorsque, dans un couple, l’un des deux devient dépendant et que l’autre ne peut plus assurer son autonomie, malgré toutes les aides existantes, le passage en institution tel un EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) se fait, malgré le coût qui pourra être répercuté sur les enfants et l’héritage.

Jean-Baptiste Kern (JBK) : Avec la présence dans la commune d’un EHPAD et d’un centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) ciblant une population âgée, les personnes plus âgées (et leur entourage) sentent comme une sécurité en vieillissant dans le village. Si leur maintien à domicile n’est plus possible, il semble y avoir moins d’appréhension à être pris en charge par ces institutions, vues alors comme un recours et peut-être moins de façon négative comme ailleurs. Que ce soit de façon aiguë pour le centre de soins, ou de façon plus longue en EHPAD. Aussi, en arrivant en EHPAD, il existe des liens avec des gens vivant sur place ou ceux leur rendant visite. Une sorte de communauté, dont les soignants (souvent des gens du coin aussi) prennent part.

Il existe aussi une représentation particulière du vieillissement pour une population qui restera traditionnellement jusqu’à la fin de sa vie au domicile : les agriculteurs. Il ne semble pas envisageable par ces personnes âgées (souvent des femmes seules) de quitter leur ferme, leurs terres. C’est une partie importante de ma pratique en visite à domicile, d’aller rendre visite à ces anciens agriculteurs vivant dans leur maison, à proximité de celle des enfants lorsqu’ils sont restés dans l’agriculture. 

TM : Dans les travaux de recherche, comme ceux de Catherine Gucher et d’Isabelle Mallon, on constate que cette population d’aînés cohabite avec des retraités qui viennent ou qui reviennent s’installer au village après leur retraite. Ces personnes font-elles aussi partie de vos clientèles ?

JPJ : Pour moi, je vois plusieurs typologies de personnes âgées en montagne. Vous avez :

  • les natifs ayant toujours vécu au pays et qui veulent y rester ;
  • les natifs qui sont allés « à la ville » pour leur vie professionnelle, qui ont « retapé » la ferme pour leur retraite. Ces retraités vivent à l’année, ou de « Pâques à la Toussaint » et retournent l’hiver dans l’appartement qu’ils ont conservé en ville ;
  • les urbains qui choisissent de s’installer à la montagne à demeure ou pour l’été ;
  • les « nomades », souvent d’origine urbaine, aisés, qui ont leur résidence principale en montagne, mais qui sont souvent partis en bord de mer, en France et à l’étranger: deux mois en Tunisie, deux semaines aux Baléares, un mois en Grèce. Pour eux, la résidence en montagne accueille la famille durant les vacances scolaires.

JBK : Vu de « la plaine », le vieillissement en montagne semble concerner effectivement plusieurs populations. Des autochtones qui souhaiteraient rester dans le milieu qu’ils ont toujours connu. Mais aussi des « urbains » vieillissants qui choisissent un cadre de vie différent en comparaison de leur période d’activité professionnelle. Que ce soit les uns ou les autres, leur famille n’est plus forcément à proximité. Cela peut devenir une source de difficulté dans les prises en charge pour le médecin généraliste. Qui plus est, le réseau de soins n’est pas forcément le même que celui qui est conventionnellement présenté durant nos études et que nous avons eu l’occasion de rencontrer lors des stages « en ville ».

JPJ : J’ajouterais quelque chose. Une partie de notre clientèle garde une espèce de « respect du docteur » : « Docteur, on n’ose pas vous déranger »; ou alors, certains témoignent de leur reconnaissance : « Prenez ce pot de confiture, on a eu plein de prunes cette année » ou encore : « Je vous ai préparé une boîte d’œufs, votre dame vous fera des flans ».

JBK : J’ai eu quelques cadeaux de ce même ordre, mais je reconnais que je n’ai pas encore toute ma place au sein de la communauté et des familles. Installé depuis peu, j’ai aussi fait le choix de ne pas vivre sur place mais à 30 minutes de mon lieu d’exercice. Je découvre le « petit milieu » local, et ce n’est seulement qu’après 3 ans sur place que je commence à réaliser tous les liens de parentés unissant (ou séparant) les patients.

Je suis en revanche tout à fait d’accord sur le respect pouvant exister vis-à-vis du travail fait par le médecin, la volonté de ne pas déranger pouvant aussi, paradoxalement, conduire à des prises en charge parfois tardives. On peut alors se retrouver à devoir gérer sur des rendez-vous programmés des problèmes graves banalisés, sous-estimés.

TM : Avec les travaux actuels de Florent Cholat sur les « mobilités inversées », on observe qu’il y a un grand nombre de professionnels qui agissent pour et autour des personnes vieillissantes en montagne, sans que l’on ne parle nécessairement de personnes en situation de dépendance. Il semblerait que certaines personnes, certains professionnels, prennent plus d’importance que d’autres. Avez-vous un sentiment de ce type avec certains de vos patients ?

JPJ : C’est vrai que pour certains patients, le docteur est littéralement intégré dans leur temporalité, dans leur trajectoire de vie. Certains nous font effectivement part de la présence primordiale de professionnels ou d’acteurs typiques, comme le facteur : « Vous savez docteur, la semaine on ne voit pas grand monde, heureusement qu’il y a le facteur, surtout l’hiver ». Pour d’autres, comme je vous le disais, nous faisons véritablement partie de leur temporalité personnelle, du genre : « Docteur, si vous pouviez passer dans la semaine pour renouveler nos ordonnances, notre fille pourra aller à la pharmacie samedi après-midi ».

Un aspect particulier est celui des commerces ambulants. Ce sont des commerçants qui assurent une tournée avec quelques arrêts dans chaque village, les commerces les plus importants étant le boulanger, le fromager et le boucher. Les épiciers ont disparu, car le jardin donne des légumes, puis il y a les camions qui amènent les surgelés. Plus récemment sont apparus les circuits courts, avec la fabrication artisanale de fromages, de pain, et de viande : le paysan fait abattre sa bête à l’abattoir, et commercialise ensuite son produit à la ferme.

JBK : Ces organisations passent par plusieurs intervenants : la famille comme l’évoquait Jean-Pierre, mais aussi les aide-ménagères et les soignants à domicile. C’est un soutien et un relai d’informations indispensable. Les infirmières à domicile en ayant un œil quotidien ou pluri-hebdomadaire font aussi le lien facilement avec le médecin.

Je trouve que la problématique de la mobilité est du coup prégnante chez des patients isolés en situation de dépendance, et faute de disponibilité, le médecin ne peut pas toujours faire la visite tant espérée dans les meilleurs délais. D’où l’importance d’avoir des relais d’informations pour avoir une première idée de la situation à domicile avant de pouvoir s’y rendre. Ceci se retrouve exacerbé par les conditions météorologiques : « Docteur j’annule le rendez-vous parce que je ne pourrai pas venir au cabinet j’ai peur de me déplacer avec la neige… par contre, vous pourrez venir en visite ? ».

TM : Un autre aspect de votre métier auprès des personnes âgées concerne le travail en coordination avec les différents métiers et les nombreux acteurs impliqués à différentes échelles (département, commune, mutuelles, etc.). Comment par exemple travaillez-vous justement cette transmission d’informations ?

JPJ : Le secret médical est difficile à respecter. Mais, en réalité, ce n’est pas d’abord avec les autres professionnels gérontologiques que cela se passe. C’est avec les habitants ! Par exemple, on va me dire : « Docteur, comment va Marcel ? Sa fille nous a dit au téléphone qu’à l’hôpital on lui avait dit qu’il avait les poumons tout pris ». Puisque nous vivons en ruralité, nous sommes situés sur un territoire relativement réduit. Dès lors, les interactions se font très facilement.

Une spécificité française est l’existence d’infirmiers et de kinésithérapeutes libéraux, leur activité étant quasi exclusivement liée à la prescription du médecin. L’ordonnance est le moyen de dialoguer avec les infirmiers et kinésithérapeutes, le retour d’information pouvant être fait par le « plan de soins infirmiers » ou le « diagnostic kinésithérapeute ». Les échanges et contacts avec les autres soignants sont le plus souvent informels et dictés par l’évolution de l’état du patient. J’ajoute que les associations d’aide à domicile en milieu rural (ADMR https://www.admr.org/) sont bien sûr aussi présentes en montagne.

JBK : Les soignants locaux disposent de mon numéro de portable permettant de recevoir des photos de plaies à la suite du passage des infirmières, d’être tenu au courant d’une rééducation par le kinésithérapeute qui ne se passe pas comme prévu. Je peux donner ainsi des conseils ou programmer un rendez-vous ou une visite pour réévaluation plus rapidement qu’en passant par le secrétariat téléphonique.

Il existe aussi, pour des situations complexes, un support pour des plateformes de coordination territoriales, prévues depuis l’avant-dernière Loi Santé. À la suite d’une demande provenant des familles ou des soignants, ces structures permettent d’avoir une vision plus large des possibilités existantes pour ces patients âgés isolés polypathologiques qui combinent des difficultés souvent multiples (situations instables compromettant le projet de maintien à domicile, aides inadaptées, pas d’entourage proche).

TM : Quels sont, finalement, selon vous, les spécificités du vieillissement en montagne ?

JPJ : Vieillir en montagne est probablement peu différent de vieillir dans d’autres milieux, le principal écueil restant l’isolement, mais le principal avantage est le maintien d’une activité « utile », comme par exemple pouvoir aider les plus jeunes professionnellement.

La vie active en montagne a souvent été marquée par une double activité. Par exemple, le paysan est aussi moniteur de ski, ou ouvrier d’usine comme en Maurienne. Une fois à la retraite, quand retraite il y a dans le cas des paysans, cela va se poursuivre jusqu’à l’impossibilité physiologique. Et puis je dirais aussi que je trouve que nos patients vieillissants restent finalement très actifs. Ils vont me dire par exemple : « Il me faut un rendez-vous en début d’après-midi, car après il faut que je m’aide à soigner les bêtes après ». Ou alors, ils parlent de leurs tâches physiques, qui s’inscrivent dans la continuité de leurs trajectoires personnelles.

JBK : Paradoxalement, la rudesse des conditions de vie et du climat nécessite d’adapter les soins, parfois avec des moyens humains et matériels moins conséquents. Les prises en charge changent, en dehors des conventions admises et des recommandations usuelles. Aussi, de nouveaux schémas sont ainsi à imaginer, même s’il s’agira parfois de faire « avec les moyens du bord ».

TM : Face à ces spécificités, quels seraient les conseils que vous donneriez ou les pistes qu’il faudrait développer, selon vous ?

JPJ : Selon nous, l’exposition précoce des futurs médecins au milieu de la montagne stimule l’installation future en montagne, en milieu touristique ou non. L’association des médecins de montagne[1] et des collègues comme Dominique Lamy, médecin de montagne à Megève et professeur associé au Département de Médecine Générale (DMG) de l’UGA, défendent par exemple la spécificité de leur exercice (examens radiologiques, traumatologie, avec cotation spécifique), tandis que la faculté de médecine de Grenoble propose de nombreux postes d’internes en médecine de montagne.

JBK : Ces terrains de stages concernent à la fois des internes « débutants » mais aussi d’autres en fin de cursus sur des phases en autonomie. Systématiquement pourvus à chaque semestre, ils sont généralement sources de satisfaction de la part des étudiants. Il s’agira pour eux de devoir prévoir un logement à proximité du lieu de stage, élément à prendre en compte lors du choix des stages éloignés de la faculté.

Je pense aussi que le développement d’internats locaux (logements provisoires pour un trimestre ou un semestre) est un point important pour favoriser ces terrains de stages. Des initiatives locales ont été prises avec le soutien de collectivités territoriales, notamment avec le département de l’Isère et une communauté de communes locale, en milieu rural, dans la Bièvre.

Beaucoup de travaux sont actuellement menés pour des expérimentations de télémédecine pour les territoires ruraux et isolés. Les modalités d’exercice de la télémédecine viennent tout juste d’être définies dans la loi, et les façons de la rémunérer sont en cours de discussion. Peut-être que l’apport de la technologie permettra aussi d’aider à la prise en charge des patients en milieu isolé, notamment en montagne ?

Il n’empêche que lutter contre l’isolement et développer des liens sociaux semble être aussi important. Il pourrait être intéressant de développer, comme dans certains pays anglo-saxons ou du Nord de l’Europe, des solutions d’accueil de jour pour personnes âgées regroupant plusieurs villages ou au sein d’une même vallée. Cela nécessite des solutions de transport, par exemple une navette pour les personnes âgées concernées. Cela pourrait leur permettre de pouvoir rencontrer divers professionnels du médical et du social au sein de rendez-vous « rapprochés » dans ces centres d’accueil de jour sans que ces professionnels n’aient besoin d’aller jusqu’au domicile.

Ce ne sont que quelques pistes possibles.

[1]Association Médecins de Montagne : http://www.mdem.org.

Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons

a Thiriet, étudiante en sociologie à l’Université Grenoble Alpes – stagiaire au Labex ITEM – projet VIVEHab (Vulnérabilité, Innovation, Vieillissement, Emploi, Habitabilité)

Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine au Labex ITEM (UMR Pacte CNRS 5194 – Université Grenoble Alpes et Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale – Università degli studì di Milano Bicocca)

La communication ici présentée est issue d’un stage réalisé à l’UMR Pacte CNRS 5194 de mai à septembre 2017 dans le cadre du programme VIVEHab (Vulnérabilité, Innovation, Vieillissement, Emploi, Habitabilité) encadré par Florent Cholat et Luc Gwiazdzinski et dont le sujet initial était : Recherche sur les mobilités saisonnières des personnes âgées entre la métropole grenobloise et les massifs montagneux alentours.

Une vision chauvine et très dauphinoise fait de Grenoble, la capitale des Alpes. Dans les faits si nous constatons que la métropole Grenobloise fait bien partie des unités urbaines les plus importantes de l’arc alpin, la question est en réalité de qualifier les liens de cette ville avec les massifs montagneux avoisinants. Cette recherche prend le partie d’étudier une population particulière du territoire qui vie à la ville ET à la montagne au travers de migrations résidentielles saisonnières. Le pari est ici en partie de comprendre le lien de Grenoble avec ses massifs et de l’autre partie d’interroger les conditions d’habitabilité (Dardel, 1952) des territoires alpins comme des territoires urbains au regard du choix particulier de ces individus.

Ce travail se base sur deux hypothèses :

  • Le choix d’une double résidence et d’une alternance ville – montagne est motivé par différents facteurs familiaux et environnementaux ;
  • Les migrations saisonnières reposent sur différentes stratégies d’adaptation des individus aux contraintes inhérentes à leurs différents lieux de vie.

Étudier ces comportements serait alors un moyen pour nous permettre d’appréhender et d’interroger les conditions de l’habitabilité des territoires de montagne.

Etat de l’art
Le milieu rural ou montagnard à un rapport à la ville particulier. « Dans un contexte mondial d’uniformisation des modes de vie et de dilution des frontières entre territoires ruraux et urbains, la notion de ruralité peut, à première vue, apparaître désuète. Elle ne l’est pas dans la mesure où les territoires ruraux « résistent » de manière inégale à ces mouvements jugés irrésistibles. […] La densité et la nature de peuplement, d’équipements, d’emplois, de réseaux de communication, les pratiques nous rappellent que les rapports socio-spatiaux diffèrent de moins en moins entre ville et campagne. » (Blanchet, 2013)

Les migrations alternantes sont facilitées par la retraite. « Toutefois, les retraités ont aussi la possibilité de changer de lieu de résidence. Leur particularité est de ne plus être contraint par la localisation d’un poste de travail. Les destinations favorites des migrations de retraités peuvent refléter leurs préférences en matière de cadre de vie ou leurs attaches familiales, indépendamment de la situation économique du territoire où elles résident. » (Zaninetti, 2011)

La ville de Grenoble et ses montagnes. « Un autre phénomène traduit un paradoxe grenoblois dans la fondation d’un hypothétique couple ville-montagne. La ville semble presque totalement omise par les habitants de Grenoble et plus particulièrement par ceux de la Villeneuve et de Meylan […] plus la montagne est glorifiée, plus la ville semble s’ankyloser dans son dédale de rues. » (Hoyaux, 2000)

Cartographie
Lorsque nous cartographions l’agglomération grenobloise au coeur du système alpin plus large des départements de l’Isère, de la Savoie, des Hautes Alpes et de la Drôme, nous pouvons faire plusieurs constats quant aux populations qui y résident de manières temporaires et permanentes.

La figure 1 « populations résidentes dans les communes des départements » démontre l’écart de peuplement entre les zones urbaines et les zones rurales et de montagne. Sur la zone étudiée les principaux espaces urbains se trouvent dans le sillon alpin Genève – Annecy – Chambéry – Grenoble – Valence ainsi que dans les pré-alpes, les plaines du nord-isère et la vallée du Rhône. Cela montre l’influence probable des contraintes morphologiques pour le peuplement des territoires de montagne.

Populations résidentes dans les communes des départements

La figure 2 « part des résidences secondaires dans les communes des départements » démontre la forte part de résidences secondaires dans les territoires de montagne ce qui semble indiquer une attractivité de ces espaces pour les résidences secondaires. La présence de remontée mécanique révèle quant à elle l’importance de l’activité touristique sur ces résidences secondaires tout en mettant en avant la présence à moindre niveau de résidences secondaires dans des communes non soumises à l’activité sport de montagne.Entretiens semi-directifs et échantillonnage

Part des résidences secondaires dans les communes des départements

Entretiens semi-directifs et échantillonnage
Pour étudier largement la question des migrants saisonniers ville – montagne nous avons décidé de mener des entretiens semi-directifs afin d’étudier les déterminants de ce choix multi-résidentiel et les adaptations dans les façons d’habiter de ces derniers. Nous avons échantillonné 6 communes – 3 stations de ski (Autrans-Méaudre, Chamrousse, Huez) 3 villages de montagne (Chichilianne, Valjouffrey, St Pierre d’Entremont). Pour des raisons pratiques les entretiens n’ont pas pu être menés dans la commune d’Huez ce qui ramène notre échantillon à cinq communes iséroises (voir figure 3). La sélection des individus enquêtés s’est fait de manière aléatoire à la suite d’une prise de contact avec les collectivités locales.

Résultats
Au final sur un effectif de 14 personnes interrogées, 10 ont un temps d’occupation de moins de 3 mois et 4 plus de trois mois mais correspondent tous aux types d’individus recherchés. Six ont hérité de leur logement à la montagne, sept l’ont acheté et seule une personne loue son logement secondaire. Huit d’entre-eux reproduisent dans leur logement à la montagne, le confort de leur logement en ville. Trois sur quatorze profitent de leur temps en montagne pour se déconnecter et le même nombre disent avoir un logement plus petit à la montagne. La moitié d’entre eux déclare que l’alternance est une habitude et une grande partie (11/14) justifie cette migration saisonnière par la recherche d’un climat plus favorable en été comme en hiver. Une grande partie là encore (12/14) déclare utiliser majoritairement les transports en communs dans l’agglomération grenobloise, bien que tous n’utilisent exclusivement la voiture en montagne. Enfin, aucun des interrogés n’estime le manque de services comme une gêne, ils semblent tous s’accommoder d’une situation en terme de services bien moins aisés que dans leur vie urbaine.

Retour sur hypothèse et conclusion
Les personnes interrogées qui font ces alternances ont mis en place une stratégie liée au climat : lorsque le climat est trop extrême dans l’une des deux résidences, ils vont dans l’autre. De la même manière que les oiseaux migrateurs ou que des migrations saisonnières équivalentes avec les littoraux français et européen, ces individus à une échelle plus locale mettent en place une stratégie résidentielle pour maximiser leur confort et limiter les coûts. Le choix de la double résidence est alors parfois dû au hasard mais est très régulièrement un choix de s’approcher à un moment ou à un autre d’une aménité particulière comme le paysage, l’espace et la fraîcheur à la montagne ou comme les services urbains dans les vallées. Les alternants tirent au maximum le profit de leur double résidence : la résidence de montagne pour le plein air en été, les activités d’intérieur, les services et la santé dans la métropole grenobloise en hiver.

Bibliographie

  • Mickaël Blanchet, 2013, « Le vieillissement des campagnes : éléments d’introduction démographique et géographique », Gérontologie et société, 2013/3 (vol. 36 / n° 146), p. 21-38.
  • Éric Dardel, 1990, L’homme et la terre. Paris, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1952, 200 p
  • André-Frédéric Hoyaux, 2000, « Point de repère et construction territoriale: quelles méthodes d’analyse pour comprendre les relations ville-montagne à Grenoble et à Chambéry? », Espaces et sociétés, 2000/3 (n°103), p. 165-225.
  • Jean-Marc Zaninetti, 2013, « Les retraités en France. Des migrations pas comme les autres », Population & Avenir, 2011/3 (n° 703), p. 4-20.

Vieillir hors les villes, vieillir en montagne 

Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine, Labex ITEM, Université Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194 / Université Milano Bicocca – Dipartimento di Sociologia e Ricerca Sociale

Thibauld Moulaert, Maître de conférences en sociologie, IUT2, Université Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194

S’inscrivant dans la poursuite d’une journée d’études organisée par les équipes « Justice sociale » et « Environnements » du laboratoire PACTE le 24 octobre 2017[1] à l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine de Grenoble, ce dossier rassemble une série de contributions sur et autour de quelques enjeux soulevés par le vieillissement en et autour de l’espace montagnard.

L’objectif de ce dossier est de participer à combler un manque dans la littérature actuelle qui cherche à penser l’avancée en âge à l’aune du « territoire » dans une lecture française (Viriot Durandal, Pihet, & Chapon, 2012) ou à partir de la « community » selon une grille anglo-saxonne (Heatwole Shank & Cutchin, 2016; Walsh, O’Shea, Scharf, & Murray, 2012). En effet, au cœur des travaux sur l’espace consacré au vieillissement, les spécificités de la montagne ne sont guère explorées.

Généralement dominée par une entrée urbaine, tant dans la littérature scientifique (Buffel & Phillipson, 2016; Clément, Mantovani, & Membrado, 1996; Phillipson, 2004) que dans l’action publique à l’instar des démarches des « villes (et communautés) amies des aînés » de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la réflexion et l’action reliant vieillissement et espace ont progressivement réintégré une entrée rurale (Gucher, 2015; Mallon, 2010; Menec, Means, Keating, Parkhurst, & Eales, 2011). L’espace rural est alors discuté comme un lieu qui peut faire sens pour les individus, sous certaines conditions renvoyant aussi bien à leurs propres trajectoires de vie qu’à l’aménagement et l’organisation des territoires (voir les travaux de géographie de Véronique Roussel et Dominique Vollet en 2004 pour la revue Pour cités par Catherine Gucher, 2012 ou, toujours dans la même revue consacrée à la ruralité, le récent numéro consacré en 2018 aux formes de « vieillir actifs à la campagne » sous la direction d’Odile Plan : http://www.revuepour.fr/produit/pour-n233-vieillir-actifs-a-la-campagne/). Certains de ces travaux comparent les formes de vieillir en ruralité et à la ville (Lalive d’Epinay, 1991). Ainsi, vieillir hors les villes peut présenter différents avantages en termes d’aménités paysagères et environnementales. Néanmoins, une plus faible densité de population et de services implique une mise en mobilité des biens et des personnes. Appliquée au grand âge, l’enjeu du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes peut entrainer par exemple des mobilités contraintes par la situation de perte d’autonomie. Dans un premier cas c’est la personne elle-même qui se déplace pour aller vers les biens (ravitaillement alimentaire, achats divers) et les services (santé, administration,…). Dans un deuxième cas, ce sont les biens et les services qui viennent à la personne, illustrant la situation de « mobilités inversées » (Cholat, 2018). En quoi le cadre montagnard permet-il d’illustrer de telles situations ? En quoi les contextes socio-spatiaux de la montagne aident-ils à mieux comprendre les transformations du rapport à l’espace face au vieillissement, tant du point de vue de l’individu vieillissant que du point de vue des contextes socio-politiques pouvant (ou non) accompagner des trajectoires d’individus vieillissants ?

Pour éclairer ces questions, nous proposons de nous centrer sur les relations entre individus (article de Léa Thiriet et Florent Cholat et interview de Jean-Pierre Jacquet et Jean-Baptiste Kern), organisations (articles de Séverine Le Piolet et de Luca Daconto) et conceptions de l’espace ou de l’environnement (articles de Kieran Walsh, Eamon O’Shea et Tom Scharf et de Catherine Gucher).

Des personnes….
Dans leur article « Habiter la montagne ET la ville, un jeu des saisons », Léa Thiriet et Florent Cholat s’inscrivent dans les travaux sur les relations et activités pendulaires entre villes et montagnes en choisissant le cas particulier des mobilités saisonnières des personnes retraitées autour de la métropole Grenobloise. Leur travail démontre d’emblée comment les alternants, au travers diverses stratégies, tirent au maximum profit de leur double résidence, quelles sont les motivations derrière ce choix et comment cette situation s’est mise en place et s’exprime dans leur quotidien.

Vivre à la montagne, c’est également y faire face aux troubles de santé qui peuvent subvenir avec l’avancée en âge. Alors que la France rurale est souvent décrite au prisme de son abandon par le monde médical à travers la notion de « déserts médicaux », il nous est apparu opportun de rencontrer des professionnels de santé au cœur du système de soins. Thibauld Moulaert interviewe Jean-Pierre Jacquet et Jean-Baptiste Kern, tous deux médecins ayant exercé ou exerçant en milieu rural. Ainsi, « Vieillir en montagne, le regard du médecin généraliste » souligne notamment la prégnance de la figure de l’agriculteur/trice, par exemple dans les visites à domicile ou des typologies d’habitants âgés rappelant certains profils présentés par Léa Thiriet et Florent Cholat ou dans les travaux de Catherine Gucher. Enfin, le dialogue entre ces deux médecins esquisse sommairement le rapport différent du patient au médecin à 30 ans d’intervalle.

Si la montagne est un lieu où vivent et s’organisent une pluralité d’habitants et d’usagers de l’espace, ces individus s’inscrivent dans des contextes structurés par des politiques publiques et par des acteurs privés.

Des organisations…
Ainsi, et comme en écho aux préoccupations des médecins face à l’isolement de certains de leurs patients, l’article de Séverine Le Piolet part d’un constat qui traverse les processus d’accompagnement du vieillissement, peu importe les caractéristiques du territoire : comment organiser l’habitat des personnes âgées entre, d’un côté, une demande des individus pour « rester à leur domicile » et, de l’autre, un dispositif institutionnel collectif et, fréquemment, décrié[2] ou mal perçu ? « La diversification des typologies de logements à destination des ainés : un terrain fertile pour l’ingénierie territoriale. Retour d’expérience et perspective de recherche » croise un double regard : celui de l’architecte aménageur et celui d’un pouvoir public qui, comme le Département, peut décider de soutenir certaines orientations de politiques publiques. Si « l’ingénierie territoriale » définit la sphère de l’aménagement du territoire pour embrasser « l’ensemble des moyens humains, des méthodes et des missions concourant à l’élaboration et à la conduite d’un projet de territoire, ainsi qu’à la définition, au montage et à la mise en œuvre d’actions », Séverine Le Piolet s’en sert pour décrypter la gamme protéiforme des « logements adaptés aux personnes âgées non dépendantes » ; elle dégage ainsi des enjeux de « faisabilité » (sous les aspects financiers et réglementaires, ce sont alors des questionnement sur l’accessibilité des soins, l’accès aux transports publics, etc., qui devraient idéalement être pris en compte) et des enjeux de « planification » (comment réguler la coordination des acteurs multiples, privés et publics, intervenants dans la mise en œuvre de tels projets immobiliers et accompagner les territoire ruraux à travers les multiples règlements et échelles territoriales).

Si l’accessibilité à de telles offres de « logements adaptés » apparait comme un élément important dans la gestion publique de l’espace montagnard, Luca Daconto décline la question de l’accessibilité à partir de l’accès à la ressource alimentaire des personnes âgées. L’article « Food-ability et vieillissement : un premier encadrement dans les territoires de ville et de montagne en Lombardie » compare ainsi l’accès à la nourriture et aux denrées alimentaires entre un territoire montagnard et un territoire urbain. Ainsi, les espaces de montagne seraient moins favorables en termes d’accessibilité à la nourriture lorsque certaines circonstances se présentent (enneigement, fermeture de route, etc.) ; mais cette situation est également impactée par les caractéristiques personnelles, comme la non possession d’une voiture chez les femmes très âgées. Ces femmes âgées, seules, illustrent l’influence de la vulnérabilité économique qui ne permet pas, par exemple, d’accéder à de la nourriture de qualité. L’article souligne qu’il n’est pas possible de dresser une situation homogène de l’accès à la nourriture en montagne tant les situations, composées de contextes géographiques et de parcours individuels, sont hétérogènes ; pour autant, Luca Daconto, tout comme Séverine Le Piolet, estime qu’il est possible d’envisager des environnements plus favorables à cette diversité de situation. On s’approche alors de la possibilité de conceptualiser l’espace en lien avec le vieillissement.

Des conceptions de l’espace à réinterroger
En nous décalant vers un cas irlandais, Kieran Walsh, Eamon O’Shea et Thomas Scharf aident à penser les rapports en vieillissement rural et exclusion sociale. Ici encore, même s’il n’est pas question de contexte montagnard, on retrouve la figure et la place du modèle agricole dans l’espace rural. Leur article « Rural ageing and social exclusion in farm resource dependent communities: the Irish experiences » dresse la synthèse d’une vaste étude menée dans 10 contextes ruraux irlandais diversifiée à partir de plus d’une centaine d’interviews et de groupes focus. Reprenant une conception multidimensionnelle de l’exclusion liée au vieillissement (Walsh, Scharf, & Keating, 2017), l’article dégage cinq domaines d’exclusion en ruralité (réseau social ; accès aux services ; accès aux transports publics et privés ; sentiment de sécurité et d’appartenance à une communauté ; sécurité financière) qui peuvent interagir, être une composante ou la conséquence d’un processus d’exclusion sociale. L’apport central de cette contribution se situe alors du côté de la mise en avant de « facteurs médiateurs » qui vont amplifier (ou au contraire limiter) les possibilités d’exclusion sociale des personnes âgées en ruralité. Les auteurs pointent ainsi une série de dimensions individuelles, telle que les capacités d’adaptation personnelle (sans pour autant tomber dans le fatalisme) ; l’influence du parcours de vie, et notamment des événements marquants tels la mort d’un proche ou d’un enfant ; les caractéristiques du lieu et l’attachement à la communauté locale qui peuvent servir de support ou, au contraire pour les « nouveaux arrivants », de frein à une intégration pleine et entière (éléments que l’on retrouve dans l’article de Catherine Gucher) ; enfin, des facteurs macro-économiques, tels la baisse structurelle de l’influence de l’agriculture dans le monde contemporain, impactent fortement la possibilité d’une exclusion des plus âgés dont la vie a été, pour une partie d’entre eux, fondée sur le monde paysan.

Pour clore ce dossier, Catherine Gucher développe une approche originale entre « Expériences du vieillir et enjeux d’action publique en territoires de montagne : une approche au prisme de la notion ‘d’effets de milieu’ ». Non seulement, cet article résume et rassemble un ensemble d’éléments qui se présentent tout au long du dossier (l’extrême diversité des contextes ruraux vaut également pour les contextes de montagne ; les situations individuelles ne peuvent se comprendre que comme des entrelacements de trajectoires personnelles et de configurations territoriales marquées par l’intervention d’acteurs publics et privés), mais la notion « d’effet de milieu » vient dialoguer avec les « facteurs médiateurs » synthétisés par Kieran Walsh et ses collègues en Irlande. Ainsi, que ce soit la « civilisation paysanne », l’influence des familles ou encore le « faire ensemble », ce sont autant de ressources territoriales à disposition ou non d’habitants qui s’inscrivent dans ces territoires depuis toujours (les « natifs ») ou pas (« les revenus au pays » ou les « installés sur le tard »). Pour Catherine Gucher, une action publique qui veut trouver un sens dans un territoire montagnard pourrait, voire devrait, s’appuyer sur et tenir compte de tels « effets de milieux ».

Au final, notre dossier souligne que les situations du « vieillir à la montagne » ne peuvent plus être réduites à la seule figure du paysan (Lalive d’Epinay, 1991). Certes, l’agriculture continue de marquer la campagne, et donc la montagne. Mais l’ensemble des contributions à ce dossier souligne non seulement la diversité des situations individuelles des personnes vieillissantes en montagne, mais il met aussi en avant l’importance de la pluralité des facteurs qui constituent ces « territoires de montagne ». Facteurs géographiques et facteurs humains se conjuguent et peuvent être pris en compte ensemble en vue d’une action publique démocratique, qui tout en correspondant aux spécificités de la montagne, et de ses habitants au 21ème siècle, n’oublierait pas pour autant de s’appuyer sur les ressources que constituent ses habitants les plus âgés.

Bibliographie
Buffel, T., & Phillipson, C. (2016). Can global cities be ‘age-friendly cities’? Urban development and ageing populations. Cities, 55, 94–100. https://doi.org/10.1016/j.cities.2016.03.016

Cholat, F. (2018). Les « mobilités inversées » comme clé de lecture de la dépendance dans les territoires de montagne. Pour, N° 233(1), 97–101.

Clément, S., Mantovani, J., & Membrado, M. (1996). Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer. Les Annales de La Recherche Urbaine, 73, 90–98.

Gucher, C. (2012). Vieillesses différenciées et ” effets de milieu ” : Contribution à une théorie sociologique du vieillissement et de la vieillesse. Habilitation à diriger des recherches. Université de Grenoble Alpes. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00735653

Gucher, C. (2015). Des vieux sur la place. Quelle place pour les vieux ? Vieillir dans les espaces ruraux au risque de la relégation. In J.-P. Viriot Durandal, É. Raymond, T. Moulaert, & M. Charpentier (Eds.), Droits de vieillir et citoyenneté des aînés. Pour une perspective internationale (pp. 325–339). Presses de l’Université de Québec.

Heatwole Shank, K. S., & Cutchin, M. P. (2016). Processes of developing ‘community livability’ in older age. Journal of Aging Studies, 39, 66–72. https://doi.org/10.1016/j.jaging.2016.11.001

Lalive d’Epinay, C. (1991). Vieillir ou la vie à inventer. Paris: L’Harmattan.

Mallon, I. (2010). Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ? Espace populations sociétés, (2010/1), 109–119. https://doi.org/10.4000/eps.3967

Menec, V. H., Means, R., Keating, N., Parkhurst, G., & Eales, J. (2011). Conceptualizing Age-Friendly Communities. Canadian Journal on Aging / La Revue Canadienne Du Vieillissement, 30(3), 479–493.

Phillipson, C. (2004). Urbanisation and ageing: towards a new environmental gerontology. Ageing and Society, 24, 963–972.

Roussel, V., & Vollet, D. (2004). Les retraités, une chance pour les espaces ruraux ? Pour, 182, 223–228.

Viriot Durandal, J.-P., Pihet, C., & Chapon, P.-M. (2012). Les défis territoriaux face au vieillissement. Paris: La Documentation française.

Walsh, K., O’Shea, E., Scharf, T., & Murray, M. (2012). Ageing in changing community contexts: Cross-border perspectives from rural Ireland and Northern Ireland. Journal of Rural Studies, 28(4), 347–357. https://doi.org/10.1016/j.jrurstud.2012.01.012

Walsh, K., Scharf, T., & Keating, N. (2017). Social exclusion of older persons: a scoping review and conceptual framework. European Journal of Ageing, 14(1), 81–98. https://doi.org/10.1007/s10433-016-0398-8

[1] https://www.pacte-grenoble.fr/actualites/vieillir-hors-les-villes-vieillir-en-montagne La veille de cette journée, un séminaire méthodologique s’est tenu avec plusieurs doctorants de ces équipes et Kieran Walsh.

[2] À l’instar du mouvement de manifestation des personnels ET des familles des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) du printemps 2018.