Archives du mot-clé handicap

L’émergence du Fauteuil Tout Terrain en France entre bricolages et innovations : le rôle des pionniers de l’activité

Nathalie Le Roux, Maitre de conférences, Santesih, EA 4614

André Galy, PAST, Chercheur associé Santesih, EA 4614

Eric Perera, Maitre de conférences, Santesih, EA 4614

Résumé 

Le mouvement handisport connaît depuis les années 1980, une diversification de ses pratiques avec l’arrivée progressive des activités physiques de pleine nature (Marcellini et Villoing, 2014). L’accès aux espaces naturels (montagneux, maritimes, aériens) est devenu possible grâce aux progrès technologiques, et à une aspiration plus grande des personnes handicapées à accéder à des espaces réputés inaccessibles. La pratique du fauteuil tout terrain (FTT), apparue en France en 1991, est un exemple d‘activités nées de l’initiative de passionnés qui, après un accident, bricolent « au fond de leur garage » du matériel sportif afin de retrouver les sensations d’une pratique antérieure. A l’image de ce qui a été observé pour le ski « assis » (Le Roux, Haye et Perera 2014), la pratique du FTT est ainsi d’abord restreinte à quelques personnes accidentées devenues tétra ou paraplégiques. L’objet de ce travail est d’interroger l’activité créatrice et de bricolage des pionniers et leur capacité à développer, grâce à leurs réseaux associatifs, politiques et économiques, des innovations de type ascendante (Hillairet, 2012). Pour cela des entretiens de type « histoire de vie » (n= 4) avec les premiers pratiquants de FTT en France ont été réalisés entre janvier et mai 2014.

Introduction

Le mouvement sportif français des personnes handicapées physiques (Handisport) connait depuis les années 1980 de profondes transformations d’un point de vue organisationnel et culturel. Initié en 1954 par la création de l’Association Sportive des Mutilés de France (ASMF) dans une logique de rééducation fonctionnelle et de réadaptation sociale, ce mouvement va progressivement glisser vers un modèle compétitif lui permettant de se rapprocher du système sportif (Ruffié et Ferez 2013). Pourtant, depuis les années 1980, la Fédération Française Handisport (FFH, créée en 1997), s’emploie à intégrer de nouvelles activités physiques, de pleine nature, qui témoignent des nouvelles aspirations des personnes handicapées dans le domaine des loisirs. En 2008, « plus de 40% des licenciés, près de 500 clubs impliqués, et 200 manifestations annuelles, sont tournés vers les sports de nature » (HM, n°132, 2008 : 43). Ces activités de pleine nature, qui trouvent là un élan réaffirmé au sein de la FFH, ont été parmi les premières investies par les acteurs à l’origine de l’ASMF (Ferez et al. 2013). En effet, les personnages clés de l’association fondatrice, Philippe Berthe ou Pierre Volait[1], étaient des skieurs « debouts »[2], et ont fait du ski l’une des pratiques phares du mouvement aux côtés du basket-ball en fauteuil roulant, de la natation, de l’athlétisme ou du tennis de table. Aujourd’hui, avec l’expansion des sports « fun » (Loret 1995), de nouvelles pratiques adaptées voient le jour (ski-assis, voile, canoë-kayak, surf). Ces activités sont développées au sein de centres de rééducation, comme le kayak au centre de Kerpape en Bretagne ou le ski assis au centre de Saint-Hilaire du Touvet à Grenoble, ou sont nées d’initiatives individuelles comme le surf ou le fauteuil tout terrain (FTT). Elles attirent de plus en plus de licenciés. Selon les propos de Cédric Garreau, actuel Directeur Technique National à la FFH, chargé des sports de nature, en plus des 5000 licenciés annuels pour les sports de pleine nature, soit environ un tiers du nombre des licenciés de la FFH (17 025 en 2012), « les APPN représentent 80% des licences temporaires de l’année » (Marcellini et Villoing 2014, 135).

Un premier travail (Le Roux, Haye et Perera, 2014) sur les origines du ski assis, avait mis en évidence la créativité du monde handisport quand il s’agit de « bricoler » du matériel pour permettre l’accès à la pratique de nouvelles catégories de pratiquants. Ainsi, dans le cas du « ski assis » un engin comme le Kartski[3], appelé à l’origine bi-ski[4], prévu à l’origine pour les personnes double amputées mais ayant usage de leurs membres supérieurs, a dû être adapté pour permettre la pratique de personnes ayant des lésions plus hautes (paraplégie, tétraplégie). L’adaptation de ces équipements fut bien souvent le fruit du travail de passionnés bricoleurs, comme Henri Sahuquet[5] dans la région Languedoc Roussillon, se définissant lui-même comme un « Mac Gyver » (Le Roux et. al, 2014 : 115), capables de trouver des solutions au cas par cas, en fonction des déficiences et des capacités des pratiquants, en passant des soirées « à souder et ressouder » les équipements. Ces adaptations bricolées le sont également en fonction des caractéristiques des remontées mécaniques, du lâcher de perche notamment, à l’origine de plusieurs accidents. Sahuquet est par exemple, l’inventeur d’un système de largage avec un tuyau de compresseur qui sera exploité plus tard par Tessier[6].

C’est ce regard porté sur les « bricoleurs » que nous avons souhaité prolonger par l’étude de l’émergence du Fauteuil Tout Terrain (FTT) en France. Apparue en 1991, elle est en effet un exemple de pratiques nées de l’initiative de passionnés qui, après un accident, bricolent « au fond de leur garage »  du matériel sportif afin de retrouver une « pratique d’avant ». Il s’agit donc de se concentrer sur l’activité créatrice de ces pionniers et par conséquent sur la genèse des innovations de type ascendantes (Hillairet, 2012). Il s’agit de saisir comment cette activité créatrice est susceptible d’aboutir à une innovation reprise par des industriels et permettant une participation plus importante. Nous montrerons notamment que c’est également l’inscription des acteurs au sein de réseaux associatif, montagnards, politique et économiques qui sera indispensable à la transformation de la « bricole » en innovation.

Eléments de méthodologie

Nous avons ainsi cherché à mettre au jour l’émergence de la pratique du FTT en France à partir d’entretiens réalisés avec les pionniers de l’activité que sont Jean François Porret (JFP) et Gilles Bouchet (GB), premiers pratiquants de FTT en France.  Nous avons également rencontré Gilbert Marmey (GB), ingénieur mécanique, l’un des premiers à concevoir un FTT électrique en France, et Vincent Bourry (VB) un pratiquant régulier du FTT qui s’implique avec Gilbert Marmey dans le projet innovant d’un FTT électrique. Il a été demandé à ces pionniers de retracer leur histoire personnelle et plus particulièrement la période concernant leur pratique du FTT. Il s’agit, ici, d’effectuer un travail exploratoire de l’histoire du FTT en France à partir de discours « venant d’en bas » (Ferrarotti 1983). Ces entretiens de type « histoire de vie »[7] favorisent ainsi l’émergence d’une « micro-histoire » (Revel 1996) grâce à l’analyse de l’expérience des individus à travers les traces, les discours voire les indices que les acteurs ont laissés. L’analyse proposée ici est centrée sur la question du bricolage pratiqué par ces pionniers. Pour compléter nos données nous avons consulté les revues Handisport Magazine et Handisport Le Mag de 1990 à 2015, en mettant à jour les étapes de l’émergence du FTT en rapport avec le mouvement fédéral handisport.

L’arrivée du FTT en France : « retrouver sa pratique d’avant »

Le FTT apparaît en France à l’été 1990 lorsque Jean-François Porret, atteint d’une tétraplégie, revient des Etats Unis avec un fauteuil « Cobra » afin de pratiquer de la randonnée sportive en montagne. A l’origine, ce fauteuil est conçu par l’américain John Castellano, diplômé du MIT et ingénieur à la NASA, à la fin des années 1980. John Castellano s’est inspiré de la technologie du « mountain bike » et des fauteuils d’athlétisme afin de développer un engin permettant de « combler les limitations (fonctionnelles)  des traditionnels fauteuils (roulant) de ville » (HM n°99, 1999 : 40). Porret était alors ingénieur informatique à Hewlett Packard et travaillait aux Etats-Unis. Passionné de sport de montagne, il est victime d’un accident de parapente en 1989. C’est au cours de son séjour en centre de soins qu’il rencontre Castellano venu faire la démonstration de son nouveau fauteuil.  A son retour en France, un an après son accident, grâce au Cobra offert par ses « copains », il devient le premier pratiquant de FTT en France. Il tentera d’adapter son Cobra en le bricolant afin d’obtenir plus de confort ou d’efficacité sans toujours rencontrer le succès : « Avec un gars ici j’avais essayé de faire des modifications… On voit les restes. J’avais essayé de … pour avoir moins de secousses. De mettre une suspension ici, une articulation suspendue… Il fallait trouver mais on y est pas arrivé ».

Mais le souhait de Porret est de voir se développer la randonnée sportive en FTT en France, qu’il est, pour l’instant, le seul « alien » à pratiquer dans un espace réputé inaccessible aux personnes handicapées. Porret explique vouloir promouvoir une alternative à la logique « compétitive » du FTT qui s’est développée jusqu’alors aux Etats-Unis. Porret propose une « activité plus ludique (…) tournée vers la randonnée sportive et la recherche de l’autonomie en pleine nature » (id.: 41). Il souhaite rapidement revenir à une autre forme de pratique qui se rapproche davantage du trekking : il organise ainsi plusieurs expéditions : en 1991 au nord de l’Espagne dans la Sierra de Guarra, en 1992 dans le massif du Toubkal au Maroc, et même au Tibet en 1993 où, il reste bivouaquer pendant une dizaine de jours dans un camp de base situé à 4400 mètres d’altitude. Le matériel de camping est quant à lui bricolé et adapté de manière à permettre des expéditions (double tente pour lutter contre le vent, matelas pneumatique pour éviter les escarres, combinaison en duvet contre le froid). Ce matériel est testé lors des précédentes expéditions. Il repart depuis quasiment chaque année. Ces « expéditions » représentent véritablement sa vie « d’avant », et constituent ainsi une ultime étape vers une normalité retrouvée.

La Rencontre avec Gilles Bouchet : vers l’innovation matérielle

Bouchet est un « montagnard », atteint d’une paraplégie en 1991 trois ans après Porret à la suite d’un  accident en hélicoptère au sommet du Mont-blanc. Il est alors Directeur adjoint de l’École Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA) depuis 20 ans, et également accompagnateur de moyenne montagne. Passionné de randonnée et de VTT, Gilles Bouchet rencontre, durant sa rééducation, Jean-François Porret et son Cobra qui lui font réaliser « que tout n’est pas foutu », qu’ « il y a encore des choses à faire » et aussi qu’il va « pouvoir fréquenter la montagne, mais autrement ».

Gilles Bouchet se trouve au carrefour d’un réseau de connaissances au sein du milieu sportif et politique, qui lui permettront d’insuffler un nouvel élan au FTT en France. Avec un ami, Bernard Laviolette, conseiller technique départemental dans le département du Rhône, et également spécialiste de l’optimisation du matériel, ils travaillent sur la conception et la fabrication d’équipements sportifs adaptés au handicap moteur pour la montagne. Ils créent et fabriquent, dans un premier temps, une luge de ski de fond « avec des bouts de tube à souder ». Le matériel est ensuite testé, avec « parfois des échecs », sur les sommets de Tignes. Dans la continuité du travail effectué sur la luge, Bouchet et Laviolette s’intéressent au FTT, d’autant que la production du Cobra de Castellano s’arrête en 1995. La question de la fabrication du matériel adapté aux activités de montagne, que ce soit pour le ski assis ou le FTT, est une problématique importante que Bouchet cherche à solutionner. Bernard Laviolette, mobilise l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (INSA), plus précisément des étudiants-ingénieurs ayant le statut de sportif de haut-niveau. Gilles Bouchet se rapproche quant à lui de la section « génie mécanique » de l’IUT d’Annecy, pour concevoir un FTT.

On sort du bricolage « au fond d’une cave, d’un garage » pour développer du matériel plus sophistiqué dans « un atelier d’apprentissage du Lycée Boisard à Vaulx-en-Velin »[8]. Ils créent le « Dahu »[9] inspiré du « Cobra » de Castellano. « On l’a appelé le Dahu parce son nom symbolise « le bancal » (…) à la fois avec la pente, et à la fois avec le Handi. Et puis c’est un animal mythique, aux longueurs de pattes inégales, et que l’on ne voit jamais ». Le Dahu est plus robuste et plus grand que le Cobra. Outre la question de la fabrication, le coût du matériel est également un obstacle à prendre en compte. Le Dahu doit être moins onéreux et donc plus accessible que le Cobra. L’idée étant de fabriquer un FTT « plus facile à faire avec du matériel de vélo standardisé (…) des pièces plus faciles à changer, des soudures plus robustes (…) » (GB). Ils cherchent à développer une filière de production de FTT en France pour répondre à l’absence criante de matériel mais aussi aux problèmes de coût et pour tenter d’assurer une pérennité de production. Ils se mettent en relation avec une entreprise de Chambéry, spécialisée dans le métal « qui tordait des tubes » (GB). Ce choix, d’une entreprise non spécialisée dans le matériel sportif pour personne handicapées est présenté comme stratégique « en gros l’activité handi c’est 10 % de son chiffre d’affaire, de sa boite serrurerie, métallerie et tubes. Ça aussi moi dans l’analyse stratégique je me suis dit 10 % de FTT, ça veut dire en gros que la boite elle vit sur autre chose, il y a de la pérennité pour le service après-vente quoi » (GB).  Ils déposent même un brevet à l’INPI[10] qu’ils cèdent peu après à la société Protéor[11] à Lyon «

Vers une plus grande autonomie des pratiquants ? Le FTT électrique

L’idée du FTT électrique germe lors d’une expédition dans la cordière des Andes au Chili, en 2005. Après un an de préparation, douze personnes dont trois en fauteuils (une tonne de matériel et un médecin), prennent le départ de Grenoble pour atteindre le sommet de l’Altiplano (altitude moyenne de 3300 mètres) couplant durant le séjour FTT et parapente. Parmi eux, Gilbert Marmey, président de l’association « Free Mousse » (impliqué dans l’organisation en tant que valide) et ingénieur à l’IUT de Grenoble. Celui-ci imagine un moyen de palier à l’ascension éprouvante des personnes en fauteuils jusqu’au sommet de l’Altiplano par l’électrique. L’évolution du FTT vers l’électrique, consiste à rendre le plus autonome possible la personne handicapée lors de la progression jusqu’au sommet. Dès 2006, Marmey cherche à placer des moteurs électriques sur les FTT qu’il développe avec des amis en fauteuil ayant participé à l’expédition au Chili. D’un côté, il lance avec Jean-Marc Fonvieille (paraplégique) le projet « Coccinnelle » qui engage des fonds personnels pour une pré-série de douze Fauteuils électriques tout terrain. Ils créent ainsi l’association Coccinnelle-Handi qui développe le premier FTT à quatre roues motrices et à propulsion électrique. La Coccinelle évolue en fonction des avancées techniques du cycle car sa technologie repose sur une base de deux VTT suspendus. Avec Vincent Bourry, passionné de sport de montagne, et ingénieur de formation, qui a « très envie d’avoir un engin motorisé » (G.M.), ils réalisent une petite production d’un engin appelé le « Baroudou » (qui signifie char à foin dans le Trièdes). Ce prototype connaît un succès moindre que la Coccinelle. Comme pour l’apparition du FTT « classique », les pionniers bricolent leur engin pour faire évoluer les roues, les moteurs ainsi que les batteries, et investissent pour cela leurs fonds propres.

A cette période, plusieurs prototypes voient le jour. On trouve, par exemple, le Boma qui est le premier modèle de FTT à propulsion électrique industrialisé par la société Molten Rock et qui sera importé en France par Marconnet Technologie dès 2008. La Coccinelle et le Boma, sont ainsi les premiers engins motorisés permettant de descendre les chemins montagneux mais surtout de les remonter sans assistance. D’autres modèles viendront ensuite compléter la gamme des modèles fauteuils électriques tout terrain : « Mobile Dream » ou le « Buggy-bike » fabriqué et commercialisé par l’entreprise Chaland-Palmieri située en Savoie et le « Quadrix » par l’entreprise Mont Blanc Mobility en Haute Savoie.

On passe donc d’une période de « bricolage » à une période d’industrialisation où les concepteurs entrent en concurrence dans le but de fabriquer un engin commercialisable, sur un marché de niche. Au regret des pionniers du FTT électrique, cette phase d’industrialisation aurait un effet contre-productif. Elle génère de la concurrence entre les fabricants qui ne collaborent plus, freinant la production d’engin « sûr », « fiable » et au « prix juste ». « Après c’est devenu commercial. C’est compliqué quoi. Et après… C’était Protéor et puis il y a eu une autre boite dans le Lyonnais. Ils se sont tirés la bourre et ils se sont neutralisés, finalement il y avait plus rien qui se faisait » (GB).

Avec le FTT électrique, « on change de paradigme » selon Vincent Bourry : « A travers la motorisation et l’assistance, c’est l’autonomie complète ». Les pionniers du FTT comme Porret et Bouchet, en font l’acquisition. Ces engins permettent de se libérer de la dépendance avec les valides, voire de rivaliser avec eux : « Les VTT ont même du mal à suivre » (GM). Cependant, selon les pionniers, le FTT électrique ne peut pas poursuivre les mêmes finalités que pour le FTT « classique ». La logique sportive du FTT n’est pas la « performance » mais la « balade avec la famille et les copains » (VB). Selon Gilles Bouchet, le FTT électrique n’est pas, non plus, adapté aux expéditions. D’abord pour des raisons techniques : « Il est plus lourd, moins fiable (…) l’avantage du Cobra est qu’il y a la mule, on peut se débrouiller des soucis de matériel (…) On peut bricoler le Cobra alors que l’électrique, quand on est en panne, on reste bloqué. » (GB). Avec cette évolution, la logique familiale est davantage mise en avant que celle développée par le FTT classique. Ainsi, l’autonomie qu’offre le FTT électrique transforme la pratique du FTT et ouvre de nouvelles manières de continuer à pratiquer la montagne. Cette autonomie reste toutefois relative puisque l’engin est très lourd, « ne rentre pas dans la maison » (VB), et les chemins de randonnée même s’ils sont nombreux en France à être entretenus et avoir été pensé avec « le gabarit de 500 moutons qui croisent 300 moutons […] ou le passage d’un âne bâté »  (VB) sont encore loin d’être suffisamment accessibles. Beaucoup de travail a en conséquence été réalisé pour penser un fauteuil qui passe le gabarit des chemins et les portes des maisons : « On s’est fait chier ! Et donc on est parti sur 90 et en fait 90 ça passe à peu près partout […] On est parti là-dessus puis après il faut dire que l’on s’est plantés… J’ai réalisé qu’à 1 cm près on pouvait rentrer dans les maisons ! Parce que l’encadrement des portes d’entrée des maisons c’est 90. C’est la norme des maisons… Donc on a fait 89… On a ramené à 89, t’imagine c’est un peu encombrant quand tu fais FTT mais n’empêche que tu peux rentrer. S’il pleut si tu veux rentrer dans ta maison que tu veux passer sur un autre fauteuil… » (VB).

Conclusion

La pratique du FTT s’est développée en France hors du système fédéral, au travers de « passionnés », qui souhaitent prendre leur distance avec « la logique APF, la logique handisport compétitif, structurée » et revendiquent « la pratique plus libre, familiale, avec les copains » qui permet de « fusionner avec la nature ». Opposés au modèle compétitif, ils promeuvent l’empathie avec l’environnement. Dans ce contexte, alors que Jean-François Porret s’attache à cartographier l’ensemble des « spots » permettant la pratique du FTT, Gilles Bouchet lui, en partant du Cobra de Porret et grâce à son réseau, a pris en charge l’aspect matériel et l’encadrement. Associant leurs deux compétences, ils cherchent ainsi à promouvoir une pratique tournée vers la montagne, et l’organisation d’expéditions, mais aussi, plus tard, vers une pratique de type familiale via le développement du FTT électrique. Cette activité va se développer grâce à la collaboration entre ces « passionnés », ces « bricoleurs » et des acteurs fédéraux et politiques locaux, puis avec des industriels. L’innovation technologique associée aux interventions fédérales et politiques va participer à la quête de démocratisation du FTT en France. Tandis que la FFH commence à inclure les sports de nature, dont le FTT, dans ses pratiques de loisirs, des entreprises et des industries, de cycles par exemple, réfléchissent particulièrement à développer des « engins tout-terrains ». Depuis peu, le FTT « électrique » vient compléter la gamme de FTT « manuels » apportant ainsi une nouvelle conception de l’autonomie. Au final, l’industrialisation amorcée à la fin des années 1990, semble, du point de vue des pionniers du moins, avoir cassé la dynamique de la « bricole » et permet de questionner autrement l’autonomie des pratiquants de FTT électrique. Avec moins de possibilité d’adapter le matériel, ces pratiquants, plus nombreux, deviennent pour autant plus dépendants des industriels et de leurs réseaux de distribution. Ainsi nos pionniers bricoleurs ont participé à créer des innovations ascendantes en imaginant des solutions nouvelles par tâtonnement, organisation de tests grandeur nature, essais-erreurs (Musso et al., 2005) par leurs usages et leur inventivité. Le FTT électrique et son industrialisation, semble réduire la capacité à intervenir sur la matière et par là même peut être l’autonomie réelle des pratiquants nouveaux. Comme Crawford (2010) se plait à le rappeler : le gout du travail bien fait et en relation avec la matière du travailleur manuel (et du bricoleur) développe non seulement ses capacités à penser de manière abstraite mais aussi à se libérer des contingences commerciales. La dimension libératrice du bricolage perdue, peut-on s’attendre à ce que les nouveaux pratiquants soient réellement autonomes ?

Bibliographie
  • Crawford, B. M. (2010). L’éloge du carburateur : essai sur le sens et la valeur du travail. Paris : La découverte/Poche.
  • Ferrarotti, F. (1983). Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales. Paris : Librairie des Méridiens.
  • Ferez, S. et Ruffié, S. (2013). Corps, sport, handicap : L’institutionnalisation du             mouvement handisport (1954-2008). Paris : Téraèdre.
  • Hillairet, D. (2012). Créativité et inventivité des utilisateurs-pionniers. Le cas de la communauté des kitesurfers. Revue française de gestion, 4/2012 (N° 223), 91-104.
  • Le Roux, N. Haye, L. et Perera, E. (2014). Les innovations pour le ski handisport et l’accès à la pratique, in Corps, sport, handicaps. Tome 2. Le mouvement handisport au XXIème siècle. Lectures sociologiques. Edited by Marcellini, A. et Villoing, G. (dir.), 141-151. Paris : Téraèdre.
  • Loret, A. (1995). Génération glisse : dans l’eau, l’air, la neige: la révolution du sports des ‘ années fun ’. Paris : Autrement.
  • Marcellini, A. et Villoing, G. (dir.) (2014). Corps, sport, handicaps. Tome 2. Le   mouvement handisport au XXIème siècle. Lectures sociologiques. Paris : Téraèdre.
  • Musso P., Ponthou L., Seuillet E. (2005). Fabriquer le futur : l’imaginaire au service de l’innovation, Paris : Village Mondial.
  • Revel, J. (dir.) (1996). Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris : Gallimard et Le Seuil, coll. Hautes Études.
  • Ruffié, S. et Perera, E. (2013). De l’ASMF à la FSHPF (1963-1967). Des amicales au regroupement fédéral, in Corps, sport, handicaps. L’institutionnalisation du mouvement handisport (1954-2008). Edited by Ruffié, S. et Ferez, S. Paris : Téraèdre

[1] Philippe Berthe a été président de l’Amicale sportive des mutilés de France (ASMF) créée en mai 1954, puis président de la Fédération sportive des handicapés physiques de France (FSHPF) le 10 août 1963 (date de sa reconnaissance officielle) ; Pierre Volait lui succédera en novembre 1966 ‘à la tête de la FSHPF (Ruffié et Perera 2013, 63).

[2] La pratique « debout », possible dans certains cas d’amputation de membres inférieurs, est en opposition au ski « assis », pratique inventée pour des personnes paraplégiques et/ou tétraplégiques.

[3] Introduit en France en 1985 par Marie Claude Pellissier, kinésithérapeute au centre  de l’Association des Paralysés de France (APF) du Chevalon de Voreppe (Isère)

[4] Dans les années 1980 deux modèles existent : le « Dupont » et le « Poirier » noms des deux fabriquants

[5] Amputé fémoral à la suite d’un accident du travail, il se rapproche du club handisport de Béziers pour poursuivre sa pratique du ski.

[6] Concepteur et fabricant de matériel de ski pour personnes handicapées installé en Savoie depuis 1987 et ayant créé son entreprise artisanale en 1995.

[7] Les discours produits lors des entretiens sont signalés dans le corps de l’article entre guillemets et en italique.

[8] Il s’agit d’un lycée professionnel qui lui permet de fabriquer et de pérenniser du matériel accessible sans rentrer dans une logique commerciale (dépôt de brevets).

[9] Le Dahu fait 25 kilogrammes (140 cm x 85cm x 70 cm) contre 20 kilogrammes pour le Cobra (125 cm x 75 cm x 90 cm).

[10] Enveloppe Soleau qui identifie les auteurs d’une création, INPI.

[11] Entreprise Lyonnaise, née en 1913, spécialiste de prothèses.