Archives pour la catégorie Jeunes chercheurs

L’opportunité d’un label « Bretagne Sud »

Entre reconnaissance par les acteurs et nécessité d’incertitude

Par1 Vincent Boyer, maître de conférences en droit public, Lab-LEX ; Christine Bougeard-Delfosse, maître de conférences en marketing, LEGO ; Lucile Chartain, post-doctorante en sociologie, PREFics ; Leïla Damak, maître de conférences en marketing, LEGO ; Pascale Ertus, doctorante en marketing, LEGO ; Florence Gourlay, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Géoarchitecture ; Claire Mahéo, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, PREFics ; Clément Marinos, docteur en géographie et aménagement, LEGO.
Résumé

Cet article interroge la pertinence de la labellisation du territoire de Bretagne Sud. Au regard du droit, la « Bretagne Sud » n’a pas d’existence, ce n’est pas un territoire politico-administratif, ni une marque déposée. Pourtant, de nombreux acteurs locaux, entreprises comme institutionnels, s’approprient cette terminologie. Nous proposons les premiers résultats d’un projet en cours visant à analyser les représentations de ce territoire auprès de ses acteurs (particuliers, communes, organisations). La référence à la Bretagne Sud est en effet fréquente : plus de deux cents structures, situées sur les départements de la Loire Atlantique, du Morbihan et du Finistère, utilisent ce vocable dans leur appellation.

L’originalité de l’approche repose sur un travail de terrain à trois dimensions. L’enquête « particuliers » indique que le vocable est principalement utilisé par les résidents du Morbihan. Sa représentation géographique correspond à un continuum littoral entre le Finistère Sud et la Loire Atlantique. La Bretagne Sud se réfère à plusieurs dimensions du territoire : sa topographie, son dynamisme, son attractivité notamment.

L’étude « communes » a permis de dessiner un territoire correspondant à une zone littorale assez claire entre la pointe de Penmarch et la Loire-Atlantique. La question qui se pose est alors celle de la progression rétro-littorale et des franges de la Bretagne Sud.

L’enquête « organisations » a mis en évidence plusieurs fonctions pour le territoire. Il apparaît comme un outil d’identification (notoriété, connotations positives) : il semble surtout que l’appellation « fonctionne » car elle se situe dans un entre-deux (ni trop précise, ni pas assez).

Ces trois études permettent ainsi de dégager des représentations générales associées à la Bretagne Sud. Concernant sa localisation, le territoire se présente paradoxalement comme une évidence géographique, mais aux contours flous. Les résultats intermédiaires de notre étude mettent en avant qu’un processus de labellisation du territoire serait limité, voire réducteur : la force de son usage actuel semble en effet provenir précisément du flottement lié à son absence d’institutionnalisation. Continuer la lecture de L’opportunité d’un label « Bretagne Sud » 

  1. Auteurs membres du programme de recherche pluridisciplinaire IDENSO (IDENtités et SOciétés) de l’université Bretagne Sud - Axe « Territoires » []

Innovation et authenticité à la Vallée Bras-du-Nord

Par Isabelle Falardeau, maîtrise ès sciences géographiques, université Laval (Québec) et Pascale Marcotte, PhD. sociologie, professeure titulaire, département de géographie, université Laval (Québec)
Résumé

L’innovation et l’authenticité sont souvent présentées comme des incontournables en tourisme. Ces concepts peuvent à première vue sembler opposés, le premier réduit à la nouveauté, et le second faisant écho à la tradition au sens large, mais ils ne le sont pas nécessairement d’un point de vue théorique. Comment l’innovation peut-elle être authentique et vice versa ? Et comment l’innovation et l’authenticité sont-elles intégrées dans l’offre des produits touristiques ? Le sujet est étudié ici à travers une étude de cas, celui de la Vallée Bras-du-Nord (Québec). L’étude exploratoire repose sur une approche multi-méthode : analyse de données secondaires, technique de groupe nominal et questionnaire. L’une des contributions de cette étude est d’explorer comment l’innovation et l’authenticité perçues par les touristes sont représentatives des écrits théoriques. Les résultats suggèrent que les caractéristiques générées par les participants au sujet de l’innovation corroborent la littérature, tandis que celles générées au sujet de l’authenticité ne représentent pas aussi fidèlement les écrits. Par exemple, pour l’innovation, les réponses des participants se réfèrent à l’entreprise elle-même, et moins au produit touristique offert par celle-ci. La notion d’authenticité en milieu naturel, elle, est mal servie par les typologies habituelles. En effet, l’authenticité est un concept généralement étudié en contexte culturel, et l’est peu en milieu naturel. Développer un cadre conceptuel plus adapté pour l’analyse de l’authenticité en milieu naturel est une piste de recherche qui pourrait découler de la poursuite de cette étude. Continuer la lecture de Innovation et authenticité à la Vallée Bras-du-Nord 

Écologies productives des vallées transfrontalières

Par Roberto Sega, architecte et urbaniste, assistant scientifique et doctorant à l'EPFL, lab-U Laboratory of Urbanism

 

Figure 1. The Alpine “Valley Section”. Les ressources naturelles, les lieux et les circuits de leur exploitation. © Sega

L’aspect central de cette contribution consiste à lier la construction de la ville-territoire alpine avec la structure de l’espace industriel et infrastructurel, en révélant la véritable consistance de la « plateforme productive alpine ». Jusqu’aux années 1970, la grande industrie a été pour les vallées alpines un facteur d’émancipation, un acteur économique qui, souvent encouragé par le public, a modifié radicalement (de façon active et passive) le territoire alpin.

Que reste-t-il de l’industrialisation de la montagne aujourd’hui ? S’agit-il seulement d’une question d’archéologie industrielle ? À travers une étude portant sur deux vallées transfrontalières (la vallée du Rhône et le val d’Ossola) nous essaierons de mettre en évidence la complexe infrastructure productive du territoire alpin et son importance stratégique à la lumière de la troisième révolution industrielle. Continuer la lecture de Écologies productives des vallées transfrontalières 

Du bien commun au commun

Repenser les normes économiques, sociales et politiques pour gouverner la forêt villageoise (Sarmoli, Kumaon, Himalaya indien)

Par Mauve Létang, doctorante en géographie, université Paris-Sorbonne, UMR Espaces, Natures, Cultures et UPR Centre d’études himalayennes
Résumé

En 1994, un groupe de néoruraux s’est installé dans le village de Sarmoli dans l’Himalaya indien. Leur migration avait pour objectif de « retourner à la terre ». Cette forme d’intervention sur le local fait partie d’un projet politique et idéologique plus large ayant pour objectif de dynamiser l’espace rural et de réinvestir le rapport social aux terres collectives. Leur représentation du monde rural est celle d’une société de l’entraide, du partage des savoirs et des savoir-faire, constituée d’une petite paysannerie fondée sur des exploitations familiales de cultures vivrières et d’artisanat local. Ce mode de vie représente pour ces personnes un patrimoine à protéger et une façon de militer contre le néolibéralisme en dépassant la société capitaliste. Ce dernier vise à s’éloigner de la vie urbaine, de la consommation de masse, à (ré)apprendre à cultiver, à s’intégrer dans des circuits de production plus courts, à manger autrement et revient à mener une critique en pratique de la société capitaliste, voire à réinventer la démocratie. Cet article montre comment ces actrices et acteurs ont reconfiguré le gouvernement des communs villageois, élément central de la vie des habitant-e-s. Alors que les communs correspondaient en premier lieu à un système de ressources géré par une communauté d’utilisatrices et d’utilisateurs, ils deviennent une pratique collective d’auto-institution et d’auto-gouvernement. Pourtant, en ne prenant pas en compte la diversité des inégalités et des disparités au sein de la société villageoise, les actions de ces actrices et acteurs sur le gouvernement des communs ont créés des distinctions sociales et des hiérarchies économiques à Sarmoli. Continuer la lecture de Du bien commun au commun 

De l’objet architectural à la construction d’un territoire

Le cas des stations touristiques d’altitude dans les Alpes franco-italiennes

Par Caterina Franco, doctorante en architecture, laboratoire Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires (MHAevt), ENSA Grenoble, ED 454, Université Grenoble Alpes. Thèse en cotutelle avec le département Architecture, Built environment and Construction, Politecnico di Milano
Résumé

Aujourd’hui les enjeux des territoires de haute montagne mettent en lumière une crise des stations de sports d’hiver dites intégrées (Knafou, 1978) et obligent à réfléchir à une échelle plus large, qui prend en compte le massif et les rapports avec la vallée. Conscients de ces bouleversements, confirmés par l’état des lieux de la recherche dans le domaine économique ou géographique, nous souhaitons développer une relecture de l’histoire des stations en analysant le rapport entre la station et le site sur lequel elle est construite. Nous posons donc l’hypothèse que l’ancrage territorial est une clé de lecture fondamentale pour comprendre la naissance et l’évolution de ces établissements, tout en étant un point de réflexion stratégique pour leur futur développement.

À cette occasion, nous utilisons comme cas d’étude le projet pour le plan d’aménagement des stations du domaine de la Grande Plagne, conçu par l’architecte Michel Bezançon à partir de 1960. Nous nous appuyons sur un travail de recherche mené dans les archives départementales de la Savoie et sur une analyse de documents originaux à travers l’outil cartographique. Continuer la lecture de De l’objet architectural à la construction d’un territoire 

L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale

Enseignements à partir du bien inscrit au patrimoine mondial « les sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes

Par Mélanie Duval, chargée de recherches CNRS, géographie ; Ana Brancelj, doctorante en géographie ; Christophe Gauchon, professeur des universités, géographie

Laboratoire EDYTEM / UMR 5204 CNRS / Université Savoie Mont Blanc / ministère de la Culture et de la Communication
Résumé 

En juin 2011, le bien sériel « sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes » a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Ce bien, réparti entre les six pays alpins, se compose de 111 stations lacustres dont 11 sont situées sur le territoire français. Paradoxalement, alors que cette inscription au patrimoine mondial vient reconnaître et consacrer le statut patrimonial des sites palafittiques, ces derniers restent à la marge des paysages touristiques et patrimoniaux lacustres français. À leur invisibilité physique (des pieux sous l’eau) semble s’ajouter une invisibilité sociale (absence de (re)connaissance sociale). Ce hiatus entre patrimonialisation par désignation et par appropriation (Rautenberg, 2004) est d’autant plus surprenant que l’inscription au patrimoine mondial est bien souvent recherchée par les acteurs territoriaux en raison de ses capacités à servir des enjeux de développement territorial (Gravari-Barbas et Jacquot, 2011 ; Duval et al., sous presse a). Fort de ce contexte, et sur la base de premières recherches exploratoires conduit dans le cadre du projet de recherche « Singulariser les territoires de montagne » du LabEx Item[1], cet article avance de premiers résultats visant à expliciter les freins à l’activation des propriétés labellisantes de l’inscription au patrimoine mondial, en ciblant sur le contexte français. L’identification de ces derniers résulte d’entretiens conduits avec des acteurs ressources courant 2016 et d’un début d’approche comparative à l’échelle de l’arc alpin (Brancelj, 2016). In fine, l’article conclut sur la place des dispositifs de valorisation dans l’articulation des processus de patrimonialisation par désignation et par appropriation. Continuer la lecture de L’inscription au patrimoine mondial dans les logiques de distinction territoriale 

D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ?

Par Coralie Achin, docteur en sciences du territoire, Université Grenoble Alpes, IRSTEA, UR Développement des Territoires Montagnards

Avec près de 1,2 milliards de touristes en 2015 (UNWTO, 2016), le tourisme constitue un phénomène mondialisé, dont le rôle économique ne fait aujourd’hui plus aucun doute : ayant bénéficié au cours des vingt dernières années d’une croissance quasi interrompue, ce secteur représente aujourd’hui plus d’un milliard de recettes internationales, 10% du PIB mondial et fournit un emploi sur onze (UNWTO, op. cit.). Ces chiffres, imposants, témoignent du passage d’un tourisme confidentiel et élitiste au début du XIXème siècle (Boyer, 2005) à un tourisme de masse dont les prémices remontent aux années 1930 (Boyer, 1999). Sans nul doute, l’avènement de ce dernier a été permis par la mondialisation ainsi que par les évolutions industrielles et sociales concomitantes et/ou liées. Parmi elles, nous pouvons tout particulièrement mettre l’accent sur le développement des moyens de transport et de communication, la limitation de la durée hebdomadaire de travail et l’institution progressive de cinq semaines de congés payés par an, offrant aux Français la possibilité nouvelle de partir en vacances. À compter de cette période, la pratique touristique se démocratise, entrainant alors une multiplication des destinations touristiques (Stock et Antonescu, 2014) s’appuyant pour cela sur la mise en place d’une organisation de type industriel, fondée sur la standardisation des prestations (Cuvelier, 2012). Bien loin de rester étrangère à ce phénomène, la montagne française se transforme également au milieu du XXème siècle, accompagnée pour cela par les services de l’État. Impliqués dans la réalisation des stations de sports d’hiver, ceux-ci appliquent alors aux stations de troisième génération (Cumin, 1970) les principes d’aménagement fordistes dans un objectif de rentabilité économique, conduisant alors à une rationalisation et, in fine, une standardisation du produit touristique ainsi créé (François, 2007 ; Hatt, 2011). Corollaire, la spécificité et l’authenticité ayant entouré la création des premières stations de sports d’hiver sont, à cette période, abandonnées, au profit de cette généricité fonctionnelle, jugée optimale. Continuer la lecture de D’un « modèle unique » à la spécification des stations de moyenne montagne ? 

La mise en œuvre de la convention alpine : une approche politique justifiée par son pragmatisme

Par Matthew Naylor, doctorant en sciences juridiques, CRJ, Université Grenoble Alpes 

Introduction

 

En 1952, lors de sa création, la Commission internationale pour la protection des Alpes (CIPRA) souligne le besoin d’une convention internationale protégeant l’ensemble des Alpes[1]. Il faudra attendre 39 ans pour la proclamation de la convention des Alpes à Salzbourg (Autriche) en 1991.

En 1993, la convention est signée par tous les États partageant le massif alpin : l’Autriche, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Suisse, le Liechtenstein, la Slovénie et la principauté de Monaco, ainsi que l’Union européenne. Ce traité est alors le premier texte international juridiquement contraignant[2] relatif à un massif montagnard. Il reconnaît officiellement le besoin d’actions coordonnées entre les États alpins pour assurer la protection des ressources de leur massif.

En 2011, pour les 20 ans de la convention alpine, la CIPRA considère le bilan de la mise en œuvre du texte comme mitigé. Elle écrit que contrairement au réseau « Alliance dans les Alpes », au Réseau alpin des espaces protégés (Alparc), à l’association « Ville des Alpes de l’année » et au Comité scientifique international sur la recherche alpine (ISCAR) – qui mettent en œuvre activement la convention des Alpes –, « les Parties contractantes se sont trop souvent concentrées ces dernières années sur la production de papier et sur la formulation de résolutions »[3].

En 2016, le comité de vérification (ci-après comité) de la mise en œuvre de la convention alpine publie son rapport final concernant l’examen approfondi du thème « tourisme » dans le cadre de la convention alpine. Ce rapport est le produit de la deuxième phase de travail du comité. Les actions de ce dernier sont-elles aussi une simple « production de papier » pour les archives ? Il ne s’agit pas ici de faire un résumé des mesures de mise en œuvre de la convention prises par ses États signataires, ce qui serait une simple synthèse du rapport existant, mais d’établir dans quelle mesure les actions du comité contribuent à la mise en œuvre de la convention alpine.

Il faut d’abord souligner l’importance politique et scientifique du rapport du comité en tant qu’institution de la convention alpine. Cette présence institutionnelle dans la convention-cadre lui permet d’aller au-delà de la signature du texte et de mesurer sa mise en œuvre. Il conviendra dans un premier temps de traiter de la nature particulière au niveau international d’une convention-cadre (I). Pour saisir la mise en œuvre des conventions-cadre, il faut d’abord comprendre pourquoi les États ratifient des engagements internationaux. Les causes de la ratification pourront être utilisées comme moyens de pression pour assurer la mise en œuvre des engagements. Il conviendra d’identifier ceux utilisés par le comité (II).

Continuer la lecture de La mise en œuvre de la convention alpine : une approche politique justifiée par son pragmatisme 

Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes

Par Florent Cholat, doctorant en géographie et sociologie urbaine, LabEx ITEM, Université de Grenoble Alpes – UMR Pacte 5194 / Università Milano Bicocca  – Dipartimento di sociologia e ricerca sociale

et Luca Daconto, post-doctorant en sociologie, Università Milano Bicocca – Dipartimento di sociologia e ricerca sociale

Résumé 

L’alimentation est une composante importante de la qualité de vie des individus en termes de santé, de sociabilité et d’intégration. Dans une perspective de justice sociale, le défi pour les politiques publiques est de promouvoir l’accès à une variété de ressources alimentaires saines, sûres et appropriées, notamment pour les populations les plus vulnérables.

Dans ce cadre, l’article vise à identifier les différents potentiels d’accès aux ressources alimentaires qui caractérisent les territoires de la convention alpine en Lombardie et en Auvergne-Rhône-Alpes. Le but est de présenter les résultats d’une analyse spatiale de la distribution des commerces alimentaires et des personnes âgées de 75 ans et plus (Istat 2011 ; Insee 2010). L’article analyse la dotation des ressources alimentaires (nombre de services par habitant) à l’échelle communale avant de la comparer à la répartition des personnes âgées. L’objectif est d’identifier les ressources alimentaires auxquelles la population âgée peut potentiellement accéder.

Les résultats montrent que dans les deux pays les territoires de montagne ont une dotation alimentaire (nombre de services par habitant) plus importante que les espaces urbains et péri-urbains. La présence de zones touristiques conduit cependant à une surreprésentation des commerces alimentaires d’autant que les communes touristiques de montagne situées à plus de 1000 mètres sont peu habitées et ont une faible proportion de personnes âgées dans leur population. Continuer la lecture de Accès aux ressources alimentaires des aînés dans les Alpes 

Développer l’économie numérique en territoire isolé, un défi trop ambitieux ? L’exemple des télécentres du Cantal

Par Louis Salgueiro, docteur en géographie et aménagement, chercheur associé au Laboratoire d’étude et de recherche sur l’économie, les politiques et les systèmes sociaux (LEREPS, EA4212), université de Toulouse Jean Jaurès 

Résumé :

Le télétravail et les télécentres font historiquement l’objet d’un développement par les politiques publiques avec pour objectifs complémentaires la déconcentration des activités des grandes agglomérations en périphérie, la réduction des congestions urbaines et la redynamisation des territoires peu denses et leur désenclavement. La pénétration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les différentes sphères ont certes entraîné un assouplissement des conditions de l’activité au regard du temps et de l’espace (Lenz & Nobis, 2007), mais la vision des aménageurs surestime encore leur potentiel. En réalité, les politiques publiques du télétravail et des télécentres se sont révélées en grande partie inefficaces pour « rééquilibrer » les territoires (Paavonen, 1999 ; Crouzet, 2002 ; Moriset, 2011). Pourtant, la diffusion des télécentres ne cesse de s’intensifier, avec plus d’une centaine en France en majorité en zone de massif en 2014.

Nous interrogeons ici les conditions de déploiement de ces dispositifs dans les territoires isolés avec pour exemple le Cantal et ses dix télécentres qui est un des départements pionniers en la matière et qui poursuit son développement. L’approche systémique inclue l’analyse de l’offre et des usages et de leurs interactions avec leurs dynamiques territoriales d’ancrage Les résultats révèlent la gouvernance multiniveau d’une offre diversifiée et des usages et des non-usages liés aux stratégies des usagers. Les effets induits, attendus ou imprévus par les politiques publiques sont dépendants de conditions liées aux équipements, services et aménités des territoires, aux usages, à la dynamique du type de territoire considéré, mais aussi à des facteurs exogènes au système spatial. Les effets sont enfin plus ou moins durables pour ces territoires avec en fond tout le poids des dynamiques globales dans l’œuvre des acteurs publics.

Continuer la lecture de Développer l’économie numérique en territoire isolé, un défi trop ambitieux ? L’exemple des télécentres du Cantal 

Being innovative regarding the sensitive question of accidents in mountain sports

Prevention opportunities provided by experience feedback methods applied to accident and near-miss sequences

Par Maud Vanpoulle, Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-Vis), Université Claude Bernard Lyon 1

Introduction

The effectiveness of sport accidents prevention is often considered in terms of communication strategies, in relation with the good enunciation, the correct reception, and ideally, the appropriation of prevention messages and safe methods by participants. The accuracy of these strategies depends on thorough knowledge of accident frequencies, of typical circumstances and risk factors, and of the origins of accident sequences (Bahr & Krosshaug, 2005; Rasmussen & Svedung, 2000).

Unfortunately, according to recent studies on mountain leisure and recreation (Soulé et al., 2014), the knowledge of accident facts, causes, and consequences in mountain sports seems perfectible. More than the quantity of information produced, sometimes important, the fragmentation of sources, the heterogeneous methodologies used to collect information, and the data availability, are problematic for a meaningful use of accident data. Corporative, institutional, methodological or judicial stakes are pregnant when it comes to accidents and can partly explain this fragmented picture of accidentology (Soulé et al., 2015). Continuer la lecture de Being innovative regarding the sensitive question of accidents in mountain sports 

Partager des relations professionnelles au cours d’une ethnographie

Les implications relationnelles d’une enquête sur les conseils scientifiques des espaces protégés alpins

Par Gaëlle Ronsin, doctorante LabEx ITEM, Université Grenoble Alpes. Laboratoires : IRSTEA (UR DTM – Grenoble), EDYTEM (Savoie). Rattachement secondaire au Centre Max Weber (UMR 5283), F-69007 LYON, équipe « politiques de la connaissance ».

Résumé :

Cet article présente la posture qui sous-tend une ethnographie caractérisée par une forte proximité professionnelle avec une partie des enquêtés. Dans le cadre de ma thèse de doctorat sur les conseils scientifiques d’espaces protégés, deux postures doivent se conjuguer dans tous les temps de l’enquête : une posture d’enquête en tant qu’ethnographe et une posture d’apprentissage en tant que doctorante. Ainsi, je mettrai en discussion les implications de ce positionnement sur la construction des relations d’enquête et sur les conditions de la production scientifique afin de comprendre comment l’ethnologue peut méthodologiquement s’appuyer sur les rapports sociaux issus de l’enquête pour étudier un champ social.  Continuer la lecture de Partager des relations professionnelles au cours d’une ethnographie 

Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960

Par Dorothée Fournier, laboratoire SENS UFR STAPS / doctorante LabEx ITEM 2013-2016     Université Grenoble Alpes

RÉSUMÉ

La création du comité interministériel à l’aménagement de la montagne par décret du 19 novembre 1960 amorce une politique nationale de développement touristique qui entend faire passer les territoires de montagne de l’archaïsme à la modernité. En Oisans les acteurs locaux, au motif de leur survie et en quête de réorientation économique, consentent à cette vision normative par une course à l’équipement en infrastructures de loisirs. Les controverses à propos de la montagne saccagée semblent gommées par l’espoir de chaque village de devenir un lieu dédié aux sports d’hiver. Mais les deux grands ensembles touristiques en pleine expansion et le projet de création d’un parc national amènent à interroger cette dynamique asymétrique. Par une analyse de la presse locale à l’échelle de l’Oisans au cours de la décennie 1960, cet article propose d’explorer, dans une perspective historique et au prisme du concept d’innovation, les processus par lesquels pratiques sportives, acteurs et espaces interagissent pour faire apparaître de nouvelles réalités territoriales. Continuer la lecture de Visions et construction d’un territoire, l’Oisans au cours des années 1960 

« Les Pyrénées : laboratoire de l’olympisme » : : recherches à propos d’un projet sportif et touristique innovant des années 1990

Par André Suchet, maitre de conférences, Université de Bordeaux, Faculté des STAPS, LACES (EA 4140), Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

Les Jeux pyrénéens de l’aventure 1993, compétition singulière dans l’histoire du mouvement olympique émane du programme de développement sportif et touristique Pyrénées : laboratoire de l’olympisme formulé en France à la fin des années 1980. Lancé sous l’impulsion d’un porteur français en 1988, ce dossier évolue en projet transfrontalier avec l’Espagne dans une intention de développement territorial global de la chaîne pyrénéenne, un projet précurseur et innovant.

Cette contribution[1] retrace l’origine, les intentions (sportives, culturelles, territoriales) et les principes de ce programme, puis résume brièvement les modalités d’organisation des Jeux pyrénéens de l’aventure en 1993. À la suite de différentes études en géographie ou sociologie du sport (Bessy, 1994, 2002, 2012 ; Augustin, 2009 ; Gumuchian, 1993 ; Barget & Gouguet, 2010 ; Maennig & Zimbalist, 2012 ; Chappelet, 2004 ; Obin & Corneloup, 2010 ; Bessy & Suchet, 2015 ; Burgan & Mules, 1992 ; Fayos-Sola, 1997 ; Clivaz & Marcelpoil, 2009 ; Guibert, 2004) puis de la littérature relative aux festivals et à l’organisation de rassemblements culturels qui offre un point de vue intéressant à ce sujet (Gravari-Barbas & Veschambre, 2005 ; Crozat & Fournier, 2005 ; Di Méo, 2001), il s’agit d’exposer comment un événement temporaire peut tenter de s’ancrer dans le temps et dans l’espace pour fabriquer du territoire, et surtout d’étudier les mécanismes d’innovation territoriale et de tentative d’innovation territoriale dans le domaine du sport et du tourisme en Pyrénées. Continuer la lecture de « Les Pyrénées : laboratoire de l’olympisme » : : recherches à propos d’un projet sportif et touristique innovant des années 1990 

La montagne transfrontalière : entre innovation, compétitivité, valeur ajoutée et nécessité de préservation de l’environnement

Par Lauranne JACOB, doctorante[1], Université de Genève, département de géographie et environnement et institut de gouvernance de l’environnement et de développement territorial. Université de Grenoble-Alpes, laboratoires PACTE, CJR-GREAT.

Résumé

L’objectif de cet article est de montrer comment les espaces transfrontaliers de montagne mènent des projets de coopération qui répondent à la fois aux besoins des populations locales, aux enjeux environnementaux mais aussi aux critères des politiques publiques qui les financent (Programme Interreg A pour la coopération transfrontalière, Nouvelle politique régionale en Suisse). Il met en évidence une évolution et surtout une adaptation aux critères posés par les politiques publiques issues de l’Union européenne ou encore des États membres et non membres. Ces dernières conditionnent l’obtention des financements de projets à un certain nombre de critères. L’innovation est bien entendu au cœur de ceux-ci. Se pose alors la question de l’évaluation de l’innovation mais aussi celle de sa définition, qui n’est semble-t-il pas partagée et en tout cas non posée dans les documents de programmation. La mise en avant de nouveaux critères tels que l’innovation, la compétitivité ou la valeur ajoutée constituent des éléments tangibles d’un changement de paradigme intervenu dans les politiques publiques après les années 2000 et dont les effets se font clairement sentir aujourd’hui. La question de l’innovation en contexte montagnard transfrontalier est abordée au travers de deux cas d’étude comparés : la coopération transfrontalière entre les parcs Alpi-Marittime (Italie) et Mercantour (France) et l’Espace Mont-Blanc entre la France, l’Italie et la Suisse. Continuer la lecture de La montagne transfrontalière : entre innovation, compétitivité, valeur ajoutée et nécessité de préservation de l’environnement