Archives mensuelles : mai 2019

Comment Construire un écosystème d’incubateurs performant dans l’espace alpin ? La puissance des réseaux

Par Kirsten Koop et Jean-Baptiste Grison

Une délégation du LabEx ITEM a été présente à Constance, le 28 mars 2019, au sein du premier groupe de travail (action group 1) de la stratégie européenne de recherche sur l’arc alpin. (EUSALP).

Crédit photo : Jean-Baptiste Brison
Photo prise à l’Université de Constance (Allemagne)- Mars 2019.

L’objectif de ce groupe de recherche est :

  • d’accroître les collaborations entre acteurs de l’espace alpin (chercheurs et autres acteurs) ;
  • de renforcer le réseau de recherche dans le cadre de la stratégie macro-régionale alpine.

Questions à l’ordre du jour :

  • Comment s’organise la collaboration entre les pays ?
  • Quels sont les mécanismes et outils de collaboration ?

Après une introduction de Anna Giorgi (professeur à l’Unimont, antenne de l’université de Milan au nord de la Lombardie et au cœur des Alpes), sept projets de réseautage ont été présentés, majoritairement à l’échelle de l’Espace Alpin, et quelquefois plus larges.

  • Les Digital Innovation hubs (DIHs), c’est-à-dire un groupe d’organisations ayant une expertise complémentaire et un objectif à but non lucratif, offrant un ensemble de services aux entreprises – en particulier les PME (y compris les start-ups) – pour soutenir leur transformation numérique grâce à un guichet unique.
  • La Smart specialization partnerships and platforms (S3platform). Ales Gnamuš (Commission Européenne) a présenté les principaux résultats de la plate-forme S3 (Smart Specialization Strategies), en mettant l’accent sur les plates-formes thématiques S3 développées pour des secteurs clés spécifiques, à savoir l’énergie, la modernisation industrielle et l’agroalimentaire. La S3 devrait, d’après lui, être considérée comme un écosystème d’innovation territoriale, car elle tient compte de la perspective de la « quadruple hélice » (universités – société civile – entreprises – OTR).
  • The ArgeAlps Project “Online Campus Alpine region”. Il s’agit d’un réseau reliant les sites universitaires et leurs acteurs à echelle interrégionale et transfrontalière entre une dizaine de regions germanophones et italophones (Tirol, Trentino, Voralberg, Tessin, Grisons, Südtirol …- (Uni Innsbruck, Univ. Of Trento, FH Vorarlberg…). L’objectif est d’améliorer la visibilité de la recherche alpine. Une plateforme en ligne qui servirait de vitrine est sur le point d’être lancée.
  • Universities’ cross-border cooperation of International Lake Constance University (IBH). Il s’agit d’une coopération internationale visant à monter une forme d’écosystème incubateur entre plusieurs dizaines d’universités (actuellement 27), pour développer des clusters innovants. Exemples de realisations : IBH-Living Lab Active Assisted Living (technology foraging people), IBH-Lab KMU digital (SMEdigital) : technologie au service des entreprises.
  • World Manufacturing Foundation : une plateforme associative italo-suisse pour promouvoir l’innovation et le développement dans le secteur industriel.
  • LabEx ITEM : une Plate-forme de connaissances sur l’innovation sociale a été créée comme exemple de « réseau hybride » en croisant, dans une dynamique de co-construction, les apports de chercheurs et d’acteurs sur les capacités transformatrices des initiatives locales dans un contexte de transition écologique et solidaire.
  • InnoRenew CoE : (www.innorenew.eu) projet intéressant (H2020) d’utilisation écologique du bois du Pulp and Paper Institute (Slovenie).

Les échanges qui ont eu lieu autour de ces différents projets ont permis de replacer le LabEx ITEM dans le contexte international des réseaux de recherche sur la montagne alpine.

Sustainability Of Rock Art Tourism (SORAT)

Par Mélanie Duval

Dans une perspective d’ouverture à l’international des recherches engagées sur les montagnes européennes, le LabEx a entrepris de soutenir des actions de recherche à l’étranger. Voici la présentation de l’une d’entre elles, dans les montagnes sud-africaines, avec la présentation d’une mission ayant eu lieu en avril 2019.

L’objectif de cette action de recherche soutenue par le LabEx est d’interroger la place des registres culturels dans les dynamiques touristiques des montagnes du Makgabeng, situées au nord-est de Johannesburg, dans la province du Limpopo. Cette recherche s’inscrit dans un projet de recherche plus général, le projet SORAT, financements du MAE et de l’IFAS de Johannesburg, période 2019-2020, lequel implique des partenaires français et sud-africains, croisant les regards disciplinaires et culturels.

Côté français, trois chercheurs et bientôt un étudiant de Master :

  • Mélanie Duval, EDYTEM, UMR 5204 CNRS/USMB/UGA/MCC, géographe spécialisée en géographie des patrimoines et du tourisme ;
  • Anne Nivart, Museum National d’Histoire Naturelle, UMR 7194, chargée de collection spécialisée dans les questions de muséologie ;
  • Stéphane Hoerlé, PACEA, UMR 5199, sciences des matériaux, spécialisé dans les questions de conservation et l’analyse des processus d’altération des peintures.

Un soutien du Labex ITEM (UGA) récemment obtenu permettra d’impliquer un étudiant de Master 1 de l’USMB via une gratification de stage et la prise en charge de mobilités.

Côté sud-africains, deux chercheurs et un étudiant, auxquels s’ajoutent des partenaires issus des collectivités et des institutions intéressées à la réalisation du projet :

  • Catherine Namono, RARI, WITS, archéologue, spécialisée dans l’analyse et l’interprétation des sites d’art rupestre ;
  • Ndukuyakhe Ndlovu, Université de Pretoria, archéologue, spécialisé dans l’analyse des enjeux sociétaux et des jeux d’acteurs dans le domaine de l’archéologie, avec un focus sur la place des communautés ;
  • Filix Mosebedi, UNISA, guide de sites d’art rupestre et étudiant en « Development studies », en charge de la visite touristique des sites d’art rupestre du Makgabeng ;
  • Stanley Ngwetjana, chargé du développement touristique dans le district du Capricorne, province du Limpopo, Department of Economic Development, Environment and Tourism Limpopo ;
  • Jonas Tlouamma, chargé du développement touristique de la municipalité de Blouberg.

Les montagnes du Limpopo présentent un paysage de haut plateau, marqué par des gorges et des encaissements. Situés dans l’ancien bantoustan de Lebowa, au nord de la ville de Polokwane, la région montagneuse du Makgabeng se situe à l’extérieur des principaux circuits touristiques des visiteurs internationaux se rendant en Afrique du Sud ; elle est dans le même temps marquée par de forts enjeux de développement économique, avec des taux de chômage importants (Namono, 2015). Pour les acteurs institutionnels et plus largement de la société civile, le secteur touristique est perçu comme un levier de développement territorial, à l’instar de ce que nous avons déjà pu observer lors de précédentes recherches dans les montagnes du Drakensberg (Duval & Smith 2012, 2014, 2015). Depuis une dizaine d’années, les communautés locales et acteurs de la société civile s’interrogent sur les ressources à activer et les stratégies à adopter, et notamment la place du registre culturel (Namono, 2015, 2017). Le plateau présente en effet une concentration importante de sites archéologiques témoignant des différentes périodes d’occupation : non loin de la frontière avec le Botswana, le Zimbabwe et le Mozambique, cette région a été marquée par plusieurs dynamiques de peuplement, mêlant à différents pas de temps des populations de chasseurs-cueilleurs, d’agriculteurs et de bergers d’Afrique centrale, les éthnies Pédis et Ndebeles, sans oublier le brassage culturel post-apartheid. Dans ce contexte multiculturel, comment penser l’activation de la dimension ressourciste des registres culturels dans une logique de mise en tourisme durable ? Dans quelle mesure ce contexte multiculturel et post-colonial vient-il complexifier le processus d’activation des dimensions ressourcistes, en comparaison avec ce que nous pouvons observer dans les Hautes-Vallées comme la Maurienne  ?

Première mission du 9 au 20 avril 2019

L’objectif de cette première mission était double :

Un premier volet ciblé sur l’analyse des dynamiques patrimoniales et touristiques à différentes échelles (échelle provinciale, échelle du district, échelle de la municipalité, échelle de la communauté) avec des observations de terrain et des entretiens, ce croisement ayant permis de poser de premiers jalons dans la compréhension du schéma actoriel et d’identifier de premiers ressorts/ freins dans l’activation de la dimension ressourciste des entrées culturelles ; analyse des formes et modes de mise en tourisme avec un focus sur la place du registre culturel et des sites d’art rupestre via des entretiens avec les différents acteurs du tourisme et les personnes ressources de la communauté. Cet axe a été principalement investigué par Mélanie Duval, Anne Nivart et Ndukuyakhe Ndlovu.

Un second volet ciblé sur les autres axes de recherche du projet SORAT et sur les enjeux de conservation des sites d’art rupestre. Ces actions se sont ciblées sur le site de Great Train, avec des actions de nettoyage du site, d’aménagement du sol pour éviter le transport de poussière, mise en place de petits aménagements pour éloigner les oiseaux et protéger le site de leurs déjections, aménagements pour éloigner les troupeaux (murets en pierre et barrières de branchages). Ce travail a été réalisé par une seconde équipe constituée de Catherine Namono, Filix Mosebedi, Stéphane Hoerlé, et de deux autres étudiants de Wits dont Elijah Dumisani Katsetse, doctorant à Wits, ayant une spécialisation sur les enjeux de conservation des sites d’art rupestre.

What is next ?

  • Fin mai 2019, l’équipe français accueillera l’équipe sud-africaine pendant une semaine dans la région de la Vézère avec comme objectif d’observer et d’analyser la mise en tourisme des sites d’art rupestre, les enjeux et les dysfonctionnements rencontrés. L’équipe profitera de ce temps de partage pour organiser la suite du projet, une nouvelle mission étant prévue en aout 2019 et pour avancer sur les livrables (articles scientifiques, rapports d’expertise).

  • Aout 2019 : retour d’une partie de l’équipe française dans le Limpopo (M. Duval et un étudiant de Master financé par le Labex) avec comme objectif sur deux semaines de pousser l’analyse sur la place des registres culturels dans les dynamiques touristiques de la province du Limpopo, afin de contextualiser les dynamiques observées à l’échelle du Magkabeng.

  • Avril 2020 : retour de l’équipe française dans le Makgabeng pour poursuivre les recherches engagées en 2019 avec de premières formes de retours auprès des acteurs territoriaux.

  • Juin 2020 : venue des sud-africains en France pour travailler et finaliser la rédaction des livrables.

Liste des références bibliographiques citées

  • Duval M., Smith B., 2012, Rock Art Tourism in the uKhahlamba/Drakensberg World.
    Heritage Site: obstacles to the development of sustainable tourism, Journal of Sustainable.
    Tourism, 21, 1, 134-153.

  • Duval M., Smith B., 2014, Seeking sustainable rock art tourism – the example of the Maloti-
    Drakensberg Park World Heritage Site, the South African Archaeological Bulletin 69 (199): 34–48

  • Duval M., Smith B., 2015, La mise en tourisme des sites d’art rupestre du massif de l’uKhahlama-Drakensberg (Afrique du Sud). État des lieux et enjeux pour une gestion durable, in Ibrahima Thiaw & Hamady Bocoum (eds) Préservation du patrimoine culturel africain. Actes du XIIIe congrès de l’Association panafricaine d’archéologie et disciplines associées (PANAF) et de la XXe réunion de la Société des archéologues africanistes.
    (SAFA).Mémoire de l’IFAN Cheikh Anta Diop nº 93, 531-540

  • Namono C., 2015, Rock art, platinum and communities on the Makgabeng plateau, Limpopo Province, South Africa. African rock art at risk, Agadir (Maroc).

  • Namono C., 2017, Alliances between experts and local communities to raise awareness,
    protect and market rock art heritage in southern and eastern Africa. Getty ConservationInstitute colloquium, Art on the Rocks- a global heritage, Twyfelfontein (Namibie).